Vénus (planète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vénus Vénus : symbole astronomique
Image illustrative de l’article Vénus (planète)
Vénus en vraies couleurs vue par Mariner 10.
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe 108 209 500 km
(0,723 336 au)
Aphélie 108 943 000 km
(0,728 24 au)
Périhélie 107 476 000 km
(0,718 43 au)
Circonférence orbitale 679 892 000 km
(4,544 8 au)
Excentricité 0,00678
Période de révolution 224,667 d
Période synodique 583,837 d
Vitesse orbitale moyenne 35,025 71 km/s
Vitesse orbitale maximale 35,264 3 km/s
Vitesse orbitale minimale 34,789 5 km/s
Inclinaison sur l’écliptique 3,3947°
Nœud ascendant 76,7°
Argument du périhélie 54,9°
Satellites connus 0
Caractéristiques physiques
Rayon équatorial 6 051,8 ± 1,0 km
(0,949 Terre)
Rayon polaire 6 051,8 ± 1,0 km
(0,952 Terre)
Rayon moyen
volumétrique
6 051,8 ± 1,0 km
(0,950 Terre)
Aplatissement 0
Périmètre équatorial 38 025 km
(0,949 Terre)
Superficie 460×106 km2
(0,902 Terre)
Volume 928,43×109 km3
(0,857 Terre)
Masse 4,868 5×1024 kg
(0,815 Terre)
Masse volumique globale 5,204×103 kg/m3
Gravité de surface 8,87 m/s2
(0,905 g)
Vitesse de libération 10,46 km/s
Période de rotation
(jour sidéral)
−243,023 d
Vitesse de rotation
(à l’équateur)
6,52 km/h
Inclinaison de l’axe 177,36°
Ascension droite du pôle nord 272,76°
Déclinaison du pôle nord 67,16°
Albédo géométrique visuel 0,65
Albédo de Bond 0,75
Irradiance solaire 2 613,9 W/m2
(1,911 Terre)
Température d’équilibre
du corps noir
231,7 K (−41,3 °C)
Température de surface
• Maximum 763 K (490 °C)
• Moyenne 735 K (462 °C)
• Minimum 719 K (446 °C)
Caractéristiques de l’atmosphère
Pression atmosphérique 9,3×106 Pa
Masse volumique au sol ~ 65 kg/m3
Masse totale 480×1018 kg
Hauteur d'échelle 15,9 km
Masse molaire moyenne 43,45 g/mol
Dioxyde de carbone CO2 ~96,5 %
Diazote N2 ~3,5 %
Dioxyde de soufre SO2 150 ppm
Argon Ar 70 ppm
Vapeur d'eau H2O 20 ppm
Monoxyde de carbone CO 17 ppm
Hélium He 12 ppm
Néon Ne 7 ppm
Acide chlorhydrique HCl 100 à 600 ppb
Acide fluorhydrique HF 1 à 5 ppb
Sulfure de carbonyle COS Traces
Histoire
Divinité babylonienne Ishtar
Divinité grecque Éosphoros et Hespéros
Nom chinois
(élément associé)
Jīnxīng 金星 (métal)

Vénus est la deuxième planète du Système solaire par ordre d'éloignement au Soleil, et la sixième plus grosse aussi bien par la masse que le diamètre. Elle est nommée d'après la déesse romaine de l'amour.

Vénus orbite autour du Soleil tous les 224,7 jours terrestres. Avec une période de rotation de 243 jours terrestres, il lui faut plus de temps pour tourner autour de son axe que toute autre planète du Système solaire. Comme Uranus, elle possède une rotation rétrograde et tourne dans le sens opposé à celui des autres planètes : le soleil s'y lève à l'ouest et se couche à l'est. Vénus parcourt l'orbite la plus circulaire des planètes du Système solaire avec une excentricité orbitale presque nulle et, du fait de sa lente rotation, est quasiment sphérique (aplatissement considéré comme nul). Elle ne possède pas de satellite naturel.

Vénus est l'une des quatre planètes telluriques du Système solaire. Elle est parfois appelée la « planète sœur » de la Terre en raison des similarités relatives de leurs diamètres, masses, proximités au Soleil et compositions. Par d'autres aspects, elle est radicalement différente de la Terre : son champ magnétique est bien plus faible et elle possède une atmosphère beaucoup plus dense, composée de dioxyde de carbone à plus de 96 %. La pression atmosphérique à la surface de la planète est ainsi 92 fois supérieure à celle de la Terre, soit environ la pression ressentie, sur Terre, à 900 mètres sous l'eau. Elle est de loin la planète la plus chaude du Système solaire — même si Mercure est plus proche du Soleil — avec une température de surface moyenne de 462 °C (725 K). La planète est enveloppée d'une couche opaque de nuages d'acide sulfurique, hautement réfléchissants pour la lumière visible, empêchant sa surface d'être vue depuis l'espace. Bien que la présence d'océans d'eau liquide à sa surface par le passé soit supposée, la surface de Vénus est un paysage désertique sec et rocheux où se déroule toujours un volcanisme. La topographie de Vénus présente peu de reliefs élevés et consiste essentiellement en de vastes plaines géologiquement très jeunes (quelques centaines de millions d'années).

En tant que deuxième objet naturel le plus brillant du ciel nocturne après la Lune, Vénus peut projeter des ombres et peut quelquefois être visible à l'œil nu en plein jour. Vénus étant une planète inférieure, elle reste proche du soleil dans le ciel, apparaissant soit à l'ouest juste après le crépuscule, soit à l'est peu avant l'aube. Du fait de son importante magnitude apparente, Vénus a fait l'objet des premières observations astronomiques et a été la première planète dont l'Homme a tracé les mouvements, dès le deuxième millénaire avant notre ère. Elle a aussi été intégrée dans de nombreuses mythologies en tant qu'étoile du matin et d'étoile du soir puis, par la suite, a été une source d'inspiration pour les écrivains et les poètes. Elle est également connue dans la culture occidentale sous le nom d'étoile du berger.

Vénus a été un objectif privilégié pour les premières explorations interplanétaires du fait de son faible éloignement de la Terre. C'est la première planète visitée par un véhicule spatial (Mariner 2 en 1962) et la première où une sonde spatiale s'est posé avec succès (Venera 7 en 1970). Les épais nuages de Vénus rendant impossible l'observation de sa surface en lumière visible, les premières cartes détaillées ont été réalisées à partir des images de l'orbiteur Magellan en 1991. Des projets d'astromobiles (rovers) et de missions plus complexes ont été envisagés.

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Comparaison de taille entre Vénus (images radar) et la Terre.

Vénus est l'une des quatre planètes telluriques du Système solaire, ce qui signifie qu'elle possède un corps rocheux comme la Terre. Elle est similaire à la Terre en taille et en masse et est souvent décrite comme la « sœur » ou « jumelle » de la Terre[1],[2]. Son diamètre vaut 95 % de celui de la Terre, et sa masse un peu plus de 80 %[1]. Néanmoins, si sa géologie est sans doute proche de celle de la Terre, les conditions qui règnent à sa surface diffèrent radicalement des conditions terrestres[1].

Vénus est notamment la planète la plus chaude du Système solaire du fait de son atmosphère beaucoup plus dense que l'atmosphère terrestre[3]. Les phénomènes géologiques affectant la croûte vénusienne semblent également spécifiques à cette planète et sont à l'origine de formations géologiques parfois uniques dans le Système solaire telles que coronae, arachnoïdes et farra, attribuées à des manifestations atypiques de volcanisme.

Atmosphère[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Structures nuageuses dans l'atmosphère de Vénus révélées par des observations en ultraviolet.

Vénus possède une atmosphère extrêmement dense. Elle se compose majoritairement de dioxyde de carbone (CO2) à 96,5 % et d'une faible quantité de diazote à 3,5 %[4]. Cette atmosphère est occupée par d'épais nuages de dioxyde de soufre[5]. La masse de son atmosphère est 93 fois supérieure à celle de la Terre, tandis que la pression à sa surface est environ 92 fois supérieure à celle de la Terre[6], soit une pression équivalente à celle ressentie sur Terre à une profondeur de près de 900 mètres sous le niveau de la mer. La densité en surface est de 65 kg/m3, ce qui représente 50 fois la densité de l'atmosphère terrestre à 293 K (20 °C) au niveau de la mer[6]. Cette atmosphère, riche en dioxyde de carbone, génère le plus fort effet de serre du Système solaire, créant des températures de surface d'environ 735 K (462 °C)[6],[7]. Ainsi, la surface de Vénus est plus chaude que celle de Mercure, qui a une température de surface minimale de 53 K (- 220 °C) et maximale de 700 K (427 °C) pour la face exposée au Soleil le plus longtemps[8],[9], bien que Vénus soit environ deux fois plus éloignée du Soleil et ne reçoive donc qu'environ 25 % de l'irradiance solaire de Mercure d'après la loi en carré inverse[10].

Des études ont suggéré qu'il y a des milliards d'années l'atmosphère de Vénus ressemblait à celle entourant la Terre et qu'il pouvait y avoir des quantités importantes d'eau liquide à la surface[11]. Cependant, après une période pouvant s'étendre de 600 millions à plusieurs milliards d'années, un effet de serre grandissant a été causé par l'évaporation de cette eau originellement présente et aboutissant finalement au niveau critique actuel de gaz à effet de serre dans l'atmosphère[12].

Foudre[modifier | modifier le code]

L'existence de la foudre dans l'atmosphère de Vénus est controversée[13] depuis les premières hypothèses du programme Venera soviétique[14],[15],[16].

En 2006 et 2007, Venus Express détecte des ondes de plasma, signature de la foudre[17]. Leur apparition intermittente suggère une association avec l'activité météorologique. D'après ces mesures, le taux de foudre serait d'au moins la moitié de celui de la Terre[18]. Cependant, d'autres instruments de la mission ne détectent pas de foudre. L'origine de cette foudre reste également incertaine[13],[19].

En décembre 2015 (et dans une moindre mesure en avril et mai 2016), des chercheurs travaillant sur la mission japonaise Akatsuki observent des formes d'arc dans l'atmosphère de Vénus. Cela est considéré comme une preuve de l'existence des plus grandes ondes de gravité stationnaires du Système solaire découvertes à ce jour[20],[21],[22].

Couches de l'atmosphère[modifier | modifier le code]

L'atmosphère vénusienne peut se diviser sommairement en trois parties : la basse atmosphère, la couche nuageuse et la haute atmosphère[23],[24].

Basse atmosphère[modifier | modifier le code]
Image en proche infrarouge (2,3 µm) des profondeurs de l'atmosphère de Vénus obtenue par la sonde Galileo. Les régions sombres sont la silhouette des nuages apparaissant en négatif sur la basse atmosphère, très chaude et donc très lumineuse dans l'infrarouge.

La basse atmosphère se situe entre 0 et 48 km d’altitude et est relativement transparente.

La composition de la basse atmosphère est décrite dans le tableau ci-dessous[25]. Le dioxyde de carbone y domine largement, le gaz secondaire étant l'azote. Tous les autres sont des constituants mineurs (~300 ppm en tout)[6]. À cette pression (9,3 MPa) et à cette température (740 K), le CO2 n'est plus un gaz, mais un fluide supercritique (intermédiaire entre gaz et liquide), d'une masse volumique voisine de 65 kg/m3.

Composition de la basse atmosphère de Vénus
Élément ou molécule[6] Pourcentage dans la basse atmosphère (en dessous des nuages)[6]
Dioxyde de carbone ~96,5 %
Diazote ~3,5 %
Dioxyde de soufre 150 ppm
Argon 70 ppm
Vapeur d'eau 20 ppm
Monoxyde de carbone 17 ppm
Hélium 12 ppm
Néon 7 ppm

L'effusivité thermique et le transfert de chaleur par les vents dans la basse atmosphère signifient que la température de la surface de Vénus ne varie pas de manière significative entre les hémisphères éclairé et obscur malgré la rotation très lente de la planète[26]. Les vents de surface sont lents, se déplaçant à quelques kilomètres par heure, mais en raison de la forte densité de l'atmosphère en surface, ils exercent une force importante contre les obstacles. Cette force rendrait à elle seule difficile le déplacement d'un être humain[27].

Couche nuageuse[modifier | modifier le code]
Photographie prise par la sonde Galileo en 1990. Les détails ont été accentués et la teinte bleue vient de l'utilisation d'un filtre violet.

Au-dessus des couches denses de CO2 se trouvent, à entre 45 km et 70 km de la surface[28], des couches de nuages épais d'acide sulfurique sous forme de gouttelettes, formé de dioxyde de soufre et d'eau (état solide et gazeux) par une réaction chimique entraînant l'hydrate d'acide sulfurique[10]. L'atmosphère contient aussi environ 1 % de chlorure ferrique[29],[30] et d'autres constituants possibles pour la composition de ces nuages sont le sulfate de fer, le chlorure d'aluminium et le pentoxyde de phosphore.

Ces nuages réfléchissent environ 90 % de la lumière solaire dans l'espace, empêchent l'observation visuelle de la surface de Vénus[31]. Ceux-ci sont également la cause de sa brillance dans le ciel terrestre[32], lui conférant un albédo de Bond de 0,77[6]. Cette couverture nuageuse permanente signifie que bien que Vénus soit plus proche que la Terre du Soleil, elle reçoit moins de lumière solaire au sol car seulement 5 % des rayons y parviennent[33].

Cette couche se subdivise en trois sous-couches[23] :

  • La couche inférieure ou basse atmosphère, de 31 à 51 km. De 31 à 48 km d’altitude, l’atmosphère est qualifiée de « brumeuse » à cause de la faible quantité de particules d’acide sulfurique qu’elle contient. Ces nuages d'acide sulfurique sont visibles depuis le sol comme des rubans de vapeur jaunis par le soufre qu'ils contiennent.
  • La couche centrale ou principale de 51 à 52 km d’altitude, relativement claire.
  • La couche supérieure ou haute de 52 à 68 km d’altitude. De 52 à 58 km d’altitude, elle consiste notamment en des gouttelettes d’acide sulfurique et d'acide chlorhydrique ainsi que des particules de soufre (liquides comme solides). Les gouttelettes d'acide sulfurique sont en solution aqueuse, constituées à 75 % d'acide sulfurique et à 25 % d'eau[34]. Enfin, la plus haute partie de la couche supérieure, de 58 à 68 km d’altitude, consisterait en une brume de cristaux de glace. Ce sont ces cristaux qui donnent à Vénus son apparence « laiteuse » vue depuis la Terre.

Les vents violents de plus de 300 km/h qui entraînent les plus hauts nuages font le tour de Vénus en quatre à cinq jours terrestres[35]. Ces vents se déplacent jusqu'à soixante fois la vitesse de la rotation de la planète ; par comparaison, les vents les plus rapides de la Terre n'ont qu'une vitesse de rotation de 10 à 20 % de la vitesse de rotation terrestre[36].

Bien que les conditions de surface sur Vénus ne soient pas propices, certains spéculent sur la possibilité de vie dans les couches supérieures des nuages de Vénus (où les températures varient entre 30 et 80 °C), malgré un environnement acide[37],[38],[39].

Si Vénus n'a pas de saisons en tant que telles, les astronomes ont identifié en 2019 une variation cyclique de l'absorption du rayonnement solaire par l'atmosphère, probablement causée par des particules opaques en suspension dans les nuages supérieurs. La variation provoque des changements observés dans la vitesse des vents de Vénus et semble augmenter et diminuer avec le cycle de taches solaires du Soleil s'écoulant sur onze ans[40].

Haute atmosphère[modifier | modifier le code]

La haute atmosphère se situe entre 68 et 90 km d’altitude. Elle est principalement composée de dioxyde de carbone qui y est majoritaire à plus de 96 % ; le reste étant principalement du diazote (~3,5 %). On trouve aussi des traces de monoxyde de carbone[10].

En 2007, Venus Express découvre l'existence d'un vortex atmosphérique double au pôle sud[41],[42].

En 2011, Venus Express découvre également l'existence d'une couche d'ozone dans les hautes couches de l'atmosphère de Vénus[43]. Cependant, cette couche étant très faible, on considère que Vénus ne possède aucune stratosphère[7].

En janvier 2013, l'ESA rapporte que l'ionosphère de Vénus ruisselle vers l'extérieur d'une manière similaire à celle de la queue d'une comète[44],[45].

Composition comparée des atmosphères de la Terre et de Vénus
L'atmosphère de la Terre est représentée par une série de pointes colorées. Le vert de l'eau domine, tandis que le rouge du dioxyde de carbone s'agglomère près du côté gauche.
Spectre d'absorption d'un mélange gazeux simple correspondant à atmosphère terrestre.
L'atmosphère de Vénus est représentée sur le même graphique. Ici, le rouge du dioxyde de carbone est particulièrement dominant. Le vert de l'eau et le violet du monoxyde de carbone sont également présents.
La composition de l'atmosphère de Vénus basée sur les données de HITRAN[46].
Vapeur d'eau en vert et dioxyde de carbone en rouge notamment. Les longueur d'onde sont décroissantes de gauche vers la droite)

Géographie[modifier | modifier le code]

Profil topographique de Vénus : au nord-ouest, les plateaux d’Ishtar Terra et de Lakshmi Planum (en ocre clair), où culmine le mont Maxwell (en rouge et blanc) ; au sud de l'équateur, le plateau d’Aphrodite Terra, avec le volcan Maat Mons tout à fait à l'est (en ocre et rouge) ; au sud-est, Alpha Regio en vert très foncé, et, plus à l'ouest, en ocre, Beta Regio ; en vert et bleu foncé, les vastes plaines de Vénus ; en bleu plus clair, les dépressions vénusiennes.

La surface vénusienne a fait l'objet de spéculations, du fait de ses épais nuages renvoyant la lumière visible, jusqu'à ce que l'envoi de sonde spatiales ne permette de l'étudier. Les missions Venera en 1975 et 1982 ont renvoyé des images d'une surface couverte de sédiments et de roches relativement anguleuses[47]. La surface a été cartographiée en détail par Magellan en 1990–91[48],[49]. Le sol montre des signes de volcanisme important, et le soufre relevé dans l'atmosphère semble indiquer des éruptions récentes[50],[51].

Globe topographique de Vénus (images radar de Magellan).

Vénus ayant un aplatissement nul, les altitudes y sont définies par rapport au rayon moyen volumétrique de la planète, qui vaut 6 051,8 km. C'est une planète au relief assez peu accidenté : les quatre cinquièmes de sa surface sont recouverts de plaines volcaniques à faible pente[52]. La surface vénusienne est principalement occupée à hauteur de 70 % par de vastes plaines sans grand relief[52]. Baptisées planitiae en géomorphologie planétaire, les principales d'entre elles sont Atalanta Planitia, Guinevere Planitia ou encore Lavinia Planitia. Elles sont parsemées de cratères[53]. Ces plaines, de nature a priori volcanique, se creusent par endroits jusqu'à 2 900 m sous le niveau moyen de la surface, au niveau de dépressions couvrant environ un cinquième de la surface de la planète. Les 10 % de plaines restantes sont lisses ou lobées[52].

Les plateaux (aussi appelés Hautes Terres "Highlands"), reliefs élevés parfois comparés aux continents terrestres[54], représentent ainsi moins de 15 % de la surface de la planète (contrairement aux 30 % de surface occupées par des continents sur Terre)[54]. Deux sont particulièrement remarquables par leurs dimensions, l'un se trouvant dans l'hémisphère nord de la planète et l'autre juste au sud de l'équateur :

  • Le continent nord, près des régions polaires, est appelé Ishtar Terra d'après Ishtar la déesse babylonienne de l'amour. Ses dimensions de 3 700 × 1 500 km sont un peu supérieures à celles de l'Australie[55]. Il s'agit d'un ensemble géologique essentiellement volcanique à l'ouest, avec notamment la très remarquable formation baptisée Lakshmi Planum, et orogénique à l'est, où se trouve Skadi Mons, point culminant de la planète à 10 700 m, dans la chaîne des Maxwell Montes[56], puis l'immense Fortuna Tessera qui est une région de terrains typiquement vénusiens ;
  • Le continent sud est appelé Aphrodite Terra, après la déesse grecque de l'amour. Il est trois fois plus étendu que le précédent, ayant une superficie similaire à celle de l'Amérique du Sud[55]. Ses reliefs y sont cependant moins élevés, présentant un réseau de fragments de plateaux dans un ensemble de tesserae prolongé au sud-est et surtout au nord-est par des coronae et des volcans, parmi lesquels Maat Mons, le plus haut volcan vénusien.
Vue en perspective de Seoritsu Farra, à l'est d'Alpha Regio.

D'autres régions élevées, de moindre importance, existent également. C'est le cas d’Alpha Regio, une série de cuvettes, d'arêtes, et de plis qui s'agencent dans toutes les directions avec une altitude moyenne de 1 à 2 km ; ou encore de Beta Regio, remarquable puisqu'on y aurait trouvé de hautes formations volcaniques dont certains sommets, récents, dépasseraient 5 000 m d'altitude. Avec l'Ovda Regio et les Maxwell Montes, du nom de James Clerk Maxwell, ce sont les seules caractéristiques de la surface vénusienne à être nommées d'après un nom masculin, avant l'adoption du système actuel par l'Union astronomique internationale[57]. La nomenclature planétaire actuelle est de nommer les caractéristiques vénusiennes d'après des femmes historiques et mythologiques[58].

La planète a peu de cratères d'impact, ce qui montre que la surface est relativement jeune, vieille d'environ 300 à 600 millions d'années[59],[60]. Vénus possède des caractéristiques de surface uniques en plus des cratères d'impact, des montagnes et des vallées que l'on trouve couramment sur les planètes rocheuses. Parmi ceux-ci se trouvent des éléments volcaniques à sommet plat appelés « farra », ressemblants à des pancakes, et dont le diamètre varie de 20 à 50 km et la hauteur de 100 à 1 000 mètres. On y trouve aussi des fractures concentriques ressemblant à des toiles d'araignées appelées « arachnoïdes » et des anneaux de fractures parfois entourés d'une dépression, nommées « coronae ». Ces caractéristiques sont d'origine volcanique[61].

La longitude des caractéristiques physiques de Vénus est exprimée par rapport à son méridien principal. Celui-ci était à l'origine défini comme traversant une tache lumineuse appelée Eve, située au sud d'Alpha Regio[62]. Une fois les missions Venera terminées, le méridien principal a été redéfini pour passer par le pic central du cratère Ariadne[63],[57]. Par ailleurs, la surface de la planète est répartie entre 62 quadrangles cartographiés au 15000000[64].

Image radar de la surface de Vénus
Fotla Corona, une corona de 200 km de diamètre (Magellan, 1991).

La température de surface de Vénus varie peu selon les latitudes et longitudes (elle est isotherme). La température est constante non seulement entre les deux hémisphères mais aussi entre l'équateur et les pôles[6],[65]. L'inclinaison de l'axe très faible de Vénus — moins de 3°, contre 23° sur Terre — minimise également les variations saisonnières de température[66]. Ainsi, l'altitude est donc l'un des rares facteurs qui puisse affecter la température vénusienne. Le point culminant de Vénus, Maxwell Montes, est le point le plus froid de Vénus, avec une température d'environ 655 K (380 °C) et une pression atmosphérique de 4,5 MPa (45 bar)[67],[68].

En 1995, la sonde spatiale Magellan prend en image une substance très réfléchissante au sommet des plus hauts sommet montagneux, ressemblant à la neige qu'on trouve aux sommets des montages terrestres[69]. Cette substance s'est probablement formée à partir d'un processus similaire à la neige, bien que celui-ci se déroule à une température beaucoup plus élevée. Trop volatile pour se condenser à la surface de la planète, elle se serait ainsi élevée sous forme gazeuse à des altitudes plus élevées pour finalement y précipiter du fait des températures plus faibles. La composition de cette substance n'est pas connue avec certitude, mais il est supposé qu'elle puisse être du tellure ou du galène (sulfure de plomb)[70].

Par ailleurs, des mesures d'émissivité à 1,18 µm réalisées en [71] suggèrent une relative abondance des granites et autres roches felsiques sur les terrains les plus élevés — qui sont généralement les plus anciens — de la planète. Cela impliquerait l'existence passée d'un océan global assorti d'un mécanisme de recyclage de l'eau dans le manteau susceptible d'avoir produit de telles roches. À l'instar de Mars, Vénus aurait ainsi peut-être connu, il y a plusieurs milliards d'années, des conditions tempérées permettant l'existence d'eau liquide en surface, eau aujourd'hui disparue — par évaporation puis dissociation photochimique dans la haute atmosphère[72].

Géologie de surface[modifier | modifier le code]

Image is false-colour, with Maat Mons represented in hues of gold and fiery red, against a black background
Carte radar en fausses couleurs de Maat Mons, le plus haut volcan vénusien (exagération verticale 22.5).

Une grande partie de la surface vénusienne semble avoir été façonnée par l'activité volcanique. Vénus compte beaucoup plus de volcans que la Terre, dont 167 grands volcans de plus de 100 km de diamètre tandis que seul complexe volcanique terrestre ayant au moins ce diamètre est la grande île d'Hawaï[61]. Ceci n'est pas la conséquence d'une plus grande activité volcanique sur Vénus, mais surtout de l'ancienneté de sa croûte. La croûte océanique, sur Terre, est continuellement recyclée par subduction aux limites des plaques tectoniques et a une moyenne d'âge d'environ 100 millions d'années[73] tandis que la surface vénusienne est estimée à 300–600 millions d'années[59] .

Plusieurs éléments indiquent une activité volcanique en cours sur Vénus. Les concentrations de dioxyde de soufre dans l'atmosphère ont diminué d'un facteur 10 entre 1978 et 1986 puis ont bondi en 2006 avant de, de nouveau, diminuer d'un facteur 10 entre 2006 et 2012[74]. Cela peut signifier que les niveaux avaient augmenté suite à de grandes éruptions volcaniques[75],[76]. Il reste ainsi sur Vénus un volcanisme résiduel, entraînant parfois la présence de lave en fusion au sol[77]. Il est également suggéré que la foudre vénusienne pourrait provenir de l'activité volcanique, et donc être de la foudre volcanique. En janvier 2020, des astronomes rapportent des preuves suggérant que Vénus était actuellement volcaniquement active[78],[79].

En 2008 et 2009, la première preuve directe d'un volcanisme en cours a été observée par Venus Express, sous la forme de quatre points chauds infrarouges localisés dans la zone de rift Ganis Chasma[80], près du volcan bouclier Maat Mons culminant à 8 km. Trois des taches ont été observées lors de plusieurs orbites successives. Les géologues pensent ainsi que ces taches représentent de la lave fraîchement libérée par des éruptions volcaniques[81],[82]. Les températures réelles ne sont pas connues, car la taille des points chauds n'a pas pu être mesurée, mais devait être contenue dans un intervalle de 800 à 1 100 K (527 à 980 °C) tandis que la température normale est évaluée à 740 K (467 °C)[83].

The plains of Venus are outlined in red and gold, with impact craters leaving golden rings across the surface
Cratères d'impact sur Vénus avec au premier plan le cratère Saskia (image en fausses couleurs).

D'autres Montes sont remarquables, avec par exemple le volcan bouclier Gula Mons atteignant une altitude de 3 000 m dans l'ouest d'Eistla Regio[84] ou encore Theia Mons et Rhea Mons dans la Beta Regio. Séparés de 800 km, ces deux derniers ont été formés par le panache du manteau lors de l'apparition de Devana Chasma[85].

Les sondes soviétiques Venera 15 et Venera 16 ont répertorié des cratères d'impact à la surface de Vénus[86]. Il en existe près d'un millier, ceux-ci étant répartis uniformément sur la planète. Sur d'autres corps cratérisés, comme la Terre et la Lune, les cratères montrent une gamme d'états de dégradation. Sur la Lune, la dégradation est causée par des impacts ultérieurs, tandis que sur Terre, elle est causée par l'érosion éolienne et pluviale. Cependant, sur Vénus, environ 85 % des cratères sont en parfait état. Le nombre de cratères, ainsi que leur état préservé, indique que la planète a subi un événement de resurfaçage global (c'est-à-dire le renouvellement quasi complet de sa surface) il y a environ 300 à 600 millions d'années[59],[60] suivi d'une décroissance du volcanisme[87]. Aussi, alors que la croûte terrestre est en mouvement continu, Vénus serait incapable de soutenir un tel processus. Sans tectonique des plaques pour dissiper la chaleur de son manteau, Vénus subit plutôt un processus cyclique dans lequel les températures du manteau augmentent jusqu'à atteindre un niveau critique qui affaiblit la croûte. Puis, sur une période d'environ 100 millions d'années, la subduction se produit à grande échelle, recyclant complètement la croûte[61].

Les cratères vénusiens ont un diamètre pouvant aller de 3 à 280 km. Aucun cratère n'est plus petit que 3 km, en raison de l'atmosphère dense de la planète : les objets n'ayant pas suffisamment d'énergie cinétique sont tellement ralentis par l'atmosphère qu'ils ne créent pas de cratère d'impact[88]. Ainsi les projectiles entrants ayant un diamètre inférieur à 50 mètres se fragmenteront avant d'atteindre le sol[89].

Structure interne[modifier | modifier le code]

Vénus présente une structure interne semblable à celle de la Terre : croûte, manteau et noyau.

Sans données sismiques ou connaissance de son moment d'inertie, peu d'informations directes sont disponibles sur la structure interne et la géochimie de Vénus[90]. Cependant, Vénus ressemblant à la Terre par sa taille (6 051 km de rayon contre 6 378 km pour la Terre) et par sa densité (5,26 contre 5,52), plusieurs auteurs supposent que les deux planètes ont une structure interne comparable : un noyau, un manteau et une croûte[91],[92],[93],[94].

Croûte[modifier | modifier le code]

La croûte silicatée, de 20 km d'épaisseur environ, serait plus épaisse que la croûte océanique terrestre (moyenne de 6 km), mais plus fine que la croûte continentale terrestre (moyenne de 30 km). La taille de la croûte vénusienne a été déduite des nombreux épanchements de lave constatés autour des cratères d'impact. Cette croûte ne représenterait que 0,34 % du rayon de la planète et les analyses faites par les différentes sondes Venera ont prouvé que le matériau extérieur de Vénus est semblable au granite et au basalte terrestre (roches riches en silice et ferromagnésiennes). Le système de plaques continentales y serait moins complexe que sur Terre : les roches plus plastiques absorbent fortement les effets de la dérive des continents. Ainsi, Vénus n'a pas de plaques tectoniques[93] comme celles de la Terre.

Cette différence fondamentale entre la géologie des deux planètes telluriques les plus ressemblantes peut être attribuée à leur évolution climatique divergente. En effet, le climat vénusien empêche l'eau de se conserver à la surface, desséchant irréversiblement les roches de la croûte. Or, l'eau interstitielle des roches joue un grand rôle dans la subduction sur Terre où elle est conservée dans ses océans. Les roches terrestres contiennent toutes un minimum d'eau résiduelle, ce qui n'est pas le cas dans les conditions du climat à hautes températures de Vénus.

Manteau[modifier | modifier le code]

Vénus posséderait un manteau rocheux représentant environ 52,5 % du rayon de la planète[95], composé essentiellement de silicates et d'oxydes de métaux. Ce manteau pourrait comporter encore aujourd'hui (comme la Terre pendant 2 ou 3 Ga) un océan magmatique, d'une épaisseur de 200 à 400 km[96].

Noyau[modifier | modifier le code]

Comme celui de la Terre, le noyau vénusien est au moins partiellement liquide car les deux planètes se sont refroidies à peu près au même rythme[97]. La taille légèrement plus petite de Vénus signifie que les pressions sont inférieures d'environ 24 % dans son noyau par rapport à celles régnant le noyau terrestre[98]. La principale différence entre les deux planètes est le manque de preuves d'une tectonique des plaques sur Vénus, peut-être parce que sa croûte est trop dure pour qu'il y ait une subduction sans eau pour la rendre moins visqueuse. Il en résulte que la perte de chaleur est réduite sur la planète, l'empêchant de se refroidir. Cela fournit une explication à son absence de champ magnétique interne[99]. À la place, Vénus pourrait surtout réduire sa chaleur interne lors d'événements de resurfaçage majeurs[59].

Le noyau de Vénus serait constitué de deux parties : un noyau externe constitué de fer et de nickel liquides qui représenterait environ 30 % du rayon de la planète ; un noyau interne composé de fer et de nickel solides qui représenterait environ 17 % du rayon de Vénus[95]. Mais cela reste spéculatif car, contrairement à la Terre, il n'y a pas eu de mesures sismiques. Il n'est pas impossible que le noyau de Vénus soit entièrement liquide. Certains indices pourraient aller dans ce sens, comme le très faible champ magnétique.

Champ magnétique[modifier | modifier le code]

Interaction de Vénus avec le vent solaire créant une magnétosphère induite.

En 1967, la sonde Venera 4 découvre que le champ magnétique de Vénus est beaucoup plus faible que celui de la Terre[100],[101] . Ce champ magnétique est créé par une interaction entre la ionosphère et le vent solaire[102] plutôt que par un effet dynamo interne comme dans le noyau terrestre[103],[104]. La magnétosphère presque inexistante de Vénus offre une protection négligeable de l'atmosphère contre le rayonnement cosmique. Il traîne dans le sillage de ce champ une queue de plasma longue de 45 millions de kilomètres, observée pour la première fois par la sonde SoHO en .

L'absence d'un champ magnétique intrinsèque à Vénus fut surprenant au moment de cette découverte, la grande similarité de la planète avec la Terre laissant présager un effet dynamo dans son noyau. Pour qu'il y ait une dynamo, il est nécessaire qu'il y ait présence d'un liquide conducteur, d'une rotation et d'une convection. On pense que le noyau est électriquement conducteur et, bien qu'elle soit très lente, les simulations montrent que la rotation de Vénus est suffisante pour produire une dynamo[105],[106]. Cela implique qu'il manque une convection dans le noyau de Vénus pour faire apparaître la dynamo[107].

Sur Terre, la convection se produit dans la couche externe liquide du noyau car le bas de la couche liquide est beaucoup plus élevé en température que le haut. Sur Vénus, un des événements de resurfaçage global peut avoir arrêté la tectonique des plaques et conduit à une baisse flux de chaleur à travers la croûte. Ce plus faible gradient thermique entraînerait une augmentation de la température du manteau, réduisant ainsi le flux de chaleur hors du noyau[100]. En conséquence, aucune convection n'est réalisée pour entraîner un champ magnétique. Au lieu de cela, la chaleur du noyau est utilisée pour réchauffer la croûte[108].

D'autres possibilités sont que Vénus n'ait pas de noyau interne solide, limitant grandement la séparation des divers constituants et impuretés, et de là les mouvements internes du fluide métallique du noyau qui génèrent le champ magnétique[109], ou que son noyau ne se refroidisse pas, de sorte que toute la partie liquide du noyau est à peu près à la même température, empêchant une nouvelle fois toute convection. Une autre possibilité est que son noyau s'est déjà complètement solidifié. L'état du noyau dépend fortement de sa concentration de soufre, qui est actuellement inconnue et empêche donc de lever les incertitudes[108]. Malgré son faible champ magnétique, des aurores ont été observées[110].

La faible magnétosphère autour de Vénus signifie que le vent solaire interagit directement avec les couches supérieures de son atmosphère. À cet endroit, des ions hydrogène et oxygène sont créés par la dissociation de molécules neutres par le rayonnement ultraviolet. Le vent solaire fournit alors une énergie suffisante pour que certains de atteignent une vitesse permettant d'échapper au champ de gravité de Vénus. Ce processus d'érosion entraîne une perte constante d'ions de faible masse (hydrogène, hélium et oxygène) dans l'atmosphère, tandis que les molécules de masse plus élevée, telles que le dioxyde de carbone, sont plus susceptibles d'être retenues. L'érosion atmosphérique par le vent solaire a probablement entraîné la perte de la plupart de l'eau de Vénus au cours du premier milliard d'années après sa formation[111]. L'érosion a également augmenté la proportion de l'isotope deutérium par rapport à l'hydrogène protium sans neutron (donc de masse inférieure et plus facilement emporté), aboutissant à un ratio de deutérieum sur protium dans l'atmosphère supérieur à 100 fois à ceux trouvés dans le reste du Système solaire[112].  

Comparaisons[modifier | modifier le code]

Par sa taille et sa masse, Vénus est très similaire à la Terre et a souvent été décrite comme la sœur jumelle de cette dernière[113]. Les deux planètes sont semblables, autant par les aspects physiques qu'orbitaux :

  • Les deux ont peu de cratères, signe d'une surface relativement jeune et d'une atmosphère dense.
  • Leurs compositions chimiques sont très proches.

Le tableau suivant recapitule ces propriétés physiques relativement proches :

Comparaison de propriétés physiques de Vénus et de la Terre
Propriétés physiques Vénus[6] Terre[6] Rapport Vénus/Terre[6]
Masse 4,868 5 × 1024 kg 5,973 6 × 1024 kg 0,815
Rayon équatorial 6 051 km 6 378 km 0,948
Densité moyenne 5,25 5,51 0,952
Demi-grand axe 108 208 926 km 149 597 887 km 0,723
Vitesse orbitale moyenne 35,02 km s−1 29,79 km s−1 1,175
Pesanteur extérieure équatoriale 8,87 m s−2 9,81 m s−2 0,906

Une partie des astronomes pensaient, avant l'envoi de sondes spatiales à sa surface, que Vénus pouvait être très similaire à la Terre sous ses épais nuages et peut-être même abriter la vie[114]. Certaines études émettent l'hypothèse qu'il y a quelques milliards d'années, Vénus aurait été bien plus semblable à la Terre qu'elle ne l'est actuellement[115]. Il y aurait ainsi eu des quantités importantes d'eau à sa surface et cette eau se serait évaporée à la suite d'un important effet de serre[12].

Photomontage comparatif des tailles des planètes telluriques du Système solaire (de gauche à droite) : Mercure, Vénus (images radar), la Terre et Mars.
Comparaison de caractéristiques physiques des planètes telluriques du Système solaire
Planète Rayon équatorial Masse Gravité Inclinaison de l’axe
Mercure[116] 2 439,7 km
(0,383 Terre)
e23/3.3013,301 × 1023 kg
(0,055 Terre)
3,70 m/s2
(0,378 g)
0,03°
Vénus[6] 6 051,8 km
(0,95 Terre)
e24/4.86754,867 5 × 1024 kg
(0,815 Terre)
8,87 m/s2
(0,907 g)
177,36°[a]
Terre[117] 6 378,137 km e24/5.97245,972 4 × 1024 kg 9,780 m/s2
(0,997 32 g)
23,44°
Mars[118] 3 396,2 km
(0, 532 Terre)
e23/6.441716,441 71 × 1023 kg
(0,107 Terre)
3,69 m/s2
(0,377 g)
25,19°

Orbite et rotation[modifier | modifier le code]

the orbits of Mercury, Venus, Earth and Mars are seen in motion from the top down against a spiderweb graph. Earth's orbit leaves a blue trail, while Venus's orbit leaves a yellow trail
Orbite de Vénus comparée à celle de la Terre.

Orbite[modifier | modifier le code]

Vénus orbite autour du Soleil à une distance moyenne d'environ 108 millions de kilomètres (entre 0,718 et 0,728 UA) et complète une orbite tous les 224,7 jours terrestres, soit environ 1,6 fois plus vite que la Terre[6]. Bien que toutes les orbites planétaires soient elliptiques, l'orbite de Vénus est celle qui est la plus proche d'une orbite circulaire, avec une excentricité inférieure à 0,01[6],[119]. Lorsque Vénus se situe entre la Terre et le Soleil en conjonction inférieure, elle a la distance à la Terre la plus faible de toutes les planètes en conjonction inférieure, à une distance moyenne de 41 millions de kilomètres. Cependant, en moyenne, c'est Mercure et non Vénus la planète la plus proche de la Terre du fait de sa plus faible distance au Soleil[120],[121]. La planète atteint en moyenne sa conjonction inférieure tous les 584 jours, ce qu'on appelle sa période synodique[6].

Rotation[modifier | modifier le code]

Position orbitale et rotation de la planète Vénus indiquée tous les 10 jours terrestres d'intervalle, de 0 à 250 jours. En conséquence de la lente rotation rétrograde de Vénus, tout point donné sur Vénus a près de 60 jours terrestres d'illumination continue et une période équivalente d'obscurité.

Toutes les planètes du Système solaire tournent autour du Soleil dans le sens antihoraire vu depuis le pôle nord de la Terre. Aussi, la plupart des planètes tournent également sur leurs axes dans le sens antihoraire/direct. Ce n'est pas le cas de Vénus (on peut également citer Uranus), qui tourne dans le sens horaire : on parlera de rotation rétrograde. Sa période de rotation est de 243 jours terrestres — la rotation la plus lente de toutes les planètes du Système solaire[119]. Celle-ci n'est connue que depuis , date à laquelle des observations radar menées par le Jet Propulsion Laboratory ont permis d'observer la surface de la planète au travers de l'épaisse atmosphère[122].

Un jour sidéral vénusien dure donc plus longtemps qu'une année vénusienne (243 contre 224,7 jours terrestres)[123]. Du fait de cette rotation rétrograde, un observateur à la surface de Vénus verrait le Soleil se lever à l'ouest et se coucher à l'est[124]. En pratique, les nuages opaques de Vénus empêchent d'observer le Soleil depuis la surface de la planète[125].

En raison de la rotation rétrograde, la durée d'un jour solaire sur Vénus est significativement plus courte que le jour sidéral, durant 116,75 jours terrestres, alors qu'ils sont plus longs pour les planètes avec une rotation dans le sens direct[126]. Une année vénusienne représente donc environ 1,92 jours solaires vénusiens[127] et les journées et les nuits vénusiennes s'étendent sur près de deux mois terrestres : 58 j 9 h.

Parce que sa rotation est si lente, Vénus est très proche d'une sphère avec un aplatissement presque nul[128]. Aussi, l'équateur de Vénus tourne à 6,52 km/h tandis que celui de la Terre tourne à 1 674 km/h[129]. La rotation de Vénus a ralenti pendant les 16 ans s'étant écoulés entre les visites des véhicules spatiaux Magellan et Venus Express : le jour sidéral vénusien a augmenté de 6,5 minutes dans ce laps de temps[130],[131].

Origine de la rotation rétrograde[modifier | modifier le code]

Les causes de la rotation rétrograde de Vénus sont encore mal comprises et elle peut s'être formée à partir de la nébuleuse solaire avec une période de rotation et une obliquité différentes de celles qu'elle connaît actuellement. L'explication la plus souvent avancée est une collision gigantesque avec un autre corps de grande taille, pendant la phase de formation des planètes du Système solaire[132],[133],[134].

Une autre explication met en jeu l'atmosphère vénusienne qui, du fait de sa forte densité, a pu influencer la rotation de la planète. Des travaux de Jacques Laskar et Alexandre C. M. Correia prenant en compte les effets de marée thermique atmosphérique montrent le comportement chaotique de l'obliquité et de la période de rotation de Vénus[135],[136]. Vénus aurait donc pu évoluer naturellement sur plusieurs milliards d'années vers une rotation rétrograde sans avoir à faire intervenir de collision avec un corps massif. La période de rotation observée aujourd'hui pourrait ainsi être un état d'équilibre entre un verrouillage par effet de marée dû à la gravitation du Soleil, qui a tendance à ralentir la rotation, et une marée atmosphérique créée par le chauffage solaire de l'atmosphère vénusienne épaisse qui l’accélérerait[137],[138]. Il n'est cependant pas possible de savoir si l'obliquité de Vénus est passée brusquement de 0° à 180° au cours de son histoire ou si sa vitesse de rotation s'est ralentie jusqu'à une vitesse nulle pour ensuite devenir négative. Les deux scénarios sont possibles et aboutissent au même état d'équilibre actuel[b].

L'hypothétique synchronisation Terre-Vénus[modifier | modifier le code]

Vénus est quasiment en rotation synchrone avec la Terre, de sorte que toutes les fois où Vénus est en conjonction inférieure, Vénus présente presque exactement la même face à la Terre. Cela est dû au fait que l'intervalle moyen de 583,92 jours terrestres entre les approches rapprochées successives de la Terre (période synodique) est presque égal à 5 jours solaires vénusiens (car 583,92/116,75 ≈ 5,0015)[6],[139].

Ainsi, il a été discuté d'une synchronisation Terre-Vénus. Cependant, ce ratio n'est pas exactement égal à 5, tandis que le verrouillage gravitationnel de la Lune sur la Terre (1:1) ou de celui de la rotation de Mercure sur sa révolution (3:2) sont exacts et stabilisés[140]. Aussi, les forces de marée impliquées dans la synchronisation Vénus-Terre sont extrêmement faibles. L'hypothèse d'une résonance spin-orbite avec la Terre a donc été écartée[141], la synchronisation observée pouvant être une coïncidence uniquement observable à notre époque astronomique[140].

Absence de satellites[modifier | modifier le code]

Dessins de Fontana montrant les illusions qu'il a aperçues autour de Vénus.
Dessins de Fontana montrant les illusions aperçues autour de Vénus.

Vénus ne possède pas de satellites naturels[142]. Elle possède cependant plusieurs astéroïdes troyens : le quasi-satellite 2002 VE68 avec une orbite en fer à cheval[143],[144],[145] et deux troyens temporaires, 2001 CK32[146] et 2012 XE133[147].

En 1645, Francesco Fontana[148] puis Giovanni Cassini rapportent la présence d'une lune en orbite autour de Vénus, qui est ensuite nommée Neith[149],[150]. De nombreuses observations sont rapportées au cours des deux siècles suivants, dont d'astronomes réputés tels que Joseph-Louis Lagrange en 1761, et Johann Heinrich Lambert calcule son orbite en 1773. Cependant, la plupart de ces observations sont ensuite correctement attribuées à des étoiles voisines ou à des illusions d'optique à la fin du XIXe siècle et la quête de Neith s'arrête[149],[148].

Une étude de modélisation réalisée en 2006 au California Institute of Technology par Alex Alemi et David Stevenson sur l'origine du Système solaire montre que Vénus a probablement eu au moins une lune créée par un grand impact cosmique il y a plusieurs milliards d'années[151],[152]. Puis, environ 10 millions d'années plus tard, selon l'étude, un autre impact aurait inversé la direction de rotation de la planète et a provoqué une accélération par effet de marée de la lune vénusienne vers Vénus jusqu'à ce qu'elle entre en collision avec elle[152]. Si des impacts ultérieurs créaient des lunes, celles-ci étaient supprimées de la même manière. Une autre explication du manque de satellites est l'effet de fortes marées solaires, qui peuvent déstabiliser les gros satellites en orbite autour des planètes terrestres intérieures, comme c'est également le cas pour Mercure[153],[154].    

Observation[modifier | modifier le code]

A photograph of the night sky taken from the seashore. A glimmer of sunlight is on the horizon. There are many stars visible. Venus is at the centre, much brighter than any of the stars, and its light can be seen reflected in the ocean.
Vénus est toujours plus brillante que les autres planètes et étoiles (sauf le Soleil) vu depuis la Terre. Jupiter est le deuxième objet le plus brillant de l'image.

À l'œil nu, Vénus est le troisième objet naturel le plus brillant du ciel (après le Soleil et la Lune)[155],[156]. Elle apparaît comme un point blanc brillant avec une magnitude apparente variant entre -4,6 et -3,7 (moyenne de -4,14 et écart-type de 0,31)[157],[158], et un diamètre apparent compris entre 9,7 et 66 secondes d'arc. La magnitude la plus brillante se produit pendant la phase de croissant environ un mois avant ou après la conjonction inférieure. La planète est suffisamment brillante pour être vue dans un ciel clair en journée[159],[160] mais est plus facilement visible lorsque le soleil est bas à l'horizon ou en train de se coucher. Du fait de sa luminosité elle est la seule étoile, mis à part le Soleil, à pouvoir projeter une ombre sur le sol terrestre[161]. En tant que planète inférieure de la Terre, son élongation (c'est-à-dire l'angle marqué entre la planète et le soleil dans le ciel terrestre) connaît une valeur maximale de 47°[162].

Vénus dépasse la Terre tous les 584 jours en ce qui concerne leur orbite autour du Soleil[6]. Ce faisant, elle passe de « l'étoile du soir », visible après le coucher du soleil, à « l'étoile du matin », visible avant le lever du soleil. À l'inverse de Mercure, l'autre planète inférieure qui possède elle une élongation maximale de 28° et qui est souvent difficile à discerner au crépuscule, Vénus est très facilement visible, surtout lorsqu'elle est à son plus fort. Le crépuscule astronomique (moment où le soleil est suffisamment sous l'horizon pour qu'il y ait un ciel totalement sombre) étant d'environ 18°, elle peut atteindre jusqu'à un angle de 47-18 = 29° dans un ciel noir et rester visible jusqu'à plusieurs heures après le coucher du soleil[163].

Ces caractéristiques ont contribué à surnom dans la culture populaire d’« étoile du berger » (quant bien même le terme « étoile » soit impropre car il s'agit d'une planète) car elle peut être facilement visible dans le ciel, ce qui historiquement permettait de guider les gardiens de troupeaux pour aller aux pâturages ou en revenir[164]. En tant qu'objet ponctuel le plus brillant du ciel, Vénus est également communément prise pour un objet volant non identifié[165],[166],[167].

Phases[modifier | modifier le code]

diagram illustrating the phases of Venus, going from full to new, showing that its diameter increases as its visible area decreases
Les phases de Vénus et l'évolution de son diamètre apparent au cours de son orbite.

Au cours de son orbite autour du Soleil, Vénus affiche des phases comme celles de la Lune lorsque vue au télescope[168]. La planète apparaît comme un petit disque dit « plein »lorsqu'elle est située de l'autre côté du Soleil par rapport à la Terre (à une conjonction supérieure). Vénus montre un disque plus grand et une « phase quart» à ses allongements maximaux par rapport au Soleil, et apparaît alors à son plus brillant dans le ciel nocturne. La planète présente un croissant mince beaucoup plus grand en vue télescopique lorsqu'elle passe le long du côté proche entre la Terre et le Soleil. Enfin, Vénus affiche sa plus grande taille et sa « nouvelle phase » lorsqu'elle se situe entre la Terre et le Soleil (à conjonction inférieure). Son atmosphère est visible au télescope du fait du halo de lumière solaire réfractée autour d'elle[162].

Leur observation a été faite pour la première fois au début du XVIIe siècle par Galilée à l'aide de sa lunette astronomique. Elles ont été un argument utilisé par ce dernier pour se rallier à la théorie héliocentrique de Copernic[169].

Transit de Vénus[modifier | modifier le code]

Transit de Vénus de 2012, observable au coucher de soleil à Tiki Island, États-Unis.

On appelle « transit de Vénus » le passage de la planète Vénus entre la Terre et le Soleil, où l'ombre de Vénus apparaît devant le disque solaire. L'orbite vénusienne étant légèrement inclinée par rapport à l'orbite terrestre, lorsque la planète passe entre la Terre et le Soleil elle ne traverse généralement pas la face du Soleil. Ainsi, les transits de Vénus se produisent alors lorsque la conjonction inférieure la planète coïncide avec sa présence dans le plan de l'orbite terrestre, plus précisément quand elles croisent la ligne d'intersection de leurs plans orbitaux. Cet événement est rare à l'échelle de temps humaine du fait des critères nécessaires à cette observation : les transits de Vénus se produisent par cycles de 243 ans, le schéma actuel étant des paires de transit séparée de huit ans et se produisant à des intervalles d'environ 105,5 ans ou 121,5 ans[170]. Ce modèle fut découvert pour la première fois en 1639 par l'astronome anglais Jeremiah Horrocks[171].

Au cours du transit de Vénus, il apparaît un effet d'optique appelé « phénomène de la goutte noire ». Lors du deuxième contact et juste avant le troisième contact, une petite larme noire semble connecter le disque de la planète avec la frontière du limbe solaire, rendant difficile de dater précisément les contacts[172].

Historiquement, l'observation des transits de Vénus est importante car ils permettaient aux astronomes de déterminer la valeur de la distance Terre-Soleil (l'unité astronomique) par la méthode de la parallaxe, comme l'a fait Horroks en premier lors du transit de 1639[173]. Le XVIIIe siècle a ainsi vu de grandes expéditions de la part des astronomes européens pour mesurer les deux transits de et [174],[175], auxquels le nom de l'astronome français Guillaume Le Gentil est resté attaché en raison de la malchance qui l'empêcha d'effectuer les observations auxquelles il avait consacré des années de préparation[176],[177]. Aussi, l'exploration du capitaine Cook de la côte est de l'Australie intervint après qu'il ait navigué jusqu'à Tahiti en 1768 pour observer le transit de Vénus de 1769[178],[179].

La paire de transits suivante s'est produite en décembre 1874 et décembre 1882. Le transit de 1874[180] a fait l'objet de la plus ancienne expérimentation de film connue, le Passage de Vénus par l'astronome français Pierre Janssen[181],[182].

La dernière paire de transit s'est produite les 8 juin 2004 et 5-6 juin 2012. Le transit pouvait à cette occasion être regardé en direct sur Internet à partir de nombreux streaming ou observé localement avec le bon équipement et les bonnes conditions[183]. Le prochain transit aura lieu le 11 décembre 2117[170],[184].

Apparitions en journée[modifier | modifier le code]

Des observations à l'œil nu de Vénus en journée sont notées dans plusieurs anecdotes et enregistrements.

L'astronome Edmund Halley a calculé sa luminosité maximale à l'œil nu en 1716, lorsque de nombreux Londoniens ont été alarmés par son apparition en plein jour[185]. L'empereur français Napoléon Bonaparte a été témoin d'une apparition diurne de la planète lors d'une réception au Luxembourg[185]. Une autre observation historique diurne célèbre de la planète a eu lieu lors de la cérémonie d'inauguration pour du second terme du président américain Abraham Lincoln à Washington, DC, le 4 mars 1865[160],[186],[187]. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le navire de guerre américain USS Houston (CA-30) tira 250 coups vers le ciel le 9 décembre 1941 (deux jours après l'attaque de Pearl Harbor) pour tenter d'abattre Vénus, la prenant pour un avion ennemi[185],[188].

Bien que la visibilité à l'œil nu des phases de Vénus soit contestée, il existe des enregistrements d'observations de son croissant[189].

Pentagramme de Vénus[modifier | modifier le code]

The image resembles a complex, spirograph floral pattern with five loops encircling the middle.
Le pentagramme de Vénus. La Terre est positionnée au centre du diagramme et la courbe représente l'orbite de Vénus en fonction du temps.

Le pentagramme de Vénus est le chemin que Vénus trace comme observé depuis la Terre. Il résulte du fait que les conjonctions inférieures successives de Vénus se répètent très près d'un rapport de 13:8 (la Terre faisant 8 révolutions quand Vénus en fait 13), donnant ainsi un angle constant de 144° sur les conjonctions inférieures séquentielles, c'est-à-dire à chaque période synodique[190],[c]. Ce ratio est une approximation : en réalité 8/13 vaut 0.61538 tandis que Vénus orbite autour du Soleil en 0,615 19 années terrestres[191]. Comme il faut 5 périodes synodiques de Vénus pour former le pentagramme, cela se produit toutes les 8 années terrestres[d].

Aussi, le pentagramme fut également utilisé comme symbole de Vénus et de la féminité en général, en lien avec la Déesse mère[192].

Lumière cendrée[modifier | modifier le code]

Un mystère de longue date des observations de Vénus est sa lumière cendrée[15]. Il s'agit d'un phénomène lumineux évanescent qui se présenterait sous la forme d'une lueur diffuse à peine discernable éclairant la partie sombre du disque de Vénus lorsque la planète est en phase de croissant[169],[113]. La première observation revendiquée de la lumière cendrée est faite en 1643, mais l'existence de l'illumination n'a jamais été confirmée de manière fiable. Les observateurs émettent l'hypothèse que cela pourrait résulter d'une activité électrique dans l'atmosphère vénusienne, mais cela pourrait également être une illusion d'optique résultant de l'effet physiologique de l'observation d'un objet brillant en forme de croissant[193],[194].   

Histoire de son observation[modifier | modifier le code]

Avant les télescopes[modifier | modifier le code]

Phosphoros et Hespéros par Evelyn De Morgan. Phosphoros symbolise le matin avec la torche levée tandis qu'Hespéros symbolise le soir avec la torche baissée.

Vénus étant le troisième astre du ciel en termes de magnitude apparente, après le Soleil et la Lune, elle a attiré l'attention des premiers astronomes. Aussi, Vénus est la première planète à avoir ses mouvements tracés dans le ciel, dès le deuxième millénaire avant J.-C.[195]. Cependant, parce que les mouvements de la planète semblent être discontinus (elle peut disparaître du ciel pendant plusieurs jours en raison de sa proximité avec le soleil) et qu'elle apparaît tantôt le matin (Astre du matin) et tantôt le soir (Astre du soir), de nombreuses cultures et civilisations ont d'abord pensé que Vénus correspondait à deux astres différents[196]. Ainsi, pour les anciens Égyptiens, l'étoile du matin était appelée Tioumoutiri et l'étoile du soir Ouaiti[197]. De même, les Chinois ont historiquement appelé la Vénus du matin « la Grande Blanche » (Tài-bái 太白) ou « l'Ouvreuse de la Luminosité » (Qǐ-míng 啟明), et la Vénus du soir comme « l'Excellente Ouest » ( Cháng-gēng 長庚)[198].

Néanmoins, un sceau-cylindre de la période de Djemdet Nasr et la tablette d'Ammisaduqa de la première dynastie de Babylone indiquent que les Babyloniens semblent avoir compris assez tôt que les « étoiles du matin et du soir » étaient le même objet céleste[199],[200]. Vénus est alors connue sous le nom de Ninsi'anna (« dame divine, illumination du ciel » du fait de sa brillance) et plus tard sous le nom de Dilbat[201]. Les premières orthographes du nom sont écrites avec le signe cunéiforme si4 (= SU, signifiant « être rouge ») dont la signification première pourrait être « dame divine de la rougeur du ciel », en référence à la couleur de l'aube et du crépuscule[202].

Extrait du Codex de Dresde montrant des dessins de Vénus.

Les anciens Grecs pensèrent également que Vénus était deux corps distincts, une étoile du matin et une étoile du soir. Ils les appelèrent respectivement Phōsphoros (Φωσϕόρος), signifiant « apporteur de lumière » (d'où l'élément phosphore ; alternativement Ēōsphoros (Ἠωςϕόρος), signifiant « aurore ») pour l'étoile du matin, et Hesperos (Ἕσπερος), signifiant « occidental », pour l'étoile du soir[203]. Pline l'Ancien attribue la découverte qu'ils étaient un seul objet céleste à Pythagore au sixième siècle avant notre ère[204], tandis que Diogène Laërtius soutient que Parménide fut probablement responsable de cette redécouverte[205]. Plus tard, bien que les anciens Romains aient reconnu Vénus comme un seul objet céleste, les deux noms grecs traditionnels ont continué à être utilisés et aussi traduits en latin par Lucifer (signifiant « porteur de lumière ») pour l'apparition du matin et Vesper pour celle du soir[203],[206],[207].

Au deuxième siècle de notre ère, Ptolémée émet l'hypothèse dans son traité d'astronomie Almageste que Mercure et Vénus sont situées entre le Soleil et la Terre, au sein d'un système géocentrique[208],[209].

Parallèlement, les Mayas considèrent Vénus comme le corps céleste le plus important après le Soleil et la Lune. Ils l'appellent Chac ek ou Noh Ek, signifiant« la grande étoile » et savent qu'il ne s'agit que d'un seul astre[210],[211]. Les cycles de Vénus font l'objet d'un calendrier retrouvé dans le Codex de Dresde et les Mayas suivent les apparitions et conjonctions de Vénus à l'aube et au crépuscule[212],[213]. Ce calendrier repose notamment sur leur observation que cinq périodes synodiques de la planète correspondent à huit années terrestres, cause du « pentagramme de Vénus »[197]. De nombreux événements de ce cycle étaient associés au mal et les guerres ont parfois été coordonnées pour coïncider avec les phases du cycle[214].

Al-Khwârizmî, dit Algorismus, mathématicien, géographe et astronome d’origine perse, établit au IXe siècle des tables astronomiques basées sur l’astronomie hindoue et grecque[215]. Il étudie ainsi la position et la visibilité de la Lune et ses éclipses, du Soleil et des cinq planètes visibles à l'œil nu. Il est le premier d'une longue série de scientifiques arabes[215].

Au XIe siècle, l'astronome perse Avicenne affirme avoir observé un transit de Vénus[216], ce qui consistera une confirmation de la théorie de Ptolémée pour les astronomes ultérieurs[217]. Au XIIe siècle, l'astronome andalou Ibn Bajjah observe « deux planètes comme des taches noires sur la face du Soleil » et Averroès déclare que le neveu de Sa'd ibn Mu'adh avait assisté à un transit simultané de Vénus et de Mercure, annonçant avoir calculé leurs trajectoires et qu'elles étaient en conjonction à ce moment pour soutenir sa thèse[216],[218] ; cette observation sera ensuite citée par Nicolas Copernic dans Des révolutions des sphères célestes[219]. Qotb al-Din Shirazi, astronome de l'école de Maragha, considére également au XIIIe siècle ces observation comme des transits de Vénus et de Mercure[220].

En réalité, il n'y a pas eu de transit de Vénus du vivant d'Ibn Bajjah[220],[170] et les transits de deux planètes n'ont pas pu être simultanés comme le décrit Averroès[219]. Aussi, si Avicenne n'a pas noté le jour où il aurait observé un transit et s'il y a bien eu un transit de son vivant (le 24 mai 1032, cinq ans avant sa mort), celui-ci ne pouvait être visible pour lui du fait de sa position géographique[221],[222].

D'une façon générale, des doutes ont été soulevés par des astronomes plus récents sur l'observation des transits par les astronomes médiévaux arabes, ceux-ci ayant été potentiellement confondus avec des taches solaires[219],[223]. Ainsi, toute observation d'un transit de Vénus avant les télescopes reste spéculative[223].

Recherches au télescope à partir du XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Venus is shown in various positions in its orbit round the Sun, with each position marking a different amount of surface illumination
La découverte par Galilée que Vénus montre des phases (bien qu'elle reste près du Soleil dans le ciel terrestre) prouve qu'elle orbite autour du Soleil et non de la Terre.

Le physicien italien Galilée invente la lunette astronomique en 1609. En mai 1610, il l'utilise pour observer Vénus et constate que la planète présente des phases, comme la Lune[224],[225]. Il note qu'elle montre une phase semi-éclairée lorsqu'elle est au plus fort de son élongation et qu'elle apparaît comme un croissant ou une phase complète lorsqu'elle est est au plus proche du Soleil dans le ciel[224]. Galilée en déduit que Vénus est en orbite autour du Soleil, ce qui est l'une des premières observations contredisant clairement le modèle géocentrique de Claude Ptolémée selon lequel le Système solaire serait concentrique et centré sur la Terre[226],[227].

Le transit de Vénus de 1639 est prédit avec précision par Jeremiah Horrocks puis observé par lui et son ami, William Crabtree, dans leurs maisons respectives, le 4 décembre 1639 (soit le 24 novembre selon le calendrier julien utilisé à cette époque)[228],[229],[230]. Si l'on considère les observations des astronomes arabes comme contestées, il s'agit donc des premiers Hommes à avoir observé un transit de Vénus[231],[232].

En 1645, une première observation d'un supposé satellite de Vénus est faite par Francesco Fontana[148], ultérieurement dénommé Neith[150],[225]. D'autres observations seront faites pendant les deux siècles suivants (dont celles de Giovanni Cassini ou de Joseph-Louis Lagrange), mais l'existence de Neith est finalement réfutée à la fin du XIX siècle et les observations attribuées à des erreurs ou des illusions d'optique[225].

Vers 1666, Cassini estime à un peu plus de 23 heures la période de rotation de Vénus, sans parvenir à identifier s'il s'agit d'une vraiment d'une rotation ou bien d'une libration[233],[124],[234]. Cette erreur par rapport à la valeur réelle maintenant connue est notamment due aux marques de mouvement sur la surface de la planète créees par son atmosphère dense, dont l'existence n'était alors pas connue[234].

Vers 1726, Francesco Bianchini observe, ou croît observer, grâce à une lunette particulièrement puissante des tâches sur la surface de la planète indiquant des étendues similaires aux mers lunaires[235]. Il réalise ainsi le premier planisphère de Vénus[235].

Pour les transits de Vénus de 1761 et de 1769, de grandes expéditions sont organisées à travers le monde afin de réaliser des observations permettant de mesurer l'unité astronomique à l'aide de la méthode de la parallaxe[230],[236]. Des noms telles que ceux de James Cook et de Guillaume Le Gentil restent associés à ces expéditions. Cependant, les résultats de la mesure de l'UA réalisés en 1771 par Jérôme de Lalande sont décevants en raison de la mauvaise qualité des observations[236].

L'atmosphère de Vénus est également découverte en 1761 par le polymathe russe Mikhail Lomonosov, puis observée en 1792 par l'astronome allemand Johann Schröter[237],[238]. Schröter découvre en effet que lorsque la planète était un mince croissant, ses pointes s'étendaient sur plus de 180° ; il suppose donc que cela est dû à l'effet de la dispersion de la lumière du soleil dans une atmosphère dense[239]. Plus tard, l'astronome américain Chester Lyman observe un anneau complet autour de la planète alors qu'elle était à une conjonction inférieure, fournissant des preuves supplémentaires d'une atmosphère[240].

De nouvelles expéditions sont organisées pour les transits de 1874 et de 1882, aboutissant à de meilleures approximation de l'UA, d'études de l'atmosphère vénusienne[236] et de la plus ancienne expérimentation de film connue, le Passage de Vénus par l'astronome français Jules Janssen[241],[242].

L'atmosphère, qui avait auparavant compliqué les efforts pour déterminer une période de rotation d'observateurs tels que Cassini et Schröter[234], est prise en compte en 1890 par Giovanni Schiaparelli et d'autres qui optent alors pour une période de rotation de 225 jours environ, ce qui aurait correspondu à une rotation synchrone avec le Soleil[243].

Utilisation de nouveaux outils à partir du XXe siècle[modifier | modifier le code]

black and white image of Venus, its edges blurred by its atmosphere, a small crescent of its surface illuminated
Vue de Vénus depuis la surface de la Terre avec un télescope de Cassegrain de 250 mm (2007).

Peu de choses ont été découvertes sur la planète jusqu'au XXe siècle. Son disque presque sans relief ne donnant aucune indication sur sa surface du fait de l'épaisse atmosphère, ce n'est qu'avec le développement d'observations spectroscopiques, radar et ultraviolettes que plus d'informations ont été obtenues.

Les observations spectroscopiques des années 1900 ont donné les premiers indices plus précis sur la rotation vénusienne.Vesto Slipher essaie de mesurer le décalage Doppler de la lumière de Vénus, mais constate qu'il ne peut détecter aucune rotation. Il en déduit que la planète doit avoir une période de rotation beaucoup plus longue qu'on ne le pensait auparavant[244]

Les premières observations ultraviolettes sont effectuées dans les années 1920, lorsque Frank E. Ross constate que les photographies ultraviolettes révélent des détails absents dans le rayonnement visible et infrarouge. Il suggère que cela est dû à une atmosphère inférieure dense et jaune avec de hauts nuages de cirrus[245].

Des travaux ultérieurs dans les années 1950 montrent que la rotation est rétrograde. Aussi, des observations radar de Vénus sont effectuées pour la première fois dans les années 1960 et fournissent les premières mesures de la période de rotation, qui sont alors déjà proches de la valeur exacte connue soixante ans plus tard[246].

Dans les années 1970, les observations radar révèlent pour la première fois des détails de la surface vénusienne. Des impulsions d'ondes radio sont diffusées sur la planète en utilisant le radio-télescope de 300 mètres à l'Observatoire Arecibo et les échos révèlent deux régions hautement réfléchissantes, désignées Alpha Regio et Beta Regio. Les observations révèlent également une région brillante attribuée à une montagne, qui est appelée Maxwell Montes[247]. Ces trois caractéristiques sont désormais les seules sur Vénus à ne pas avoir de prénom féminin car nommées avant la normalisation de l'Union astronomique internationale[57].

Exploration[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste de Mariner 2 (1962), première mission interplanétaire réussie de l'histoire.

L'exploration de Vénus à l'aide de sondes spatiales commence au début des années . Une vingtaine d'entre elles ont depuis visité la planète, que ce soit pour de simples survols, pour des séjours plus longs en orbite autour de Vénus, ou encore pour larguer des modules d'observation dans l'atmosphère et à la surface de Vénus.

La première mission d'envoi de sonde spatiale sur Vénus, et d'une façon générale sur une autre planète que la Terre, commence avec le programme soviétique Venera en 1961[248]. Cependant, ce sont les États-Unis qui connaissent le premier succès avec la mission Mariner 2 le 14 décembre 1962, devenant la première mission interplanétaire réussie de l'histoire, passant à près de 35 km au-dessus de la surface de Vénus et collectant des données sur l'atmosphère de la planète et sa température de surface évaluée à près de 700 K (427 °C)[249],[250]. La sonde ne détecte pas de champ magnétique au voisinage de la planète et met en évidence la quasi-absence d'eau dans l'atmosphère vénusienne[251],[252]. Les informations envoyées par Mariner 2 complètent les observations radar réalisées depuis le sol terrestre la même année, notamment à l'observatoire Goldstone en Californie, qui ont permis d'estimer la période de rotation de la planète, inconnue jusqu'alors[253].

Le 18 octobre 1967, Venera 4 entre avec succès dans l'atmosphère vénusienne et réalise des expériences. La sonde montre que la température de surface est plus chaude que ce que Mariner 2 avait calculé (près de 500 °C) et détermine que l'atmosphère est composée à 95 % de dioxyde de carbone et découvre que l'atmosphère de Vénus est considérablement plus dense que ce que les concepteurs de la sonde n'avaient prévu[254]. La sonde Venera 4 parvient à lancer une capsule vers le sol vénusien, et celle-ci transmit des données sur la composition de l'atmosphère vénusienne jusqu'à une altitude de 24 km. En parallèle, les américains lancent Mariner 5 dont les données seront analysées conjointement avec celles de Venera 4 par une équipe scientifique soviéto-américaine dans une série de colloques au cours de l'année suivante[255], ce qui consistue un premier exemple de coopération spatiale en pleine Guerre Froide[256].

Vue globale de Vénus en lumière ultraviolette (Mariner 10, 1974).

En 1974, Mariner 10 transite par Vénus lors d'une manœuvre d'assistance gravitationnelle lui permettant de se diriger vers Mercure. La sonde a pu prendre des photographies ultraviolettes des nuages pendant le survol, révélant des vitesses de vent très élevées dans l'atmosphère vénusienne.

En 1975, les atterrisseurs soviétiques Venera 9 et 10 transmettent les premières images de la surface de Vénus, qui étaient alors en noir et blanc. En mars 1982, les premières images couleur de la surface ont été obtenues par les atterrisseurs soviétiques Venera 13 et 14 à quelques jours d'intervalle[251].

La NASA obtient des données supplémentaires en 1978 avec le projet Pioneer Venus qui comprend deux missions distinctes : Pioneer Venus Orbiter et Pioneer Venus Multiprobe[257],[258]. Le programme soviétique Venera prend en octobre 1983, lorsque les sondes Venera 15 et 16 sont placées en orbite pour effectuer une cartographie détaillée de 25 % du terrain de Vénus (du pôle nord à 30° de latitude nord)[259].

Images de Vénus prise dans le proche infrarouge par Galileo (1990).

Par la suite, Vénus est de nouveau régulièrement survolée afin de réaliser des manœuvres d'assistance gravitationnelle, notamment Vega 1 et Vega 2 (1985) avant d'aller visiter la Comète de Halley, Galileo (1990) avant d'aller sur Jupiter, Cassini – Huygens (1998) avant d'aller sur Saturne et MESSENGER (2006) avant d'aller sur Mercure. Lors de son survol, la sonde Galileo fait des observations en proche infrarouge[260].

En orbite pendant 4 ans autour de Vénus, entre et , la sonde Magellan réalise une cartographie complète et très précise (avec une résolution horizontale inférieure à 100 m) de la surface de la planète. La sonde spatiale a utilisé pour cela un radar, seul instrument capable de percer l'épaisse atmosphère de Vénus. Un relevé altimétrique est également effectué. Cette cartographie détaillée montre un sol remarquablement jeune géologiquement parlant (de l'ordre de 500 millions d'années), la présence de milliers de volcans[251],[33] et une absence de tectonique des plaques telle qu'on la connait sur Terre mais de nouvelles analyses suggèrent que la surface est divisée en blocs rocheux, « ramollis » par la chaleur intense de l'environnement et semblent se déplacer entre eux à la manière des blocs de glace de la banquise terrestre[261].

La sonde Vénus Express de l'Agence spatiale européenne est lancée en novembre 2005 et a observé Vénus depuis jusqu'au . Elle permet de réaliser plusieurs découvertes importantes dont une possible activité volcanique récente, le ralentissement de sa vitesse de rotation ou encore la présence d'une « queue magnétique »[262].

En 2007, une mission européenne Venus Entry Probe est prévue pour permettre l'exploration in situ de l'atmosphère vénusienne grâce entre autres à un ballon naviguant à une altitude de 55 km, mais elle n'aboutit finalement pas[263].

Modèle d'Akatsuki, seule sonde en orbite autour de Vénus en 2020.

En , des chercheurs de la NASA présentent le projet High Altitude Venus Operational Concept qui vise à établir une colonie humaine installée dans des dirigeables à 50 kilomètres d'altitude où la température n'est que de 75 °C et la pression proche de celle de la Terre[264],[265]. À la fin des années , la NASA avait déjà étudié la possibilité d'utiliser des éléments du programme Apollo afin de réaliser un survol habité de Vénus avec un équipage de trois astronautes qui auraient effectué le voyage aller-retour en une année environ[266].

En 2016, le programme Institute for Advanced Concepts de la NASA commence à étudier un rover (astromobile), l'Automaton Rover for Extreme Environments, conçu pour survivre longtemps dans les conditions environnementales de Vénus. Il serait contrôlé par un ordinateur mécanique et alimenté par l'énergie éolienne[267].

Depuis 2016, une sonde de la JAXA, Akatsuki, est sur une orbite très elliptique autour de Vénus[268],[269]. Lancée en mais arrivée avec cinq ans de retard à cause d'une panne de propulseur lors de son insertion initiale, il s'agit de la seule sonde en orbite autour de Vénus en 2020. Elle a pour objectif de mieux comprendre ce qui a mené la planète à son état actuel, notamment son effet de serre[270]. L'engin a permis de découvrir la présence, à 64 km d'altitude, d'une onde de gravité longue de 10 000 km et 65 km de large, stationnaire par rapport au sol et pouvant perdurer plusieurs jours (contrairement aux ondes de gravité sur Terre qui disparaissent très vite)[271]. Akatsuki a également pris des clichés dans l'infrarouge de la face nocturne de Vénus[272].

Panorama à 180 degrés de la surface de Vénus capturé par la sonde Venera 9 en 1975.

Habitabilité[modifier | modifier le code]

Conditions de vie[modifier | modifier le code]

Vue d'artiste de Vénus après une terraformation.

La spéculation sur l'existence de la vie sur Vénus a considérablement diminué depuis le début des années 1960, lorsque les véhicules spatiaux ont commencé à étudier la planète et qu'il est devenu clair que les conditions sur Vénus sont bien plus hostiles que celles sur Terre[273].

Vénus est plus proche du Soleil que la Terre; possédant des températures de surface de près de 462 °C, sa pression atmosphérique est 90 fois supérieure à celle de la Terre[6], et l'impact extrême de l'effet de serre rend improbable la vie à base d'eau comme elle est actuellement connue[12],[273].

Quelques scientifiques ont émis l'hypothèse de l'existence de microorganismes extrémophiles thermoacidophiles dans les couches supérieures acides à basse température de l'atmosphère vénusienne[274],[275]. Aussi, en août 2019, les astronomes ont signalé que le nouveau modèle à long terme d'absorbance et de changement d'albédo dans l'atmosphère de la planète Vénus est causé par des « absorbeurs inconnus », qui peuvent être des produits chimiques ou même de grandes colonies de micro-organismes haut dans l'atmosphère de la planète[40],[276].  

Méthodes de colonisation et d'exploration[modifier | modifier le code]

Une présence permanente sur Vénus, au même titre que sur Mars, serait un nouveau pas dans le cadre de la conquête spatiale. Aussi, différentes méthodes de colonisation sont envisagées ou l'ont été.

La pression atmosphérique et la température à cinquante kilomètres au-dessus de la surface sont similaires à celles de la surface de la Terre. Cela a conduit à des propositions d'utilisation d'aérostats (ballons plus légers que l'atmosphère) pour l'exploration initiale et, finalement, pour des «villes flottantes» permanentes dans l'atmosphère vénusienne[277]. Parmi les nombreux défis d'ingénierie à relever figurent les quantités dangereuses d'acide sulfurique à ces hauteurs. Cette approche a notamment été proposée par la NASA dans le cadre de son projet High Altitude Venus Operational Concept[264],[265].

Une autre forme de colonisation sur Vénus serait sa terraformation. Une terraformation de Vénus consisterait à la rendre habitable pour l'homme, et donc rendre les conditions de surface moins hostiles. Ainsi, il faudrait abaisser sa température de surface, éliminer le dioxyde de carbone en excès dans l'atmosphère et accélérer sa période de rotation afin d'aboutir à un cycle jour/nuit plus proche de celui connu sur Terre[278],[279].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Mythologie[modifier | modifier le code]

L'étoile à huit branches, symbole d'Ishtar (kudurru de Meli-Shipak).

Vénus étant une caractéristique principale du ciel nocturne, elle a revêtu une importance dans la mythologie, l'astrologie et la fiction à travers l'histoire et dans différentes cultures. Ainsi, la planète doit son nom à la déesse Vénus, déesse de l'amour dans la mythologie romaine (assimilée à l'Aphrodite de la mythologie grecque)[280]. De là vient également le nom du cinquième jour de la semaine : vendredi (pour « veneris diem », latin pour « jour de Vénus »)[281],[282].

Dans la mythologie mésopotamienne, Ishtar, la déesse de l'amour, est associée à la planète Vénus[283],[284]. Un des symboles de la déesse, l'étoile à huit branches, la représente comme l'étoile du matin ou du soir[284]. De plus, les mouvements d'Ishtar dans les mythes qui lui sont associés correspondent aux mouvements de la planète Vénus dans le ciel[196].

Les Chrétiens, reprenant le nom romain Lucifer (« porteur de lumière ») pour désigner « l'étoile du matin »[285], associent la « chute » de la planète dans le ciel à celle d'un ange. Cela aboutit finalement à la figure de l'ange déchu Lucifer[286].

En chinois, la planète est appelée Jīn-xīng (金星), la planète dorée de l'élément métallique[287]. En Inde, elle appelée Shukra Graha (« la planète Shukra »), d'après la divinité Shukra et est utilisée en astrologie indienne[288]. Ce nom signifie « clair, pur » ou « éclat, clarté » en sanskrit[289]. Les cultures chinoises, japonaises et coréennes modernes se réfèrent littéralement à la planète comme « l'étoile de métal » (金星), sur la base des cinq éléments (Wuxing)[290],[291],[292]. L'ancien Japon désigne également la planète Vénus du nom de Taihaku[293],[294], ce nom ayant depuis été réattribué à un astéroïde par les astronomes : (4407) Taihaku[293].

Culture contemporaine[modifier | modifier le code]

Vénus est représentée en bas à droite du grand cyprès dans La Nuit étoilée de Vincent van Gogh (1889).

Dans la culture populaire occidentale, la planète Vénus est surnommée l’« étoile du berger » car elle peut être facilement visible dans le ciel du matin (à l'est), avant l'aurore, ou dans le ciel du soir (à l'ouest), après le crépuscule[164]. À l'époque moderne, le terme « étoile » est impropre car il est connu qu'il s'agit d'une planète, mais pour les Anciens, elle faisait partie des cinq astres dits « errants »[295]. On lui attribua ce nom car les gardiens de troupeaux dans les temps anciens en tenaient compte pour aller dans les pâturages ou en revenir[296]. Chez les Dogons, peuple contemporain du Mali réputé pour leur cosmogonie, elle peut également être appelée enegirim tolo, pour « étoile du berger »[297]. Par ailleurs, leur cosmogonie mentionne l'existence d'un satellite naturel autour de Vénus[298].

L'étoile du berger est parfois confondue avec l’étoile des Rois Mages, ou Étoile de Bethléem, bien qu'il s'agisse d'astres différents[296]. Cette dernière est parfois évoquée comme ayant été une nova, supernova ou encore la comète de Halley, ces hypothèses ayant été mises de côté car aucun de ces phénomènes ne s'est déroulée durant le règne d’Hérode. L'explication actuelle est que l'intense lumière ait été produite par une conjonction entre Jupiter et Saturne[296],[299]. Des poètes classiques comme Homère, Sappho, Ovide et Virgile ont parlé de l'étoile et de sa lumière[300].

Des poètes préromantiques et romantiques tels que William Blake, Robert Frost, Letitia Elizabeth Landon, Alfred Lord Tennyson et William Wordsworth ont écrit des odes au sujet de la planète[301].

Gustav Holst dédie le second mouvement de son poème symphonique Les Planètes (1918) à Vénus, où elle incarne la paix[302]. Plus récemment, Alain Bashung, pour son album Bleu Pétrole, compose la chanson Vénus, consacrée à la planète et à son rôle de guide[303].

En peinture, la représentation la plus célèbre de Vénus reste celle de Vincent Van Gogh dans La Nuit étoilée, vue depuis la chambre de son asile du monastère Saint-Paul-de-Mausole à Saint-Rémy-de-Provence en mai 1889[304],[305]. Une étude du ciel au pritemps de 1889 permet de confirmer qu'il s'agit bien de Vénus, entourée de blanc en bas à droite du grand cyprès. Le peintre indique également explicitement la présence de l'objet céleste dans ses lettres[306]. La planète est également visible dans ses peintures Route avec un cyprès et une étoile[307] et La Maison blanche, la nuit, réalisées en 1890 et peu avant la mort de l'artiste[308].

Fiction moderne[modifier | modifier le code]

Avec l'invention du télescope, l'idée que Vénus était un monde physique et une destination possible a commencé à prendre forme.

Vénus est représentée dans la fiction depuis le XIXe siècle. La forte couverture nuageuse vénusienne laissait aux écrivains de science-fiction toute latitude pour spéculer sur les conditions de vie à sa surface, d'autant plus que les premières observations ont montré que non seulement sa taille était similaire à celle de la Terre, mais qu'elle possédait une atmosphère substantielle. Plus proche du Soleil que la Terre, la planète est souvent décrite comme plus chaude, mais toujours habitable par les humains[309] ; les écrivains imaginent alors des extraterrestres qu'ils nomment les Vénusiens. Le genre a atteint son apogée entre les années 1930 et 1950[310], à une époque où la science avait révélé certains aspects de Vénus, mais pas encore la dure réalité de ses conditions de surface ; on peut notamment citer Dans les murs d'Eryx de H.P. Lovecraft en 1939, Parelandra de C. S. Lewis en 1943 et Les Océans de Vénus d'Isaac Asimov en 1954.

Cependant, après les premières missions d'exploration robotisé, les résultats montrent qu'aucune forme de vie n'y est possible à la surface. Cela a mis un terme à ce genre particulier reposant sur l'espérance d'une Vénus habitée[114].

Aussi, à mesure que la connaissance scientifique de Vénus a progressé, les auteurs de science-fiction modifient les thèmes abordés. Ainsi, des ouvrages conjecturant des tentatives humaines de terraformer Vénus se sont développés[311], comme dans le diptyque de Pamela Sargent (Vénus des rêves et Vénus des ombres en 1986 et 1988). Une approche de villes flottantes dans l'épaisse atmosphère de la planète afin de connaître des températures plus clémentes est également abordée dans Le Sultan des nuages (2010) de Geoffrey Landis[312]. Quatre ans après, des chercheurs de la NASA proposent un projet similaire, High Altitude Venus Operational Concept, visant à établir une colonie humaine dans des dirigeables à 50 kilomètres d'altitude sur Vénus[264],[265].

Symbolisme et vocabulaire[modifier | modifier le code]

Le symbole de Vénus.

Le symbole astronomique de Vénus est le même que celui utilisé en biologie pour le sexe féminin : un cercle avec une croix pointant vers le bas (unicode 0x2640 : )[313],[314]. Il correspond également au symbole alchimique ancien du cuivre[314]. À l'époque moderne, il est toujours employé comme symbole astronomique pour Vénus, bien que son utilisation soit découragée par l'Union astronomique internationale[315].

L'idée, erronée, que le symbole représente le miroir de la déesse est introduite par Joseph Juste Scaliger à la fin du XVIee siècle[316]. Il invoque également que le cuivre était utilisé pour réaliser les miroirs antiques, faisant ainsi le lien avec le symbole alchimique[316]. Au début du XVIIee siècle, Claude Saumaise établit que le symbole dérive en réalité de la première lettre du nom grec la planète Phōsphoros (Φωσϕόρος), comme les symboles des autres planètes[313],[314].

Cythère étant une épiclèse homérique d'Aphrodite[317], l'adjectif « cythérien » ou « cythéréen » est parfois utilisé en astronomie (notamment dans astéroïde cythérocroiseur) ou en science-fiction (les Cythériens, une race de Star Trek). Aussi, l'adjectif « vénusien » est communément employé pour définir les caractéristiques de Vénus en lieu de « vénérien », qui a obtenu un connotation péjorative d'origine médicale en tant que synonyme d'infection sexuellement transmissible[318].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Brahic, Enfants du Soleil, Odile Jacob, , 445 p. (ISBN 2-7381-0861-X et 978-2738108616, présentation en ligne).
  • Jean Audouze, Thibault Damour, André Brahic, Michel Cassé, Hubert Reeves, Laurent Vigroux et al., Université de tous les savoirs - L'Univers, Odile Jacob, , 282 p. (ISBN 978-2-7381-1109-8, présentation en ligne).
  • Richard S. Lewis, Les Découvertes spatiales, Bordas, , 256 p. (présentation en ligne)
  • Kenneth Gatland, Encyclopédie visuelle de l'exploration de l'espace, Bordas, , 285 p. (présentation en ligne)
  • Fernand Verger, Isabelle Sourbès-Verger et Raymond Ghirardi, Atlas de géographie de l'espace, Belin, (présentation en ligne)
  • Peter Frances et al., Le ciel et l'Univers [« Universe »], Saint-Laurent (Montréal, Québec), Éditions du renouveau pédagogique, coll. « Encyclopédie Universelle », (ISBN 2-7613-1966-4 et 978-2-7613-1966-9, présentation en ligne)
  • (en) Ron Miller, Venus, Lerner publishing group, , 64 p. (ISBN 0-7613-2359-7, présentation en ligne)
  • (en) Francis Nimmo, « Why does Venus lack a magnetic field? », Geology, vol. 30, no 11,‎ , p. 987-990 (résumé)
  • (en) C. T. Russel, « Planetary Magnetism », Reviews of geophysics and space physics, vol. 18, no 1,‎ , p. 77-106 (lire en ligne)
  • (en) J.P. Ford, « Potential for observing and discriminating impact craters and comparable volcanic landforms on Magellan radar images », Abstracts for the Venus Geoscience Tutorial and Venus Geologic Mapping Workshop, Lunar and Planetary Institute,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  • (en) J. Laskar, « Chaos in the Solar System », Astronomie et Systèmes Dynamiques, Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides,‎ , p. 1-13 (lire en ligne)
  • (en) Rosaly M. C. Lopes et Tracy K. P. Gregg, Volcanic worlds: exploring the solar system's volcanoes, Springer, , 236 p. (ISBN 3-540-00431-9, lire en ligne).
  • (en) Suzanne E. Smrekar, Anne Davaille et Christophe Sotin, « Venus Interior Structure and Dynamics », Space Science Reviews, vol. 214,‎ , p. 88- (DOI 10.1007/s11214-018-0518-1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ressources cartographiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La rotation de Vénus étant rétrograde, l’inclinaison de son axe est supérieure à 90°. On pourrait dire que son axe est incliné de « -2,64° ».
  2. « Dans le premier scénario, Vénus s'incline de plus en plus jusqu'à se retrouver « la tête en bas » tout en ralentissant ; et dans l'autre, l'obliquité est amenée à zéro et la vitesse de rotation diminue jusqu'à s'annuler puis passe en valeur négative In the first scenario, the axis is tilted towards 180 degrees while its rotation rate slows down, while in the second one, the axis is driven towards 0 degree obliquity and the rotation rate decreases, stops, and increases again in the reverse direction » (Laskar 2003, p. 8)
  3. Voir #L'hypothétique synchronisation Terre-Vénus.
  4. 5 * 584 jours / 365 jours = 8 ans, en faisant l'approximation d'une année de 365 jours.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « SOIR-Vénus, la soeur jumelle de la Terre », sur venus.aeronomie.be (consulté le 16 juillet 2020)
  2. (en) Lopes, Rosaly M. C. et Gregg, Tracy K. P., Volcanic worlds: exploring the Solar System's volcanoes, Springer Publishing, (ISBN 978-3-540-00431-8), p. 61
  3. « Pourquoi Vénus est-elle plus chaude que Mercure, alors qu'elle est moins proche du Soleil ? - L'Etoile des Enfants », sur www.etoile-des-enfants.ch (consulté le 6 août 2017)
  4. (en) Fredric W. Taylor, Encyclopedia of the Solar System, Oxford, Elsevier Science & Technology, (ISBN 978-0-12-415845-0), « Venus: Atmosphere »
  5. Hua C.T., Courtès G. & Nguyen-Huu-Doan, Détection de la molécule SO2 dans l'atmosphère de Vénus: The Messenger - ESO 1979, Compte Rendu de l'Académie des Sciences, 288, Série B, 187.
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q et r (en) David R. Williams, « Venus Fact Sheet », NASA, National Space Science Data Center., (consulté le 6 août 2020)
  7. a et b (en) Stuart Robbins, « Venus », sur http://filer.case.edu/,
  8. (en) John S. Lewis, Physics and Chemistry of the Solar System, Academic Press, (ISBN 978-0-12-446744-6, lire en ligne), 463
  9. (en) Prockter, « Ice in the Solar System », Johns Hopkins APL Technical Digest, vol. 26, no 2,‎ , p. 175–188 (lire en ligne[archive du ], consulté le 27 juillet 2009)
  10. a b et c (en) « Information sheet n° 13 : Clouds and atmosphere of Venus », Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (consulté le 15 décembre 2009)
  11. (en) Grinspoon et Bullock, « Searching for Evidence of Past Oceans on Venus », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 39,‎ , p. 540 (Bibcode 2007DPS....39.6109G)
  12. a b et c (en) Kasting, « Runaway and moist greenhouse atmospheres and the evolution of Earth and Venus », Icarus, vol. 74, no 3,‎ , p. 472–494 (PMID 11538226, DOI 10.1016/0019-1035(88)90116-9, Bibcode 1988Icar...74..472K, lire en ligne)
  13. a et b (en) Lorenz, « Lightning detection on Venus: a critical review », Progress in Earth and Planetary Science, vol. 5, no 1,‎ , p. 34 (ISSN 2197-4284, DOI 10.1186/s40645-018-0181-x, lire en ligne, consulté en free)
  14. (en) Kranopol'skii, « Lightning on Venus according to Information Obtained by the Satellites Venera 9 and 10 », Cosmic Research, vol. 18, no 3,‎ , p. 325–330 (Bibcode 1980CosRe..18..325K)
  15. a et b (en) Russell et Phillips, « The Ashen Light », Advances in Space Research, vol. 10, no 5,‎ , p. 137–141 (DOI 10.1016/0273-1177(90)90174-X, Bibcode 1990AdSpR..10..137R, lire en ligne)
  16. (en) « Venera 12 Descent Craft », National Space Science Data Center, NASA (consulté le 10 septembre 2015)
  17. Titaina Gibert, « Lumière sur la lumière : la réalité des plasmas », sur The Conversation (consulté le 7 juillet 2020)
  18. (en) Russell, Zhang, Delva et Magnes, « Lightning on Venus inferred from whistler-mode waves in the ionosphere », Nature, vol. 450, no 7170,‎ , p. 661–662 (PMID 18046401, DOI 10.1038/nature05930, Bibcode 2007Natur.450..661R, lire en ligne[archive du ], consulté le 10 septembre 2015)
  19. (en) « NASA - NASA Scientist Confirms Light Show on Venus », sur www.nasa.gov (consulté le 16 juillet 2020)
  20. (en) Fukuhara, Futaguchi, Hashimoto et Horinouchi, « Large stationary gravity wave in the atmosphere of Venus », Nature Geoscience, vol. 10, no 2,‎ , p. 85–88 (DOI 10.1038/ngeo2873, Bibcode 2017NatGe..10...85F)
  21. (en-GB) Paul Rincon, « Venus wave may be Solar System's biggest », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 16 juillet 2020)
  22. Le Point.fr, « Découverte d'une immense onde de gravité atmosphérique sur Vénus », sur Le Point, (consulté le 7 juillet 2020)
  23. a et b (en) Dmitrij V. Titov, Nikolay I. Ignatiev, Kevin McGouldrick et Valérie Wilquet, « Clouds and Hazes of Venus », Space Science Reviews, vol. 214, no 8,‎ , p. 126 (ISSN 1572-9672, DOI 10.1007/s11214-018-0552-z, lire en ligne, consulté le 16 juillet 2020)
  24. (en) Seiko Takagi, Arnaud Mahieux, Valérie Wilquet et Séverine Robert, « An uppermost haze layer above 100 km found over Venus by the SOIR instrument onboard Venus Express », Earth, Planets and Space, vol. 71, no 1,‎ , p. 124 (ISSN 1880-5981, DOI 10.1186/s40623-019-1103-x, lire en ligne, consulté le 16 juillet 2020)
  25. « Composition chimique de l’atmosphère de Vénus », sur venus.aeronomie.be (consulté le 16 juillet 2020)
  26. Olivier Sabbagh, « Vénus », sur Groupe d'Astronomie Populaire, (consulté le 16 juillet 2020), p. 13
  27. (en) Moshkin, B. E., Ekonomov, A. P. et Golovin Iu. M., « Dust on the surface of Venus », Kosmicheskie Issledovaniia (Cosmic Research), vol. 17, no 2,‎ , p. 280–285 (Bibcode 1979CosRe..17..232M)
  28. ESO, « Vénus, la Terre et Mars: Une comparaison », Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides, (consulté le 21 décembre 2009)
  29. (en) Krasnopolsky et Parshev, « Chemical composition of the atmosphere of Venus », Nature, vol. 292, no 5824,‎ , p. 610–613 (DOI 10.1038/292610a0, Bibcode 1981Natur.292..610K)
  30. (en) Krasnopolsky, « Chemical composition of Venus atmosphere and clouds: Some unsolved problems », Planetary and Space Science, vol. 54, nos 13–14,‎ , p. 1352–1359 (DOI 10.1016/j.pss.2006.04.019, Bibcode 2006P&SS...54.1352K)
  31. (en-US) Matt Williams, « The Planet Venus », sur Universe Today, (consulté le 16 juillet 2020)
  32. Xavier Demeersman, « Pourquoi Vénus brille-t-elle autant ? », sur Futura (consulté le 16 juillet 2020)
  33. a et b la rédaction de Futura, « Vénus », sur Futura (consulté le 16 juillet 2020)
  34. Jean-Eudes Arlot, Le Passage de Vénus, EDP Sciences (ISBN 9782759801282, présentation en ligne)
  35. (en) W. B. Rossow, A. D. del Genio et T. Eichler, « Cloud-tracked winds from Pioneer Venus OCPP images », Journal of the Atmospheric Sciences, vol. 47, no 17,‎ , p. 2053–2084 (ISSN 1520-0469, DOI 10.1175/1520-0469(1990)047<2053:CTWFVO>2.0.CO;2, Bibcode 1990JAtS...47.2053R)
  36. (en) Normile, Dennis, « Mission to probe Venus's curious winds and test solar sail for propulsion », Science, vol. 328, no 5979,‎ , p. 677 (PMID 20448159, DOI 10.1126/science.328.5979.677-a, Bibcode 2010Sci...328..677N)
  37. (en) Mullen, « Venusian Cloud Colonies » [archive du ], Astrobiology Magazine,
  38. (en) Landis, « Astrobiology: The Case for Venus », Journal of the British Interplanetary Society, vol. 56, nos 7–8,‎ , p. 250–254 (Bibcode 2003JBIS...56..250L, lire en ligne[archive du ])
  39. (en) Cockell, « Life on Venus », Planetary and Space Science, vol. 47, no 12,‎ , p. 1487–1501 (DOI 10.1016/S0032-0633(99)00036-7, Bibcode 1999P&SS...47.1487C)
  40. a et b (en) Lee, Yeon Joo, « Long-term Variations of Venus's 365 nm Albedo Observed by Venus Express, Akatsuki, MESSENGER, and the Hubble Space Telescope », The Astronomical Journal, vol. 158, no 3,‎ , p. 126–152 (DOI 10.3847/1538-3881/ab3120)
  41. (en) Hand, « European mission reports from Venus », Nature, no 450,‎ , p. 633–660 (DOI 10.1038/news.2007.297)
  42. (en-GB) « Venus offers Earth climate clues », BBC NEWS,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  43. (en) « ESA finds that Venus has an ozone layer too », European Space Agency, (consulté le 25 décembre 2011)
  44. (en) « When A Planet Behaves Like A Comet », European Space Agency, (consulté le 31 janvier 2013)
  45. (en) Kramer, « Venus Can Have 'Comet-Like' Atmosphere », Space.com, (consulté le 31 janvier 2013)
  46. « The HITRAN Database », Atomic and Molecular Physics Division, Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics (consulté le 8 août 2012) : « HITRAN is a compilation of spectroscopic parameters that a variety of computer codes use to predict and simulate the transmission and emission of light in the atmosphere. »
  47. (en) Nils Mueller, Encyclopedia of the Solar System, Oxford, 3rd, (ISBN 978-0-12-415845-0), « Venus Surface and Interior »
  48. « Il y a 30 ans, Magellan l’explorateur d’un nouveau monde », sur Air et Cosmos (consulté le 16 juillet 2020)
  49. C. Muller, « En Bref: Magellan à la découverte de Vénus », sur adsabs.harvard.edu, Ciel et Terre, Vol. 105, p. 48, (consulté le 16 juillet 2020)
  50. (en) Esposito, « Sulfur Dioxide: Episodic Injection Shows Evidence for Active Venus Volcanism », Science, vol. 223, no 4640,‎ , p. 1072–1074 (PMID 17830154, DOI 10.1126/science.223.4640.1072, Bibcode 1984Sci...223.1072E, lire en ligne)
  51. (en) Bullock et Grinspoon, « The Recent Evolution of Climate on Venus », Icarus, vol. 150, no 1,‎ , p. 19–37 (DOI 10.1006/icar.2000.6570, Bibcode 2001Icar..150...19B, lire en ligne[archive du ])
  52. a b et c (en) Basilevsky, Alexander T. et Head, James W., III, « Global stratigraphy of Venus: Analysis of a random sample of thirty-six test areas », Earth, Moon, and Planets, vol. 66, no 3,‎ , p. 285–336 (DOI 10.1007/BF00579467, Bibcode 1995EM&P...66..285B)
  53. (en) « Venus - Impact craters », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 17 juillet 2020)
  54. a et b (en) « 7.3 Major Geologic Provinces (Venus) », sur explanet.info (consulté le 17 juillet 2020)
  55. a et b (en) « Venus - Surface composition », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 17 juillet 2020)
  56. (en) Tom Jones et Ellen Stofan, Planetology: Unlocking the Secrets of the Solar System, National Geographic Society, (ISBN 978-1-4262-0121-9, lire en ligne), p. 74
  57. a b et c (en) The Magellan Venus Explorer's Guide, California, Jet Propulsion Laboratory, (lire en ligne), p. 93
  58. (en) Batson, R.M. et Russell J. F. (18–22 March 1991). « Naming the Newly Found Landforms on Venus » Proceedings of the Lunar and Planetary Science Conference XXII. Consulté le 12 juillet 2009. 
  59. a b c et d (en) Nimmo, F. et McKenzie, D., « Volcanism and Tectonics on Venus », Annual Review of Earth and Planetary Sciences, vol. 26, no 1,‎ , p. 23–53 (DOI 10.1146/annurev.earth.26.1.23, Bibcode 1998AREPS..26...23N, lire en ligne)
  60. a et b (en) Strom, Schaber, Gerald G. et Dawson, Douglas D., « The global resurfacing of Venus », Journal of Geophysical Research, vol. 99, no E5,‎ , p. 10899–10926 (DOI 10.1029/94JE00388, Bibcode 1994JGR....9910899S, lire en ligne)
  61. a b et c (en) Charles Frankel, Volcanoes of the Solar System, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-47770-3, lire en ligne)
  62. (en) Davies, Abalakin, Bursa et Lieske, « Report of the IAU Working Group on Cartographic Coordinates and Rotational Elements of the Planets and Satellites », Celestial Mechanics and Dynamical Astronomy, vol. 63, no 2,‎ , p. 127–148 (DOI 10.1007/BF00693410, Bibcode 1996CeMDA..63..127D)
  63. (en) « USGS Astrogeology: Rotation and pole position for the Sun and planets (IAU WGCCRE) » [archive du ], United States Geological Survey (consulté le 22 octobre 2009)
  64. « Planetary Names: Venus 1:5 million-scale Magellan Imagery », sur planetarynames.wr.usgs.gov (consulté le 6 août 2020)
  65. (en) Lorenz, Ralph D., Lunine, Jonathan I., Withers, Paul G. et McKay, Christopher P., « Titan, Mars and Earth: Entropy Production by Latitudinal Heat Transport », Ames Research Center, University of Arizona Lunar and Planetary Laboratory, (consulté le 21 août 2007)
  66. (en) « Interplanetary Seasons » [archive du ], NASA (consulté le 21 août 2007)
  67. (en) Basilevsky A. T. et Head J. W., « The surface of Venus », Reports on Progress in Physics, vol. 66, no 10,‎ , p. 1699–1734 (DOI 10.1088/0034-4885/66/10/R04, Bibcode 2003RPPh...66.1699B, lire en ligne)
  68. (en) G. E. McGill, E. R. Stofan et S. E. Smrekar, Planetary Tectonics, Cambridge University Press, , 81–120 p. (ISBN 978-0-521-76573-2), « Venus tectonics »
  69. « Des flocons métalliques sur Vénus », sur Sciences et Avenir (consulté le 6 juillet 2020)
  70. (en) Otten, « "Heavy metal" snow on Venus is lead sulfide », Washington University in St Louis, (consulté le 21 août 2007)
  71. (en) George L. Hashimoto, Maarten Roos-Serote, Seiji Sugita, Martha S. Gilmore et Lucas W. Kamp, « Felsic highland crust on Venus suggested by Galileo Near-Infrared Mapping Spectrometer data », Journal of Geophysical Research – Planets, vol. 113, no E5,‎ , E00B24 (DOI 10.1029/2008JE003134, lire en ligne).
  72. (en) David Shiga, « Did Venus's ancient oceans incubate life? », New Scientist,
  73. (en) Karttunen, Hannu, Kroger, P., Oja, H., Poutanen, M. et Donner, K. J., Fundamental Astronomy, Springer, (ISBN 978-3-540-34143-7, lire en ligne), Page 162
  74. Bauer, « Have Venusian volcanoes been caught in the act? » [archive du ], European Space Agency, (consulté le 20 juin 2015)
  75. Glaze, « Transport of Modèle:Chem2 by explosive volcanism on Venus », Journal of Geophysical Research, vol. 104, no E8,‎ , p. 18899–18906 (DOI 10.1029/1998JE000619, Bibcode 1999JGR...10418899G)
  76. Marcq, Bertaux, Montmessin et Belyaev, « Variations of sulphur dioxide at the cloud top of Venus's dynamic atmosphere », Nature Geoscience, vol. 6, no 1,‎ , p. 25–28 (DOI 10.1038/ngeo1650, Bibcode 2013NatGe...6...25M, lire en ligne)
  77. « Une étoile, huit planètes et des poussières », Science et Vie, no Hors Série n°246,‎ , p. 53.
  78. Sannon Hall, « Volcanoes on Venus Might Still Be Smoking - Planetary science experiments on Earth suggest that the sun’s second planet might have ongoing volcanic activity. », The New York Times,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020)
  79. Filiberto, Justin, « Present-day volcanism on Venus as evidenced from weathering rates of olivine », Science, vol. 6,‎ (DOI 10.1126/sciadv.aax7445, lire en ligne, consulté le 10 janvier 2020)
  80. « Ganis Chasma » [archive du ], Gazetteer of Planetary Nomenclature, USGS Astrogeology Science Center (consulté le 19 juin 2015)
  81. Lakdawalla, « Transient hot spots on Venus: Best evidence yet for active volcanism », The Planetary Society, (consulté le 20 juin 2015)
  82. « Hot lava flows discovered on Venus » [archive du ], European Space Agency, (consulté le 20 juin 2015)
  83. Shalygin, Markiewicz, Basilevsky et Titov, « Active volcanism on Venus in the Ganiki Chasma rift zone », Geophysical Research Letters, vol. 42, no 12,‎ , p. 4762–4769 (DOI 10.1002/2015GL064088, Bibcode 2015GeoRL..42.4762S, lire en ligne)
  84. (en) NASA, « PIA00200: Venus - False Color Perspective of Sif and Gula Mons », sur https://photojournal.jpl.nasa.gov, (consulté le 6 août 2020)
  85. Senske, D.A., J.W. Head, et al. "GEOLOGY AND STRUCTURE OF BETA REGIO, VENUS' RESULTS FROM ARECIBO RADAR IMAGING." GEOPHYSICAL RESEARCH LETTERS. 18.6 (1991): 1159–1162. <http://planetary.brown.edu/pdfs/1161.pdf>.
  86. Ford 1989, p. 10
  87. Romeo, I. et Turcotte, D. L., « The frequency-area distribution of volcanic units on Venus: Implications for planetary resurfacing », Icarus, vol. 203, no 1,‎ , p. 13–19 (DOI 10.1016/j.icarus.2009.03.036, Bibcode 2009Icar..203...13R, lire en ligne)
  88. Herrick et Phillips, R. J., « Effects of the Venusian atmosphere on incoming meteoroids and the impact crater population », Icarus, vol. 112, no 1,‎ , p. 253–281 (DOI 10.1006/icar.1994.1180, Bibcode 1994Icar..112..253H)
  89. David Morrison et Tobias C. Owens, The Planetary System, San Francisco, Benjamin Cummings, (ISBN 978-0-8053-8734-6)
  90. (en) K. A. Goettel, Shields, J. A. et Decker, D. A. (16–20 March 1981). « Density constraints on the composition of Venus » Proceedings of the Lunar and Planetary Science Conference: 1507–1516 p., Houston, TX: Pergamon Press. 
  91. (en) W.M. Kaula, « The tectonics of Venus », Royal Society of London Philosophical Transactions A- Mathematical, physical & engineering sciences, vol. 349,‎ , p. 345–355.
  92. (en) S.R. Taylor, Solar system evolution: A new perspective, New York, Cambridge University Press, , 307 p..
  93. a et b Nimmo 2002, p. 987
  94. « SOIR-Venus-Structure interne », sur Institut d'aéronomie spatiale de Belgique (consulté le 4 septembre 2018).
  95. a et b « Vénus - Structure - Manteau et noyau », sur Astrosurf, (consulté le 29 novembre 2009).
  96. (en) J. G. O'Rourke, « Venus: A Thick Basal Magma Ocean May Exist Today », Geophysical Research Letters (en), vol. 47, no 4,‎ , article no e2019GL086126 (DOI 10.1029/2019GL086126).
  97. (en) Faure, Gunter et Mensing, Teresa M., Introduction to planetary science: the geological perspective, Springer, coll. « Springer eBook collection », (ISBN 978-1-4020-5233-0, lire en ligne), 201
  98. (en) A. Aitta, « Venus’ internal structure, temperature and core composition », Icarus, vol. 218, no 2,‎ , p. 967–974 (ISSN 0019-1035, DOI 10.1016/j.icarus.2012.01.007, lire en ligne, consulté le 4 juillet 2020)
  99. (en) Nimmo, F., « Crustal analysis of Venus from Magellan satellite observations at Atalanta Planitia, Beta Regio, and Thetis Regio », Geology, vol. 30, no 11,‎ , p. 987–990 (ISSN 0091-7613, DOI 10.1130/0091-7613(2002)030<0987:WDVLAM>2.0.CO;2, Bibcode 2002Geo....30..987N, lire en ligne)
  100. a et b Nimmo 2002, p. 987
  101. Russel 1980, p. 82
  102. (en) « Caught in the wind from the Sun », sur Agence spatiale européenne, (consulté le 4 septembre 2018).
  103. (en) Dolginov, Sh., Eroshenko, E. G. et Lewis, L., « Nature of the Magnetic Field in the Neighborhood of Venus », Cosmic Research, vol. 7,‎ , p. 675 (Bibcode 1969CosRe...7..675D)
  104. (en) Kivelson G. M. et Russell, C. T., Introduction to Space Physics, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-45714-9)
  105. (en) Luhmann, J. G. et Russell, C. T., Encyclopedia of Planetary Sciences, New York, Chapman and Hall, , 905–907 p. (ISBN 978-1-4020-4520-2), « Venus: Magnetic Field and Magnetosphere »
  106. (en) Stevenson, « Planetary magnetic fields », Earth and Planetary Science Letters, vol. 208, nos 1–2,‎ , p. 1–11 (DOI 10.1016/S0012-821X(02)01126-3, Bibcode 2003E&PSL.208....1S, lire en ligne)
  107. Russel 1980, p. 86
  108. a et b (en) Nimmo, « Why does Venus lack a magnetic field? », Geology, vol. 30, no 11,‎ , p. 987–990 (ISSN 0091-7613, DOI 10.1130/0091-7613(2002)030<0987:WDVLAM>2.0.CO;2, Bibcode 2002Geo....30..987N, lire en ligne, consulté le 28 juin 2009)
  109. (en) Konopliv, A. S. et Yoder, C. F., « Venusian k2 tidal Love number from Magellan and PVO tracking data », Geophysical Research Letters, vol. 23, no 14,‎ , p. 1857–1860 (DOI 10.1029/96GL01589, Bibcode 1996GeoRL..23.1857K, lire en ligne[archive du ], consulté le 12 juillet 2009)
  110. P.G.J, « Une "aurore boréale" détectée sur Mars », sur Futura (consulté le 3 août 2020)
  111. (en) Svedhem, Titov, Taylor et Witasse, « Venus as a more Earth-like planet », Nature, vol. 450, no 7170,‎ , p. 629–632 (PMID 18046393, DOI 10.1038/nature06432, Bibcode 2007Natur.450..629S)
  112. (en) Donahue, Hoffman, Hodges et Watson, « Venus Was Wet: A Measurement of the Ratio of Deuterium to Hydrogen », Science, vol. 216, no 4546,‎ , p. 630–633 (ISSN 0036-8075, PMID 17783310, DOI 10.1126/science.216.4546.630, Bibcode 1982Sci...216..630D, lire en ligne)
  113. a et b Lopes et Gregg 2004, p. 61
  114. a et b Steven Dick, Life on Other Worlds: The 20th-Century Extraterrestrial Life Debate, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-79912-6), p. 43
  115. (en) Henry Bortman, « Was Venus Alive? 'The Signs are Probably There' », sur space.com, (consulté le 6 septembre 2018)
  116. (en) David R. Williams, « Mercury Fact Sheet », NASA, National Space Science Data Center., (consulté le 6 août 2020)
  117. (en) David R. Williams, « Earth Fact Sheet », NASA, National Space Science Data Center., (consulté le 6 août 2020)
  118. (en) David R. Williams, « Mars Fact Sheet », NASA, National Space Science Data Center., (consulté le 6 août 2020)
  119. a et b (en) « Planetary Fact Sheet », sur nssdc.gsfc.nasa.gov (consulté le 22 juillet 2020)
  120. (en) Tom Stockman, Gabriel Monroe et Samuel Cordner, « Venus is not Earth's closest neighbor », Physics Today,‎ (lire en ligne).
  121. (en) « Mercury Is Actually the Closest Planet to Every Other Planet - ExtremeTech », sur www.extremetech.com (consulté le 3 juillet 2020).
  122. Jacques Laskar, « La période de rotation de Vénus », sur Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (consulté le 4 septembre 2018)
  123. Bill Arnett, « Vénus », La Société d'astronomie de Montréal, (consulté le 4 septembre 2018)
  124. a et b « Jacques Laskar • La rotation rétrograde de Vénus », sur perso.imcce.fr (consulté le 1er août 2020)
  125. Serge Brunier, Solar System Voyage, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-80724-1, lire en ligne), p. 40
  126. (en-US) Matt Williams, « How Long is a Day on Venus? », sur Universe Today, (consulté le 7 juillet 2020)
  127. « Space Topics: Compare the Planets » [archive du ], The Planetary Society (consulté le 12 janvier 2016)
  128. Squyres, « Venus », (consulté le 7 janvier 2016)
  129. Michael E. Bakich, The Cambridge Planetary Handbook, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-63280-5, lire en ligne), « Rotational velocity (equatorial) », 50
  130. « Could Venus Be Shifting Gear? », Venus Express, European Space Agency, (consulté le 7 janvier 2016)
  131. Philippe Ribeau-Gésippe, « La rotation de Vénus ralentit », sur Pour la science, (consulté le 23 mai 2012)
  132. « SOIR-Venus-Rotation de Vénus », sur Institut d'aéronomie spatiale de Belgique (consulté le 4 septembre 2018)
  133. (en) Dave Mosher, « Venus Mysteries Blamed on Colossal Collision », sur Space.com, (consulté le 4 septembre 2018)
  134. (en) J. Huw Davies, « Did a mega-collision dry Venus' interior? », Earth Planet. Sci. Lett., vol. 268,‎ , p. 376-383 (DOI 10.1016/j.epsl.2008.01.031)
  135. Jacques Laskar, « L'obliquité chaotique de Vénus », sur Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (consulté le 4 septembre 2018)
  136. (en) Alexandre C. M. Correia et Jacques Laskar, « The four final rotation states of Venus », Nature, vol. 411,‎ , p. 767-770 (DOI 10.1038/35081000)
  137. Correia, Laskar et De Surgy, « Long-Term Evolution of the Spin of Venus, Part I: Theory », Icarus, vol. 163, no 1,‎ , p. 1–23 (DOI 10.1016/S0019-1035(03)00042-3, Bibcode 2003Icar..163....1C, lire en ligne)
  138. Laskar et De Surgy, « Long-Term Evolution of the Spin of Venus, Part II: Numerical Simulations », Icarus, vol. 163, no 1,‎ , p. 24–45 (DOI 10.1016/S0019-1035(03)00043-5, Bibcode 2003Icar..163...24C, lire en ligne)
  139. Gold et Soter, « Atmospheric Tides and the Resonant Rotation of Venus », Icarus, vol. 11, no 3,‎ , p. 356–66 (DOI 10.1016/0019-1035(69)90068-2, Bibcode 1969Icar...11..356G)
  140. a et b Nicola Scafetta, « The complex planetary synchronization structure of the solar system », Duke University, Durham,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  141. Shapiro, Campbell et De Campli, « Nonresonance Rotation of Venus », Astrophysical Journal, vol. 230,‎ , p. L123–L126 (DOI 10.1086/182975, Bibcode 1979ApJ...230L.123S)
  142. Sheppard et Trujillo, « A Survey for Satellites of Venus », Icarus, vol. 202, no 1,‎ , p. 12–16 (DOI 10.1016/j.icarus.2009.02.008, Bibcode 2009Icar..202...12S, arXiv 0906.2781)
  143. Mikkola, Brasser, Wiegert et Innanen, « Asteroid 2002 VE68: A Quasi-Satellite of Venus », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 351, no 3,‎ , p. L63 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2004.07994.x, Bibcode 2004MNRAS.351L..63M)
  144. De la Fuente Marcos et De la Fuente Marcos, « On the Dynamical Evolution of 2002 VE68 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 427, no 1,‎ , p. 728–39 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2012.21936.x, Bibcode 2012MNRAS.427..728D, arXiv 1208.4444)
  145. (en) « Discovery of the first quasi-satellite of Venus », sur Université de Turku, (consulté le 9 décembre 2009).
  146. (en) H. Scholl, F. Marzari et P. Tricarico, « The instability of Venus trojans », The Astronomical Journal, vol. 130, no 6,‎ , p. 2912-2915 (lire en ligne [PDF]).
  147. De la Fuente Marcos et De la Fuente Marcos, « Asteroid 2012 XE133: A Transient Companion to Venus », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 432, no 2,‎ , p. 886–93 (DOI 10.1093/mnras/stt454, Bibcode 2013MNRAS.432..886D, arXiv 1303.3705)
  148. a b et c « Vénus : à la recherche d'un satellite. », sur www.cosmovisions.com (consulté le 13 juillet 2020)
  149. a et b « Hypothetical Planets », sur solarviews.com (consulté le 13 juillet 2020)
  150. a et b (en) Helge Kragh, The Moon that Wasn't: The Saga of Venus' Spurious Satellite, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-3-7643-8909-3, lire en ligne)
  151. (en) Alex Alemi et D. Stevenson, « Why Venus has No Moon », AAS/Division for Planetary Sciences Meeting Abstracts #38,‎ , p. 07.03 (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020)
  152. a et b (en-US) « Why Doesn't Venus Have a Moon? », sur Sky & Telescope, (consulté le 22 juillet 2020)
  153. « Archive of Astronomy Questions and Answers », sur image.gsfc.nasa.gov (consulté le 22 juillet 2020)
  154. (en) Sandhya Ramesh, « This is Why Mercury and Venus are Moonless », sur Medium, (consulté le 22 juillet 2020)
  155. Terrence Dickinson, NightWatch: A Practical Guide to Viewing the Universe, Buffalo, NY, Firefly Books, (ISBN 978-1-55209-302-3, lire en ligne), p. 134
  156. Futura, « Vénus, l’étoile du Berger », sur Futura (consulté le 23 juillet 2020)
  157. « The astronomical magnitude scale », sur www.icq.eps.harvard.edu (consulté le 23 juillet 2020)
  158. Anthony Mallama et James L. Hilton, « Computing apparent planetary magnitudes for The Astronomical Almanac », Astronomy and Computing, vol. 25,‎ , p. 10–24 (DOI 10.1016/j.ascom.2018.08.002, Bibcode 2018A&C....25...10M, arXiv 1808.01973)
  159. Walker, « Viewing Venus in Broad Daylight », Fourmilab Switzerland (consulté le 19 avril 2017)
  160. a et b (en) Geoff Gaherty 26 March 2012, « Planet Venus Visible in Daytime Sky Today: How to See It », sur Space.com (consulté le 23 juillet 2020)
  161. « Shadows of Venus | Science Mission Directorate », sur science.nasa.gov (consulté le 29 juillet 2020)
  162. a et b Espenak, « Venus: Twelve year planetary ephemeris, 1995–2006 » [archive du ], NASA Reference Publication 1349, NASA/Goddard Space Flight Center, (consulté le 20 juin 2006)
  163. (en-US) « Venus’ greatest evening elongation on March 24 | EarthSky.org », sur earthsky.org (consulté le 24 juillet 2020)
  164. a et b « BERGER : Définition de BERGER », sur www.cnrtl.fr (consulté le 12 juillet 2020)
  165. « L'Ovni observé dimanche dans les Hautes-Pyrénées était la planète Vénus ! », sur ladepeche.fr (consulté le 7 juillet 2020)
  166. Eric DEGUILLAUME, « L’affaire Mantell, 7 janvier 1948 », sur Observatoire zététique, (consulté le 7 juillet 2020)
  167. « Vénus, la planète Ovni », sur Ciel des Hommes (consulté le 7 juillet 2020)
  168. (en) James W. Head III, « World Book at NASA - Venus », sur http://www.nasa.gov, NASA, (consulté le 9 décembre 2009)
  169. a et b Sébastien Charnoz, « Galilée (1564-1642) », sur http://www.aim.ufr-physique.univ-paris7.fr, Université Paris 7 (consulté le 19 décembre 2009)
  170. a b et c (en) Fred Espenak, « Transits of Venus - Six Millennium Catalog: 2000 BCE to 4000 CE », sur NASA, (consulté le 3 septembre 2018).
  171. Anon, « Transit of Venus » [archive du ], History, University of Central Lancashire (consulté le 14 mai 2012)
  172. « P.G.J. - Transit de Vénus 2004 - La "Goutte Noire" », sur pgj.pagesperso-orange.fr (consulté le 24 juillet 2020)
  173. Kollerstrom, « Horrocks and the Dawn of British Astronomy », University College London, (consulté le 11 mai 2012)
  174. (en-US) « Transits of Venus in History: 1631-1716 », sur Sky & Telescope, (consulté le 24 juillet 2020)
  175. (en) Amy Shira Teitel, « Venus' Transits Through History », sur Scientific American Blog Network (consulté le 24 juillet 2020)
  176. « Guillaume Legentil ou Le Gentil de la Galaisière. », sur www.cosmovisions.com (consulté le 24 juillet 2020)
  177. Cassini, Jean-Dominique (1748-1845). Auteur du texte, « Éloge de M. Le Gentil, membre de l'Académie royale des sciences de Paris, par J.-D. Cassini », sur Gallica, (consulté le 24 juillet 2020)
  178. Hornsby, « The quantity of the Sun's parallax, as deduced from the observations of the transit of Venus on June 3, 1769 », Philosophical Transactions of the Royal Society, vol. 61,‎ , p. 574–579 (DOI 10.1098/rstl.1771.0054, lire en ligne)
  179. Woolley, « Captain Cook and the Transit of Venus of 1769 », Notes and Records of the Royal Society of London, vol. 24, no 1,‎ , p. 19–32 (ISSN 0035-9149, DOI 10.1098/rsnr.1969.0004, JSTOR 530738)
  180. Gilbert Javaux, « Le transit de Vénus à travers les siècles » (consulté le 9 juillet 2020)
  181. « Earliest Film Experiments (1874-1894) », sur IMDb (consulté le 9 juillet 2020)
  182. « Le revolver photographique de Jules Janssen - Observatoire de Paris - PSL Centre de recherche en astronomie et astrophysique », sur www.observatoiredeparis.psl.eu (consulté le 9 juillet 2020)
  183. Boyle, « Venus transit: A last-minute guide » [archive du ], NBC News, (consulté le 11 janvier 2016)
  184. Anton Vos, 300 questions à un astronome, PPUR presses polytechniques, , p. 51.
  185. a b et c Chatfield, « The Solar System with the naked eye », The Gallery of Natural Phenomena, (consulté le 19 avril 2017)
  186. (en) Lincoln012909, « Abraham Lincoln’s celestial connections revisited for bicentennial », sur www.txstate.edu, (consulté le 23 juillet 2020)
  187. (en) « Looking Up At The Inauguration », sur nightwise (consulté le 23 juillet 2020)
  188. (en) Jeffrey Cox, Rising Sun, Falling Skies: The disastrous Java Sea Campaign of World War II, Bloomsbury Publishing, (ISBN 978-1-4728-0833-2, lire en ligne), p. 118
  189. Goines, « Inferential Evidence for the Pre-telescopic Sighting of the Crescent Venus », Goines.net, (consulté le 19 avril 2017)
  190. (en-US) « Five petals of Venus | EarthSky.org », sur earthsky.org (consulté le 12 juillet 2020)
  191. Baez, « The Pentagram of Venus » [archive du ], Azimuth, (consulté le 7 janvier 2016)
  192. (en) Mark Hosak et Walter Luebeck, The Big Book of Reiki Symbols: The Spiritual Transition of Symbols and Mantras of the Usui System of Natural Healing, Lotus Press, (ISBN 978-0-914955-64-1, lire en ligne)
  193. Baum, « The enigmatic ashen light of Venus: an overview », Journal of the British Astronomical Association, vol. 110,‎ , p. 325 (Bibcode 2000JBAA..110..325B)
  194. (en) Vladimir A. Rakov et Martin A. Uman, Lightning: Physics and Effects, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-26855-5, lire en ligne)
  195. (en) James Evans, The History and Practice of Ancient Astronomy, Oxford University Press, , 296–7 p. (ISBN 978-0-19-509539-5, lire en ligne)
  196. a et b (en) Cooley, « Inana and Šukaletuda: A Sumerian Astral Myth », KASKAL, vol. 5,‎ , p. 161–172 (ISSN 1971-8608, lire en ligne)
  197. a et b (en) Peter Cattermole et Patrick Moore, Atlas of Venus, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-49652-0, lire en ligne)
  198. (en) Joseph Needham, Science and Civilisation in China, Volume 3: Mathematics and the Sciences of the Heavens and the Earth, vol. 3, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-05801-8, Bibcode 1959scc3.book.....N), p. 398
  199. (en) Sachs, « Babylonian Observational Astronomy », Philosophical Transactions of the Royal Society of London, vol. 276, no 1257,‎ , p. 43–50 (DOI 10.1098/rsta.1974.0008, Bibcode 1974RSPTA.276...43S)
  200. (en) Russell Hobson, « THE EXACT TRANSMISSION OF TEXTS IN THE FIRST MILLENNIUM B.C.E. », Department of Hebrew, Biblical and Jewish Studies University of Sydney (Thèse),‎ , p. 551 (lire en ligne)
  201. (en) Enn Kasak, Raul Veede, UNDERSTANDING PLANETS IN ANCIENT MESOPOTAMIA, 28 p. (lire en ligne)
  202. (en) Wolfgang Heimpel, Catalog of Near Eastern Venus Deities, Undena Publications, (ISBN 978-0-89003-050-9, lire en ligne)
  203. a et b (en) « Lucifer | classical mythology », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 1er août 2020)
  204. Pliny (the Elder.), Histoire naturelle de Pline, C. L. F. Panckoucke, (lire en ligne)
  205. (en) Walter Burkert, Lore and Science in Ancient Pythagoreanism, Harvard University Press, (ISBN 978-0-674-53918-1, lire en ligne), p. 307
  206. (en) Richard O. Fimmel, Lawrence Colin et Eric Burgess, Pioneering Venus: A Planet Unveiled, National Aeronautics an Space Administration, (ISBN 978-0-9645537-0-5, lire en ligne)
  207. « Cicero: De Natura Deorum II », « Stella Veneris, quae Φωσφόρος Graece, Latine dicitur Lucifer, cum antegreditur solem, cum subsequitur autem Hesperos » / « L'étoile de Vénus, appelée Φωσφόρος en grec et Lucifer en latin lorsqu'elle précède le soleil, Hesperos quand elle le suit », sur www.thelatinlibrary.com (consulté le 13 juillet 2020)
  208. « Le système planétaire de Ptolémée », sur kotsanas.com (consulté le 1er août 2020)
  209. « Ptolémée et le Géocentrisme », sur www.astrosurf.com (consulté le 1er août 2020)
  210. (en) The Book of Chumayel: The Counsel Book of the Yucatec Maya, 1539-1638, Richard Luxton, , 6,194 p. (ISBN 9780894122446)
  211. (en) Susan Milbrath, Star Gods of The Mayans : Astronomy in Art, Folklore, and Calendars, Austin, TX, University of Texas Press, , 200–204, 383 p. (ISBN 978-0-292-79793-2)
  212. « Civilisations.ca - Le mystère des Mayas - Astronomie », sur www.museedelhistoire.ca (consulté le 9 juillet 2020)
  213. M. Bachim, « Le calendrier de Vénus des Maya », Journal de la société des américanistes, vol. 18, no 1,‎ , p. 357–357 (lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  214. « Civilisations.ca - Le mystère des Mayas - Astronomie », sur www.museedelhistoire.ca (consulté le 9 juillet 2020)
  215. a et b JP. Maratrey, « L'astronomie arabe », sur Astrosurf, (consulté le 15 juillet 2020)
  216. a et b (en) Goldstein, « Theory and Observation in Medieval Astronomy », Isis, vol. 63, no 1,‎ , p. 39–47 [44] (DOI 10.1086/350839)
  217. (en) « AVICENNA viii. Mathematics Physical Sciences – Encyclopaedia Iranica », sur iranicaonline.org (consulté le 3 août 2020)
  218. (en) Juliane Lay, « L'Abrégé de l'Almageste: un inédit d'Averroès en version hébraïque* », Arabic Sciences and Philosophy, vol. 6, no 1,‎ , p. 23–61 (ISSN 1474-0524 et 0957-4239, DOI 10.1017/S0957423900002113, lire en ligne, consulté le 10 juillet 2020)
  219. a b et c (en) J. M. Vaquero et M. Vázquez, The Sun Recorded Through History, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-0-387-92790-9, lire en ligne)
  220. a et b (en) S. M. Razaullah Ansari, History of Oriental Astronomy: Proceedings of the Joint Discussion-17 at the 23rd General Assembly of the International Astronomical Union, Organised by the Commission 41 (History of Astronomy), Held in Kyoto, August 25–26, 1997, Springer Science+Business Media, (ISBN 978-1-4020-0657-9), p. 137
  221. (en) J. M. Vaquero et M. Vázquez, The Sun Recorded Through History, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-0-387-92790-9, lire en ligne)
  222. (en) Fredrick Kennard, Thought Experiments: Popular Thought Experiments in Philosophy, Physics, Ethics, Computer Science & Mathematics (ISBN 978-1-329-00342-2, lire en ligne), p. 113
  223. a et b (en) Bernard R. Goldstein, « Some Medieval Reports of Venus and Mercury Transits », Centaurus, vol. 14, no 1,‎ , p. 49–59 (ISSN 1600-0498, DOI 10.1111/j.1600-0498.1969.tb00135.x, lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  224. a et b « SOIR-Venus-Phases de Vénus », sur venus.aeronomie.be (consulté le 15 juillet 2020)
  225. a b et c Comité de Liaison Enseignants et Astronomes, « L'observation de Vénus à la lunette » (consulté le 15 juillet 2020)
  226. (en) Palmieri, « Galileo and the discovery of the phases of Venus », Journal for the History of Astronomy, vol. 21, no 2,‎ , p. 109–129 (Bibcode 2001JHA....32..109P)
  227. (en) B Fegley Jr, Venus, Elsevier, , 487–507 p. (ISBN 978-0-08-043751-4)
  228. (en) Kollerstrom, « William Crabtree's Venus transit observation », Proceedings IAU Colloquium No. 196, 2004, vol. 2004,‎ , p. 34–40 (DOI 10.1017/S1743921305001249, Bibcode 2005tvnv.conf...34K, lire en ligne, consulté le 10 mai 2012)
  229. (en) « Jeremiah Horrocks and the Transit of Venus », Nature, vol. 62, no 1602,‎ , p. 257–258 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/062257a0, lire en ligne, consulté le 1er août 2020)
  230. a et b Jean-Baptiste Feldmann et Gilbert Javaux Futura, « Les transits de Vénus aux XVIIe et XVIIIe siècles », sur Futura (consulté le 1er août 2020)
  231. (en) Helge Kragh, The Moon that Wasn't: The Saga of Venus' Spurious Satellite, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-3-7643-8909-3, lire en ligne)
  232. « P.G.J. - Transit de Vénus 2004 - Les Transits de Vénus à travers les Siècle », sur pgj.pagesperso-orange.fr (consulté le 1er août 2020)
  233. « Vénus (histoire). », sur www.cosmovisions.com (consulté le 1er août 2020)
  234. a b et c (en) Hussey, « On the Rotation of Venus », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 2, no 11,‎ , p. 78–126 (DOI 10.1093/mnras/2.11.78d, Bibcode 1832MNRAS...2...78H, lire en ligne, consulté en free)
  235. a et b « Vénus : l'impossible géographie. », sur www.cosmovisions.com (consulté le 15 juillet 2020)
  236. a b et c (en) Amy Shira Teitel, « Venus' Transits Through History », sur Scientific American Blog Network (consulté le 1er août 2020)
  237. (en) Mikhail Ya. Marov (2004). « Mikhail Lomonosov and the discovery of the atmosphere of Venus during the 1761 transit » : 209–219 p., Preston, U.K.: D.W. Kurtz (DOI:10.1017/S1743921305001390). 
  238. (en) « Mikhail Lomonosov | Biography & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 1er août 2020)
  239. (en) Johann H. Schröter, Observations on the atmospheres of Venus and the Moon, (lire en ligne)
  240. (en) Russell, « The Atmosphere of Venus », Astrophysical Journal, vol. 9,‎ , p. 284–299 (DOI 10.1086/140593, Bibcode 1899ApJ.....9..284R)
  241. « Le revolver photographique de Jules Janssen - Observatoire de Paris - PSL Centre de recherche en astronomie et astrophysique », sur www.observatoiredeparis.psl.eu (consulté le 9 juillet 2020)
  242. Jean-Baptiste Feldmann et Gilbert Javaux Futura, « Les transits de Vénus au XIXe siècle », sur Futura (consulté le 1er août 2020)
  243. (en) « The spokes of Venus : an illusion explained », sur adsabs.harvard.edu, (consulté le 15 juillet 2020)
  244. (en) Slipher, « A Spectrographic Investigation of the Rotation Velocity of Venus », Astronomische Nachrichten, vol. 163, nos 3–4,‎ , p. 35–52 (DOI 10.1002/asna.19031630303, Bibcode 1903AN....163...35S, lire en ligne)
  245. (en) Ross, « Photographs of Venus », Astrophysical Journal, vol. 68–92,‎ , p. 57 (DOI 10.1086/143130, Bibcode 1928ApJ....68...57R)
  246. (en) Goldstein, R. M. et Carpenter, R. L., « Rotation of Venus: Period Estimated from Radar Measurements », Science, vol. 139, no 3558,‎ , p. 910–911 (PMID 17743054, DOI 10.1126/science.139.3558.910, Bibcode 1963Sci...139..910G)
  247. (en) Campbell, D. B., Dyce, R. B. et Pettengill G. H., « New radar image of Venus », Science, vol. 193, no 4258,‎ , p. 1123–1124 (PMID 17792750, DOI 10.1126/science.193.4258.1123, Bibcode 1976Sci...193.1123C)
  248. Mitchell, « Inventing The Interplanetary Probe », The Soviet Exploration of Venus, (consulté le 27 décembre 2007)
  249. (en) Mayer, McCullough et Sloanaker, « Observations of Venus at 3.15-cm Wave Length », The Astrophysical Journal, vol. 127,‎ , p. 1 (DOI 10.1086/146433, Bibcode 1958ApJ...127....1M)
  250. (en) NASA, MARINER-VENUS 1962 FINAL PROJECT REPORT SP-59, , 360 p. (lire en ligne)
  251. a b et c Philippe Henarejos et Pierre Thomas, « Vénus, les secrets de la fournaise », Ciel et Espace, no 300, mars 1995, p.33-41.
  252. (en) James S. Martin et R. C. Wyckoff, « NASA - NSSDCA - Spacecraft - Details », Description de la sonde Mariner 2 et résultats scientifiques, sur NASA, (consulté le 6 septembre 2018).
  253. (en) L.D. Kaplan, « Venus, Recent Physical Data » [PDF], sur NASA, p. 2-3.
  254. (en) Mitchell, « Plumbing the Atmosphere of Venus », The Soviet Exploration of Venus, (consulté le 27 décembre 2007)
  255. (en) (11–24 May 1969) « Report on the Activities of the COSPAR Working Group VII » Preliminary Report, COSPAR Twelfth Plenary Meeting and Tenth International Space Science Symposium, Prague, Czechoslovakia: National Academy of Sciences. 
  256. (en) Sagdeev, Roald et Eisenhower, Susan, « United States-Soviet Space Cooperation during the Cold War », (consulté le 19 juillet 2009)
  257. Williams, « Pioneer Venus Project Information », NASA/Goddard Space Flight Center, (consulté le 19 juillet 2009)
  258. Colin, L. et Hall, C., « The Pioneer Venus Program », Space Science Reviews, vol. 20, no 3,‎ , p. 283–306 (DOI 10.1007/BF02186467, Bibcode 1977SSRv...20..283C)
  259. (en) Ronald Greeley et Batson, Raymond M., Planetary Mapping, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-03373-2, lire en ligne), p. 47
  260. « Fin du voyage pour la sonde Galileo », sur actu-environnement.com, (consulté le 21 décembre 2009).
  261. Laurent Sacco, « Vénus connaît-elle une tectonique des plaques ? », sur Futura-Sciences, (consulté le 6 septembre 2018).
  262. (en) « ESA Science & Technology: Venus Express goes gently into the night », sur Agence spatiale européenne, (consulté le 7 septembre 2018).
  263. (en) « ESA Science & Technology: Venus Entry Probe », sur Agence spatiale européenne, (consulté le 7 septembre 2018).
  264. a b et c Laurent Sacco, « La Nasa envisage de coloniser Vénus avec des dirigeables », sur Futura Sciences, (consulté le 7 septembre 2018).
  265. a b et c (en) « HAVOC - SACD », sur NASA, (consulté le 13 février 2015).
  266. (en) Amy Shira Teitel, « Missions that Weren’t: NASA’s Manned Mission to Venus », sur Universe Today (en), (consulté le 7 septembre 2018).
  267. (en) Loura Hall, « Automaton Rover for Extreme Environments (AREE) », NASA,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2017)
  268. (en-US) Stephen Clark, « Japanese orbiter officially begins science mission at Venus – Spaceflight Now » (consulté le 28 juillet 2020)
  269. (en) Japan Aerospace Exploration Agency, « Venus Climate Orbiter “AKATSUKI” », sur https://www.jaxa.jp/
  270. Erwan Lecomte, « La sonde spatiale Akatsuki atteint (enfin) Vénus », sur Sciences et Avenir, (consulté le 7 septembre 2018).
  271. Victor Garcia, « Vénus, la "vague" de l'atmosphère enfin expliquée », sur L'Express, (consulté le 7 septembre 2018).
  272. Guillaume Langin, « Akatsuki change le visage de Vénus », sur Ciel et Espace, (consulté le 7 septembre 2018).
  273. a et b (en) Joseph Castro 03 February 2015, « What Would It Be Like to Live on Venus? », sur Space.com (consulté le 29 juillet 2020)
  274. (en) Stuart Clark, « Acidic clouds of Venus could harbour life », New Scientist,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2015)
  275. (en-GB) « Venus clouds 'might harbour life' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 août 2020)
  276. (en) Paul Anderson, « Could microbes be affecting Venus' climate? - Unusual dark patches in Venus' atmosphere – called "unknown absorbers" – play a key role in the planet's climate and albedo, according to a new study. But what are they? That's still a mystery. », Earth & Sky,‎ (lire en ligne, consulté le 3 septembre 2019)
  277. Geoffrey A. Landis (2003). « Colonization of Venus » AIP Conference Proceedings 654: 1193–1198 p. (DOI:10.1063/1.1541418). 
  278. (en) Paul Birch, « Terraforming Venus Quickly », Journal of the British Interplanetary Society,‎ (lire en ligne)
  279. (en-US) Matt Williams, « How Do We Terraform Venus? », sur Universe Today, (consulté le 29 juillet 2020)
  280. M. Stragmans et G. Libon, « Le nom de la planète Vénus et ses antécédents égyptiens », Latomus, vol. 6, no 1,‎ , p. 3–16 (ISSN 0023-8856, lire en ligne, consulté le 4 août 2020)
  281. Dictionnaire de l'astronomie, Encyclopaedia Universalis, , 1005 p. (ISBN 978-2-226-10787-9, OCLC 299636121), p. 594.
  282. Alice Develey, « L'histoire secrète des jours de la semaine », sur Le Figaro.fr, (consulté le 5 août 2020)
  283. (en) Karen Rhea Nemet-Nejat, Daily life in ancient Mesopotamia, Westport, Conn. : Greenwood Press, (lire en ligne)
  284. a et b (en) Jeremy A. Black et Anthony Green, Gods, Demons and Symbols of Ancient Mesopotamia: An Illustrated Dictionary, British Museum Press, (lire en ligne), p. 169-170
  285. « Prudence, cathemerinon. », sur remacle.org (consulté le 5 août 2020)
  286. Jean-Marc Vercruysse, « Les Pères de l'Église et Lucifer (Lucifer d'après Is 14 et Ez 28) », Revue des sciences religieuses, vol. 75, no 2,‎ , p. 147–174 (DOI 10.3406/rscir.2001.3572, lire en ligne, consulté le 5 août 2020)
  287. (en) Stephenson, F. Richard (Francis Richard), Historical supernovae and their remnants, Oxford University Press, (ISBN 0-19-850766-6 et 978-0-19-850766-6, OCLC 50403827, lire en ligne), pages 218 à 222
  288. Bhalla, Prem P., Hindu Rites, Rituals, Customs and Traditions: A to Z on the Hindu Way of Life, Pustak Mahal, (ISBN 978-81-223-0902-7), p. 29
  289. Behari, Bepin et Frawley, David, Myths & Symbols of Vedic Astrology, Lotus Press, , 65–74 p. (ISBN 978-0-940985-51-3)
  290. Jan Jakob Maria De Groot, Religion in China: universism. a key to the study of Taoism and Confucianism, vol. 10, G. P. Putnam's Sons, (lire en ligne), p. 300
  291. Thomas Crump, The Japanese numbers game: the use and understanding of numbers in modern Japan, Routledge, , 39–40 p. (ISBN 978-0415056090, lire en ligne)
  292. Homer Bezaleel Hulbert, The passing of Korea, Doubleday, Page & company, (lire en ligne), 426
  293. a et b (en) Lutz Schmadel, Dictionary of Minor Planet Names, Springer Science & Business Media, (ISBN 978-3-540-00238-3, lire en ligne)
  294. Michinaga Fujiwara, Notes journalières de Fujiwara no Michinaga, ministre à la cour de Hei.an (995-1018): traduction du Midô kanpakuki, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-03325-1, lire en ligne)
  295. Encyclopædia Universalis, « ASTRE, astronomie », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 12 juillet 2020)
  296. a b et c Frédérique Schneider, « Étoile du berger ou étoile des Mages, quelles différences ? », La Croix,‎ (lire en ligne)
  297. Cheikh Moctar Ba, Les Cosmogonies et cosmologies africaines et grecques, centralité et implications sociales, Connaissances et Savoirs, (ISBN 978-2-7539-0216-9, lire en ligne)
  298. « L'astronomie des Dogon - Pseudo-science et contamination culturelle », sur www.astrosurf.com (consulté le 13 juillet 2020)
  299. Marc Fourny, « L'étoile des rois mages a-t-elle existé ? », sur Le Point, (consulté le 13 juillet 2020)
  300. Aaron J. Atsma, « Eospheros & Hespheros », Theoi.com (consulté le 15 janvier 2016)
  301. Dava Sobel, The Planets, Harper Publishing, , 53–70 p. (ISBN 978-0-14-200116-5, lire en ligne)
  302. « Holst : Les Planètes, partie 2 - Vénus | Vivre musique classique » (consulté le 12 juillet 2020)
  303. Christophe Cusimano, « Alain Bashung entre les lignes. Essai d’analyse de « Vénus », « Le dimanche à Tchernobyl » et « Elvire » », Université Masaryk de Brno (Rép. tchèque),‎ , p. 3 (lire en ligne)
  304. Boime, « Van Gogh's Starry Night: A History of Matter and a Matter of History », Arts Magazine,‎ , p. 88 (lire en ligne)
  305. « Van Gogh - La nuit étoilée », sur www.crm.umontreal.ca (consulté le 11 juillet 2020)
  306. « 777 (780, 593): To Theo van Gogh. Saint-Rémy-de-Provence, between about Friday, 31 May and about Thursday, 6 June 1889. - Vincent van Gogh Letters », sur vangoghletters.org (consulté le 12 juillet 2020) : « This morning I saw the countryside from my window a long time before sunrise with nothing but the morning star, which looked very big. »
  307. « Les nuits étoilées de Vincent Van Gogh (5) : De Saint-Rémy-de-Provence à Auvers-sur-Oise, par Jean-Pierre Luminet », sur LUMINESCIENCES : le blog de Jean-Pierre LUMINET, astrophysicien, (consulté le 12 juillet 2020)
  308. (en-GB) « Venus pinpoints Van Gogh painting », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juillet 2020)
  309. Ron Miller, Venus, Twenty-First Century Books, (ISBN 978-0-7613-2359-4), p. 12
  310. Miller 2002, p. 12
  311. David Seed, A Companion to Science Fiction, Blackwell Publishing, , 134–135 p. (ISBN 978-1-4051-1218-5, lire en ligne)
  312. Geoffrey A. Landis, « Le Sultan des Nuages » sur le site NooSFere (consulté le ).
  313. a et b Stearn, « The Male and Female Symbols of Biology », New Scientist, no 248,‎ , p. 412–413 (lire en ligne)
  314. a b et c (en) Stearn, « The Origin of the Male and Female Symbols of Biology », Taxon, vol. 11, no 4,‎ , p. 109–113 (DOI 10.2307/1217734, JSTOR 1217734, lire en ligne)
  315. (en) George A. Wilkins, « The preparation of astronomical papers and reports », IAU,‎ , voir page 19 (lire en ligne)
  316. a et b (en) Hiram Mattison, A High-school Astronomy: In which the Descriptive, Physical, and Practical are Combined : with Special Reference to the Wants of Academies and Seminaries of Learning, Mason Bros., (lire en ligne)
  317. Vinciane Pirenne-Delforge (Paragraphe 2.2. La mer et le ciel), « Chapitre III. Une spécificité au sein du panthéon ? », dans L’Aphrodite grecque, Presses universitaires de Liège, coll. « Kernos suppléments », (ISBN 978-2-8218-2894-0, lire en ligne), p. 409–465
  318. « VÉNÉRIEN : Définition de VÉNÉRIEN », sur www.cnrtl.fr (consulté le 5 août 2020)