Le projet « Astronomie » lié à ce portail

Portail:Système solaire

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

le portail sur le système solaire
Solar sys.jpg

Le Système solaire, est le système planétaire auquel appartient la Terre. Il est composé d'une étoile, le Soleil, et des objets célestes gravitant autour de lui : les huit planètes confirmées et leurs 185 satellites naturels connus, les cinq planètes naines et leurs neuf satellites naturels connus et les milliards de petits corps (la grande majorité des astéroïdes et autres planètes mineures, les comètes, les poussières interplanétaires, la ceinture de Kuiper). L'héliopause, limite magnétique du Système solaire, est définie par l'arrêt des vents solaires face au vent galactique. Bien au-delà se trouve le nuage d'Oort, sphère d’objets épars. La limite gravitationnelle du Système solaire se situe bien plus loin encore, jusqu'à 1 ou 2 années-lumière du Soleil. Le système solaire fait partie de la galaxie appelée Voie lactée. Il est situé à environ 8 kpc (∼26 100 a.l.) du centre galactique et effectue une révolution en 225 à 250 millions d'années.

Il y a actuellement 48 904 articles liés à ce sujet.

Lumière sur [modifier

Portrait d'après un original en bronze de Lysippe.

Aristote (384 av. J.-C. - 322 av. J.-C.), est un philosophe grec de l'Antiquité. Avec Platon, dont il fut le disciple à l'Académie, il est l'un des penseurs les plus influents que le monde ait connus, ayant exploré les principaux domaines de connaissance de son temps : biologie, physique, métaphysique, logique, poétique, politique, rhétorique et, de façon ponctuelle, l'économie. Chez Aristote, la philosophie est à la fois la recherche du savoir pour lui-même, de la contemplation et la science des sciences. Les études plus limitées étant de l'ordre de l'épistèmè, c'est-à-dire de la connaissance, de la science entendue comme un ensemble de principes à enseigner. Épistèmè est traduit par les auteurs modernes par science, un domaine qui couvre aussi la technè (art, technique).

La science comprend trois sous-parties : la science théorétique, la science pratique et la science productive. La science théorétique, contemplative, constitue la meilleure utilisation que l'homme puisse faire de son temps libre (skholè). Elle est composée de la philosophie première (l'actuelle métaphysique), de la mathématique et de la physique appelée aussi philosophie naturelle. La science pratique tournée vers l'action (praxis) implique un choix réfléchi (prohaîrèsis). C'est le domaine de la politique et de l'éthique. Enfin, la science productive couvre le domaine de la technique et de la production de quelque chose d'extérieur à l'homme. Entrent dans son champ l'agriculture mais aussi la poésie, la rhétorique et, de façon générale, tout ce qui est fait par l'homme. La logique, quant à elle, n'est pas considérée par Aristote comme une science mais comme l'instrument qui permet de faire progresser les sciences. Exposée dans un ouvrage maintenant connu sous le titre d'Organon, elle repose sur deux concepts centraux : le syllogisme, qui marquera fortement la scolastique, et les catégories (qu'est-ce ? - où est-ce ? - quand est-ce ? - combien ? - etc.)

La nature (Phusis) tient une place importante dans la philosophie d'Aristote. Selon lui, les matières naturelles possèdent en elles-mêmes un principe de mouvement (en telos echeïn). Par suite, la physique est consacrée à l'étude des mouvements naturels provoqués par les principes propres de la matière. Au-delà, pour sa métaphysique, le dieu des philosophes est le premier moteur, celui qui met en mouvement le monde sans être lui-même mû. De même, selon lui, les corps vivants sont animés par l'âme. Si tous les vivants ont une âme, celle-ci a un plus ou moins grand nombre de fonctions. Les plantes ont seulement une âme animée d'une fonction végétative, celle des animaux possède à la fois une fonction végétative et sensitive, celle des hommes est dotée en plus d'une fonction intellectuelle.

La vertu éthique, selon Aristote, est en équilibre entre deux excès. Ainsi, un homme courageux ne doit être ni téméraire, ni couard. Il en découle que l'éthique aristotélicienne est très marquée par les notions de mesure et de phronêsis.(en français prudence ou sagacité). Son éthique, tout comme sa politique et son économie, est tournée vers la recherche du Bien. Aristote, dans ce domaine, a profondément influencé les penseurs des générations suivantes. En lien avec son naturalisme, le Stagirite considère la cité comme une entité naturelle de taille réduite qui ne peut perdurer sans justice et sans amitié (philia)...

Portails connexes [modifier

Sur les autres projets Wikimedia
Lien vers Wikimedia Commons

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Les images


Lien vers Wiktionnaire

Wiktionnaire
(Dictionnaire universel)
Lexique sur les planètes
Lexique sur le système solaire

Lien vers Wikiversité

Wikiversité
(Ressources pédagogiques)
Cours

Lien vers Wikilivres

Wikilivres
(Textes et manuels)
Planétologie
Wikijunior

Lien vers Wikiquote

Wikiquote
(Recueil de citations)
Personnalités