Vortex polaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vortex.
Descente du vortex polaire sur le Québec et le Maine au matin du 21 janvier 1985.

Un vortex polaire (ou tourbillon polaire[1],[2]) est une dépression d'altitude tenace et de grande taille, localisée près d'un des pôles géographiques d'une planète. Sur Terre, ces centres dépressionnaires se forment dans la haute et moyenne troposphère et dans la stratosphère[3].

Ces zones de basse pression sont associées à un cœur d'air froid et donnent en surface, des anticyclones thermiques dans le sillage d'un front polaire car lorsque la masse d'air se contracte et devient plus dense, elle exerce une forte pression sur le sol[4]. Le vortex polaire s'intensifie donc en hiver et s'affaiblit en été parce qu'il dépend de l'écart thermique entre l'équateur et les pôles.

Description[modifier | modifier le code]

En général, le vortex ne dépasse pas 1 000 km de rayon et l'air au sein du tourbillon fait une rotation cyclonique soit dans le sens anti-horaire dans l'hémisphère nord et dans le sens horaire dans l'hémisphère sud, comme n'importe quelle cyclones sous de l'effet de la force de Coriolis[5]. Le vortex arctique a deux centres : l'un près de l'Île de Baffin et l'autre au-dessus de la Sibérie du nord-est, ce qui correspond à l'apparition des anticyclones de Sibérie et d'Amérique du Nord. Le vortex antarctique tend à se situer dans les environs de la plate-forme de Ross, par 160° de longitude ouest, et donne l'anticyclone antarctique.

Puisque les tourbillons polaires existent de la stratosphère vers le bas jusque dans la troposphère moyenne, une variété de hauteurs/niveaux de pression sont utilisés pour marquer sa position. La surface isobare de 50 hPa est le plus souvent utilisée pour identifier son emplacement stratosphérique[6]. Certains météorologues utilisent des niveaux inférieurs, allant aussi bas que le niveau de pression de 500 hPa (environ 5 460 mètres au-dessus du niveau de la mer pendant l'hiver), pour identifier le vortex polaire[7]. L'étendue des contours fermés de température potentielle au niveau de la tropopause peut être utilisée pour déterminer son intensité.

Formation et variations[modifier | modifier le code]

Vortex polaire
Position typique du vortex en novembre 2013.
Vortex polaire faiblissant et se fractionnant le 5 janvier 2014.

Les vortex polaires, comme leur nom indiquent, se forment près des pôles à partir de la différence de température entre l'équateur et les régions polaires. L'intensification et le déclin du vortex polaire sont donc entraînés par le mouvement des masses d'air et le transfert de chaleur dans la région polaire.

En été, l'ensoleillement est presque continuel au pôle et la différence de températures est donc moindre et localisée près de ce dernier. Le vortex y est donc à son plus faible et les cyclones extratropicaux qui migrent vers des latitudes plus élevées peuvent perturber le vortex en formant des dépressions coupées dans la masse d'air polaire[8]. Ces tourbillons individuels peuvent persister pendant plus d'un mois[5].

En automne, les vents circumpolaires augmentent en vitesse et le vortex polaire monte dans la stratosphère à mesure que la température descend au pôle avec la nuit devenant quasi-permanente. Il en résulte que l'air polaire forme une masse d'air de plus en plus cohérente, le vortex polaire. Au début de l'hiver, la différence de température est maximale et le vortex à son plus intense. Le noyau tourbillonnaire se refroidit ensuite, les vents diminuent et l'énergie du vortex diminue.

À la fin de l'hiver et au début du printemps, le vortex est à son plus faible et de grands fragments du dôme froid sous le vortex peuvent être détournés vers des latitudes plus basses par des systèmes météorologiques plus forts qui s'introduisent à partir de ces latitudes. Dans le niveau le plus bas de la stratosphère, de forts gradients de tourbillon potentiel persistent durant l'été et la majorité de cet air reste confiné près des pôles, bien après la dissolution du vortex dans la stratosphère[9].

Les éruptions volcaniques dans les tropiques peuvent aussi conduire à un vortex polaire plus fort pendant l'hiver, jusqu'à deux ans après l'événement[10]. La force et la position du tourbillon polaire affectent la circulation atmosphérique sur une large région autour de lui. Un indice utilisé dans l'hémisphère nord pour mesurer son ampleur est la valeur de l'oscillation arctique[11].

Affaiblissement soudain[modifier | modifier le code]

La baisse soudaine d'activité hivernale du vortex polaire est un phénomène extrême, connu sous le nom de Réchauffement stratosphérique soudain (en) (en anglais SSW), et associé à une hausse de température spectaculaire de la stratosphère (de l'ordre de 30 à 50 °C) en quelques jours. Une partie du vortex peut alors descendre vers les latitudes plus basses et amener son dôme d'air très froid avec lui. En hiver, un vortex polaire anormalement faible a ainsi des conséquences sur une grande partie de l'hémisphère nord. En effet, les températures moyennes sont globalement en dessous des normales dans les zones tempérées (Amérique du Nord et Eurasie) tandis qu'elles sont globalement supérieures aux normales au nord du cercle polaire Arctique.

Variations arctiques et antarctiques[modifier | modifier le code]

Normalement, le vortex arctique est allongé, avec deux centres cycloniques, l'un au-dessus de l'île de Baffin au Canada et l'autre au nord-est de la Sibérie. Lorsqu'il est à son plus intense en hiver, il n'y a qu'un seul centre. Le vortex polaire antarctique est plus prononcé et plus persistant que celui l'Arctique. Le vortex est plus puissant en hiver, lorsque le gradient de température est le plus raide, et il peut se réduire considérablement voire disparaître en été.

Le vortex polaire antarctique est plus prononcé et persistant que celui d'arctique : la cause de ce phénomène provient de la distribution des terres et du relief dans l'hémisphère nord qui accentue le phénomène des ondes de Rossby, menant à une baisse d'activité du vortex tandis que, dans l'hémisphère sud relativement plat, aucun phénomène particulier ne vient déranger l'activité du vortex.

Effets[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

La Schuylkill, à Philadelphie, gelée par les températures glaciales lors de l'invasion du vortex polaire en 2014.

Une étude réalisée en 2001 a révélé que la circulation stratosphérique peut avoir des effets anormaux sur les régimes météorologiques[12]. Les hivers avec un vortex polaire faible sont associés avec une descente de l'air glacial vers les basses latitudes. Ainsi la vague de froid de 2014 en Amérique du Nord fut causé par une descente du dôme arctique vers le midwest américain, ce qui permit de battre plusieurs records de basses températures sur le centre et l'est de l'Amérique du nord durant l'hiver 2013-2014, en particulier en janvier.

La même année, des chercheurs ont trouvé une corrélation statistique entre un vortex polaire faible et les concentrations de cas de rhume sévère dans l'hémisphère nord[13]. Plus récemment, les scientifiques ont identifié des interactions avec le déclin de la banquise arctique, la réduction de la couverture de neige, les profils d'évapotranspiration, les anomalies de l'Oscillation nord-atlantique (ONA) ou les anomalies météorologiques qui sont liées à la configuration du vortex polaire et du courant-jet[12],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20].

Les conclusions à long terme exigeront plusieurs décennies pour distinguer la variabilité naturelle des tendances climatiques. Cependant, l'hypothèse générale est que la réduction de la couverture de neige et de la glace de mer causés par le réchauffement climatique diminuent la réflexion de lumière solaire, ce qui augmente l'évapotranspiration, modifiant à son tour la distribution de pression et le gradient de température du vortex polaire, ce qui l'affaiblit. Cela devient évident lorsque l'amplitude des ondes de Rossby engendre des méandres importants dans le courant-jet ce qui permet un transport de l'air plus chaud au pôle nord et d'air polaire dans les basses latitudes. L'amplitude du courant-jet augmente avec un vortex polaire plus faible, donc augmente la chance de causer des blocages météorologiques. Un tel événement de blocage récent s'est produit quand un anticyclone s'est stationné au-dessus du Groenland et modifié la circulation pour diriger l'ouragan Sandy vers la côte nord-est des États-Unis au lieu de l'habituelle trajectoire vers l'Atlantique nord.

Baisse de l'ozone stratosphérique[modifier | modifier le code]

Concentration d'ozone le 22 février 2012 dans l'hémisphère sud.
Article détaillé : Destruction de la couche d'ozone.

Les réactions chimiques associées au vortex polaire antarctique causent une forte chute de la concentration en ozone. Le mécanisme suivant en est l'origine : l'acide nitrique contenu dans les nuages stratosphériques réagit avec les composés d'aérosols formant ainsi du chlore ce qui a pour effet de catalyser la destruction photochimique de l'ozone[21]. Ces nuages ne peuvent se former qu'à des températures inférieures à environ −80 °C. Les concentrations de chlore augmentent ainsi pendant l'hiver polaire, et la destruction de l'ozone qui en résulte est plus grande quand la lumière du soleil revient au printemps avec l'augmentation de l'énergie solaire.

Étant donné qu'il y a un plus grand échange d'air entre l'Arctique et les latitudes moyennes, l'appauvrissement de la couche d'ozone au pôle nord est beaucoup moins sévère que dans le sud[22]. En conséquence, la réduction saisonnière des niveaux d'ozone dans l'Arctique est généralement caractérisée par une «bosse d'ozone», alors que l'appauvrissement de la couche d'ozone plus sévère sur l'Antarctique est considéré comme un «trou dans la couche d'ozone».

Ce phénomène est naturel mais l'activité humaine l'a amplifié. En effet la production d'oxydes d'azote par l'utilisation des combustibles fossiles a grandement augmenté la concentration d'acide nitrique nécessaire au phénomène.

Vortex extra-terrestres[modifier | modifier le code]

Vortex polaire sur la planète Saturne
Vortex polaire sur Saturne

D'autres planètes et lunes sont également connus pour avoir des vortex polaires, y compris Vénus (vortex double à un pôle), Mars, Jupiter, Saturne et la lune Titan de Saturne[23]. Le pôle sud de Saturne est le seul à avoir un vortex polaire chaud dans le système solaire[24].

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le vortex polaire pour les nuls », sur Le Devoir
  2. « Vortex », sur cnrtl.fr
  3. « Tourbillon polaire », sur atm.ch.cam.ac.uk
  4. « anticyclone thermique », Glossaire la météo, sur Météo-France (consulté le 19 mai 2014)
  5. a et b (en) Steven M. Cavallo et Gregory J. Hakim, « Potential Vorticity Diagnosis of a Tropopause Polar Cyclone », Monthly Weather Review, vol. 137, no 4,‎ , p. 1358–1371 (DOI 10.1175/2008MWR2670.1, Bibcode 2009MWRv..137.1358C, lire en ligne).
  6. (en) Erik W. Kolstad, Tarjei Breiteig et Adam A. Scaife, « The association between stratospheric weak polar vortex events and cold air outbreaks in the Northern Hemisphere », Quarterly Journal of the Royal Meteorological Society, Royal Meteorological Society, vol. 136,‎ , p. 887 (DOI 10.1002/qj.620, Bibcode 2010EGUGA..12.5739K, lire en ligne).
  7. (en) Abdolreza Kashki et Khoshhal, « Investigation of the Role of Polar Vortex in Iranian First and Last Snowfalls », Journal of Geology and Geography, Canadian Center of Science and Education, vol. 5, no 4,‎ (ISSN 1916-9779, lire en ligne).
  8. (en) Erik A. Rasmussen et John Turner, Polar lows: mesoscale weather systems in the polar regions, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-62430-5, lire en ligne), p. 174.
  9. (en) E. Nash, P Newman, J Rosenfield et M Schoeberl, « An objective determination of the polar vortex using Ertel's potential vorticity », Journal of Geophysical Research, vol. 101, no D5,‎ , p. 9471–9478 (DOI 10.1029/96JD00066, Bibcode 1996JGR...101.9471N).
  10. (en) Alan Robock, « Volcanic eruptions and climate », Reviews of Geophysics, vol. 38, no 2,‎ , p. 191–219 (DOI 10.1029/1998RG000054, Bibcode 2000RvGeo..38..191R).
  11. (en) Todd Mitchell, « Arctic Oscillation (AO) time series, 1899 – June 2002 », Université de Washington, (consulté le 1er novembre 2016).
  12. a et b (en) Baldwin et TJ Dunkerton, « Stratospheric Harbingers of Anomalous Weather Regimes », Science, vol. 294, no 5542,‎ , p. 581–4 (PMID 11641495, DOI 10.1126/science.1063315, Bibcode 2001Sci...294..581B).
  13. (en) Earth Observatory, « Stratospheric Polar Vortex Influences Winter Cold », NASA, 1er nombre 2016 (consulté le 7 janvier 2014).
  14. (en) Yucheng Song et Walter A. Robinson, « Dynamical Mechanisms for Stratospheric Influences on the Troposphere », Journal of the Atmospheric Sciences, vol. 61, no 14,‎ , p. 1711–25 (DOI 10.1175/1520-0469(2004)061<1711:DMFSIO>2.0.CO;2, Bibcode 2004JAtS...61.1711S).
  15. (en) James E. Overland, « Atmospheric science: Long-range linkage », Nature Climate Change, vol. 4,‎ , p. 11–2 (DOI 10.1038/nclimate2079, Bibcode 2014NatCC...4...11O).
  16. (en) Qiuhong Tang, Xuejun Zhang et Jennifer A. Francis, « Extreme summer weather in northern mid-latitudes linked to a vanishing cryosphere », Nature Climate Change, vol. 4,‎ , p. 45–50 (DOI 10.1038/nclimate2065, Bibcode 2014NatCC...4...45T).
  17. (en) J. A. Screen, « Influence of Arctic sea ice on European summer precipitation », Environmental Research Letters, vol. 8, no 4,‎ , p. 044015 (DOI 10.1088/1748-9326/8/4/044015, Bibcode 2013ERL.....8d4015S).
  18. (en) Jennifer A. Francis et Stephen J. Vavrus, « Evidence linking Arctic amplification to extreme weather in mid-latitudes », Geophysical Research Letters, vol. 39, no 6,‎ (DOI 10.1029/2012GL051000, Bibcode 2012GeoRL..39.6801F).
  19. (en) Vladimir Petoukhov et Vladimir A. Semenov, « A link between reduced Barents-Kara sea ice and cold winter extremes over northern continents », Journal of Geophysical Research, vol. 115,‎ (DOI 10.1029/2009JD013568, Bibcode 2010JGRD..11521111P).
  20. (en) Giacomo Masato, Brian J. Hoskins et Tim Woollings, « Winter and Summer Northern Hemisphere Blocking in CMIP5 Models », Journal of Climate, vol. 26, no 18,‎ , p. 7044–59 (DOI 10.1175/JCLI-D-12-00466.1).
  21. (en) J. A. Pyle, The Arctic and environmental change, CRC Press, , 42–44 p. (ISBN 978-90-5699-020-6, lire en ligne).
  22. (en) K. Mohanakuma, Stratosphere troposphere interactions: an introduction, Springer, (ISBN 978-1-4020-8216-0, lire en ligne), p. 34
  23. (en) « Double vortex at Venus South Pole unveiled », Agence spatiale européenne (consulté le 1er novembre 2016).
  24. (en) « Saturn's Bull's-Eye Marks Its Hot Spot », NASA, (consulté le 1er novembre 2016).

Sur les autres projets Wikimedia :