Vortex polaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vortex polaire sur le Québec et le Maine au matin du 21 janvier 1985

Un vortex polaire (ou tourbillon polaire[1],[2]) est un cyclone tenace de grande taille, localisé près d'un des pôles géographiques d'une planète. Sur Terre, les tourbillons polaires se produisent dans la haute et moyenne troposphère et dans la stratosphère[3]. Ils entourent les zones de haute pression polaires, se formant dans le sillage d'un front polaire. Ces zones de basse pression à cœur froid s'intensifient en hiver et s'affaiblissent en été parce qu'elles dépendent de l'écart thermique entre l'équateur et les pôles. En général elles ne dépassent pas 1000 km de large. Dans l'hémisphère nord, l'air au sein du tourbillon circule contre le sens horaire - à l'instar d'autres cyclones, ceci est le résultat de l'effet Coriolis. Le vortex arctique a deux centres : l'un près de l'Île de Baffin et l'autre au-dessus de la Sibérie du nord-est. Au sud, ils tendent à se situer dans les environs de la plate-forme de Ross, par 160° de longitude ouest.

Vortex polaire sur la planète Saturne
Vortex polaire sur Saturne

Variations arctiques et antarctiques[modifier | modifier le code]

Le vortex est plus puissant en hiver, lorsque le gradient de température est le plus raide, et il peut réduire considérablement voire disparaître en été. Le vortex polaire antarctique est plus prononcé et persistant que celui d'arctique : la cause de ce phénomène provient de la distribution des terres en haute altitude dans l'hémisphère nord qui accentue le phénomène des ondes de Rossby, menant à une baisse d'activité du vortex tandis que, dans l'hémisphère sud, aucun phénomène particulier ne vient déranger l'activité du vortex. La baisse d'activité du vortex polaire est un phénomène extrême connu sous le nom de Réchauffement stratosphérique soudain (en anglais SSW, sudden stratospheric warming (en)) et on peut associer une hausse de température spectaculaire (de l'ordre de 30-50°C) durant quelques jours. Notons que la forme du vortex arctique est allongée, à double centre.

En hiver, un vortex polaire de faible activité a des conséquences sur une grande partie de l'hémisphère nord. En effet, les températures moyennes sont globalement en dessous des normales dans les zones tempérées (Amérique du Nord et Eurasie) tandis qu'elles sont globalement supérieures aux normales au nord du cercle polaire Arctique.

Baisse de l'ozone[modifier | modifier le code]

Les réactions chimiques associées au vortex polaire antarctique ont causé une forte chute de la concentration en ozone. Le mécanisme suivant en est l'origine : l'acide nitrique contenu dans les nuages stratosphériques réagit avec les composés d'aérosols formant ainsi du chlore ce qui a pour effet de catalyser la destruction photochimique de l'ozone.

Références et notes[modifier | modifier le code]

  1. « Le vortex polaire pour les nuls », sur LeDevoir.com
  2. « Vortes », sur cnrtl.fr
  3. « Tourbillon polaire », sur atm.ch.cam.ac.uk