C/2006 P1 (McNaught)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


C/2006 P1 (McNaught)
Description de cette image, également commentée ci-après
La comète McNaught vue de Swifts Creek, Victoria le 23 janvier 2007
Caractéristiques orbitales
Époque (JJ 2454113,2961)
(20 janvier 2007)
Demi-grand axe ~2 050[a] ua
Excentricité 1,000019
(Trajectoire hyperbolique)
Périhélie 0,17075400 ua
Aphélie ~4 100[a] ua
Période ~92 600[1],[2] a
Inclinaison 77,82768004°
Dernier périhélie
Prochain périhélie ?

Caractéristiques physiques
Découverte
Découvreurs Robert H. McNaught
Date
Désignations C/2006 P1, Comète McNaught, Grande comète de 2007

C/2006 P1 (McNaught) est une comète non périodique qui a été découverte le par l'astronome scotto-australien Robert H. McNaught en utilisant le Uppsala Southern Schmidt Telescope, en Australie[3].

La comète est passée à son périhélie le et devint visible à l’œil nu, près de Vénus et des constellations de l'Aigle et d'Ophiuchus au coucher du soleil dans l'hémisphère nord. Elle a atteint une magnitude apparente de -2. Début 2007, elle devint l'une des comètes les plus brillantes de ces dernières décennies et fut observée dans l'hémisphère sud aussi bien depuis les villes que dans les observatoires astronomiques. Elle est à ce titre considérée comme la grande comète de 2007. Elle fut la comète la plus brillante en plus de 40 ans et fut facilement visible pour les observateurs de l'hémisphère sud en janvier et en février 2007.

Découverte[modifier | modifier le code]

L'astronome Robert H. McNaught découvrit la comète sur une image CCD le lors d'observations de routine pour le Siding Spring Survey, qui recherchait des objets proches de la Terre qui pourraient présenter un risque de collision avec la Terre. La comète fut découverte dans la constellation d'Ophiuchus à une magnitude apparente de +17. D' à , la comète fut imagée et traquée alors qu'elle traversait les constellations d'Ophichus et du Scorpion, devenant aussi brillante que magnitude +9, ce qui était alors cependant encore trop faible pour qu'elle soit visible à l'œil nu[4]. Ensuite, pendant la majeure partie du mois de décembre, la comète fut perdue dans l'éclat du Soleil[réf. nécessaire].

Lors de sa réobservation, il devint clair que la comète devenait rapidement plus brillante, devenant visible à l'œil nu début . Elle fut visible par les observateurs de l'hémisphère nord, dans le Sagittaire et les constellations voisines, jusqu'autour du . La comète passa au périhélie le à une distance de 0,17 unité astronomique. Ce fut suffisamment près du Soleil pour que la comète soit observable par l'Observatoire solaire et héliosphérique (SOHO)[5]. La comète entra dans le champ de la caméra LASCO C3 de l'observatoire spatial le [5] et fut observable en temps quasi-réel sur le web. La comète quitta le champ de SOHO le [5]. En raison de sa proximité avec le Soleil, les observateurs au sol dans l'hémisphère nord n'eurent qu'une courte fenêtre pour voir la comète et la comète ne pouvait être observée que pendant le crépuscule brillant[réf. nécessaire]

Lorsque C/2006 P1 (McNaught) passa au périhélie le , elle devint la comète la plus brillante depuis C/1965 S1 (Ikeya-Seki) en 1965[6]. La comète fut surnommée « la grande comète de 2007 » par Space.com[7]. Les 13 et , la comète atteignit la magnitude apparente minimale (correspondant à sa brillance maximale) de −5,5[8].

Période orbitale[modifier | modifier le code]

La comète C/2006 P1 (McNaught) suit une trajectoire hyperbolique (avec une excentricité osculatrice supérieure à 1)[9] pendant son passage dans le système solaire interne, mais l'excentricité de son orbite descendra en dessous de 1 après qu'elle a quitté l'influence des planètes et elle restera alors liée au système solaire comme comète du nuage de Oort[10].

Étant donné l'excentricité orbitale de cet objet, différentes époques peuvent produire des solutions optimales à deux corps non perturbées héliocentriques assez différentes pour la distance à l'aphélie (distance maximale du Soleil) de cet objet[b]. Pour des objets dont l'orbite est aussi excentrique, les coordonnées barycentriques sont plus stables que les coordonnées héliocentriques. En utilisant JPL Horizons, les éléments orbitaux barycentriques pour l'époque 2050 produisent un demi-grand axe de 2 050 unités astronomiques et une période d'environ 92 700 ans[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Calcul utilisant le barycentre du système solaire.
  2. Voire l'article orbite osculatrice pour plus de détail à propos des solutions non perturbées au problème à deux corps.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Horizons output, « Barycentric Osculating Orbital Elements for 2007 TG422 », (consulté le 1er février 2011) (Horizons: Select Ephemeris Type:Elements and Center:@0)
  2. « Comet C/2006 P1 (McNaught) - facts and figures », Perth Observatory in Australia, (consulté le 1er février 2011)
  3. « Report on the comet discovery and progress from Robert McNaught's homepage » [archive du ] (consulté le 17 janvier 2007)
  4. (en) « Kronk's Cometography – C/2006 P1 » (consulté le 21 janvier 2010)
  5. a b et c « Brightest Comet in Over Forty Years », SOHO (Hot Shots), (consulté le 18 avril 2011)
  6. (en) « Brightest comets seen since 1935 » [archive du ], sur Comet Information and the International Comet Quarterly (consulté le 12 janvier 2007)
  7. (en) « The Great Comet of 2007: Watch it on the Web »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) Yahoo News, January by Joe Rao of SPACE.com Skywatching Columnist. Accessed 16 January 2007
  8. « C/2006 P1 (McNaught) »
  9. (en) « JPL Small-Body Database Browser: C/2006 P1 (McNaught) », sur jpl.nasa.gov (consulté le 17 décembre 2009)
  10. « McNaught (C/2006 P1): Heliocentric elements 2006–2050 », Jet Propulsion Laboratory, (consulté le 10 novembre 2018)
  11. « McNaught (C/2006 P1): Barycentric elements 2050 », Jet Propulsion Laboratory, (consulté le 10 novembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :