Croissant (symbole)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croissant.
Exemple de représentation d'un croissant

En art et en symbolisme, un croissant est généralement la forme produite quand un cercle est obturé partiellement par un autre cercle, ce qui reste est une forme entourée par deux arcs de différents diamètres et qui s'intersectent en deux points.

Leliwa. Noble polonais avec un croissant en tant que symbole héraldique.

Symbole[modifier | modifier le code]

Monde ancien[modifier | modifier le code]

Le croissant est l'un des plus vieux symboles de l'humanité. Avec le soleil il apparaît sur des sceaux des Akkadiens vers XXIIe siècle av. J.-C.. À partir du XXe siècle av. J.-C., il devient le symbole de la Mésopotamie. Le croissant était donc bien connu au Moyen-Orient et a été transporté par les Phéniciens au VIIIe siècle à Carthage maintenant en Tunisie.

Un croissant en tant que symbole néo-païen sur une déesse triple.
Croissant surmontant trois boules de cuivre superposées au sommet d'une coupole de la Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie).

Les Sassanides, les Séfévides, l'ont utilisé. Il est devenu le symbole de l'Empire byzantin et spécialement de Constantinople. Plus tard lors des guerres turco-byzantines il serait utilisé par les deux parties.

Turcs[modifier | modifier le code]

Le croissant avec une étoile, aujourd'hui considéré comme un symbole musulman, a longtemps été utilisé en Asie Mineure et par les anciens Turcs non encore islamisés, avant les débuts de l'Islam; selon les archéologues, les fouilles ont montré que les Köktürks utilisaient le croissant et l'étoile comme symbole pour leur monnaie. Des pièces vieilles de 1500 ans le montrent avec une personne.

Islam[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle le croissant a été adopté par l'ensemble des Turcs, souvent accompagné d'une étoile, en référence au titre L'étoile porté par la sourate 53 du Coran. Selon Dominique et Janine Sourdel, ce n'est pourtant que tardivement, sans doute pas avant le XIXe siècle, qu'il est devenu le principal symbole de l'Islam[1].

En dépit des origines diverses du symbole, de nombreux pays et des organisations charitables l'utilisent sur leur drapeau ou l'intègrent dans leur logo :

À ce jour aucun des États arabes d'Arabie ou du Machrek ne fait figurer le croissant sur son drapeau. Ainsi ce symbole ne peut pas réellement être considéré comme celui de l'identité musulmane.

Hindouisme[modifier | modifier le code]

Le croissant de lune est aussi un symbole associé à l'iconographie hindoue, spécialement dans l'hindouisme puranique et tantrique. L'exemple le plus frappant est celui de Shiva (avec ses aspects tels que Bhairava et Mahakala, dont le front est orné d'un croissant de lune. Mais autre que Shiva, les déesses indiennes majeures comme Durga et Kali (cette dernière le plus souvent), sont représentées avec le croissant. Sarasvati, une autre divinité majeure, est ornée du croissant dans ses styles de représentations tantriques. En dehors de cela, certaines divinités du panthéon liminal tantrique, comme Chinnamasta, Matangi, Kamala (Lakshmi tantrique), Tara et Lalita ou Tripurasundari sont toujours dépeintes comme ornées d'un croissant. Le croissant, symbolisant l'aspect re-naissance ou de régénération de la Lune, qui est le symbole de la puissance féminine ou de la nature de la femme (tout comme dans les traditions païennes de l'Ouest), a toujours été un des symboles et des motifs importants du Tantrisme.

Catholicisme[modifier | modifier le code]

Un des exemples les plus connus est Notre-Dame de Guadalupe

Dans l'iconographie de l'église catholique romaine, Marie est souvent représentée selon la description de l'apocalypse: chapitre 12 "avec un [croissant] de lune sous ses pieds et sur la tête une couronne de 12 étoiles". Une des icônes les plus connues est Notre-Dame de Guadalupe.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le symbole du croissant peut aussi se retrouver en héraldique. Bien qu'a priori il n'ait pas de rapport avec l'Islam, ses premières apparitions sembleraient remonter aux croisades.

Le croissant se trouve aussi dans des vieux symboles slavons et remonteraient à la Mythologie slave.

En Angleterre et au Canada un croissant est la brisure d'un deuxième fils.

Autres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Croissant de lune" in Dominique et Janine Sourdel, Dictionnaire historique de l'islam, Paris, PUF, 1996, p. 229-230.

Sur les autres projets Wikimedia :