Complexe de superamas Poissons-Baleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le complexe de superamas Poissons-Baleine est un complexe de superamas de galaxies ou filaments galactiques qui inclut le Superamas Local où se trouve notre Voie lactée[1].

Découverte[modifier | modifier le code]

L'astronome R. Brent Tully de l'institut d'astronomie d'Honolulu à Hawaii identifie ce complexe en 1987[2].

Étendue[modifier | modifier le code]

Le complexe de superamas Poissons-Baleine a une longueur estimée d'un milliard d’années-lumière et une largeur estimée de 150 millions d’années-lumière. C'est la plus grande structure identifiée de l'univers à ce jour[3], derrière le Grand Mur de Sloan qui s'étend sur 1 370 000 000 années-lumière.

Le complexe regroupe environ 60 amas de galaxies et est estimé d'avoir une masse totale de 1018 masses solaires[4]. Selon le découvreur, le complexe est composé de 5 parties:

  1. Le superamas Poissons-Baleine
  2. La chaîne Persée-Pégase
  3. La chaîne Pégase-Poissons
  4. La région du Sculpteur
  5. Le superamas Vierge-Hydre-Centaure, qui inclut notre Superamas Local (Superamas de la Vierge) et le superamas de l'Hydre-Centaure[4].

Pour rappel, avec une masse de 1015 masses solaires, notre Superamas Local représente seulement 0,1 % la masse totale du complexe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Pisces-Cetus Supercluster Complex » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) R. Brent Tully, « Alignment of clusters and galaxies on scales up to 0.1 C », Astrophysical Journal, vol. 303,‎ 1er avril 1986, p. 25-38 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1086/164049, résumé, lire en ligne)
  2. (en) John Noble Wilford, « Massive Clusters of Galaxies Defy Concepts of the Universe », New York Times,‎ 10 novembre 1987 (lire en ligne)
  3. (en) « Map of the Pisces-Cetus Supercluster Complex »
  4. a et b (en) R. Brent Tully, « More about clustering on a scale of 0.1 C », Astrophysical Journal, vol. 323,‎ 1er décembre 1987, p. 1-18 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1086/165803, résumé, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]