Venera 12

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Venera 12

Caractéristiques
Organisation URSS
Domaine Étude de Vénus et astronomie gamma
Type de mission Atterrisseur et survol
Statut Mission achevée
Masse 4461 kg
Lancement
Lanceur Proton
Fin de mission avril 1980 (vaisseau mère)
Programme Programme Venera
Index NSSDC 1978-086A

Venera 12 (en russe : Венера-12) est une sonde spatiale soviétique lancée le 14septembre 1978 dont la mission était d'étudier l'atmosphère et la surface de la planète Vénus dans le cadre du programme Venera. Elle se composait d'un vaisseau porteur chargé de recueillir des données lors du survol de la planète et d'un atterrisseur. L'atterrisseur est parvenu sur le sol vénusien mais n'a obtenu des résultats partiels à la suite de la panne de deux de ses instruments. Deux détecteurs de sursaut gamma fonctionnant en conjointement avec un instrument similaire installé sur la sonde spatiale jumelle Venera 11 et le satellite Prognoz 7 ont permis de dresser un premier catalogue des sources à l'origine de ce phénomène.

Déroulement de la mission[modifier | modifier le code]

Venera 12 d'une masse totale de 4,464 tonnes a été lancée par une fusée Proton. L'atterrisseur a été largué par le vaisseau mère le 19 décembre deux jours avant de pénétrer dans l'atmosphère de Vénus. Après une descente d'une durée d'une durée de 1 heure l'atterrisseur s'est posé le 25 décembre vers 3h24 UTC sur le sol de venus à une vitesse comprise entre 7 et 8 m/s. Les données scientifiques ont été transmises durant environ 110 minutes. De son côté le vaisseau mère a survolé la planète à une distance de 34 000 km en collectant des données grâce à plusieurs instruments scientifiques embarqués puis a poursuivi sur une orbite héliocentrique en effectuant des mesures dans l'espace interplanétaire.

Les caractéristiques de la sonde spatiale[modifier | modifier le code]

La sonde spatiale Venera 12 est une version légèrement améliorée de la génération précédente des sondes vénusiennes soviétiques : les Venera 9 et 10 lancées en 1975. La fenêtre de lancement étant moins favorable en 1978, le vaisseau mère (porteur de l'atterrisseur) ne s'insère pas en orbite contrairement à ses prédécesseurs mais effectue un simple survol de Vénus en relayant les données fournies par l'atterrisseur. L'atterrisseur emporte des instruments scientifiques nouveaux ou améliorés[1].

Les équipements scientifiques du vaisseau mère[modifier | modifier le code]

Le vaisseau mère de Venera 12 était équipé avec plusieurs instruments scientifiques utilisé dans l'espace interplanétaire et durant le survol de Vénus. Venera 12 emportait notamment deux détecteurs de Sursaut gamma, Konus développé par les soviétiques et SIGNE 2 développé par les chercheurs français. SIGNE 2 était également installé à bord deux autres engins spatiaux, la sonde spatiale jumelle Venera 11 et le satellite Prognoz 7 ce qui permettait de localiser les sources des sursauts gamma par triangulation. Dans le cadre de cette mission conjointe 143 sources ont pu être ainsi détectées et situées dans le ciel avant et après le survol de Vénus permettant la constitution d'un premier catalogue recensant ces événements. Le vaisseau mère embarquait également[2] :

  • un spectromètre fonctionnant dans l'ultraviolet extrême (30-166 nm) fourni par la France
  • un spectromètre à plasma
  • un magnétomètre
  • un détecteur de particules à haute énergie comprenant 4 compteurs à semi-conducteur, deux compteurs à décharge gazeuse et 4 compteurs à scintillation.
  • Un détecteur de vent solaire (télescope à protons)

La mission du vaisseau mère s'est achevée en avril 1980.

Les équipements scientifiques de l'atterrisseur[modifier | modifier le code]

L'atterrisseur emportait une batterie d'instruments destinés à étudier l'atmosphère durant sa descente vers le sol de Vénus et la composition des roches de la surface. Les caméras embarquées n'ont pas fonctionné à la suite d'une erreur de conception qui n'a pas permis d'éjecter les obturateurs placés sur les objectifs. Le système d'analyse de la composition du sol a également victime d'une panne. Le chromatographie en phase gazeuse a permis de détecter un ratio particulière élevé d'Ar36/Ar40 et la présence de monoxyde de carbone dans les couches basses de l'atmosphère. Des éclairs et les grondements de tonnerre ont été également enregistrés[3].

Les instruments scientifiques embarqués comprenaient :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Huntress et Marov p.312op. cit.
  2. Huntress et Marov p.313-314op. cit.
  3. Huntress et Marov p.315-316op. cit.

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Wesley T. Huntress et Mikhail Ya. Marov, Soviet robots in the Solar System : missions technologies and discoveries, Springer Praxis,‎ (ISBN 978-1-4419-7898-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]