Groupe de planètes mineures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec Famille de planètes mineures.
Diagramme orbital classique croisant demi-grand axe et inclinaison. Mise en évidence de plusieurs groupes : centaures, ceinture de Kuiper (dont plutinos), disque des objets épars.
Diagramme classique représentant la dispersion des objets autour du Soleil. Mise en évidence de plusieurs groupes : géocroiseurs, ceinture principale d'astéroïdes, groupe de Hilda, troyens de Jupiter.

Un groupe de planètes mineures, groupe d'astéroïdes, groupe orbital ou encore groupe dynamique, est un ensemble de planètes mineures partageant des propriétés orbitales voisines découlant de phénomènes purement dynamiques, notamment des phénomènes de résonance avec les planètes du Système solaire, à l'origine de zones de stabilité ou au contraire d'instabilité.

L'identification et la compréhension de ces groupes permettent de décrire et d'expliquer la manière dont sont réparties les planètes mineures au sein du Système solaire.

Cette notion de groupe est à distinguer de celle de famille. Il s'agit dans les deux cas d'ensembles de planètes mineures partageant des propriétés orbitales voisines mais les familles sont interprétées comme résultant de la fragmentation d'un objet antérieur à la suite d'une collision, ce qui n'est pas le cas des groupes. Ces familles sont notamment présentes au sein de la ceinture principale d'astéroïdes.

Paramètres et types de définitions[modifier | modifier le code]

Paramètres intervenant dans les définitions des groupes[modifier | modifier le code]

Dans ce qui suit, ua est la notation de l'unité astronomique, unité de longueur correspondant à la distance Soleil-Terre (environ 150 millions de km).

Les principaux paramètres intervenant dans la définition des groupes orbitaux sont :

  • le demi-grand axe (noté a, distance en ua), représentatif de la distance moyenne au Soleil ;
  • l'excentricité (notée e, coefficient de 0 à 1) et l'inclinaison (notée i, angle en degrés) représentatifs d'un caractère "classique" (excentricité et inclinaison faibles correspondant à une orbite plus ou moins circulaire et proche de l'écliptique, plan dans lequel gravite la Terre) ou "non classique" de l'orbite ;
  • la distance au périhélie (notée q, distance en ua) et la distance à l'aphélie (notée Q, distance en ua) permettant de caractériser des croisements, proximités ou éloignements (impliquant une absence d'influence gravitationnelle) avec des orbites de planètes ;
  • l'existence ou non d'une résonance orbitale avec une planète et le rapport associé (noté sous la forme d'une fraction du type 1:2 ou 3:2) ;
  • les paramètres de Tisserand par rapport à Jupiter ou à Neptune (notés TJ et TN, paramètres sans dimension) permettant de caractériser l'influence gravitationnelle de ces planètes sur certains groupes de planètes mineures.

Définitions des groupes[modifier | modifier le code]

Les définitions utilisées par les astronomes ou les bases de données sont de différentes natures.

  • Certaines définitions (que l'on peut qualifier de "théoriques") reposent sur une ou plusieurs propriétés fondamentales du groupe considéré. C'est typiquement le cas pour des groupes définis par une résonance avec une planète (groupe de Hilda, différents groupes de troyens, plutinos, autres groupes en résonance avec Neptune...).
  • D'autres définitions (que l'on peut qualifier de "caractérisations") reposent au contraire sur la simple description de la zone occupée par le groupe dans l'espace des phases défini par les variables a, e, i, q et Q (en pratique souvent ramené à deux variables a-i, a-e, a-q ou a-Q, ou même simplement à la seule variable a).
  • Dans ce dernier cas, les valeurs limites peuvent correspondre aux frontières effectives d'un groupe d'objets se détachant nettement des autres objets (cas par exemple du groupe de Hungaria tel que caractérisé par le MPC : 1,8 < a < 2,0 ua, e < 0,25 et i > 12°), mais peuvent aussi parfois relever de conventions pratiques partagées par la communauté scientifique (cas par exemple des séparations entre centaures, objets épars et objets détachés).

Ces différents types ne sont pas exclusifs. De nombreuses définitions combinent ces différents aspects (critère théorique et limites conventionnelles par exemple). L'usage de certains paramètres complexes peut aussi générer des situations intermédiaires. Par exemple la définition des damocloïdes par le paramètre de Tisserand relève à la fois d'une caractérisation (TJ < 2) et d'une propriété fondamentale (de par les liens profonds entre paramètre de Tisserand et dynamique du système à 3 corps considéré).

La plupart des groupes possède plusieurs définitions. Cette diversité ne découle pas de désaccords importants. Il s'agit le plus souvent de petites variations sur le choix de valeurs limites. Ces variations sont parfois liées à l'ancienneté des sources utilisées. On peut toutefois noter que certains groupes sont plus particulièrement marqués par l'absence de définition bien partagée (cas par exemple des centaures et des damocloïdes). Il est également fréquent qu'un même groupe possède une définition théorique (utile par exemple pour la compréhension du groupe : origine, stabilité, évolution...) et une définition par caractérisation (plus facile à utiliser et suffisante pour la plupart des besoins). Les bases de données du MPC[1] et du JPL[2] utilisent actuellement (juin 2019) ce type de définitions par caractérisation.

Conventions[modifier | modifier le code]

Terminologie[modifier | modifier le code]

Les planètes mineures de la ceinture principale ainsi que celles gravitant à proximité de la Terre ou comme troyens de Jupiter restent le plus souvent appelées classiquement astéroïdes. Un usage de plus en plus fréquent préfère par contre désigner les objets transneptuniens ainsi que les centaures ou les damocloïdes à travers le terme neutre d'objet. Cet usage est repris dans cette page. Le terme planète mineure (ou parfois objet) est utilisé comme terme générique.

Dénombrement des objets des groupes[modifier | modifier le code]

Les dénombrements concernent les planètes mineures référencées (numérotées ou non). Il s'agit d'ordres de grandeur volontairement arrondis à 2 chiffres significatifs.

Les références indiquées MPC, JPL ou List renvoient respectivement à des consultations :

Synthèse des principaux groupes orbitaux[modifier | modifier le code]

Principaux groupes orbitaux Demi-grand axe typique
(en ua)
Nombre de planètes mineures référencées
(mise à jour 17 juin 2019)
Astéroïdes proches de la Terre Astéroïdes Atira 0,6 à 1 19[JPL 1] ~ 20 000[JPL 2]
Astéroïdes géocroiseurs Astéroïdes Aton 0,6 à 1 ~ 1 500[JPL 3]
Astéroïdes Apollon 1 à 5 et +[note 1] ~ 11 100[JPL 4]
Astéroïdes Amor 1 à 5 et +[note 2] ~ 7 600[JPL 5]
Astéroïdes aréocroiseurs (au sens des classifications MPC et JPL[note 3]) 1,3 à 5 ~ 17 000[JPL 6] ~ 17 000[JPL 6]
Ceinture principale et périphérie Périphérie interne (dont groupe de Hungaria) 1,7 à 2,0 ~ 17 000[JPL 7] ~ 747 000[JPL 8]
Ceinture principale (zones I, II et III) 2,0 à 3,3 ~ 722 000[JPL 9]
Périphérie externe (dont groupe de Cybèle et groupe de Hilda) 3,3 à 4,1 ~ 8 200[JPL 10]
Troyens de Jupiter env 5,2 / 4,8 à 5,4 ~ 7 300[JPL 11] ~ 7 300[JPL 11]
Centaures et damocloïdes avec 5,5 < a < 30,1 ua 5,5 à 30 ~ 490[JPL 12] ~ 490[JPL 12]
Objets transneptuniens Ceinture de Kuiper Plutinos env 39,4 / 39 à 40 ~ 500 ?[List 1] ~ 3 300[JPL 13]
[note 4]
Cubewanos 40 à 48 ~ 1 500 ?[List 1]
Autres objets ceinture de Kuiper 30 à 50 ~ 600 ?[List 1]
Autres résonances avec Neptune avec a > 50 ua, damocloïdes avec a > 30,1 ua, objets épars et objets détachés 30 à 1 000 et +[note 5] ~ 740[List 2]
Nuage de Hills et nuage de Oort 1 000 ? à 100 000 ? 0 ou ?[note 6] 0 ou ?[note 6]
Ensemble des planètes mineures référencées 0,6 à 3 500 796 000[JPL 14]

Au 18 mai 2019[List 3], le Centre des planètes mineures recensait de manière officielle 794 832 planètes mineures, dont 541 128 numérotées et 21 922 nommées.

Zone interne du Système solaire[modifier | modifier le code]

Cette zone est principalement occupée par les astéroïdes géocroiseurs dont l'orbite croise ou se rapproche de celle de la Terre.

Liste des groupes[modifier | modifier le code]

Groupe Demi-grand axe typique (en ua) Ordre grandeur nombre Mise à jour Description
Vulcanoïdes (< 0,3) 0 06/2019[note 7]
  • Groupe hypothétique d'astéroïdes possédant une orbite intérieure par rapport à celle de Mercure.
  • Définition 1 : a < aMercure = 0,387 ua. Dans ce cas, l'orbite est majoritairement contenue dans celle de Mercure.
  • Définition 2 : Q < qMercure = 0,307 ua. Dans ce cas, l'orbite est entièrement contenue dans celle de Mercure. Cette définition est celle retenue en 2011 par S. Greenstreet, H. Ngo et B. Gladman pour introduire la notion d'astéroïdes Vatira.
  • Le nom fait référence à la planète hypothétique Vulcain, recherchée dans la même zone au XIXe siècle, elle-même nommée en référence à Vulcain, dieu romain du feu.
Astéroïdes Vatira (< 0,7) 0 06/2019[note 8]
  • Groupe à ce jour hypothétique proposé en 2011 par S. Greenstreet, H. Ngo et B. Gladman pour désigner les astéroïdes dont l'orbite serait entièrement contenue dans celle de Vénus mais non entièrement contenue dans celle de Mercure.
  • Définition : qMercure = 0,307 ua < Q < qVénus = 0,718 ua.
  • Le nom est construit sur la base des mots Vénus et Atira, en référence au fait que les astéroïdes Vatira sont pour la planète Vénus ce que les astéroïdes Atira sont pour la Terre. Il s'agit d'un nom provisoire dans l'attente de la découverte d'un premier représentant.
Astéroïdes géocroiseurs au sens large
(ou astéroïdes proches de la Terre ou NEAs)
0,6 à 5 et +[note 9] 20 000 04/2019[JPL 15]
  • En français, le terme géocroiseur est souvent utilisé dans un sens large incluant les quatre groupes Atira, Aton, Apollon et Amor. L'expression "astéroïdes proches de la Terre" est plus rarement utilisée mais permet d'éviter l'ambiguïté avec la notion d'astéroïdes géocroiseurs au sens strict.
  • Ce sens large correspond au terme anglais near-Earth asteroid (NEA) (ou plus souvent NEO pour near-Earth object en incluant les comètes).
Astéroïdes géocroiseurs au sens strict (ou ECAs) 0,6 à 5 et +[note 10] 12 500 04/2019[JPL 16]
  • Astéroïdes dont l'orbite croise effectivement celle de la Terre. Cela correspond aux Aton et aux Apollon.
  • Ce sens strict correspond au terme anglais Earth-crosser asteroid (ECA).
Astéroïdes Atira
(ou astéroides apohele)
0,6 à 1 19
(Def JPL)
04/2019[JPL 17]
  • Astéroïdes dont l'orbite est entièrement contenue dans celle de la Terre. Tous ceux connus à fin 2018 sont géocroiseurs au sens large dans le sens où leur orbite ne croise pas celle de la Terre mais s'en rapproche à moins de 0,3 ua.
  • Définition 1 (MPC, simplifiée) : Q < 1 ua.
  • Définition 2 (JPL[4], plus précise) : Q < qTerre = 0,983 ua.
  • Définition 3 : qVénus = 0,718 ua < Q < qTerre = 0,983 ua. Cette définition est proposée en 2011 par S. Greenstreet, H. Ngo et B. Gladman pour introduire la notion d'astéroïdes Vatira.
  • Nom en référence à (163693) Atira, premier découvert en 2003. Le terme apohele est dérivé du mot hawaïen apo hele signifiant orbite. Les bases de données du MPC et du JPL utilisent le terme Atira.
Astéroïdes Aton 0,6 à 1 1 500
(Def JPL)
04/2019[JPL 18]
  • Astéroïdes géocroiseurs (au sens strict) dont l'orbite est majoritairement intérieure à celle de la Terre.
  • Définition 1 (MPC, simplifiée) : a < 1 ua et Q > 1 ua.
  • Définition 2 (JPL[4], plus précise) : a < 1 ua et Q > qTerre = 0,983 ua.
  • Nom en référence à (2062) Aton, premier découvert en 1976.
Troyens de la Terre env. 1,0 1 05/2019[List 4]
  • La Terre possède un astéroïde troyen situé au point de Lagrange L4 du système Soleil-Terre.
Astéroïdes Arjuna env. 1,0 10 ? 04/2019
  • Classe informelle introduite par le programme Spacewatch pour parler des astéroïdes géocroiseurs ayant des orbites proches de celle de la Terre (demi-grand axe d'environ 1 ua, faible excentricité, faible inclinaison).
  • Le nom fait référence à Arjuna, héros de la mythologie hindoue.
  • Voir également coorbitaux de la Terre dans la section Classes liées aux planètes.
Astéroïdes Apollon 1 à 5 et +[note 11] 11 000
(Def JPL)
04/2019[JPL 19]
  • Astéroïdes géocroiseurs (au sens strict) dont l'orbite est majoritairement extérieure à celle de la Terre.
  • Définition 1 (MPC, simplifiée) : a > 1 ua et q < 1 ua.
  • Définition 2 (JPL[4], plus précise) : a > 1 ua et q < QTerre = 1,017 ua.
  • Nom en référence à (1862) Apollon, premier découvert en 1932.
Astéroïdes Amor 1 à 5 et +[note 12] 7 500
(Def JPL)
04/2019[JPL 20]
  • Astéroïdes dont l'orbite est entièrement extérieure à celle de la Terre mais s'en rapproche à moins de 0,3 ua.
  • Définition 1 (MPC, simplifiée) : a > 1 ua et 1 ua < q < 1,3 ua (avec éventuelle exception des rares objets transneptuniens concernés[note 13] (cas du MPC)).
  • Définition 2 (JPL[4], plus précise) : a > 1 ua et QTerre = 1,017 ua < q < 1,3 ua.
  • Nom en référence à (1221) Amor.
Asétroïdes aréocroiseurs
(au sens des classifications)
1,3 à 5 17 000
(Def JPL)
05/2019[JPL 21]
  • A noter : Dans les classifications des bases de données du MPC et du JPL, cette classe ne recouvre pas tous les astéroïdes aréocroiseurs mais seulement ceux qui ne sont pas géocroiseurs ou n'appartiennent pas à d'autres classes "prioritaires". Voir section Classes liées aux planètes pour le sens strict.
  • Définition 1 : 1,3 < q < QMars = 1,666 ua avec exclusion des objets transjoviens de type damocloïdes (critère a < 5,5 ua).
  • Définition 2 (JPL[4]) : 1,3 < q < QMars = 1,666 ua avec exclusion des objets appartenant à la périphérie externe de la ceinture principale et des objets transjoviens de type damocloïdes (critère a < 3,2 ua).
  • Définition 3 (MPC) : 1,3 < q < QMars = 1,666 ua avec exclusion des objets classés dans le groupe de Hungaria (situés dans la zone 1,8 < a < 2 ua) et des objets transjoviens de type damocloïdes (critère a < 6 ua).
Troyens de Mars env. 1,5 9 05/2019[List 5]
  • Astéroïdes gravitant au voisinage des points de Lagrange L4 et L5 du système Soleil-Mars.

Diagrammes orbitaux[modifier | modifier le code]

Zone de la ceinture principale d'astéroïdes[modifier | modifier le code]

Cette zone concentre à elle seule environ 95 % des planètes mineures à ce jour identifiées.

La ceinture principale d'astéroïdes, située entre Mars et Jupiter, est le principal groupe de planètes mineures du Système solaire, tant en nombre qu'en niveau de concentration. L'influence gravitationnelle de Jupiter, via des effets de résonance orbitale, a vidé certaines zones appelées lacunes de Kirkwood. Ces lacunes sont à l'origine des nombreux sous-groupes au sein de la ceinture ou à sa périphérie.

Les astéroïdes troyens de Jupiter forment un autre groupe très important. Ces astéroïdes se concentrent dans deux zones de forme allongée situées autour des points de Lagrange L4 et L5 du système Soleil-Jupiter. Ces deux zones sont parmi les plus denses en planètes mineures après la ceinture principale.

On distingue au sein de la ceinture principale (et dans une moindre mesure parmi les troyens de Jupiter) plusieurs familles interprétées comme résultant de la fragmentation d'un corps en un certain nombre de corps plus petits, suite par exemple à une collision. Ces familles ne constituent pas à proprement parler des groupes et ne sont pas traitées ici.

Article détaillé : Famille de planètes mineures.

Liste des groupes[modifier | modifier le code]

Groupe Demi-grand axe typique (en ua) Ordre grandeur nombre Mise à jour Description
Ceinture principale (ou ceinture d'astéroïdes)
(sens large)
1,7 à 4,1 750 000
(Def JPL)
05/2019[JPL 22]
  • Classe informelle correspondant à une vision large de la ceinture principale, incluant tout ou partie des groupes situés en périphérie (Hungaria, Cybèle, Hilda...).
  • L'approche la plus large peut inclure tous les objets de demi-grand axe compris entre 1,7 et 6 ua, hors géocroiseurs. Cette approche inclut les troyens de Jupiter et la plupart des aréocroiseurs non géocroiseurs.
  • Dans la base de données du JPL, la réunion des trois groupes Inner Main-belt, Main-belt et Outer Main-blet inclut la plupart des objets périphériques, hors troyens de Jupiter.
Périphérie interne de la ceinture principale 1,7 à 2,0 17 000
(Def JPL)
05/2019[JPL 23]
  • Groupe utilisé (sous le nom Inner main-belt) par la base de données du JPL.
  • Définition (JPL[4]) : 1,666 < a < 2,0 ua et q > 1,666 ua (exclusion des géocroiseurs et aréocroiseurs) (rq : le critère a > 1,666 ua est en fait imposé par q > 1,666 ua).
  • Autre approche : la base de donnée du MPC utilise de manière alternative la notion de groupe de Hungaria ; ces deux approches regroupent pour l'essentiel les mêmes objets.
  • Attention : le terme Inner main-belt est aussi rencontré dans un autre sens correspondant à la zone I de la ceinture principale.
Groupe de Hungaria 1,8 à 2,0 20 000
(Def MPC)
05/2019[MPC 1]
  • Groupe d'astéroïdes de faible excentricité et d'inclinaison moyenne (typiquement entre 15 et 35°) situé entre Mars et la lacune de Kirkwood liée à la résonance 4:1 avec Jupiter.
  • Définition (MPC, caractérisation) : 1,8 < a < 2,0 ua, e < 0,25 et i > 12° (remarque : cette définition inclut de nombreux astéroïdes classés comme aréocroiseurs par le JPL[note 14]).
  • Autre approche : la base de donnée du JPL utilise de manière alternative la notion de Inner main-belt ; ces deux approches regroupent pour l'essentiel les mêmes objets.
  • Nom en référence à (434) Hungaria.
Ceinture principale (ou ceinture d'astéroïdes)
(sens restreint)
2,06 à 3,27 720 000
(Def 1)
05/2019[JPL 24]
  • Zone la plus dense de la ceinture principale, comprise entre les lacunes de Kirkwood liées aux résonances 4:1 et 2:1 avec Jupiter. Ce groupe est divisé en sous-groupes (zones I, II et III) liés aux lacunes de Kirkwood.
  • Définition 1 : 2,06 < a < 3,27 ua et q > 1,666 ua (exclusion des géocroiseurs et aréocroiseurs).
  • Définition 2 (JPL[4], simplifiée) : 2 < a < 3,2 ua et q > 1,666 ua (exclusion des géocroiseurs et aréocroiseurs) (remarque : la coupure à 3,2 au lieu de 3,27 ua où se situe la lacune de Kirkwood modifie sensiblement le nombre d'objets considérés[note 15]).
  • Définition 3 : la limite externe de la ceinture principale est parfois choisie au niveau de la lacune de Kirkwood liée à la résonance 5:3 avec Jupiter, soit à environ à 3,70 ua. La zone supplémentaire, entre 3,27 et 3,70 ua, est celle où gravite le groupe de Cybèle.
  • Dans la base de données du MPC, la classe nommée Main-belt correspond pour l'essentiel à la définition 3 mais inclut également (par convention pratique) tous les objets avec 1,7 < a < 6 ua qui ne correspondent à aucune des autres classes utilisées (aréocroiseurs, groupe de Hungaria, groupe de Hilda ou troyens de Jupiter).
Zone I de la ceinture 2,06 à 2,50 220 000 05/2019[JPL 25]
  • Sous-groupe compris entre les lacunes de Kirkwood liées aux résonances 4:1 et 3:1 avec Jupiter.
  • Cette zone est aussi désignée en anglais comme Inner main-belt. Attention : ce terme est parfois rencontré (notamment dans la base de données du JPL) dans un autre sens correspondant à la périphérie interne de la ceinture principale.
Famille de Phocée 2,25 à 2,50 6 000 ? 05/2019
  • Cette famille collisionnelle située dans la zone I de la ceinture principale est caractérisée par une inclinaison moyenne (entre 18 et 32°) qui, dans cette zone, tend à en faire un ensemble nettement détaché du reste de la ceinture (inclinaison inférieure à 15°).
  • Nom à référence à (25) Phocée.
Groupe d'Alinda env. 2,50 100 ? 05/2019
  • Petit groupe situé au niveau de la lacune de Kirkwood liée à la résonance 3:1 avec Jupiter, entre les zones I et II de la ceinture principale. Ses membres possèdent une excentricité et une inclinaison élevées.
  • Nom en référence à (887) Alinda.
Zone II de la ceinture 2,50 à 2,82 270 000 05/2019[JPL 26]
  • Sous-groupe compris entre les lacunes de Kirkwood liées aux résonances 3:1 et 5:2 avec Jupiter. Ce sous-groupe est lui-même parfois divisé en deux parties (zones IIa et IIb) séparées par la lacune de Kirkwood liée à la résonance 8:3 avec Jupiter (a ~ 2,71 ua).
  • Cette zone est aussi désignée en anglais comme Middle main-belt.
Zone III de la ceinture 2,82 à 3,27 230 000 05/2019[JPL 27]
  • Sous-groupe compris entre les lacunes de Kirkwood liées aux résonances 5:2 et 2:1 avec Jupiter. Ce sous-groupe est lui-même parfois divisé en deux parties (zones IIIa et IIIb) séparées par la lacune de Kirkwood liée à la résonance 7:3 avec Jupiter (a ~ 2,95 ua).
  • Cette zone est aussi désignée en anglais comme Outer main-belt. Attention : ce terme est parfois rencontré (notamment dans la base de données du JPL) dans un autre sens correspondant à la périphérie externe de la ceinture principale.
Groupe de Griqua env. 3,27 50 ? 05/2019
  • Petit groupe situé au niveau de la lacune de Kirkwood liée à la résonance 2:1 avec Jupiter, en bordure externe de la zone III de la ceinture principale. Ses membres possèdent une excentricité et une inclinaison élevées.
  • Nom en référence à (1362) Griqua.
Périphérie externe de la ceinture principale 3,27 à 4,1[note 16] 8 200
(Def 1)
05/2019[JPL 28]
  • Groupe utilisé (sous le nom Outer main-belt) par la base de données du JPL et incluant notamment le groupe de Cybèle et le groupe de Hilda.
  • Définition 1 : 3,27 < a < 4,6 ua et q > 1,3 ua (exclusion des géocroiseurs).
  • Définition 2 (JPL[4],[note 17], simplifiée) : 3,2 < a < 4,6 ua et q > 1,3 ua (exclusion des géocroiseurs) (remarque : la coupure à 3,2 au lieu de 3,27 ua où se situe la lacune de Kirkwood modifie sensiblement le nombre d'objets considérés[note 15]).
  • Autre approche : la base de donnée du MPC utilise de manière alternative une définition élargie de la ceinture principale (incluant le groupe de Cybèle) et la notion de groupe de Hilda.
  • Attention : le terme Outer main-belt est aussi rencontré dans un autre sens correspondant à la zone III de la ceinture principale.
Groupe de Cybèle 3,27 à 3,70 3 500 05/2019[JPL 29]
  • Groupe situé en périphérie externe de la ceinture principale, entre les lacunes de Kirkwood liées aux résonances 2:1 et 5:3 avec Jupiter. Ce groupe est parfois considéré comme faisant partie de la ceinture principale (zone III étendue).
  • Nom en référence à (65) Cybèle.
Groupe de Hilda env. 3,9 /
3,7 à 4,1
4 000
(Def MPC)
05/2019[MPC 2]
  • Groupe d'astéroïdes gravitant en résonance 3:2 avec Jupiter. Ce groupe est caractérisé par une faible inclinaison et par le fait que, à chaque instant, la disposition de ses membres forme un triangle reliant les points de Lagrange L3, L4 et L5 du système Soleil-Jupiter.
  • Définition 1 (théorique) : astéroïdes gravitant en résonance 3:2 avec Jupiter.
  • Définition 2 (MPC, caractérisation) : 3,7 < a < 4,1 ua, e < 0,3 et i < 20°.
  • Autre approche : la base de donnée du JPL utilise de manière alternative la notion de Outer main-belt qui inclut notamment le groupe de Cybèle et le groupe de Hilda.
  • Nom en référence à (153) Hilda.
Groupe de Thulé env. 4,3 10 ? 05/2019
  • Petit groupe situé au niveau de la résonance 4:3 avec Jupiter. La zone de demi-grand axe compris entre 4,1 et 4,9 ua est particulièrement instable du fait de l'influence gravitationnelle de Jupiter et ne compte qu'un petit nombre d'astéroïdes[note 18] aux orbites instables. Au milieu de cette zone, la résonance 4:3 est supposée permettre une stabilité relative à ce petit groupe.
  • Nom en référence à (279) Thulé.
Troyens de Jupiter env. 5,2 /
4,8 à 5,4
7 200 05/2019[JPL 30]
  • Astéroïdes gravitant au voisinage des points de Lagrange L4 et L5 du système Soleil-Jupiter.
  • Définition 1 (théorique) : astéroïdes gravitant sur une orbite stable en résonance 1:1 avec Jupiter et en libration autour de l'un des points de Lagrange L4 ou L5.
  • Définition 2 (MPC, caractérisation) : 4,8 ua < a < 5,4 ua et e < 0,3[réf. nécessaire].
  • Définition 3 (JPL[4], caractérisation) : 4,6 ua < a < 5,5 ua et e < 0,3.
  • Ces objets sont nommés d'après des personnages de la guerre de Troie[5], dans le prolongement de (588) Achille et (617) Patrocle, premiers découverts en 1906 et nommés d'après les personnages Achille et Patrocle.
Camp grec env. 5,2 /
4,8 à 5,4
4 600 05/2019[List 6]
  • Sous-groupe des troyens de Jupiter gravitant au point L4.
  • Les membres de ce sous-groupe sont nommés d'après des personnages grecs de la guerre de Troie[5].
Camp troyen env. 5,2 /
4,8 à 5,4
2 500 05/2019[List 6]
  • Sous-groupe des troyens de Jupiter gravitant au point L5.
  • Les membres de ce sous-groupe sont nommés d'après des personnages troyens de la guerre de Troie[5].

Diagrammes orbitaux[modifier | modifier le code]

Zone des centaures et objets transneptuniens[modifier | modifier le code]

Cette zone est structurée autour de deux groupes : une deuxième ceinture située peu après Neptune, dite ceinture de Kuiper, et un nuage hypothétique de petits corps glacés situé aux confins du Système solaire, dit nuage de Oort. Ces deux groupes sont reliés par le disque des objets épars ou détachés.

Ces deux groupes sont envisagés comme deux réservoirs de corps glacés à l'origine des comètes à courte période (ceinture de Kuiper) ou à longue période (nuage de Oort).

Les planètes mineures gravitant entre Jupiter et Neptune sont peu nombreuses et interprétées comme des objets ayant été éjectés de la ceinture de Kuiper. Une partie d'entre elles forme le groupe des centaures (excentricité et inclinaison faibles à moyennes), les autres étant plutôt classées comme damocloïdes (excentricité et/ou inclinaison élevées).

À noter que les dénombrement indiqués représentent les planètes mineures identifiées. La ceinture de Kuiper est environ 30 fois plus éloignée de la Terre que la ceinture principale, ce qui limite la capacité à détecter les petits objets. La population totale de la ceinture de Kuiper est supposée supérieure à celle de la ceinture principale. De même, le nuage de Oort est supposé contenir plusieurs milliards de petits corps glacés.

À noter également que, en dehors de la ceinture de Kuiper proprement dite (plutinos et cubewanos notamment), la classification des objets au-delà de Jupiter reste largement en construction. En particulier, les usages liés aux groupes tels que centaures, damocloïdes, objets épars ou objets détachés sont très variables d'une source à l'autre. On peut par exemple noter que la base de données du Centre des planètes mineures affiche à ce jour une classe unique "objets distants (classification en cours)" (avril 2019).

Liste des groupes[modifier | modifier le code]

Groupe Demi-grand axe typique (en ua) Ordre grandeur nombre Mise à jour Description
Objets distants
(ou objets transjoviens)
5,5 à 1 000 et +[note 19] 3 700
(Def MPC)
05/2019[MPC 3]
  • Groupe utilisé par la base de donnée du MPC pour désigner de manière globale l'ensemble des objets gravitant au-delà des troyens de Jupiter et pour lesquels elle n'a pas à ce jour stabilisé de classification.
  • Définition 1 : a > 5,5 ua (avec éventuelle exception des géocroiseurs[note 20]).
  • Définition 2 (MPC) : a > 6 ua (avec exception des géocroiseurs seulement pour 6 < a < 30,1 ua[note 21]).
Centaures 5,5 à 30 480
(Def JPL)
270
(Def MPC)
05/2019[JPL 31]

05/2019[List 7]
  • Objets gravitant principalement dans la zone des planètes externes, sur des orbites instables du fait de l'influence gravitationnelle de ces planètes. L'hypothèse généralement admise est qu'il s'agit d'anciens objets de la ceinture de Kuiper ayant été déviés de leurs trajectoires et susceptibles de devenir à moyen terme des comètes à courte période.
  • Définition 1 (JPL[4]) : 5,5 < a < 30,1 ua (avec éventuelle exception des géocroiseurs[note 22] (cas du JPL)).
  • Définition 2 : idem définition 1 mais avec exclusion des objets classés comme damocloïdes.
  • Définition 3 (MPC) : 6 < a < 30,1 ua et q > 5,2 ua[note 23]. Cette définition correspond aux objets avec a < 30,1 ua de la liste du MPC nommée List Of Centaurs and Scattered-Disk Objects[note 24]. Le critère sur q permet d'exclure des objets de type damocloïdes[note 25].
  • Définition 4 : d'autres approches étendent le concept à une partie des objets transneptuniens, par exemple avec les critères 6 < a < 50 ua et 5,2 < q < 24 ua.
  • Autres définitions : d'autres valeurs limites sur a et sur q sont possibles ; d'autres approches utilisent le paramètre de Tisserand par rapport à Jupiter ; d'autres font référence à des critères plus théoriques tels que l'absence de résonance avec les planètes externes ou l'existence d'une instabilité de l'orbite à long terme ; certaines de ces approches incluent des objets transneptuniens.
  • Ces objets sont nommés d'après les centaures de la mythologie grecque[5], dans le prolongement de (2060) Chiron, premier découvert en 1977 et nommé d'après le centaure Chiron.
Damocloïdes 5,5 à 1 000 et +[note 26] 160
(Def 1)
05/2019[note 27]
  • Objets (par ailleurs souvent classés comme centaures ou comme objets épars) possédant des orbites comparables à celles des comètes de type Halley ou des comètes à longue période mais ne présentant pas d'activité cométaire. Ces objets sont caractérisés par une forte excentricité impliquant souvent un périhélie dans la zone des planètes internes. Leur inclinaison est souvent élevée voire de type rétrograde. Deux hypothèses généralement admises sont que ces objets sont originaires du nuage de Oort et sont d'anciennes comètes ayant achevé leur dégazage.
  • Définition 1 (David Jewitt) : paramètre de Tisserand par rapport à Jupiter TJ < 2.
  • Définition 2 (Akimasa Nakamura) : soit a > 8 ua, q < 5,2 ua (périhélie intérieur à l'orbite de Neptune) et e > 0,75 ; soit i > 90° (mouvement rétrograde).
  • Définition 3 (simplifiée) : a > 6 ua et q < 5,2 ua. Cette approche simplifiée est utilisée implicitement par le MPC à travers les objets distants regroupés dans la liste List Of Other Unusual Objects.
  • Nom en référence à (5335) Damoclès, premier découvert en 1991.
Troyens d'Uranus env. 19,2 1 05/2019[List 8]
Troyens de Neptune env. 30,1 23 05/2019[List 9]
  • Objets gravitant au voisinage des points de Lagrange L4 et L5 du système Soleil-Neptune.
  • Les troyens de Neptune sont nommés d'après les Amazones de la mythologie grecque[5].
Objets transneptuniens
(ou OTN ou TNOs)
> 30,1 par définition 3 300 05/2019[JPL 32]
Ceinture de Kuiper
(ou KBOs)
30 à 50 2 600
(Def MPC)
05/2019[List 10]
  • Ceinture s'apparentant à la ceinture principale (forte concentration d'objets possédant des excentricités et des inclinaisons modérées) située au-delà de Neptune. La ceinture de Kuiper est notamment constituée des plutinos, des cubewanos et des twotinos.
  • Définition 1 (MPC, simplifiée) : 30,1 < a < 50 ua et q > 24 ua (avec exception des troyens de Neptune). Cette définition correspond à la liste du MPC nommée List Of Transneptunian Objects[note 29]. Le critère q > 24 ua permet pour le MPC de séparer la ceinture de Kuiper des objets épars (5,2 < q < 24 ua) et des objets de type damocloïdes (q < 5,2 ua). Cette définition inclut toutes les résonances avec Neptune avec a < 50 ua.
  • Autres définitions : d'autres critères peuvent être utilisés pour la frontière avec les objets épars ; certaines approches élargissent par ailleurs la notion de ceinture de Kuiper au-delà de 50 ua en incluant d'autres résonances avec Neptune situées au-delà de cette limite.
  • Le sigle KBO provient de l'anglais Kuiper belt object.
Plutinos env. 39,4 / 39 à 40 500 ? 05/2019
  • Objets de la ceinture de Kuiper gravitant en résonance 2:3 avec Neptune. Ce groupe marque le début de la zone principale de la ceinture de Kuiper.
  • Nom en référence à la planète naine Pluton qui appartient ce groupe.
  • Les plutinos sont nommés d'après des figures mythologiques (de toutes cultures) liées au thème de l'Enfer[5], dans le prolongement de Pluton nommé d'après le dieu romain Pluton.
Cubewanos (ou objets classiques de la ceinture de Kuiper) 40 à 48 1 500 ? 05/2019
  • Objets appartenant à la zone principale de la ceinture de Kuiper (comprise entre les résonances 2:3 et 1:2 avec Neptune) et ne présentant pas de résonance avec Neptune.
  • Nom en référence à (15760) 1992 QB1 (depuis nommé Albion), premier découvert en 1992.
  • Les cubewanos sont nommés d'après des figures mythologiques (de toutes cultures) liées au thème de la création du monde[5].
Twotinos env. 47,8 50 ? 05/2019
  • Terme parfois utilisé pour désigner les objets de la ceinture de Kuiper gravitant en résonance 1:2 avec Neptune. Ce groupe marque la fin de la zone principale de la ceinture de Kuiper (falaise de Kuiper).
  • Le nom fait référence à la résonance 1:2 (two en anglais).
Objets en résonance avec Neptune 35 à 80 et +[note 30] 800 ?
(y compris plutinos et twotinos)
05/2019
  • Objets transneptuniens gravitant en résonance avec Neptune. La plupart de ces objets (toutes les résonances jusqu'à a = 50 ua selon l'approche du MPC ou parfois au-delà selon d'autres approches) appartiennent à la ceinture de Kuiper.
  • Outre les plutinos (résonance 2:3) et les twotinos (résonance 1:2), les principaux groupes (sans noms spécifiques) concernent les résonances 3:4 (a ~ 38 ua), 3:5 (a ~ 42 ua), 4:7 (a ~ 44 ua) et 2:5 (a ~ 55 ua). De nombreuses autres résonances sont concernées et définissent autant de petits groupes orbitaux.
  • Les objets en résonances 1:3 et 1:4 sont parfois appelés threetinos et fourtinos, par analogie avec les twotinos.
Disque des objets épars (ou objets épars ou SDOs) 30 à 1 000 et +[note 31] 680
(Def MPC)
05/2019[List 11]
  • Objets transneptuniens qu'on suppose avoir été dispersés par l'influence gravitationnelle de Neptune et qui ne présentent pas (ou plus) les régularités spécifiques des objets de la ceinture de Kuiper ou des objets en résonance avec Neptune. Ils ont souvent une excentricité et/ou une inclinaison élevées.
  • Définition 1 (MPC, simplifiée) : (30,1 < a < 50 ua et 5,2 < q < 24 ua) ou (a > 50 ua et q > 5,2 ua). Cette définition correspond aux objets avec a > 30,1 ua de la liste du MPC nommée List Of Centaurs and Scattered-Disk Objects. Les critères sur q permettent pour le MPC de séparer les objets épars de la ceinture de Kuiper et des objets de type damocloïdes (q < 5,2 ua). Cette définition inclut les résonances avec Neptune avec a > 50 ua ainsi que les objets détachés.
  • Définition 2 (plus rigoureuse) : idem définition 1 mais avec exclusion des objets en résonance avec Neptune et des objets détachés.
  • Autres définitions : d'autres critères peuvent être utilisés pour la frontière avec la ceinture de Kuiper ou avec les damocloïdes.
  • Le sigle SDO provient de l'anglais scattered disc object.
Objets détachés
(ou DDOs)
50 à 1 000 65
(Def 1)
06/2019[MPC 4]
  • Objets transneptuniens de périhélie élevé et supposés échapper à l'influence gravitationnelle de Neptune. Cette notion inclut les sednoïdes.
  • Définition 1 (simplifiée) : a > 50 ua et q > 40 ua.
  • Définition 2 (plus rigoureuse) : idem définition 1 mais avec exclusion des quelques objets en résonance avec Neptune répondant à ces critères.
  • Autres définitions : d'autres valeurs limites sur a (par exemple a > 47,8 correspondant à la résonance 1:2 avec Neptune) et sur q sont possibles ; d'autres approches utilisent le paramètre de Tisserand par rapport à Neptune (par exemple TN > 3).
  • Le sigle DDO provient de l'anglais detached disc object.
Objets transneptuniens extrêmes
(ou OTNE ou ETNOs)
> 150 par définition 69 06/2019[MPC 5]
  • Terme générique regroupant les objets transneptuniens de demi-grand axe très élevé, la valeur limite étant le plus souvent fixée à 150 ua.
  • Les objets de cette classe appartiennent par ailleurs à différents groupes : géocroiseurs (q < 1,3 ua)[note 32], damocloïdes (q < 5,2 ua)[note 33], objets épars (q < 40 ua) ou objets détachés (q > 40 ua).
  • Définition : a > 150 ua.
  • Autres définitions : d'autres valeurs limites sur a sont possibles, par exemple 250 ua.
  • Le sigle ETNO provient de l'anglais extreme trans-neptunian object.
Objets épars extrêmes
(ou ESDOs)
150 à 1 000 et +[note 34] 53 06/2019[MPC 6]
  • Partie des objets épars ayant un demi-grand axe très élevé.
  • Définition : a > 150 ua et q < 40 ua. Cette définition inclut les objets de type damocloïdes (q < 5,2 ua).
  • Autres définitions : d'autres valeurs limites sur a sont possibles, par exemple 250 ua.
  • Le sigle ESDO provient de l'anglais extreme scattered disc object.
Objets détachés extrêmes
(ou EDDOs)
150 à 1 000 16
(y compris sednoïdes)
06/2019[MPC 7]
  • Partie des objets détachés ayant un demi-grand axe très élevé.
  • Définition : a > 150 ua et q > 40 ua (ou 40 < q < 50 ua suivant que les sednoïdes sont considérés comme un sous-groupe ou comme un groupe distinct).
  • Autres définitions : d'autres valeurs limites sur a sont possibles, par exemple 250 ua.
  • Le sigle EDDO provient de l'anglais extreme detached disc object.
Sednoïdes 250 à 1 000 4 06/2019[MPC 8]
  • Objets transneptuniens extrêmes clairement détachés de toute influence de Neptune.
  • Définition : a > 150 ua et q > 50 ua.
  • Autres définitions : d'autres valeurs limites sur a sont possibles, par exemple 250 ua.
  • Nom en référence à (90377) Sedna, premier découvert en 2003.
Nuage de Oort
(sens large)
1 000 ? à 100 000 ? 0 ou ?[note 35] 05/2019
  • Usage incluant le nuage de Hills comme partie intégrante du nuage de Oort.
Nuage de Hills
(ou nuage de Oort interne)
1 000 ? à 30 000 ? 0 ou ?[note 35] 05/2019
Nuage de Oort externe 30 000 ? à 100 000 ? 0 05/2019
  • Nuage hypothétique de forme sphérique prolongeant le nuage de Hills et s'étendant jusqu'aux confins du système solaire. Il est supposé contenir plusieurs milliards de petits corps glacés à l'origine des comètes à longue période.

Diagrammes orbitaux[modifier | modifier le code]

Classes liées aux planètes[modifier | modifier le code]

Troyens d'une planète[modifier | modifier le code]

Les zones situées à 60° en avance ou en retard sur l'orbite d'une planète (c'est-à-dire au niveau des points de Lagrange L4 et L5 du système Soleil-planète) permettent la stabilité d'un système à trois corps Soleil / planète / petit corps et sont donc parfois occupées par des objets appelés troyens de la planète. Outre Jupiter qui possède plusieurs milliers de troyens, quatre autres planètes sont identifiées, en mai 2019, comme possédant au moins un troyen : la Terre (1), Mars (9), Uranus (1) et Neptune (23).

Les 5 groupes correspondant sont décrits dans les tableaux précédents.

Liens : troyens de Jupiter, troyens de la Terre, troyens de Mars, troyens d'Uranus, troyens de Neptune.

Coorbitaux d'une planète (hors troyens)[modifier | modifier le code]

Outre les troyens, d'autres objets possèdent des orbites très proches de celle d'une planète avec laquelle ils sont en résonance 1:1. On parle alors d'objet en mouvement coorbital avec la planète, ou plus simplement de coorbital de la planète. La notion de coorbital inclut les troyens mais elle est souvent utilisée pour parler des "coorbitaux non troyens". Les deux situations les plus courantes sont celle des quasi-satellites et celle des orbites en fer à cheval. On distingue également les "troyens transitoires" (orbites du même type que les troyens mais plus instables) et différentes situations intermédiaires. La stabilité de ces orbites est très variable suivant les cas, allant de quelques dizaines d'années à plusieurs millions d'années. Il a été montré par simulation numérique que la plupart de ces objets tendent à alterner entre ces situations, par exemple entre quasi-satellite et orbite en fer à cheval. L'issue peut aussi être une sortie de la situation de coorbital.

Demi-grand axe typique (en ua) Nombre identifiés Mise à jour Exemples
Coorbitaux de Mercure env. 0,39 0 2019[note 36] /
Coorbitaux de Vénus env. 0,72 4 en 2014 2014[6]
Coorbitaux de la Terre env. 1,0 17 en 2016 2016[7],[8]
Coorbitaux de Mars env. 1,5 ? ?? ((26677) 2001 EJ18 ?)
Coorbitaux de Jupiter env. 5,2 au moins 8 en 2012 2012[9]
Coorbitaux de Saturne env. 9,5 0 ? ??
Coorbitaux d'Uranus env. 19 3 à 6 en 2017 2017[10]
Coorbitaux de Neptune env. 30 5 en 2012 2012[11]

Croiseurs d'une planète[modifier | modifier le code]

Les objets dont l'orbite croise celle d'une planète sont dits croiseurs de cette planète. Toutes les planètes du Système solaire possèdent de plusieurs centaines à plusieurs milliers de croiseurs.

Planète Demi-grand axe min-max (en ua) Ordre grandeur nombre Mise à jour Description
Astéroïdes herméocroiseurs Mercure 0,58-7,0[note 37] 1 100 05/2019[MPC 9]
  • Définition : a < aMercure = 0,387 ua et Q > qMercure = 0,307 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aMercure = 0,387 ua et q < QMercure = 0,467 ua (croiseurs extérieurs).
Astéroïdes cythérocroiseurs Vénus 0,58-7,0[note 38] 4 100 05/2019[MPC 10]
  • Définition : a < aVénus = 0,723 ua et Q > qVénus = 0,718 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aVénus = 0,723 ua et q < QVénus = 0,728 ua (croiseurs extérieurs).
Astéroïdes géocroiseurs
(sens strict)
Terre 0,58-18[note 39] 12 500 05/2019[MPC 11]
  • Définition : a < aTerre = 1,000 ua et Q > qTerre = 0,983 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aTerre = 1,000 ua et q < QTerre = 1,017 ua (croiseurs extérieurs).
  • Voir section Zone interne du Système solaire pour le sens large.
Astéroïdes aréocroiseurs
(sens strict)
Mars 0,78-320[note 40] 35 000 05/2019[MPC 12]
  • Définition : a < aMars = 1,524 ua et Q > qMars = 1,381 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aMars = 1,524 ua et q < QMars = 1,666 ua (croiseurs extérieurs).
  • A noter : dans les classifications usuelles (dont celles des bases de données du MPC et du JPL), ce terme prend un sens différent qui exclut les astéroïdes géocroiseurs (au sens large) ou ceux appartenant à d'autres classes "prioritaires". Voir section Zone interne du Système solaire.
Objets zénocroiseurs Jupiter 2,6-3500[note 41] 9 500 05/2019[MPC 13]
  • Définition : a < aJupiter = 5,203 ua et Q > qJupiter = 4,951 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aJupiter = 5,203 ua et q < QJupiter = 5,455 ua (croiseurs extérieurs).
  • La grande majorité des objets zénocroiseurs correspond en fait au cas particulier des astéroïdes troyens de Jupiter (environ 7 200 en mai 2019[JPL 33]).
Objets kronocroiseurs Saturne 5,4-3500[note 42] 310 05/2019[MPC 14]
  • Définition : a < aSaturne = 9,537 ua et Q > qSaturne = 9,023 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aSaturne = 9,537 ua et q < QSaturne = 10,05 ua (croiseurs extérieurs).
Objets ouranocroiseurs Uranus 11-3500[note 43] 380 05/2019[MPC 15]
  • Définition : a < aUranus = 19,19 ua et Q > qUranus = 18,28 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aUranus = 19,19 ua et q < QUranus = 20,10 ua (croiseurs extérieurs).
Objets poséidocroiseurs Neptune 17-3500[note 44] 590 05/2019[MPC 16]
  • Définition : a < aNeptune = 30,07 ua et Q > qNeptune = 29,81 ua (croiseurs intérieurs) ou a > aNeptune = 30,07 ua et q < QNeptune = 30,33 ua (croiseurs extérieurs).

On peut également mentionner le terme hadéocroiseurs parfois utilisé pour désigner les objets croisant l'orbite de la planète naine Pluton.

Classes diverses[modifier | modifier le code]

Ces ensembles sont basés sur des critères orbitaux mais ne sont pas à proprement parler des groupes orbitaux.

Liste[modifier | modifier le code]

Demi-grand axe typique (en ua) Ordre grandeur nombre Mise à jour Description
Astéroïdes potentiellement dangereux
(ou APD ou PHAs)
0,6 à 3,4 et +[note 45] 2 000 06/2019[List 12]
Astéroïdes rétrogrades 2 à 1 000 100 06/2019[MPC 17]
  • Objets tournant en sens inverse par rapport aux planètes. Cette situation correspond à une inclinaison orbitale comprise entre 90 et 180°. Environ la moitié ont une inclinaison supérieure à 135°.
  • La plupart de ces objets possèdent les propriétés typiques des damocloïdes mais sont souvent classés comme centaures, objets épars ou objets divers (liste "other unusual objects" du MPC).
Plutoïdes > 30,1 par définition 4 06/2019
Objets interstellaires
(ou astéroïdes hyperboliques)
/ 1 06/2019[JPL 34]

Diagrammes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La base de données du MPC consultée le 12 mai 2019 recense 2 apollons avec a > 5 ua : 2011 AF3 (a ~ 7 ua) et 1999 XS35 (a ~ 18 ua).
  2. La base de données du MPC consultée le 12 mai 2019 recense 3 amors avec a > 5 ua : 2014 PP69 (a ~ 21 ua), 2019 EJ3 (a ~ 86 ua) et 2017 UR52 (a ~ 325 ua). Les deux derniers sont des transneptuniens qu'elle classe comme objets distants.
  3. Le nom de cette classe utilisée par les bases de données du MPC et du JPL est trompeuse : il ne s'agit ici que des astéroïdes aréocroiseurs qui ne sont ni géocroiseurs (au sens large), ni rattachés à d'autres groupes "prioritaires" tels que Hungaria, Hilda, centaures ou transneptuniens.
  4. Il s'agit ici des objets connus. La ceinture de Kuiper est environ 30 fois plus éloignée de la Terre que la ceinture principale, ce qui limite la capacité à détecter les petits objets. La population totale de la ceinture de Kuiper est supposée supérieure à celle de la ceinture principale.
  5. La base de données du MPC consultée le 20 mai 2019 recense 5 objets avec a > 1 000 ua et indique un record détenu par 2017 MB7 avec a ~ 3 500 ua.
  6. a et b Ces nuages restent à ce jour hypothétiques. Il est parfois envisagé que les objets détachés les plus lointains (ou sednoïdes) pourraient être les premiers éléments du nuage de Hills. La base de données du MPC consultée le 15 juin 2019 recense 4 sednoïdes (au sens a > 150 ua et q > 50 ua). Le nuage de Oort est supposé contenir plusieurs milliards de petits corps glacés.
  7. L'astéroïde de plus petit demi-grand axe est 2016 XK24 avec a = 0,58 ua et celui de plus petit aphélie est 2019 AQ3 avec Q = 0,77 ua selon la base données du MPC consultée le 15 juin 2019.
  8. L'astéroïde de plus petit aphélie est 2019 AQ3 avec Q = 0,77 ua selon la base données du MPC consultée le 15 juin 2019.
  9. La base de données du MPC consultée le 12 mai 2019 recense 5 géocroiseurs au sens large avec a > 5 ua (apollons ou amors) dont 2 au sens strict (apollons).
  10. La base de données du MPC consultée le 12 mai 2019 recense 2 géocroiseurs au sens strict avec a > 5 ua (apollons).
  11. La base de données du MPC consultée le 12 mai 2019 recense 2 apollons avec a > 5 ua : 2011 AF3 (a ~ 7 ua) et 1999 XS35 (a ~ 18 ua).
  12. La base de données du MPC consultée le 12 mai 2019 recense 3 amors avec a > 5 ua : 2014 PP69 (a ~ 21 ua), 2019 EJ3 (a ~ 86 ua) et 2017 UR52 (a ~ 325 ua). Les deux derniers sont des transneptuniens qu'elle classe comme objets distants.
  13. 2 objets concernés selon la base de données du MPC consultée le 12 mai 2019 : 2017 UR52 et 2019 EJ3 (classés comme objets distants par le MPC).
  14. Environ 3 000 selon la base de données du JPL consultée en mai 2019.
  15. a et b Environ 15 000 astéroïdes se situent entre 3,2 et 3,27 ua (avec q > 1,666 ua) selon la base de données du JPL consultée en mai 2019.
  16. La zone de demi-grand axe compris entre 4,1 et 4,6 ne compte qu'une centaine d'astéroïdes selon la base de données du JPL consultée en mai 2019.
  17. Le critère q > 1,3 ua (exclusion des géocroiseurs) n'est pas indiqué dans la définition mais est bien utilisé.
  18. La base de données du MPC consultée le 15 mai 2019 recense 177 astéroïdes avec 4,1 < a < 4,9 ua.
  19. La base de données du MPC consultée le 20 mai 2019 recense 5 objets distants avec a > 1000 ua et indique un record détenu par 2017 MB7 avec a ~ 3500 ua.
  20. 6 objets concernés selon la base de données du MPC consultée le 20 mai 2019.
  21. 4 objets concernés selon la base de données du MPC consultée le 20 mai 2019.
  22. 4 objets concernés selon la base de données du MPC consultée le 20 mai 2019.
  23. Le critère a > 6 ua n'est pas indiqué dans la définition mais est sous-entendu (cf. notion d'objet distant).
  24. La liste ne respecte pas le critère q > 5,2 ua indiqué dans la définition mais semble plutôt utiliser un critère q > 5,0 ua.
  25. Le MPC n'utilise pas le concept de damocloïde mais regroupe les objets avec q < 5,2 dans la liste List Of Other Unusual Objects.
  26. La base de données du MPC consultée le 26 mai 2019 recense 1 objet avec a > 1 000 ua et q < 5,2 ua.
  27. La base de données du JPL consultée le 26 mai 2019 recense 175 objets répondant au critère TJ < 2 dont 14 avec a < 5,5 ua généralement non considérés comme damocloïdes.
  28. 2 objets concernés selon la base de données du MPC consultée le 23 mai 2019.
  29. Cette liste, contrairement à ce que laisse penser son nom, ne recense qu'une partie des objets transneptuniens, les autres étant répertoriés dans les listes List Of Centaurs and Scattered-Disk Objects et List Of Other Unusual Objects.
  30. La résonance 4:5 (a ~ 35 ua) est la résonance de plus petit demi-grand axe connue à ce jour. Au-delà de 80 ua, on recense quelques objets au niveau des résonances 2:9 (a ~ 80 ua), 1:5 (a ~ 88 ua), 2:11 (a ~ 94 ua), 1:6 (a ~ 99 ua) ou 1:9 (a ~ 129 ua).
  31. La base de données du MPC consultée le 26 mai 2019 recense 4 objets avec a > 1 000 ua et q > 5,2 ua.
  32. 1 objet concerné selon la base de données du MPC consultée le 15 juin 2019 : 2017 UR52.
  33. 12 objets concerné selon la base de données du MPC consultée le 15 juin 2019.
  34. La base de données du MPC consultée le 15 juin 2019 recense 4 objets avec a > 1 000 ua et q < 40 ua.
  35. a et b Il est parfois envisagé que les sednoïdes pourraient être les premiers éléments du nuage de Hills.
  36. Au 15 juin 2019, aucun astéroïde ne possède un demi-grand axe a < 0,5 ua.
  37. Dont un seul damocloïde avec a > 5,5 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  38. Dont un seul damocloïde avec a > 5,5 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  39. Dont 2 damocloïdes avec a > 5,5 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  40. Dont 4 transneptuniens avec a > 30 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  41. Dont 18 avec a > 100 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  42. Dont 23 avec a > 100 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  43. Dont 7 avec a > 500 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  44. Dont 11 avec a > 500 ua selon la base de données du MPC consultée le 17 mai 2019.
  45. La liste du MPC consultée le 21 juin 2019 recense 2 astéroïdes potentiellement dangereux avec a > 3,4 ua : 2015 HX176 (a ~ 3,9 ua) et 1999 XS35 (a ~ 18 ua).

Consultations de bases de données[modifier | modifier le code]

  1. Consultée le 13 mai 2019 avec critère "Hungarias" (19 812 objets).
  2. Consultée le 14 mai 2019 avec critère "Hildas" (4 040 objets).
  3. Consultée le 20 mai 2019 avec critère "Distant Objects" (3 708 objets).
  4. Consultée le 15 juin 2019 avec critères "Semimajor Axis Min 50 + Perihelion Distance Min 40" (65 objets).
  5. Consultée le 15 juin 2019 avec critère "Semimajor Axis Min 150" (69 objets).
  6. Consultée le 15 juin 2019 avec critères "Semimajor Axis Min 150 + Perihelion Distance Max 40" (53 objets).
  7. Consultée le 15 juin 2019 avec critères "Semimajor Axis Min 150 + Perihelion Distance Min 40" (16 objets).
  8. Consultée le 15 juin 2019 avec critères "Semimajor Axis Min 150 + Perihelion Distance Min 50" (4 objets).
  9. Consultée le 17 mai 2019 (1 095 croiseurs extérieurs).
  10. Consultée le 17 mai 2019 (66 croiseurs intérieurs et 4 016 croiseurs extérieurs).
  11. Consultée le 17 mai 2019 (1 517 croiseurs intérieurs et 11 074 croiseurs extérieurs).
  12. Consultée le 17 mai 2019 (5 276 croiseurs intérieurs et 29 627 croiseurs extérieurs).
  13. Consultée le 17 mai 2019 (5 729 croiseurs intérieurs et 3 796 croiseurs extérieurs).
  14. Consultée le 17 mai 2019 (91 croiseurs intérieurs et 217 croiseurs extérieurs).
  15. Consultée le 17 mai 2019 (99 croiseurs intérieurs et 281 croiseurs extérieurs).
  16. Consultée le 17 mai 2019 (143 croiseurs intérieurs et 448 croiseurs extérieurs).
  17. Consultée le 21 juin 2019 avec critère "Inclination Min 90" (101 objets).
  1. Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Atira" (19 objets).
  2. Consultée le 17 juin 2019 avec critères "Atira or Aten or Apollo or Amor" (20 295 objets).
  3. Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Aten" (1 521 objets).
  4. Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Apollo" (11 146 objets).
  5. Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Amor" (7 609 objets).
  6. a et b Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Mars-crossing Asteroid" (17 043 objets).
  7. Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Inner Main-belt" (17 098 objets).
  8. Consultée le 17 juin 2019 avec critères "Inner Main-belt or Main-belt or Outer Main-belt" (747 493 objets).
  9. Consultée le 17 juin 2019 avec critères "Main-belt or Outer Main-belt and a < 3.27" (722 184 objets).
  10. Consultée le 17 juin 2019 avec critères "Main-belt or Outer Main-belt and a > 3.27" (8 211 objets).
  11. a et b Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Jupiter Trojan" (7 281 objets).
  12. a et b Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Centaur" (488 objets).
  13. Consultée le 17 juin 2019 avec critère "TransNeptunian Object" (3 298 objets).
  14. Consultée le 17 juin 2019 avec critère "Asteroid" (795 995 objets).
  15. Consultée le 27 avril 2019 avec critères "Atira or Aten or Apollo or Amor" (20 021 objets).
  16. Consultée le 27 avril 2019 avec critères "Aten or Apollo" (12 504 objets).
  17. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Atira" (19 objets). Consultée le même jour, la base de données du MPC donne le nombre de 34 : l'écart provient de la différence de définition (critère Q < 1 ua pour MPC et critère plus strict Q < qTerre = 0,983 ua pour JPL).
  18. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Aten" (1 508 objets).
  19. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Apollo" (10 996 objets). Consultée le même jour, la base de données du MPC indique environ 10 000 objets : l'écart provient de la différence de définition (critère sur le périhélie) qui déplace la frontière entre apollons et amors.
  20. Consultée le 27 avril 2019 avec critère "Amor" (7 498 objets). Consultée le même jour, la base de données du MPC indique environ 8 500 objets : l'écart provient de la différence de définition (critère sur le périhélie) qui déplace la frontière entre apollons et amors.
  21. Consultée le 12 mai 2019 avec critère "Mars-crossing Asteroid" (16 936 objets). Consultée le même jour, la base de données du MPC indique environ 14 000 objets : l'écart provient principalement de l'exclusion des objets classés dans le groupe de Hungaria.
  22. Consultée le 12 mai 2019 avec critères "Inner Main-belt or Main-belt or Outer Main-belt" (746 831 objets).
  23. Consultée le 12 mai 2019 avec critère "Inner Main-belt" (17 026 objets).
  24. Consultée le 13 mai 2019 avec critères "Main-belt or Outer Main-belt and q > 1.666 and a > 2.06 and a < 3.27" (720 741 objets).
  25. Consultée le 13 mai 2019 avec critères "Main-belt and a > 2.06 and a < 2.5" (223 925 objets).
  26. Consultée le 13 mai 2019 avec critères "Main-belt and a > 2.5 and a < 2.82" (269 054 objets).
  27. Consultée le 13 mai 2019 avec critères "Main-belt or Outer Main-belt and q > 1.666 and a > 2.82 and a < 3.27" (227 762 objets).
  28. Consultée le 14 mai 2019 avec critères "Outer Main-belt and a > 3.27" (8 202 objets).
  29. Consultée le 13 mai 2019 avec critères "Outer Main-belt and a > 3.27 and a < 3.7" (3 470 objets).
  30. Consultée le 15 mai 2019 avec critère "Jupiter Trojan" (7 244 objets). Consultée le même jour, la base de données du MPC donne un résultat très proche (7 229 objets).
  31. Consultée le 20 mai 2019 avec critère "Centaur" (479 objets).
  32. Consultée le 23 mai 2019 avec critère "TransNeptunian Object" (3 295 objets).
  33. Consultée le 15 mai 2019 avec critère "Jupiter Trojan" (7 244 objets).
  34. Consultée le 21 juin 2019 avec critères "Parabolic Asteroid or Hyperbolic Asteroid" (1 objet).
  1. a b et c Liste List Of Transneptunian Objects (2 553 objets pour l'ensemble de la ceinture de Kuiper).
  2. Listes List Of Centaurs and Scattered-Disk Objects (684 objets avec a > 30,1 ua) et List Of Other Unusual Objects (51 objets avec a > 30,1 ua) consultées le 17 juin 2019.
  3. Liste MPC Archive Statistics / Orbits And Names consultée le 31 mai 2019.
  4. Liste List Of Earth Trojans datée du 23 mai 2019 (consultée le 21 juin 2019) : 1 objet en L4.
  5. Liste List Of Martian Trojans datée du 23 mai 2019 (consultée le 21 juin 2019) : 9 objets dont 1 en L4 et 8 en L5.
  6. a et b Liste List Of Jupiter Trojans datée du 23 mai 2019 (consultée le 21 juin 2019) : 7 079 objets dont 4 603 en L4 et 2 476 en L5.
  7. Liste List Of Centaurs and Scattered-Disk Objects consultée le 26 mai 2019 (267 objets avec a < 30,1 ua).
  8. Liste List Of Uranus Trojans datée du 23 mai 2019 (consultée le 21 juin 2019) : 1 objet en L4.
  9. Liste List Of Neptune Trojans datée du 23 mai 2019 (consultée le 21 juin 2019) : 23 objets dont 20 en L4 et 3 en L5.
  10. Liste List Of Transneptunian Objects consultée le 23 mai 2019 (2 551 objets).
  11. Liste List Of Centaurs and Scattered-Disk Objects consultée le 26 mai 2019 (683 objets avec a > 30,1 ua).
  12. Liste List Of The Potentially Hazardous Asteroids consultée le 21 juin 2019 (1 969 objets).

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « MPC Database Search », sur minorplanetcenter.net
  2. a et b (en) « JPL Small-Body Database Search Engine », sur ssd.jpl.nasa.gov
  3. (en) « Lists and Plots: Minor Planets », sur minorplanetcenter.net
  4. a b c d e f g h i et j (en) « JPL Small-Body Database Search Engine », les définitions sont accessibles en cliquant sur le nom des groupes en haut de l'interface (consulté le 23 juin 2019)
  5. a b c d e f et g (en) « How Are Minor Planets Named? », sur minorplanetcenter.net (consulté le 21 juin 2019)
  6. (en) C. de la Fuente Marcos et R. de la Fuente Marcos, « Asteroid 2013 ND15: Trojan companion to Venus, PHA to the Earth », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 439, no 3,‎ , p. 2970–2977 (DOI 10.1093/mnras/stu152, arXiv 1401.5013, lire en ligne)
  7. (en) C. de la Fuente Marcos et R. de la Fuente Marcos, « A trio of horseshoes: past, present and future dynamical evolution of Earth co-orbital asteroids 2015 XX169, 2015 YA and 2015 YQ1 », Astrophysics and Space Science, vol. 361,‎ , p. 121 (DOI 10.1007/s10509-016-2711-6, arXiv 1603.02415, lire en ligne)
  8. (en) C. de la Fuente Marcos et R. de la Fuente Marcos, « Asteroid (469219) 2016 HO3, the smallest and closest Earth quasi-satellite », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 462, no 4,‎ , p. 3441-3456 (DOI 10.1093/mnras/stw1972, arXiv 1608.01518, lire en ligne).
  9. (en) Pavel Wajer et Malgorzata Królikowska, « Behavior of Jupiter Non-Trojan Co-Orbitals », Acta Astronomica, vol. 62,‎ , p. 113-131 (arXiv 1206.0557, lire en ligne)
  10. a et b (en) C. de la Fuente Marcos et R. de la Fuente Marcos, « Asteroid 2014 YX49: a large transient Trojan of Uranus », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 467, no 2,‎ , p. 1561-1568 (DOI 10.1093/mnras/stx197, arXiv 1701.05541, lire en ligne)
  11. (en) C. de la Fuente Marcos et R.de La Fuente Marcos, « Four temporary Neptune co-orbitals: (148975) 2001 XA255, (310071) 2010 KR59, (316179) 2010 EN65 and 2012 GX17 », Astronomy and Astrophysics, vol. 547,‎ (DOI 10.1051/0004-6361/201220377, arXiv 1210.3466, lire en ligne)