Anneau de Vénus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anneau de Vénus
Nom Soleil
Type spectral G2V
Magnitude apparente -26.74
Disque
Type Disque de débris
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) ~ 0,73 ua ~ 110 Gm  ua
Caractéristiques physiques
Découverte
Statut Suspecté depuis les années 1970, confirmé fin
Informations supplémentaires

L'anneau de Vénus est un disque de poussières circumsolaire[N 1] situé au niveau de l'orbite de Vénus. Son existence, suspectée depuis les années 1970, a été confirmée fin . Il se présente sous la forme d'un double anneau encadrant l'orbite de Vénus. Sa disposition et sa structure diffèrent sensiblement des anneaux des planètes géantes telles que Saturne, et sont similaires à celui découvert récemment sur l'orbite de la Terre, en avant et en arrière de celle-ci.

Découverte[modifier | modifier le code]

Précédent[modifier | modifier le code]

Au début des années 1990, un anneau similaire avait été détecté à proximité de l'orbite terrestre[1]. Cet anneau est donc le deuxième de ce genre découvert dans le Système solaire[1].

Premières suspicions[modifier | modifier le code]

Plusieurs missions spatiales, parmi lesquelles les sondes soviétiques Venera 9 et 10 dans les années 1970, avaient repéré des indices d'un anneau de poussières près de Vénus[1]. Notamment, V. A. Krasnopolsky et A. A. Krysko publièrent en 1979 un article dans lequel, à partir des données recueillies par ces sondes, ils s'interrogent sur la présence d'un anneau de poussières autour de Vénus[2]. Cependant, les éléments recueillis n'avaient alors pas permis de conclure[1].

Confirmation[modifier | modifier le code]

En 2007, à partir notamment de données de la sonde Helios B (=Helios 2), Leiner et Moster observent une surbrillance de quelques pour-cent juste en dehors de l'orbite de Vénus, qu'ils interprètent comme la preuve de l'existence d'un anneau de poussières associé à l'orbite de Vénus, similaire à l'anneau trouvé le long de l'orbite de la Terre[3].

L'existence du disque de poussières a été confirmée grâce aux travaux de recherche de The Open University (OU) et de l'Université du Lancashire central (UCLan) à Preston[4]. La découverte a été annoncée dans le journal Science du [4].

Les études antérieures n'ayant pas permis d'affirmer avec certitude l'existence de cet anneau, le docteur Mark Jones et ses collègues décidèrent de vérifier si la structure pouvait être confirmée[1].

Ils modélisèrent la façon dont un anneau situé à proximité de Vénus devrait disperser la lumière et regardèrent les images capturées par les sondes jumelles STEREO de la Nasa, qui étudient le Soleil depuis leur lancement en , afin de voir s'ils retrouvaient les caractéristiques attendues[1]. Les images de STEREO révélèrent l'anneau de poussières, mais de façon surprenante pour les astronomes, celui-ci paraissait très différent de l'anneau situé près de l'orbite terrestre. En effet, l'anneau vénusien semble composé de deux éléments distincts : l'un situé à l'intérieur de l'orbite de Vénus ; l'autre situé à l'extérieur[1].

Intérêt de la découverte[modifier | modifier le code]

Cette découverte va permettre aux scientifiques de mieux comprendre l'anneau de résonance similaire situé au niveau de l'orbite terrestre ainsi que d'étudier plus en détail le mouvement de cette poussière dans l'espace[4]. Selon Mark Jones de The Open University, « c'est une découverte importante non seulement à cause du fait que c'est une caractéristique nouvellement confirmée du Système solaire, mais aussi car la compréhension des anneaux de résonance nous aidera à interpréter les images futures de systèmes extrasolaires. »[Trad 1],[4]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'anneau de poussières a un diamètre de 220 millions de kilomètres[4],[1]. Il entoure le Soleil et suit de très près l'orbite de la planète Vénus[4] (le diamètre de l'orbite de Vénus est de 215 millions de kilomètres). D'après Mark Jones, si l'anneau pouvait être vu à l'œil nu depuis la surface de la Terre — ce qui n'est évidemment pas possible à cause de sa trop faible luminosité —, il s'étendrait sur la moitié du ciel visible[4], couvrant 45 degrés de chaque côté du Soleil[1]. Selon les chercheurs, cet anneau ne serait que 10 % plus dense que le nuage de fond à l'origine de la lumière zodiacale — le nuage zodiacal[1]. L'anneau vénusien semble composé de deux éléments distincts, un premier situé à l'intérieur de l'orbite de Vénus et un autre situé à l'extérieur[1].

Origine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Disque de débris.

Un anneau de poussières circumsolaire se forme lorsque les poussières interplanétaires issues de collisions d'astéroïdes ou de comètes se retrouvent confinées par la gravité d'une planète sur des orbites en résonance avec celle de la planète[4],[1]. Les chercheurs de The Open University (OU) et de l'University of Central Lancashire (UCLan) se sont rendu compte qu'ils pouvaient utiliser les instruments d'imagerie héliosphérique (Heliospheric Imager, HI) des sondes STEREO-A et STEREO-B pour rechercher cet anneau[4]. Sachant qu'un anneau de poussières proche de Vénus serait très ténu, ils combinèrent de nombreuses images, pris sur des intervalles de dix jours, pour créer des photos à long temps de pose à analyser[4].

Selon le docteur Mark Jones, "Senior Lecturer" à The Open University, qui dirigeait le projet, « les images résultantes montrent une caractéristique brillante proche de là où nous avons une vue de profil de l'orbite de Vénus et correspond à ce à quoi nous nous attendons d'un anneau de poussières suivant cette orbite. Nous avons croisé les images de STEREO-A avec celles compilées par la sonde STEREO-B et avons vu la même caractéristique au même endroit — ce qui nous a donné confiance dans le fait que c'était une structure physique réelle dans le Système solaire. »[Trad 2],[4]

Pour le docteur Daniel Brown, "Senior Lecturer" à l'University of Central Lancashire, « l'utilisation des données de STEREO nous a permis d'observer de grandes portions de l'anneau de poussières de Vénus. La sonde STEREO est située à l'extérieur de l'anneau, donc lors de son orbite autour du Soleil elle peut voir différentes parties de l'anneau. Cela nous permet de construire une image plus complète de la structure de l'anneau. En comparaison, l'anneau de poussières situé au niveau de l'orbite terrestre a été observé depuis la Terre et donc seules les parties de l'anneau les plus proches de la Terre ont été étudiées. Grâce à notre vue unique, nous avons déterminé que la structure de l'anneau de Vénus est très différente de celle de celui de la Terre. »[Trad 3],[4]

Le docteur Danielle Bewsher, "Senior Lecturer" à l'University of Central Lancashire, précise que « les instruments HI avait été construits afin d'étudier les éjections de masse coronale [NDR : c'est-à-dire les éruptions solaires] lors de leur voyage depuis le Soleil jusqu'à la Terre, mais nous nous sommes rendu compte lorsque nous avons commencé à analyser les observations du HI qu'elles contenaient une riche collection d'éléments secondaires tels que des comètes, des étoiles et des astéroïdes. En poussant l'instrument aux limites de ses capacités, nous avons pu détecter le faible signal de l'anneau de poussières sur l'orbite de Vénus. »[Trad 4],[4]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Circumsolaire » signifie « en orbite autour du Soleil ».

Citations traduites[modifier | modifier le code]

  1. Traduction libre de : « This is an important discovery not only because it is a newly confirmed feature of our solar system, but also because understanding resonance rings will help us to interpret future images of exoplanetary systems. »
  2. Traduction libre de « The resulting images show a bright feature close to where we have an edge-on view of Venus’ orbit and is what we’d expect to see from a dust ring following that orbit. We cross-referenced the images from STEREO-A with those compiled from the STEREO-B spacecraft and saw the same feature in the same place – giving us confidence that this was a real physical structure in the solar system. »
  3. Traduction libre de « Using STEREO data has allowed us to observe large segments of Venus' dust ring. The STEREO spacecraft sit outside the ring, so as they orbit the Sun they are able to view different parts of the ring. This allows us to build up a more complete picture of the ring's structure. In comparison, the dust ring at Earth's orbit was observed from the Earth, and so only the parts of the ring closest to Earth have been studied. Because of our unique view, we have found that the structure of Venus' ring is very different to that of the Earth's. »
  4. Traduction libre de « The HI instruments were originally designed to study coronal mass ejections as they travel from the Sun to the Earth, but we realised when we started to analyse the HI observations that they contained a rich collection of secondary features such as comets, stars and asteroids. Pushing the instrument to the limit of its capabilities has allowed us to detect the faint signal of the dust ring in the orbit of Venus. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l « Strange Discovery: Giant Dust Ring Found Near Venus Orbit », Space.com, 21 novembre 2013.
  2. (en) V. A. Krasnopolsky et A. A. Krysko, « Venera 9, 10: Is there a dust ring around Venus? » [« Venera 9, 10 : Y a-t-il un anneau de poussières autour de Vénus ? »], P&SS (en), vol. 27,‎ , p. 951-957 (DOI 10.1016/0032-0633(79)90025-4, Bibcode 1979P&SS...27..951K, résumé)
  3. * (en) Christoph Leinert et Benjamin Moster, « Evidence for dust accumulation just outside the orbit of Venus » [« Preuve de l'accumulation de poussière juste à l'extérieur de l'orbite de Vénus »], A&A, vol. 472, no 1,‎ , p. 335-340 (DOI 10.1051/0004-6361:20077682, Bibcode 2007A&A...472..335L, arXiv :0708.0912, résumé, lire en ligne [PDF])
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Dust Ring Confirmed In the Orbit of Venus », Astro Watch, 25 novembre 2013.
  • (en) Mark H. Jones et al., « Imaging of a circumsolar dust ring near the orbit of Venus » [« Imagerie d'un anneau de poussières circumsolaire près de l'orbite de Vénus »], Science, vol. 342, no 6161,‎ , p. 960-963 (PMID 24264987, DOI 10.1126/science.1243194, résumé, lire en ligne [PDF])
  • (en) Mark H. Jones et al., « Imaging and mapping the circumsolar dust ring near the orbit of Venus », dans K. Muinonen et al., Asteroids, comets, meteors 2014. Proceedings of the conference held 30 june - 4 july, 2014 in Helsinki, Finland [« Imagerie et cartographie de l'anneau de poussières circumsolaire proche de l'orbite de Vénus »], (Bibcode 2014acm..conf..250J, résumé)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]