Polymathie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polymath.
 Ne doit pas être confondu avec Tissu mammaire surnuméraire#Polymastie.

La polymathie est la connaissance approfondie d'un grand nombre de sujets différents, en particulier dans le domaine des arts et des sciences[1]. Le substantif associé est polymathe[2] parfois également nommé « homme d'esprit universel ».

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le mot vient du grec polymathēs, πολυμαθής, qui signifie « connaissant, comprenant ou ayant appris en quantité », des racines πολυ- (« beaucoup ») et μαθ- (« apprentissage »).

En anglais, en plus du mot « polymath », il existe un autre terme synonyme : polyhistor (πολυίστωρ). Il existe une Société polymathique du Morbihan depuis 1826.

Le terme polymathe est absent de la plupart des grands dictionnaires[Note 1]. On le retrouve uniquement dans le Littré (2e édition). On trouve cependant polymathie et polymathique dans la 8e édition du dictionnaire de l'Académie française et le TLFi.

Quelques polymathes connus[modifier | modifier le code]

Classés par ordre chronologique d'année de naissance.

En fiction[modifier | modifier le code]

  • De nombreux personnages des livres de Jules Verne, comme Michel Ardan, ou Cyrus Smith de L'Île mystérieuse, sont des polymathes ;
  • Polymathe est un personnage de la pièce Le Faux Savant (1728) de Du Vaure ;
  • Polymath (1974) est un roman de science-fiction de John Brunner[3] ;
  • Dans la trilogie Midnighters (2004) de Scott Westerfeld, les polymathes sont des personnes maîtrisant les mathématiques à la perfection ;
  • Chez Marvel, Dr. Fatalis et Finesse sont des polymathes ;
  • Dans la série télévisée Fringe, Walter Bishop et son fils, Peter Bishop sont des polymathes maîtrisant de vastes domaines scientifiques et parlant plusieurs langues ;
  • Dans la série télévisée Esprits criminels, Spencer Reid est un polymathe possédant des doctorats en chimie, mathématiques et ingénierie, diplômé en psychologie et en sociologie et suivant des cours de philosophie.
  • Dans Dune, le roman de Frank Herbert, le concept de mentat est cousin de celui de polymathe, mais avec une approche plus appliquée que purement savante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de l’Académie française (8e édition et précédente) ; Le Petit Robert ; TLFi.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définition de l'encyclopédie de Diderot : « POLYMATHIE, s. f. (Belles-Lettres.) connoissance de plusieurs arts & sciences, grande & vaste étendue de connoissances différentes. Voyez Encyclopédie. »
  2. « Polymathe », Dictionnaire de la langue française d'Émile Littré, publié à partir de 1863 ; deuxième édition en 1872-1877.
  3. Polymath, John Brunner, traduit par Odile Sabathé-Ricklin, Presses de la Cité, 1977, ISBN 2-258-00320-2.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]