Exploration de la Lune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'astronaute Harrison Schmitt se tenant debout à côté du rocher Taurus-Littrow durant la troisième sortie extra-véhiculaire de la mission Apollo 17.

L'exploration de la Lune commence avec le lancement des premiers programmes spatiaux dans les années 1950. Les programmes soviétique Luna et américain Ranger inaugurent une série de missions d'exploration au moyen de sondes spatiales dont l'objectif principal est de cartographier et d'identifier les principales caractéristiques de l'environnement lunaire. Cette phase culmine avec le premier pas de l'homme sur la Lune par l'américain Neil Armstrong le 21 juillet 1969, dans le cadre de la mission Apollo 11. Les données recueillies confirment l'image qui s'était progressivement dessinée au XXe siècle d'un monde froid et mort, dépourvu de ressources.

Dans le contexte de la Guerre froide, l'exploration de la Lune est davantage motivée par la lutte entre les deux superpuissances de l'époque - les États-Unis et l'Union soviétique - que par la recherche scientifique même si le programme Apollo a permis de ramener près de 380 kg de roches lunaires sur Terre. À la même époque le programme lunaire habité soviétique est abandonné après les échecs rencontrés par le lanceur. Cet échec est en partie compensé par l'envoi réussi des deux rovers Lunokhod (1970). Mais avec la fin du programme Apollo, l'exploration spatiale se détourne de la Lune pour se porter vers des planètes plus lointaines associées à des enjeux scientifiques plus importants.

Le projet Constellation de la NASA démarré en 2004 et qui a pour objectif l'envoi de missions habitées vers la Lune dans les années 2020, relance les missions d'exploration scientifique de la Lune. Le programme Lunar Precursor Robotic (2009-) et certaines missions du programme Discovery lancés par les États-Unis doivent parachever les travaux entamés 50 ans auparavant en particulier dans la région des pôles où la présence d'eau est envisagée. Parallèlement de nouvelles nations spatiales - le Japon dès 1990, la Chine en 2007 et l'Inde en 2008 - lancent des sondes spatiales vers la Lune car sa proximité permet d'acquérir plus facilement la maîtrise de ce type de mission complexe. Début 2010, le président Barack Obama annonce l'annulation du projet Constellation qui nécessiterait un budget dont la NASA ne dispose pas. La Chine poursuit sa montée en puissance dans le domaine spatial en déposant sur le sol lunaire le 14 décembre 2013 un rover. Il s'agit de la première mission sur la surface de la Lune depuis 1976.

Premières missions du programme Luna[modifier | modifier le code]

Article détaillé : programme Luna.

Dès le début de la conquête spatiale, des missions d'exploration sont envoyées vers la Lune. Les soviétiques sont à l'origine de plusieurs premières dans le cadre du programme Luna. La sonde Luna 1 effectue le premier survol de la Lune en janvier 1959. Le premier objet fabriqué par l'homme à atteindre la Lune est la sonde soviétique Luna 2, qui s'y écrase le 14 septembre 1959. La face cachée de la Lune a été photographiée pour la première fois le 7 octobre 1959 par la sonde automatique Luna 3. Luna 9 est la première sonde à se poser en douceur sur la Lune ; elle retourne des photographies de la surface lunaire le 3 février 1966. Enfin le premier satellite artificiel de la Lune est la sonde soviétique Luna 10, lancée le 31 mars 1966. Luna 12 retransmet des images TV de la Lune en octobre 1966.

Sondes lunaires américaines des années 1960[modifier | modifier le code]

Parti avec retard, la NASA met sur pied plusieurs programmes destinés à préparer de manière systématique les futures missions habitées du programme Apollo.

  • Les premières sondes du programme Pioneer (1958-1960) sont consacrées à l'exploration lunaire. Aucune n'atteint son objectif à la suite soit de défaillances du lanceur soit de problèmes rencontrés par la sonde elle-même.
  • Les sondes du programme Ranger (1960-1965) après avoir connu une série d'échecs envoient des milliers de photos prises avant de s'écraser sur la Lune.
  • Le programme Lunar Orbiter (1965-1967) est constitué de 5 sondes qui réalisent des photographies détaillées des sites d'atterrissage pré sélectionnés pour les missions du programme Apollo et permettent de cartographier 99 % de la surface lunaire.
  • Les sondes du programme Surveyor (1966-1968) en effectuant un atterrissage en douceur sur la Lune donnent de précieuses indications sur la consistance du sol lunaire et les techniques d'atterrissage utilisant un radar qui furent utilisées pour définir les caractéristiques du train d'atterrissage du module lunaire Apollo.

Programme Apollo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : programme Apollo.
Les différents sites d'atterrissage sur la Lune

Le 25 mai 1961, le président John Fitzgerald Kennedy annonce que les astronautes américains atterriront sur la Lune avant la fin de la décennie. Il lance ainsi le programme Apollo qui grâce à une mobilisation sans précédents de moyens humains et de ressources financières permettra d'atteindre l'objectif fixé.

Le 24 décembre 1968, les membres de l'équipage d'Apollo 8 (Frank Borman, Jim Lovell, et William Anders) sont les premiers humains à apercevoir directement la face cachée de la Lune. Apollo 10 simule une mission lunaire, avec séparation d'un véhicule lunaire, qui s'éloigne du vaisseau principal, mais ne se pose pas. Le premier atterrissage humain eut lieu le 20 juillet 1969. Ce fut le point culminant de la course spatiale engagée entre les États-Unis et l'URSS, alors en pleine guerre froide. Le premier astronaute à poser le pied sur la Lune est Neil Armstrong, le capitaine de la mission Apollo 11. Six missions Apollo en tout se poseront sur la Lune. Les derniers hommes à marcher sur le sol lunaire sont le scientifique Harrison Schmitt et l'astronaute Eugene Cernan, au cours de la mission Apollo 17 en décembre 1972. Au total, douze hommes marchèrent sur la Lune.

Le bilan scientifique, s'il n'est pas proportionnel à l'investissement consenti, n'en est pas moins important. Plus de 380 kg de roches lunaires sont ramenées sur Terre. Un ensemble d'instruments scientifiques, l'ALSEP, est déposé par 5 des 6 missions et fournit des données jusqu'en 1977. Les instruments de l'ALSEP sont différents suivant les missions : spectromètre, magnétomètre, détecteur sismique passif et actif, gravimètre, ...). Les informations recueillies par les astronautes portent sur la composition du sol, la structure interne de la Lune, le rayonnement, la composition atmosphérique. Un véhicule, le rover lunaire, disponible à partir d'Apollo 15, permet d'élargir le rayon d'action des astronautes qui passe de quelques centaines de mètres à une dizaine de kilomètres entre Apollo 11 et Apollo 17.

Programme soviétique : échec des missions habitées et rovers Lunakhod[modifier | modifier le code]

Le programme Zond doit préparer les missions lunaires habitées soviétiques. Mais pour différentes raisons les missions lunaires du programme sont un échec. Le programme lunaire habité soviétique est lui-même arrêté à la suite de défaillances répétées du lanceur N-1. Les Soviétiques décident de poursuivre l'exploration lunaire avec des sondes spatiales. Les sondes Luna 16 (1970), Luna 20 (1972) et Luna 24 (1976) parviennent à ramener un échantillon de quelques centaines de grammes du sol lunaire. Le 17 novembre 1970, Lunokhod 1 est le premier véhicule robotisé à explorer sa surface[1]. Lunokhod 2 (1973) parcourt près de 40 km sur le sol lunaire[2].

Autres programmes[modifier | modifier le code]

Avec l'arrêt du programme Apollo l'exploration spatiale se détourne de la Lune pour se porter vers des planètes plus lointaines associées à des enjeux scientifiques plus importants.

À la fin des années 1990 les sondes américaines Clementine et Lunar Prospector détectent la présence d'hydrogène au-dessus des cratères plongés en permanence dans l'obscurité ce qui pourrait indiquer la présence d' eau sur la Lune mais des expériences et observations menées par la suite ne confirment pas cette hypothèse.

La sonde européenne SMART-1 s'insère en orbite autour de la Lune avec succès le 16 novembre 2004, Il s'agit surtout d'un démonstrateur technologique qui prouve que la propulsion électrique peut être utilisée sur des sondes spatiales.

Programmes d'exploration lunaire des autres puissances spatiales[modifier | modifier le code]

Agence spatiale européenne[modifier | modifier le code]

L'Agence spatiale européenne lance en 2003 la première sonde spatiale lunaire européenne SMART-1.

Japon[modifier | modifier le code]

Le Japon lance en 1990 le satellite Hiten qui à la suite d'un demi-échec est placé en orbite autour de la Lune. Après l'abandon du projet de sonde LUNAR-A qui devait embarquer deux pénétrateurs, la sonde SELENE est lancée en 2007 pour étudier, entre autres, l'environnement lunaire et le champ de gravité. L'agence spatiale japonaise étudie le lancement de Selene-2, un atterrisseur qui pourrait se poser près du pôle lunaire vers 2020.

Inde[modifier | modifier le code]

L'Inde a développé une sonde lunaire, nommée Chandrayaan 1, lancée le 22 octobre 2008.

Chine[modifier | modifier le code]

La Chine décide de se lancer également dans l'exploration lunaire ; une première sonde est place en orbite en 2007, dans le cadre du programme chinois d'exploration lunaire, un des buts étant la découverte de grande quantité d'un isotope rare de l'hélium, l'hélium 3, qui pourrait avoir des applications dans la production d'énergie. En 2010, la Chine envoie une seconde sonde, Chang'e-2, qui entre en orbite autour de la lune le 6 octobre 2010, elle est ensuite envoyée au point de Lagrange 2 qu'elle atteint le 25 août 2011. La sonde Chang'e-3 lancée le 1 décembre 2013 emporte un astromobile (rover) baptisé Yutu qui se pose le 14 décembre de la même année dans la Mer des pluies pour une mission d'une durée de 3 mois. Chang'e 3 est le premier engin spatial à se poser en douceur sur la Lune depuis l'atterrissage de la sonde spatiale soviétique Luna 24 qui avait ramené un échantillon de sol lunaire en 1976.

La relance du programme d'exploration de la Lune de la NASA dans le cadre du programme Constellation[modifier | modifier le code]

En 2004 le président Bush décide de relancer les vols habités vers les autres astres en donnant le coup d'envoi au programme Constellation. Celui-ci prévoit le retour d'astronautes sur notre satellite à l'horizon 2018/2020 pour un budget évalué à 104 milliards de dollars.

Pour préparer ces missions une série de sondes regroupées au sein du programme Lunar Precursor Robotic (2009-) ou faisant partie du programme Discovery ont été lancées. LCROSS (2009) doit respectivement rechercher la trace de présence d'eau dans les zones plongées en permanence dans l'obscurité près des pôles [3]. LRO (2009) a également cette mission mais remplit également des objectifs de cartographie, mise au point de système géodésique[4]... GRAIL (2011) doit dresser une carte détaillée du champ de gravité lunaire pour déterminer la structure interne de la Lune et optimiser la trajectoire des engins spatiaux[5]. LADEE (2011) doit étudier l'atmosphère lunaire avant que les activités humaines ne la modifient trop[6]. À la suite de son investiture, Barack Obama décida, après expertise du programme Constellation, de stopper ce dernier.

Missions en phase d'étude ou développement[modifier | modifier le code]

La NASA a prévu d'envoyer un équipage habité en 2017 à bord du nouveau vaisseau spatial Orion pour effectuer un vol circumlunaire (mission EM-1). Au cours d'une seconde mission, baptisée EM-2 et planifiée au début des années 2020, un équipage doit se placer en orbite autour de la Lune. La Russie a planifié un ensemble de missions robotiques allant de l'orbiteur à l'atterrisseur. La Chine prévoit en 2017 d'effectuer une mission de retour d'échantillon. Le Japon de son côté prévoit une mission comportant un rover et le retour d'un échantillon du sol lunaire en 2021.

Missions en développement ou à l'étude[7]
Date Pays Mission Type Statut
2014 Chang'e 4 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Rover
2016 Luna-Glob 1 Drapeau de la Russie Russie Atterrisseur
2017 Chang'e 5 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Retour d'échantillon
2017 Luna-Glob 2 Drapeau de la Russie Russie Orbiteur
2017 Exploration Mission 1 Drapeau des États-Unis États-Unis Mission habitée, survol
2018 Luna-Grunt 1 Drapeau de la Russie Russie Atterrisseur
2020 Luna-Grunt 2 Drapeau de la Russie Russie Atterrisseur
2021 Selene-3 Drapeau du Japon Japon Orbiteur et rover et retour d'échantillon
2021 Exploration Mission 2 Drapeau des États-Unis États-Unis Mission habitée, orbiteur

Liste des missions spatiales à destination de la Lune[modifier | modifier le code]

Liste des missions habitées et robotiques d'exploration de la Lune[7] (en gras les premières réalisées, en grisé les échecs)
Mission Pays Date de lancement Type de mission Modèle de sonde Résultats
Luna 1A Drapeau de l’URSS Union soviétique 23/9/1958 Impact lunaire Ye-1 Échec au lancement (1er étage)
Luna 1B Drapeau de l’URSS Union soviétique 11/10/1958 Impact lunaire Ye-1 Échec au lancement (1er étage)
Luna 1C Drapeau de l’URSS Union soviétique 4/12/1958 Impact lunaire Ye-1 Échec au lancement (2e étage)
Luna 1 Drapeau de l’URSS Union soviétique 2/1/1959 Impact lunaire Ye-1 Échec partiel Survol de la Lune à une distance de 5 955 km
Pioneer 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 3 mars 1959 Survol
Luna 2A Drapeau de l’URSS Union soviétique 18/6/1959 Impact lunaire Ye-1A Échec au lancement (2e étage)
Luna 2 Drapeau de l’URSS Union soviétique 12/9/1959 Impact lunaire Ye-1A Succès. Premier objet artificiel sur le sol de la Lune.
Luna 3 Drapeau de l’URSS Union soviétique 4/10/1959 Orbite circumlunaire Ye-2A Premières photos de la face cachée de la Lune
Luna 3A Drapeau de l’URSS Union soviétique 15/4/1960 Orbite circumlunaire Ye-3 Échec au lancement (dernier étage)
Luna 3B Drapeau de l’URSS Union soviétique 19/4/1960 Orbite circumlunaire Ye-3 Échec au lancement (1er étage)
Ranger 1 Drapeau des États-Unis États-Unis 23 aout 1961 Qualification sonde lunaire
Ranger 2 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 novembre 1961 Qualification sonde lunaire
Ranger 3 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 novembre 1961 Impacteur Échec, mauvaise trajectoire
Ranger 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 23 avril 1962 Impacteur Échec, mauvaise trajectoire
Ranger 5 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 octobre 1962 Impacteur Échec, mauvaise trajectoire
Spoutnik 25 Drapeau de l’URSS Union soviétique 4/1/1963 Atterrisseur Ye-6 Échec. La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Luna 4A Drapeau de l’URSS Union soviétique 3/2/1963 Atterrisseur Ye-6 Le lanceur ne suit pas la trajectoire programmée.
Luna 4 Drapeau de l’URSS Union soviétique 2/4/1963 Atterrisseur Ye-6 Échec. Survol de la Lune à une distance de 833 km
Ranger 6 Drapeau des États-Unis États-Unis 30 janvier 1964 Impacteur Panne des caméras
Luna 5A Drapeau de l’URSS Union soviétique 21/3/1964 Atterrisseur Ye-6 Le dernier étage lanceur ne parvient pas à atteindre l'orbite désirée
Luna 5B Drapeau de l’URSS Union soviétique 20/4/1964 Atterrisseur Ye-6 Le quatrième étage du lanceur ne s'allume pas
Ranger 6 Drapeau des États-Unis États-Unis 28 juillet 1964 Impacteur
Ranger 7 Drapeau des États-Unis États-Unis 17 février 1965 Impacteur
Ranger 8 Drapeau des États-Unis États-Unis 21 mars 1965 Impacteur
Cosmos 60 Drapeau de l’URSS Union soviétique 12/3/1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Luna 5C Drapeau de l’URSS Union soviétique 10/4/1965 Atterrisseur Ye-6 Le dernier étage lanceur ne parvient pas à atteindre l'orbite désirée
Luna 5 Drapeau de l’URSS Union soviétique 9/5/1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 6 Drapeau de l’URSS Union soviétique 8/6/1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde passe au large de la Lune à une distance 159 000 km
Luna 7 Drapeau de l’URSS Union soviétique 4/10/1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 8 Drapeau de l’URSS Union soviétique 3/12/1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 9 Drapeau de l’URSS Union soviétique 31/1/1966 Atterrisseur Ye-6M Premier atterrissage en douceur et première photo prise depuis la surface de la Lune
Cosmos 111 Drapeau de l’URSS Union soviétique 1/3/1966 Orbiteur Ye-6S La sonde reste bloquée sur l'orbite terrestre
Luna 10 Drapeau de l’URSS Union soviétique 31/3/1966 Orbiteur Ye-6S Premier orbiteur, opérationnelle jusqu'au 30/5/1966
Surveyor 1 Drapeau des États-Unis États-Unis 30 mai 1966 Atterrisseur Premier atterrissage en douceur sur la Lune
Lunar Orbiter 1 Drapeau des États-Unis États-Unis 10 aout 1966 Orbiteur
Luna 11 Drapeau de l’URSS Union soviétique 24/8/1966 Orbiteur Ye-6LF Opérationnelle jusqu'au 31/10/1966
Surveyor 2 Drapeau des États-Unis États-Unis 20 septembre 1966 Atterrisseur échec
Luna 12 Drapeau de l’URSS Union soviétique 22/10/1966 Orbiteur Ye-6LS Photos prises depuis l'orbite lunaire
Lunar Orbiter 2 Drapeau des États-Unis États-Unis 6 novembre 1966 Orbiteur
Luna 13 Drapeau de l’URSS Union soviétique 21/12/1966 Atterrisseur Ye-6M Répétition de la mission Luna 9
Lunar Orbiter 3 Drapeau des États-Unis États-Unis 4 février 1967 Orbiteur
Cosmos 159 Drapeau de l’URSS Union soviétique 17/4/1967 Orbiteur Ye-6LS Se place sur une mauvaise orbite terrestre
Surveyor 3 Drapeau des États-Unis États-Unis 17 avril 1967 Atterrisseur
Lunar Orbiter 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 8 mai 1967 Orbiteur
Surveyor 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 14 juillet 1967 Atterrisseur
Lunar Orbiter 5 Drapeau des États-Unis États-Unis 1 aout 1967 Orbiteur
Surveyor 5 Drapeau des États-Unis États-Unis 8 septembre 1967 Atterrisseur
Surveyor 6 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 novembre 1967 Atterrisseur
Surveyor 7 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 janvier 1968 Atterrisseur
Luna 14A Drapeau de l’URSS Union soviétique 7/2/1968 Orbiteur Ye-6LS Défaillance du troisième étage du lanceur
Luna 14 Drapeau de l’URSS Union soviétique 7/4/1968 Orbiteur Ye-6LS Cartographie détaillée de la lune, mesure du champ de gravité, test futur système de télécommunications
Apollo 8 Drapeau des États-Unis États-Unis 21 décembre 1968 Mission habitée, survol
 ? Drapeau de l’URSS Union soviétique 19/2/1969 Rover lunaire Ye-8 Problème avec la coiffe du lanceur
Luna 15A Drapeau de l’URSS Union soviétique 14/6/1969 Retour échantillon Ye-8-5 Échec
Apollo 10 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 mai 1969 Mission habitée, orbiteur
Luna 15 Drapeau de l’URSS Union soviétique 13/7/1969 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Apollo 11 Drapeau des États-Unis États-Unis 16 juillet 1969 Mission habitée, exploration surface Premier homme sur la Lune
Cosmos 300 Drapeau de l’URSS Union soviétique 23/9/1969 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Cosmos 305 Drapeau de l’URSS Union soviétique 22/10/1969 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Apollo 12 Drapeau des États-Unis États-Unis 14 novembre 1969 Mission habitée, exploration surface
Luna 16A Drapeau de l’URSS Union soviétique 6/2/1970 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Apollo 13 Drapeau des États-Unis États-Unis 11 avril 1970 Mission habitée, exploration surface Échec
Luna 16 Drapeau de l’URSS Union soviétique 12/9/1970 Retour échantillon Ye-8-5 Un échantillon de sol de 101 g est ramené sur Terre
Luna 17 Drapeau de l’URSS Union soviétique 10/11/1970 Rover lunaire Ye-8 Le rover Lunokhod 1 fonctionne jusqu'au 14/9/1971, parcourt 10,5 km
Apollo 14 Drapeau des États-Unis États-Unis 31 janvier 1971 Mission habitée, exploration surface
Apollo 15 Drapeau des États-Unis États-Unis 26 juillet 1971 Mission habitée, exploration surface Mise en œuvre d'un rover
Luna 18 Drapeau de l’URSS Union soviétique 2/9/1971 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 19 Drapeau de l’URSS Union soviétique 28/9/1971 Orbiteur Ye-8LS Fonctionne jusqu'au 3/10/1972
Luna 20 Drapeau de l’URSS Union soviétique 14/2/1972 Retour échantillon Ye-8-5 Un échantillon de sol de 55 g est ramené sur Terre
Apollo 16 Drapeau des États-Unis États-Unis 16 avril 1972 Mission habitée, exploration surface
Apollo 17 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 décembre 1972 Mission habitée, exploration surface
Luna 21 Drapeau de l’URSS Union soviétique 8/1/1973 Rover lunaire Ye-8 Le rover Lunokhod 2 fonctionne jusqu'au 3/7/1973, parcourt 37 km.
Luna 22 Drapeau de l’URSS Union soviétique 29/5/1974 Orbiteur Ye-8LS Fonctionne jusqu'au 2/9/1975
Luna 23 Drapeau de l’URSS Union soviétique 2/11/1974 Retour échantillon Ye-8-5 La foreuse est endommagée ; aucun échantillon n'est ramené.
Luna 24A Drapeau de l’URSS Union soviétique 16/10/1975 Retour échantillon Ye-8-5M Échec
Luna 24 Drapeau de l’URSS Union soviétique 9/8/1976 Retour échantillon Ye-8-5M Un échantillon de 170,1 g est ramené sur Terre
Hiten Drapeau du Japon Japon 24 janvier 1990 Orbiteur, impacteur, survol Échec partiel
Clementine Drapeau des États-Unis États-Unis 25 janvier 1994 Orbiteur
Lunar Prospector Drapeau des États-Unis États-Unis 7 janvier 1998 Orbiteur, impacteur
Smart 1 Drapeau de l’Union européenne Europe 27 septembre 2003 Orbiteur
Kaguya Drapeau du Japon Japon 14 septembre 2007 Orbiteur
Chang'e 1 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 24 octobre 2007 Orbiteur
Chandrayaan-1 Drapeau de l'Inde Inde 22 octobre 2008 Orbiteur
LRO Drapeau des États-Unis États-Unis 18 juin 2009 Orbiteur
LCROSS Drapeau des États-Unis États-Unis 18 juin 2009 impacteur
Chang'e 2 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1 octobre 2010 Orbiteur
Artemis[Note 1] Drapeau des États-Unis États-Unis 2010 Orbiteur
GRAIL Drapeau des États-Unis États-Unis 8 septembre 2011 Orbiteur
LADEE Drapeau des États-Unis États-Unis 2 mai 2013 Orbiteur
Chang'e 3 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 1 décembre 2013 Rover

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mise en orbite autour de la Lune de l'un des satellites de la mission THEMIS.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Philip Stooke, The International Atlas of Lunar Exploration, Cambridge University Press,‎ 2008 (ISBN 978-0-521-81930-5)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]