Exploration de la Lune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un astronaute à proximité d'un important massif rocheux.
L'astronaute Harrison Schmitt se tenant debout à côté d'un rocher dans Taurus-Littrow durant la troisième sortie extra-véhiculaire de la mission Apollo 17.

L'exploration de la Lune commence avec le lancement des premiers programmes spatiaux dans les années 1950. Les programmes soviétique Luna et américain Ranger inaugurent une série de missions d'exploration au moyen de sondes spatiales dont l'objectif principal est de cartographier et d'identifier les principales caractéristiques de l'environnement lunaire. Cette phase culmine avec le premier pas de l'homme sur la Lune par l'Américain Neil Armstrong le , dans le cadre de la mission Apollo 11. Les données recueillies confirment l'image qui s'était progressivement dessinée au XXe siècle d'un monde froid et mort.

Dans le contexte de la guerre froide, l'exploration de la Lune est davantage motivée par la lutte entre les deux superpuissances de l'époque — les États-Unis et l'Union soviétique — que par la recherche scientifique, même si le programme Apollo a permis de ramener près de 380 kilogrammes de roches lunaires sur Terre. Celles-ci ainsi que les données recueillies par les instruments sur place permettent de répondre à de nombreuses questions concernant la Lune tout en soulevant de nouvelles. À la même époque, le programme lunaire habité soviétique est abandonné après les échecs rencontrés par le lanceur. Cet échec est en partie compensé par l'envoi réussi des deux rovers Lunokhod (1970). Mais avec la fin du programme Apollo, l'exploration spatiale se détourne de la Lune pour se porter vers les planètes, plus lointaines et associées à des enjeux scientifiques plus importants.

Le retour des hommes sur le sol lunaire est depuis les années 2000 est un thème récurrent aux États-Unis motivé par des considérations politiques plus que scientifiques. Le projet Constellation de la NASA, qui débute en 2004, a pour objectif l'envoi de missions habitées vers la Lune dans les années 2020. Il relance l'exploration scientifique de la Lune à travers les missions du programme Lunar Precursor Robotic (depuis 2009) et certaines missions américaines du programme Discovery. Celles-ci ont pour objectif de compléter les travaux entamés 50 ans auparavant en particulier dans la région des pôles où la présence d'eau est envisagée. Début 2010, le président Barack Obama annonce l'annulation du projet Constellation pour des raisons budgétaires. En 2017 la NASA décide de développer une station spatiale autour de la Lune, le Lunar Orbital Platform-Gateway qui doit servir de relais pour des missions plus ambitieuses d'abord vers la surface de la Lune puis vers Mars. À la demande du président américain Donald Trump le programme Artemis est mis sur pied début 2019 pour envoyer des hommes à la surface de la Lune dès 2024.

Parallèlement, de nouvelles nations spatiales — le Japon dès 1990, la Chine depuis 2007 et l'Inde depuis 2008 — lancent des sondes spatiales vers la Lune car sa proximité permet d'acquérir plus facilement la maîtrise de ce type de mission complexe. La Chine poursuit sa montée en puissance dans le domaine spatial en déposant sur le sol lunaire le 14 décembre 2013 le rover Yutu dans le cadre de la mission Chang'e 3. Il s'agit de la première mission sur la surface de la Lune depuis 1976. Début 2019, la Chine effectue le premier atterrissage en douceur sur la face cachée de la Lune avec le rover de la mission Chang'e 4. L'Inde doit également faire atterrir Chandrayaan-2 en 2019 à la surface de la Lune tandis que la Chine doit à la fin de la même année la mission de retour d'échantillons Chang'e 5.

Contexte des débuts de l'exploration spatiale[modifier | modifier le code]

La Lune, un satellite mal connu[modifier | modifier le code]

À l'époque où les premières sondes spatiales sont lancées vers la Lune, ce satellite naturel de la Terre, pourtant proche, garde une grande part de mystère. L'origine des cratères - cratère d'impact ou cratère volcanique - qui parsèment sa surface ne fait pas l'unanimité : certains rejettent encore l'idée que ceux-ci aient été créés par l'impact de météorites, une théorie élaborée quelques années auparavant[Note 1]. Le mode de formation des mers lunaires est également l'objet de controverses. La communauté scientifique est à peu près unanime sur le fait qu'elles sont constituées par de la lave mais il y a divergence sur son origine : volcanisme ou impact de météorite[1]. Il existe d'autres explications comme celle avancée par l'astronome Thomas Gold qui est largement diffusée dans les médias à la grande fureur du milieu scientifique : pour Gold, les mers sont formées par l'accumulation de débris produits par l'érosion des cratères et des parties les plus élevées de la surface lunaire ; cette poussière, prédit-il plus tard, va engloutir les sondes et les vaisseaux qui se poseront sur le sol lunaire[2]. Certains chercheurs, comme le lauréat du prix Nobel de chimie Harold Clayton Urey, pensent que contrairement à la Terre, la Lune n'est pas une planète différenciée et qu'elle est constituée du matériau primitif présent à la formation du système solaire (théorie de la Lune froide)[3]. Le sol lunaire intrigue également car les observations effectuées depuis la Terre avec des instruments dans des bandes allant des rayons X aux ondes radio indiquent une grande porosité du matériau de surface qui est nommé plus tard « régolithe[4] ». Enfin, on ne dispose à l'époque que de quelques mauvaises photos de la face cachée de la Lune prises par la sonde spatiale soviétique Luna 3.

La Lune, enjeu politique de la Guerre Froide[modifier | modifier le code]

La guerre froide entre les États-Unis et l'Union soviétique bat son plein au début de l'ère spatiale et les deux pays tentent de multiplier les premières spatiales pour prouver la supériorité de leur système politique. Dans cette course à l'espace les Soviétiques disposent de deux avantages : ils ont démarré leur programme spatial plus tôt et surtout leurs lanceurs, dérivés comme ceux des Américains de missiles balistiques porteurs de charges nucléaires, sont beaucoup plus puissants car ils ont été conçus pour porter des bombes atomiques aux dimensions plus importantes que les engins nucléaires américains[5] : dès 1960, l'Union soviétique dispose de la fusée Molnia capable de lancer vers la Lune une sonde spatiale de 1,5 tonne[6] alors que le lanceur concurrent américain, l'Atlas-Agena, ne peut lancer que 300 kg vers la même destination.

L'exploration de la Lune, corps céleste le plus accessible depuis la Terre, figure dans les premiers objectifs des programmes spatiaux des deux pays. L'URSS réussit dès janvier 1959 à lancer la sonde spatiale Luna 1 qui effectue le premier survol de la Lune ; en octobre de la même année, Luna 3 parvient à photographier la face cachée de notre satellite. Les premières sondes américaines du programme Pioneer (1958-1960) qui poursuivent le même objectif sont victimes d'une série de défaillances[7]. Le programme Ranger (1960-1963) prend le relais avec des sondes plus complexes permettant d'effectuer des photos de la Lune mais ne connait ses premiers succès qu'en 1963 après 6 échecs consécutifs. Le développement d'une deuxième génération de sondes interplanétaires américaines démarre au début des années 1960 avec le programme Mariner qui doit permettre d'explorer les planètes intérieures du système solaire (Mars, Vénus, Mercure) tandis que le programme Surveyor est chargé d'effectuer des investigations scientifiques de la Lune après un atterrissage en douceur sur son sol[8].

Premières missions du programme Luna[modifier | modifier le code]

Article principal : programme Luna.

Les soviétiques sont à l'origine de plusieurs premières dans le cadre du programme Luna. La sonde Luna 1 effectue le premier survol de la Lune en janvier 1959. Le premier objet fabriqué par l'homme à atteindre la Lune est la sonde soviétique Luna 2, qui s'y écrase le . La face cachée de la Lune a été photographiée pour la première fois le par la sonde automatique Luna 3. Luna 9 est la première sonde à se poser en douceur sur la Lune ; elle retourne des photographies de la surface lunaire le . Enfin, le premier satellite artificiel de la Lune est la sonde soviétique Luna 10, lancée le . Luna 12 retransmet des images TV de la Lune en octobre 1966.

Sondes lunaires américaines des années 1960[modifier | modifier le code]

Parti avec retard, la NASA met sur pied plusieurs programmes destinés à préparer de manière systématique les futures missions habitées du programme Apollo.

  • Les premières sondes consacrées à l'exploration lunaire sont développées dans le cadre du programme Pioneer (1958-1960) antérieur au lancement du programme Apollo. Aucune n'atteint son objectif à la suite soit de défaillances du lanceur soit de problèmes rencontrés par la sonde spatiale elle-même.
  • Les sondes du programme Ranger (1960-1965), après avoir connu une série d'échecs, envoient des milliers de photos prises avant de s'écraser sur la Lune.
  • Le programme Lunar Orbiter (1965-1967) est constitué de 5 sondes qui se placent en orbite autour de la Lune et réalisent des photographies détaillées des sites d'atterrissage présélectionnés pour les missions du programme Apollo. Ces photos permettent de cartographier 99 % de la surface lunaire.
  • Les sondes du programme Surveyor (1966-1968) en effectuant un atterrissage en douceur sur la Lune donnent de précieuses indications sur la consistance du sol lunaire et les techniques d'atterrissage basées sur l'utilisation d'un radar. Ces données sont reprises pour définir les caractéristiques du train d'atterrissage du module lunaire Apollo.

Programme Apollo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : programme Apollo.
Sites d'atterrissage des missions des programmes Luna, Surveyor et Apollo.

Dans son discours du 25 mai 1961, le président John Fitzgerald Kennedy annonce que les astronautes américains atterriront sur la Lune avant la fin de la décennie. Il lance ainsi le programme Apollo qui, grâce à une mobilisation sans précédents de moyens humains et de ressources financières, permettra d'atteindre l'objectif fixé.

Le , les membres de l'équipage d'Apollo 8 (Frank Borman, Jim Lovell, et William Anders) sont les premiers humains à apercevoir directement la face cachée de la Lune. Apollo 10 simule une mission lunaire, avec séparation d'un véhicule lunaire, qui s'éloigne du vaisseau principal, mais ne se pose pas. Le premier atterrissage humain eut lieu le . Ce fut le point culminant de la course spatiale engagée entre les États-Unis et l'URSS, alors en pleine guerre froide. Le premier astronaute à poser le pied sur la Lune est Neil Armstrong, le capitaine de la mission Apollo 11. Six missions Apollo en tout se poseront sur la Lune. Les derniers hommes à marcher sur le sol lunaire sont le scientifique Harrison Schmitt et l'astronaute Eugene Cernan, au cours de la mission Apollo 17 en décembre 1972. Au total, douze hommes marchèrent sur la Lune.

Le bilan scientifique, modeste en regard de l'investissement consenti, n'en est pas moins important. Plus de 380 kg de roches lunaires sont ramenées sur Terre. Un ensemble d'instruments scientifiques, l'ALSEP, est déposé par 5 des 6 missions et fournit des données jusqu'en 1977. Les instruments de l'ALSEP sont différents suivant les missions : spectromètre, magnétomètre, détecteur sismique passif et actif, gravimètre...). Les informations recueillies par les astronautes portent sur la composition du sol, la structure interne de la Lune, le rayonnement, la composition atmosphérique. Un véhicule, le rover lunaire, disponible à partir d'Apollo 15, permet d'élargir le rayon d'action des astronautes qui passe de quelques centaines de mètres à une dizaine de kilomètres entre Apollo 11 et Apollo 17. Avec l'arrêt du programme Apollo, l'exploration spatiale se détourne de la Lune pour se porter vers des planètes plus lointaines associées à des enjeux scientifiques plus importants.

Programme soviétique : échec des missions habitées et succès des missions robotiques[modifier | modifier le code]

Le programme Zond doit préparer les missions lunaires habitées soviétiques. Mais pour différentes raisons les missions lunaires du programme sont un échec. Le programme lunaire habité soviétique est lui-même arrêté à la suite de défaillances répétées du lanceur N-1. Les Soviétiques décident de poursuivre l'exploration lunaire avec des sondes spatiales. Les sondes Luna 16 (1970), Luna 20 (1972) et Luna 24 (1976) parviennent à ramener un échantillon de quelques centaines de grammes du sol lunaire. Le , Lunokhod 1 est le premier véhicule robotisé à explorer sa surface[9]. Lunokhod 2 (1973) parcourt près de 40 km sur le sol lunaire[10].

Les missions américaines Clementine (1994) et Lunar Prospector (1999) découverte de l'eau dans les régions polaires[modifier | modifier le code]

Avec l'achèvement du programme Apollo (1972), la NASA abandonne l'étude de la Lune et consacre un budget, qui s'est par ailleurs fortement réduit, à l'exploration d'autres planètes du système solaire (Mars, Mercure puis les planètes externes). Durant près de 20 ans, les laboratoires qui avaient à leur disposition de nombreux échantillons de roches lunaires ramenées par les équipages du programme Apollo durent se baser sur les cartes établies par les missions Lunar Orbiter pour resituer ces roches dans un contexte géologique et minéralogique global. Ce n'est qu'au début des années 1990 que l'agence spatiale américaine s'intéresse de nouveau à la Lune.

La NASA lance en 1994 la sonde spatiale Clementine dont les caméras cartographient la surface de la Lune dans 11 longueurs d'onde entre l'ultraviolet et le proche infrarouge. La sonde spatiale identifie des traces d'eau sur la Lune, découverte à l'origine du projet Lunar Prospector. Cette dernière mission repose sur un concept imaginé en 1988 qui consiste à identifier les éléments chimiques présents à la surface de la Lune en analysant le rayonnement gamma, les neutrons et les rayons alpha émis. Cette méthode doit permettre de trouver l'eau éventuellement stockée dans les zones des cratères plongés en permanence dans l'obscurité[11].

Lunar Prospector détecte des traces d'hydrogène, au fond des cratères qui ne sont jamais éclairés par le soleil, qui pourraient indiquer la présence d'eau. L'analyse du rayonnement gamma a permis de cartographier la distribution du titane et du fer et d'autres éléments soit abondants soit présents à l'état de trace. La distribution d'un matériau lunaire baptisé KREEP ainsi que de la majorité des roches lunaires a pu être également établie. La carte du champ magnétique dressée à l'aide des instruments de Lunar Prospector montrent que le champ magnétique est élevé aux antipodes de Mare Imbrium et Mare Serenitatis. Elle a permis de mettre en évidence la plus petite magnétosphère jamais détectée. La carte du champ gravitationnel lunaire dressée à l'aide des instruments a mis en évidence 7 nouvelles anomalies et a démontré que la Lune avait un petit noyau riche en fer de 300 kilomètres de diamètre[12].

Les débuts des nouvelles puissances spatiales[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990/2000, on assiste à la montée en compétence de nouvelles puissances spatiales (Japon, Europe, Chine, Inde). Celles-ci lancent leurs premières sondes spatiales d'exploration des planètes et satellites du système solaire. Comme les Etats-Unis et l'Union soviétique, les agences spatiales de ces pays choisissent comme premier objectif la Lune. En effet sa proximité réduit les difficultés techniques (durée du transit, complexité des manœuvres, contrôle de l'engin en quasi temps réel).

Japon[modifier | modifier le code]

Le Japon est la première de ces nouvelles nations spatiales à se lancer dans l'exploration des planètes du système solaire. L'agence spatiale japonaise ISAS développe d'abord un démonstrateur technologique Hiten (MUSES-A) qui est placé en orbite en 1990. Celui-ci comprend un vaisseau mère de 193 kilogrammes placé sur une orbite terrestre haute permettant le survol de la Lune et un sous-satellite de 11 kg qui devait être largué puis freiner afin de se placer en orbite autour de la Lune. Les deux engins n'emportent aucun instrument scientifique hormis un détecteur de micro-météorites. Bien que la mission soit émaillée d'incidents, les objectifs de mise au point des techniques de vol interplanétaire sont à peu près remplis[13]. Au début des années 2000 l'agence spatiale japonaise se lance dans le développement d'une véritable sonde spatiale lunaire LUNAR-A. Celle-ci comprend un orbiteur emportant deux pénétrateurs qui devaient être largués depuis l'orbite lunaire et s'enfoncer dans le sol lunaire. Chaque pénétrateur embarquait un sismomètre et un instrument de mesure des flux thermiques internes dans le but de mesurer l'activité sismique et fournir des éléments sur la structure interne de notre satellite. Après 10 ans de développement, le projet est abandonné en 2007 à la suite des difficultés de mise au point des pénétrateurs. Quelques mois seulement après l'annulation de Lunar-A, l'ISAS lance en octobre 2007 immédiatement après l'annulation de Hiten la sonde spatiale SELENE/Kaguya. Cet engin lourd de 3 tonnes emportant une quinzaine d'instruments scientifiques dont deux sous-satellites est placé en orbite lunaire et étudie la planète et son environnent de décembre 2017 à juin 2019. La mission qui est un succès collecte des données très détaillées sur la surface de la Lune (topographie, composition du sol) ainsi que sur l'environnement de la Lune (plasma, champs magnétique et gravitationnel)[14]. Le développement de son successeur SELENE-2, un atterrisseur qui pourrait se poser dans les du régions de latitude moyenn lunaire vers 2020, est abandonné en 2015[15].

Agence spatiale européenne[modifier | modifier le code]

La sonde européenne SMART-1 s'insère en orbite autour de la Lune avec succès le , Il s'agit surtout d'un démonstrateur technologique qui prouve que la propulsion électrique peut être utilisée sur des sondes spatiales.

Chine[modifier | modifier le code]

La Chine se lance de manière méthodique dans l'exploration du système solaire en mettant sur pied un programme d'exploration lunaire. Elle lance tout d'abord en 2007 un orbiteur Chang'e 1. En 2010, la Chine envoie une seconde sonde, Chang'e 2, qui entre en orbite autour de la lune le , elle est ensuite envoyée au point de Lagrange 2 qu'elle atteint le 25 août 2011. La sonde Chang'e 3 lancée le emporte un astromobile (rover) baptisé Yutu qui se pose le 14 décembre de la même année dans la Mer des pluies pour une mission d'une durée de 3 mois. Chang'e 3 est le premier engin spatial à se poser en douceur sur la Lune depuis l'atterrissage de la sonde spatiale soviétique Luna 24 qui avait ramené un échantillon de sol lunaire en 1976. En janvier 2019, Chang'e 4 est le premier engin spatial à se poser sur la face cachée de la Lune.

Inde[modifier | modifier le code]

Article principal : Chandrayaan-1.

L'agence spatiale indienne, l'ISRO, commence à travailler sur un programme d'exploration du système solaire en 2002. L'agence spatiale décide en 2003 de porter ses premiers efforts sur la Lune avec une première sonde spatiale nationale, baptisée Chandrayaan-1, à compter de 2003. Celle-ci est lancée en 2008 et se place en orbite autour de la Lune. Les 11 instruments fournis pour moitié par la NASA et l'Agence spatiale européenne réalisent un certain nombre de découvertes scientifiques telles que la mesure de signatures signalant la présence d'eau, l'observation de tubes formées par la lave, la mise en évidence d'un volcanisme récent, etc. Toutefois la mission s'achève de manière prématurée : une panne, qui se produit 9 mois après le lancement, entraine l'interruption de la mission dont la durée initiale était de 2 ans[16],[17]..

Israël[modifier | modifier le code]

Israël apporte sa contribution à l'exploration spatiale par le projet Beresheet, à l'initiative de l'organisation privée SpaceIL et de la société Israel Aerospace Industries. La sonde Beresheet est lancée le 22 février 2019 depuis Cape Canaveral par une fusée SpaceX Falcon 9. Le 4 avril 2019 la sonde se place en orbite elliptique autour de la Lune, puis réalise plusieurs manœuvres pour préparer son alunissage mais ne parvient pas à se poser comme prévu le 11 avril 2019 sur la Mer de la Sérénité. La sonde mesure la taille d'une "machine à laver". Elle pèse à vide 150 kg, auxquels s'ajoutent 435 kg de carburant (méthylhydrazine) et de comburant (mélange d'oxydes d'azote). Elle emporte un magnétomètre conçu par l'Institut Weizmann, pour effectuer des mesures du champ magnétique de la Lune pendant les heures qui suivront l'alunissage. Beresheet emporte aussi un réflecteur fourni par la NASA qui permettra des mesures par Laser de la distance Terre-Lune.

Des astronautes américains à nouveau à la surface de la Lune ?[modifier | modifier le code]

Programme Constellation[modifier | modifier le code]

Article principal : Programme Constellation.
Concept du module lunaire Altair (à gauche) et du vaisseau Orion.

En janvier 2004, le président Bush décide de relancer les vols habités vers les autres astres en donnant le coup d'envoi au programme Constellation. Celui-ci prévoit à l'époque le retour d'astronautes sur notre satellite à l'horizon 2018/2020 pour un budget évalué à 104 milliards de dollars. Pour préparer ces missions, une série de sondes regroupées au sein du programme Lunar Precursor Robotic ou faisant partie du programme Discovery sont développées. LCROSS (2009) recherche la trace de présence d'eau dans les zones plongées en permanence dans l'obscurité près des pôles [18]. LRO (2009) a également cette mission mais remplit également des objectifs de cartographie, mise au point de système géodésique[19]... GRAIL (2011) doit dresser une carte détaillée du champ de gravité lunaire pour déterminer la structure interne de la Lune et optimiser la trajectoire des engins spatiaux[20]. LADEE (2011) doit étudier l'atmosphère lunaire avant que les activités humaines ne la modifient trop[21].

Décollage d'Ares I-X.

Le programme Constellation prévoit le développement de deux nouveaux lanceurs — Ares I et Ares V — ainsi que de deux véhicules spatiaux : Orion, qui serait fabriqué par Lockheed Martin et qui reprend l'architecture du vaisseau Apollo, et le module lunaire Altair, susceptible de déposer quatre astronautes sur la Lune à partir de juin 2019 (voir le planning des missions élaboré en 2006).

Le premier vol de la fusée Ares I, la mission Ares I-X, a lieu avec succès le . Mais fin 2009, le programme Constellation est remis en cause par la commission Augustine chargée d’examiner le programme spatial habité américain et le 1er février 2010, le président Obama annonce son intention de stopper le programme pour des raisons budgétaires, ce qu'il confirme le 11 octobre 2010. Toutefois, le développement du vaisseau Orion est maintenu pour des missions au-delà de l'orbite basse qui sont programmées au début des années 2020.

Après de nombreux reports de dates, il est prévu que le premier vol d'Orion autour de la lune se déroulera en 2020 pour une mission inhabitée. Le premier vol habité est quant à lui prévu pour 2023, avec un équipage de quatre astronautes. Mais le 13 mars 2019, Jim Brandenstein, administrateur de la NASA, annonce que la société Boeing, qui développe la fusée SLS depuis 2011 pour la Nasa, n'est pas en situation d'assurer le premier vol en 2020[22].

La station spatiale lunaire (2017-?)[modifier | modifier le code]

Le vice président Pence en 2017 accompagné de plusieurs astronautes.
Article principal : Lunar Orbital Platform-Gateway.

En avril 2017, la NASA précise la stratégie de son programme spatial habité. Elle annonce le développement d'une station spatiale placée en orbite lunaire baptisée Deep Space Gateway (DSG). Celle-ci pourra accueillir des équipages pour une durée de 42 jours. Elle comprendra un module d'habitation, un module de propulsion et peut être un module servant de sas. La DSG sera assemblée à partir de composants transportés par le futur lanceur lourd SLS et elle sera desservie par le vaisseau Orion. Dans une première phase du programme, les équipages qui devraient occuper la station à partir de 2025 l'utiliseront pour apprendre à vivre et à travailler en orbite lunaire. Cette phase permettra également de pratiquer les rendez-vous entre vaisseaux loin de l'orbite terrestre basse. La NASA souhaite à ce stade faire appel aux entreprises privées et aux partenaires internationaux pour les missions de ravitaillement. Ces missions sont un préambule à l'envoi de missions vers Mars constituant la phase ultime du programme. Pour convoyer les équipages, il est prévu de développer un vaisseau spatial de grande taille, le Deep Space Transport. Celui-ci sera convoyé jusqu'à la station lunaire après un lancement par le SLS puis sera ravitaillé avant d'être lancé vers Mars avec un équipage de 4 à 5 personnes[23],[24],[25]. La station spatiale lunaire doit permettre de déposer un équipage à la surface de la la Lune en 2028.

Un équipage à la surface de la Lune en 2024 ? (2019)[modifier | modifier le code]

Article principal : Programme Artemis.

En avril 2019, à quelques mois du cinquantième anniversaire de la mission Apollo 11 qui a vu le premier homme fouler le sol lunaire, le vice-président américain Mike Pence, après avoir adressé des reproches à la NASA et à ses sous-traitants pour le retard pris dans le développement du lanceur lourd SLS (la date du premier vol a glissé de 2017 à 2021), annonce que le président américain Donald Trump souhaite qu'un premier équipage soit déposé à la surface de la Lune dès 2024 soit quatre ans avant l'échéance prévue. Le site d'atterrissage serait situé près du pôle sud lunaire car celui-ci est à la fois un objectif scientifique important et recèle également des stocks d'eau qui peuvent être exploités pour optimiser les séjours sur la Lune[26].

Missions robotiques[modifier | modifier le code]

Article principal : Commercial Lunar Payload Services.

Après l'annulation en avril 2018 du projet Resource Prospector, dont l'objectif était de prospecter au sol les ressources lunaires à l'aide d'un rover lourd téléguidé, la direction de la NASA annonce qu'elle confiera la dépose de missions robotiques sur la surface lunaire à des sociétés privées dans le cadre d'un programme baptisé Commercial Lunar Payload Services à l'image de ce qui a été fait pour le ravitaillement et la relève des équipages de la Station spatiale internationale (programmes COTS et CCDeV). L'objectif du programme est de réduire les couts de l'exploration de la Lune et d'accélérer les missions de retour d'échantillons et de prospection de ressources ainsi que de promouvoir l'innovation et la croissance des sociétés commerciales du secteur[27].

Début juin 2019 la NASA sélectionne trois sociétés - Astrobotic, Intuitive Machines et OrbitBeyond - pour le développement d'un atterrisseur lunaire. Celles-ci vont recevoir 250 millions US$ en contrepartie de la dépose sur le sol de 23 charges utiles[28].

Les autres missions en cours de développement[modifier | modifier le code]

Programme spatial indien[modifier | modifier le code]

Article principal : Chandrayaan-2.

Les études sur Chandrayaan-2, successeur de Chandrayaan-1, démarrent avant même le lancement de cette dernière. Ses objectifs sont beaucoup plus ambitieux puisqu'elle vise à poser en douceur un engin spatial à la surface de la Lune et y déployer un astromobile. Au moment où le projet débute seuls les soviétiques et les américains sont parvenus à réaliser une mission similaire. Aussi l'agence spatiale indienne décide de développer Chandrayaan-2 avec l'aide de la Russie. Le , un accord de coopération est signé entre l'ISRO et l'agence spatiale russe Roscosmos au terme duquel l'agence spatiale indienne développe l'orbiteur et le rover tandis que la Russie développe l'atterrisseur qui doit déposer le rover indien sur le sol lunaire[29]. À la suite de l'échec de la mission russe Phobos-Grunt, les participants russes annoncent à leurs partenaires indiens qu'ils ne pourront respecter l'échéance fixée jusque-là à 2013 ni même celle de 2015 car l'atterrisseur russe utilise certains composants mis en cause dans l'échec de la sonde martienne. L'agence spatiale indienne décide en janvier 2013 de poursuivre seule le développement de Chandrayaan-2[30]. Dans ce nouveau contexte le lancement de la mission est repoussé à fin 2016/début 2017. Après une programmation du lancement en avril 2018[31]. La sonde spatiale comprend un orbiteur qui doit recueillir des données autour de la Lune pour une d'une durée de 1 an et un atterrisseur. Ce dernier doit se poser à la surface de notre satellite près de son pôle sud pour une mission d'une quinzaine de jours. Il emporte un petit astromobile (rover) d'une vingtaine de kilogrammes. La sonde spatiale a une masse d'environ 3 tonnes. Pour placer en orbite cette masse accrue le lanceur GSLV Mark II sélectionné à l'origine est remplacé par la version GSLV-Mk III[32].

Programme spatial chinois[modifier | modifier le code]

Après avoir déposé sur le sol lunaire deux rover - Chang'e 3 en 2013 et Chang'e 4 sur la face cachée de la Lune (une première) en 2019 - la Chine poursuit son ambitieux programme d'exploration lunaire avec la première de retour d'échantillon du sol lunaire Chang'e 5 dont la date de lancement est planifiée fin 2019. La sonde spatiale doit ramener sur Terre un échantillon du sol lunaire d'une masse pouvant atteindre deux kilogrammes. L'atterrisseur doit se poser sur le sol lunaire près du Mons Rümker dans l'océan des Tempêtes. La sonde spatiale d'une masse totale de 8,2 tonnes comprend également un orbiteur. Chacun des modules (orbiteur, atterrisseur et rover) emporte des instruments scientifiques. Il s'agit de la première mission de retour d'échantillons de sol lunaire depuis la mission soviétique Luna 24 qui a eu lieu en 1976. Une mission jumelle Chang'e 6 est programmée vers 2023/2024 et devrait collecter un échantillon de sol lunaire au pôle sud[33],[34].

Deux autres missions robotiques à destination du pôle sud de la Lune - Chang'e 7 et Chang'e 8 - sont prévues avant 2030. La Chine a des plans encore plus ambitieux comprenant l'installation d'un laboratoire fonctionnant de manière automatique à la surface de la Lune puis l'envoi de missions avec équipage à la surface de la Lune après 2030[35].

Programme spatial japonais[modifier | modifier le code]

L'agence spatiale japonaise JAXA/ISAS développe la mission SLIM comportant un atterrisseur dont le lancement doit intervenir en 2021. Son objectif est de démontrer qu'on peut faire atterrir un engin spatial sur des corps planétaires avec une grande précision (moins de 100 mètres d'écart). Le degré de précision visé est supérieur d'un ordre de grandeur aux performances des atterrisseurs lunaires précédents (~1 km).Ce petit atterrisseur d'environ 400 kg doit être lancé par une fusée Epsilon vers 2021. Le niveau de précision recherché permettra de déposer un engin spatial dans des sites présentant un grand intérêt scientifique comme la caverne de Marius Hills sur la Lune[36].

Programme spatial européen[modifier | modifier le code]

L'Agence spatiale européenne étudie depuis 2014 une mission lunaire baptisée HERACLES avec l'Agence spatiale japonaise (JAXA) et l'Agence spatiale canadienne. La mission reposerait sur une sonde spatiale lourde (8,5 tonnes) comprenant un rover qui serait déposé à la surface de la Lune et serait utilisé pour collecter des d'échantillons de sol lunaire qui serait ramené en orbite dans le cadre de la même mission. La mission s'appuierait sur la station spatiale lunaire développée à l'initiative de la NASA. La décision de développer la mission doit être prise en 2019 par le conseil des ministres européens[37].

Programme spatial russe[modifier | modifier le code]

La Russie étudie depuis 1997 plusieurs missions lunaires mais a du mal depuis cette époque à dégager un budget suffisant malgré des tentatives de coopération internationale avec l'Inde puis l'Europe. Le contenu des missions envisagées est régulièrement refondu et le calendrier repoussé. Le principal institut de recherche russe impliqué dans la définition des missions, l'IKI, et Roscosmos ont défini en 2016 les principaux objectifs du programme d'exploration russe : résoudre d'importantes questions scientifiques (origine et évolution de la Lune, caractéristiques des régions polaires, volatiles présents, exosphère et rayonnement) permettant de fournir les éléments indispensables (connaissances du terrain, ressources exploitables) aux futures missions avec équipage, ce programme des missions robotiques de complexité croissante tenant compte du niveau de maitrise technique des ingénieurs russes et des contraintes budgétaires. À terme, le programme doit permettre l'installation d'observatoires de l'espace profond et du système solaire et de laboratoires scientifiques. Pour remplir ces objectifs, les missions robotiques suivantes sont prévues (projection effectuée en 2016)[38] :

  • l'atterrisseur Luna-Glob (Luna 25) est un engin spatial léger qui doit effectuer une première analyse du régolithe lunaire dans les régions polaires jusqu'à une profondeur de 50 centimètres et collecter des données sur l'exosphère. Il doit également valider les techniques d'atterrissage et les systèmes de télécommunications qui seront mis en œuvre par les missions lunaires suivantes ;
  • l'orbiteur Luna Resours (Luna 26) doit être placé sur une orbite polaire de 100 km. Sa mission est de cartographier l'ensemble de la Lune, d'analyser l'exosphère et le plasma autour de la Lune, d'identifier des sites d'atterrissage dans les régions polaires et de servir de relais de télécommunications pour les missions au sol. Sa date de lancement est prévue vers 2020 ;
  • l'atterrisseur Luna Resours (Luna 27) est un engin plus lourd qui doit atterrir également dans la région du pôle sud. Il doit effectuer une analyse du régolithe lunaire jusqu'à une profondeur de 2 mètres et collecter des données sur l'exosphère. Sur le plan technologique il doit valider une technique d'atterrissage de haute précision permettant d'éviter les obstacles au sol. Il doit mettre en œuvre une foreuse capable de préserver la température des carottes de terrain prélevées. Sa date de lancement est prévue vers 2021 ;
  • la mission retour d'échantillon Luna Grunt (Luna 28) a pour objectif de ramener sur Terre des échantillons du sol lunaire dont la température a été préservée.

L'envoi d'un astromobile sur le sol lunaire (mission Luna 29) est prévu à une date ultérieure non précisée[38].

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

La Corée du Sud décide au milieu des années 2010 de lancer un programme d'exploration de la Lune. Le projet fait partie d'un plan de développement des activités spatiales coréennes qui doit être implémenté par l'agence spatiale sud-coréenne, le KARI. Ce plan repose sur la mise au point d'un lanceur national de moyenne puissance (KSLV-II). Le programme lunaire prévoit dans une première phase (2015-2018) le développement de l'orbiteur lunaire KPLO qui doit être lancé fin 2020. Les objectifs de cette mission sont de mettre au point les techniques nécessaires aux missions interplanétaires et de collecter des données scientifiques. La sonde spatiale d'une masse de 550 kg doit se placer sur une orbite polaire de 100 km pour une mission d'une durée d'un an. Le budget alloué à la mission est de 198 milliards de wons (environ 156 millions d'euros en 2016)[39].

La miniaturisation : vers un abaissement des couts des missions lunaires robotiques ?[modifier | modifier le code]

La miniaturisation des satellites, permise principalement par les progrès de l'électronique, a abouti à la construction de satellites de quelques dizaines de kilogrammes capables de remplir des taches opérationnelles en orbite terrestre. L'utilisation d'engins spatiaux de cette taille pour des missions interplanétaires est beaucoup plus complexe : nécessité d'un système propulsif efficace, enchainement de manoeuvres complexes, charge utile plus sophistiquée, environnement thermique plus agressif, distance pénalisante pour les télécommunications. Néanmoins plusieurs nano-satellites expérimentaux de moins de 10 kilogrammes de type CubseSat ont été lancés ou vont l'être au cours de la décennie 2010 pour remplir des missions interplanétaires. En particulier il est prévu de lancer en 2020 13 CubeSats 6U, embarqués en tant que charge utile secondaire, doivent être placés dans l'espace interplanétaire ou en orbite lunaire dans le cadre de la mission Exploration Mission 1 de la NASA. Parmi ces nano-satellites figurent plusieurs engins prenant en charge pour la première fois des missions d'exploration lunaire dévolues habituellement à des sondes spatiales "lourdes" :

  • Lunar IceCube est un CubeSat 6U de la NASA qui sera le premier satellite de cette taille embarquant un moteur ionique. Celui-ci d'une poussée d'un milliNewton a une impulsion spécifique de 2 130 secondes et utilise comme ergol de l'iodine. Le CubeSat emporte un spectromètre miniaturisé qui doit lui permettre d'analyser les volatiles à la surface de la Lune[40].
  • Lunar Flashlight est un CubeSat 6U de la NASA qui doit se placer sur une orbite particulièrement basse autour de la Lune et utiliser un laser fonctionnant en proche infrarouge pour permettre à un spectromètre embarqué d'effectuer des mesures des volatiles (dont l'eau) présents dans les régions polaires restant en permanence à l'ombre[41].
  • Lunar Polar Hydrogen Mapper est un CubeSat 6U de la NASA qui doit se placer sur une orbite basse autour de la Lune et utiliser un détecteur de neutrons à scintillation pour mesurer la proportion d'hydrogène présente dans la couche superficielle de la surface de la Lune et en déduire la proportion d'eau[42].
  • OMOTENASHI est un CubeSat 6U développé par l'agence spatiale japonaise (JAXA) qui doit démontrer la faisabilité d'un atterrisseur lunaire de très petite taille. Pour se poser sur la Lune l'engin utilise un moteur à propergol solide de 6 kg et un airbag (vitesse d'atterrissage 60 m/s)[43].
  • EQUULEUS est un CubeSat 6U développé conjointement par l'Université de Tokyo et l'agence spatiale japonaise (JAXA) qui doit mesurer la distribution du plasma dans l'environnement spatial de la Terre et valider l'utilisation de trajectoires à faible énergie pour se déplacer à proximité du point de Lagrange L2 du système Terre-Lune[43].

Chronologie des missions d'exploration de la Lune[modifier | modifier le code]

Chang'e 6SLIMKorea Pathfinder Lunar OrbiterChang'e 5Chandrayaan-2Luna 25Chang'e 4Lunar Reconnaissance OrbiterBeresheetChang e'1SELENEChang'e 3LADEEGRAILChang'e 2LCROSSSMART-1Lunar ProspectorClementineHitenLuna 24Luna 16Programme LunokhodLuna 16Programme ApolloProgramme SurveyorProgramme Lunar OrbiterProgramme ZondProgramme RangerProgramme LunaProgramme Pioneer

Missions en cours de développement ou à l'étude[modifier | modifier le code]

Missions en développement ou à l'étude (hors nano-satellites)(màj juin 2019)[44]
Date Mission Pays Type Statut
2019 Chandrayaan-2 Drapeau de l'Inde Inde Orbiteur , Rover En développement
2019 Chang'e 5 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Mission de retour d'échantillons En développement
2020 EM-1 Drapeau des États-Unis États-Unis Mission non-habitée en orbite circumlunaire En développement
2020 Korea Pathfinder Lunar Orbiter Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Orbiteur En développement
2021 SLIM Drapeau du Japon Japon Atterrisseur En développement
2021 Luna 25 (Luna-Glob) Drapeau de la Russie Russie Atterrisseur En développement
2023 EM-2 Drapeau des États-Unis États-Unis Mission habitée en orbite En développement
~2023 Chang'e 6 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Mission de retour d'échantillons En développement
~2023 Luna 26 Drapeau de la Russie Russie Orbiteur A l'étude
~2024 Luna 27 (Luna-Resours) Drapeau de la Russie Russie Atterrisseur A l'étude
~2025 Luna 28 (Luna-Grunt) Drapeau de la Russie Russie Mission de retour d'échantillon A l'étude


Chronologie des missions spatiales en cours ou passées[modifier | modifier le code]

Liste des missions habitées et robotiques d'exploration de la Lune[44] (en gras les premières réalisées, en grisé les échecs)
Mission Pays Date de lancement Type de mission Modèle de sonde Résultats
Luna 1A Drapeau de l'URSS Union soviétique 23 septembre 1958 Impact lunaire Ye-1 Échec au lancement (1er étage)
Luna 1B Drapeau de l'URSS Union soviétique 11 octobre 1958 Impact lunaire Ye-1 Échec au lancement (1er étage)
Luna 1C Drapeau de l'URSS Union soviétique 4 décembre 1958 Impact lunaire Ye-1 Échec au lancement (2e étage)
Luna 1 Drapeau de l'URSS Union soviétique 2 janvier 1959 Impact lunaire Ye-1 Échec partiel Survol de la Lune à une distance de 5 955 km
Pioneer 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 3 mars 1959 Survol Échec de la mise sur orbite. Passe à moins de 60,000 km de la Lune
Luna 2A Drapeau de l'URSS Union soviétique 18 juin 1959 Impact lunaire Ye-1A Échec au lancement (2e étage)
Luna 2 Drapeau de l'URSS Union soviétique 12 septembre 1959 Impact lunaire Ye-1A Succès. Premier objet artificiel sur le sol de la Lune
Luna 3 Drapeau de l'URSS Union soviétique 4 octobre 1959 Orbite circumlunaire Ye-2A Premières photos de la face cachée de la Lune
Luna 3A Drapeau de l'URSS Union soviétique 15 avril 1960 Orbite circumlunaire Ye-3 Échec au lancement (dernier étage)
Luna 3B Drapeau de l'URSS Union soviétique 19 avril 1960 Orbite circumlunaire Ye-3 Échec au lancement (1er étage)
Ranger 1 Drapeau des États-Unis États-Unis 23 août 1961 Qualification sonde lunaire Échec au lancement
Ranger 2 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 novembre 1961 Qualification sonde lunaire Échec au lancement
Ranger 3 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 novembre 1961 Impacteur Échec, mauvaise trajectoire
Ranger 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 23 avril 1962 Impacteur Échec, mauvaise trajectoire
Ranger 5 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 octobre 1962 Impacteur Échec, mauvaise trajectoire
Spoutnik 25 Drapeau de l'URSS Union soviétique 4 janvier 1963 Atterrisseur Ye-6 Échec. La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Luna 4A Drapeau de l'URSS Union soviétique 3 février 1963 Atterrisseur Ye-6 Le lanceur ne suit pas la trajectoire programmée
Luna 4 Drapeau de l'URSS Union soviétique 2 avril 1963 Atterrisseur Ye-6 Échec. Survol de la Lune à une distance de 833 km
Ranger 6 Drapeau des États-Unis États-Unis 30 janvier 1964 Impacteur Panne des caméras
Luna 5A Drapeau de l'URSS Union soviétique 21 mars 1964 Atterrisseur Ye-6 Le dernier étage lanceur ne parvient pas à atteindre l'orbite désirée
Luna 5B Drapeau de l'URSS Union soviétique 20 avril 1964 Atterrisseur Ye-6 Le quatrième étage du lanceur ne s'allume pas
Ranger 7 Drapeau des États-Unis États-Unis 28 juillet 1964 Impacteur Première sonde américaine à transmettre des images proches de la surface lunaire.
4 300 photographies pendant les 17 dernières minutes de vol.
Ranger 8 Drapeau des États-Unis États-Unis 17 février 1965 Impacteur Plus de 7 000 photographies pendant près de 23 minutes.
Ranger 9 Drapeau des États-Unis États-Unis 21 mars 1965 Impacteur 5 814 photographies pendant les 19 dernières minutes de vol.
Cosmos 60 Drapeau de l'URSS Union soviétique 12 mars 1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Luna 5C Drapeau de l'URSS Union soviétique 10 avril 1965 Atterrisseur Ye-6 Le dernier étage lanceur ne parvient pas à atteindre l'orbite désirée
Luna 5 Drapeau de l'URSS Union soviétique 9 mai 1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 6 Drapeau de l'URSS Union soviétique 8 juin 1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde passe au large de la Lune à une distance de 159 000 km
Luna 7 Drapeau de l'URSS Union soviétique 4 octobre 1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 8 Drapeau de l'URSS Union soviétique 3 décembre 1965 Atterrisseur Ye-6 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 9 Drapeau de l'URSS Union soviétique 31 janvier 1966 Atterrisseur Ye-6M Premier atterrissage en douceur et première photo prise depuis la surface de la Lune
Cosmos 111 Drapeau de l'URSS Union soviétique 1er mars 1966 Orbiteur Ye-6S La sonde reste bloquée sur l'orbite terrestre
Luna 10 Drapeau de l'URSS Union soviétique 31 mars 1966 Orbiteur Ye-6S Premier orbiteur, opérationnel jusqu'au 30 mai 1966
Surveyor 1 Drapeau des États-Unis États-Unis 30 mai 1966 Atterrisseur Premier atterrissage en douceur sur la Lune d'une sonde américaine. Actif jusqu'au 14 juillet 1966. 11 237 images envoyées.
Lunar Orbiter 1 Drapeau des États-Unis États-Unis 10 août 1966 Orbiteur Premier orbiteur américain, opérationnel du 18 au 29 août 1966
Luna 11 Drapeau de l'URSS Union soviétique 24 août 1966 Orbiteur Ye-6LF Opérationnel jusqu'au 31 octobre 1966
Surveyor 2 Drapeau des États-Unis États-Unis 20 septembre 1966 Atterrisseur échec
Luna 12 Drapeau de l'URSS Union soviétique 22 octobre 1966 Orbiteur Ye-6LS Photos prises depuis l'orbite lunaire
Lunar Orbiter 2 Drapeau des États-Unis États-Unis 6 novembre 1966 Orbiteur Opérationnel du 18 au 25 novembre 1966
Luna 13 Drapeau de l'URSS Union soviétique 21 décembre 1966 Atterrisseur Ye-6M Répétition de la mission Luna 9
Lunar Orbiter 3 Drapeau des États-Unis États-Unis 4 février 1967 Orbiteur Opérationnel du 15 au 23 février 1967
Cosmos 159 Drapeau de l'URSS Union soviétique 17 avril 1967 Orbiteur Ye-6LS Se place sur une mauvaise orbite terrestre
Surveyor 3 Drapeau des États-Unis États-Unis 17 avril 1967 Atterrisseur Actif jusqu'au 3 mai 1967. 6 315 images envoyées.
Lunar Orbiter 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 8 mai 1967 Orbiteur Opérationnel du 11 au 26 mai 1967
Surveyor 4 Drapeau des États-Unis États-Unis 14 juillet 1967 Atterrisseur Échec
Lunar Orbiter 5 Drapeau des États-Unis États-Unis Orbiteur Images en haute résolution. Opérationnel du 6 au 18 août 1967
Surveyor 5 Drapeau des États-Unis États-Unis 8 septembre 1967 Atterrisseur Actif jusqu'au 17 décembre 1967. 19 049 images envoyées.
Surveyor 6 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 novembre 1967 Atterrisseur Actif jusqu'au 24 novembre 1967. 29 814 images envoyées.
Le 17 novembre, redécolle et se repose 2,5 mètres plus loin.
Surveyor 7 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 janvier 1968 Atterrisseur Opérationnel jusqu'au 21 février 1968. 21 091 images envoyées.
Luna 14A Drapeau de l'URSS Union soviétique 7 février 1968 Orbiteur Ye-6LS Défaillance du troisième étage du lanceur
Luna 14 Drapeau de l'URSS Union soviétique 7 avril 1968 Orbiteur Ye-6LS Cartographie détaillée de la lune, mesure du champ de gravité, test futur système de télécommunications
Apollo 8 Drapeau des États-Unis États-Unis 21 décembre 1968 Mission habitée, survol Premier vol habité autour de la Lune (Borman, Lovell et Anders)
? Drapeau de l'URSS Union soviétique 19 février 1969 Rover lunaire Ye-8 Problème avec la coiffe du lanceur
Luna 15A Drapeau de l'URSS Union soviétique 14 juin 1969 Retour échantillon Ye-8-5 Échec
Apollo 10 Drapeau des États-Unis États-Unis 18 mai 1969 Mission habitée, orbiteur Répétition générale du premier débarquement sur la Lune (Stafford, Young et Cernan)
Luna 15 Drapeau de l'URSS Union soviétique 13 juillet 1969 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Apollo 11 Drapeau des États-Unis États-Unis 16 juillet 1969 Mission habitée, exploration surface Armstrong et Aldrin sont les premiers hommes sur la Lune
Cosmos 300 Drapeau de l'URSS Union soviétique 23 septembre 1969 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Cosmos 305 Drapeau de l'URSS Union soviétique 22 octobre 1969 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde ne parvient pas à quitter l'orbite terrestre
Apollo 12 Drapeau des États-Unis États-Unis 14 novembre 1969 Mission habitée, exploration surface Conrad et Bean retrouvent la sonde Surveyor 3
Luna 16A Drapeau de l'URSS Union soviétique 6 février 1970 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Apollo 13 Drapeau des États-Unis États-Unis 11 avril 1970 Mission habitée, exploration surface Échec. Retour de l'équipage sain et sauf
Luna 16 Drapeau de l'URSS Union soviétique 12 septembre 1970 Retour échantillon Ye-8-5 Un échantillon de sol de 101 g est ramené sur Terre
Luna 17 Drapeau de l'URSS Union soviétique 10 novembre 1970 Rover lunaire Ye-8 Le rover Lunokhod 1 fonctionne jusqu'au 14/9/1971, parcourt 10,5 km
Apollo 14 Drapeau des États-Unis États-Unis 31 janvier 1971 Mission habitée, exploration surface Shepard et Mitchell parcourent plus de 3 km
Apollo 15 Drapeau des États-Unis États-Unis 26 juillet 1971 Mission habitée, exploration surface 1ère utilisation d'un rover. Scott et Irwin parcourent 27,76 km
Luna 18 Drapeau de l'URSS Union soviétique 2 septembre 1971 Retour échantillon Ye-8-5 La sonde s'écrase sur le sol lunaire
Luna 19 Drapeau de l'URSS Union soviétique 28 septembre 1971 Orbiteur Ye-8LS Fonctionne jusqu'au 3/10/1972
Luna 20 Drapeau de l'URSS Union soviétique 14 février 1972 Retour échantillon Ye-8-5 Un échantillon de sol de 55 g est ramené sur Terre
Apollo 16 Drapeau des États-Unis États-Unis 16 avril 1972 Mission habitée, exploration surface 2ème utilisation d'un rover. Young et Duke parcourent 26,55 km
Apollo 17 Drapeau des États-Unis États-Unis 7 décembre 1972 Mission habitée, exploration surface 3ème utilisation d'un rover. Cernan et le géologue Schmitt, derniers hommes sur la Lune, parcourent 35,89 km (record).
Luna 21 Drapeau de l'URSS Union soviétique 8 janvier 1973 Rover lunaire Ye-8 Le rover Lunokhod 2 fonctionne jusqu'au 3 juillet 1973, parcourt au moins 37 km.
Luna 22 Drapeau de l'URSS Union soviétique 29 mai 1974 Orbiteur Ye-8LS Fonctionne jusqu'au 2/9/1975
Luna 23 Drapeau de l'URSS Union soviétique 2 novembre 1974 Retour échantillon Ye-8-5 La foreuse est endommagée ; aucun échantillon n'est ramené.
Luna 24A Drapeau de l'URSS Union soviétique 16 octobre 1975 Retour échantillon Ye-8-5M Échec
Luna 24 Drapeau de l'URSS Union soviétique 9 août 1976 Retour échantillon Ye-8-5M Un échantillon de 170,1 g est ramené sur Terre
Hiten Drapeau du Japon Japon 24 janvier 1990 Orbiteur, impacteur, survol Échec partiel
Clementine Drapeau des États-Unis États-Unis 25 janvier 1994 Orbiteur Première sonde lunaire lancée par la NASA depuis 20 ans
Lunar Prospector Drapeau des États-Unis États-Unis 7 janvier 1998 Orbiteur, impacteur Carte détaillée de la distribution des éléments chimiques présents à la surface de la Lune
Smart 1 Drapeau de l'Europe Europe 27 septembre 2003 Orbiteur Premier engin européen. Se déplaçant par profusion ionique, il se met en orbite lunaire 14 mois après son décollage
Kaguya Drapeau du Japon Japon 14 septembre 2007 Orbiteur Ét-udes sur la géomorphologie de la Lune.
Chang'e 1 Drapeau de la République populaire de Chine Chine 24 octobre 2007 Orbiteur Premier engin chinois autour de la Lune. Cartographie en trois dimensions jusqu'en 2009
Chandrayaan-1 Drapeau de l'Inde Inde 22 octobre 2008 Orbiteur Premier satellite indien. Plusieurs objectifs dont une cartographie du sol.
LRO Drapeau des États-Unis États-Unis 18 juin 2009 Orbiteur Observations extrêmement détaillées de la surface
LCROSS Drapeau des États-Unis États-Unis 18 juin 2009 Impacteur Analyse des débris de Lune soulevés par l'impact du dernier étage de la fusée porteuse.
Chang'e 2 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Orbiteur Images d'une résolution de 10 mètres pour celles prises à 100 km d'altitude, et 1,5 mètre pour celles photographiées à 15 km.
Artemis 1 et 2[Note 2] Drapeau des États-Unis États-Unis 15 septembre 2010 Orbiteur
GRAIL Drapeau des États-Unis États-Unis 10 septembre 2011 Orbiteur Relevé détaillé du champ de gravité de la Lune
LADEE Drapeau des États-Unis États-Unis 2 mai 2013 Orbiteur Étude de l'atmosphère ténue (exosphère) et de la poussière de la Lune en suspension
Chang'e 3 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Rover Premier atterrissage d'une sonde chinoise
Chang'e 4 Drapeau de la République populaire de Chine Chine Rover Premier atterrissage sur la face cachée
Beresheet Drapeau d’Israël Israël Atterrisseur La sonde s'écrase sur le sol lunaire

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 1892, le géologue américain Grove Karl Gilbert est le premier à attribuer la création de tous les cratères lunaires à des impacts en expliquant le mécanisme qui leur donne. Mais la théorie dominante au cours du demi-siècle suivant déclare que les cratères sont dus à des phénomènes volcaniques. L'astrophysicien et industriel Ralph Belknap Baldwin (en) apporte des arguments solides dans son ouvrage The Face of the Moon publié en 1949, fruit de ses observations et de ses connaissances dans le domaine des explosifs. À la fin des années 1950, cette explication par des impacts de météorites n'est pas encore totalement approuvée.
  2. Mise en orbite autour de la Lune de l'un des satellites de la mission THEMIS.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Don E. Wilhelms, To a Rocky Moon: A Geologist's History of Lunar Exploration, (lire en ligne), chap. 1 (« A Quiet Prelude 1892–1957 »), p. 28
  2. (en) Don E. Wilhelms, To a Rocky Moon: A Geologist's History of Lunar Exploration, (lire en ligne), chap. 1 (« A Quiet Prelude 1892–1957 »), p. 26-27
  3. (en) Don E. Wilhelms, To a Rocky Moon: A Geologist's History of Lunar Exploration, (lire en ligne), chap. 1 (« A Quiet Prelude 1892–1957 »), p. 19-20
  4. (en) Don E. Wilhelms, To a Rocky Moon: A Geologist's History of Lunar Exploration, (lire en ligne), chap. 3 (« The Earthbound View 1961–1963 »), p. 67-69
  5. (en) Loyd S. Swenson Jr.,James M. Grimwood,Charles C. Alexander (NASA), « This New Ocean: A History of Project Mercury - Redstone and Atlas », (consulté le 11 octobre 2009)
  6. (de) Berndt Leeitenberger, « Die Semjorka Trägerraket » (consulté le 16 mars 2011)
  7. David M. Harland, p. 43 op. cit.
  8. (en) Benn D. Martin, « The Mariner planetary communication systeme design », 15 mais 1961, p. 2
  9. Zarya : Luna 17 - Carrier for Lunokhod 1
  10. Zarya : Luna 21 - Carrier for Lunokhod 2
  11. (de) Bernd Leitenberger, « Lunar Prospector », sur Site de l'auteur (consulté le 12 avril 2018)
  12. (en) Alan B. Binder et al., « Lunar Prospector: Overview », Science, vol. 281, no 5382,‎ , p. 1475-1476 (DOI 10.1126/science.281.5382.1475, lire en ligne)
  13. (en) « Hiten », NASA - Catalogue NSSDC, (consulté le 27 novembre 2010)
  14. (en) Brian Harvey, Henk H F Smid et Theo Pirard, Emerging space powers : The new space programs of Asia, the Middle East ans South America, Springer Praxis, (ISBN 978-1-4419-0873-5), p. 62-67
  15. (ja) Tatsuaki Hashimoto, Ken Hoshino, Ootake Hisashi, Satoshi Tanaka, Masatsugu Otsuki, Hitoshi Morimoto, « SELENE-2プリプロジェクトの検討状況 ~合わせ技は難しそうだ~ » [PDF], JAXA,‎ , p. 9
  16. (en) Brian Harvey, Henk H F Smid et Theo Pirard, Emerging space powers : The new space programs of Asia, the Middle East ans South America, Springer Praxis, (ISBN 978-1-4419-0873-5), p. 215-219
  17. (en) « Chandrayaan-2 », sur EO Portal, Agence spatiale européenne,
  18. (en) « LCROSS.Astronomer.Justification.v4 », NASA
  19. NASA : site LRO
  20. JPL : Lunar GRAIL
  21. Site officiel NASA sur LADEE
  22. De nouveaux retards pour la fusée de la Nasa, 24 heures, 13 mars 2019
  23. (en) Jason Davis, « NASA unveiled new plans for getting humans to Mars, and hardly anyone noticed », Planetary Society, .
  24. (en) Kathryn Hambleton, « Deep Space Gateway to Open Opportunities for Distant Destinations », sur www.nasa.gov, NASA (consulté le 5 avril 2017).
  25. Jason Crusan Robyn Gatens, « Cislunar Habitation & Environmental Control & Life Support System », sur www.nasa.gov, NASA (consulté le 31 mars 2017).
  26. (en) Casey Dreier, « T-minus Five Years and Counting - Can NASA return astronauts to the Moon by 2024? », The Planetary Society,
  27. (en) Stephen Clark, « NASA cancels lunar rover, shifts focus to commercial moon landers », sur spaceflightnow.com,
  28. (en) Stephen Clark, « NASA picks three companies to send commercial landers to the moon », sur spaceflightnow.com,
  29. (en) « India, Russia to expand n-cooperation, defer Kudankulam deal », Earthtimes.org,
  30. (en) R. Ramachandran, « Chandrayaan-2: India to go it alone », sur The Hindu,
  31. (en) Emily Lakdawalla, « India's Chandrayaan-2 mission preparing for March 2018 launch », The Planetary Society,
  32. (en) Emily Lakdawalla, « Chandrayaan-2 launch delayed to 3 January 2019 », The Planetary Society,
  33. (en) Patric Blau, « Chang’e 5 Spacecraft Overview », sur spaceflight101.com (consulté le 26 septembre 2017)
  34. (en) Andrew Jones, « China's lunar sample return mission will pave way for future ambitions », The Planetary Society,
  35. (en) « Deep Space Exploration Road Map », {Committee on the Peaceful Uses of Outer Space,
  36. (en) Shin-ichiro Sakai et Shujiro Sawi, « Introduction of SLIM, a small and pinpoint lunar lander »,
  37. (en) H. Hiesinger, M. Landgraf et W. Carey (mars 2019) « HERACLES:An ESA-JAXA-CSA Joint Study on Returning to the Moon » (pdf) dans 50th Lunar and Planetary Science Conference 2019 : 2 p.. 
  38. a et b (en) Maxim Litvak, « Russian Lunar Exploration Missions », Roscosmos,
  39. (en) Gwanghyeok Ju et Kyeong-‐Ja Kim, « Lunar Program Status and Lunar Science Research AcHviHes in Korea », KARI, (consulté le 13 novembre 2016)
  40. (en) « Lunar IceCube », sur EO Portal, Agence spatiale européenne (consulté le 24 septembre 2018)
  41. (en) « Lunar Flashlight », sur NASA/JPL, Jet Propulsion Laboratory (consulté le 25 septembre 2018)
  42. (en) « LunaH-Map: University-Built CubeSat to Map Water-Ice on the Moon », sur NASA/JPL, NASA,
  43. a et b (en) « EQUULEUS and OMOTENASHI », sur EO Portal, Agence spatiale européenne (consulté le 25 septembre 2018)
  44. a et b (en) « Lunar exploration timeline », Lunar and Planetary Institute (consulté le 15 décembre 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages scientifiques
  • Peter Bond (trad. Nicolas Dupont-Bloch), L'exploration du système solaire [« exploring the solar system »], De Boeck, (1re éd. 2012), 462 p. (ISBN 978-2-8041-8496-4)
  • (en) Philip Stooke, The International Atlas of Lunar Exploration, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-81930-5)
  • David Whitehouse (trad. Charles Frankel), Lune la Biographie autorisée, Dunod, , 252 p. (ISBN 978-2-10-051547-9)
Missions soviétiques
  • (en) Brian Harvey, Soviet and russian lunar exploration, Springer Praxis, (ISBN 0-387-21896-3)
Programme Apollo

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Généralités

Union soviétique

USA (principaux programmes)

Chine

Japon

Inde

Liens externes[modifier | modifier le code]