Neptune (planète)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Neptune Neptune : symbole astronomique
Image illustrative de l’article Neptune (planète)
Neptune vue par la sonde Voyager 2 en 1989.
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe 4 498 400 000 km
(30,069 9 au)
Aphélie 4 537 000 000 km
(30,328 au)
Périhélie 4 459 800 000 km
(29,811 6 au)
Circonférence orbitale 28 263 700 000 km
(188,931 au)
Excentricité 0,00859
Période de révolution 60 216,8 d
(≈ 164.86 a)
Période synodique 367,429 d
Vitesse orbitale moyenne 5,432 48 km/s
Vitesse orbitale maximale 5,479 5 km/s
Vitesse orbitale minimale 5,386 1 km/s
Inclinaison sur l’écliptique 1,77°
Nœud ascendant 131,784°
Argument du périhélie 273,2°
Satellites connus 14, notamment Triton.
Anneaux connus 5 principaux.
Caractéristiques physiques
Rayon équatorial 24 764 ± 15 km
(3,883 Terres)
Rayon polaire 24 341 ± 30 km
(3,829 Terres)
Rayon moyen
volumétrique
24 622 km
(3,865 Terres)
Aplatissement 0,0171
Périmètre équatorial 155 597 km
Superficie 7,640 8×109 km2
(14,98 Terres)
Volume 62,526×1012 km3
(57,74 Terres)
Masse 102,43×1024 kg
(17,147 Terres)
Masse volumique globale 1 638 kg/m3
Gravité de surface 11,15 m/s2
(1,14 g)
Vitesse de libération 23,5 km/s
Période de rotation
(jour sidéral)
0,671 25 d
(16 h 6,6 min)
Vitesse de rotation
(à l’équateur)
9 660 km/h
Inclinaison de l’axe 28,32°
Ascension droite du pôle nord 299,36°
Déclinaison du pôle nord 43,46°
Albédo géométrique visuel 0,41
Albédo de Bond 0,29
Irradiance solaire 1,51 W/m2
(0,001 Terre)
Température d’équilibre
du corps noir
46,6 K (−226,4 °C)
Température de surface
• Température à 10 kPa 55 K (−218 °C)
• Température à 100 kPa 72 K (−201 °C)
Caractéristiques de l’atmosphère
Masse volumique
à 100 kPa
0,45 kg/m3
Hauteur d'échelle 19,1 à 20,3 km
Masse molaire moyenne 2,53 à 2,69 g/mol
Dihydrogène H2 80 ± 3,2 %
Hélium He 19 ± 3,2 %
Méthane CH4 1,5 ± 0,5 %
Deutérure d'hydrogène HD 190 ppm
Ammoniac NH3 100 ppm
Éthane C2H6 2,5 ppm
Acétylène C2H2 100 ppb
Histoire
Découverte par Urbain Le Verrier (calcul),
Johann Gottfried Galle (obs.) sur les indications d'Urbain Le Verrier.
Voir Découverte de Neptune.
Découverte le (calcul)[N 1]
(obs.)

Neptune est la huitième planète par ordre d'éloignement au Soleil et la plus éloignée connue du Système solaire[N 2]. Elle orbite autour du Soleil à une distance d'environ 30,1 UA (4,5 milliards de kilomètres), avec une excentricité orbitale moitié moindre que celle de la Terre et une période de révolution de 164,79 ans. Il s'agit de la troisième planète la plus massive du Système solaire et la quatrième plus grande par la taille — un peu plus massive mais un peu plus petite qu'Uranus. Par ailleurs, elle est la planète géante la plus dense.

N'étant pas visible à l'œil nu, Neptune est le premier objet céleste et la seule des huit planètes du Système solaire à avoir été découverte par déduction plutôt que par observation empirique. En effet, l'astronome français Alexis Bouvard avait noté des perturbations gravitationnelles inexpliquées sur l'orbite d'Uranus et conjecturé au début du XIXe siècle qu'une huitième planète, plus lointaine, pouvait en être la cause. Les astronomes britannique John Couch Adams en 1843 et français Urbain Le Verrier en 1846 calculèrent indépendamment la position prévue de cette hypothétique planète. Grâce aux calculs de ce dernier, elle est finalement observée pour la première fois le par l'astronome prussien Johann Gottfried Galle, à un degré de la position prédite. Bien que Galle ait utilisé les calculs de Le Verrier pour découvrir la planète, la paternité de la découverte entre Adams et Le Verrier a longtemps été disputée. Sa plus grande lune, Triton, est découverte 17 jours plus tard par William Lassell. Depuis 2013, on connaît 14 satellites naturels de Neptune. La planète possède également un système d'anneaux faible et fragmenté et une magnétosphère.

La distance de la planète à la Terre lui donnant une très faible taille apparente, son étude est difficile avec des télescopes situés sur la Terre. Neptune est visitée une seule fois lors de la mission Voyager 2, qui en réalise un survol le . L'avènement du télescope spatial Hubble et des grands télescopes au sol à optique adaptative a ensuite permis des observations détaillées supplémentaires.

Comme Jupiter et Saturne, l'atmosphère de Neptune est composée principalement d'hydrogène et d'hélium avec des traces d'hydrocarbures et peut-être d'azote, bien qu'elle contienne une proportion plus élevée de « glaces » au sens astrophysique, c'est-à-dire de substances volatiles telles que l'eau, l'ammoniac et le méthane. Cependant, comme Uranus, son intérieur est principalement composé de glaces et de roches, d'où leur nom de « géantes de glace ». Par ailleurs, le méthane est partiellement responsable de la teinte bleue de l'atmosphère de Neptune, bien que l'origine exacte de ce bleu azur reste encore inexpliquée. Aussi, contrairement à l'atmosphère brumeuse et relativement sans relief d'Uranus, l'atmosphère de Neptune présente des conditions météorologiques actives et visibles. Par exemple, au moment du survol de Voyager 2 en 1989, l'hémisphère sud de la planète présentait une Grande Tache sombre comparable à la Grande Tache rouge sur Jupiter. Ces conditions météorologiques sont entraînées par les vents les plus forts connus du Système solaire, avec des vitesses atteignant jusqu'à 2 100 km/h. En raison de sa grande distance du Soleil, l'atmosphère extérieure de Neptune est l'un des endroits les plus froids du Système solaire, avec des températures au sommet des nuages approchant 55 K (-218,15 °C).

Elle porte le nom de Neptune, le dieu des mers dans la mythologie romaine, et a pour symbole astronomique ♆, une version stylisée du trident du dieu.

Découverte[modifier | modifier le code]

Premières apparitions[modifier | modifier le code]

Neptune n'est pas visible à l'œil nu[1],[2] ; il a donc fallu l'invention du télescope pour pouvoir l'observer[3]. Pourtant, cette découverte se démarque de celle des autres planètes car elle est avant tout mathématique : elle a été faite par le calcul à partir de la trajectoire et des caractéristiques d'Uranus[2]. Ainsi, le télescope n'a ensuite servi qu'à la confirmation de la découverte[3].

Plusieurs astronomes ont cependant, avant sa découverte au XIXe siècle, pu l'observer sans pour autant noter qu'il s'agissait d'une planète. Ainsi, les dessins astronomiques de Galilée montrent qu'il a observé Neptune le alors qu'elle apparaît en conjonction avec Jupiter. La planète est alors répertoriée comme une simple étoile fixe[4]. Il la remarque de nouveau dans le ciel un mois plus tard, le , et une étude de 2009 avance qu'il aurait même constaté qu'elle avait bougé par rapport à une étoile voisine[5],[6]. Ainsi, ce ne pouvait pas être une étoile fixe mais Galilée ne tire aucune conclusion et ne l'évoque plus par la suite. Comme il a alors pensé n'observer qu'une étoile, il n'est pas crédité de sa découverte[6]. Neptune a également été observée par Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande (1732 – 1807) en 1795[7] et par John Herschel, fils de William Herschel qui avait auparavant découvert Uranus, en 1830 sans qu'ils ne notent non plus rien de particulier, la prenant aussi pour une étoile[8].

Cependant, les mathématiciens commencent dès 1788 à observer que la récemment découverte planète Uranus ne possède pas une orbite semblant se conformer aux modèles existants[3]. Aussi, plus le temps passe et plus l'erreur entre la position annoncée de l'astre et celle relevée augmente. Jean-Baptiste Joseph Delambre tente d'expliquer les anomalies en ajoutant l'influence gravitationnelle de Jupiter et Saturne dans ses calculs. Ses tables sont alors plus précises, mais ne permettent toujours pas de prévoir le mouvement de la planète à long terme[9],[10]. En 1821, l'astronome français Alexis Bouvard publie de nouvelles tables en utilisant 17 observations étalées sur les 40 années écoulées depuis sa découverte pour tenter, en vain, d'expliquer l'orbite d'Uranus[11],[12]. Des observations ultérieures révèlent des écarts substantiels par rapport aux tables, conduisant Bouvard à émettre l'hypothèse qu'un corps inconnu perturberait l'orbite par interaction gravitationnelle[13].

Recherche d'une planète transuranienne[modifier | modifier le code]

Lors d'une réunion de la British Science Association, George Biddell Airy rapporte que les tables de Bouvard étaient erronées de l'ordre d'une minute de degré[14]. Principalement deux hypothèses s'opposèrent alors : celle de Bouvard de l'existence d'une autre planète encore inconnue, qui pourrait affecter les mouvements d'Uranus, ou celle d'une remise en cause de la loi universelle de la gravitation, proposée par Airy — selon lui, la loi de gravitation perdrait de sa validité au fur et à mesure que l'on s'éloigne du Soleil[9],[3]. Cependant, l'existence d'une nouvelle planète trans-uranienne fait consensus pour la plupart des astronomes pour expliquer les perturbations du mouvement d'Uranus[3],[15].

Étudiant à Cambridge, John Couch Adams trouve le le rapport d'Airy concernant le problème de l'orbite d'Uranus et est intéressé par la question[15]. En 1843, une fois ses études finies, il se met au travail et s'appuie sur la loi de Titius-Bode pour obtenir une première approximation de la distance de cette nouvelle planète au Soleil[2],[14],[9]. Dans la mesure où la plupart des planètes — sauf Mercure — possèdent une orbite faiblement excentrique, il suppose également que son orbite est circulaire afin de simplifier les calculs[14]. Il termine ses travaux deux ans plus tard, en ayant déterminé la position de Neptune avec une erreur de moins de deux degrés à la position réelle, mais il lui faut encore confirmer par observation[16],[17]. James Challis, directeur de l'observatoire de Cambridge, le renvoie à l'astronome royal Sir George Biddell Airy. Cependant, Airy émet dans un premier temps des doutes sur les travaux de son jeune collègue[2],[3],[18].

Parallèlement, en France, François Arago — alors directeur de l'observatoire de Paris — encourage le mathématicien Urbain Le Verrier, spécialisé en mécanique céleste, à déterminer les caractéristiques de cette huitième planète[14]. Il commence ses travaux sur Uranus en 1845 et, ignorant totalement ceux d'Adams, utilise une méthode différente et indépendante[2],[15], puis publie ses premiers résultats le dans Premier Mémoire sur la Théorie d'Uranus, puis dans Recherche sur les Mouvements d'Uranus le [19].

Airy, remarquant les travaux de l'astronome français, fait le parallèle avec ceux d'Adams et entre en contact avec Le Verrier[15]. Ce dernier lui demande à son tour d'effectuer les recherches de la planète à l'aide des calculs qu'il vient de publier, mais Airy refuse[14]. Finalement, sous la pression de George Peacock, Airy demande à James Challis le d'entreprendre la recherche du nouvel astre au télescope[3]. Adams, informé par le directeur de Cambridge, fournit de nouvelles coordonnées à Challis, en précisant que l'objet serait de magnitude 9, mais Airy propose à Challis d'observer une large portion du ciel et jusqu'à une magnitude 11[20]. Cette méthode demande à Challis beaucoup plus de temps d'observation, d'autant plus qu'il ne disposait pas de cartes fiables de la zone à observer. Challis commence ses recherches le puis parcourt le ciel en août et en septembre, sans réussir à l'identifier[20],[21].

Découverte de la planète[modifier | modifier le code]

Schéma représentant les vecteurs expliquant l'influence de Neptune sur l'orbite d'Uranus.
Perturbations d'Uranus dues à la présence de Neptune (non à l'échelle).

Le Verrier communique ses résultats définitifs à l'Académie des sciences le [12]. Devant le peu d'enthousiasme des astronomes français[22], il décide de faire alors appel à une de ses connaissances : l'astronome prussien Johann Gottfried Galle, de l'observatoire de Berlin[3],[23]. Heinrich d'Arrest, étudiant à l'observatoire, suggère à Galle de comparer une carte du ciel récemment dessinée dans la région de l'emplacement prédit par Le Verrier avec le ciel actuel, pour rechercher le déplacement caractéristique d'une planète, par opposition à une étoile[23],[24].

Le , Galle reçoit par lettre la position de la planète[3]. Il découvre Neptune le soir même, en pointant son télescope à l'endroit indiqué[2] ; elle se trouve alors à seulement un degré de l'emplacement calculé par Le Verrier[12],[25]. Il l'observe à nouveau le lendemain, pour vérifier si l'astre a bien bougé, avant de confirmer qu'il s'agit bien de la planète recherchée[3],[23]. Triton, son plus gros satellite naturel, est découverte par William Lassell 17 jours après Neptune[26],[27].

Outre-Manche, la déception est grande. Challis, en revoyant ses notes, découvre qu'il avait observé Neptune deux fois, les 4 et , mais ne l'avait pas reconnue comme une planète car il lui manquait d'une carte stellaire à jour et qu'il était distrait par son travail simultané sur les observations de comètes[21],[28]. Par ailleurs, une vive rivalité nationaliste se lance entre les Français et les Britanniques afin d'attribuer la paternité de la découverte. Les Britanniques avancent les papiers d'Adams tandis que les Français réfutent en rappelant que seule une publication officielle peut valider la découverte, et refusent par principe que le nom d'Adams figure à côté de celui de Le Verrier dans les livres d'histoire[3]. En , Adams et Le Verrier se rencontrent pour la première fois à la British Association for the Advancement of Science, et entretiennent par la suite une relation amicale[29].

Finalement, un consensus international apparaît pour que Le Verrier et Adams aient un crédit conjoint. Cependant, depuis 1966, Dennis Rawlins remet en question la prétention d'Adams à la co-découverte, et la question a été réévaluée par les historiens avec le retour en 1998 des « Neptune papers » à l'Observatoire royal de Greenwich[30]. Après étude des documents, le compte rendu suggère que « Adams ne mérite pas le même crédit que Le Verrier pour la découverte de Neptune. Ce crédit appartient uniquement à la personne qui a réussi à la fois à prédire la position de la planète et à convaincre les astronomes de la rechercher »[N 3],[31].

Appellation[modifier | modifier le code]

Sculpture du dieu Neptune terrassant un monstre marin.
Neptune, dieu des mers, armé de son caractéristique trident (Louvre).

Peu de temps après sa découverte, Neptune est simplement appelée « la planète extérieure à Uranus » ou encore « planète Le Verrier ». La première suggestion de nom vient de Johann Galle, qui propose le nom Janus, du dieu romain des commencements et des fins, des choix et des portes[3],[23]. En Angleterre, Challis propose le nom d'Oceanus, un Titan fils d'Ouranos (équivalent grec d'Uranus)[3],[32].

Revendiquant le droit de nommer sa découverte, Le Verrier propose rapidement le nom Neptune pour cette nouvelle planète, tout en affirmant faussement[33] que cela avait été officiellement approuvé par le Bureau des longitudes[3],[34]. En , il change d'avis et cherche à nommer la planète Le Verrier, en son nom, ayant le soutien fidèle du directeur de l'observatoire, François Arago[3]. Cette suggestion rencontre cependant une vive résistance hors de France[35]. Les almanachs français réintroduisent le nom Herschel pour Uranus, d'après le découvreur de cette planète Sir William Herschel, et Leverrier pour la nouvelle planète[36].

Wilhelm von Struve se prononce en faveur du nom Neptune le à l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg[37],[36]. Aussi, Neptune devient rapidement le nom internationalement accepté. Dans la mythologie romaine, Neptune est le dieu de la mer, identifié au dieu grec Poséidon[38]. La demande d'un nom mythologique est par ailleurs en accord avec la nomenclature des autres planètes, qui, à l'exception de la Terre, sont nommées d'après la mythologie romaine[39].

La plupart des langues utilisent aujourd'hui une variante du nom Neptune pour la planète. En effet, dans les langues chinoises, en vietnamien, en japonais et en coréen, le nom de la planète est traduit par « étoile du roi de la mer » (海王星)[40]. En grec moderne, la planète a pour nom Poséidon (Ποσειδώνας / Poseidónas)[41]. En hébreu, רהב (Rahab), du nom d'un monstre marin mythique mentionné dans le Livre des Psaumes, est sélectionné lors d'un vote géré par l'Académie de la langue hébraïque en 2009 comme nom officiel de la planète — même si le nom נפטון (Neptun) reste couramment utilisé[42]. Finalement, en maori, nahuatl et gujarati, la planète prend respectivement le nom du dieu maori de la mer Tangaroa, du dieu de la pluie Tlāloc et du dieu hindou de l'océan Varun[40].

Après la découverte[modifier | modifier le code]

Dessin des orbites des planètes du Système solaire, la plus éloignée étant Neptune.
Dessin du Système solaire par Percival Lowell en 1903.

Neptune est la seule des huit planètes connues à avoir été découverte par le calcul mathématique plutôt que par l'observation empirique[43]. Contrairement aux sept autres planètes, Neptune n'est jamais visible à l'œil nu : sa magnitude apparente se situe entre 7,6 et 8,0[1] et en fait un astre environ quatre fois moins brillant que les plus pâles étoiles visibles à l'œil nu dont la magnitude apparente est de 6[44],[45]. Elle n'apparaît comme un disque bleu-vert qu'à travers un télescope[46].

Durant le XIXe siècle et le début du XXe siècle, les astronomes pensent que Neptune est, comme Uranus, une planète tellurique[47]. En 1909, les scientifiques croient observer, dans le spectre de Neptune, la bande verte caractéristique d'une présence de la chlorophylle, et l’hypothèse de la vie végétale sur cette planète est émise[47]. On s’aperçoit cependant quelques années plus tard que cette bande provenait en réalité de l'emploi de plaques orthochromatiques[47].

À la fin du XIXe siècle, il est suggéré que les irrégularités observées dans le mouvement d'Uranus et de Neptune découlent de la présence d'une autre planète encore plus éloignée[48]. Après des recherches approfondies, Pluton est découverte le au point de coordonnées fourni par les calculs de William Henry Pickering et Percival Lowell pour la Planète X[49]. Cependant, la nouvelle planète est trop lointaine pour générer les irrégularités observées dans le mouvement d'Uranus[50], tandis que celles observées pour Neptune découlaient d'une erreur dans l'estimation de la masse de la planète (qui a été identifiée avec la mission de Voyager 2)[51]. La découverte de Pluton est donc plutôt fortuite[50]. En raison de sa grande distance, la connaissance de Neptune reste faible au moins jusqu'en 1949, quand Gerard Kuiper découvre sa deuxième lune Néréide[52]. Dans les années 1970 et 1980, des indices sont obtenus sur la présence probable d'anneaux planétaires ou au moins de fragments autour de Neptune[53]. En 1981, une équipe menée par Harold Reitsema observe un troisième de ses satellites, Larissa[54],[55].

Statut[modifier | modifier le code]

Depuis sa découverte en 1846 jusqu'à la découverte de Pluton en 1930, Neptune était la planète la plus éloignée connue[2]. Avec cette découverte, Neptune devient l'avant-dernière planète, sauf pour une période de 20 ans entre 1979 et 1999, lorsque l'orbite elliptique de Pluton faisait qu'elle était plus proche du Soleil que Neptune[2],[56],[57]. Finalement, la découverte de la ceinture de Kuiper en 1992 conduit de nombreux astronomes à débattre de la question de Pluton et de savoir si elle doit toujours être considérée comme une planète ou comme comme intégrée à la ceinture de Kuiper[58],[59]. En 2006, l'Union astronomique internationale définit le mot « planète » pour la première fois, reclassant Pluton comme « planète naine » et faisant de Neptune à nouveau la planète la plus éloignée du Soleil[60],[61].

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Masse et diamètre[modifier | modifier le code]

Neptune et la Terre représentées à l'échelle côte à côte
Comparaison de taille entre Neptune et la Terre.

Avec une masse de 1,024×1026 kg[1], Neptune est un corps intermédiaire entre la Terre et les géantes gazeuses comme Jupiter ou Saturne. En effet, la masse neptunienne est 17 fois plus importante que celle de la Terre mais 1/19ème de la masse jovienne[2],[62],[N 4]. Le rayon équatorial de la planète est de 24 764 km, environ quatre fois celui de la Terre[2],[63]. Sa gravité à 1 bar est de 11,15 m/s2,[1], soit 1,14 fois la gravité de surface sur Terre, surpassée seulement par Jupiter dans le Système solaire[62].

Du fait de la compression gravitationnelle, Neptune est plus petite qu'Uranus (49 528 km de diamètre pour Neptune, contre 51 118 km pour Uranus) car elle est plus massive que cette dernière (Uranus possède une masse de 8,681×1025 kg)[64],[62].

Par ailleurs, Neptune et Uranus sont souvent considérées comme une sous-classe des planètes géantes, appelées « géantes de glaces » en raison de leur taille plus petite et de leur plus forte concentration de substances volatiles par rapport à Jupiter et Saturne[65]. Dans le cadre de la recherche d'exoplanètes, Neptune est utilisée comme métonymie : les corps découverts ayant une masse similaire sont en effet qualifiés de « Neptunes », par exemple les Neptunes chaudes ou froides[66],[67].

Structure interne[modifier | modifier le code]

Diagramme en coupe de Neptune, numéroté de l'extérieur vers l'intérieur.
Composition de Neptune :
1 - haute atmosphère ;
2 - atmosphère composée de gaz d'hélium, d'hydrogène et de méthane ;
3 - manteau composé de glaces d'eau, d’ammoniac et de méthane ;
4 - noyau rocheux.

La structure interne de Neptune serait similaire à celle d'Uranus[68]. Aussi, bien que sa densité soit trois fois plus faible que celle de la Terre, il s'agit de la planète géante la plus dense du Système solaire[69]. Cela implique qu'un plus large pourcentage de son intérieur est composé de glaces fondues et de matériaux rocheux. Ainsi, elle possède probablement un noyau solide composé de fer, de nickel et de silicates, d'une masse d'environ 1,2 fois celle de la Terre[70],[71]. La pression au centre serait d'environ 8 Mbar (800 GPa) — environ deux fois plus élevée qu'au centre de la Terre — et la température d'environ 8 100 K (7 826,85 °C) — soit plus que celle régnant dans le noyau interne terrestre et à la surface du Soleil[72],[73].

Au-dessus de ce noyau, à l'instar d'Uranus, Neptune pourrait présenter une composition assez uniforme (différentes glaces, hydrogène et hélium) et non pas une structure « en couches » comme Jupiter et Saturne[74]. Cependant, plusieurs modèles actuels de la structure d'Uranus et Neptune proposent l'existence de 3 couches : un cœur rocheux, une couche médiane allant de glacée à liquide et formée d'eau, de méthane et d'ammoniac, et une atmosphère d'hydrogène et d'hélium[71], bien que la réalité puisse être plus complexe[72].

En 1981, des études théoriques et des expériences réalisées par compression laser conduisent Marvin Ross, du laboratoire national Lawrence Livermore, à proposer que cette couche soit totalement ionisée et que le méthane y soit pyrolysé en carbone sous forme de métal ou de diamant[75]. Le méthane se décompose en carbone et en hydrocarbures. Ensuite, la précipitation du carbone libère de l'énergie — énergie potentielle gravitationnelle convertie en chaleur — entraînant des courants de convection qui libèrent les hydrocarbures dans l'atmosphère. Ce modèle expliquerait la présence d'hydrocarbures divers dans l'atmosphère de Neptune[75],[76].

En 2017, de nouvelles expériences simulant les conditions présumées régner vers 10 000 km sous la surface d'Uranus et de Neptune viennent conforter ce modèle en produisant des diamants de taille nanométrique[77]. Ces conditions de hautes température et pression ne peuvent pas être maintenues plus d'une nanoseconde sur Terre mais, dans les conditions régnant dans les atmosphère de Neptune ou d'Uranus, les nano-diamants auraient le temps de croître pour donner des pluies de diamants[78],[77],[79]. Il est également supposé que ce type de pluie de diamants se produise sur Jupiter et Saturne[80]. Aussi, le sommet du manteau peut être un océan de carbone liquide où les « diamants » solides flottent[81],[82],[83].

Le manteau équivaut à entre 10 et 15 masses terrestres et est riche en eau, en ammoniac et en méthane[84]. Comme il est d'usage en science planétaire, ce mélange est qualifié de glacé même s'il s'agit d'un fluide chaud et dense[85]. Ce fluide, qui a une conductivité électrique élevée, est parfois appelé océan eau-ammoniac[86]. Le manteau peut être constitué d'une couche d'eau ionique dans laquelle les molécules d'eau se décomposent en ions hydrogène et oxygène, et plus profondément en eau superionique, dans laquelle l'oxygène cristallise mais les ions hydrogène flottent librement dans le réseau d'oxygène[87].

Chaleur interne[modifier | modifier le code]

Quatre images de la planète montrant les structures nuageuses en rouge à divers endroits.
Quatre images prises à quatre heures d'intervalle chacune par Hubble (Wide Field Camera 3)[88].

Le climat varié de Neptune par rapport à Uranus est en partie dû à sa chaleur interne plus élevée. Les régions supérieures de la troposphère de Neptune atteignent une température basse de 55 K (-218,15 °C)[89]. À une profondeur où la pression atmosphérique est égale à bars (100 kPa), la température est de 72 K (-201,15 °C)[90]. Plus profondément à l'intérieur des couches de gaz, la température augmente de façon constante[89].

Comme pour Uranus, la source de ce réchauffement est inconnue. Cependant, l'écart est plus grand sur Neptune : si Uranus rayonne 1,1 fois plus d'énergie qu'elle n'en reçoit du Soleil, Neptune rayonne environ 2,61 fois plus d'énergie qu'elle n'en reçoit[91],[92],[93]. Ainsi, même si Neptune se trouve 50 % plus loin du Soleil qu'Uranus et ne reçoit donc que 40 % de sa lumière solaire, sa chaleur interne est suffisante pour générer les vents planétaires les plus rapides du Système solaire[94].

Selon les propriétés thermiques de son intérieur, la chaleur résultante de la formation de la planète peut être suffisante pour expliquer ce flux de chaleur actuel, bien qu'il soit difficile d'expliquer simultanément le manque de chaleur interne d'Uranus tout en observant la similitude apparente entre les deux planètes[95]. Il est aussi possible que les activités atmosphériques sur les deux géantes glacées soient plus dépendante de l'irradiation solaire que de la quantité de chaleur s'échappant de leur intérieur[95].

Atmosphère[modifier | modifier le code]

Le pôle nord de la planète est illuminé en rouge contrastant avec sa couleur bleue.
Image composite de lumière visible et infrarouge de Neptune, montrant des bandes de méthane (en rouge) dans son atmosphère. Par ailleurs, on voit quatre de ses lunes : Protée, Larissa, Galatée et Despina (par Hubble)[96].

L'atmosphère de Neptune, épaisse de plus de 8 000 km[68], est composée en volume d'environ 80 % d'hydrogène et de 19 % d'hélium avec de l'ordre de 1,5 % de méthane CH4— le fait que la somme fasse plus de 100 % est dû aux incertitudes sur ces proportions[1]. Des traces d'ammoniac (NH3), d'éthane (C2H6) et d'acétylène (C2H2) ont également été détectées[1]. Son atmosphère forme environ 5 % à 10 % de sa masse et représente 10 % à 20 % de son rayon[84].

La couleur bleue de Neptune provient principalement du méthane qui absorbe la lumière dans les longueurs d'onde du rouge[97]. En effet, des bandes d'absorption importantes de méthane existent à des longueurs d'onde du spectre électromagnétique supérieures à 600 nm[98]. Cependant, la couleur azur de l'atmosphère de Neptune ne peut être expliquée par le seul méthane — qui donnerait une couleur plus proche de l'aigue-marine d'Uranus — et d'autres espèces chimiques, pour l'heure non identifiées, sont certainement à l'origine de cette teinte particulière[99],[100]. En effet, la teneur en méthane atmosphérique de Neptune étant similaire à celle d'Uranus, elles auraient sinon la même couleur[101].

L'atmosphère de Neptune est divisée en deux régions principales : la basse troposphère, où la température diminue avec l'altitude, et la stratosphère, où la température augmente avec l'altitude[94]. La frontière entre les deux, la tropopause, se situe à une pression de 0,1 bars (10 kPa)[84]. La stratosphère cède ensuite la place à la thermosphère vers les pressions proches de 10-5 à 10−4 bars (1 à 10 Pa) puis passe progressivement à l'exosphère[94].

Zoom sur la planète et ses structures nuageuses, des ombres sont visibles.
Des bandes de nuages de haute altitude projettent des ombres sur les nuages inférieurs[102].

Les modèles suggèrent que la troposphère de Neptune est entourée de nuages de compositions variables selon l'altitude. Les nuages de niveau supérieur se trouvent à des pressions inférieures à un bar, où la température permet au méthane de se condenser[94]. Pour des pressions comprises entre un et cinq bars (100 et 500 kPa), ce sont des nuages d'ammoniac et de sulfure d'hydrogène qui se formeraient[103]. Au-dessus d'une pression de cinq bars, les nuages peuvent être constitués d'ammoniac, de sulfure d'ammonium, d'hydrogène sulfuré et d'eau. Plus profondément, vers 50 bars et là où la température atteint 0 °C, il serait possible de trouver des nuages de glace d'eau[103].

Des nuages de haute altitude sur Neptune ont été observés, projetant des ombres sur le pont nuageux opaque en dessous[102]. Il existe également des bandes nuageuses de haute altitude qui entourent la planète à une latitude constante. Ces bandes circonférentielles ont des largeurs de 50 et 150 km et se situent environ 50 et 110 km au-dessus du pont nuageux[104]. Ces altitudes correspondent à la troposphère, là où les phénomènes climatiques se produisent[102].

Les images de Neptune suggèrent que sa stratosphère inférieure est trouble en raison de la condensation de produits de la photolyse ultraviolette du méthane, comme l'éthane et l'éthyne[94],[74]. La stratosphère abrite également des traces de monoxyde de carbone et de cyanure d'hydrogène[105]. La stratosphère de Neptune est plus chaude que celle d'Uranus en raison de sa concentration élevée en hydrocarbures[94].

Pour des raisons qui restent obscures, la thermosphère est à une température anormalement élevée d'environ 750 K (476,85 °C), la planète étant trop loin du Soleil pour que cette chaleur soit générée par rayonnement ultraviolet[106],[107]. Le mécanisme de chauffage pourrait être l'interaction atmosphérique avec les ions dans le champ magnétique de la planète. Cela pourrait également être le résultat d'ondes de gravité qui se dissipent dans l'atmosphère. La thermosphère contient des traces de dioxyde de carbone et d'eau, qui peuvent avoir été déposées à partir de sources externes telles que les météorites et la poussière[105],[103]. Une ionosphère constituée de plusieurs couches a également été découverte entre 1 000 et 4 000 km au-dessus du niveau 1 bar[108].

La température mesurée dans les couches les plus supérieures de l'atmosphère est de l'ordre de 55 K (−218 °C), moyenne la plus basse mesurée sur une planète du Système solaire, après Uranus[1],[89].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat sur Neptune est caractérisé par d'importants systèmes de tempêtes, avec des vents dépassant les 2 000 km/h (environ 550 m/s), soit presque un flux supersonique dans l'atmosphère de la planète — où la vitesse du son est deux fois plus grande que sur Terre[109]. Ces vents sont par ailleurs les plus rapides du Système solaire[97]. En suivant le mouvement des nuages persistants, il a été observé que la vitesse du vent varie de 20 m/s lorsqu'ils vont vers l'est à 325 m/s lorsqu'ils vont vers l'ouest[110]. Au sommet des nuages, les vents dominants varient en vitesse de 400 m/s le long de l'équateur jusqu'à 250 m/s aux pôles[103]. La plupart des vents sur Neptune se déplacent dans une direction opposée à la rotation de la planète[111]. Le schéma général des vents montre également une rotation prograde aux latitudes élevées par rapport à une rotation rétrograde aux latitudes faibles. Cette différence de direction d'écoulement serait une sorte d'effet de peau et non le résultat de processus atmosphériques plus profonds[94].

Quatre images à un an d'écart de la même zone de la planète montrant qu'une tache diminue de taille.
Vortex noir disparaissant en quelques années, signe de la variabilité du climat sur Neptune[112].

Neptune diffère grandement d'Uranus par son niveau typique d'activité météorologique. En effet, il n'a été observé aucun phénomène comparable sur Uranus d'après les observations de Voyager 2 en 1986[113].

L'abondance de méthane, d'éthane et d'acétylène à l'équateur de Neptune est 10 à 100 fois supérieure à celle des pôles. Ceci est interprété comme une preuve de phénomènes similaires à une remontée d'eau à l'équateur provoquée par les vents puis d'une plongée d'eau près des pôles. En effet, la photochimie ne peut sinon pas expliquer la distribution sans circulation méridienne[94].

En 2007, il est découvert que la troposphère supérieure au pôle sud de Neptune est environ 10 degrés plus chaude que le reste de son atmosphère, qui a pour température moyenne environ 73 K (-200,15 °C)[89]. Le différentiel de température est suffisant pour permettre au méthane, qui est figé ailleurs dans la troposphère, de s'échapper dans la stratosphère près du pôle[114]. Ce point chaud relatif est dû à l'inclinaison axiale de Neptune, celle-ci exposant le pôle sud au Soleil pendant le dernier quart de l'année de Neptune, soit environ 40 années terrestres. Au fur et à mesure que Neptune se déplace lentement vers le côté opposé du Soleil, le pôle sud devient assombri et le pôle nord illuminé, ce qui provoque le déplacement de ce point chaud vers le pôle nord[115].

En raison des changements saisonniers, la planète entrant dans son printemps dans son hémisphère sud, les bandes nuageuses de l'hémisphère sud de Neptune augmentent en taille et en albédo. Cette tendance est observée pour la première fois en 1980, et devrait durer jusque dans les années 2020, du fait des saisons qui durent quarante ans sur Neptune en raison de sa longue période de révolution[116].

Tempêtes[modifier | modifier le code]

Lors du passage de Voyager 2 en 1989, la marque la plus distinctive de la planète était la « Grande Tache sombre », qui présentait à peu près la moitié de la taille de la « Grande Tache rouge » de Jupiter[2]. Cette tache était un gigantesque anticyclone couvrant 13 000 × 6 600 km qui pouvait se déplacer à plus de 1 000 km/h[113],[117].

La Grande Tache sombre générait de gros nuages blancs, juste en dessous de la tropopause[118]. Contrairement aux nuages de l'atmosphère terrestre, qui sont composés de cristaux de glace d’eau, ceux de Neptune sont constitués de cristaux de méthane. Aussi, tandis que les cirrus sur Terre se forment et se dispersent ensuite en quelques heures, ceux de la Grande Tache étaient encore présents après 36 heures (soit deux rotations de la planète)[119].

Vue très contrastée de la planète faisant apparaître les structures nuageuses, la planète a une couleur plus claire que sur les autres images et montre une zone blanche en son centre.
La Grande Tache sombre (en haut), le Scooter (nuage blanc au milieu), et la Petite Tache sombre (en bas). Le contraste a ici été exagéré (1989).

En , le télescope spatial Hubble détecte qu’elle a complètement disparu, indiquant aux astronomes qu'elle avait été recouverte ou qu'elle s'était dissipée[2],[120]. La persistance des nuages l'accompagnant prouve que certaines taches anciennes peuvent subsister sous la forme de cyclones[121]. Toutefois, une tache presque identique était alors apparue dans l’hémisphère nord de Neptune[120]. Cette nouvelle tache, appelée la Grande tache sombre du Nord (NGDS), est restée visible pendant plusieurs années[122]. En 2018, une nouvelle tache similaire a été détectée par Hubble[123],[124].

Le Scooter est un groupe de nuages blancs plus au sud de la Grande Tache sombre[125]. Ce surnom est apparu pour la première fois au cours des mois qui ont précédé le survol de Voyager 2 en 1989 car il avait alors été observé qu'il se déplaçait à des vitesses plus rapides que la Grande Tache sombre[126],[111]. La Petite Tache sombre est un cyclone encore plus au sud, la deuxième tempête la plus intense observée lors du survol de 1989[127]. Sur les premières images, elle est complètement sombre mais à mesure que Voyager 2 s'approchait de la planète, un noyau lumineux s'est développé et peut être vu dans la plupart des images à haute résolution[128]. Ces deux taches avaient également disparu lors de l'observation de 1994 par Hubble[129],[130].

Ces taches sombres se produisent dans la troposphère à des altitudes plus basses que les nuages plus brillants, de sorte qu'elles apparaissent comme des trous dans les ponts de nuages supérieurs[119]. Comme ce sont des caractéristiques stables qui peuvent persister pendant plusieurs mois, il est supposé qu'elles ont des structures de tourbillon. Les nuages de méthane plus brillants et persistants qui se forment près de la tropopause sont souvent associés à des taches sombres[118]. Les taches sombres peuvent se dissiper lorsqu'elles migrent trop près de l'équateur ou éventuellement par un autre mécanisme inconnu[121].

Magnétosphère[modifier | modifier le code]

Schéma des lignes de champs en rouge sur fond noir de la planète. On observe la grande magnétosphère qui entoure la planète.
Simulation de la magnétosphère de Neptune par le NASA's Scientific Visualization Studio (2017)[131].

La magnétosphère de Neptune ressemble à celle d'Uranus, avec un champ magnétique fortement incliné de 47° par rapport à son axe de rotation et décalé d'au moins 0,55 rayon du centre physique de la planète (soit environ 13 500 km)[97].

Avant l'arrivée de Voyager 2 sur Neptune, il était supposé que la magnétosphère inclinée d'Uranus était le résultat de sa rotation sur le côté. Cependant, en comparant les champs magnétiques des deux planètes, il est à présent supposé que cette inclinaison extrême peut être caractéristique des flux magnétiques provenant de l'intérieur des planètes et ne résulte pas de son décalage physique ou d'une inversion de polarité[103]. Ce champ serait alors généré par des mouvements de fluide convectif dans une fine couche sphérique de liquides électriquement conducteurs (probablement une combinaison d'ammoniac, de méthane et d'eau[103]), créant un effet dynamo[132]. Cependant, ses caractéristiques suggèrent qu'il pourrait être généré par un mécanisme différent que ceux de la Terre, Jupiter ou Saturne[131].

Le champ présente une période de rotation de 16,11 heures[1]. La composante dipolaire du champ magnétique à l'équateur magnétique de Neptune est d'environ 14 microteslas (0,14 G)[133]. Le moment magnétique dipolaire de Neptune est d'environ 2,2 T·m3 (soit 14 μT·Rn3, où Rn est le rayon de Neptune)[1]. Le champ magnétique de Neptune a une géométrie complexe qui comprend des contributions relativement importantes de composants non dipolaires, y compris un moment quadripolaire fort qui peut dépasser le moment dipolaire en intensité[133]. À l'inverse, des planètes comme la Terre, Jupiter et Saturne n'ont que des moments quadripolaires relativement faibles et leurs champs sont moins inclinés par rapport à l'axe polaire[62]. Le grand moment quadripolaire de Neptune peut être le résultat de son décalage par rapport au centre de la planète et des contraintes géométriques du générateur dynamo du champ[133],[134]. Par ailleurs, des aurores polaires sont découvertes sur la planète par Voyager 2[135].

L'arc de choc (« bow shock ») de Neptune — là où la magnétosphère commence à affecter le vent solaire — se produit à une distance de 34,9 fois le rayon de la planète[133]. La magnétopause — là où la pression de la magnétosphère contrebalance le vent solaire — se situe à une distance de 23 à 26,5 fois le rayon de Neptune. La queue de la magnétosphère s'étend jusqu'à au moins 72 fois le rayon de Neptune, et probablement beaucoup plus loin[133].

Caractéristiques orbitales[modifier | modifier le code]

Orbite[modifier | modifier le code]

Une orbite de Neptune mise en valeur en rouge
Orbite de Neptune en rouge. En bleu clair, on observe Uranus.

Le demi-grand axe entre Neptune et le Soleil est de 4,5 milliards de kilomètres (environ 30,1 unités astronomiques) et elle complète une orbite en moyenne tous les 164,79 ± 0,1 ans[1]. La distance au périhélie est de 29,81 UA et de 30,33 UA à l'aphélie, ce qui correspond à une excentricité orbitale de 0,008 678. Aussi, l'orbite de Neptune est inclinée de 1,77° par rapport à celle de la Terre et au plan de l'écliptique[1].

Le , Neptune termine sa première orbite complète depuis sa découverte en 1846[136],[137]. Cependant, en raison du mouvement du Soleil par rapport au barycentre du Système solaire, Neptune n'était pas au à la position où elle avait été découverte par rapport au Soleil. Ainsi, dans le système de coordonnées héliocentrique usuel, la longitude de découverte a été atteinte le [138],[139],[140].

Rotation[modifier | modifier le code]

Trois images de 1998 à 2002, la structure nuageuse au pôle sud devient de plus en plus grande et blanche.
Le passage au printemps de Neptune se traduit par une augmentation de la luminosité des nuages de son hémisphère sud[141].

L'inclinaison axiale de Neptune est de 28,32°[2], ce qui est similaire aux inclinaisons de la Terre (23°) et de Mars (25°)[62]. En conséquence, Neptune subit les mêmes changements saisonniers que ceux connus sur Terre. La longue période orbitale de Neptune signifie toutefois que ces saisons durent quarante années terrestres, la planète étant dans les années 2020 à son printemps pour l'hémisphère sud[141].

Son jour sidéral est d'environ 16 heures 7 minutes, défini grâce à la période de rotation du champ magnétique de la planète[2],[1]. En effet, quelque temps avant son survol de la planète, Voyager 2 détecte à intervalles réguliers des ondes radios, signes de son champ magnétique. Ce dernier étant engendré par des courants électriques internes à la planète, il a été déduit que la période de rotation interne était égale à l'intervalle de temps séparant ces bouffées[142],[143]. Cette rotation induit un aplatissement de la planète : le rayon polaire est de 24 341 km tandis que le rayon équatorial vaut 24 764 km (niveau de pression à 1 bar)[1].

Cependant, Neptune n'étant pas un corps solide, son atmosphère subit une rotation différentielle[142]. Ainsi, sa zone équatoriale tourne avec une période d'environ 18 heures tandis que la période de rotations aux régions polaires est de 12 heures[144]. Cette rotation différentielle est la plus prononcée de toutes les planètes du Système solaire et se traduit par un fort cisaillement du vent en latitude[104].

Résonances orbitales[modifier | modifier le code]

Titre : "Ceinture de Kuiper et résonances orbitales". Neptune est indiquée puis des arcs concentriques s'éloigne de celle-ci, avec successivement la résonance 3:4, la 2:3 (plutinos dont Pluton), la 3:5, la 4:7, la 1:2 (twotinos) puis 2:5.
Les résonances orbitales majeures dans la ceinture de Kuiper causées par Neptune. On observe ceux en résonances 2:3 (plutinos), la ceinture des cubewano non résonnants et ceux en résonance 1:2 (twotinos).

L'orbite de Neptune a un fort impact sur la région située au-delà, connue sous le nom de ceinture de Kuiper. Celle-ci est un anneau de petits corps glacés, similaire à la ceinture d'astéroïdes mais beaucoup plus grand, s'étendant depuis l'orbite de Neptune à 30 UA à environ 55 UA du Soleil[145],[146]. De la même manière que la gravité de Jupiter domine la ceinture d'astéroïdes, façonnant sa structure, la gravité de Neptune domine la ceinture de Kuiper[145]. Au cours de l'évolution du Système solaire, certaines régions de la ceinture de Kuiper ont été déstabilisées par la gravité de Neptune, créant des lacunes dans la structure de la ceinture de Kuiper— par exemple dans la région entre 40 et 42 UA[147].

Des résonances orbitales se produisent lorsque la fraction formée par la période orbitale de Neptune et celle de l'objet est un nombre rationnel, tel que 1:2 ou 3:4. La résonance la plus peuplée de la ceinture de Kuiper, avec plus de 200 objets connus, est la résonance 2:3[148]. Les objets dans cette résonance effectuent deux orbites autour du Soleil pour trois de Neptune et sont connus sous le nom de plutinos, car le plus grand des objets connus de la ceinture de Kuiper, Pluton, en fait partie[149]. Bien que Pluton traverse régulièrement l'orbite de Neptune, la résonance 2:3 garantit que les deux objets ne peuvent jamais entrer en collision[150]. Les résonances 3:4, 3:5, 4:7 et 2:5 sont moins peuplées en comparaison[151].

Neptune possède au moins une vingtaine de troyens occupant les deux points de Lagrange stables L4 et L5 du système Soleil-Neptune, l'un menant et l'autre traînant Neptune sur son orbite[152]. Les astéroïdes troyens de Neptune peuvent être considérés comme étant en résonance 1:1 avec Neptune[153]. Certains troyens sont remarquablement stables sur leurs orbites et se sont probablement formés au même moment que Neptune plutôt que capturés[154].

Formation et migration[modifier | modifier le code]

Trois images montrant la diffusion progressive des objets de la ceinture de Kuiper.
Simulation du modèle de Nice montrant les planètes extérieures et la ceinture de Kuiper[155] :
1. avant que Jupiter et Saturne n'atteignent une résonance de 2:1 ;
2. après la diffusion vers l'intérieur des objets de la ceinture de Kuiper suite au déplacement orbital de Neptune ;
3. après éjection des corps dispersés de la ceinture de Kuiper par Jupiter.

La formation des géantes de glaces, Neptune et Uranus, s'avère difficile à modéliser avec précision[156]. Les modèles actuels suggèrent que la densité de matière dans les régions externes du Système solaire est trop faible pour tenir compte de la formation de si grands corps à partir de la méthode traditionnellement acceptée d'accrétion du noyau, aussi appelée modèle d'accrétion de cœur[156]. Ainsi, diverses hypothèses ont été avancées pour expliquer leur apparition.

La première est que les géantes de glaces n'ont pas été formées par l'accrétion du noyau, mais à partir d'instabilités dans le disque protoplanétaire d'origine qui ont ensuite vu leur atmosphère soufflée par le rayonnement d'une association OB massive à proximité[157].

Une autre est qu'elles se sont formées plus près du Soleil, où la densité de matière était plus élevée, puis qu'elles ont ensuite réalisé une migration planétaire vers leurs orbites actuelles après le retrait du disque protoplanétaire gazeux[158]. Cette hypothèse de migration après formation est maintenant privilégiée en raison de sa capacité à mieux expliquer l'occupation des populations de petits objets observées dans la région trans-neptunienne[159],[160]. Le courant le plus largement accepté des explications sur les détails de cette hypothèse est connu sous le nom de modèle de Nice, qui explore l'effet d'une migration de Neptune et des autres planètes géantes sur la structure de la ceinture de Kuiper[161],[162],[163].

Cortège de Neptune[modifier | modifier le code]

Lunes[modifier | modifier le code]

Neptune possède 14 satellites naturels connus[1],[164].

Le plus massif est Triton, découvert par William Lassell 17 jours seulement après la découverte de Neptune, le [26],[165]. Il est le 8e par distance croissante à cette dernière et comprend plus de 99,5% de la masse en orbite autour de la planète[166],[N 5], ce qui fait de lui le seul suffisamment massif pour subir une compression gravitationnelle suffisante pour être sphéroïdale[167]. Par ailleurs, il possède un diamètre d'un peu plus de 2 700 km, c'est donc le 7e satellite naturel du Système solaire par taille décroissante — et un astre plus gros que Pluton[2],[168].

C'est également le seul gros satellite connu du Système solaire à avoir une orbite rétrograde— c'est-à-dire inverse au sens de rotation de sa planète — indiquant qu'il s'agit en réalité d'une ancienne planète naine issue de la ceinture de Kuiper capturée par Neptune[2],[169]. Triton orbite autour de Neptune en 5 jours et 21 heures sur une trajectoire quasiment circulaire ayant un demi grand axe de 354 759 km[170]. Il est suffisamment proche de Neptune pour être verrouillée dans une rotation synchrone[2] et tourne lentement en spirale vers l'intérieur à cause de l'accélération par effet de marée[167]. Elle finira par se disloquer dans environ 3,6 milliards d'années quand elle aura atteint la limite de Roche[171].

Photo de Neptune entourée de quatre de ses lunes, visibles en blanc.
Vue en couleurs réelles de Neptune avec Protée (en haut), Larissa (en bas à droite) et Despina (à gauche), depuis le télescope spatial Hubble[172].

L'inclinaison de son axe est de 156,865°[N 6] sur le plan de Laplace[170] du système, et jusqu'à 129,6° (-50,4°) sur le plan orbital de sa planète[173]. Ceci lui confère des saisons très marquées tout au long de l'année neptunienne, longue de 164,79 années terrestres ; l'hémisphère sud a ainsi passé son solstice d'été en 2000[174]. En 1989, Triton est l'objet le plus froid jamais mesuré dans le Système solaire[175], avec des températures estimées à 38 K (-235,15 °C)[2],[176].

Image de la surface très irrégulière de Néréide, de forme allongée.
Néréide (simulation).

Néréide, le deuxième satellite de Neptune à être découvert ne l'est qu'en 1949, soit plus d'un siècle après Triton[26],[177]. Très irrégulière, elle est la troisième lune plus massive du système neptunien et possède l'une des orbites les plus excentriques de tous les satellites du Système solaire — seulement dépassée par Bestla, un satellite de Saturne[178]. Aussi, son excentricité orbitale de 0,751 lui donne une apoapside sept fois plus grande que sa périapside (distance minimale à Neptune)[166],[N 7].

Avant l'arrivée de la sonde Voyager 2 dans le système de la planète, une unique autre lune est découverte : Larissa, en 1981, grâce à une occultation d'étoile[55],[26] ; cette troisième lune n'est cependant observée à nouveau que lors du survol de Neptune par la sonde spatiale[179].

Ensuite, l'analyse des photographies transmises par Voyager 2 en 1989 permet de découvrir 5 nouveaux satellites : Naïade, Thalassa, Despina, Galatée et Protée[180],[181]. Les quatre premiers, les plus internes, orbitent suffisamment près pour être situées dans les anneaux de Neptune[166]. Protée, quant à elle, est une lune de forme irrégulière et remarquable car elle est de la taille maximale qu'un objet de sa densité peut atteindre sans être transformée en une forme sphérique par sa propre gravité[182]. Bien que deuxième lune neptunienne la plus massive, elle ne représente que 0,25 % de la masse de Triton[166].

Cinq nouvelles lunes irrégulières sont découvertes entre 2002 et 2003[183],[184] puis baptisées Psamathée, Halimède, Sao, Laomédie et Néso en février 2007[181]. En 2013, la dernière lune découverte est la plus petite connue à ce jour, Hippocampe, est obtenue en combinant plusieurs images d'Hubble[185],[186]. Parce que Neptune est le dieu romain de la mer, les lunes de Neptune sont nommées d'après des dieux marins inférieurs[181].

Anneaux planétaires[modifier | modifier le code]

Image éloignée de la planète, trois grands anneaux sont visibles et la planète cachée par une bande noire.
Les anneaux de Neptune pris par Voyager 2. On note les trois principaux : Galle, Le Verrier et Adams.

Neptune possède un système d'anneaux planétaires, bien que beaucoup moins substantiel que celui de Saturne[2],[187]. Les anneaux sont sombres et leur composition et leur origine sont incertaines : ils peuvent être constitués de particules de glace recouvertes de silicates, de poussières[2] ou d'un matériau à base de carbone, ce qui leur donne très probablement une teinte rougeâtre[188].

William Lassell mentionne en premier l'existence des anneaux en 1846, cependant cela aurait pu être une aberration de la lumière[97]. La première détection fiable d'un anneau est faite en 1968 mais passe inaperçue jusqu'en 1977, après la découverte des anneaux d'Uranus qui pousse les scientifiques à en chercher autour de Neptune[97]. À partir de là, des preuves de la présence d'anneaux sont rapportées[53],[189]. Lors d'une occultation stellaire en 1984, les anneaux obscurcissent une étoile lors de l'immersion mais pas lors de l'émersion, ce qui laisse alors à penser qu'ils pourraient posséder des lacunes[190],[191],[192].

Ce sont les images de Voyager 2 en 1989 qui permettent d'en révéler l'existence, qu'ils sont bien « entiers » et qu'il en existe plusieurs[26]. L'un d'entre eux, l'anneau Adams, possède des « arcs » — c'est-à-dire des parties plus brillantes que le reste de l'anneau — qui sont nommés dans le sens antihoraire Liberté, Égalité (1 et 2 car il s'agit un arc double), Fraternité et Courage au moment de leur première observation lors de l'occultation stellaire[193] ; les trois premiers noms ayant été nommés d'après la devise française par André Brahic[194].

Image prise de plus près avec le contraste augmenté, les anneaux intermédiaires apparaissent plus visibles et brillants.
Anneaux de Neptune avec plus de contraste, on observe les anneaux intermédiaires Lassell et Arago.

Les trois principaux anneaux sont Galle, à 41 900 km du centre de Neptune, Le Verrier, à 53 200 km, et Adams, à 62 932 km[193]. Une faible extension vers l'extérieur de l'anneau Le Verrier est nommée Lassell. Cette dernière est délimité à son bord extérieur par l'anneau Arago à 57 600 km[193]. Le Verrier, Arago et Adams sont étroits avec des largeurs d'environ 100 km maximum tandis que Galle et Lassell, en revanche sont très larges — entre 2 000 et 5 000 km[190]. Quatre petites lunes ont des orbites à l'intérieur du système d'anneaux : Naïade et Thalassa ont leurs orbites dans l'intervalle entre les anneaux de Galle et Le Verrier. Despina est juste à l'intérieur de l'anneau Le Verrier et Galatée est vers l'intérieur de l'anneau Adams[193]. Par ailleurs, si l'existence des arcs était auparavant difficile à expliquer car les lois du mouvement prédisent que les arcs s'étaleraient en un anneau uniforme sur de courtes échelles de temps, les astronomes estiment maintenant que les arcs sont enfermés dans leur forme actuelle par les effets gravitationnels de Galatée[195],[196],[197].

Anneaux de Neptune[193],[190]
Nom Distance

moyenne (km)

Largeur (km)
Galle 41 900 2 000
Le Verrier 53 200 110
Lassell 55 200 4 000
Arago 57 200 100
Adams 62 932 15 à 50

Les anneaux de Neptune contiennent une grande quantité de poussières dont la taille est de l'ordre du micromètre : la fraction de poussière selon la tranche considérée varie de 20 % à 70 %[198]. À cet égard, ils sont semblables aux anneaux de Jupiter, dont la part de poussière est de 50 % à 100 %, et sont très différents des anneaux de Saturne et Uranus, qui contiennent peu de poussière (moins de 0,1 %) et sont par conséquence moins brillants[199]. Considérés dans leur ensemble, les anneaux de Neptune ressemblent à ceux de Jupiter, les deux systèmes se composent d'annelets de poussières ténus et étroits, et de larges anneaux de poussières encore plus ténus[198],[187].

Les anneaux de Neptune, comme ceux d'Uranus, sont considérés comme relativement jeunes ; leur âge est sans doute nettement inférieur à celui du Système solaire[190]. D'autre part, comme pour Uranus, les anneaux de Neptune se sont probablement formés à la suite de la fragmentation d'anciennes lunes intérieures lors de collisions. En effet, il résulte de ces collisions la formation de ceintures de petites lunes, qui sont autant de sources de poussière pour les anneaux[190]. Des observations terrestres annoncées en 2005 semblent montrer que les anneaux de Neptune sont instables et les images prises à l'observatoire WM Keck en 2002 et 2003 montrent une dégradation considérable des anneaux par rapport aux images de Voyager 2 ; en particulier, il semble que l'arc Liberté était en voie de disparition[200]. En 2009, les arcs Liberté et Courage avaient disparu[201].

Coupe de Neptune montrant sa structure interne et son centre magnétique. Les cinq anneaux sont présentés à l'échelle avec les arcs de l'anneau Adams. Les orbites des lunes Triton, Protée, Larissa, Despina et Galatée sont également représentées à l'échelle.
Diagramme en coupe à l'échelle de Neptune montrant ses anneaux et les orbites des lunes proches.

Autre entourage de Neptune[modifier | modifier le code]

Animation des orbites de trojans de Neptune, celle-ci restant fixe au centre.
Animation montrant l'orbite de six troyens au point de Lagrange L4 dans un référentiel en rotation centré sur Neptune.

Comme la Terre, Mars, Jupiter et Uranus, Neptune possède des astéroïdes troyens partageant son orbite autour du Soleil[202].

En 2020, on en compte vingt au point de Lagrange L4 (en avance) et trois au point L5 (en retard)[202]. 2001 QR322 est le premier observé en par l'équipe de Marc William Buie sur le télescope Blanco de 4 m de l'Observatoire du Cerro Tololo[203]. Sa position relative oscille autour du point L4 et le long de l'orbite neptunienne avec une période d'environ 10 000 ans. Son orbite est très stable, il se situe ainsi dans une région qui garantit qu'il co-orbitera encore avec Neptune pendant des milliards d'années[204].

En 2004 puis 2005, trois nouveaux trojans sont découverts par Scott S. Sheppard et Chadwick Trujillo[205]. L'un d'entre eux, 2005 TN53, a la même période orbitale que Neptune et orbite au point de Lagrange L4 de Neptune avec cependant une inclinaison de 25 degrés[206]. Les deux autres sont nommés (385571) Otréré et (385695) Clété, d'après deux amazones[202]. 2008 LC18 est le premier troyen découvert se trouvant au point L5 de Neptune[207].

Des études ont montré qu'il serait possible à un quasi-satellite théorique d'Uranus ou de Neptune de le rester pour la durée de vie du Système solaire moyennant certaines conditions d'excentricité et d'inclinaison[208]. De tels objets n'ont pas encore été découverts mais Neptune possède cependant un quasi-satellite temporaire, (309239) 2007 RW10[209]. Celui-ci est un quasi-satellite de Neptune depuis environ 12 500 ans et devrait rester dans cet état dynamique pendant au moins autant de temps[210].

Observation[modifier | modifier le code]

Neptune en bleu très clair devant un fond noir, des nuages sont visibles.
En 2018, l'Observatoire européen austral a développé des méthodes d'optique adaptative permettant d'obtenir des images claires et en haute résolution de Neptune depuis la surface de la Terre[211].

Du fait de l'évolution de son orbite, Neptune s'est considérablement éclairé depuis 1980. Sa magnitude apparente varie dans les années 2020 entre 7,67[1] et 8,0 avec une moyenne à 7,78 alors qu'avant 1980, la planète possédait une magnitude moyenne d'environ 8,0[44]. La magnitude limite visuelle de l'œil nu étant 6, Neptune reste cependant toujours invisible sans instrument[45]. Un télescope ou des jumelles puissantes montreront Neptune comme un petit disque bleu, d'apparence semblable à Uranus[46],[212].

En raison de la distance de Neptune à la Terre, variant de 4,31 à 4,69 milliards de kilomètres, sa taille apparente ne varie que de 2,2 à 2,4 secondes d'arc[1], la plus petite variation pour une planète du Système solaire[62]. Sa petite taille apparente rendant difficile l'étude visuelle, la plupart des connaissances à son sujet étaient en conséquence limitées — comme la valeur de sa période de rotation — jusqu'au survol de Voyager 2 puis l'avènement du télescope spatial Hubble et des grands télescopes au sol à optique adaptative (AO)[213],[214],[215]. La première observation scientifiquement exploitable de Neptune à partir de télescopes au sol utilisant l'optique adaptative est réalisée en 1997 à Hawaï[216]. L'hémisphère sud de Neptune est depuis les années 1980 dans sa saison de printemps — qui durera environ 40 ans du fait de la période de révolution de 165 ans — et il a ainsi été observé qu'elle se réchauffait, avec une activité atmosphérique et une luminosité accrues en conséquence[116]. Combinés aux progrès technologiques, les télescopes au sol à optique adaptative enregistrent des images de plus en plus détaillées[211].

Depuis la Terre, Neptune subit un mouvement rétrograde apparent tous les 367 jours, résultant en un mouvement en forme de boucle devant les étoiles fixes lors de chaque opposition. Ces boucles l'ont porté près des coordonnées de découverte de 1846 en avril et et de nouveau en octobre et [217],[218]. Sa longitude de découverte est atteinte le 11 ou , marquant sa première orbite complète depuis la première observation de Johann Galle[140],[137],[138].

L'observation de Neptune dans la bande des ondes radio montre qu'elle est une source à la fois d'émission continue et de sursauts irréguliers. Ces deux sources proviendraient de son champ magnétique rotatif[103]. Dans la partie infrarouge du spectre, les tempêtes de Neptune apparaissent brillantes sur l'arrière-plan plus froid, ce qui permet de suivre facilement la taille et la forme de ces caractéristiques[219].

Exploration[modifier | modifier le code]

Survol par Voyager 2[modifier | modifier le code]

Photo en noir et blanc de Neptune, la Grande Tache sombre est représentée et entourée de nuages très blancs.
Une des premières photos de Neptune prise par la sonde.

Voyager 2 est la première et unique sonde spatiale à avoir visité Neptune et source de la majorité des connaissances actuelles sur la planète[68],[220]. La trajectoire à travers le système neptunien est mise au point une fois le survol d’Uranus et de ses lunes accompli. Comme il doit s’agir du dernier passage de Voyager 2 près d’une planète, il n’existe pas de contraintes sur la manière de sortir du système planétaire et plusieurs choix sont possibles : l’équipe scientifique opte donc pour un passage à faible distance du pôle nord de Neptune ce qui permettra d’utiliser l’assistance gravitationnelle de la planète pour faire plonger la sonde sous l’écliptique pour un survol rapproché de Triton, la principale lune de Neptune, quelles que soient les conséquences de la trajectoire, de façon similaire à ce qui avait été fait pour Voyager 1 avec Saturne et sa lune Titan[220],[221].

L’éloignement de Neptune diminue le débit théorique permis par la liaison radio. Aussi, plusieurs mesures sont prises dans les années qui précèdent le survol pour renforcer le réseau d’antennes à Terre, notamment l’accroissement de la taille des antennes de réception existantes, la mise en service d’une nouvelle antenne à Usuda au Japon, et le recours au Very Large Array au Nouveau-Mexique[222].

Triton apparaît devant Neptune, les deux présentent de très fins croissants.
Vue de croissants de Neptune et Triton par Voyager 2 (1989).

Les premières observations sont effectuées à partir de , soit 90 jours avant le passage au plus près de Neptune et près de 3 ans après le survol d’Uranus[220]. Elles permettent de découvrir les anneaux de Neptune, dont l’existence n’avait jusque-là jamais été prouvée : ils sont composés de particules très fines qui ne permettent pas leur observation depuis la Terre[26]. Un champ magnétique est détecté et mesuré, celui étant décalé du centre géologique et incliné comme celui d’Uranus, mais cependant d'intensité bien plus faible[222]. Au cours de la traversée du système neptunien, 5 nouvelles — ou 6 en comptant Larissa — lunes sont découvertes[2],[180],[181]. Compte tenu de l’éloignement de Voyager 2, il est difficile d’envoyer à temps de nouvelles instructions pour l’observation de ces nouveaux corps célestes. Seule Protée (400 km de diamètre) est découverte suffisamment tôt pour programmer des observations détaillées[222]. En effet, les signaux de la sonde nécessitaient 246 minutes pour atteindre la Terre et, par conséquent, la mission de Voyager 2 reposait sur des commandes préchargées[221].

Le survol de Neptune a lieu le  : Voyager 2 passe à 4 950 km du pôle nord de la planète[222],[223]. L’atmosphère de Neptune est analysée. Malgré le peu d’énergie solaire reçu du fait de son éloignement (3 % de ce que reçoit Jupiter), une dynamique atmosphérique est observée avec des manifestations comme la « Grande Tache sombre » et des nuages[220]. Des vents se déplaçant à plus de 2 000 km/h sont mesurés. L’étude du champ magnétique permet de déterminer que la durée d’une rotation est de 16,11 heures[222]. Le survol fournit également la première mesure précise de la masse de Neptune qui s'est avérée inférieure de 0,5 % à celle calculée précédemment. Cette nouvelle valeur a alors permis de réfuter l'hypothèse selon laquelle une planète X non découverte agissait sur les orbites de Neptune et d'Uranus[224],[225]. Les images de Voyager 2 sont diffusées en direct lors d'un programme de PBS de nuit, Neptune All Night[226],[227].

Image partielle de Triton, présentant une surface grisâtre.
Mosaïque de Triton par Voyager 2.

Voyager 2 passe à 39 790 km de Triton et peut recueillir des données très précises sur cette lune. La communauté scientifique estimait à l’époque que le diamètre de Triton était compris entre 3 800 et 5 000 km ; la sonde permet de ramener ce chiffre à 2 760 km[222]. Très peu de cratères sont observés, ce qui est expliqué par le volcanisme dont des manifestations sous forme de traces laissées par des geysers sont observées aux pôles. Une atmosphère ténue (pression de 10 à 14 millibars soit 1 % à 1,4 % de celle de la Terre), résultant sans doute de cette activité, est détectée par Voyager 2[222]. La température de la surface de Triton, 38 kelvins, est la plus froide jamais détectée sur un corps céleste du Système solaire[222],[176].

Après Voyager[modifier | modifier le code]

Maquette d'une sonde Voyager, une grande parabole est visible.
Voyager 2.

Après la mission de survol Voyager 2, la prochaine étape de l'exploration scientifique du système neptunien est considérée comme intégrée au Programme Flagship[228]. Une telle mission hypothétique devrait être possible à la fin des années 2020 ou au début des années 2030[228]. Aussi, une proposition en cours pour le programme Discovery, Trident, effectuerait un survol de Neptune et Triton[229].

Cependant, il y a déjà eu des discussions pour lancer les missions vers Neptune plus tôt. En 2003, un projet de sonde Neptune Orbiter ayant des objectifs similaires à ceux de Cassini est proposé[230] puis, en 2009, la mission Argo qui aurait visité Jupiter, Saturne, Neptune et un objet de la ceinture de Kuiper[231]. Par ailleurs, New Horizons 2 — qui a ensuite été abandonnée — aurait également pu effectuer un survol rapproché du système neptunien[232].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Références historiques[modifier | modifier le code]

Symbole du neptunium avec numéro atomique.
Le neptunium a été nommé en référence à Neptune.

L'élément chimique neptunium est découvert par Edwin McMillan et Philip Abelson en 1940[233]. La découverte est faite au Berkeley Radiation Laboratory — maintenant Laboratoire national Lawrence-Berkeley — de l'université de Californie à Berkeley, où l'équipe produit l'isotope 239 du neptunium, d'une demi-vie de 2,4 jours, en bombardant de l'uranium 238 (faisant référence à Uranus) avec des neutrons[234]. C'est l'étape intermédiaire menant à la production du plutonium 239 (faisant référence à Pluton)[235].

Après l'opération Uranus, l'opération Neptune est le nom de code donné au débarquement en Normandie des troupes alliées en lors de la Seconde Guerre mondiale. Il précède la bataille de Normandie[236].

Musique[modifier | modifier le code]

« Neptune, le mystique » est le 7e et dernier mouvement de l'œuvre pour grand orchestre Les Planètes, composée et écrite par Gustav Holst entre 1914 et 1916[237].

Jimi Hendrix écrit et enregistre pour la première fois en Valleys of Neptune, une chanson qui n'a été publiée (officiellement) qu'en dans l'album éponyme Valleys of Neptune, quarante ans après la mort de l'artiste[238].

Science-fiction[modifier | modifier le code]

Depuis sa découverte, Neptune est apparue dans de nombreuses œuvres de science-fiction. Elle est notamment la dernière demeure de la race humaine lors de la fin du Système solaire dans le roman d'Olaf Stapledon Les Derniers et les Premiers (1930)[239] ou le décor principal des film Ad Astra de James Gray (2019)[240] et Event Horizon, le vaisseau de l'au-delà de Paul W. S. Anderson (1997)[241].

Elle a également été représentée dans la série d'animation Futurama, l'épisode pilote de Star Trek : Enterprise et l'épisode Dans les bras de Morphée de Doctor Who[241].

Symbolisme[modifier | modifier le code]

Le symbole astronomique Symbole astronomique de Neptune. de Neptune est une version stylisée du trident du dieu Neptune, dont elle tient le nom[242]. À l'époque moderne, il est toujours employé comme symbole astronomique pour la planète, bien que son utilisation soit découragée par l'Union astronomique internationale[243].

Il existe un symbole alternatif Symbole astronomique alternatif de Neptune. représentant les initiales de Le Verrier, qui a découvert la planète, plus courant dans la littérature ancienne (surtout française)[244].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Date de publication des résultats entrepris par Le Verrier depuis 1844.
  2. Pluton, dont l'orbite est globalement extérieure à celle de Neptune, a longtemps été considérée comme la planète la plus éloignée du Soleil, mais a été reclassée comme planète naine le à l'issue de la 26e Assemblée générale de l'Union astronomique internationale.
  3. « Adams does not deserve equal credit with Le Verrier for the discovery of Neptune. That credit belongs only to the person who succeeded both in predicting the planet's place and in convincing astronomers to search for it. »
  4. : ;
  5. Masse de Triton : 2.14×1022 kg. Somme de la masse des 12 lunes de Neptune: 7.53×1019 kg, soit 0.35 %. La masse des anneaux est négligeable.
  6. La rotation de Triton étant rétrograde, l’inclinaison de son axe est supérieure à 90°. On pourrait dire que son axe est incliné de « -23,135° ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p (en) « Neptune Fact Sheet », sur nssdc.gsfc.nasa.gov (consulté le 20 août 2020)
  2. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u (en) Bradford A. Smith, « Neptune », World Book Online Reference Center,‎ , p. 5 (lire en ligne)
  3. a b c d e f g h i j k l m n et o « Neptune, une découverte très disputée », sur www.larecherche.fr (consulté le 4 septembre 2020)
  4. (en) Standish, E. M. & Nobili, A. M., « Galileo's observations of Neptune », Baltic Astronomy, vol. 6, p. 97,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  5. « Galilée avait-il découvert Neptune? », sur Sciences et Avenir (consulté le 4 septembre 2020)
  6. a et b (en) Robert Roy Britt 09 juillet 2009, « New Theory: Galileo Discovered Neptune », sur Space.com (consulté le 31 août 2020)
  7. Jacques Laskar, « La Connaissance des temps : un journal scientifique publié depuis 1679 - Épisode 3 : Le mouvement des planètes de Laplace à 1980 », Lettre d'information de l'IMCCE,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  8. (en) Fred William Price, The planet observer's handbook, Cambridge University Press, 2000, p. 352.
  9. a b et c Alioui 2012, p. 29.
  10. « Jean Baptiste Delambre (1749-1822) », sur pg-astro.fr (consulté le 4 septembre 2020)
  11. Alexis Bouvard, Tables astronomiques publiées par le Bureau des longitudes de France, contenant les tables de Jupiter, de Saturne et d'Uranus, construites d'après la théorie de la mécanique céleste, (lire en ligne)
  12. a b et c « Des premiers travaux de Le Verrier à la découverte de Neptune », Comptes Rendus Physique, vol. 18, nos 9-10,‎ , p. 504–519 (ISSN 1631-0705, DOI 10.1016/j.crhy.2017.10.011, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  13. (en) G.B. Airy, « Account of some circumstances historically connected with the discovery of the planet exterior to Uranus », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 7, no 10,‎ , p. 121–44 (DOI 10.1002/asna.18470251002, Bibcode 1846MNRAS...7..121A, lire en ligne)
  14. a b c d et e James Lequeux, « La découverte de Neptune par Le Verrier (1846) », Bibnum. Textes fondateurs de la science,‎ (ISSN 2554-4470, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  15. a b c et d Alioui 2012, p. 30.
  16. (en) J.C. Adams, « Explanation of the observed irregularities in the motion of Uranus, on the hypothesis of disturbance by a more distant planet », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 7, no 9,‎ , p. 149–52 (DOI 10.1093/mnras/7.9.149, Bibcode 1846MNRAS...7..149A, lire en ligne[archive du ], consulté le 25 août 2019)
  17. (en) John J. O'Connor et Edmund F. Robertson, « John Couch Adams' account of the discovery of Neptune » [archive du ], University of St Andrews, (consulté le 18 février 2008)
  18. (en) N. Kollerstrom, A Neptune Discovery Chronology, University College London, 2001.
  19. U. J. Le Verrier, Recherches sur les mouvements d'Uranus par U. J. Le Verrier, Astronomische Nachrichten, volume 25, p.53-54 (lire en ligne), p. 53-54
  20. a et b (en) Challis, « II. Account of Observations at the Cambridge Observatory for detecting the Planet exterior to Uranus », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 7, no 9,‎ , p. 145–149 (ISSN 0035-8711, DOI 10.1093/mnras/7.9.145, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  21. a et b (en-US) Harald Sack, « James Challis and his failure to discover the planet Neptune », sur SciHi Blog, (consulté le 4 septembre 2020)
  22. Pascal Descamps, « La découverte de Neptune : Entre triomphe et camouflet », Revue d'histoire des sciences (Tome 68), pages 47 à 79,‎ (lire en ligne)
  23. a b c et d Alioui 2012, p. 31.
  24. (en) « Heinrich Louis d'Arrest | German astronomer », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 4 septembre 2020)
  25. Jacques Gapaillard, « Neptune : l'erreur de Le Verrier », Pour la Science, no 451, mai 2015.
  26. a b c d e et f Alioui 2012, p. 34.
  27. (en) Smith, R. W., « William Lassell and the Discovery of Neptune », Journal for the History of Astronomy, p.30,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  28. (en) J.G. Galle, « Account of the discovery of the planet of Le Verrier at Berlin », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 7, no 9,‎ , p. 153 (DOI 10.1093/mnras/7.9.153, Bibcode 1846MNRAS...7..153G)
  29. (en) « W.16 Manuscripts of John Couch Adams on the Perturbations of Uranus (1841-1846) », sur joh.cam.ac.uk (consulté le 5 septembre 2020)
  30. Nick Kollerstrom, « Neptune's Discovery. The British Case for Co-Prediction » [archive du ], University College London, (consulté le 19 mars 2007)
  31. (en) William Sheehan, Nicholas Kollerstrom et Craig B. Waff, « The Case of the Pilfered Planet – Did the British steal Neptune? », Scientific American,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 20 janvier 2011)
  32. Cécile Cabantous, « Le Verrier : les coulisses de la découverte de Neptune », sur expositions.obspm.fr (consulté le 31 août 2020).
  33. Alioui 2012, p. 31-32.
  34. (en) Mark Littmann, Planets Beyond, Exploring the Outer Solar System, Courier Dover Publications, , 319 p. (ISBN 978-0-486-43602-9, lire en ligne), p. 50.
  35. (en) Richard Baum et William Sheehan, In Search of Planet Vulcan: The Ghost in Newton's Clockwork Universe, Basic Books, , 109–10 p. (ISBN 978-0-7382-0889-3).
  36. a et b (en) Owen Gingerich, « The Naming of Uranus and Neptune », Astronomical Society of the Pacific Leaflets, vol. 8, no 352,‎ , p. 9–15 (Bibcode 1958ASPL....8....9G)
  37. (en) J.R. Hind, « Second report of proceedings in the Cambridge Observatory relating to the new Planet (Neptune) », Astronomische Nachrichten, vol. 25, no 21,‎ , p. 309–14 (DOI 10.1002/asna.18470252102, Bibcode 1847AN.....25..309., lire en ligne)
  38. « Mythologie romaine : Neptune », sur mythologica.fr (consulté le 11 septembre 2020).
  39. (en) « Planet and Satellite Names and Discoverers » [archive du ], Gazetteer of Planetary Nomenclature, U.S. Geological Survey, (consulté le 26 mars 2012).
  40. a et b (en) « Planetary Linguistics | Latin, Greek, Sanskrit & Different Languages », sur The Nine Planets, (consulté le 19 août 2020).
  41. (en) « Greek names of the planets, how are planets named in Greek », (consulté le 19 août 2020).
  42. (en) « Uranus and Neptune get Hebrew names at last », sur Haaretz.com (consulté le 19 août 2020).
  43. Laurence COUSTAL Coustal, « Trouver une planète par des calculs, possible mais rarissime », sur Le Journal de Montréal (consulté le 4 septembre 2020)
  44. a et b (en) Anthony Mallama et James L. Hilton, « Computing Apparent Planetary Magnitudes for The Astronomical Almanac », arXiv:1808.01973 [astro-ph],‎ (lire en ligne, consulté le 31 août 2020)
  45. a et b Neil Comins, À la découverte de l'Univers: Les bases de l'astronomie et de l'astrophysique, De Boeck Superieur, (ISBN 978-2-8073-0294-5, lire en ligne), p. 297
  46. a et b « Neptune à portée de télescope », sur Ciel & Espace (consulté le 31 août 2020)
  47. a b et c Pierre Humbert, De Mercure à Pluton, planètes et satellites, 1937, p. 149-150.
  48. « La découverte de Pluton et la SAF – Société astronomique de France », sur saf-astronomie.fr (consulté le 4 septembre 2020)
  49. (en-US) « The Discovery of Pluto », sur Lowell Observatory (consulté le 4 septembre 2020)
  50. a et b (en) « The Discovery of Pluto - Pluto Revealed », sur discoveryofpluto.com (consulté le 4 septembre 2020)
  51. (en-US) Linda, « Percival, Planet X, Pluto & Pure Dumb Luck », sur My Quantum Discovery, (consulté le 4 septembre 2020)
  52. (en) Brian Jones, Exploring the planets, New York, Gallery Books, , 96 p. (ISBN 978-0-831-76975-8, OCLC 23587465), p. 59.
  53. a et b (en-US) John Noble Wilford, « Data Shows 2 Rings Circling Neptune », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 25 août 2020)
  54. (en) H. J. Reitsema, W. B. Hubbard, L. A. Lebofsky et D. J. Tholen, « Occultation by a possible third satellite of Neptune », Science, vol. 215, no 4530,‎ , p. 289–291 (ISSN 0036-8075, DOI 10.1126/science.215.4530.289, lire en ligne, consulté le 10 septembre 2020)
  55. a et b (en) « In Depth | Larissa », sur NASA Solar System Exploration (consulté le 25 août 2020)
  56. (en) Tony Long, « Jan. 21, 1979: Neptune Moves Outside Pluto's Wacky Orbit », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le 19 août 2020)
  57. « Pluton, plus froid qu'initialement pensé », flashespace.com.
  58. (en) Weissman, Paul R., « The Kuiper Belt », Annual Review of Astronomy and Astrophysics, vol. 33,‎ , p. 327–57 (DOI 10.1146/annurev.aa.33.090195.001551, Bibcode 1995ARA&A..33..327W)
  59. (en) « The Status of Pluto:A clarification » [archive du ], International Astronomical Union, Press release, (consulté le 25 mai 2006)
  60. (en) IAU, « Resolutions 5 and 6 », IAU 2006 General Assembly,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  61. « Pluton détrônée : plus que huit planètes autour du Soleil ! », universcience.fr.
  62. a b c d e et f (en) « Planetary Fact Sheet », sur nssdc.gsfc.nasa.gov (consulté le 20 août 2020)
  63. (en) Seidelmann P. Kenneth, B. A. Archinal, M. F. A’hearn, et al., « Report of the IAU/IAGWorking Group on cartographic coordinates and rotational elements », Celestial Mechanics and Dynamical Astronomy(Springer Netherlands), no 90, 2007, p. 155-180.
  64. (en) R. A. Jacobson, J. K. Campbell, A. H. Taylor, S. P. Synnott, « The masses of Uranus and its major satellites from Voyager tracking data and earth-based Uranian satellite data », The Astronomical Journal, no 103, juin 1992.
  65. (en) Alan P. Boss, « Formation of gas and ice giant planets », Earth and Planetary Science Letters, vol. 202, nos 3–4,‎ , p. 513–23 (DOI 10.1016/S0012-821X(02)00808-7, Bibcode 2002E&PSL.202..513B)
  66. « Les Neptunes froides, géantes de glace », sur exoplanetes.univers-et-espace.com (consulté le 2 septembre 2020)
  67. Laurent Sacco, « On a retrouvé les Neptunes chaudes perdues : elles se transformeraient en superterres », sur futura-sciences.com (consulté le 2 septembre 2020)
  68. a b et c Alioui 2012, p. 32.
  69. (en) « Neptune - Interior Structure And Composition », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 2 septembre 2020)
  70. (en) M. Podolak, A. Weizman et M. Marley, « Comparative models of Uranus and Neptune », Planetary and Space Science, vol. 43, no 12,‎ , p. 1517–22 (DOI 10.1016/0032-0633(95)00061-5, Bibcode 1995P&SS...43.1517P)
  71. a et b (en) « That is the surface of Neptune like? », sur phys.org (consulté le 2 septembre 2020)
  72. a et b (en) Ravit Helled, John D. Anderson, Morris Podolak et Gerald Schubert, « INTERIOR MODELS OF URANUS AND NEPTUNE », The Astrophysical Journal, vol. 726, no 1,‎ , p. 15 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/726/1/15, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  73. (en-GB) Jason Palmer, « Earth's core far hotter than thought », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  74. a et b (en) W. B. Hubbard, « Neptune's Deep Chemistry », Science, vol. 275, no 5304,‎ , p. 1279–1280 (DOI 10.1126/science.275.5304.1279, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  75. a et b (en) Marvin Ross, « The ice layer in Uranus and Neptune—diamonds in the sky? », Nature, vol. 292, no 5822,‎ , p. 435-436 (DOI 10.1038/292435a0).
  76. (en) Richard A. Kerr, « Neptune May Crush Methane Into Diamonds », Science, vol. 286, no 5437,‎ , p. 25a–25 (PMID 10532884, DOI 10.1126/science.286.5437.25a)
  77. a et b (en) D. Kraus, J. Vorberger et A. Pak, « Formation of diamonds in laser-compressed hydrocarbons at planetary interior conditions », Nature Astronomy, vol. 1, no 9,‎ , p. 606–11 (DOI 10.1038/s41550-017-0219-9, Bibcode 2017NatAs...1..606K, lire en ligne[archive du ], consulté le 25 août 2018)
  78. (en) Kimberly M. S. Cartier, « Diamonds Really Do Rain on Neptune, Experiments Conclude », EOS, vol. 98,‎ (DOI 10.1029/2017EO082223, lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017).
  79. « Pluies de diamants sur Neptune et Uranus, des scientifiques confirment », Le Dauphiné libéré,‎ (lire en ligne, consulté le 27 août 2017).
  80. (en) Sean Kane, « Lightning storms make it rain diamonds on Saturn and Jupiter » [archive du ], Business Insider, (consulté le 22 mai 2019)
  81. (en) Bradley, Eggert, Hicks et Celliers, « Shock Compressing Diamond to a Conducting Fluid », Physical Review Letters, vol. 93, no 19,‎ , p. 195506 (PMID 15600850, DOI 10.1103/physrevlett.93.195506, Bibcode 2004PhRvL..93s5506B, lire en ligne[archive du ], consulté le 16 mars 2016)
  82. (en) J.H. Eggert, D.G. Hicks, P.M. Celliers et D.K. Bradley, « Melting temperature of diamond at ultrahigh pressure », Nature Physics, vol. 6, no 40,‎ , p. 40–43 (DOI 10.1038/nphys1438, Bibcode 2010NatPh...6...40E)
  83. (en) « Oceans of Liquid Diamond May Exist On Neptune and Uranus », sur phys.org (consulté le 2 septembre 2020)
  84. a b et c (en-US) Matt Williams, « What is Neptune Made Of? », sur Universe Today, (consulté le 2 septembre 2020)
  85. (en) « Not a Heart of Ice », sur The Planetary Society (consulté le 4 septembre 2020)
  86. (en) S. Atreya, P. Egeler et K. Baines, « Water-ammonia ionic ocean on Uranus and Neptune? », Geophysical Research Abstracts, vol. 8,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 7 novembre 2007)
  87. (en-US) David Shiga, « Weird water lurking inside giant planets », sur New Scientist (consulté le 20 août 2020)
  88. (en) « Happy birthday Neptune » [archive du ], ESA/Hubble (consulté le 13 juillet 2011)
  89. a b c et d (en) Nola Taylor Redd, « What is Neptune's Temperature? », sur Space.com, (consulté le 4 septembre 2020)
  90. (en) Gunnar F. Lindal, « The atmosphere of Neptune – an analysis of radio occultation data acquired with Voyager 2 », Astronomical Journal, vol. 103,‎ , p. 967–82 (DOI 10.1086/116119, Bibcode 1992AJ....103..967L)
  91. (en) Lawrence Sromovsky et Patrick Fry, « Dynamics of cloud features on Uranus », Icarus, vol. 193, no 1,‎ , p. 53–73 (DOI 10.1016/j.icarus.2007.07.022, lire en ligne, consulté le 20 septembre 2020)
  92. (en) R. Hanel, B. Conrath, F. M. Flasar et V. Kunde, « Infrared Observations of the Uranian System », Science, vol. 233, no 4759,‎ , p. 70–74 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 17812891, DOI 10.1126/science.233.4759.70, lire en ligne, consulté le 20 septembre 2020)
  93. (en) J.C. Pearl et B.J. Conrath, « The albedo, effective temperature, and energy balance of Neptune, as determined from Voyager data », Journal of Geophysical Research: Space Physics, vol. 96,‎ , p. 18,921–30 (DOI 10.1029/91ja01087, Bibcode 1991JGR....9618921P)
  94. a b c d e f g et h (en) Jonathan I. Lunine, « The Atmospheres of Uranus and Neptune », Annual Review of Astronomy and Astrophysics, vol. 31, no 1,‎ , p. 217–263 (ISSN 0066-4146, DOI 10.1146/annurev.aa.31.090193.001245, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  95. a et b (en) Imke de Pater et Jack J. Lissauer, Planetary Sciences, 1st edition, (lire en ligne), p. 224
  96. (en) « Hubble Makes Movie of Neptune's Dynamic Atmosphere », sur HubbleSite.org (consulté le 5 septembre 2020)
  97. a b c d et e Alioui 2012, p. 33.
  98. (en) D. Crisp et Hammel, H.B., « Hubble Space Telescope Observations of Neptune » [archive du ], Hubble News Center, (consulté le 22 avril 2007)
  99. Olivier Esslinger, « Neptune – Astronomie et Astrophysique » (consulté le 4 septembre 2020)
  100. « Neptune », sur astrofiles.net, (consulté le 4 septembre 2020)
  101. « Neptune, une planète mystérieuse », sur Stelvision, (consulté le 4 septembre 2020)
  102. a b et c (en) NASA, « PIA00058: Neptune Clouds Showing Vertical Relief », sur photojournal.jpl.nasa.gov,
  103. a b c d e f et g Elkins-Tanton 2006, p. 79-83.
  104. a et b (en) Max, C.E., Macintosh, B.A., Gibbard, S.G. et Gavel, D.T., « Cloud Structures on Neptune Observed with Keck Telescope Adaptive Optics », The Astronomical Journal, vol. 125, no 1,‎ , p. 364–75 (DOI 10.1086/344943, Bibcode 2003AJ....125..364M)
  105. a et b (en) Thérèse Encrenaz, « ISO observations of the giant planets and Titan: what have we learnt? », Planetary and Space Science, recent Advances on the Atmosphere of Outer Planets and Titan, vol. 51, no 2,‎ , p. 89–103 (ISSN 0032-0633, DOI 10.1016/S0032-0633(02)00145-9, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  106. (en) Floyd Herbert et Bill R. Sandel, « Ultraviolet observations of Uranus and Neptune », Planetary and Space Science, vol. 47, no 8,‎ , p. 1119–1139 (ISSN 0032-0633, DOI 10.1016/S0032-0633(98)00142-1, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  107. (en) A.L. Broadfoot, S.K.Atreya et J.L. Bertaux, « Ultraviolet Spectrometer Observations of Neptune and Triton », Science, vol. 246, no 4936,‎ , p. 1459–66 (PMID 17756000, DOI 10.1126/science.246.4936.1459, Bibcode 1989Sci...246.1459B, lire en ligne[archive du ], consulté le 12 mars 2008)
  108. « Compendium du système solaire - Neptune », sur astrosurf.com (consulté le 2 septembre 2020)
  109. (en) V. E. Suomi, S. S. Limaye et D. R. Johnson, « High Winds of Neptune: A Possible Mechanism », Science, vol. 251,‎ , p. 929-932 (PMID 17847386, DOI 10.1126/science.251.4996.929, lire en ligne, consulté le 25 février 2008).
  110. (en) Hammel, H.B., Beebe, R.F., De Jong, E.M. et Hansen, C.J., « Neptune's wind speeds obtained by tracking clouds in Voyager 2 images », Science, vol. 24, no 4924,‎ , p. 1367–69 (PMID 17798743, DOI 10.1126/science.245.4924.1367, Bibcode 1989Sci...245.1367H)
  111. a et b Burgess 1991, p. 64–70.
  112. (en) information@eso.org, « Neptune’s shrinking vortex », sur spacetelescope.org (consulté le 4 septembre 2020)
  113. a et b (en) Sue Lavoie, « PIA02245: Neptune's blue-green atmosphere » [archive du ], NASA JPL, (consulté le 28 février 2008)
  114. (en) Orton, G.S., Encrenaz, T., Leyrat, C. et Puetter, R., « Evidence for methane escape and strong seasonal and dynamical perturbations of Neptune's atmospheric temperatures », Astronomy and Astrophysics, vol. 473, no 1,‎ , p. L5–L8 (DOI 10.1051/0004-6361:20078277, Bibcode 2007A&A...473L...5O, lire en ligne)
  115. (en) « A Warm South Pole? Yes, on Neptune! - Summer season on Neptune creates escape route for methane », sur eso.org (consulté le 21 août 2020)
  116. a et b (en) « Brighter Neptune Suggests a Planetary Change of Seasons », sur HubbleSite.org (consulté le 21 août 2020)
  117. Gaétan Morissette, Astronomie Premier Contact, 3e édition, p. 201.
  118. a et b (en) P. W. Stratman, A. P. Showman, T. E. Dowling et L. A. Sromovsky, « EPIC Simulations of Bright Companions to Neptune's Great Dark Spots », Icarus, vol. 151, no 2,‎ , p. 275-285 (DOI 10.1006/icar.1998.5918, lire en ligne [PDF], consulté le 26 février 2008).
  119. a et b (en) Gibbard S. G., I. de Pater, H. G. Roe, S. Martin, B. A. Macintosh et C. E. Max, « The altitude of Neptune cloud features from high-spatial-resolution near-infrared spectra », Icarus, vol. 166, no 2,‎ , p. 359-374 (DOI 10.1016/j.icarus.2003.07.006, lire en ligne [PDF], consulté le 26 février 2008).
  120. a et b (en) H.B. Hammel, G.W. Lockwood, J.R. Mills et C.D. Barnet, « Hubble Space Telescope Imaging of Neptune's Cloud Structure in 1994 », Science, vol. 268, no 5218,‎ , p. 1740–42 (PMID 17834994, DOI 10.1126/science.268.5218.1740, Bibcode 1995Sci...268.1740H)
  121. a et b (en) L. A. Sromovsky, P. M. Fry, T. E. Dowling et K. H. Baines, « The unusual dynamics of new dark spots on Neptune », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 32,‎ , p. 1005 (lire en ligne, consulté le 29 février 2008).
  122. « Neptune », sur solarviews.com (consulté le 2 septembre 2020)
  123. « Le retour de la Grande Tache sombre de Neptune », sur Ciel & Espace (consulté le 2 septembre 2020)
  124. Nathalie Mayer, « Neptune : Hubble a vu naître une tempête géante et sombre », sur futura-sciences.com (consulté le 2 septembre 2020)
  125. (en) « Neptune Scooter », sur www.jpl.nasa.gov (consulté le 21 août 2020)
  126. (en) « Neptune's "Scooter" », sur windows2universe.org
  127. (en) « WTP: Neptune: Small Dark Spot », sur pds.jpl.nasa.gov (consulté le 2 septembre 2020)
  128. (en) Sue Lavoie, « PIA00064: Neptune's Dark Spot (D2) at High Resolution » [archive du ], NASA JPL, (consulté le 28 février 2008)
  129. Encyclopædia Universalis, « NEPTUNE, planète », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 2 septembre 2020)
  130. (en) Bill Steigerwald, « Hubble Tracks the Lifecycle of Giant Storms on Neptune », sur NASA, (consulté le 4 septembre 2020)
  131. a et b (en) « SVS: Neptune's Magnetosphere », sur svs.gsfc.nasa.gov (consulté le 5 septembre 2020)
  132. (en) Sabine Stanley et Jeremy Bloxham, « Convective-region geometry as the cause of Uranus' and Neptune's unusual magnetic fields », Nature, vol. 428, no 6979,‎ , p. 151–53 (PMID 15014493, DOI 10.1038/nature02376, Bibcode 2004Natur.428..151S)
  133. a b c d et e (en) Norman F. Ness, Mario H. Acuña, Leonard F. Burlaga et John E. P. Connerney, « Magnetic Fields at Neptune », Science, vol. 246, no 4936,‎ , p. 1473–1478 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 17756002, DOI 10.1126/science.246.4936.1473, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  134. (en) C.T. Russell et J.G. Luhmann, « Neptune: Magnetic Field and Magnetosphere » [archive du ], University of California, Los Angeles, (consulté le 10 août 2006)
  135. « Astronomie : Des aurores polaires sur Neptune », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020)
  136. (en) « Neptune's first orbit: a turning point in astronomy », sur the Guardian, (consulté le 21 août 2020)
  137. a et b (en) Bob, « Up: Neptune Completes First Orbit Since Discovery: 11th July 2011 (at 21:48 U.T.±15min) », sur azureworld.blogspot.com, (consulté le 21 août 2020)
  138. a et b (en-US) Nancy Atkinson, « Clearing the Confusion on Neptune’s Orbit », sur Universe Today, (consulté le 1er septembre 2020)
  139. (en) « Horizons On-Line Ephemeris System », sur home.surewest.net/kheider, (consulté le 1er septembre 2020)
  140. a et b « Neptune fête sa première révolution depuis sa découverte », sur Maxisciences, (consulté le 1er septembre 2020)
  141. a et b (en) Rachel Weintraub, « NASA - No Spring Picnic on Neptune », sur www.nasa.gov (consulté le 3 septembre 2020)
  142. a et b (en) Nola Taylor Redd, « A Day on Neptune Is Just 16 Hours Long, Study Reveals », sur Space.com, (consulté le 4 septembre 2020)
  143. Futura, « Neptune », sur Futura (consulté le 2 septembre 2020)
  144. (en) W.B. Hubbard, W.J. Nellis, A.C. Mitchell et N.C. Holmes, « Interior Structure of Neptune: Comparison with Uranus », Science, vol. 253, no 5020,‎ , p. 648–51 (PMID 17772369, DOI 10.1126/science.253.5020.648, Bibcode 1991Sci...253..648H, lire en ligne[archive du ], consulté le 12 juin 2019)
  145. a et b « Ceinture de Kuiper », sur www.astro-rennes.com (consulté le 4 septembre 2020)
  146. (en) S. Alan Stern et Joshua E. Colwell, « Collisional Erosion in the Primordial Edgeworth-Kuiper Belt and the Generation of the 30–50 AU Kuiper Gap », The Astrophysical Journal, vol. 490, no 2,‎ , p. 879–82 (DOI 10.1086/304912, Bibcode 1997ApJ...490..879S)
  147. (en) Jean-Marc Petit, Alessandro Morbidelli et Giovanni B. Valsecchi, « Large Scattered Planetesimals and the Excitation of the Small Body Belts », Icarus, vol. 141, no 2,‎ , p. 367–87 (DOI 10.1006/icar.1999.6166, Bibcode 1999Icar..141..367P, lire en ligne[archive du ], consulté le 23 juin 2007)
  148. (en) « List Of Transneptunian Objects » [archive du ], Minor Planet Center (consulté le 25 octobre 2010)
  149. (en) David Jewitt, « The Plutinos » [archive du ], UCLA, (consulté le 28 février 2008)
  150. (en) F. Varadi, « Periodic Orbits in the 3:2 Orbital Resonance and Their Stability », The Astronomical Journal, vol. 118, no 5,‎ , p. 2526–31 (DOI 10.1086/301088, Bibcode 1999AJ....118.2526V)
  151. (en) John Davies, Beyond Pluto: Exploring the outer limits of the solar system, Cambridge University Press, (ISBN 978-0-521-80019-8, lire en ligne), p. 104
  152. (en) E.I. Chiang, A.B. Jordan, R.L. Millis et M.W. Buie, « Resonance Occupation in the Kuiper Belt: Case Examples of the 5 : 2 and Trojan Resonances », The Astronomical Journal, vol. 126, no 1,‎ , p. 430–43 (DOI 10.1086/375207, Bibcode 2003AJ....126..430C, arXiv astro-ph/0301458)
  153. (en) A. J. C. Almeida, N. Peixinho et A. C. M. Correia, « Neptune Trojans and Plutinos: colors, sizes, dynamics, and their possible collisions », Astronomy & Astrophysics, vol. 508, no 2,‎ , p. 1021–1030 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/200911943, lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020)
  154. (en) R. Dvorak, R. Schwarz, Á. Süli et T. Kotoulas, « On the stability of the Neptune Trojans », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 382, no 3,‎ , p. 1324–1330 (ISSN 1365-2966, DOI 10.1111/j.1365-2966.2007.12480.x, lire en ligne, consulté le 2 septembre 2020)
  155. (en) R. Gomes, H. F. Levison, K. Tsiganis et A. Morbidelli, « Origin of the cataclysmic Late Heavy Bombardment period of the terrestrial planets », Nature, vol. 435, no 7041,‎ , p. 466–469 (ISSN 0028-0836 et 1476-4687, DOI 10.1038/nature03676, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  156. a et b Guillaume Cannat, « Le passé de plus en plus tumultueux du système solaire », sur lemonde.fr/blog/autourduciel, (consulté le 4 septembre 2020)
  157. (en) Alan P. Boss, « Rapid Formation of Outer Giant Planets by Disk Instability », The Astrophysical Journal, vol. 599, no 1,‎ , p. 577–581 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1086/379163, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  158. (en) Edward W. Thommes, Martin J. Duncan et Harold F. Levison, « The formation of Uranus and Neptune among Jupiter and Saturn », The Astronomical Journal, vol. 123, no 5,‎ , p. 2862–83 (DOI 10.1086/339975, Bibcode 2002AJ....123.2862T, arXiv astro-ph/0111290)
  159. « Une prédiction forte du « Modèle de Nice » validée par la sonde Rosetta », sur oca.eu (consulté le 4 septembre 2020)
  160. (en) Kathryn Hansen, « Orbital shuffle for early solar system » [archive du ], sur geotimes.org, Geotimes, (consulté le 26 août 2007)
  161. (en) A. Crida, Solar System formation, vol. 21, (ISBN 978-3-527-62919-0, DOI 10.1002/9783527629190.ch12, Bibcode 2009RvMA...21..215C, arXiv 0903.3008), p. 3008
  162. (en) S.J. Desch, « Mass Distribution and Planet Formation in the Solar Nebula », The Astrophysical Journal, vol. 671, no 1,‎ , p. 878–93 (DOI 10.1086/522825, Bibcode 2007ApJ...671..878D, lire en ligne)
  163. (en) R. Smith, L.J. Churcher, M.C. Wyatt et M.M. Moerchen, « Resolved debris disc emission around η Telescopii: a young solar system or ongoing planet formation? », Astronomy and Astrophysics, vol. 493, no 1,‎ , p. 299–308 (DOI 10.1051/0004-6361:200810706, Bibcode 2009A&A...493..299S, arXiv 0810.5087)
  164. (en) « In Depth | Neptune Moons », sur NASA Solar System Exploration (consulté le 3 septembre 2020)
  165. (en)W. Lassell, « Lassell's Satellite of Neptune », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 8, p. 8.
  166. a b c et d (en) « Neptunian Satellite Fact Sheet », sur nssdc.gsfc.nasa.gov (consulté le 25 août 2020)
  167. a et b (en) « Triton | Facts & Composition », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 4 septembre 2020)
  168. (en) « List of Biggest Natural Satellite in the Solar System », sur Jagranjosh.com, (consulté le 4 septembre 2020)
  169. (en) Craig B. Agnor et Douglas P. Hamilton, « Neptune's capture of its moon Triton in a binary-planet gravitational encounter », Nature, vol. 441,‎ , p. 192-194 (ISSN 0028-0836, DOI 10.1038/nature04792, lire en ligne).
  170. a et b (en) NASA Jet Propulsion Laboratory Caltech Solar System Dynamics – Planetary Satellite Mean Orbital Parameters « Neptune ».
  171. (en) Christopher F. Chyba, D.G. Jankowski et P.D. Nicholson, « Tidal evolution in the Neptune-Triton system », Astronomy and Astrophysics, vol. 219, nos 1–2,‎ , p. L23–L26 (Bibcode 1989A&A...219L..23C)
  172. (en) NASA Content Administrator, « Neptune's Dynamic Environment », sur NASA, (consulté le 4 septembre 2020)
  173. (en) Francis Nimmo, « Outer Solar System – Triton: Seasonal cycles (1) », UCLA Earth and Space Science Department.
  174. (en) E. Lellouch, C. de Bergh, B. Sicardy et S. Ferron, « Detection of CO in Triton's atmosphere and the nature of surface-atmosphere interactions », Astronomy & Astrophysics, vol. 512,‎ , p. L8 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201014339, lire en ligne, consulté le 4 septembre 2020)
  175. (en-US) John Noble Wilford, « Triton May Be Coldest Spot in Solar System », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 24 août 2020)
  176. a et b (en) Nelson, R.M., Smythe, W.D., Wallis, B.D. et Horn, L.J., « Temperature and Thermal Emissivity of the Surface of Neptune's Satellite Triton », Science, vol. 250, no 4979,‎ , p. 429–31 (PMID 17793020, DOI 10.1126/science.250.4979.429, Bibcode 1990Sci...250..429N)
  177. (en)G. P. Kuiper, « The Second Satellite of Neptune », Publications of the Astronomical Society of the Pacific, vol. 61, no 361, p. 175.
  178. (en) « Planetary Satellite Mean Orbital Parameters », sur ssd.jpl.nasa.gov
  179. (en) « IAUC 4824: Sats OF NEPTUNE; 1989M; PU Vul; V482 Cyg », sur cbat.eps.harvard.edu (consulté le 1er septembre 2020)
  180. a et b (en) E. C. Stone et E. D. Miner, « The Voyager 2 Encounter with the Neptunian System », Science, vol. 246, no 4936,‎ , p. 1417–1421 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 17755996, DOI 10.1126/science.246.4936.1417, lire en ligne, consulté le 1er septembre 2020)
  181. a b c et d (en) Elizabeth Howell, « Neptune's Moons: 14 Discovered So Far », sur Space.com, (consulté le 1er septembre 2020)
  182. (en) Steven K. Croft, « Proteus: Geology, shape, and catastrophic destruction », Icarus, vol. 99, no 2,‎ , p. 402–419 (ISSN 0019-1035, DOI 10.1016/0019-1035(92)90156-2, lire en ligne, consulté le 11 septembre 2020)
  183. (en) M.J. Holman, J.J. Kavelaars, T. Grav et B.J. Gladman, « Discovery of five irregular moons of Neptune », Nature, vol. 430, no 7002,‎ , p. 865–67 (PMID 15318214, DOI 10.1038/nature02832, Bibcode 2004Natur.430..865H, lire en ligne[archive du ], consulté le 24 octobre 2011)
  184. (en-GB) « Five new moons for planet Neptune », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2020)
  185. (en) M. R. Showalter, I. de Pater, J. J. Lissauer et R. S. French, « The seventh inner moon of Neptune », Nature, vol. 566, no 7744,‎ , p. 350–353 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/s41586-019-0909-9, lire en ligne, consulté le 25 août 2020)
  186. « Une nouvelle lune de Neptune découverte par Hubble », sur Maxisciences, (consulté le 1er septembre 2020)
  187. a et b (en) « Planetary Rings | Astronomy », sur courses.lumenlearning.com (consulté le 5 septembre 2020)
  188. Cruikshank 1995, p. 703.
  189. (en) E.F. Guinan, C.C. Harris et F.P. Maloney, « Evidence for a Ring System of Neptune », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 14,‎ , p. 658 (Bibcode 1982BAAS...14..658G)
  190. a b c d et e (en) « Neptune - The ring system », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 5 septembre 2020)
  191. (en) Nicholson, P.D., « Five Stellar Occultations by Neptune: Further Observations of Ring Arcs », Icarus, vol. 87, no 1,‎ , p. 1–39 (DOI 10.1016/0019-1035(90)90020-A, Bibcode 1990Icar...87....1N)
  192. (en) P. Goldreich, S. Tremaine et N.E.F. Borderies, « Towards a theory for Neptune's arc rings », Astronomical Journal, vol. 92,‎ , p. 490–94 (DOI 10.1086/114178, Bibcode 1986AJ.....92..490G, lire en ligne)
  193. a b c d et e (en) Jennifer Blue, « Nomenclature Ring and Ring Gap Nomenclature » [archive du ], Gazetteer of Planetary Nomenclature, USGS, (consulté le 28 février 2008)
  194. « Si les arcs de Neptune s'appellent "Liberté", "Égalité" "Fraternité", c'est grâce à cet homme mort le 15 mai », sur Le HuffPost, (consulté le 3 septembre 2020)
  195. « Anneaux de Neptune », sur spacehole.free.fr (consulté le 1er septembre 2020)
  196. (en) Kirk Munsell, Harman Smith et Samantha Harvey, « Planets: Neptune: Rings » [archive du ], Solar System Exploration, sur solarsystem.nasa.gov, NASA, (consulté le 29 février 2008)
  197. (en) Heikki Salo et Jyrki Hänninen, « Neptune's Partial Rings: Action of Galatea on Self-Gravitating Arc Particles », Science, vol. 282, no 5391,‎ , p. 1102–04 (PMID 9804544, DOI 10.1126/science.282.5391.1102, Bibcode 1998Sci...282.1102S)
  198. a et b (en) Burns, J.A.; Hamilton, D.P.; Showalter, M.R., « Dusty Rings and Circumplanetary Dust: Observations and Simple Physics », Springer,‎ , p. 42 (lire en ligne)
  199. (en) « Neptune's Rings », sur NASA Solar System Exploration (consulté le 5 septembre 2020)
  200. (en) « Neptune's rings are fading away » [archive du ], New Scientist, sur newscientist.com, (consulté le 6 août 2007)
  201. (en) Imke de Pater, Stéfan Renner, Mark R. Showalter et Bruno Sicardy, « The rings of Neptune », arXiv:1906.11728 [astro-ph],‎ , p. 112–124 (DOI 10.1017/9781316286791.005, lire en ligne, consulté le 13 septembre 2020)
  202. a b et c (en) « List Of Neptune Trojans », sur minorplanetcenter.net (consulté le 1er septembre 2020)
  203. (en) « 2001 QR322 - IAU Minor Planet Center », sur minorplanetcenter.net (consulté le 3 septembre 2020)
  204. (en) F. Marzari, P. Tricarico et H. Scholl, « The MATROS project: Stability of Uranus and Neptune Trojans. The case of 2001 QR322 », Astronomy and Astrophysics, vol. 410,‎ , p. 725–734 (ISSN 0004-6361, DOI 10.1051/0004-6361:20031275, lire en ligne, consulté le 1er septembre 2020)
  205. (en) Scott S. Sheppard et C. Trujillo, « A Survey for Trojan Asteroids of Saturn, Uranus and Neptune », ResearchGate,‎ , p. 44.03 (lire en ligne, consulté le 1er septembre 2020)
  206. (en) Scott S. Sheppard et Chadwick A. Trujillo, « A Thick Cloud of Neptune Trojans and Their Colors », Science, vol. 313, no 5786,‎ , p. 511–514 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, PMID 16778021, DOI 10.1126/science.1127173, lire en ligne, consulté le 1er septembre 2020)
  207. (en) « 2008 LC15, the first Trojan asteroid discovered in Neptune's L5 point », sur The Planetary Society (consulté le 1er septembre 2020)
  208. (en) P. Wiegert et K. Innanen, « The stability of quasi satellites in the outer solar system », The Astronomical Journal, vol. 119, no 4,‎ , p. 1978-1984 (DOI 10.1086/301291, lire en ligne).
  209. (en) « JPL Small-Body Database Browser - 309239 (2007 RW10) », sur ssd.jpl.nasa.gov (consulté le 2 septembre 2020)
  210. (en) De La Fuente Marcos et De La Fuente Marcos, « (309239) 2007 RW10: a large temporary quasi-satellite of Neptune », Astronomy and Astrophysics Letters, vol. 545, no 2012,‎ , p. L9 (DOI 10.1051/0004-6361/201219931, Bibcode 2012A&A...545L...9D, arXiv 1209.1577)
  211. a et b ESO, « Un nouveau dispositif d’optique adaptative installé sur le VLT génère des images d’une très grande définition », sur eso.org (consulté le 31 août 2020)
  212. « Observez Neptune, la plus lointaine planète », sur Stelvision (consulté le 31 août 2020)
  213. (en) D. P. Cruikshank, « On the rotation period of Neptune. », The Astrophysical Journal, vol. 220,‎ , p. L57–L59 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1086/182636, lire en ligne, consulté le 25 août 2020)
  214. (en) C. Max, B. MacIntosh, S. Gibbard et H. Roe, « Adaptive Optics Imaging of Neptune and Titan with the W.M. Keck Telescope », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 31,‎ , p. 1512 (Bibcode 1999AAS...195.9302M)
  215. (en) « APOD: 2000 February 18 - Neptune through Adaptive Optics », sur apod.nasa.gov (consulté le 25 août 2020)
  216. (en) F. Roddier, C. Roddier, A. Brahic, C. Dumas, J. E. Graves, M. J. Northcott, and T. Owen, « First Ground-Based Adaptive Optics Observations of Neptune and Proteus », Planetary & Space Science Vol. 45, No. 8, pp. 1031-1036,‎ , p. 13 (lire en ligne)
  217. (en) « Horizons Output for Neptune 2010–2011 », sur web.archive.org, (consulté le 25 août 2020)
  218. (en) « Happy birthday, Neptune! », sur Discover Magazine (consulté le 1er septembre 2020)
  219. (en) Gibbard, S.G., Roe, H., de Pater, I. et Macintosh, B., « High-Resolution Infrared Imaging of Neptune from the Keck Telescope », Icarus, vol. 156, no 1,‎ , p. 1–15 (DOI 10.1006/icar.2001.6766, Bibcode 2002Icar..156....1G, lire en ligne[archive du ], consulté le 12 juin 2019)
  220. a b c et d (en) « In Depth | Voyager 2 », sur NASA Solar System Exploration (consulté le 3 septembre 2020)
  221. a et b (en) Tony Greicius, « 30 Years Ago: Voyager 2's Historic Neptune Flyby », sur NASA, (consulté le 3 septembre 2020)
  222. a b c d e f g et h (en) NASA - Planetary Date System, « Voyager mission », sur Planetary Rings Node, .
  223. Burgess 1991, p. 46-55.
  224. Standage 2000, p. 188.
  225. (en) Chris Gebhardt et Jeff Goldader, « Thirty-four years after launch, Voyager 2 continues to explore » [archive du ], NASASpaceflight, sur nasaspaceflight.com, (consulté le 22 janvier 2016)
  226. (en) Cynthia Phillips, « Fascination with Distant Worlds » [archive du ], Institut SETI, (consulté le 3 octobre 2007)
  227. (en) Brian Koberlein, « Neptune All Night », sur briankoberlein.com (consulté le 3 septembre 2020)
  228. a et b (en-US) Stephen Clark, « Uranus, Neptune in NASA’s sights for new robotic mission – Spaceflight Now » (consulté le 25 août 2020)
  229. (en) « Exploring Triton With Trident: A Discovery-Class Mission », Universities Space Research Association, sur hou.usra.edu, (consulté le 26 mars 2019)
  230. (en) T.R. Spilker et A.P. Ingersoll, « Outstanding Science in the Neptune System From an Aerocaptured Vision Mission », Bulletin of the American Astronomical Society, vol. 36,‎ , p. 1094 (Bibcode 2004DPS....36.1412S)
  231. (en) Candice Hansen, « Argo – A Voyage Through the Outer Solar System » [archive du ], sur spacepolicyonline.com, Space and Technology Policy Group, LLC (consulté le 5 août 2015)
  232. (en) David S. F. Portree, « New Horizons II (2004-2005) », Wired,‎ (ISSN 1059-1028, lire en ligne, consulté le 5 septembre 2020)
  233. (en) « Neptunium | chemical element », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 5 septembre 2020)
  234. Nathalie Mayer, « Neptunium », sur futura-sciences.com (consulté le 2 septembre 2020)
  235. (en) Edwin Mcmillan, Philip Abelson, « Radioactive Element 93 », Physical Review, vol. 57, no 12, 1940, p. 1185.
  236. Ministère des Armées, « Juin 1944 : opération Neptune ou Overlord ? », sur defense.gouv.fr, (consulté le 2 septembre 2020)
  237. « Holst : Les Planètes, partie 7 : Neptune », sur vivre-musique-classique.fr (consulté le 2 septembre 2020)
  238. Olivier Nuc, « Jimi Hendrix transcende les générations », sur Le Figaro.fr, (consulté le 2 septembre 2020)
  239. (en) « Some favourite sci-fi about each of the planets – Blog – BERG », sur berglondon.com (consulté le 2 septembre 2020)
  240. « “Ad Astra” : une singulière odyssée de l’espace », sur Télérama (consulté le 2 septembre 2020)
  241. a et b (en) « Neptune - Pop Culture », sur NASA Solar System Exploration (consulté le 2 septembre 2020)
  242. (en) « Solar System Symbols », sur NASA Solar System Exploration (consulté le 2 septembre 2020)
  243. (en) George A. Wilkins, « The preparation of astronomical papers and reports », IAU,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  244. (en) Hiram Mattison, High-school Astronomy, Sheldon & Company, (lire en ligne), p. 35

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 12 octobre 2020 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 12 octobre 2020 de cet article a été reconnue comme « article de qualité », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.