Transports et communications à Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Entre Massif central et Alpes, entre Paris et la Méditerranée, Lyon a toujours bénéficié de sa position de carrefour concernant les transports et communications, .

Infrastructures routières[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Boulevard périphérique de Lyon.
Aperçu du réseau autoroutier de Lyon

Lyon est connue pour sa position clé entre nord et sud, en amont de la vallée du Rhône ; il s'agit donc tout naturellement d'un carrefour routier majeur.

Lyon dispose d'un boulevard périphérique qui s'étend de l'Ouest à Gerland en passant par Villeurbanne. Seul le sud-ouest n'est pas desservi par ce boulevard périphérique. La Rocade Est de Lyon (route nationale 346) permet un contournement plus extérieur de Lyon en traversant plusieurs villes de l'Est lyonnais (dont Décines-Charpieu et Meyzieu).

Le réseau autoroutier est fort présent à Lyon. C'est à Perrache que s'achève l'autoroute A6 en provenance de Paris et que débute l'autoroute A7 vers le Sud (Vienne, Valence et Marseille). L'autoroute A42 mène à Genève et Chamonix. L'autoroute A43 dessert l'est en direction de Chambéry, le tunnel du Fréjus et Grenoble. L'A432 dessert l'Aéroport Lyon-Saint-Exupéry. L'autoroute A46 est fractionnée en deux parties : la première s'étend de la bifurcation avec l'A6 près d'Anse jusqu'à la Rocade Est de Lyon, la seconde se poursuit après cette dernière jusqu'à Chasse-sur-Rhône. A Chasse-sur-Rhône, l'autoroute A47, enfin, bifurque des autoroutes A7 et A46 pour mener à Saint-Étienne et à la Haute-Loire.

Les projets autoroutiers sont l'autoroute A45 qui sera un dédoublement (payant) de l'A47 saturée, et l'autoroute A89 vers Clermont-Ferrand et Bordeaux.

En définitive, un contournement de Lyon par l'est est possible à partir de trois axes majeurs :

Le contournement par l'ouest, aujourd'hui impossible à cause de l'absence de grandes infrastructures routières, est l'un des grands débats dans le Grand Lyon. Le projet de Tronçon Ouest du Périphérique (TOP) et de Contournement Ouest de Lyon (COL) sont en pleine discussion.

Le réseau routier national à Lyon constitue également une étoile fortement développée. La route nationale 6 se dirige vers l'Italie par les Alpes (Col du Mont-Cenis) et vers Paris via la Bourgogne au Nord. La route nationale 7 est en direction de la vallée du Rhône et l'Italie par la Vallée du Rhône et la Côte d'Azur et vers Paris via le Bourbonnais au Nord. Ensuite, la nationale 83 relie Lyon à Bourg-en-Bresse, la Franche-Comté et Strasbourg, la nationale 84 à Genève, la nationale 85 à Grenoble, Sisteron et Nice, la nationale 86 à Nîmes et Beaucaire (rive droite du Rhône), la nationale 88 à Toulouse via Saint-Étienne, Le Puy-en-Velay, Mende, Rodez et Albi, et la nationale 89 à Clermont-Ferrand et Bordeaux.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Lyon est un nœud ferroviaire majeur au niveau national. La ville est au centre d'une étoile située sur l'axe principal de l'ancien PLM à la croisée des axes reliant Paris à la Méditerranée et l'Italie d'une part et l'Allemagne à l'Espagne d'autre part. De nombreuses antennes, vers Saint-Étienne, Vienne, Valence, Roanne, Bourg-en-Bresse, Chambéry, Grenoble, Annecy,Genève rayonnent autour de l'agglomération.

Lignes ferroviaires dans la région lyonnaise

Le train dans l'agglomération[modifier | modifier le code]

Le réseau ferroviaire permet l'accès à certaines communes périphériques, proches ou un peu plus éloignées.

Les principales gares lyonnaises sont :

Certaines gares ne sont plus en activité :

D'autres gares permettent de desservir des communes de l'agglomération ou de l'aire urbaine, sur les lignes :

La plupart des gares de Lyon et de sa banlieue proche sont desservies par le métro de Lyon, dont l'une des fonctions est de lier ces gares entre elles.

Le train dans la région[modifier | modifier le code]

Si Lyon se connecte par les TER Rhône-Alpes à son agglomération, à une fréquence élevée, les trains régionaux desservent également des villes régionales plus éloignées, dont Vienne, Saint-Étienne, Valence, Grenoble, Chambéry, Genève, Bourg-en-Bresse, Mâcon et Roanne, et ce à horaires cadencés et à haute fréquence.

Au-delà[modifier | modifier le code]

Lyon a toujours été un centre ferroviaire important. Néanmoins, la mise en service du TGV en 1981 a progressivement changé les communications inter-régionales et nationales. Après le succès de la ligne nouvelle vers le Nord et la capitale, la ligne vers la Méditerranée contribue à la modernisation des transports. La LGV Rhône-Alpes assure un contournement ferroviaire à grande vitesse par l'est de Lyon.

La ville est reliée par le TGV à Paris, au Midi, au Nord et à l'Ouest. Le TGV dessert essentiellement la gare de la Part-Dieu. La Gare de Lyon-Perrache est le terminus des TGV à destination de Paris et de Rennes. Depuis 1994, Lyon dispose de la gare de Lyon Saint-Exupéry sur la LGV Rhône-Alpes.

La mise en service, fin 2011, de la LGV Rhin-Rhône branche Est (Dole-Mulhouse) permettra de diminuer les temps de parcours vers Belfort, Mulhouse et Strasbourg.

La construction de la Liaison ferroviaire transalpine Lyon-Turin est destinée à faciliter la traversée des Alpes.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

L'aéroport Saint-Exupéry vu depuis le ciel

L'aéroport international de Lyon, longtemps appelé Lyon-Satolas, porte depuis le 29 juin 2000 le nom de Lyon-Saint-Exupéry, à l'occasion du centenaire de la naissance d'Antoine de Saint-Exupéry. Il connait un important trafic de correspondances et dispose d'une gare TGV. L'aéroport est relié à la Part-Dieu depuis le 9 août 2010 grâce au tramway Rhônexpress.

Lyon dispose également de l'aéroport de Lyon-Bron, troisième aéroport d'affaires en France.

Ces deux aéroports sont gérés par la compagnie Aéroports de Lyon.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Encore une fois, Lyon dispose d'une situation de carrefour fluvial. En effet, c'est une des rares grandes villes construites autour de la confluence de deux grands cours d'eau (à Lyon, la Saône et le Rhône).

La Saône et le Rhône (en aval de Lyon) sont des voies navigables. Le port fluvial de Lyon, dénommé Port Édouard Herriot, est situé dans le quartier de Gerland, c'est-à-dire en aval de la Confluence.

Transports publics[modifier | modifier le code]

Plan des lignes fortes TCL.
Article détaillé : Transports en commun lyonnais.

Le réseau TCL (Transports en commun lyonnais), qui dessert 66 communes de l'agglomération, est le deuxième réseau de transport public de France après celui de la RATP à Paris. Il est géré par l'autorité publique Sytral et exploité par Keolis Lyon. Le réseau TCL comprend :

Lyon est la seule agglomération française utilisant les trois modes lourds de transports (métro, tramway, trolleybus) simultanément.

En 2005, la mairie de Lyon innove par l'intermédiaire de JCDecaux, en matière de transport urbain avec le système des Vélo'v : 4000 vélos (en 2009) à la disposition de tous, gratuitement pour les abonnés TCL ou pour un faible coût pour les autres.

Métro[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Métro de Lyon.

Le métro de Lyon a été inauguré en 1978, même si la ligne C est en service depuis 1974. Le réseau est composé de quatre lignes (A, B, C, D).

La ligne C est une ligne à crémaillère, ancien funiculaire, ce qui est une originalité mondiale. La ligne D est quant à elle le premier métro automatique à grand gabarit, mis en service en 1991.

Le réseau métro offre des connexions multiples avec les réseaux de bus, trolleybus, tramway et funiculaire.

Les gares ferroviaires lyonnaises en activité sont, à l'exception de la gare Saint-Paul (à environ 15 min à pied de la station Vieux-Lyon), toutes desservies par le métro. Deux gares situées en proche banlieue, les gares d'Oullins et de Vénissieux, le sont également.

Une étude est en cours pour la création d'une ligne de métro entre Perrache ou Vieux-Lyon et Alaï, prévue aux environs de 2030.

Tramway[modifier | modifier le code]

Le tramway de Lyon à la station Gare Part-Dieu Villette.
Article détaillé : Tramway de Lyon.

Lyon a connu l'âge d'or du tramway, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. C'est en 1956 que roule le dernier tramway urbain. Mais le , un nouveau réseau tramway est inauguré.

Aujourd'hui, le réseau tramway de Lyon est composé de six lignes (T1, T2, T3, T4, T5 et Rhônexpress). Il dessert en grande partie l'Est lyonnais (rive gauche du Rhône, Villeurbanne, Bron, Saint-Priest, Vénissieux, Décines-Charpieu, Meyzieu), ainsi que les quartiers de la Confluence, de Gerland, de la Part-dieu et des Brotteaux .

La ligne T3 est basée sur l'emprise de l'ancien chemin de fer de l'Est de Lyon. Depuis le 9 août 2010, elle présente également l'originalité de partager son infrastructure avec la ligne Rhônexpress, indépendante des TCL, qui s'étend jusqu'à la gare de Lyon-Saint Exupéry TGV.

La ligne T5 a été créée en 2012, pour relier Grange Blanche au centre de Bron et à Eurexpo. Elle reprend en partie le tracé du tram T2 entre Grange Blanche et les Alizés.

La Ligne T1 a été prolongée jusqu'au quartier de Gerland en passant par le nouveau quartier de la Confluence et du Musée des Confluences au mois de février 2014.

La construction du Grand Stade a nécessité des aménagements. Pour y répondre, une desserte évènementielle a été créée en janvier 2016 sur la ligne T3, au départ de Part-Dieu Sud, Vaulx-en-Velin - La Soie et Meyzieu les Panettes, en service les soirs de matchs.

La Ligne T6 est en construction pour une mise en service fin 2019. Elle reliera la station de métro Debourg aux Hôpitaux Est en passant par le quartier des États-Unis et Mermoz-Pinel. Elle sera connectée aux lignes de métros B (à Debourg) et D (à Mermoz-Pinel) et aux lignes de tramways T1 (à Debourg), T2 et T5 (à Degenettes) et T4 (à États-Unis). Une étude est en cours pour prolonger la ligne de Hôpitaux-Est à La Doua - Gaston Berger (terminus du tram T4 et desservi par T1) et la connecter à la ligne de métro A, de tramway T3 et de trolleybus C3.

Trolleybus[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Trolleybus de Lyon.

Lyon dispose d'un parc de trolleybus modernes, intégrés pour la plupart au réseau de bus à haut niveau de service : Bus en mode C Ligne C1 Ligne C2 Ligne C3 Ligne C4 Ligne C11 Ligne C13 Ligne C14 Ligne C18, Bus TCL Ligne S6.

Projets[modifier | modifier le code]

D'ici à la fin du plan de mandat en 2020, plusieurs extensions du métro et du tramway devraient encore être réalisées[1] :

  • Le métro B au Hôpitaux Sud pour 2022/2023 ;
  • La création du tramway T6 entre Debourg et Hôpitaux Est pour 2019 (et étude de prolongement pour Villeurbanne afin de boucler le projet A7).

Par ailleurs, en 2016 une expérimentation de transport par minibus électrique entièrement autonome (sans chauffeur) est menée dans le quartier de la Confluence. Il s'agit d'une première mondiale[2]. Le matériel roulant utilisé est conçu par la société Navya basée à Villeurbanne.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Le développement du réseau
  2. « La navette sans chauffeur Navly en service à Confluence » sur le leprogres.fr, publié le 4 septembre 2016, consulté le 30 septembre 2016