Fontaines-sur-Saône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontaines-sur-Saône
Fontaines-sur-Saône
La rue Pierre-Bouvier dans le centre historique de Fontaines-sur-Saône.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Circonscription départementale du Rhône
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Thierry Pouzol
2020-2026
Code postal 69270
Code commune 69088
Démographie
Gentilé Fontainois/Fontainoise[1]
Population
municipale
7 066 hab. (2019 en augmentation de 9,23 % par rapport à 2013)
Densité 3 046 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 11″ nord, 4° 50′ 44″ est
Altitude Min. 166 m
Max. 270 m
Superficie 2,32 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune du pôle principal)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaines-sur-Saône
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaines-sur-Saône
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte topographique de la métropole de Lyon
City locator 14.svg
Fontaines-sur-Saône
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la métropole de Lyon
City locator 14.svg
Fontaines-sur-Saône
Liens
Site web https://www.fontaines-sur-saone.fr/

Fontaines-sur-Saône est une commune française située dans la métropole de Lyon en région Auvergne-Rhône-Alpes. Bordant la Saône et comptant encore de nombreux espaces verts, la commune est essentiellement résidentielle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Fontaines-sur-Saône est située à 8 kilomètres au nord de Lyon, le long de la Saône dont elle tire une partie de son nom. La commune se divise entre une partie basse, le long de la rivière, et une partie haute, située sur les hauteurs.

La partie basse de Fontaines-sur-Saône se situe à l’Ouest de la commune et borde la Saône faisant face à Collonges-au-Mont-d'Or, sur l’autre rive. La partie haute se situe sur les hauteurs, à 270 mètres d’altitude, et constitue la moitié Est de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Pont de Fontaines illustré par Joannès Drevet (1854–1940).
Le bourg fut desservi dès 1899 par une ligne de chemin de fer secondaire, le Tramway de Lyon à Neuville. Cette desserte cessa en 1957.
On voit sur ce cliché une locomotive à vapeur « bicabine » de la TLN à la station de Fontaines.

Desserte routière[modifier | modifier le code]

La commune de Fontaines-sur-Saône est traversée par deux axes principaux et se trouve à proximité d’un troisième situé sur une commune voisine. La route départementale 433 (quai Jean-Baptiste Simon) traverse le territoire du Nord au Sud en direction de Lyon dans un sens (Sud) et de Neuville-sur-Saône dans l’autre (Nord) où elle est reliée à l’autoroute A46 à la hauteur de Genay. La route départementale 48 part du centre de Fontaines-sur-Saône et aboutit au centre-ville de Caluire-et-Cuire. Enfin, sur le territoire de Collonges-au-Mont-d'Or, de l’autre côté de la Saône, la route départementale 51 permet d’accéder à Albigny-sur-Saône, Quincieux et Anse.

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la SNCF à partir de la gare de Collonges-Fontaines, située sur la commune de Collonges-au-Mont-d'Or, de l’autre côté de la Saône. La gare est accessible depuis l’église de Fontaines-sur-Saône en cinq minutes à pied. La gare de Collonges-Fontaines se trouve sur la ligne de TER Lyon-Villefranche-sur-Saône et fonctionne quotidiennement.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par le réseau des Transports en Commun Lyonnais (TCL). Les lignes de bus 40 et 70 la relie à Neuville-sur-Saône et à Lyon (quartiers Part-Dieu et Presqu’île). La ligne 77 fait la liaison avec les communes voisines de Fontaines-Saint-Martin et Cailloux-sur-Fontaines. La ligne 33 relie la ville, et notamment la moitié Est située sur les hauteurs (quartier Montgay), à Caluire et à la Croix-Rousse.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fontaines-sur-Saône est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[5] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (71,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (57,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (57,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (14,3 %), forêts (12,6 %), eaux continentales[Note 3] (12,1 %), zones agricoles hétérogènes (3,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fontaines-sur-Saône Blason
De gueules à la fontaine d'or; au chef cousu d'azur chargé de trois abeilles d'or[12].
Détails
* Ces armes emploient le terme « cousu » dans le seul but de contrevenir à la règle de contrariété des couleurs : elles sont fautives : azur sur gueules.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Histoire[modifier | modifier le code]

La place de Fontaines et le tramway à vapeur, vers 1903

Le Grand Lyon disparait le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon. La commune quitte ainsi le département du Rhône[13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

La Mairie

La commune de Fontaines-sur-Saône est particulièrement ancrée à droite de l’échiquier politique. Lors de l'élection présidentielle de 2002, les Fontainois placèrent Jean-Marie Le Pen en tête au premier tour avec 21 % des voix contre 20 % à Jacques Chirac et seulement 13 % pour le candidat socialiste Lionel Jospin. Lors des législatives de juin 2002, le candidat de l’UMP, Philippe Cochet, l’emportait au second tour par 63 % des suffrages face à son opposante socialiste.

En 2007, au second tour de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy ne totalisa pas moins de 62,6 % des suffrages exprimés dans les bureaux de vote de la commune. Les législatives suivantes, en juin 2007, virent les Fontainois accorder dès le premier tour 55,8 % de leurs suffrages au député UMP sortant.

Lors des élections locales, les forces de droite se situent généralement à un niveau supérieur à la tendance régionale. Lors des élections cantonales de mars 2004, le candidat UMP, Paul Laffly, remporta 57 % des suffrages communaux au second tour face à son opposant PS, Benjamin Durand. Les régionales de la même année confirmèrent la tendance avec, au second tour et malgré la débâcle de la majorité au niveau national, 42,7 % des suffrages exprimés à destination de la liste UMP, 41,7 % pour la liste de la gauche plurielle et 15,6 % pour le FN. Les régionales de mars 2010 virent les Fontainois placer la liste de gauche plurielle en tête au second tour avec 47 % des suffrages contre 40 % à l’UMP et 13 % au FN.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
18 mai 1945 1963 Charles Ferney DVD Vétérinaire
11 octobre 1963 mai 1999 Louis Tournissoux DVD Vice-président de la COURLY
Démissionnaire
25 mai 1999 29 mars 2014 Patrick Bouju DVD Administrateur de sociétés
29 mars 2014 En cours
(au 19 janvier 2021)
Thierry Pouzol DVD Chef d'entreprise
Réélu pour le mandat 2020-2026

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1851. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2019, la commune comptait 7 066 habitants[Note 4], en augmentation de 9,23 % par rapport à 2013 (Rhône : +5,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
9661 1441 2151 2061 2241 2281 2531 2111 235
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 3481 4981 4881 5321 6181 8761 9882 0022 040
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006
2 4063 6285 3136 2767 0626 7606 7216 4636 337
2010 2015 2019 - - - - - -
6 3066 8167 066------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fontaines-sur-Saône est située dans l'académie de Lyon. L'école de musique de Fontaines-sur-Saône, installée depuis février 2014 aux Marronniers distille un enseignement musical varié et qualitatif. Il existe deux écoles publiques:le groupe scolaire dans le centre du village, dite "école rêves en Saône" comprenant école maternelle et école élémentaire, et le groupe scolaire dit "les Marronniers" dans la partie haute de la commune. Fontaines-sur-Saône dispose aussi d'un collège public (Jean de Tournes) situé sur les quais de Saône.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Fontaines-sur-Saône devenant de plus en plus une commune résidentielle dont les habitants travaillent dans la région lyonnaise, le nombre de commerces a eu tendance à décliner au cours de la décennie 1990. Néanmoins, la commune compte encore une trentaine de commerçants répartis entre, principalement, le centre-ville (rues Pierre Carbon et Pierre Bouvier) et, dans une moindre mesure, le quartier des Marronniers.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Louis en 2018.

Villa Roux, chemin Vetter, inscrite au titre des monuments historiques par arrêté du 13 janvier 2017[19], il s'agit de la villa en totalité ainsi que la parcelle sur laquelle elle se trouve.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. https://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=15810
  13. Métropole : clap de fin pour le Grand Lyon, Lyon Capitale
  14. [1]
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  19. Notice no PA69000056, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]