Limonest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Limonest
Limonest
Le bourg au début du XXe siècle.
Blason de Limonest
Blason
Limonest
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Circonscription départementale du Rhône
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Max Vincent
2020-2026
Code postal 69760
Code commune 69116
Démographie
Gentilé Limonois[1]
Population
municipale
3 648 hab. (2018 en augmentation de 7,01 % par rapport à 2013)
Densité 435 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 50′ 16″ nord, 4° 46′ 21″ est
Altitude 450 m
Min. 275 m
Max. 603 m
Superficie 8,39 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Limonest
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Limonest
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Limonest
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Limonest
Liens
Site web www.mairie-limonest.fr

Limonest (/li.mɔ.nɛ/) est une commune française située dans la métropole de Lyon, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Limonois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Limonest, dont 65 % de la surface est en espace naturel, se trouve à 12 km au nord-ouest de Lyon, près de l'autoroute A6. Sa position sur les hauteurs de l'Ouest des Monts d'Or en fait un lieu privilégié.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Limonest est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[5] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (40,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (31,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (29,4 %), forêts (24,1 %), zones agricoles hétérogènes (20,1 %), prairies (14,8 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,8 %), mines, décharges et chantiers (2,7 %)[10].

L'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1680, la famille Vande possède la seigneurie de Limonest.[12]

La bataille de Limonest, le se termine par la retraite des troupes françaises, menées par le maréchal Augereau, en infériorité numérique face aux troupes autrichiennes. Consécutivement à cette victoire, les Autrichiens entrent dans Lyon le [13]. À ce sujet, lire Ronald Zins : 1814, l'armée de Lyon ultime espoir de Napoléon, éditions Horace Cardon, 1998 et 1814, la bataille de Limonest et la chute de Lyon, éditions Horace Cardon, 2014 et lire aussi l'article de Ronald Zins sur cet épisode dans le Progrès ().

Après la chute du Premier Empire, la région est occupée par des troupes autrichiennes de 1815 à 1818.

Le Grand Lyon disparait le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon. La commune quitte ainsi le département du Rhône[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Hôtel de ville.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1950 Étienne Fillot    
1950 mars 1965 Antoine Godard    
mars 1965 mars 1971 M. Boustugue    
mars 1971 1979 M. Bonneton    
1979 En cours Max Vincent UDF puis MoDem
puis FED-UDI
Attaché principal d'administration
Conseiller régional de Rhône-Alpes (1998 → 2004)
Conseiller général du canton de Limonest (2008 → 2015)
Les données manquantes sont à compléter.

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21 en 2009[15].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est adhérente au syndicat mixte Plaine Monts d'Or[16].

Transports[modifier | modifier le code]

Le bourg fut le terminus d'une des lignes de la Société Anonyme du Tramway d'Écully puis de l'OTL de 1898 jusqu'aux années 1930.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

  • La ligne Ligne 21 des TCL en provenance de la gare de Lyon-Vaise dans le 9e arrondissement de Lyon via Champagne-au-Mont-d'Or traverse Limonest du sud au nord. Elle emprunte la RD 306 (ex-RN 6), la RD 42 constituée par la route du Puy d'Or, l'avenue du Général de Gaulle et la route de Bellevue. Le parcours sur la commune comprend 13 arrêts, le terminus étant fixé au cimetière de Limonest sauf pour les services qui font terminus à Chasselay.
  • La ligne Ligne 3 dessert trois arrêts dont le terminus à Limonest Puy d'Or en empruntant la RD 306 (ex-RN 6), depuis le .
  • Les lignes Ligne 10 Ligne 10E desservent la zone d'activités Techlid au sud de la commune, depuis août 2020
  • La ligne Ligne 61 relie la gare de Vaise à Lissieu en empruntant la RD 306 au sud de la commune, depuis le .

En outre, les lignes 115 et 118 des cars du Rhône, qui relient la gare de Lyon-Vaise à Villefranche-sur-Saône (115, 118) et Belleville (118), possèdent un arrêt sur le territoire de la commune, au niveau de La Gabrielle.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[18].

En 2018, la commune comptait 3 648 habitants[Note 3], en augmentation de 7,01 % par rapport à 2013 (Rhône : +4,48 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5515485965207459061 0821 1531 060
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1191 0651 0319391 212979910909946
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9811 0399339109851 0001 1131 3211 615
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 4921 7511 9412 1312 4592 7333 0073 3123 675
2018 - - - - - - - -
3 648--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle publique
  • École publique primaire Antoine Godard
  • École elementaire privée Saint Martin
  • Collège les Lazaristes La Salle
  • Institut Sandar - Lycée d'enseignement général et d'agrotechnologie
  • ETP Studio M - École technique privée de l'image, du son et des arts appliqués

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Chaque année se déroule le « Septembre sportif » sur la commune durant trois week-end consécutifs :

Célébrant chaque année la fin de la saison du championnat de France automobile de la montagne 1re division, cette course sillonnant sur ses 2,6 km les courbes du mont Verdun les menant à son sommet, est aujourd'hui, et ce malgré son interruption durant les années 1940 et 1950, l'une des plus anciennes au monde, la première édition datant en effet de 1905. La compétition est ouverte aux voitures de course de type « sport » (F2, F3, F3000, etc.), « production », et depuis 1996, aux véhicules historiques de compétitions (VHC).

La Chronocôte est une course chronométrée se déroulant en avril, pouvant être pédestre ou en VTT. Elle a pour parcours uniquement la montée du mont Verdun avec un départ individuel toutes les 20 secondes au pied de la route du mont et une arrivée au sommet de celui-ci par la route.

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 46 642 € ce qui plaçait Limonest au 607e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[21].

En 2012, la part des ménages fiscaux imposés de la commune était de 79,1 %[22].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La ville possède une antenne de la chambre de commerce et d'industrie de Lyon. Elle accueille aussi la base aérienne 942 Lyon-Mont Verdun et des entreprises comme DCforData.

Proche de l'autoroute A6, le pôle commercial Porte de Lyon comprend de nombreuses enseignes comme Auchan, Darty, Decathlon, Lapeyre, Saint-Maclou ou Boulanger et des chaînes de restauration telles Burger King, Buffalo Grill ou Flunch.

Emploi[modifier | modifier le code]

La zone d'aménagement concerté (ZAC) du Parc du Puy d'Or, qui se développe depuis 2010, a pour but de renforcer l'offre tertiaire du Pôle économique ouest de Lyon (Techlid), qui est le second site d'emploi tertiaire de l'agglomération lyonnaise[23].

Le taux de chômage, en 2013, pour la commune s'élève à 7,1 %[22], un chiffre nettement inférieur à la moyenne nationale (10,4 %)[24].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La bibliothèque.

Les équipements sportifs comprennent un circuit de Bicross, le parc des sports inauguré en 1994 (terrain de football sur gazon, gymnase utilisé pour la pratique en salle de sports par équipes et d'arts martiaux, et salle annexe dédiée spécifiquement à la gymnastique depuis 2006) et un terrain de football en pelouse synthétique inauguré le .

Les équipements culturels comprennent :

  • le conservatoire de musique de Limonest ;
  • la salle des fêtes ;
  • la bibliothèque.

Imaginé à partir de 2008[25], le pôle culturel L’Agora est inauguré en  : il comprend une bibliothèque, un auditorium, une salle de répétition et une salle de danse qui sont occupés par des associations[26].

Risques[modifier | modifier le code]

Les habitants sont protégés par le Service départemental d'incendie et de secours du Rhône et de la métropole de Lyon (SDMIS). Ce sont les sapeurs pompiers professionnels de la caserne de Lyon-Duchère qui interviennent sur leurs secteurs.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[27].

Héraldique, devise et logotype[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Limonest (Rhône).svg

Les armes de la commune de Limonest se blasonnent ainsi :
De gueules au rocher de trois coupeaux d'or, accosté à dextre d'un griffon contourné du même et à senestre d'un lion d'argent couronné aussi d'or[28].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Joseph Bail (1862-1921), artiste peintre né dans la commune ;
  • Michel Luizet (1866-1918), astronome adjoint à l'observatoire de Lyon ;
  • Gustave André (1908-1944), Compagnon de la Libération fut assassiné par les Nazis à “La Croisée des Chemins” le  ;
  • Ludovic Giuly (1976-), footballeur de 1994 à 2013, y réside, élu au conseil municipal depuis 2014;
  • Arthur Nighoghossian (2000-), Plus jeune élu de l'Histoire de la Commune et de l'Histoire de la Métropole de Lyon (Conseillé Municipal Délégué);
  • Max Vincent (1950-), Maire depuis 8 Mandats (Record en France).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Principales manifestations[modifier | modifier le code]

  • Célébration annuelle du , et
  • Le Carnaval des écoles
  • Fêtes de la Francophonie
  • Célébration des Conscrits (mai)
  • Fête de la musique (juin)
  • Beaujolais Nouveau (novembre)
  • Célébration du

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. Institut national de l'information géographique et forestière, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes ancienne », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. https://en.geneanet.org/archives/actes/actesenligne/242205?idacte=242205&legacy_script=/archives/actes/view/index.php
  13. Pascal Chambon, La Loire et l'Aigle : Les Foréziens face à l’État napoléonien, Université de Saint-Étienne, , 574 p. (ISBN 978-2-86272-351-8, lire en ligne), p. 402-404.
  14. Métropole : clap de fin pour le Grand Lyon, Lyon Capitale
  15. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Limonest, consultée le 30 octobre 2017
  16. « Syndicat mixte des Monts d'Or », sur le site officiel (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  21. « Revenus fiscaux localisés des ménages-Année 2010 », sur site de l'Insee, (consulté le ).
  22. a et b « Insee - Chiffres clés : Commune de Limonest (69116) », sur www.insee.fr (consulté le ).
  23. Site du Parc du Puy d'Or
  24. « Insee - Indicateur - Estimation du taux de chômage au sens du BIT pour le 1er trimestre 2013 », sur www.insee.fr (consulté le ).
  25. Jean Philibert, « Voilà le futur pôle culturel », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. « Le pôle culturel l’Agora vient d’être inauguré », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  28. « Limonest », sur labanquedublason2.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]