Solaize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Solaize
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Guy Barral
2014-2020
Code postal 69360
Code commune 69296
Démographie
Gentilé Solaizards[1]
Population
municipale
2 966 hab. (2014 en augmentation de 7,7 % par rapport à 2009)
Densité 366 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 38′ 25″ nord, 4° 50′ 28″ est
Altitude Min. 155 m
Max. 249 m
Superficie 8,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Solaize

Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon

Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Solaize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Solaize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Solaize

Solaize est une commune française située dans la métropole de Lyon, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Solaizards[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

D'un point de vue territorial, la commune se présente sous forme d'une vallée à l'ouest et d'une colline à l'est. La colline correspond aux habitations et aux terres agricoles et la vallée, dite « de la chimie », accueille essentiellement des activités du secteur tertiaire telles les centres de recherche de l'Institut français du pétrole, du Centre national de la recherche scientifique et celui de Total.

Communes limitrophes de Solaize
Irigny Feyzin Feyzin
Vernaison Solaize Saint-Symphorien-d'Ozon
Sérézin-du-Rhône Sérézin-du-Rhône Saint-Symphorien-d'Ozon

Histoire[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune de Solaize de nombreuses traces d'occupations humaines à travers les siècles.

  • Au nord de la commune des outils de silex datant de la période du néolithique ont été retrouvés.
  • Des vestiges daté d'un peu avant l'âge du bronze ont été découverts sur le site le Pain de sucre situé au sud de la commune. Il s'agissait d'un abri utilisé comme sépulture puis comme habitation (il n'existe aujourd'hui plus qu'en partie car une carrière a été installée sur le site).
  • De l'époque gallo-romaine la commune conserve une borne milliaire (servant d'indicateur routier sur la voie Lyon - Vienne) datée de l'an 43. Cette borne a été inscrite en 1910 à l'inventaire des monuments historiques. Des poteries romaines ont aussi été trouvées au nord de la commune (zone des Figuières). Les archéologues recherchent depuis de nombreuses années dans les environs de la commune une villa romaine d'importance où devaient s'arrêter les gradés romains sur la route de Lyon - Vienne. Comme pour accréditer leurs recherches certaines légendes traditionnelles de Solaize évoquent entre autres de grandes mosaïques de poissons et de femmes découvertes dans des champs par des agriculteurs du XIXe siècle.
  • Il existe à Solaize quelques constructions datant du Moyen Âge dont la tour de l'ancien prieuré des Vignettes (annexe de l'abbaye de Hautecombe). Le nom actuel de l'endroit est le château de Saint-Annin (l'orthographe est parfois Agnin du nom de son propriétaire). Ce château est situé au nord de la commune.
  • L'église romane Saint Sylvestre date du XVe siècle pour la travée centrale. Le reste de l'église a été reconstruit au XVIIe siècle et au XIXe siècle (les vitraux datent du XIXe siècle). Le clocher possédait quatre cloches avant la Révolution française de 1789. Il n'en restait plus qu'une en 2002, classée à l'inventaire des monuments historiques avant qu'une seconde cloche ne soit ajoutée.
  • Il existe aussi un lavoir situé près de la Côte de Chanvre.

Le Grand Lyon disparait le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon. La commune quitte ainsi le département du Rhône[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Initialement rattachée au département de l'Isère et au canton de Saint-Symphorien-d'Ozon, la commune de Solaize est transférée comme tout son canton au département du Rhône par la loi n°67-1205 du .

Elle rejoint le canton de Saint-Fons à sa création en 1985.

Liste des élus successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1973 2008 Pierre Voegel    
2008 en cours Guy Barral SE  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[4].

En 2014, la commune comptait 2 966 habitants[Note 1], en augmentation de 7,7 % par rapport à 2009 (Rhône : +5,46 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
792 749 876 898 738 750 817 732 779
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
770 780 694 656 628 634 696 693 730
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
770 708 751 639 660 602 580 595 674
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
843 1 119 1 445 1 783 2 008 2 256 2 527 2 799 2 966
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, l'association « Origines et Patrimoine » opère des recherches sur l'histoire locale et plus particulièrement celle de la commune. Pour cela, outre ses activités de recherche proprement dites, elle met en place des actions et des activités pour faire connaître ses travaux et sensibiliser le public à la sauvegarde du patrimoine :

  • visite mensuelle guidée pour faire découvrir un site remarquable au niveau local ou régional : églises, abbayes, châteaux, musées, maisons anciennes[7]… Depuis l'origine, plus d'une centaine de visites de ce genre se sont déroulées[8] ;
  • l'association prend aussi des contacts pour connaître et rendre possible l'accès et la visite de domaines privés ;
  • elle publie les résultats de ses travaux sur l'histoire du village.

Santé et Sports[modifier | modifier le code]

Solaize accueille de nombreux clubs et associations sportives comme le SLF (Sud Lyonnais Football), le SSB (Sérézin Solaize Basket), Association Danse de Solaize, So danse, Badasol, BOULE SPORTIVE SOLAIZE, Solaize Tennis, club de volley de Solaize et bien d'autres[9].

Cadre de vie et Environnement[modifier | modifier le code]

Activités et économie[modifier | modifier le code]

  • Activités agricoles

La commune possède une surface importante consacrée à l'agriculture : Notamment sa spécialité locale, le poireau dont les graines de la variété "le Bleu de Solaize" sont mondialement connues, ainsi que l'asperge blanche.

  • Activités tertiaires

La partie du village située vers le Rhône, dans ce qu'on nomme "de la chimie", comprend trois pôles essentiels de recherche : l'IFPEn (IFP Énergies nouvelles), un laboratoire du CNRS (Centre national de la recherche scientifique) et le CRES (le centre de recherche de l'entreprise Total).

Par exemple, Le CNRS, par son Service central d'analyse de Solaize, a entrepris des travaux d'analyses physico-chimiques en collaboration avec le Brésil, des prélèvements d'abeilles récemment mortes pour tenter d'expliquer leur forte mortalité; quant à IFP Énergies nouvelles, il travaille actuellement en 2010 sur la sécurité de stockage du gaz carbonique (le CO2) entreposé dans des sites souterrains.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le pont suspendu de Solaize sur le canal de fuite du barrage de Pierre-Bénite.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

[1]

  1. a, b et c Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Métropole : clap de fin pour le Grand Lyon, Lyon Capitale
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  7. Par exemple, six actions ont finalement été réalisées en 2009 : L'Opéra de Lyon, l'urbanisme Le Corbusier à Firminy, le temple aux mille bouddhas au Creusot, le centre ancien de Riom, le prieuré de Sainte-Croix-en-Jarez et Saint-Chamond
  8. « Grâce à l'association, dit un de ses membres, nous avons découvert des chapelles avec de belles peintures, des cryptes dans des églises assez proches dont nous ignorions l'existence. »
  9. http://www.mairie-solaize.fr/-Vos-associations,85-.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]