Tunnel routier du Fréjus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Tunnel ferroviaire du Fréjus.
Tunnel routier du Fréjus
Image illustrative de l'article Tunnel routier du Fréjus
Entrée du tunnel côté français.

Type Tunnel routier
Géographie
Pays Drapeau de la France France - Drapeau de l'Italie Italie
Itinéraire jonction entre l'Autoroute A43 (RN 543) (France) et l'Autoroute A32 (Italie)
Traversée Pointe du Fréjus
Coordonnées 45° 08′ 27″ nord, 6° 41′ 20″ est
Exploitation
Exploitant SFTRF
Trafic 1 562 506 (2013)[T 1]
Caractéristiques techniques
Longueur du tunnel 12 895 m
Nombre de tubes 1 tube bidirectionnel
Nombre de voies par tube 2 voies
Construction
Début des travaux 1974
Fin des travaux 1979
Ouverture à la circulation 1980

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Tunnel routier du Fréjus

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tunnel routier du Fréjus

Géolocalisation sur la carte : Piémont

(Voir situation sur carte : Piémont)
Tunnel routier du Fréjus

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Tunnel routier du Fréjus

Le tunnel routier du Fréjus est un tunnel transfrontalier alpin, percé sous la pointe du Fréjus, reliant Modane (Savoie, en France) et Bardonnèche (Piémont, en Italie). Au , il est le neuvième plus long tunnel routier au monde.

Historique[modifier | modifier le code]

Situation du tunnel dans les Alpes.

Long de 12 895 mètres, le tunnel du Fréjus est mis en service [1] et a entraîné la disparition des navettes de transport d'automobiles par le tunnel ferroviaire du Fréjus. Les travaux de percement du tunnel débutent en et se terminent en . Il coûta à l'époque de sa construction environ deux milliards de francs français[2] soit, en tenant compte de l'évolution de l'indice des travaux publics (TP01), environ 5,2 milliards de francs (valeur 2002), équivalant à 800 millions d'euros (valeur 2002) et 1 230 millions d'euros (valeur 2012).

Le tunnel traverse la frontière entre l’Italie et la France. La construction et la gestion du tunnel ont été attribués en 1974[3] à la Société française du tunnel routier du Fréjus (SFTRF), pour la partie française, et à la société italienne Società Italiana per il Traforo Autostradale del Frejus (SITAF), pour la partie italienne ; chacune étant responsable du tronçon dans son espace national. Ce sont les cabinets d'ingénierie SETEC TPI, pour la France, et Fiat Engineering pour l'Italie, qui ont conduit les études et la direction des travaux.

Pierre Dumas, initiateur du projet en 1962, présida la SFTRF de 1962 à 1989[4].

Le tunnel est relié côté français à l'autoroute A43 dont les travaux de prolongement en Maurienne ont débuté en 1993 et le premier tronçon ouvert en 1996[4] et côté italien à l'autoroute A32 dont le premier tronçon a été ouvert en 1983. À la suite de l'accident du tunnel du Mont-Blanc de 1999, la sécurité a été notablement renforcée au début des années 2000. Cependant, le , un incendie a tué deux camionneurs slovaques, entraînant la fermeture de l'ouvrage pour plusieurs semaines. Il fut rouvert à la circulation le 4 août 2005.

Conformément à l’article 5 de la directive européenne 2004/54/CE du , relative aux exigences de sécurité minimales applicables aux tunnels des réseaux routiers transeuropéens, un GEIE « Groupement d'exploitation du Fréjus », a officiellement été constitué le , pour assurer l'exploitation, la maintenance et la conservation du tunnel. Cela permet d'avoir une seule organisation autonome chargée de la sécurité.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Fréquentations annuelles du tunnel[5]
Année Véhicules légers Poids lourds Transports en commun Tous véhicules
Fréquentation Variation Fréquentation Variation Fréquentation Variation Fréquentation Variation
2004[T 2] 842 080 -0,54 % 1 130 960 -7,61 % 20 960 -7,14 % 1 994 006 -4,75 % en diminution
2005[T 3] 647 340 -23,13 % 784 720 -30,63 % 16 940 -19,2 % 1 448 799 -27,34 % en diminution
2006[T 4] 849 590 +31,24 % 844 220 +7,6 % 20 070 +18,5 % 1 713 886 +18,30 % en augmentation
2007[T 5] 877 170 +3,25 % 876 360 +3,81 % 19 520 -2,76 % 1 773 043 +3,45 % en augmentation
2008[T 6] 865 330 -1,35 % 823 610 -6,02 % 19 340 -0,93 % 1 708 277 -3,65 % en diminution
2009[T 7] 846 635 -2,22 % 683 520 -17,01 % 17 960 -7,13 % 1 545 610 -9,41 % en diminution
2010[T 8] 893 915 +5,65 % 731 620 +8,45 % 19 475 +8,45 % 1 645 005 +6,29 % en augmentation
2011[T 9] 886 950 -0,78 % 734 670 +0,42 % 18 508 -4,96 % 1 640 131 -0,30 % en diminution
2012[T 10] 853 285 -3,80 % 677 876 -7,73 % 19 012 +2,72 % 1 550 173 -5,48 % en diminution
2013[T 1] 878 108 +2,91 % 662 995 -2,20 % 21 403 +12,58 % 1 562 506 +0,80 % en augmentation
2014[T 11] 898 376 +2,31 % 666 524 ̝0,53 % 21 686 +1,32 % 1 586 586 +1,54 % en augmentation

Doublement du tunnel[modifier | modifier le code]

En 2007, il est décidé la réalisation d'une galerie de secours large de huit mètres, parallèle au tube actuel. Cette largeur permet une future ouverture à la circulation de cette galerie[6]. Ce second tube, de 13 kilomètres de long et 8 mètres de large, améliorera la sécurité en séparant les flux de véhicules[6]. Achevés en novembre 2014, les travaux de percement auraient été estimés à 550 millions d'euros[7].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le tunnel est exploité conjointement par la SFTRF et la SITAF.

Alors que du côté italien, l'État ne prend pas part directement au financement des ouvrages publics mais en laisse le soin à ses sociétés d'État à statut privé, côté français, c'est le contraire.

Bien qu'absent dans le capital de la SFTRF lors de sa création en 1962, l’État français, par l’intermédiaire d’Autoroutes de France (ADF), en a acquis 49 % en 1992, puis en a pris le contrôle en 1998, à hauteur de 84 % à l’occasion d’une recapitalisation rendue indispensable par la situation financière catastrophique de la société due au financement de l’autoroute de la Maurienne.

Laboratoire de recherche[modifier | modifier le code]

Au milieu du tunnel, est implanté du côté français et depuis 1982, le laboratoire souterrain de Modane du CEA et du CNRS qui permet de réaliser, à l'abri du rayonnement cosmique parasite, des mesures de très basse radioactivité pour la recherche scientifique ou l'industrie. Le laboratoire accueille également des expériences recherchant des preuves de l'existence de la matière noire (expériences EDELWEISS) ou des propriétés spécifiques de particules élémentaires comme le neutrino (expériences NEMO).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Trafics annuels[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Trafic 2013 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 15 novembre 2014
  2. « Trafic 2004 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  3. « Trafic 2005 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  4. « Trafic 2006 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  5. « Trafic 2007 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  6. « Trafic 2008 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  7. « Trafic 2009 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  8. « Trafic 2010 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  9. « Trafic 2011 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 21 janvier 2013
  10. « Trafic 2012 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 15 novembre 2014
  11. « Trafic 2014 tunnel du Fréjus », STRF, consulté le 29novembre 2014

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. « Le tunnel du Fréjus, une étape déterminante dans l'histoire de la traversée des Alpes », sur le site internet de la SFTRF (consulté le 10 novembre 2014).
  2. Tunnel routier du Fréjus sur Structurae., consulté le 15 novembre 2014.
  3. « Décret du 15 janvier 1974 relatif à la concession du tunnel routier du Fréjus », sur le site internet Légifrance, service public de la diffusion du droit par l’internet (consulté le 10 novembre 2014).
  4. a et b « La SFTRF : une aventure humaine », sur le site internet de la SFTRF (consulté le 10 novembre 2014).
  5. « Chiffres clés », sur le site internet de la SFTRF (consulté le 10 novembre 2014)
  6. a et b « Au Sommet franco-italien, le Lyon-Turin est une "priorité absolue" », sur Le site internet de France3-Alpes,
  7. « Le percement de la seconde galerie du tunnel du Fréjus achevé en grande pompe », Anthony Laurent, Le Moniteur, 17 novembre 2014.