Ligne 2 du tramway de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligne 2.
Tramway ligne 2
Rame 816 le long du Vinatier sur l'avenue F. Roosevelt à Bron en 2009
Rame 816 le long du Vinatier sur l'avenue F. Roosevelt à Bron en 2009

Réseau Tramway de Lyon
Ouverture  : Perrache à Porte des Alpes
Dernière modification Prolongement de Porte des Alpes à Saint-Priest - Bel Air le
Terminus Perrache
Saint-Priest - Bel Air
Exploitant Keolis Lyon
Conduite (système) Conducteur (CM)
Matériel utilisé Citadis 302
(47 rames)
Dépôt d’attache Unité de transport des tramways de Saint-Priest
Points d’arrêt 29
Longueur 14.9 km
Temps de parcours 45 min
Distance moyenne entre points d’arrêt 532 m
Communes desservies 3
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Fréquentation
(moy. par an)
22 733 000 (2015)[1]
2de/6 (2015)
Lignes connexes Tramway de Lyon Ligne T1 Ligne T2 Ligne T3 Ligne T4 Ligne T5 Ligne Rhônexpress

La ligne 2 du tramway de Lyon (plus communément nommée ligne T2) est une ligne de tramway de l'agglomération de Lyon ouverte en 2001 entre la zone commerciale de la Porte des Alpes à Bron et la gare de Perrache à Lyon. Elle a été prolongée à Saint-Priest-Bel-Air. La ligne transporte quotidiennement 88 000 passagers en moyenne[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne est mise en service le 2 janvier 2001 en même temps que la ligne T1. Elle est prolongée le 27 octobre 2003 à Saint-Priest-Bel-Air.

Le Sytral annonce début 2009 l'extension de la ligne de par la création d'une nouvelle branche, de la station Les Alizés à destination d'Eurexpo[3], mais le projet, baptisé à l'origine « T2 + », aboutit en mai 2012 à la création d'une ligne distincte, la ligne T5.

Tracé et stations[modifier | modifier le code]

Tracé réel de la ligne.
      Station Communes desservies Correspondances[4]
    Perrache Lyon 2e Métro de Lyon Ligne A, Tramway de Lyon Ligne T1, Bus en mode C Ligne C19 Ligne C21 Ligne C22, TGV, TER Rhône-Alpes
    Centre Berthelot Lyon 7e
    Jean Macé Lyon 7e Métro de Lyon Ligne B, Bus en mode C Ligne C4 Ligne C7 Ligne C12 Ligne C14, TER Rhône-Alpes
    Garibaldi - Berthelot Lyon 7e Bus en mode C Ligne C12
    Route de Vienne Lyon 7e Bus en mode C Ligne C12
    Jet d'Eau - Mendès France Lyon 7e Tramway de Lyon Ligne T4
    Villon Lyon 8e
    Bachut - Mairie du 8e Lyon 8e Bus en mode C Ligne C15 Ligne C25
    Jean XXIII - Maryse Bastié Lyon 8e
    Grange Blanche Lyon 8e Métro de Lyon Ligne D, Tramway de Lyon Ligne T5, Bus en mode C Ligne C8 Ligne C13 Ligne C16 Ligne C22 Ligne C26
    Ambroise Paré Lyon 8e Tramway de Lyon Ligne T5, Bus en mode C Ligne C8 Ligne C26
    Vinatier Lyon 8e Tramway de Lyon Ligne T5
    Essarts - Iris Bron Tramway de Lyon Ligne T5
    Boutasse - Camille Rousset Bron Tramway de Lyon Ligne T5, Bus en mode C Ligne C17
    Hôtel de Ville - Bron Bron Tramway de Lyon Ligne T5
    Les Alizés Bron Tramway de Lyon Ligne T5, Bus en mode C Ligne C15
    Rebufer Bron Bus en mode C Ligne C15
    Parilly - Université — Hippodrome Bron
    Europe - Université Bron
    Porte des Alpes Saint-Priest Bus en mode C Ligne C17, P+R
    Parc Technologique Saint-Priest
    Hauts de Feuilly Saint-Priest
    Salvador Allende Saint-Priest
    Alfred de Vigny Saint-Priest
    Saint-Priest - Hôtel de Ville Saint-Priest Bus en mode C Ligne C25
    Esplanade des arts Saint-Priest Bus en mode C Ligne C25
    Jules Ferry Saint-Priest Bus en mode C Ligne C25
    Cordière Saint-Priest
    Saint-Priest - Bel Air Saint-Priest Bus en mode C Ligne C25, P+R

Exploitation de la ligne[modifier | modifier le code]

Un tramway T2 à hauteur de Centre Berthelot
Un tramway de la ligne T2 à son terminus, Saint-Priest Bel Air

La ligne est en service de 4h55 à 0h35.

  • En semaine, les fréquences sont de 15 minutes tôt le matin et tard le soir. En matinée, un tramway passe toutes les 3 minutes entre Porte des Alpes et Grange Blanche afin de mieux desservir l'université Lyon 2 et toutes les 7 minutes entre St-Priest et Perrache. En soirée et en heures creuses, on observe une fréquence de 7 minutes.
  • Le week-end, la fréquence est de 7 minutes environ.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Citadis.

La ligne est exploitée par des rames Citadis 302 du constructeur français Alstom. La première a été livrée en juin 2000. Elle faisait partie d'une commande de 39 rames à 5 caisses sur 3 bogies numérotés 801 à 839. Cette commande était commune aux lignes T1 et T2 dans le cadre du retour du tram à Lyon. La deuxième tranche composée de 8 rames (n°840 à 847) a été livrée en 2003 dans le cadre du prolongement de la ligne à Saint-Priest.

  • Longueur : 32,416 m
  • Largeur : 2,4 m
  • Hauteur du plancher au-dessus du rail : 350 mm
  • Masse à vide : 38,4 t
  • Masse en charge normale : 52,48 t
  • Nombre de bogies moteurs : 2
  • Alimentation électrique : 750 V continu
  • Capacité de transport : 272 personnes (56 places assises)[5]
  • Vitesse maximale : 70 km/h
  • Kilométrage annuel moyen d'un véhicule : 60 000 km
  • Plancher bas intégral pour permettre l'accès aux personnes à mobilité réduite.
  • Système de climatisation.

Atelier[modifier | modifier le code]

Les rames sont remisées au Centre de maintenance de Saint-Priest - Porte des Alpes.

Projets[modifier | modifier le code]

Le 19 février 2016, le Sytral a voté l'extension de la ligne à l'arrêt Suchet de la ligne T1, situé du côté sud de la gare de Lyon-Perrache[6]. La mise en service de ce prolongement est prévue pour fin-2019.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rapport du délégataire Keolis Lyon au Sytral le 24 novembre 2015
  2. « Le Tramway sur le réseau TCL », sur sytral (consulté le 22 novembre 2011)
  3. Site du Sytral
  4. Pour alléger le tableau, seules les correspondances SNCF, métro, funiculaire, tramway et lignes majeures « C » sont données. Les correspondances bus sont reprises dans les articles de chaque station.
  5. Étude réalisée dans les conditions de confort minimales (moyenne de 6 personnes/m²).
  6. « Le tramway T2 aura son terminus à Suchet fin 2019 », sur Le Progrès, (consulté le 21 février 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • TCL, l'exploitant