Druillat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Druillat
Druillat
Église Saint-Georges.
Blason de Druillat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse
Maire
Mandat
Jean-Luc Emin
2020-2026
Code postal 01160
Code commune 01151
Démographie
Gentilé Druillatis
Population
municipale
1 146 hab. (2019 en diminution de 0,43 % par rapport à 2013)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 37″ nord, 5° 18′ 55″ est
Altitude Min. 232 m
Max. 343 m
Superficie 20,72 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Bourg-en-Bresse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Ceyzériat
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Druillat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Druillat
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Druillat
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Druillat
Liens
Site web druillat.fr

Druillat est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants de Druillat s'appellent les Druillatis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal situé entre Dombes et Revermont, est notamment traversé par le Suran et par la Leschère.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Druillat est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Bourg-en-Bresse, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (54,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (55,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (33 %), zones agricoles hétérogènes (29,3 %), terres arables (15,9 %), prairies (9,6 %), zones urbanisées (5,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,6 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,6 %), eaux continentales[Note 3] (1,2 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 2018, une étude du Registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera) met en lumière la naissance, dans un rayon de 17 km autour de la commune et sur seulement quelques années (de 2009 à 2014)[7],[8], de 8 bébés avec des malformations bras-mains, sans que les causes en soient déterminées ; au total, 18 cas semblables sont répertoriés dans le département de l'Ain[9], apparus entre 2000 et 2014[10].

En 2022, on peut dire qu'aucun bébé avec malformations n'est né sur la commune de Druillat. La commune n'est donc pas concernée. L'étude relayée par les articles de presse utilise abusivement le terme d'épicentre pour qualifier la commune de Druillat, selon une approche barycentrique qui n'a pas de sens. En effet, cette commune se trouve être à l'intersection des diagonales du département : ainsi, elle pourrait être au centre de tout phénomène diffus qui arriverait dans l'Ain.[réf. nécessaire]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Druillat est membre de la communauté d'agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Bourg-en-Bresse. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[11].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[12]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Ceyzériat pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[12], et de la première circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[13].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1871 1884 Pierre-Joseph Grand[14]    
Années 1880-1890 Années 1920 Claude Cruiziat[14]   Maire pendant trente cinq ans[14]
1929 1944 Eugène Léon[14]    
1945 1971 Francisque Buffet[14]    
1971 1978      
1978 1995 Georges Janton[15] PCF  
1995 2008 Jean-Paul Lierly   Réélu en 2001
2008 2014 Bernard Coulon    
2014 En cours Jean-Luc Emin[16]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[18].

En 2019, la commune comptait 1 146 habitants[Note 4], en diminution de 0,43 % par rapport à 2013 (Ain : +5,32 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8687848308719198679881 0481 052
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0971 0481 1011 1361 1781 1561 3901 0711 040
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
986995938823783765744694663
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
6276106447178238821 0821 0921 134
2015 2019 - - - - - - -
1 1491 146-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Jumelages[modifier | modifier le code]

Druillat est jumelée avec Drapeau de la Roumanie Ungureni (Roumanie) depuis 2000[21] dans le cadre du jumelage Revermont-Ungureni[22].

Sports[modifier | modifier le code]

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Le club cycliste « Vélo Club de Druillat » est implanté dans la commune. Il organise annuellement le Grand Prix de Rossettes[23].

La première étape du Tour de l'Ain 2013 est passée par Druillat[24], la côte de Druillat étant classée en quatrième catégorie.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts de Druillat.
  • Tour d'Ain, une sculpture contemporaine, installée en bord d'autoroute à Druillat.
  • Dans le hameau de Turgon, on peut citer le lavoir (et sa fontaine) qui abrite l'inscription suivante[26] : « Sous l’administration de M. Rougemont, maire, et de Gallet, adjoint l’an 1852, par la direction de M. Burjoud architecte ».

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé : au premier de sinople à un Saint-Georges portant un bouclier d’argent à la croix de gueules et chevauchant son destrier et terrassant le dragon, au deuxième d’argent à la croix pattée alésée de gueules, au troisième d’argent à deux fasces ondées d’azur et au quatrième de sinople à un crosseron (volute de crosse) d’or[30].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. « Détection d’un agrégat spatio-temporel d’anomalies réductionnelles des membres chez des enfants nés dans l’Ain entre 2009 et 2014 » [PDF], sur remera.fr, (consulté le ).
  8. « Druillat : sept bébés nés sans bras ou main à quelques années d'écart », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. Aurore Coulaud, « Bébés sans bras » : onze nouveaux cas dans l'Ain, une enquête « en cours », sur liberation.fr, Libération, 30 et 31 octobre 2018 (consulté le ).
  10. « Enfants « nés sans bras » dans l'Ain : les clefs de la controverse », sur francetvinfo.fr, France Télévisions, (consulté le ).
  11. « communauté d'agglomération du Bassin de Bourg-en-Bresse - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  12. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Druillat », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  14. a b c d et e « Quatre maires ont marqué leur époque », sur leprogres.fr, Le Progrès, .
  15. « Mémoires de Georges JANTON », sur DRUILLAT (consulté le ).
  16. « Jean-Luc Emin prend la succession de Bernard Coulon », sur leprogres.fr, Le Progrès, .
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  21. Annuaire des communes jumelées.
  22. « Jumelage : cette année, c’est au tour des Revermontois de recevoir les Roumains », sur leprogres.fr, Le Progrès,  : « douze jeunes Revermontois issus du comité de jumelage Revermont-Ungureni se sont déplacés en Roumanie pour découvrir ce pays et échanger ».
  23. « Cyclisme : le grand prix de Rossettes a retrouvé son cadre d’origine », sur leprogres.fr, Le Progrès, .
  24. « Le Tour de l’Ain cycliste de passage samedi », sur leprogres.fr, Le Progrès, .
  25. « Des visites pour découvrir l’église romane », sur leprogres.fr, Le Progrès, .
  26. « La fontaine et le lavoir de Turgon à Druillat », sur leprogres.fr, Le Progrès, .
  27. « Saviez-vous que Charles Mathon avait été tué à Druillat en 1944 ? », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi, , 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 12.
  29. « Georges Hugo », sur ordredelaliberation.fr.
  30. « Commission communication : Les Druillatis ont choisi leur blason », Druillat - Bulletin municipal,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]