Mions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mions
Mions
La mairie de Mions.
Blason de Mions
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Circonscription départementale du Rhône
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Claude Cohen
2020-2026
Code postal 69780
Code commune 69283
Démographie
Gentilé Miolands
Population
municipale
13 684 hab. (2020 en augmentation de 8,38 % par rapport à 2014)
Densité 1 184 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 47″ nord, 4° 57′ 22″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 250 m
Superficie 11,56 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mions
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mions
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte topographique de la métropole de Lyon
City locator 14.svg
Mions
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la métropole de Lyon
City locator 14.svg
Mions
Liens
Site web mions.fr

Mions [mjɔ̃s] est une commune française située dans la métropole de Lyon en région Auvergne-Rhône-Alpes. Les habitants de Mions sont appelés les Miolands[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Mions fait partie de la métropole du Grand Lyon. Située à 15 km au sud-est de Lyon, elle fait partie des communes dites de l'Est lyonnais.

Elle est composée d'un relief principalement plat, bien que l'est de la commune se situe sur une petite colline.

Le nord de la ville regroupe plusieurs zones d'activités et d'industries desservies par l'A46, alors que le reste des 1 156 ha de la commune est essentiellement une grande zone pavillonnaire.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Mions est limitrophe de cinq communes :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le carrefour de la Croix-Rouge.

Mions est une commune urbaine au sens de la grille communale de densité de l'Insee [Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes [5] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de France en termes de population, après Paris [6],[7].

Par ailleurs, la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon [Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris) [8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (C.L.C.), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (59,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (40 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (32,7 %), terres arables (32,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (19,3 %), zones agricoles hétérogènes (8,6 %), mines, décharges et chantiers (6,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,5 %) [10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820 - 1866), ainsi que la période actuelle (de 1950 à aujourd'hui) [11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Présentation géographique[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Mions est situé dans le sud-ouest de la plaine du Velin à une altitude d'environ 210 mètres. L’urbanisation s‘y et développée à l'ouest de la butte qui abritait l’ancien château juché à 253 mètres et qui se prolonge vers l’est sur 4 kilomètres jusqu’à la commune de Toussieu. Cette butte, large d’environ 1 km, vierge d’habitations, culmine au château d’eau à 268 mètres. Cette topographie est à l’image de l’ensemble du pays du Velin. D’une part, la forme de plaine est un acquis de l’ère tertiaire, du Miocène plus précisément, et correspond à l’accumulation de sédiments déposés au fond d’une mer en provenance des Alpes en formation. On les désigne sous le nom de molasse qui est une sorte de grès à ciment calcaire. Ces sédiments sont eux mêmes enfouis à une profondeur de quelques dizaines de mètres. La couche superficielle, elle, correspond à un épisode très récent de l’histoire géologique. Il y a une dizaine de milliers d’années le dernier des grands glaciers descendus de la chaîne des Alpes, le würmien, avait sa langue terminale à Grenay, soit à une dizaine de kilomètres à l’est. Lors de sa fusion, les eaux formèrent comme un vaste delta en direction de l’ouest et déposèrent leurs alluvions dites fluvioglaciaires par de larges chenaux, mettant ainsi en relief entre eux des buttes comme celle de Mions-Toussieu[12],[13].

L’héritage du Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

L’étymologie est de peu de secours lorsqu’on chercher à déceler une présence humaine sur le territoire de la commune. En choisissant de patronner l’ouvrage paru en 2007 sous le titre Mions, de Metono à la ville actuelle, la municipalité a opté pour une origine celtique. Dans cette langue, qui est celle de la peuplade des Allobroges, les mots met et dunum signifieraient respectivement colline et enceinte fortifiée.

Il faut attendre le XIIe siècle pour trouver la mention du nom de Mions dans un acte officiel. C’est en effet en 1170 que le pape Alexandre III justifie la prétention de l’abbaye lyonnaise de Saint-Just à détenir l’obéance de Méons. Cette sorte de seigneurie ecclésiastique était commune à plusieurs localités de ce secteur comme Bron, Décines, Solaize ou Saint-Laurent de Mure[14]. Mais la véritable autorité semble avoir toujours été détenue par des familles laïques dont le premier représentant connu Narchimant de Méons vivait en 1193.Cette famille détiendra le titre seigneurial jusqu’au décès en 1420 de son dernier héritier mâle mais il ne faut pas lui attribuer un grand rôle car elle était vassale du chevalier de Saint-Symphorien d’Ozon, qui détenait lui-même ses pouvoirs du comte de Savoie. Entre temps, en 1348 Mions, comme l’ensemble du Dauphiné avait été intégré au royaume de France[15].

La liste est assez fastidieuse des lignées seigneuriales qui se sont succédé jusqu’à la Révolution. Jamais, cependant ce secteur oriental de la commune n’aura mieux mérité l’appellation de château que depuis son appartenance au dernier propriétaire à partir de 1738. Barthélemy Jean-Claude Pupil, premier président de la cour des monnaies, lieutenant général civil et criminel en la sénéchaussée de Lyon s’y était faire construire un ensemble de bâtiments dignes de ce nom dans le style du XVIIIe siècle. Son domaine s’étendait sur plus de 1 000 bicherées (environ 130 ha). Il faisait forte impression sur la population. « Vivant plus souvent dans son hôtel particulier de la place Bellecour à Lyon ou à Paris qu’à Mions, son opulence et sa vie fastueuse l’avaient fait surnommer le milord de Mions. Son fils Barthélemy Léonard sera son dernier descendant. Opposant résolu à la Révolution il émigre en 1790 et décède à Venise en 1809. Ses biens avaient été vendus comme biens nationaux. Quant au château, il a été entièrement détruit par un incendie en 1799 à la suite d’une imprudence. Seuls subsistent aujourd’hui les anciens communs partiellement habités[16].

Imbert-Colomès[modifier | modifier le code]

A défaut d’informations détaillées sur la vie des Miolands sous la Révolution, il vaut la peine d’évoquer le rôle joué par Jacques Imbert, sa plus illustre personnalité, pendant cette période. Il était né à Lyon en 1729, dans une famille bourgeoise. Son père était négociant en soie et son grand père passementier. Sa mère était fille d’un commerçant en dorures de galon d’or et d’argent. En marge de ses études chez les jésuites, il manifesta une véritable passion pour la minéralogie et pour la botanique. Il s’était marié en 1764, à 35 ans avec Catherine Victoire Colomès dont la famille appartenait à la haute finance et, de ce fait, à la noblesse de robe. Il prit des responsabilités dans la gestion de la ville dès 1768 en tant que recteur de l’hôpital de la Charité et fut élu échevin à partir de 1787. Depuis 1786, il se faisait appeler Imbert-Colomès[17].

Au début de la Révolution, il exerçait en outre par intérim la fonction de gouverneur et était donc responsable du maintien de l’ordre. Il se constitua une garde prétorienne de jeunes bourgeois, ses muscadins. Affichant son attachement à la monarchie traditionnelle, il s’attira l’hostilité du parti des patriotes. En 1790, armés après l’attaque de l’arsenal, ceux-ci le poursuivirent jusque dans son domicile et il ne leur échappa que par les toits. Mais rien n’entama sa résolution de défendre la royauté. Il pouvait s’appuyer sur de nombreux partisans qui souhaitaient faire de Lyon la capitale de la monarchie. Dans cette intention, il prit même langue avec le comte d’Artois, frère de Louis XVI (le futur Charles X) en exil à Turin et avec les émigrés regroupés à Coblenz[18]. Sous la Terreur, il trouva son salut dans l’exil tandis que ses biens étaient placés sous équestre et que sa tête était mise à prix. Rentré en France sous le Directoire et rayé de la liste des émigrés, il fut même élu au Conseil des Cinq Cents. Sous Bonaparte, il continua à conspirer pour le retour de la royauté et dut se réfugier à Bath, en Angleterre, où il mourut en 1808 à 79 ans[19].

Mions 69780 - Cercle Genealogie - la glaciere.jpg
Passage de la magnanerie.

Il avait hérité d’importantes propriétés à Mions où les Imbert étaient implantés de longue date. Son père avait épousé une demoiselle Boucharlat, également richement dotée dans cette même commune. Sa maison, au cœur du village était entourée d’une propriété dans laquelle 30 bicherées - près de 4 ha - étaient plantées de mûriers alimentant une magnanerie : le nom d'une rue en conserve le souvenir. Ces activités s'étaient propagées à l'exemple du Dauphiné[20]. C’est à Mions qu’il s’était marié en 1764 et c’est encore là que fut célébré le mariage de sa deuxième fille en 1790. Il avait noué amitié avec le curé Jean-Baptiste Poidebard comme lui féru de sciences. Tous deux entretenaient de longues causeries qui se prolongeaient parfois fort tard dans la nuit et au cours desquelles ils parlaient histoire naturelle, physique, minéralogie. La cure était devenue pour ces deux fervents royalistes l’asile hospitalier ouvert jour et nuit au proscrit politique. C’est du reste avec l’aide de ce même Poidebard qu’il était parvenu à passer en Piémont lors de son premier exil[21].

Sa résidence a disparu ainsi que la magnanerie dont un passage perpétue le souvenir mais il existe toujours une glacière aménagée dans l’ancien jardin et devenue propriété de la commune[22].

La période contemporaine[modifier | modifier le code]

Une riche information sur cette période de plus d’un siècle et demi nous permet de suivre l’évolution de la commune en distinguant trois périodes.

L’apogée de la civilisation paysanne (1800-1866)[modifier | modifier le code]

La bonne santé démographique témoigne d'une grande confiance dans l’avenir. La population a, en effet, fortement augmenté de la Révolution (520 habitants en 1793) jusqu’à la fin du Second empire où le maximum démographique a été atteint en 1866 avec 935 habitants. De 1806 à 1868 le solde des naissances a toujours été positif. On peut mettre cet optimisme en relation avec les transformations de la société. Pendant la Révolution, la confiscation des biens seigneuriaux et ecclésiastiques et leur vente sous forme parcellisée ont été une aubaine pour la paysannerie : les deux tiers des terres ont être redistribuées à bon prix en moins de dix ans et payés avec des assignats dévalués. Sans doute cette redistribution ne s’est-elle pas faite sous une forme très égalitaire et ce sont les fermiers des grands domaines et quelques gros propriétaires qui ont profité principalement de l’aubaine[23]. Des trois catégories d’exploitants, la première et la plus nombreuse était celle des propriétaires faisant valoir leur terre ; venaient ensuite les rentiers : on peut entendre sous ce terme ceux qui vivaient de la location de leurs biens à des fermiers ou des métayers. Les plus déshérités étaient, bien évidemment, les journaliers sans terre qui louaient leurs services pour les travaux agricoles[24]. Ces inégalités sociales n’ont pas suscité des discordes dans la population qui s’en est accommodée au point de renouveler sa confiance aux mêmes équipes municipales. C’est ainsi que la dynastie des Perret, les plus riches propriétaires terriens, a dominé la municipalité pendant trois générations[25].

La commune de Mions vivait en autarcie grâce à la variété de ses productions agricoles. Un recensement à la veille de la Révolution nous informe sur l’importance de la culture céréalière, principalement celle du blé mais aussi du seigle, de l’avoine et de l’orge[26]. Ce tableau restait valable au XIXe siècle. La culture du colza pour son huile, semble s’être développée comme dans l’ensemble du canton. Chaque paysan tenait aussi à avoir sa parcelle de vigne. A l’élevage des vaches s’ajoutait un important troupeau de moutons sans parler des porcs. Les chevaux ont remplacé de plus en plus les bœufs pour les attelages. N’oublions pas, enfin, le renouveau de la sériciculture après la période révolutionnaire. La plantation de mûriers est même devenue une des préoccupations de la municipalité. Les derniers ont été plantés en 1862 alors que la pébrine commençait à opérer ses ravages[27]. Bien que bourg profondément rural, Mions possédait aussi un artisanat relativement prospère à commencer par celui induit par les pratiques agricoles mais il répondait aussi aux diverses attentes de la population en matière d‘équipement des ménages ou de construction[28]. La variété des commerces répondait aux besoins alimentaires et à l'habillement. Aujourd’hui transformées en parking de grandes halles s’animaient les jours de marché.

La physionomie du bourg où était regroupée la quasi-totalité de la population a gardé ses caractéristiques traditionnelles avec ses maisons en pisé ou en galets roulés faute de matériaux plus nobles sur place. Quelques transformations ont été opérées dans le centre. Une nouvelle mairie a été construite à proximité de l’église sur un terrain appartenant au presbytère. Les plans présentés en 1853 par l’architecte viennois Quenin n’ont reçu qu’en 1855 l’approbation du ministère. Celui-ci a estimé que la commune devait limiter ses ambitions compte tenu de ses possibilités financières : d’où la dissymétrie de l’édifice avec seulement deux travées à gauche de l’entrée contre trois à droite. Les travaux commencés en 1858 ont été achevés en 1861. Le bâtiment était prévu pour abriter mairie et école. Deux salles de classe ont été affectées à celle-ci au rez-de-chaussée. La mairie et le logement des enseignants se partageaient l’étage. Le cimetière attenant à l’église venait d’être transféré aux Etachères en 1850[29].

Le déclin (1866-1921)[modifier | modifier le code]

La population de Mions est passée entre 1866 et 1921 de 935 à 752 habitants, soit une diminution de 20%. L’exode rural est souvent invoqué pour expliquer cette baisse mais cette explication n’est pas suffisante. Il faut incriminer également la baisse de la natalité. A partir de 1869 et jusqu’à la Première Guerre mondiale le solde des naissances est à peu près toujours négatif. Ce phénomène affecte d’ailleurs l’ensemble du canton de Saint-Symphorien-d’Ozon[30].

Seule la place du village a subi d’importantes modifications. Des décisions de démolitions furent prises, les premières en 1867 et des foires purent ainsi y être organisées à partir de 1881. Mais le fait majeur est évidemment la suppression de l’ancienne église en 1880 et son remplacement par un nouvel édifice beaucoup plus prestigieux inauguré en 1892[31].

Portail transposé de l'exploitation laitière Fontrobert
Portail transposé de l'exploitation laitière Fontrobert

L’agriculture est restée l’unique activité et a subi peu de changements. Elle semble avoir été suffisamment prospère puisque la commune participait à l’alimentation de Lyon. On cite comme emblématique le cas de la famille d’éleveurs Fontrobert-Badin vivant au centre du village à la fin du XIXe siècle. Ses vaches faisaient partie d’un troupeau de 300 têtes qui livraient au total annuellement 500 000 litres sur le marché lyonnais. La sériciculture a été victime de la pébrine et les plantations de mûriers ont cessé bien avant même que ne se fasse sentir la concurrence des fibres artificielles[32]. La culture de la vigne a été très affectée par le phylloxéra mais cette maladie a été en bonne partie surmontée grâce à la greffe des plants sur souche américaine[33]. A peine peut-on parler de développement du machinisme : la mécanisation est restée essentiellement à traction animale. L’utilisation des premières moissonneuses-lieuses a interrompu les migrations traditionnelles des moissonneurs venus de Valencin et de l’Ardèche[34].

On signalera pour mémoire et pour n’y plus revenir la création d’une liaison ferroviaire à écartement métrique. Longue de 117 km, la ligne reliant Lyon à Saint-Marcellin ne fut terminée qu’en 1909. Elle comportait un arrêt proche du centre de la commune, à l’angle des actuelles rues Blériot et de la Libération, et un deuxième facultatif au sud, à la Croix Rouge. Sa gestion par la société T.O.D (Tramways de l’Ouest Dauphiné) ne donna jamais satisfaction comme en témoigne cette déclaration du Conseil municipal en 1924 : «Les élus estiment que les horaires soulèvent d’unanimes protestations de la part des populations et regrettent que les changements d’horaires ne soient jamais précédés d’enquêtes […]. Ledit tramway n’est plus utilisé que par les voyageurs dépourvus de tout autre moyen de locomotion». La ligne fut fermée en 1937. La gare elle-même a été détruite[35].

Cette période se clôt avec la Grande Guerre qui couta la vie à 20 Miolands. Leur mémoire a été perpétuée par une tombe au cimetière et une statue inaugurée en 1925[36].

D'une guerre à l'autre (1921-1945)[modifier | modifier le code]

La population de Mions est passée de 752 à 849 habitants entre 1921 et 1936, soit une augmentation de 12% en 15 ans. L’agriculture est, certes, restée l’activité dominante mais elle a occupé moins de bras car la véritable mécanisation a commencé : le premier tracteur est apparu en 1926. L’emploi des engrais a, par ailleurs, augmenté les rendements[37].

Le renouveau démographique est à mettre en rapport, paradoxalement, avec le développement industriel. En effet, à partir de 1917, la firme automobile Berliet s’est installée à Vénissieux. En 1924 ç’a été le tour des tissages Maréchal à Saint-Priest. Dans la conjoncture démographique d’une France anémiée par la Grande Guerre, il a été fait appel à une nombreuse main-d’œuvre étrangère. Les deux entreprises ont logé une grande partie de leur personnel dans leurs propres cités à côté de leur usine. Mais elles ont aussi recruté une partie de leur personnel dans la campagne voisine grâce à des autocars de ramassage. A Mions, il s’est agi principalement d’Espagnols venus pour la plupart de la même localité. Des Italiens ont aussi trouvé de l’emploi dans le bâtiment. Le nombre de ces immigrés est passé de 39 en 1926 à plus de 110 en 1936. Les femmes étaient particulièrement employées par la firme Maréchal tandis que les hommes étaient les plus nombreux chez Berliet. Il n’est pas exclu par ailleurs que des fils d’agriculteurs aient été intéressés par des emplois dans l’industrie moins pénibles et plus rémunérateurs que les travaux des champs[38].La population de Mions est passée de 752 à 849 habitants entre 1921 et 1936, soit une augmentation de 12% en 15 ans. L’agriculture est, certes, restée l’activité dominante mais elle a occupé moins de bras car la véritable mécanisation a commencé : le premier tracteur est apparu en 1926. L’emploi des engrais a, par ailleurs, augmenté les rendements[37].

La municipalité, ne pouvant plus se satisfaire du partage du bâtiment de la mairie avec les écoles et, devant l’afflux des élèves, s’est vue contrainte de construire un nouveau groupe scolaire séparément pour les garçons et pour les filles. Il a été ouvert en 1938.

La commune de Mions a certes été épargnée par les combats pendant la Seconde Guerre mondiale mais à la veille de sa libération, le 23 août 1944 un accrochage a opposé un groupe de maquisards à une patrouille allemande composée d’un side-car et d’un petit véhicule à chenilles. L’ennemi se vengera de ces résistants qui n’ont pas été en mesure de se défendre. Au terme de cette rencontre, on recueillera le corps des victimes de ce massacre. Une stèle rappelle ce tragique épisode. Sept rues de la ville en perpétuent également le souvenir. La rue du 23 août 1944 prolongée par celle de la Libération forme le très long axe central nord/sud de la ville[39].

Une foi ardente[modifier | modifier le code]

L’ancienne église, très délabrée, ne pouvait, de surcroît, accueillir tous les fidèles d’une paroisse de 900 habitants. Le conseil municipal décida en1878 d’en construire une nouvelle sous la conduite de l’architecte Emile Gandy. Le gros œuvre a été réalisé de1881 à 1892. Il fallut importer les pierres de différentes carrières, la masse principale provenant de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Elles étaient acheminées par voie ferrée jusqu’à la gare de Saint-Priest.

L’édifice de style néo-roman est composé d’une nef centrale accotée de deux nefs latérales moins élevées à la manière des anciennes basiliques. L’abside centrale est encadrée de deux absidioles. Les deux étages de la façade, à laquelle on accède par un escalier de six marches, sont surmontés du clocher ajouré de deux baies romanes géminées et sommé d’une flèche élancée couverte de tuiles écaillées avec un cadran d’horloge à sa base. A l’intérieur les trois nefs en berceau sont lambrissées et séparées par des colonnes à chapiteaux[40],[41].

L'ensemble du mobilier réunit, comme dans toute église, les éléments en rappel de la vie du Christ de sa naissance à la Passion. Des deux autels logés dans les absidioles latérales celui de droite en bois polychrome est dédié à la Vierge portant l’enfant Jésus. La statue date du XVIIIe siècle et a été classée monument historique en 1979. Celui de gauche est dédié à saint-Joseph. Au fond de l’abside est apposé un autel actuellement sans emploi. Le souvenir de Marie-Madeleine, patronne de la paroisse, n’est rappelé que par une huile sur toile datée du XVIIIe siècle. Le crucifix en bois date de la première moitié du XIXe siècle. L'illustration fait apparaître de part et d'autre deux des tableaux du chemin de croix. Dans le cul de four au-dessus de l'abside figure discrètement le chrisme qui entrecroise le khi et le rhô de la langue grecque.

L'Eglise catholique revendique le privilège de faire éclore des vocations de saints. Statues et viraux sont les deux modes de figuration.. Ils peuvent être de tous les âges de sa longue histoire. Saint Bruno est le fondateur du monastère de la Grande Chartreuse au XIe siècle ; saint Vincent de Paul qui s'illustra au XVIIe siècle avait fait un bref passage à Châtillon- sur Chalaronne dans ce même département de l'Ain où, au XIXe siècle, le curé d'Ars s'est rendu célèbre.

Mais l'Eglise se doit d'accompagner tous les Chrétiens de la naissance à la tombe. La cuve baptismale évoque la naissance. le bénitier en pierre contre le mur intérieur est sans doute hérité de l'ancienne église. De la chaire à prêcher l'officiant rappelle les fidèles à leurs devoirs. Comme dans beaucoup de communes, une plaque rappelle les soldats morts au combat pendant la Grande Guerre de 1914-18.

Les croix[modifier | modifier le code]

Le nombre de croix en témoignage de la foi des Miolands est forcément limité. La population étant exclusivement regroupée au village, elles y sont toutes concentrées. Mention spéciale doit être faite de la statue de la Madone érigée sur un très haut piédestal en 1897 après une mission au-dessus du village à proximité de l'ancien château[42].

Mions aujourd'hui[modifier | modifier le code]

L’explosion démographique[modifier | modifier le code]

Blason de Mions.
Mémoire miolane.jpg

Banale communauté rurale de quelque 300 habitants sous l’Ancien Régime, la commune n’était encore qu’un modeste village de 828 âmes en 1946. Elle est devenue une véritable ville et s'est inventée un blason. Le seuil des mille a été enregistré au recensement de 1954 (1040 exactement). On peut parler d’une véritable explosion démographique depuis la Libération et surtout depuis les années 1960. Les 13 244 habitants de 2019 représentent une multiplication de la population par 16 depuis 1946. On aura une idée du renversement des valeurs en rappelant que le chef-lieu de canton tout proche de Saint-Symphorien est passé, lui, dans le même temps de 1581 à 5 850 habitants ! Le rythme annuel de cette croissance a été maximal de 1968 à 1975 (8,7%). Il était encore de 5,3% entre 1982 à 1990. Il a, certes, fortement décru depuis mais se maintient tout de même à 1,6% de 2013 à 2019. De tels chiffres ne peuvent s’expliquer que par l’afflux de nombreux migrants. Entre 1968 et 1975 le rapport a été de 7,0% pour le solde migratoire contre 1,7% pour le solde naturel, les taux de natalité et de mortalité correspondant s’établissant respectivement à 21,1 et 4,6 pour mille. Ces mêmes taux sont passés respectivement entre 2013 et 2019 à 13,0 et 4,4 pour mille. Il en résulte aujourd’hui un équilibre entre les âges, avec une tranche de 20,3% pour les enfants de 0 à 14 ans et de 22,7% pour les plus de 60 ans[43].

Il a fallu beaucoup construire pour accueillir les nouveaux Miolands. Les chiffres sont éloquents : le nombre de logements est passé de 776 à 5 514 de 1968 à 2019. 2,6% du patrimoine immobilier actuel datent d’avant 1919, 3,7% si l’on y ajoute les constructions jusqu’en 1945 et encore seulement 13,1% jusqu’en 1970. 42,7% datent des deux décennies 1970 et 1980, 21,7% de la période 1991-2005. Le mouvement ne s’est guère ralenti, avec 23% pour les années 2006-2015[43].

Dans un premier temps, en 1968, la commune de Mions n’a guère apprécié la création d’une cité d’urgence de 70 chalets en bois. Il s’agissait de loger les personnes expulsées des bidonvilles du quartier lyonnais de Gerland où étaient engagées d’importantes opérations immobilières. Leur population représentait alors le tiers des habitants de la commune car s’y ajoutait celle d’une centaine de roulottes de nomades. L’association Notre-Dame des Sans Abris apporta son aide à ces populations regroupées à l’écart du village dans le secteur des Brosses, au nord de la commune mais qui n’en était cependant pas encore coupé car c’était bien avant 1992, date de la construction de l’autoroute de contournement . La commune était alors dirigée depuis 1965 par Joseph Sibuet. Il fallut consacrer pendant plus de dix ans tous les fonds libres à la scolarisation des enfants dans le groupe aujourd’hui dénommé Joliot Curie. La cité elle-même dut été entièrement rénovée. Echaudé par cette affaire, le maire militera dès lors pour une gestion des nomades à l’échelon de l’agglomération lyonnaise et s’opposera à toute extension[44].

Immeubles rue de l'égalité
Immeubles rue de l'égalité.

Par la suite le développement s’est opéré sous la forme de lotissements classiques dans le respect des règles d’urbanisme. Dans les années 1971-1990, ceux-ci comptaient pour 88% dans la construction contre 22% pour les immeubles à étages mais de hauteur modérée. L’évolution s’est faite en ordre inverse : de 2005 à 2018 sur un total de 1203 logements nouveaux la maison individuelle ne représente plus que 42%[43]. La plaine à l’ouest de la butte du château prend aujourd’hui la forme d’un ruban urbanisé de façon continue depuis le quartier de la Croix rouge au sud, sur la route départementale 149, jusqu’à celui des Brosses au nord à la limite avec la commune de Saint-Priest. La soudure est maintenant réalisée avec l'ensemble de l'agglomération lyonnaise.

Le problème de l'emploi[modifier | modifier le code]

Les catégories socioprofessionnelles sont représentées de manière équilibrée dans la population de Mions. On ne s’étonnera pas de la disparition de celle des agriculteurs[43].

Taux des catégories socioprofessionnelles
Agriculteurs 0,0 %
Artisans, commerçants, chefs d’entreprise 6,8 %
Cadres supérieurs 15,1 %
Professions intermédiaires 21,5 %
Ouvriers 15,4 %
Retraités 19,3 %
Autres personnes 2,6 %

Ces données sont corroborées par celles concernant le niveau de diplôme[43].

Niveaux de diplômes
Aucun 18,6 %
Brevet (collège) 5,6 %
Baccalauréat 21,4 %
Baccalauréat + 2 19,4 %
Baccalauréat + 3 ou 4 10,8 %
Baccalauréat + 5 ou + 7,8 %
Autoroute A46 dans la traversée de Mions.

La population active est donc disponible pour les secteurs les plus diversifiés de l’économie. Le territoire de Mions n’est, certes, pas totalement dépourvu d’activités industrielles. A sa limite nord-ouest un quartier lui est consacré qui inclut les ZI des Pierres Blanches et Léopha ainsi qu’une plateforme logistique. Ce n’est qu’une minime partie d’un vaste ensemble cartographié sous l’appellation de ZI Lyon Sud-est qui concerne bien davantage Vénissieux, Saint-Priest et Corbas. Mais 85,3% des Miolands vont travailler à l’extérieur. Les 14,7% de résidents qui ont un emploi sur place sont donc très minoritaires. Mions est bien desservie par deux lignes d’autobus des TCL (Transports en Commun de Lyon) à grande fréquence mais elles ne sont utilisées que dans la proportion de 8,6%. C’est dire l’importance des migrations alternantes quotidiennes par voiture, l’ensemble de la métropole étant facilement accessible grâce à l’échangeur de l’A46 situé à proximité sur la commune de Saint-Priest. La notion s’impose donc de commune-dortoir.

Services publics[modifier | modifier le code]

Ecole et famille[modifier | modifier le code]

L’école inaugurée le 3 juillet 1938 était fréquentée par 157 élèves en 1944. Elle n'était plus en mesure d’accueillir les enfants lors de la grande croissance démographique à partir des années 1970. Elle accueillait alors les garçons dans son aile gauche et les filles dans son aile droite. Le bâtiment est aujourd’hui affecté aux petits de la maternelle mais son agrandissement sur l’arrière est devenu une école primaire mixte. L’ensemble a reçu le nom de Joseph Sibuet. Ce Savoyard d’origine né en 1912 avait reçu sa première affectation d’instituteur à Mions, en 1930, à l’âge de 19 ans. Après diverses péripéties, il devait retrouver ce poste en 1943 aux côtés de son épouse mutée également dans la commune. Son action ne se limita pas à ses seules activités d’enseignant. C’est pourquoi il fut élu maire en 1965 en remplacement de Paul Mouyon, premier magistrat depuis 1947 en fin de mandat qui ne se représentait pas. J.Sibuet deviendra conseiller général du canton de Saint-Symphorien-d’Ozon en 1969 intégré au département du Rhône et le restera jusqu’en 1986. Il décèdera en 1994 à l’âge de 82 ans[45].

Trois autres groupes scolaires ont dû être construits sur la commune au fur et à mesure de l’installation de jeunes foyers. Le premier auquel on a attribué le nom du célèbre physicien Joliot Curie se situe à l’extrême nord-ouest de la commune. Le deuxième fut construit en 1974 par l’architecte Roland en position centrale. Le plus récent, Germain Fumeux, reste proche du centre et est mieux à même d’accueillir les élèves des lotissements occidentaux. Il est complété par la crèche des Diablerets. La taille de la commune a justifié la création d’un CES (collège d’enseignement secondaire) auquel a été donné le nom de Martin Luther King, le célèbre défenseur américain de l'égalité raciale.

Les initiatives de la municipalité ne se limitent pas au seul secteur éducatif. Elle a créé le CATEM (Centre Administratif et Technique Municipal de Mions) qui est au service des parents en quête d’assistance pour l’éducation de leurs enfants dès leurs plus jeunes années (crèches, relais d’assistance maternelle) et jusqu’à leur adolescence pour la pratique d’activités sportives ou de simple loisir. Quant au CLSH Marcel Moiroud, route de Toussieu, il est l’équivalent d’un centre aéré particulièrement fréquenté pendant les périodes de vacances.

En matière d’action sociale, la Maison de la Métropole de Mions, comme ses 56 homologues de l’agglomération lyonnaise, est « une porte d’entrée de proximité aux services de la métropole : protection maternelle et infantile, enfance, santé, social, insertion, accompagnement des personnes âgées et des personnes en situation de handicap». La maison des séniors, elle, est un lieu chaleureux et convivial à disposition de personnes parvenues à l’âge de de la retraite qui désirent se rencontrer pour des activités distractives ou de simples échanges. La résidence Marianne met 60 logements à disposition des personnes âgées ayant conservé leur autonomie et désireuses de disposer des divers services en matière de restauration, d’hygiène, de santé. Elle favorise également le maintien de liens sociaux entre les résidents.

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

On imagine, à la seule énumération des bâtiments qui lui sont consacrés l’intensité de la vie culturelle. La médiathèque Jacques Prévert, ouverte en 2006, met à disposition du public dans ses vastes locaux de 900 m2 de plain-pied une riche documentation de 30 000 pièces et accueille toutes sortes de manifestations culturelles (conférences, expositions, ateliers, concerts, projections). La seule approche du Centre culturel ou Maison des arts dit assez par la profusion des motifs peints sur deux de ses façades le foisonnement des activités artistiques qu’il peut accueillir dans toutes leurs formes d’expressions. L’école de musique enfin «organise des activités culturelles et des événements en lien avec la musique ainsi que la découverte, l‘enseignement et la promotion de la pratique de la musique dans toutes ses formes».

Sécurité[modifier | modifier le code]

La commune est dotée de tous les organismes chargés d’assurer la sécurité de ses administrés à commencer par une police municipale en plein centre du bourg entre la mairie et l'école J. Sibuet. La caserne des pompiers dispose aussi de locaux spacieux. Sa localisation proche de la zone d’activité y faciliterait ses interventions. L’Etat se devait, pour sa part, d’élever son niveau de contrôle au niveau adéquat pour un village transformé en une véritable ville grâce à la création d’une gendarmerie. Par ailleurs, les Miolands disposent d'un bureau de poste entièrement rénové.

Les équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Les sportifs n'ont pas été oubliés. Citons par exemple, en ce qui concerne les activité de plein air, les amateurs de football qui ont à leur disposition les stades Jean Rougé et Sonny Anderson. Les tennismen y ajoutent en plus le plateau de la route de Corbas. Pour les activités en salle, la maison des arts martiaux est à deux pas du centre tout comme le gymnase Jean Tardy.

Conclusion

On peut considérer le cas de Mions comme tout à fait exceptionnel. Bien des villages, certes, ont été transformés en communes dortoirs dans la périphérie des grandes agglomérations. Mais la transformation a été ici extrêmement forte et les services publics ont été créés avec une rapidité rarement égalée.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne magnanerie ;
  • Le château de Mions [47] ;
  • La glacière ;
  • La halle, tenant lieu de marché les mercredis et samedis matin ;
  • La Madone ;
  • La vierge à l'enfant (XVIIIe siècle), classée aux monuments historiques.
  • Château de Mions - Façade principale.

    Château de Mions - Façade principale.

  • La Madone.

    La Madone.

  • La halle.

    La halle.

  • La glacière

    La glacière

  • Quand la mairie faisait aussi office d'école.

    Quand la mairie faisait aussi office d'école.

  • L'église.

    L'église.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Abbé Jean-Baptiste Poidebard (ru) (1761 - 1824) : ce stéphanois d’origine fût un temps curé de Mions. Il devint ingénieur-inventeur de l’empire de toutes les Russies.
  • André Marcadier : producteur d'automobiles sportives en kit à monter soi-même [48] dont l'atelier de production était situé à Mions entre 1963 et 1980[49].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Trivier Perret    
Jean-François Perret    
Émile Merle    
Clément Poulet    
Auguste Sertelon    
Marius Rambaud    
Amédée Quinon    
Alfred Fournier    
Paul Mouyon    
Joseph Sibuet CIR puis PS Conseiller général du canton de Saint-Symphorien-d'Ozon (1968 → 1988)
Vice-président du conseil général du Rhône
Louis Miachon PS  
Bernard Chêne DVD[50] Évaluateur des Domaines
Vice-président du Grand Lyon (1995 → 2001)
Élu à la suite d'une élection municipale partielle
Paul Serres PS Instituteur puis directeur d'école
En cours Claude Cohen UMP-LR Retraité
Réélu pour le mandat 2020-2026
Les données manquantes sont à compléter.

Vie[modifier | modifier le code]

La maison des arts.
  • Centre culturel Jean Moulin
  • Résidence pour seniors
  • Cinéma "Ciné'Mions"
  • Collège Martin Luther-King
  • Commerces : boulangeries, traiteur, pharmacies, presses, opticiens, magasin bio, pressing, restaurants, deux marchés par semaine sous la halle, etc …
  • École de musique (AMMi - Association Musicale de Mions)
  • Gendarmerie
  • Groupes scolaires : Germain Fumeux, Joliot-Curie, Louis Pasteur et Joseph Sibuet.
  • Halte-garderie
  • Jardin de l'équilibriste, du nom de la sculpture "L'équilibriste" de Josef Ciesla, à l'entrée du centre culturel et de la médiathèque
  • Lignes de transport en commun du réseau TCL : Bus TCL Ligne 62 vers la gare de Vénissieux via Saint-Priest, Bus TCL Ligne 87 vers la gare de Vénissieux et Bus TCL Ligne 2960 vers Lyon Part Dieu ou Saint-Jean-de-Bournay (tarification Transisère)
  • Maison des arts
  • Médiathèque Jacques Prévert [51]
  • Parcours sentiers pédestres
  • Professions libérales : médecins, dentistes, pédicure, infirmiers, notaire, etc ...

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Biennale de généalogie.
  • Le comité des fêtes C'fêtes Mions organise entre-autres chaque année le bal du , la fête de la musique au parc Monod, ou encore la fête médiévale de Mions.
  • Ciné'Mions propose des conférences en complément des séances de cinéma et participe régulièrement au Festival Lumière.
  • La médiathèque Jacques Prévert propose des animations grand public (animations numériques, heures du conte, rencontres d'auteurs, etc ...).
  • Festi'Gones est un festival annuel organisé par le centre culturel Jean-Moulin se déroulant pendant les vacances scolaires d'hiver (entre février et mars). Sa programmation se compose de spectacles, de concerts, de projections de films d'animation, ainsi que des ateliers en rapport avec la thématique choisie chaque année.

Manifestations sportives[modifier | modifier le code]

  • Tournoi international de judo se déroule dans le courant du mois d'avril. C'est une compétition internationale pour les trois catégories d'âge poussin, benjamin et minimes. Le tournoi est organisé et géré par l'Amicale Laïque de Mions (A.L.M.) section judo[52].
  • En 2014, la ville de Mions met en place un Office Municipal des Sports (O.M.S.), afin de fédérer toutes les associations sportives miolandes autour d'un pôle central. En 2015, l'O.M.S. organise pour la première fois le Parcours du cœur [53], une opération de sensibilisation à la santé et au sport. La même année, l'office organise un trail : le Mions Trail [54].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[55],[Note 3].

En 2020, la commune comptait 13 684 habitants[Note 4], en augmentation de 8,38 % par rapport à 2014 (Rhône : +4,53 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
520602611724776821836877891
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
911926935905879900850810805
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7727417487527968568498281 040
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 8672 8485 0816 0449 14510 28311 28011 94313 244
2020 - - - - - - - -
13 684--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[56] puis Insee à partir de 2006[57].)
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Giraud, Mions et la Révolution, in Mions, notre commune, bulletin municipal, déc. 1989, p. 27-28.
  • Association Mémoire Miolande, De Metono à la ville actuelle : onze siècles d’histoire. Ed. ville de Mions, 2007, 283 p.
  • André Charvet, Le pays du Velin, Neyron, ARELM (Agence régionale d'édition pour les municipalités), , 160 p. (ISBN 2-86296-011-X).
  • ouvrage collectif, Mions, de Metono à la ville actuelle, Millau, Ville de Mions, , 285 p..
  • Préinventaire des monuments et richesses artistiques : Commune de Mions, Département du Rhône, , 31 p..
  • « Commune de Mions (69283) », sur Institut national de la statistique et des études économiques, .

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Charvet 1984, p. 15-20.
  13. Pierre Mandier, Le relief de la moyenne vallée du Rhône au Tertiaire et au Quaternaire, BRGM, , 654 p., p. 191-197
  14. Charvet 1984, p. 5.
  15. Charvet 1984, p. 65-93.
  16. Ville de Mions 2007, p. 22-29.
  17. Ville de Mions 2007, p. 36-38.
  18. Ouvrage collectif, Histoire de Lyon des origines à nos jours, Lyon, éditions lyonnaises d'art et d'histoire, , 955 p. (ISBN 978-2-84147-190-4), p. 629
  19. Ville de Mions 2007, p. 38-39.
  20. Pierre Léon, Les origines de la grande industrie en Dauphiné de la fin du XVIIe siècle à 1869, Paris, Presses Universitaires de France, , p. 587-597
  21. Ville de Mions 2007, p. 39-41.
  22. Ville de Mions 2007, p. 36-43.
  23. Ville de Mions 2007, p. 156.
  24. Ville de Mions 2007, p. 159-160.
  25. Ville de Mions 2007, p. 149.
  26. Ville de Mions 2007, p. 155.
  27. Ville de Mions 2007, p. 181-185.
  28. Ville de Mions 2007, p. 142-147.
  29. Ville de Mions 2007, p. 102.
  30. Ville de Mions 2007, p. 140.
  31. Ville de Mions 2007, p. 147-148.
  32. Ville de Mions 2007, p. 185.
  33. Ville de Mions 2007, p. 169.
  34. Ville de Mions 2007, p. 161.
  35. Ville de Mions 2007, p. 111-116.
  36. Ville de Mions 2007, p. 45-51.
  37. a et b Ville de Mions 2007, p. 165.
  38. Ville de Mions 2007, p. 142.
  39. Ville de Mions 2007, p. 56-58.
  40. Préinventaire 1981, p. 13-17.
  41. Ville de Mions 2007, p. 78-81.
  42. Préinventaire 1981, p. 18-20.
  43. a b c d et e INSEE 2023.
  44. Ville de Mions 2007, p. 255-256.
  45. Ville de Mions 2007, p. 255-259.
  46. « Mions. La commune prend l’accent allemand », sur www.leprogres.fr (consulté le )
  47. « Si Mions m'était conté… - www.histoire-genealogie.com », sur www.histoire-genealogie.com (consulté le )
  48. « les automobiles Fournier-Marcadier ».
  49. « Nécrologie d'André Marcadier ».
  50. Résultats des municipales 2001 à Mions
  51. « Portail Médiathèque Jacques-Prévert », sur mediatheque.mions.fr (consulté le )
  52. « Le Tournoi International de Mions », sur judomions.fr (consulté le ).
  53. « Les Parcours du Cœur », sur Ville de Mions (consulté le )
  54. « Mions Trail 5 », sur oms-mions (consulté le )
  55. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  56. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  57. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.