Francheville (métropole de Lyon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Francheville.

Francheville
Francheville (métropole de Lyon)
Église Saint-Roch
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Michel Rantonnet
2014
Code postal 69340
Code commune 69089
Démographie
Gentilé Franchevillois[1].
Population
municipale
14 198 hab. (2017 en augmentation de 4,4 % par rapport à 2012)
Densité 1 736 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 14″ nord, 4° 45′ 51″ est
Altitude 262 m
Min. 179 m
Max. 308 m
Superficie 8,18 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Francheville
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte topographique de la Métropole de Lyon
City locator 14.svg
Francheville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Francheville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Francheville
Liens
Site web www.mairie-francheville69.fr/

Francheville est une commune française de la métropole de Lyon en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les trois quartiers de Francheville : Francheville-le-Haut (au Sud), Francheville-le-Bas (à l'Est) et Bel Air (Au Nord)

Francheville est une commune de 817 hectares (dont 450 hectares en zone naturelle), son point culminant est le Fort du Bruissin (Francheville Le Haut) à 308 mètres ; son point le plus bas est au quartier Châter (Francheville le bas) à 215 mètres.

Le relief particulier ainsi que l’histoire expliquent que la commune est partagée en trois quartiers (le Bourg ou Francheville-le-Haut, le Châter ou Francheville-le-Bas et Bel Air), géographiquement très distincts.

Le quartier du Châter, à l'entrée du quartier de Francheville le Bas, doit son nom au château dont il subsiste des ruines qui surplombent la vallée de l'Yzeron. Un affleurement rocheux supporte ces ruines féodales ainsi qu'un pont qui enjambe la Vallée de l'Yzeron environ 45 mètres plus bas. Des maisons aux jardins étagés descendent jusqu'au ruisseau. Des éboulements et des coulées de terre s'étant produits à plusieurs reprises, la base abrupte du Rocher qui longe la voie de circulation D75 a fait l'objet de travaux de consolidation. C'est un goulot d'étranglement pour la circulation automobile actuelle[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Ce sont les mouvements de glissement des glaciers qui ont, au Quaternaire, structuré la région. On trouve des affleurements rocheux, des moraines glaciaires, des strates sédimentaires, des plaines alluviales, avec l'apparition des vallées et des cours d'eau dont le ruisseau Yzeron, le plus long des ruisseaux de l'Ouest Lyonnais avec ses 25,1 kms[3].

Les sables de l'Yzeron à l'époque romaine, ont été utilisés pour le mortier de construction des théâtres antiques de Lyon et de sa région[4].

Les ammonites ont disparu en même temps que les dinosaures en même temps que la "crise Crétacé - Tertiaire", et l'on en trouve un peu partout en France. Elles ont souvent été incluses dans des ouvrages d'art : un petit pont sur l'Yzeron, et sur la maison Jacques Faure à Francheville le Bas[5].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Francheville est une commune située à l'ouest de l’agglomération lyonnaise.

Rose des vents Tassin-la-Demi-Lune Lyon Rose des vents
Craponne N Sainte-Foy-lès-Lyon
O    Francheville    E
S
Brindas 1 Chaponost 1
1 Arrondissement de Villefranche-sur-Saône




Toponymie[modifier | modifier le code]

Francheville se nomme Franchevéla en arpitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le relief de la région nécessita la construction des viaducs de Francheville pour permettre la réalisation de la ligne du Bourbonnais

Francheville est historiquement la première banlieue de Lyon[pas clair]. Avec la civilisation romaine, « franca villa », prend une importance toute particulière. En effet, les voies romaines, en direction de Lyon (Lugdunum, capitale du monde gallo-romain), remplacent les pistes des marchands et leur trajet passera sur son territoire.

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Franche-Commune[6].

Le Grand Lyon disparait le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon. La commune quitte ainsi le département du Rhône[7].


Patrimoine[modifier | modifier le code]

En 1193, l'archevêque Renaud De Forez fait construire un château-fort sur le rocher qui surplombe la vallée de l'Yzeron afin de protéger son territoire contre les invasions. Entre 1624 et 1642, le « castel de Francheville » est complètement démantelé sur les ordres du Cardinal de Richelieu, qui redoute l’importance stratégique de cette cité aux portes de Lyon.

On trouve la trace du Vieux Château en 1226, édifié en surplomb d'un gué de l'Yzeron. Il faisait partie d'un ensemble de plusieurs châteaux forteresses construits par l'archevêque de Lyon Renaud de Forez.

Grâce à la forte personnalité de l'Archevêque de Lyon, le comté de Lyon est doté d'une organisation administrative efficace et rentable. L'Archevêque construit plusieurs châteaux, fortifie les domaines ou renforce onze autres sites. Le chateau surplombe sur son rocher un gué de l'Yzeron et sa position stratégique révèle sa mission de surveillance de la vallée[8]. On possède très peu d'informations sur le château de Francheville, durant les XIVème et XVème siècles.

La Guerre de Cent ans (1337-1453) est en fait une suite d'épisodes guerriers entrecoupés de pauses. Lorsque le premier traité de paix est signé en 1360, le pays est ravagé par les crises économiques, les épidémies comme la peste en 1361, les catastrophes naturelles.

Les soldats-mercenaires, au chômage, ravagent de leurs crimes les campagnes appauvries (les Tards-venus, les Routiers, les Écorcheurs)[9]. Avec la crise économique, les caisses sont vides. Les châteaux-forts, durement touchés par les guerres, sont plus ou moins en ruines, et les citadelles effondrées, abandonnées.

L'Église n'a plus les moyens d'entretenir ses biens. Malgré la reprise économique (deuxième moitié du XVème siècle) et la remise en culture des terres en friche, certaines forteresses sont restaurées, d'autres rasées ou abandonnées, devenues inhabitables ou indéfendables, comme le château de Francheville.

La destruction du Vieux-Château aurait été ordonnée par le Cardinal de Richelieu, le jugeant menaçant pour Lyon et le pouvoir royal. On a rétabli la vérité historique, à savoir que la forteresse était déjà abandonnée au XVIème siècle par un autre cardinal[10]. Les progrès de la science de la guerre sont venus à bout des citadelles imprenables[10]. On est passé de la catapulte romaine, ou baliste, au trébuchet à balancier, de plus en plus offensif et perfectionné, des pierres aux boulets de fer et à la poudre provoquant de plus en plus de dégâts. L'agonie des châteaux a duré plus d'un siècle en fonction de l'évolution de l'armement[11].

En 1712 et 1715, les murailles d'enceinte s'écroulent en partie, à deux reprises, sans faire de victimes. Les habitants sont inquiets, un jugement interdit désormais de prélever les pierres sous peine d'amende. Le processus de dégradation se poursuit et reste une menace pour les riverains[10]. Au XIXème siècle, en 1886, le Vieux Château est amputé de son tiers Nord-Ouest, pour la création d'une voie d'accès entre les deux quartiers, Francheville le Haut et Francheville-le Bas. On construit un nouveau pont sur l'Yzeron, devenu Pont-Neuf, de nos jours[10],[12].

Le sort des ruines ressort dans les années 1960. En 1966, le projet est l'arasement complet du rocher, donc la destruction des ruines médiévales qu'il supporte. Pour le sauvegarder, le Château est inscrit dans l'Inventaire des Monuments Historiques sous le numéro MH1982/07/12 PA 69000763[10].

En 2001 et 2002, sont pris deux arrêtés deux municipaux de péril, et des travaux de consolidation sont entrepris en 2003. Aujourd'hui, le chateau appartient à la commune de Francheville, les héritiers des derniers propriétaires Marjollet ayant finalement cédé ces ruines médiévales pour un euro symbolique[10].

En empruntant le Chemin de Ronde, on peut voir aujourd'hui la seule fenêtre restante, une ouverture rectangulaire inscrite dans la muraille haute encadrée de pan coupé ou chanfrein en pierre de taille, un calcaire blanc fin[10]. Les maisons environnantes s'appuient encore sur le rocher, pressées les une sur les autres avec des terrasses et des jardins clos. Les ruines sont interdites au public.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Francheville
Blason de Francheville Blason De gueules à la tour d'or avec son avant-mur dextre ruiné, le tout maçonné de sable, ouvert et ajouré du champ, posé sur un rocher d'argent mouvant de la pointe; au chef cousu d'azur chargé de trois amphores d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs de Francheville
Période Identité Étiquette Qualité
Ernest Reyre DVD  
Claude Jaricot    
Pétrus Bernard   Notaire
Lapine    
Ferlay    
Carteron    
Carrel    
Gabriel Richard    
Claude Vacheron DVD  
Jean-Charles Mallen DVD  
René Lambert PS Avocat
En cours Michel Rantonnet UDI-LR Cadre bancaire retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[13],[Note 1].

En 2017, la commune comptait 14 198 habitants[Note 2], en augmentation de 4,4 % par rapport à 2012 (Rhône : +5,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7866267769771 1031 2371 3851 5511 528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6971 8431 7071 8581 8742 0052 1432 0921 912
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0182 0031 9181 9442 2372 8052 6593 0773 527
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
4 0644 9328 0999 50010 86311 32411 66712 98014 278
2017 - - - - - - - -
14 198--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 39 516 € ce qui plaçait Francheville au 2 739e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[15].

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 2013, pour la commune s'élève à 8,7 %[16], un chiffre nettement inférieur à la moyenne nationale (10,2 %)[17].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[18].

Culture[modifier | modifier le code]

Francheville est particulièrement connue pour le Fort du Bruissin, ancien fort militaire reconverti en cité artistique, et le festival Fort en Jazz qui se déroule tous les ans.

Ce festival fort en jazz a été supprimé au changement de municipalité. Une association a été créée par des bénévoles "ca jazze fort à Francheville" pour que le jazz continue à résonner à Francheville

On y trouve également de nombreuses associations culturelles (environ 120) :

Théâtre
  • Pièces en stock (improvisation)
  • La Traboule (troupe)
  • La Ruée vers l'art (atelier pour enfants et ados)
  • Just'In (troupe / ateliers théâtre adulte / stages adultes)
  • Scène Franche (troupe)
  • Théâtr'Art (jeu théâtral et masqué, création de masques)
  • Théâtre de Bulle (théâtre masqué, burlesque et musical…)
Musique, chant et créations artistiques 
  • École de musique de Francheville
  • la Cantoria
  • Association Expression Vocale de Francheville
  • Chorale Bel-Air (AEVF)
  • Big Band de Francheville
  • Chorale Saint Roch
  • Ensemble Vocal Cantabile
  • Musika Franche
  • Pro lyrica
  • In Voce Veritas
danse 
  • C.L.L.E.F
  • Emmanueli'Dance
  • Centre social Michel Pache
  • Association des familles
arts plastiques 
  • Vivre à bel air
  • Atelier et rencontre
  • Peintres de l'Yzeron
  • L'effet d'artistes
  • C.L.L.E.F
  • l'Art est nié
Culture générale et patrimoine 
  • Le patrimoine de Francheville
  • Amis de la bibliothèque
  • Comité de jumelage

Transports[modifier | modifier le code]

Francheville est desservie par une gare, ainsi que par les bus TCL C19, C20, C24, 73,14.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Jean-Paul Muel est un acteur français,est né à Francheville.

Immudelki (ou Immu) créateur de l'I.F.S.C.L. (Interface Fictionnelle du Super-calculateur de Code Lyoko) développe son jeu à Francheville.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Association Le Patrimoine de Francheville., Francheville, sur la route de l'histoire, Association Le patrimoine de Francheville, [2018] (ISBN 978-2-9548156-0-2 et 2-9548156-0-4, OCLC 1061218079, lire en ligne)
  3. Association Le Patrimoine de Francheville., Francheville, sur la route de l'histoire, Association Le patrimoine de Francheville, [2018] (ISBN 978-2-9548156-0-2 et 2-9548156-0-4, OCLC 1061218079, lire en ligne), p. 5,125-126
  4. G. Mazenot, « Le sable de l'Yzeron et le théâtre romain de Fourvière », Les Études Rhodaniennes, Vol.16, n°3,‎ , p. 125-172
  5. Association Le Patrimoine de Francheville., Francheville, sur la route de l'histoire, Association Le patrimoine de Francheville, [2018], 126 p. (ISBN 978-2-9548156-0-2 et 2-9548156-0-4, OCLC 1061218079, lire en ligne)
  6. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Métropole : clap de fin pour le Grand Lyon, Lyon Capitale
  8. Association Le Patrimoine de Francheville., Francheville, sur la route de l'histoire, Association Le patrimoine de Francheville, [2018], 133 p. (ISBN 978-2-9548156-0-2 et 2-9548156-0-4, OCLC 1061218079, lire en ligne)
  9. Association Le Patrimoine de Francheville., Francheville, sur la route de l'histoire, Association Le patrimoine de Francheville, [2018], 233 p. (ISBN 978-2-9548156-0-2 et 2-9548156-0-4, OCLC 1061218079, lire en ligne)
  10. a b c d e f et g Association Le Patrimoine de Francheville., Francheville, sur la route de l'histoire, Association Le patrimoine de Francheville, [2018] (ISBN 978-2-9548156-0-2 et 2-9548156-0-4, OCLC 1061218079, lire en ligne)
  11. Beffeyte, Renaud, 19.-, L'art de la guerre au Moyen Age, Ouest-France, (ISBN 2-7373-3744-5 et 978-2-7373-3744-4, OCLC 419577008, lire en ligne)
  12. Association du Patrimoine de Francheville, Francheville, un patrimoine... Images de 2013, , p. 7
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. « Revenus fiscaux localisés des ménages-Année 2010 », sur site de l'Insee, (consulté le 16 novembre 2016)
  16. « Comparateur de territoire−Commune de Francheville (69089) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 12 février 2017)
  17. « Le taux de chômage au sens du BIT baisse de 0,1 point au quatrième trimestre 2013 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 12 février 2017)
  18. « Les villes et villages fleuris - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie », sur www.cnvvf.fr (consulté le 29 décembre 2015)