Cailloux-sur-Fontaines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cailloux-sur-Fontaines
Cailloux-sur-Fontaines
Mairie de Cailloux-sur-Fontaines.
Blason de Cailloux-sur-Fontaines
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Circonscription départementale du Rhône
Métropole Métropole de Lyon
Arrondissement Lyon
Maire
Mandat
Angélique Enderlin
2020-2026
Code postal 69270
Code commune 69033
Démographie
Gentilé Cailloutains
Population
municipale
2 883 hab. (2019 en augmentation de 14,18 % par rapport à 2013)
Densité 332 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 51′ 12″ nord, 4° 52′ 32″ est
Altitude Min. 218 m
Max. 314 m
Superficie 8,69 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Neuville-sur-Saône
Localisation
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte administrative de la métropole de Lyon
City locator 14.svg
Cailloux-sur-Fontaines
Géolocalisation sur la carte : métropole de Lyon
Voir sur la carte topographique de la métropole de Lyon
City locator 14.svg
Cailloux-sur-Fontaines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cailloux-sur-Fontaines
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cailloux-sur-Fontaines
Liens
Site web mairie-caillouxsurfontaines.fr

Cailloux-sur-Fontaines est une commune française située dans la métropole de Lyon, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Distante de 11 kilomètres par rapport à la place Bellecour, point kilométrique 0 de Lyon, la commune est située en bordure intérieure nord-est du Grand Lyon, sur le plateau de la Dombes.

Géologie[modifier | modifier le code]

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Dans le Rhône :

Dans l'Ain :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par le ruisseau des Échets.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Cailloux-sur-Fontaines est de type semi-continental à influences méditerranéennes.

Transports[modifier | modifier le code]

Les bus de la ligne 77 des Transports en commun lyonnais relient Fontaines-sur-Saône (pont de Fontaines) à Caluire-et-Cuire via Cailloux-sur-Fontaines tous les quarts-d'heure au maximum et tous les trois quarts-d'heure au minimum jusqu'à 21 h le soir.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cailloux-sur-Fontaines est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[4] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (82,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,1 %), zones urbanisées (18,4 %), zones agricoles hétérogènes (6,1 %), prairies (1,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,5 %), forêts (0,3 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée Notre-Dame-de-Fontaines, porte provisoirement le nom de Cailloux-la-Montagne[11].

Vers le mois de (messidor an III), la commune adopte le nom de Cailloux-sur-Fontaines[12].

Le Grand Lyon disparait le , et laisse place à la collectivité territoriale de la métropole de Lyon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Louis Gayel SE  
Joannès Riboulet SE  

(décès)
Daniel Betoulet[13] SE  
Michel Rousseau[13] DVD  
En cours
(au 30 mai 2020)
Angélique Enderlin[14] SE-DVD[15] Directeur administratif et financier
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté urbaine du Grand Lyon dont elle représente moins de 1,7 % du territoire et 0,19 % de la population en 2011[16].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2019, la commune comptait 2 883 habitants[Note 3], en augmentation de 14,18 % par rapport à 2013 (Rhône : +5,39 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
727726734837880899848860819
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
830839809823732733723728732
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
687653621645609651629738764
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
7518631 0151 7502 1722 2502 2882 4422 540
2019 - - - - - - - -
2 883--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire.
  • Une école primaire et une école maternelle.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Boule lyonnaise, tennis, équitation et football.
  • La commune héberge le Football Club du Franc Lyonnais[20].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune abrite deux dentistes, deux médecins généralistes, une kinésithérapeute et une pharmacie.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 50 330 €[21].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

La commune de Cailloux-sur-Fontaines compte une boulangerie et une pharmacie.

Services aux populations[modifier | modifier le code]

La commune propose à ses habitants, un achat groupé d'énergie pour les particuliers, via la société Wikipower[22]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Pierre Vieillette.
  • Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Cailloux-sur-Fontaines.
  • Château de Noailleux.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alphonse de Lamartine (1790-1869) : l'écrivain effectue plusieurs séjours au château de Noailleux, alors propriété de son ami de Aymon de Virieu.
  • Sébastien Faure (1991-) : l'ancien footballeur lyonnais, passé par les Glasgow Rangers (Écosse), et joueur international français a passé toute sa jeunesse dans la commune.
  • L'abbé Thomas (1874-1952), curé français, à l'origine de la construction de la Vierge du Mas Rillier, est né dans la commune.

Musique[modifier | modifier le code]

La commune de Cailloux-sur-Fontaines compte parmi ses nombreuses associations l'une des formations musicales les plus anciennes du canton. Depuis 1864, la Société Musicale propose un espace pour apprendre et pratiquer toutes les formes de musique (instrument ou chant) dès l'âge de 5 ans. Chaque année, la Société Musicale organise plusieurs manifestations et participe à des échanges avec des formations musicales françaises et européennes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cailloux-sur-Fontaines Blason
Écartelé : au premier d'or au mont isolé de trois cailloux de sable, au deuxième de sinople à la gerbe de blé d'or, au troisième de sinople à la roue de moulin d'argent en demi-profil, au quatrième d'or aux trois fasces ondées d'azur ; sur le tout de gueules à la croix d'argent[23].
Détails
  • Le mont évoque une partie du nom de la commune, « Cailloux ».
  • La gerbe de blé symbolise l'importance de l'agriculture dans la commune.
  • La roue représente la vallée des Prolières, réputée pour ses moulins, dans laquelle se situe Cailloux-sur-Fontaines.
  • Les trois fasces ondées d'azur symbolisent les nombreuses sources et cours d'eau qui traverse la commune.
  • Les armes de Savoie, « de gueules à la croix d'argent », sont là pour rappeler l'ancienne appartenance de la commune à la Savoie.
    Le blason a été homologué par le conseil départemental d'héraldique du Rhône le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lyon », sur insee.fr (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Archives départementales du Rhône en ligne
  13. a et b Discours d'André Bruyas, premier adjoint : « C'est le jeudi 5 décembre 1991 que tu as été élu, par le conseil municipal, maire de Cailloux-sur-Fontaines. Cela, à la suite du décès de Daniel BETOULET, maire depuis 1989 » [PDF] [1]
  14. « Cailloux-sur-Fontaines : une première pour Angélique Enderlin », Le Progrès,‎ (lire en ligne).
  15. Extrait de la fiche de Mme Angélique ENDERLIN, sur lesbiographies.com
  16. Calcul basé sur les données de l'INSEE
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. « Le Club - F. C. DU FRANC LYONNAIS - FFF », sur www.fff.fr (consulté le ).
  21. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le ).
  22. Wikipower : Nos actions en France (consulté le 11/05/2022)
  23. Site officiel de Cailloux-sur-Fontaines

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]