Wissous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wissous
Wissous
La mairie.
Blason de Wissous
Blason
Wissous
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Intercommunalité CA Paris-Saclay
Maire
Mandat
Florian Gallant
2021-2026
Code postal 91320
Code commune 91689
Démographie
Gentilé Wissoussiens
Population
municipale
7 133 hab. (2019 en diminution de 0,14 % par rapport à 2013)
Densité 783 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 55″ nord, 2° 19′ 37″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 99 m
Superficie 9,11 km2
Élections
Départementales Savigny-sur-Orge
Législatives 6e circonscription de l'Essonne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wissous
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wissous
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Wissous
Géolocalisation sur la carte : Essonne
Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Wissous
Liens
Site web https://www.wissous.fr/

Wissous (prononcé [visu] Écouter) est une commune française située à environ quatorze kilomètres au sud de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France. La commune se situe à la frontière avec les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne. Ses habitants sont appelés les Wissoussiens.

Grâce à la présence de sources et de cours d'eau, l'installation humaine dans la zone remonte à la fin de la Préhistoire et au début de l'Antiquité. Commune rurale, Wissous s'est développée notamment dans le domaine agricole. Au XXe siècle, la construction à proximité de l'aéroport de Paris-Orly puis du marché d'intérêt national de Rungis a principalement marqué le développement industriel récent de la ville.

La ville comptait 7 133 habitants en 2019 avec la mise en œuvre de projets d'habitations qui ont fait augmenter le nombre des habitants vers le milieu des années 2010, ce qui ne l'empêche pas de cultiver son côté « village » en pleine agglomération parisienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte interactive de Wissous.

Situation[modifier | modifier le code]

Située à onze kilomètres de Paris — soit environ quatorze kilomètres du centre de la capitale — sur le plateau de Longboyau[b 1],[a 1], en pleine agglomération parisienne, Wissous est contiguë à trois départements : elle est en effet limitrophe de Fresnes et Rungis (département du Val-de-Marne) au nord, d'Antony (département des Hauts-de-Seine) et Massy à l'ouest, de Chilly-Mazarin et Morangis au sud et de Paray-Vieille-Poste à l'est (ces dernières étant situées dans le département de l'Essonne).

Wissous est située dans la région naturelle du Hurepoix, dans la plaine de Montjean réputée pour sa fertilité. La commune occupe un territoire de 9,11 kilomètres carrés approximativement compris entre l'autoroute A6 à l'ouest, la ligne C du RER d'Île-de-France et Orlyval au nord et l'aéroport de Paris-Orly — deuxième aéroport de Paris — à l'est et au sud.

L'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN) donne les coordonnées géographiques 48°44'12" N et 02°19'39" E au point central de ce territoire.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le plateau de Longboyau est situé entre les vallées de la Seine au nord et à l'est, de l'Orge et de l'Yvette au sud et de la Bièvre à l'ouest[b 1],[a 1]. La commune n'est cependant pas baignée par l'un de ces cours d'eau, les plus proches étant la Bièvre à l'ouest et la Seine à l'est.

Les rus des Glaises (anciennement ruisseau des Communes[a 2]), de Saint-Joie et de Rungis (anciennement ruisseau des Jumeaux[a 2]) traversent la commune et sont des affluents de la Bièvre. Le ru des Glaises est notamment visible à partir des étangs du Domaine Les Étangs - Espace Arthur-Clark, un des parcs municipaux. Il rejoint le ru de Rungis venant de la commune de Rungis au nord-est, en souterrain dans le bois de Montjean, et traverse canalisée le domaine du château de Montjean. Après être passé sous les autoroutes, il prend le nom de ru de Sainte-Joie avant de pénétrer sur la commune de Fresnes au nord-ouest. Dans la zone de Montjean, un projet de remise à l'air et de renaturation couplé à une meilleure gestion de la montée des eaux en cas de fortes intempéries est à l'étude en 2021.

Plusieurs étangs se trouvent dans le Domaine du château de Montjean et un bassin d'agrément existe au centre du quartier Saint-Éloi. Un bassin de rétention des eaux pluviales, couvert et dit de Villemilan, se situe dans l'ouest de la commune. Plusieurs lavoirs ont existé dans la commune mais il n'en reste plus qu'un seul non encore démoli (de). Un bassin collecteur renommé à sa découverte « carré des eaux gallo-romain » (Carré des eaux de Wissous), situé au nord-est du territoire de la commune, recueillait également l'eau de plusieurs rigoles captant des sources de Rungis, Chilly-Mazarin et Wissous. Une rigole de l'aqueduc de Lutèce provenant de ce carré passe par le domaine du château de Montjean à l'instar du ru de Rungis.

La gestion de l'eau pluviale, souvent provoqué par un manque d'entretien du réseau[1] mais aussi par un débit plus faible du ru des Glaises (débit d'environ 3 litres par seconde) sur le ru de Rungis (~7 à 10 l/s) dans le centre, a historiquement provoqué des inondations et des reflux dans la commune[1].

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune par rapport au niveau de la mer est comprise entre 48 mètres et 99 mètres. Située sur le relativement plat plateau de Longboyau, Wissous a un niveau moyen assez constant autour des 90 mètres[b 1],[a 1]. Ce faible relief explique en partie l'installation de l'aéroport de Paris-Orly au sud-est de la commune.

Le sol du territoire est géologiquement en calcaire de Brie, auparavant recouvert de sable de Fontainebleau[b 1]. Ce sable a quasiment disparu du fait de l'érosion fluviale mais il reste des buttes, tels que la butte du Tartre (101 mètres) dans le sud-ouest de la commune[b 1]. C'est le point culminant de la commune[b 1]. Le point plus bas est près du quartier du Coteau de Wissous dans le nord de la commune[b 1],[a 1].

Le sol est rendu très fertile par la présence d'une couche de limon de quelques mètres riche en phosphate[b 1],[b 2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Vue aérienne de Wissous avec les limites administratives.

Wissous est implantée au sud-est d'Antony, et la séparation entre les deux communes est principalement marquée par l'autoroute A6 par-dessus laquelle passent plusieurs ponts. Wissous est au sud-sud-est de Fresnes et au sud-ouest de Rungis, communes du Val-de-Marne, qui respectivement sont reliées par le chemin de Fresnes et la route de Montjean, lesquels passent en dessous de la ligne C du RER d'Île-de-France.

Wissous se trouve à l'est de Massy, commune d'Essonne, avec qui elle partage une zone d’activités commerciales implantée en bout des pistes de l'aéroport de Paris-Orly entre les autoroutes A6 et A10. Toute la partie sud sud-est est occupée par l'aéroport dont les pistes sont longées par la route départementale 167a. Au sud-ouest de Wissous se trouvent Chilly-Mazarin, au sud Morangis et au sud-est Paray-Vieille-Poste.

Climat[modifier | modifier le code]

Wissous est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l'ensemble de l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,9 °C, avec une maximale de 14,9 °C et une minimale à 6,9 °C. Les températures réelles relevées sont de 24 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et −19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l'année, avec un total de 615,4 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Wissous.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1,3 3 5,3 8,8 11,9 13,8 13,4 11,2 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 3,3 4,4 6,8 9,8 13,5 16,7 18,9 18,6 16 11,9 6,8 4,1 10,9
Température maximale moyenne (°C) 5,8 7,5 10,7 14,2 18,1 21,5 24 23,8 20,9 15,9 9,8 6,6 14,9
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 51,9 44,8 50,8 46,6 57,8 50,5 50,1 46,5 52 53,2 58,1 53,1 615,4
Source : Climatologie mensuelle à la station voisine d'Orly de 1961 à 1990[2].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Réseau ferré[modifier | modifier le code]

La ville n'a plus de gare ferroviaire fonctionnelle depuis l'arrêt de l'Arpajonnais, une ligne de chemin de fer secondaire qui la reliait à Paris, et de la suppression effective de son arrêt sur la ligne de Choisy-le-Roi à Massy - Verrières (ou Grande ceinture stratégique). Le bâtiment, est actif entre 1893 et 1936[a 3]. Il est désormais désaffecté malgré la volonté municipale de la rouvrir depuis des dizaines d'années[3]. En effet, la ligne C du RER d'Île-de-France (gare de Massy - Palaiseau - gare de Pontoise) passe dans le nord de Wissous, sur les rails jouxtant l'ancienne gare[3]. La gare, propriété de la SNCF, est actuellement inoccupée et n'a plus aucune activité après avoir été un temps occupée comme habitation. La commune désire l'acquérir. Wissous est à mi-chemin entre la gare de Rungis - La Fraternelle au nord-est et la gare du Chemin d'Antony au nord-ouest. Cette ligne SNCF est saturée par les trains de marchandises et TGV[3] qui s'ajoutent au RER et qui imposent une fréquence faible d'un train voyageur toutes les trente minutes[3], car, sous l'appellation de « barreau sud » ou « barreau de Massy »[4], elle est l'une des rares voies permettant le passage ferré d'est en ouest (et vice-versa) au sud de Paris.

La ligne 7 du tramway d'Île-de-France relie la station de métro Villejuif - Louis Aragon à la ville d'Athis-Mons en passant à proximité de la commune, notamment par la gare de Rungis - La Fraternelle[5].

La ligne 18 du métro de Paris dont l'ouverture est prévue en 2027 passera par le territoire de Wissous entre les gares d'Antony pôle et de l'aéroport d'Orly, sans toutefois s'y arrêter[6],[7],[8]. Cependant, la station Antonypôle dessert à distance la ville et trois ouvrages sont sur le territoire de la commune : Cézanne (28 mètres), Robic (35 mètres) et Avernaises (35 mètres) respectivement d'ouest en est[9],[10],[11].

Le projet de ligne à grande vitesse LGV Interconnexion Sud est prévue pour être développée à proximité de la commune[12].

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La route de Montjean avec aménagement cyclable, adaptée en « chaucidou ».

Les lignes de bus RATP 319 et 297 passent dans la ville. La ligne no 1 du Réseau de bus de la Bièvre fait la liaison entre la gare d'Antony (ligne B du RER d'Île-de-France) et la mairie de Wissous et les zones industrielles, en passant aussi à proximité de la gare du Chemin d'Antony. La gare d'Antony est devenue cruciale pour Wissous, car la ligne C du RER est largement concurrencée par la ligne B du RER, qui bien que plus lointaine, a la préférence des voyageurs par son trafic plus important et son temps de trajet plus direct avec Paris. Par l'intermédiaire de la gare d'Antony, une autre ligne de la Bièvre permet de rejoindre le Trans-Val-de-Marne et la ligne de tramway Antony - Clamart en projet[13] à la gare de La Croix de Berny.

La ligne de bus 91-10 du réseau de bus Albatrans relie la gare de Massy TGV à l'aéroport Paris-Orly[14]. À travers la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, un site web de covoiturage est proposé.

Une bretelle d'accès à l'autoroute A6 (« l'autoroute du Soleil ») était un projet de la communauté d'agglomération en 2007 pour améliorer l'accès à ses zones industrielles[15], mais le projet est abandonné en à la fin des années 2000. Seule une sortie de service existe. L'autoroute A10 (« L’Aquitaine ») a son extrémité nord à Wissous, depuis un échangeur avec l'A6. L'autoroute A86 passe au nord de Rungis. La route départementale 167a longe les pistes de l'aéroport au niveau de Wissous. L'ancienne route nationale 20 (actuelle RD 920), reliant notamment Paris à Orléans via Toulouse puis la frontière entre l'Espagne et la France, passe elle à l'ouest de la commune.

Le dépôt de bus de l'ancien réseau Le Paladin (Bièvre Bus Mobilités) se situe à Wissous[16].

Liens avec l'aéroport d'Orly[modifier | modifier le code]

L'aéroport de Paris-Orly, deuxième aéroport de Paris, se situe dans le sud-est de Wissous. La piste 4 (06/24) qui est la plus proche de la commune est orientée parallèlement à celle-ci, ce qui limite les nuisances des moteurs d'avions sur les habitations.

Le siège d'Orlyval Service (atelier de maintenance du matériel roulant et centre de commandement) qui exploite la ligne Orlyval (gare d'Antony - Orly-Ouest - Orly-Sud) se situe à Wissous[17]. Cette ligne longe celle de la ligne C du RER, mais il n'y a pas d'arrêt dans la commune, au grand dam des habitants. La mairie milite donc pour qu'un arrêt soit créé[3], dans le contexte de l'avenir incertain de cette ligne[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

La commune étant située dans la plaine de Montjean, elle est réputée très fertile. Un quart sud-est de la superficie de Wissous est occupé par l'aéroport Paris-Orly.

Des champs agricoles sont régulièrement visibles à Wissous bien que Paris ne soit qu'à une dizaine de kilomètres.
Occupation des sols
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Zones urbanisées 22 % 201 ha
Zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication 52 % 476 ha
Espaces verts artificialisés, non agricoles 0,68 % 6 ha
Terres arables 18 % 167 ha
Zones agricoles hétérogènes 3 % 24 ha
Forêts 4 % 37 ha
Source : Corine Land Cover (CLC) 2018, Service de la donnée et des études statistiques du ministère chargé de l'écologie et Institut national de l'information géographique et forestière[19]

Le cadastre montre que la plupart des terrains « libres » appartiennent dans les faits à une poignées de grandes familles anciennes de la commune.

Lieux-dits, écarts, quartiers et rues[modifier | modifier le code]

La place Saint-Éloi dans le quartier du même nom.

La commune de Wissous est aujourd'hui séparée en différents quartiers constitués au fil de son évolution et de son lotissement. Le centre-ville historique, dit Vieux Wissous, est implanté autour de l'église.

Wissous compte huit quartiers : Fribouli, dans l'ouest de la commune ; Saint-Exupéry, centré autour de l'espace culturel Saint-Exupéry ; Vieux Wissous, centre-ville historique ; Montjean, proche du domaine du château de Montjean à proximité de Rungis ; Bois Charlet, proche d'Antony ; le Coteau de Wissous, proche de Fresnes dans le nord-ouest de la commune et anciennement nommé Bas-de-Fresnes ; La Fraternelle, jouxtant la gare de Rungis - La Fraternelle et Rungis dans le nord-est de la commune ; et Saint-Éloi, composé de constructions de la fin des années 2000.

Dans les années 2000 et 2010, à la suite des départs d'usines, des projets immobiliers sont engagés, notamment le quartier Saint-Éloi dans le nord de la commune sur l'ancienne zone d'activité de la Gare et l'ensemble immobilier des Vergers de Wissous (266 logements[20]) à la place de l'ancien centre auto Leclerc[20] dans l'ouest de la commune. L'ancienne zone d'activité des Meuniers a également été réhabilitée. Ces zones sont essentiellement composées de logements, de maisons individuelles et de quelques commerces, sur la base d'un travail d'urbanisme d'ensemble géré par des promoteurs immobiliers. Le quartier Saint-Éloi, dont le but avoué est un développement de la population de la commune pour pouvoir prétendre à l'ouverture d'une gare, fait notamment l'objet d'un développement par Eiffage Aménagement pour lequel a notamment œuvré l'architecte, urbaniste et paysagiste français Xavier Bohl. Une fontaine « provençale » et une aire de jeux de boules sont, au-delà d'être des lieux de rencontres, des clins d'œils à la Provence chère à l'architecte. La différence d'habitats et d'urbanisme entre ce nouveau quartier et le centre-ville de la commune, ancien, est notable et a de facto créé un nouveau centre de gravité dans la ville. L'existence de ces nouveaux logements a provoqué aussi l'installation d'habitants venus de communes proches dans lesquelles l'offre de logements est plus limitée et plus chère telles que Rungis et Antony.

La ville compte un certain nombre de rues en hommage à des personnes impliquées dans la ville, comme des anciens maires (rond-point Gilbert-Buffat, place René-Lametti, etc.), adjoints (rue Georges-Didier, rue Gilbert-Robert, Boulevard Claude-Cheveau, etc.), ecclésiastiques (place de l'abbé Varaigne, rue du père Maxime-Koenig, etc.) ou encore personnalités locales (rue Guillaume-Bigourdan, rue de l'Amiral-Mouchez, rue du docteur Ténine, etc.). Certains quartiers comportent également des rues avec des noms de végétaux (rue des Acacias, allée des Myosotis, allée des Dahlias, villa des fleurs, etc.).

Habitat[modifier | modifier le code]

La ville a longtemps profité de sa proximité avec l'aéroport de Paris-Orly pour avoir une dérogation de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains[21]. D'un autre côté, cela ajoute une complexité de renouvellement du Vieux Wissous du fait de son intégration dans les zones du plan d'exposition au bruit (PEB) de l'aéroport[22].

Wissous est en zone « tendue », donc le préavis de fin de bail de location n'est que d'un mois[23].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le carré des eaux de Wissous lors de fouilles en 1903 est une trace de la présence notable de sources dans la ville. Toutefois, cela n'a aucun lien avec le nom de ville[24].

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Vizoor au XIe siècle[a 4], Vizeorium au XIIe[25], Viceor au XIIe[26]. Une carte du XVIIe siècle situe Huissous[a 5]. Une autre carte de 1740 mentionne Uissous[a 6], tandis que la carte de Cassini du XVIIe siècle donne Wißous[a 7]. La graphie moderne Wissou est enfin clairement visible sur une carte de 1782 et serait peut-être à l'origine de cette orthographe[a 8].

Une étymologie populaire considère le nom de la ville comme un composé des éléments français huit (8) et ancien français sours, masculin de « source », d'où le sens global de « huit sources »[24]. Cette étymologie est basée sur une vague ressemblance entre des mentions anciennes isolées du type Huissous au XVIIe siècle et huit sours, mais qui s'accorde mal avec la nature des formes les plus anciennes et avec celles régulièrement attestées[24]. En outre, il n'y a aucun élément hydrographique qui attesterait de la présence de huit sources.

L'hypothèse retenue par les spécialistes en fait un composé bas latin * Vicus Suevorum[27],[26], c'est-à-dire gallo-roman * VICU SUEVORU, devenu Vizoor, Viceor par contraction linguistique. Cette théorie s'appuie sur la plausibilité de l'évolution phonétique * VICU SUEVORU > Vizoor, Viceor et l'existence de ce type de formation toponymique en Vic- (du latin vicus « bourg » > gallo-roman VICU « village »), comme en région parisienne Vigneux (Essonne, Vicus Novus VIe siècle[28]). Le second élément -sous représente l'évolution de * SUEVORU < latin Suevorum, génitif pluriel de Suevi, terme qui désigne le peuple germanique des Suèves. Il s'agissait probablement de laeti « lètes, colons » suèves installés par le pouvoir romain en Gaule du nord, comme bien d'autres. D'ailleurs, la Notitia dignitatum mentionne un Praefectus laetorum Gentilium Suevorum « préfet des lètes suèves » dans la région du Mans.

La graphie normale aurait dû être * Vissous conformément à l'étymologie et à la prononciation, mais une mauvaise lecture du graphe Vi (car v pouvait à la fois noter v ou u en ancien français) comme un Ui, d'où l'écriture Wi équivalente en ancien français, est responsable de cette orthographe insolite au sud de la région parisienne. Il n'y a pas de raison d'y voir une influence phonétique germanique sur l'initiale, comme sur VULPICULU > WULPICULU, VAGINA > WAGINA, etc. car l'évolution phonétique régulière de [w] en français central aboutit au [g], d'où WULPICULU > goupil « renard », WAGINA > gaine (cf. emprunt savant vagin), de plus, les formes en Vi- sont beaucoup trop tardives pour suggérer ce type d'influence.

La commune est instituée en 1793 avec son nom actuel[29]. C'est l'une des trois communes de la région parisienne comportant un W dans son nom avec Saint-Witz (95) et Wy-dit-Joli-Village (95). Aucune autre commune de France ne possède un nom qui peut être rapproché de « Wissous »[b 2].

Ses habitants sont appelés les Wissoussiens[30].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Si aucun fleuve ni route ancienne ne passe sur le territoire de la commune[b 3], c'est la présence de sources qui explique notamment l'installation humaine dans la zone à la fin de la Préhistoire et au début de l'Antiquité[a 9]. Des fouilles ont notamment révélé au nord-est de Wissous des traces d'habitats datant de la période de l'âge du Bronze final et du Premier âge du fer[a 9], mais aussi aux périodes gauloise et gallo-romaine[a 9].

Des fouilles, menées de 2009 à 2011 près des pistes de l'aéroport (rue du Berger), ont permis de mettre au jour une ferme gauloise — Parisii[31] — de plus de deux hectares et datant du IIe siècle av. J.-C.[32]. Le territoire de Wissous est en effet bien situé entre Lutèce (Paris) et Cenabum (cité proche d'Orléans). La ferme vivait de culture de céréales et d'élevage. L'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) décrit la découverte comme « d'ampleur nationale »[32].

L'aqueduc de Lutèce, construit au Ier siècle ou au début du IIe siècle[a 9], pour apporter de l'eau à Lutèce (Thermes de l'Est et de Cluny[a 9]) passait sur le sol de la future commune. Plus précisément, un bassin collecteur renommé à sa découverte « carré des eaux gallo-romain », situé au nord-est du territoire de la commune, recueillait l'eau de plusieurs rigoles captant des sources de Rungis, Chilly-Mazarin et Wissous même[a 9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des fouilles ont également démontré la présence d'une population à l'époque mérovingienne et carolingienne[a 4], mais aussi le probable regroupement des différents foyers de populations vers des lieux uniques[a 4].

Au XIIe siècle, l'église Saint-Denis est bâtie et sera au début du XXe siècle classée aux monuments historiques[33].

Wissous vivait essentiellement de la culture de céréales, comme une grande partie de la région du Hurepoix qui était essentiellement agricole[a 10]. La vigne a également une grande importance dans la commune dont, dès 1284, des écrits signalent la présence[34]. En juillet 1255, l'évêque de Paris met fin au servage contre une imposition, point ratifié l'année suivante par Louis IX[a 4]. Environ 500 personnes sont cités sur les documents de l'époque[a 4]. Une grange dîmière est alors construite au XIIIe siècle[35]. Elle resta active jusqu'à la Révolution française[36] en étant l'exploitation la plus importante du village[36] et même l'exploitation de ce type la plus importante du pays.

La commune est très marquée par la guerre de Cent Ans avec la destruction de cultures et une importante baisse de la population[a 4].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Wissous (orthographié Vißous) au XVIIe siècle sur une carte de Cassini.

XVIe et XVIIe siècles[modifier | modifier le code]

La ville est devenue une seigneurie en 1547-1548. L'évêque de Paris l'échangea avec le chapitre de Notre-Dame contre la seigneurie de Créteil[a 11],. Ce transfert à une personne morale permettra une dilution des biens à cause de partages de successions[37], puisque le chapitre en restera propriétaire jusqu'à la Révolution[a 11].

La commune est à nouveau marquée par un conflit, les guerres de Religion, et son église est notamment pillée par les huguenots[a 11].

En 1600, 30 % des exploitants agricoles de Wissous étaient des vignerons et au XVIIe siècle ce chiffre passe à 40 %[34]. Toujours en 1600, la répartition des terres restent très inégales, avec plus de la moitié appartenant au chapitre, le tiers à des propriétaires parisiens et seulement le reste à des agriculteurs de la commune[a 12].

La Fronde est une nouvelle période difficile pour la commune et ses habitants[a 12]. La première école est fondée en 1687[a 12].

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

L'ascension de la « flottille aérostatique » expérimentale de Jean-François Dupuis-Delcourt en 1824.

Wissous, à l'écart des grandes voies de passages, profite après la construction d'une route pavée en 1761 de sa proximité avec la route reliant Paris à Orléans[a 12]. La vigne est à l'époque en net recul[a 12]. En 1789, signe de l'écart entre les habitants, les registres indiquent que 61 % des terres sont partagées par seulement six propriétaires, tandis que 2 % le sont par 115[a 13].

Entre 1792 et 1797, les biens du clergé sont vendus[a 13]. Wissous est intégré à la Seine-et-Oise.

En 1815, pendant les Cent-Jours, la commune est occupée par des troupes anglaises[a 13].

Le , l'aéronaute Jean-François Dupuis-Delcourt — futur fondateur de la Société aérostatique et météorologique de France — réussit, à partir du domaine de Montjean, la première ascension d'une « flottille aérostatique » expérimentale[38],[a 14],[39],[40]. Atteignant une altitude de 2 600 mètres[a 14], la flottille se posa ensuite à Choisy-le-Roi[38].

Extrait de la feuille « Melun Nord-Ouest » de la carte d'État-Major de 1866.

Lors de la guerre franco-allemande de 1870, Wissous est pendant six mois le quartier général d'un état-major d'une division prussienne[37] de 12 000 hommes[a 13]. La population de la commune se réfugie à Paris[a 13].

La culture de la pomme de terre prend de l'importance[a 13]. L'Arpajonnais, chemin de fer secondaire sur route reliant les halles de Paris à Arpajon et mis en service à partir de 1891, renforce l'essor agricole de la commune[37],[a 13].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'essor de Wissous, qui n'est alors qu'un gros bourg[a 15], correspond à l'implantation de l'aérodrome puis aéroport de Paris-Orly pour lequel la relative platitude de plateau de Longboyau du secteur est un avantage. La population et les industries locales augmentent sensiblement du fait de cette proximité. La zone est d'ailleurs importante dans l'histoire de l'aéronautique, puisque Port-Aviation est situé dans la commune proche de Viry-Châtillon.

Durant la Première Guerre mondiale, le château de Montjean devient l'Hôpital auxiliaire de l'association des Dames de France (HAADF) n°504[41],[a 14]. Un groupe de soldats préposés à la lutte antiaérienne (DCA) est basé dans la commune, notamment pour protéger la zone des ballons dirigeables[a 16] et défendre l'aérodrome militaire d'Orly[42]. Les élèves sont privés d'enseignement après la mobilisation du directeur de l'école des garçons[42]. 7 % des habitants de sexe masculin de la commune meurent lors de cette guerre[42].

Un Boeing B-17 Flying Fortress en vol similaire (sauf son revêtement) à celui qui s'est écrasé en 1944.

Lors de l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, le château de Montjean et le domaine Les Étangs sont occupés par des troupes allemandes[a 14], dont certaines montées[a 17], et la gare de la commune sert dans le cadre de la déportation de prisonniers politiques de la prison de Fresnes[a 18] vers les camps de Ravensbrück en Allemagne[43],[44]. Une batterie allemande de canons anti-aériens sur rail est basée à Wissous[a 18].

Henri Tétrel est pendant la Seconde Guerre mondiale un membre d'un réseau de renseignements britannique[45]. Il utilise notamment sa propriété de Wissous dans sa lutte contre l'occupant[45].

Le , toujours pendant la Seconde Guerre mondiale, un Boeing B-17 Flying Fortress américain nommé « Hi Jinx » (et apparemment renommé « Old man »[46]) de la 708e escadrille du 447e Bomb Group (désormais 447th Air Expeditionary Group) de la 8th USAAF venu d'Angleterre est touché par une batterie de canons anti-aériens, peut-être celle basée dans la commune[a 18]. L'avion endommagé, le pilote et lieutenant Allen S. Reed blessé, le copilote de l'équipage, le sous-lieutenant Arthur L. Clark, préfère se sacrifier sur une zone boisée de la ville plutôt que de risquer de s'écraser sur les habitations de la ville, pendant que les autres hommes sont tués en s'éjectant en parachute comme le navigateur et sous-lieutenant Thomas G. Wilkins et le sous-lieutenant James A. Campbell. La zone ciblée pour l'atterrissage de fortune, « Domaine Les Étangs », est l'une des plus grandes et anciennes propriétés de la ville. En la mémoire des aviateurs et grâce aux témoignages des survivants sur l'héroïsme du pilote[47], elle a été renommée « Domaine Les Étangs - Espace Arthur-Clark ». Transformé en parc communal, les allées de celui-ci ont pris le nom de chacun des membres de l'équipage, une plaque commémorative a été posée, un mémorial érigé et une cérémonie est organisée annuellement les 6 février[46] en la mémoire de ces quatre combattants qui avaient à leur mort tous à peine vingt-cinq ans.

La résistance allemande à Wissous est « farouche »[48]. La commune est finalement libérée le par une colonne de la 2e division blindée du général Philippe Leclerc de Hauteclocque[a 19] et menée par les généraux Jacques Branet ou Louis Warabiot (selon les sources), quelques heures après le départ des troupes allemandes[a 19]. Néanmoins, trois soldats allemands sont tués et 82 faits prisonniers[a 20].

Un court film documentaire, témoignage unique connu du Wissous de la fin des années 1950, a été réalisé par un Américain résidant dans la commune en 1958[49].

L'imposant entrepôt Samada Garosud du groupe Monoprix-Naturalia, symbole du développement de la logistique sur la commune.

Dans les années 1960, l'implantation du Marché d'intérêt national de Rungis — le marché central de Paris destiné à alimenter les professionnels de toute la région Île-de-France et plus grand marché de produits frais au monde[50] — se fait sur les communes proches de Rungis et de Chevilly-Larue. Les entreprises de logistique et d'entreposage de nourritures se développent pour répondre à cette nouvelle demande.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000 et années 2010, une politique importante de création de nouveaux logements est mise en œuvre, en résulte dans la création de quartier et ensembles comme Saint-Éloi, Les Vergers de Wissous et prochainement Unisson. L'enjeu est la modernisation de la commune tout en gardant « l'esprit village » plébiscité par les habitants. Une zone nécessite également beaucoup d'attention dans son aménagement, la plaine de Montjean, du côté de Rungis et Fresnes.

En 2014, Wissous a connu un coup de projecteur médiatique défavorable sur l'interdiction du port de signes religieux au nom de la laïcité à « Wissous Plage », l'attraction estivale communale[51]. Bien que le sujet est à l'échelle locale anecdotique, la polémique créée a vivement entachée l'image de la ville[51],[52],[53]. Plus tard en avril 2018, un autre fait divers lié à l'implantation sauvage de gens du voyage causera également un émoi médiatique dommageable[54].

Pendant la pandémie de Covid-19 en 2020, à l'instar de Rungis, une infrastructure réfrigérée de Wissous, profitant de sa proximité avec l'aéroport, a servi de morgue et de funérarium temporaire[55],[56].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Entrée principale de la mairie.
Rattachements administratifs

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[57], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département de l'Essonne et à son arrondissement de Palaiseau après un transfert administratif effectif au .

Elle faisait partie de 1793 à 1994 du canton de Longjumeau, année où elle intègre le canton de Massy de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place de l'Essonne, la ville intègre le canton de Chilly-Mazarin [29]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est membre depuis 2014 du canton de Savigny-sur-Orge

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la sixième circonscription de l'Essonne.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

L'ancienne mairie, rue de la Division-Leclerc.

Wissous était membre de la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2002 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des prévisions du Schéma régional de coopération intercommunale établi en application de la Loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles (loi MAPTAM) du 27 janvier 2014, cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former le la communauté d'agglomération Paris-Saclay[58], dont la taille permet un dialogue équilibré avec la métropole du Grand Paris créée par la même loi.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles

Résultats des seconds tours :

Les affiches du premier tour des élections municipales de 2020 devant le bureau de vote du centre Exupéry.
Élections législatives

Résultats des seconds tours :

Élections européennes

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections régionales

Résultats des deux meilleurs scores :

Élections cantonales et départementales

Résultats des seconds tours :


Élections municipales
  • Élections municipales de 2008 : Au premier tour : 51,26 % pour Régis Roy-Chevalier (DVG), 38,34 % pour Richard Trinquier (UMP), 68,07 % de participation[78].
    Régis Roy-Chevalier (DVG) est élu maire de la ville sur la base d'une coalition hétéroclite qui a pour l'occasion mis entre parenthèses ses différences politiques[79] dans le but d'éviter la réélection du précédent maire Richard Trinquier (UMP) critiqué dans sa méthode et son bilan[80],[81],[82]. Néanmoins, peu après l'élection, des dissensions apparaissent dans la majorité[80],[83] et certaines décisions sont rapidement contestées[84],[85],[86].
  • Lors du second tour des élections municipales de 2014 dans l'Essonne, la liste DVD de l'ancien maire Richard Trinquier remporte la majorité des suffrages exprimés, avec 1 697 voix (49,31 %, 22 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), devançant les listes menées respectivement par :
    - Régis Roy-Chevalier, maire sortant (1 341 voix, 38,97 %, 6 conseillers municipaux élu) ;
    Évelyne Bague-Van Besien (DVD, 403 voix, 11,71 %, 1 conseiller municipal élu).
    Lors de ce scrutin — où une quatrième liste du premier tour, celle DVD de Philippe de Fruyt s'était retirée — 33,69 % des électeurs se sont abstenus[87],[88]
  • Au second tour des élections municipales de 2020 dans l'Essonne, la liste DVD menée par le maire sortant Richard Trinquier remporte la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 318 voix (50,63 %, 22 conseillers municipaux élus dont 2 communautaires), battant de 33 voix la liste DVC menée par Philippe De Fruyt (1 285 voix, 49,36 %, 7 conseillers municipaux élus).
    Lors de ce scrutin — où la liste DVD du premier tour menée par Patrick Kitsaïs s'était retirée — marqué par la pandémie de Covid-19 en France, 50,42 % des électeurs se sont abstenus[89],[90].
Référendums

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération de la France[b 4],[93]
Période Identité Étiquette Qualité
1944[b 4] 1947[b 4] Paul Purrey[b 4]   Marchand de vins.
1947[b 4] 1960[b 4] René Girard-Iametti[b 4] (ou Lametti)    
1960[b 4] mars 1977[b 4] Georges Didier[b 4]    
mars 1977 mars 1983 Gilbert Buffat[b 4]   Restaurateur.
mars 1983 juin 1995 Jacqueline Herment DVD  
juin 1995 mars 2008 Richard Trinquier RPR puis UMP Médecin réanimateur-anesthésiste[94].
Fils du militaire Roger Trinquier[95], il est réputé pour avoir « une certaine proximité avec les idées du FN »[96].
mars 2008 avril 2014 Régis Roy-Chevalier PS Consultant
Vice-président de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre [Quand ?]
avril 2014 juin 2021[97] Richard Trinquier[98] LR puis DLF[99] puis DVD[89] Démissionnaire.
juin 2021[100] En cours
(au 7 octobre 2021)
Florian Gallant[97] DVD ex-Directeur d'un pôle spécialisée en conseil et externalisation.

Distinctions et labels[modifier | modifier le code]

La commune de Wissous a été un temps récompensée par deux fleurs au concours des villes et villages fleuris, mais n'est plus classée désormais.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Des panneaux au rond-point des jumelages montrant les distances avec les villes jumelées.

Wissous a développé des associations de jumelage avec :

Une association a été créée pour promouvoir les échanges scolaires, sportifs, sociaux et culturels entre Wissous et les villes jumelées[101], mais celle-ci a été dissoute au début des années 2010.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[102]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[103].

En 2019, la commune comptait 7 133 habitants[Note 1], en diminution de 0,14 % par rapport à 2013 (Essonne : +3,81 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780702661744903857818816764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
766811816741812749819821876
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
7768148459081 2221 4261 5001 5052 053
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 4773 9554 4024 3944 8885 1604 8205 0165 250
2014 2019 - - - - - - -
7 6617 133-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[104].)
Histogramme de l'évolution démographique

De 1793 à 1901, la population de la commune reste relativement stable avec un peu moins de 800 habitants[29]. À partir des années 1920, la démographie communale prend de l'importance passant de 908 habitants en 1921 à 1 426 en 1931[29]. Entre le début de la seconde partie du XXe siècle et le début du XXIe siècle, la population communale fait plus que doubler[29], malgré un léger repli au début des années 2000[105] qui sera cependant largement rattrapé par les projets immobiliers de la fin des années 2000 et début 2010. À titre de comparaison, en 2021, Wissous fait a un territoire proche en taille de la ville d'Antony pour une population huit fois et demi plus faible.

En 1999, les communautés les plus importantes se répartissaient entre 6 % du total pour la population Portugaise, 0,5 % pour les Algériens et les Marocains et 0,3 % pour les Tunisiens, les Italiens et les Espagnols[106].

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (39,9 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 21,4 % la même année, alors qu'il est de 20,1 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 3 535 hommes pour 3 766 femmes, soit un taux de 51,58 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,02 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[107]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ou +
0,7 
5,4 
75-89 ans
5,7 
14,4 
60-74 ans
16,1 
20,4 
45-59 ans
20,2 
23,1 
30-44 ans
21,8 
17,0 
15-29 ans
16,7 
19,3 
0-14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de l'Essonne en 2018 en pourcentage[108]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,2 
5,2 
75-89 ans
6,9 
12,7 
60-74 ans
13,6 
20,2 
45-59 ans
19,6 
20 
30-44 ans
20,2 
19,9 
15-29 ans
18,3 
21,6 
0-14 ans
20 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La cour de l'école primaire La Fontaine.

Les élèves de Wissous sont historiquement rattachés à l'académie de Versailles.

En 2021, la commune dispose sur son territoire de l'école maternelle et primaire Victor-Baloche, nommé d'après le maire de la commune entre 1908 et 1913 qui légua le terrain sur laquelle l'école et la mairie sont construites[a 21], et de l'école maternelle et primaire Jean-de-La Fontaine plus récente[109].

Il n'y a pas encore d'établissements d'enseignement secondaire sur la commune, toutefois, la création d'un collège est annoncée pour le milieu des années 2020[110] pour une ouverture à la rentrée 2025. En attendant, selon la sectorisation de 2020, les élèves dépendent donc du collège et lycée général et technologique René-Descartes de la ville voisine d'Antony, dans les Hauts-de-Seine. Cela serait amenés à être changé à l'avenir au profit de deux lycées de Massy, Fustel de Coulanges et Parc de Vilgénis, plus distants mais dans le même département de l'Essonne[110].

Culture[modifier | modifier le code]

Le principal équipement culturel de Wissous est l'espace Saint-Exupéry, un centre culturel géré par l'intercommunalité qui permet de voir des spectacles de musique, de danse ou de théâtre. La maison des associations est situé également dans le bâtiment.

Un conservatoire, lui aussi géré par l'intercommunalité, dispose depuis fin 2010 d'un bâtiment spécifique dans le quartier Saint-Éloi.

Il existe aussi une médiathèque communale, située dans le Domaine Les Étangs - Espace Arthur-Clark. En 2009, 22 543 documents ont été empruntés par 848 personnes. La bibliothèque organise également régulièrement des animations.

Une radio locale, Radio Wissous, existe depuis 2021[111].

Sports[modifier | modifier le code]

Centre omnisports du Cucheron.

Le sport à Wissous s'articule autour de trois grands pôles. Le premier est le centre omnisports du Cucheron, qui comprend un gymnase couvert, un terrain de football, un terrain de basket-ball, un rocher d'escalade et une salle polyvalente. Le deuxième est le terrain de football de l'Europe (du nom du boulevard sur lequel il est situé), dans l'est de la commune. Le troisième est le parc du château Gaillard dont un stade de football et les courts de tennis municipaux jouxtent le parc. Des terrains de pétanques existent près du centre omnisports du Cucheron. Un skatepark a aussi été créé dans le Domaine Les Étangs - Espace Arthur-Clark. La zone du Cucheron fera l'objet d'un développement avec la création d'un collège, avec notamment la nécessité de disposer d'un nouveau stade avec une piste d'athlétisme.

Entre 2003 et 2009[81], puis de nouveau à partir de 2015, « Wissous Plage », une piscine temporaire inspirée de Paris Plages, et « Wissous sur glace », une patinoire temporaire, sont mis en place selon la saison. Les terrains de Wissous Plage servent au beach-volley et la commune est devenue une destination prisée de ces sportifs[112].

Créée en 1960, l'Union sportive de Wissous (U. S. Wissous) se déclinait en différentes sections et fédérait dix disciplines et plus de 1 500 adhérents[113]. Toutefois, l'association a été dissoute[113] et la section football, la plus notable, a depuis pris le nom de FC Wissous[114].

Plusieurs sportifs notoires sont liés à Wissous comme le joueur de basket-ball français Alexandre Chassang[115], le maître d'armes d'escrime et escrimeur international tunisien Ahmed Aziz Besbes[115] ou le cycliste français Jean Robic.

Plusieurs initiatives sportives existent dans la commune. En 2010, un défi sportif est organisé à travers plusieurs parcours dans la ville et ses espaces verts. Souhaitée comme « familiale et ludique », la Wissoussienne comme elle a été baptisée est prévue pour être renouvelée annuellement. Un tournoi de football réservé aux joueurs de moins de sept à treize ans nommé « tournoi jeune Jonathan Zebina » est organisé annuellement. Une course cycliste, le « Souvenir Jean Robic » est également organisée.

Wissous fut, avec Thieux en Seine-et-Marne, un des sites envisagés pour l'installation du circuit pour motocyclettes Carole contraint de déménager de Tremblay-en-France à la suite des développements liés à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle[116], mais ce projet est abandonné.

La plus grande piste de karting indoor est située dans l'une des zones industrielles de la commune[117], mais sa fermeture est annoncée en avril 2022[118].

Santé[modifier | modifier le code]

Une des pharmacies de la commune.

Wissous ne dispose d'aucun hôpital ou clinique sur son territoire, les urgences et pathologies sont traitées en 2010 par l'hôpital privé d'Antony. Celui-ci n'accueillant pas les urgences pédiatriques, celles-ci sont redirigées vers le centre hospitalier de Longjumeau.

Le centre de protection maternelle et infantile (PMI) dont dépend la commune est situé à Chilly-Mazarin mais un centre social existe sur la commune.

En 2018, l'Amicale des Professionnels de Santé de Wissous rapporte 23 professionnels de santés libéraux installés sur la commune : trois médecins généralistes, cinq kinésithérapeutes, six infirmiers, trois chirurgiens-dentistes, deux podologues, une orthophoniste, deux pharmacies et une opticienne. Toutefois, l'offre en médecine générale est jugée insuffisante pour une ville de cette taille et un centre de santé va être créé pour faciliter l'installation de professionnels de santé.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Police municipale de Wissous.

Entre le milieu du XIXe siècle et 1983, la sécurité était assurée par la police nationale ou la gendarmerie, assistées par des gardes champêtres. La création de la police municipale de Wissous est décidée en 1984[119] et créée en 1990[120]. Faute d'obtenir l'ouverture d'un commissariat de la Police nationale[95], elle est armée de revolvers Magnum 357 en 1996[121], puis de revolvers calibre 38 spécial police, de pistolets à impulsion électrique[121] en 2004 — c'est l'une des premières en France à s'équiper de ce type d'arme, mais elle l'a abandonné en 2009[122] — et en 2021, elle dispose de pistolets Glock 19 et de lanceurs de balles de défense (Flash-Ball)[120]. En 2021, la police municipale, qui compte neuf agents et une secrétaire[120], se veut être « un service de proximité, de prévention et d’aide à la population »[120]. Elle a fait l'objet d'un reportage de 90' Enquêtes en avril 2021 « Policiers municipaux : les anges-gardiens de la banlieue » montrant notamment les différences avec une autre ville de l'Essonne, Viry-Châtillon[123].

Dans les années 2020, une politique de surveillance est menée, avec l'installation de nombreuses caméras de surveillance pour lutter contre les incivilités. De plus, de la vidéo-verbalisation est réalisée par caméras à système de reconnaissance automatique des plaques minéralogiques (LAPI) pour faire respecter l'interdiction de passage des poids-lourds dans le centre-ville, hors desserte locale. Finalement, la commune table sur une caméra pour soixante-quinze habitants[124], soit mieux que Nice, une ville réputée pour sa forte vidéo-surveillance. Depuis 2021, la commune s'est aussi associée à l'organisation de surveillance de voisinage « Voisins vigilants »[125].

La sécurité est également assurée par le centre de première intervention (CPI) de la ville[126] et le commissariat de police de Massy[127]. Une nouvelle caserne et un nouveau local de police sont en projet dans le nouvel ensemble immobilier Unisson, près du centre Saint-Exupéry.

La faible densité de la ville et la présence d'importantes zones industrielles avec peu de circulation fait de Wissous une commune localement « très prisée » pour ses rodéos urbains, notamment dans la ZAC du Pérou[128],[129],[130]. La mairie a historiquement fait des essais pour encadrer cette pratique[131]. De même, la ville connait régulièrement des dépôts sauvages d'ordures que la mairie traite avec diligence[132].

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste de Wissous.

Auparavant, dépendante d'Antony[a 22], Wissous accueille un bureau de poste depuis 1935[a 23].

La ville dispose d'une aire d'accueil pour les gens du voyage. Néanmoins, des installations sauvages sont régulièrement constatées[133].

Avec son fort potentiel foncier, la commune est régulièrement pressentie pour accueillir diverses installations ne pouvant être placées dans les communes limitrophes et qui sont généralement mal accueillies par la population et leurs élus. Des projets d'un centre de rétention administrative, d'une bretelle d'autoroute[15], d'une station d'épuration[85] ou d'un parcours de golf ont été discutés vers la fin des années 2000.

Vie associative[modifier | modifier le code]

Véhicules des Attelages de Wissous visibles dans le domaine du château de Montjean.

En 2020-2021, Wissous compte soixante-dix associations axées principalement autour du sport, de l'art de la culture, de la solidarité, de la mémoire ainsi que de l'éducation[134]. Un forum des associations est tenu chaque année en septembre.

Parmi les associations notables se trouvent le FC Wissous qui fédère la pratique du football sur la commune, l'Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous (APEPAW) dont le but est de faire connaître l'histoire et le patrimoine de la commune, les Attelages de Wissous (ex-Attelages de Montjean) qui forme à la pratique de l'attelage de tradition et l'équitation[135], l'Arquebuse de Wissous qui est un club de tir sportif[136] et un club de modélisme aérien.

De 1960 à 2017, une importante union sportive de Wissous (U. S. Wissous) fédérait les dix disciplines et plus de 1 500 adhérents, mais elle a du fermer pour un problème de gestion[137].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1970, la commune organise annuellement la « fête de la Patate et du terroir »[138]. Celle-ci s'articule généralement autour d'un vide-greniers, d'une retraite aux flambeaux, d'une fête foraine, de concours sportifs et de spectacles. Elle a lieu le 2e ou le 3e dimanche de septembre et fait référence aux activités agricoles de la ville.

Deux événements saisonniers sont traditionnellement tenus : « Wissous Plage », une piscine éphémère inspirée de Paris Plages[139],[140], et « Wissous sur glace »[141], une patinoire éphémère. La patinoire était traditionnellement inaugurée par un spectacle mettant en vedette le patineur artistique Philippe Candeloro[142].

Une fête médiévale de Wissous est également traditionnellement organisée chaque année dans le Domaine du château de Montjean.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

La paroisse catholique de Wissous est rattachée au secteur pastoral de Longjumeau et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Denis, dédiée au saint Denis de Paris[143]. Celle-ci, construite au XIIe siècle, est classée comme monument historique. Signe de l'importance de la viticulture sur la commune, saint Vincent de Saragosse, un des saints patrons des vignerons, avait sa chapelle à l'église de Wissous[34].

La commune dispose d'un cimetière communal, excentré près des pistes, où est notamment enterré le coureur cycliste Jean Robic (1921-1980) et d'un vieux cimetière, situé en centre-ville derrière la mairie, où se trouve notamment un monument en mémoire du militaire et explorateur Paul Flatters (1832-1881)[144] qui résida dans la commune. Un cimetière, totalement disparu aujourd'hui, mentionné en 1236[145], aurait existé au domaine de Montjean[a 24].

L'Église néo-apostolique dispose d'un lieu de culte.

Il n'existe pas de lieu de culte musulman sur la commune. Un arrêté pris par le maire en 2014 concernant l'interdiction du port de signes religieux au nom de la laïcité à « Wissous Plage », l'attraction estivale communale, a créé une vive polémique dont la presse s'est fait l'écho[51].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain et le quotidien Le Parisien relatent les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France, IDF1 et ViàGrandParis.

Une radio locale, Radio Wissous, existe depuis 2021[111].

Économie[modifier | modifier le code]

La Plate-forme industrielle courrier (PIC) Paris-Sud, à Wissous.

Wissous fait partie des quatorze communes du pôle d'Orly, premier pôle économique du Sud francilien, qui compte plus de 15 000 entreprises et 155 000 salariés.

Wissous est notamment proche du Marché international et de la zone d'activité Icade (ex-Silic) de Rungis (12 000 emplois) — cette Silic est en fait en partie sur Wissous — d'Antonypole à Antony, de Massy Atlantis à Massy, d'Orlytech à Paray-Vieille-Poste et de l'aéroport de Paris-Orly proche. Dans une moindre mesure, la commune fait partie de l'opération d'intérêt national de Paris-Saclay (ex-Massy Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) — le pôle scientifique et technologique (cluster) de Paris-Saclay — et est proche de la vallée scientifique de la Bièvre. Selon la mairie, Wissous est une commune qui compte plus d'emplois (10 000) que d’habitants (7 200).

La commune de Wissous a toutefois longtemps été principalement tournée vers l'agriculture[a 4].

Zones d'activités[modifier | modifier le code]

La commune a ses propres zones d'activités[146] comme Montavas (une dizaine d'hectares), la zone d'aménagement concerté des Haut-de-Wissous[147] (70 ha), Villemilan (33 ha), l'Europe, Colombier, Clou à Crochet et Vaulorin (9 ha). Un parc international d'affaires de Wissous, dont l'Air Park Paris-Sud, est en cours de construction et amènera à terme 77 000 m2 de bureaux supplémentaires avec également des commerces et des services[148].

La Poste[modifier | modifier le code]

Sur le territoire même de Wissous, La Poste dispose depuis 2007[149] d'une importante plate-forme industrielle courrier (PIC) décrite à son ouverture comme « l'usine de tri du courrier la plus moderne d'Europe »[150] mais aussi l'une des grandes du continent[151]. Ouverte en continu, elle est destinée au tri à destination des arrondissements du sud et de l'est de Paris[150] et peut traiter jusqu'à 50 000 lettres par heure[149]. Implantée sur un terrain de 98 000 m2[150], le site de 40 000 m2[149] a nécessité un investissement de 70 millions d'euros et emploie jusqu'à 700 personnes[150]. En 2021, La Poste a développé en complément une plateforme de livraisons de colis à Wissous pour gérer 80 % du flux du département de l'Essonne[152].

Autres entreprises[modifier | modifier le code]

Le centre de données CyrusOne (en) en construction.

À l'instar du groupe La Poste, le groupe FedEx dispose également d'un centre logistique sur Wissous[153].

La Fnac y a un entrepôt de plus de 20 000 m2[154], à proximité du centre logistique des magasins de Massy[155]. En 2018, la Samada, la structure logistique de Monoprix installe son entrepôt frais et sec dans la ZAC des hauts de Wissous[156].

Depuis 1993, l'Approvisionnement central hôtelier et alimentaire (ACHA) qui assure l'achat, le stockage et la distribution de la nourriture pour l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris est basé à Wissous[157].

Plus d'une centaine d'entreprises sont basées à Wissous, attirées par l'importance des zones industrielles et la facilité d'accès. La compagnie aérienne OpenSkies, filiale de British Airways, l'équipementier Daher et l'entreprise de transport par autocar Clamart-Cars font partie des entreprises notables ayant leur siège social dans la commune. La filiale de la RATP Orlyval Service qui exploite la ligne Orlyval est aussi basée à Wissous[17], de même qu'une agence de transport du groupe basque Olano, l'aménageur Segex et la filiale française de l'outilleur Fiskars. Lafarge y avait jusqu'en 2010 une centrale à bétons de nouvelle génération[158], de même que l'entreprise de mode pour enfant Du Pareil au Même y était auparavant basée. Essilor y prévoit le développement d'un laboratoire d’excellence[159],[160], et une importante plate-forme Paprec de tri et de recyclage des déchets de chantier, notamment le béton et le plâtre, est installée[161].

En 2020-2021, l'implantation d'un important centre de données CyrusOne (en) boulevard Arago, à quelques centaines de mètres du centre ville et de l'église classée, fait l'objet de discussions sur la possible pollution qu'il engendre[162]. Le choix de Wissous pour cette implantation est avancé par sa proximité avec le pôle scientifique et technologique (cluster) de Paris-Saclay.

Commerces, marché et centres commerciaux[modifier | modifier le code]

La ville, de par sa faible densité, dispose de peu de commerces. Ce sont essentiellement des commerces de proximités et de bouches. Toutefois, l'offre commerciale est bien présente dans les villes proches, plus populeuses comme Antony.

Un petit marché se tient régulièrement sur la place Saint-Éloi, à l'initiative d'un commerce de la ville.

Les centres commerciaux les plus proches sont Belle Épine et Thiais-Village à Thiais et Villebon 2 à Villebon-sur-Yvette.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

À 2018, 290 personnes étaient en recherche d’emploi et le taux de chômage était de 6,0 %[163]. Toujours en 2018, la médiane du revenu disponible par unité de consommation était de 28 190 [163].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Wissous est inscrite à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et dispose de quatre grands parcs, ce qui en fait un « poumon vert » à proximité de Paris.

Parc du centre-ville de la commune, le Domaine Les Étangs - Espace Arthur-Clark est l'une des plus anciennes propriétés de la ville. Elle fut achetée par la ville en 1977. Le parc a pris, après la Seconde Guerre mondiale, le nom d'un pilote de bombardier américain qui y a tenté un atterrissage de fortune le sur cette zone boisée plutôt que de risquer de s'écraser sur les habitations. Un mémorial américain se trouve dans le parc, ainsi qu'une « porte du millénaire » inaugurée en 1999 et qui se veut un symbole « d'espoir et de confiance que les Wissoussiens adressent aux générations futures ». Doté de plusieurs étangs reliés entre eux, le parc est axé sur les loisirs familiaux. De nombreuses perruches à collier se servent de ce parc pour nicher[164],[36]. D'une espèce afro-asiatique, ces perruches sont probablement à l'origine des volatiles échappés des zones douanières de l'aéroport d'Orly[164],[36]. Des canards sont également présents dans les étangs et un de ses marronniers est arbre remarquable.

Également proche du centre-ville de la commune, le château Gaillard a été acheté avec son parc par la ville à la fin des années 1980. Cette maison bourgeoise date de la fin du XIXe siècle. Au milieu du XXe siècle, la propriété servait de base sportive au personnel du grand magasin parisien Le Bon Marché[a 25]. Le parc garde de cette époque sa vocation sportive à la différence des autres parcs de la ville, avec des terrains de tennis, un stade de football et une piste d'athlétisme.

Le parc le plus grand est, avec 17 hectares, le Domaine du château de Montjean qui a été acheté par la ville avec l'aide du Conseil général en 2002. Le château est à l'époque en mauvais état mais le domaine est classé en espace naturel sensible[165] pour la richesse de sa biodiversité. Historiquement, la propriété, le « Château de Montjean », a appartenu au XVe siècle ou XVIe siècle à un noble originaire de Montjean-sur-Loire ce qui lui donna son nom, elle fut propriété du noble Jacques de Beauvais, puis fut habitée par un domestique de Louis XVI d'après l'historien Jean Lebeuf. Divisée en deux propriétés, le domaine a appartenu au général François de Chasseloup-Laubat et au marquis de Clermont-Gallerande. Le duc d'Aumont[39] y résida également à partir de 1824[40]. Le château, construit au début du XIXe siècle, servit d'hôpital militaire durant la Première Guerre mondiale avant d'être occupé par les troupes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus récemment, le domaine aurait servi de décharge à gravats provenant de la construction de l'aéroport puis à la suite de l'élargissement de l'autoroute qui le longe[40],[a 14]. L'une des propriétés a été démolie en 1900 et l'autre fut acquise par l'un des membres de la famille Darblay[40]. Dans les années 1950, il servit de centre de formation pour Air France[a 14]. En 2006 et 2007, le site est utilisé pour des animations médiévales[40], puis en 2009, après la reprise totale du lieu par la commune, un important projet de valorisation a été lancé. Il n'y a plus d'usage d'insecticide, ce qui permet l'installation de ruches dont les abeilles, via la pollinisation, devraient assurer la reproduction d'une grande partie des espèces végétales. De plus, ces ruches auront aussi un rôle éducatif.

Un autre parc, l'Espace Marcel-Dassault, est situé dans la zone d'activité du Haut-de-Wissous, dans l'ouest de la commune. Excentré, il est de facto, privilégié comme lieu de détente par les travailleurs de la zone d'activité.

La Méridienne verte passe par la ville, globalement au niveau de l'est du domaine de Montjean et de la PIC.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune de Wissous dispose d'un patrimoine architectural ancien, comme le carré des eaux gallo-romain, vestiges d'un aqueduc qui alimentait Lutèce (Paris) — notamment les thermes de Cluny — par l'intermédiaire des aqueducs d'Arcueil et de Cachan. Découvert au XIXe siècle à la suite de travaux pour capter de l'eau de la Vanne à Paris, ce bassin collecteur est aujourd'hui recouvert de terre à la suite du refus d'une demande de classement en monument historique en 1903[a 26]. Cependant, une rigole de 1 900 mètres entre les sources de Chilly-Mazarin[36] et l'un de quatre lavoirs de la commune — le lavoir de la grande fontaine (de) — fut notamment découverte. Datant du début du XIXe siècle, ce lavoir a été restauré en 1988[36] et en 2020.

L'église Saint-Denis, classé aux monuments historiques est le principal patrimoine architectural de la commune. Construite au XIIe siècle dans une période de transition entre le « roman et le gothique », elle est notable pour avoir deux nefs. En 1919, un arbre symbolisant la victoire dans la Première Guerre mondiale a été planté devant l'édifice.

La Grange aux dîmes de Wissous, une grange dîmière du XIIIe siècle transformée en restaurant gastronomique en 1991[35]. Le bâtiment a notamment une charpente d'environ vingt mètres[36]. L'habitation de l'un des anciens propriétaires et le corps de ferme sont visibles[36] mais un pigeonnier fut détruit en 1895 pour la création d'une rue. Ce restaurant fut notamment classé 3e des « Papilles d'or » en 2009 dans la catégorie « restaurant gastronomique »[166].

Entrée de la Grange aux dîmes.

La gare de Wissous qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, servi pour la déportation de prisonniers politiques de la prison de Fresnes[167].

Avec son petit observatoire sur le toit, la maison de l'astronome et contre-amiral Ernest Mouchez (1821-1892) est toujours visible dans une rue qui porte son nom[36]. Une plaque commémorative se trouve sur sa demeure[168].

L'ancienne forge et sa charpente du XVIIe siècle est conservée. Elle est actuellement occupée par un brocanteur après avoir cessé ses activités dans les années 1950[a 27].

Les restes d'une ferme gauloise située près des pistes de l'aéroport (rue du Berger) et datant du IIe siècle av. J.-C. sont également conservés et étudiés[32].

Enfin, à la périphérie de la ville, la route départementale 167a qui prend successivement les noms de boulevard de l'Europe, voie des Morvilliers et voie des Avernaises permet d'avoir vue sur l'aéroport de Paris-Orly. L'avenue de la Méridienne, la rue de Patay, la rue du Colombier, la rue du Berger et la rue des Mares-Juliennes permettent aux passionnés d'aéronautique de photographier les avions de ligne au décollage ou à l'atterrissage.

Une association historique locale, l'Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous (APEPAW), a été notamment créé en 2000 pour étudier et préserver le patrimoine local[169]. Celle-ci organise par exemple un circuit touristique en treize sites pour faciliter la découverte et la visite de la plupart des lieux pertinents et en état de conservation[170].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La place du colonel Flatters.
La place Varaigne, nommée en mémoire du « premier historien de la ville ».
L'entrée du Domaine Les Étangs - Espace Arthur-Clark, depuis l'allée Robic.

Différents personnages publics sont liés à la commune parce qu'ils y habitaient, y sont nés, y sont morts ou y ont réalisé un événement important :

Wissous dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

  • L’intrigue de la nouvelle L’enterrement d’une étoile écrite par Alphonse Daudet en 1896 est en partie localisée à Wissous[179].
  • Le peintre Adrien Lavieille a fait au moins une œuvre sur la commune en septembre 1905, celle-ci étant annotée « Entre Wissous et Fresnes »[180].
  • Le photographe Eugène Atget a pris plusieurs clichés de la commune autour de l'église, comme la rue de la Division-Leclerc[181] et la rue Victor-Baloche[182].
  • Le peintre René Bondenet vivait et avait son atelier « Les sapins » à Wissous. Il a laissé de nombreuses œuvres avec pour thème Wissous.
  • Au milieu des années 2000, un chapitre est consacré à la commune de Wissous dans le Guide vert, puis finalement retiré[170].
  • Édités au Canada par Le Cercle du livre de France, les livres Vissouville et L'Âge ingrât (dit Vissouville 2) sont des mémoires de Barthélémy G. Lachelier, un descendant de l'amiral Mouchez, et la ville de Wissous y est décrite sous le surnom de « Vissouville » ;
  • Des scènes d'extérieurs de L'Espace d'une nuit (1976) de Philippe Laïk ont été tournées à Wissous[183] ;
  • Certaines scènes d'un épisode de la série télévisée Capitaine Marleau ont été tournées à l'ancienne forge de la commune.

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Wissous.

Les armes de Wissous se blasonnent : D'azur à la champagne cousue de gueules chargée de trois roues dentées d'argent engrenées en fasce, celle du milieu plus grande que les deux autres ; à trois fleurs de lys mal ordonnées d'argent, celle du milieu plus grande que les deux autres, soutenue chacune de deux épis de blé d'or posés en chevron renversé, brochant sur le tout[b 6],[184].

Le blason est l'œuvre de Hélène Ruiz, une habitante de Wissous, en 1973[b 6].

La commune s'est en outre dotée d'un logo qui reprend les trois symboles : la fleur de lys qui représente la région d'Île-de-France, l'épi de blé pour l'activité agricole et l'engrenage pour l'activité économique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes de l'Essonne - tome 1, Paris, Éditions Flohic, , 1053 p. (ISBN 2-84234-126-0), « Wissous », p. 182-187
  • Philippe Varaigne, Wissous et son église, (1re éd. 1955)
    Premier ouvrage de référence sur la commune, une seconde édition, plus complète, a été éditée en 1977. La mairie de Wissous a l'autorisation de réédition du livre.
  • Jean-Claude Ciret (dir.), Wissous : Au temps jadis : Un village du Hurepoix, LTD éditions, (ISBN 978-978-2879-03-5)
  • Jean-Claude Ciret (dir.), Wissous : Au temps jadis... Tome 2 : Un village du Hurepoix, LTD éditions
Un double volume écrit par l'Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous (APEPAW) dont Jean-Claude Ciret est une figure historique (président entre 2000 et 2022).
  • René Moulin, Chronique d'un village français sous l'occupation, APEPAW, , 168 p. (ISBN 978-2-9568923-0-4)
    Livre issu d'un manuscrit d'un Wissoussien témoignant de moments de vie pendant la Seconde Guerre mondiale ainsi que du crash du bombardier américain en 1944. Le livre contient une seconde partie intitulée Histoire d'un mémorial détaillant ce dernier drame et les efforts de souvenirs liés.
  • Jean-Claude Ciret (dir.), Mobiliers de l'église Saint-Denis de Wissous, APEPAW, (ISBN 978-2-9568923-1-1).
Publication plus spécifique à l'Église Saint-Denis.
Publication sur l'évolution de la commune par l'intermédiaire de comparaisons entre des photographies anciennes et récentes.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Source Wissous et son église[modifier | modifier le code]

Source Wissous : Au temps jadis[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 12
  2. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 55
  3. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 62
  4. a b c d e f et g Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 14
  5. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 26
  6. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 27
  7. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 28
  8. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 30
  9. a b c d e et f Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 13
  10. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 46
  11. a b et c Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 15
  12. a b c d et e Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 16
  13. a b c d e f et g Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 17
  14. a b c d e f g h et i Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 69
  15. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 42
  16. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 83
  17. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 112
  18. a b et c Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 52
  19. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 115
  20. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 116
  21. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 59
  22. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 95
  23. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 81
  24. a b c d et e Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 68
  25. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 44
  26. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 20
  27. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 92
  28. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 67
  29. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 48
  30. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 107
  31. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 102

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.francebleu.fr/infos/climat-environnement/info-france-paris-inondations-en-ile-de-france-le-maire-de-wissous-attaque-suez-devant-le-tribunal-1528960976
  2. « Climatologie mensuelle à Orly », sur infoclimat.fr (consulté le )
  3. a b c d et e « Wissous réclame la réouverture de sa gare », Le Parisien, (consulté le )
  4. François Delétraz, « La SNCF planche sur quatre nouvelles lignes : quel intérêt pour les passagers ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Création de ligne : Villejuif / Athis-Mons T7 », sur extension-reseau.ratp.fr, Régie autonome des transports parisiens (consulté le )
  6. « Ligne 18 - Société du Grand Paris », Société du Grand Paris (consulté le )
  7. Nolwenn Cosson, « «On ne s’entend presque plus» : à Wissous, les travaux du Grand Paris express perturbent la quiétude des jardins familiaux », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Le Parisien, « Métro : le contre-projet de Wissous, la grande « oubliée » de la ligne 18 », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. « Ouvrage Cézanne - Société du Grand Paris », sur Société du Grand Paris, (consulté le ).
  10. « Ouvrage Robic - Société du Grand Paris », sur Société du Grand Paris, (consulté le ).
  11. « Ouvrage Avernaises - Société du Grand Paris », sur Société du Grand Paris, (consulté le ).
  12. https://www.apur.org/sites/default/files/documents/Interconnexion_Sud_des_LGV_en_Ile-de-France_0.pdf
  13. [PDF] « SIMI », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le )
  14. « Lignes », sur albatrans.net, Albatrans (consulté le )
  15. a et b La zone industrielle réclame sa bretelle d'autoroute, Le Parisien, 2007.
  16. « Parc des véhicules », i.Paladin (consulté le )
  17. a et b [PDF] « Les entreprises de l'Essonne vous ouvrent leurs portes », sur essonne.fr, Conseil général de l'Essonne (consulté le ), p. 19
  18. http://www.paris-saclay.com/fileadmin/documents/1._L_agglo/Espace_Presse/CP_Orlyval_Position_de_Paris-Saclay_11_06_2020.pdf
  19. https://plu-cadastre.fr/wissous-91320/
  20. a et b « L'ancien Centre Auto Leclerc enfin démoli », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  21. Tonino Serafini, « Tactique sonique à Wissous », Libération, (consulté le )
  22. https://www.essonne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Bruit/Bruit-de-l-aerodrome-d-Orly/Le-plan-d-exposition-au-bruit-PEB-de-l-aerodrome-de-Paris-Orly
  23. https://immobilier.lefigaro.fr/annonces/edito/louer/conseils/location-ces-villes-ou-le-preavis-est-d-un-mois-pour-resilier-votre-bail
  24. a b et c Gérald Moruzzi, « Wissous, un nom qui ne coule pas de source », sur Le Parisien, .
  25. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 735a
  26. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  27. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France : leur origine, leur signification, leurs transformations; résumé des conférences de toponomastique générale faites à l'École pratique des hautes études (Section des sciences historiques et philologiques) (lire en ligne)
  28. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  29. a b c d e et f Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Gentilé sur le site habitants.fr. Consulté le 12/04/2009.
  31. François Savatier, « Des élites parisii à Orly », Archéologie, sur pourlascience.fr, (consulté le )
  32. a b et c Céline Carez, « Wissous : sous les avions, une ferme gauloise », sur leparisien.fr, (consulté le )
  33. Notice no PA00088047, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. a b et c Jean Claude Ciret, « La culture de la vigne a Wissous », sur wissous.info, APEPAW, (consulté le )
  35. a et b « Restaurant gastronomique en Essonne », sur grangeauxdimes.com (consulté le )
  36. a b c d e f g h et i À travers rues et sentiers de Wissous, essonne.fr
  37. a b et c « Wissous : Présentation », sur topic-topos.com (consulté le )
  38. a et b Jean Claude Ciret, « Montjean théâtre d'une première en aérostation », sur wissous.info, APEPAW, (consulté le )
  39. a et b A. Sircos et Th. Pallier, Histoire des ballons et des ascensions célèbres, F. Roy, , 476 p., p. 318
  40. a b c d et e « Manoir du Chat Mort », sur glauqueland.free.fr (consulté le )
  41. Marie-Claire Roux, En arrière toutes ! Des villes de banlieue dans la Grande Guerre, Athis-Mons, Maison de Banlieue et de l’Architecture, , 96 p. (ISBN 978-2-9538890-8-6), p. 35
  42. a b et c Wissous pendant la guerre 14/18 dans La gazette de Wissous (no 219 - juin 2017)
  43. « Wissous redécouvre l'histoire sombre de sa gare », sur leparisien.fr (consulté le )
  44. « La gare de Wissous était un des maillons de la déportation nazie », sur leparisien.fr (consulté le )
  45. a b c et d apepaw, « Un lieu de la résistance à Wissous pendant l'occupation », sur Association Pour l'Environnement et le PAtrimoine de Wisous (consulté le )
  46. a et b B-17 Old Man
  47. « Le courageux aviateur avait sauvé le village », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  48. « Essonne : [7/10] La 2ème DB de Leclerc libère le Nord-Essonne », sur Essonne Info (consulté le )
  49. (en) [vidéo] 1958, Wissous sur YouTube, (consulté le ).
  50. https://www.rungisinternational.com/nous-connaitre/le-plus-grand-marche-de-produits-frais-au-monde/
  51. a b et c ome, « La justice suspend l'interdiction du port de signes religieux à «Wissous plage» », sur Le Figaro, (consulté le )
  52. https://www.nouvelobs.com/societe/20140926.OBS0452/wissous-la-petite-ville-tranquille-ou-les-islamophobes-se-lachent.html
  53. https://www.liberation.fr/societe/2014/07/29/l-islamophobie-du-maire-s-etale-a-wissous-plage_1072475/
  54. https://www.leparisien.fr/essonne-91/le-maire-de-wissous-condamne-pour-avoir-menace-des-gens-du-voyage-avec-un-sabre-21-11-2018-7948398.php
  55. https://www.lepoint.fr/societe/essonne-le-funerarium-temporaire-de-wissous-ferme-10-05-2020-2374885_23.php
  56. https://www.leparisien.fr/essonne-91/la-morgue-temporaire-de-wissous-a-ferme-apres-trois-semaines-d-activite-11-05-2020-8315217.php
  57. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  58. « Essonne : Agglo : cap à l’ouest pour Wissous », sur Essonne Info (consulté le )
  59. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  60. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  61. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 09/05/2012.
  62. « Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  63. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  64. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  65. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/06/2012.
  66. « Résultats des élections législatives 2017 », sur interieur.gouv.fr (consulté le ).
  67. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  68. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  69. Résultats de l'élection européenne 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  70. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections européennes 2019 », sur https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes-2019 (consulté le )
  71. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  72. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23 mars 2010.
  73. Résultats de l'élection régionale 2015 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27 décembre 2015.
  74. Résultats de l'élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  75. Résultats de l'élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 01/04/2011.
  76. Résultats de l'élection départementale 2015 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 27/12/2015.
  77. https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Departementales/elecresult__departementales-2021/(path)/departementales-2021/091/0919117.html
  78. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  79. « L'UMP vire le premier adjoint », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  80. a et b « Le front anti-Trinquier se fissure à Wissous », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  81. a et b Wissous vend sa plage aux enchères, Le Parisien, 30 septembre 2009.
  82. « Une rue Raoul Salan, à Wissous », sur humanite.fr, L'Humanité, (consulté le )
  83. « Un nouvel élu de la majorité mis au ban par le maire », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  84. « Wissous augmente ses impôts de 65% », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  85. a et b « Manifestation avant un conseil municipal tendu », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  86. « Des agents municipaux contestent les baisses d’effectifs », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  87. Résultats officiels pour la commune Wissous
  88. Florence Méréo, « L'ancien maire de Wissous a pris sa revanche », Le Parisien, éditoon de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Un fauteuil perdu en 2008. Décrit comme très autoritaire, il avait été balayé au premier tour par le socialiste Régis Roy-Chevalier, à la tête d'un « front anti-Trinquier ». Dimanche, six ans après avoir été battu, Richard Trinquier a pris sa revanche. ».
  89. a et b « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 - Résultats par commune - Essonne (91) - Wissous », sur interieur.gouv.fr, Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  90. Nolwenn Cosson, « Essonne : vaincu pour 33 voix, il demande l’annulation des élections municipales de Wissous : Philippe De Fruyt, tête de liste (divers centre) du groupe Wissous notre ville 2020, a déposé une protestation électorale devant le tribunal administratif de Versailles (Yvelines) après avoir répertorié plusieurs anomalies. Le maire se dit très serein », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  91. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com. Consulté le 30/08/2009.
  92. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  93. a et b Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 12/06/2009.
  94. https://www.leparisien.fr/essonne-91/coronavirus-le-maire-de-wissous-remet-sa-blouse-de-medecin-en-reanimation-a-orsay-28-04-2020-8307438.php
  95. a et b « Richard Trinquier, maire de Wissous, n'en est pas à sa première polémique », sur France 3 Paris Ile-de-France (consulté le )
  96. Gérald Moruzzi, « A Wissous, le soutien du maire à Marine Le Pen ne surprend personne », sur Le Parisien, (consulté le )
  97. a et b Nolwenn Cosson, « Un an après sa réélection, le sulfureux et combatif maire de Wissous rend déjà les armes : Ce jeudi, Richard Trinquier (Debout la France), élu maire pour la première fois il y a 26 ans, quittera officiellement son poste. Très médiatisé pour ses frasques, ce médecin anesthésiste reconnu s’était notamment illustré pour avoir menacé des gens du voyage avec un sabre », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Ce jeudi, lors du conseil municipal, il passera la main à son quatrième adjoint, en charge des finances, Florian Gallant (...) À peine élu, en 1995, le fils du colonel Trinquier, qui a affiché sa proximité avec l’OAS (Organisation de l’armée secrète) pendant la guerre d’Algérie, saute en parachute sur la ville lors de la Fête de la patate et oblige ses agents de la police municipale à se former au tir. Peu après, il prend la décision de s’armer d’un pistolet. Décision sitôt annulée par le Conseil d’Etat. En 1998, les « certificats d’hébergement » sont alors encore en vigueur. Le maire fait signer à toute personne hébergeant un étranger un document stipulant qu’elle « autorise la police municipale à se rendre à (son) domicile afin d’effectuer toutes les vérifications possibles ». Une pratique illégale ».
  98. L. D., « Wissous : Richard Trinquier à nouveau candidat à la mairie en 2020 : L’élu Debout la France a annoncé samedi lors de ses vœux qu’il briguerait un nouveau mandat lors des prochaines élections municipales », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ) « L'élu, qui bat désormais pavillon Debout la France (DLF), après avoir été encarté UMP puis Les Républicains (LR), avait pourtant annoncé son intention de prendre sa retraite politique il y a un an ».
  99. Il est exclu des Républicains en avril 2017 après avoir annoncé qu'il voterait pour Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle « Un maire LR exclu du parti pour avoir annoncé qu'il voterait Front national » sur lefigaro.fr, 27 avril 2017
  100. Thibaut Faussabry, « Florian Gallant élu maire de Wissous après la démission de Richard Trinquier : Après la démission de Richard Trinquier le 27 mai 2021, Florian Gallant a été élu jeudi 10 juin 2021 maire de Wissous (Essonne) », Actu Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  101. a b c et d « Mairie de Wissous - Jumelages », sur www.wissous.fr (consulté le ).
  102. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  103. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  104. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  105. « 64 000 habitants de plus en dix ans », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le )
  106. Répartition de la population communale par nationalités sur le site de l'Insee
  107. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wissous (91689) », (consulté le ).
  108. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Essonne (91) », (consulté le ).
  109. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 20/12/2009.
  110. a et b Thomas Berthelot, « Essonne. À Wissous, l'absence de lycée se fait sentir », sur actu.fr, (consulté le ).
  111. a et b « Accueil - Radio Wissous », sur Radio Wissous (consulté le ).
  112. « Wissous, temple du beach-volley », Le Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  113. a et b Laurent Degradi, « Wissous : liquidation judiciaire pour l’association sportive historique », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  114. « Football Club de Wissous - FCW - Essonne - 91 - FCWissous - 91320 », sur fcwissous.com (consulté le ).
  115. a b c d et e [PDF] « La Gazette de Wissous », (consulté le )
  116. Louise Colcombet, « Moto : le circuit Carole pourrait s'installer à Wissous », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  117. « Paris Kart, la plus grande piste de karting indoor de France », sur sortiraparis.com (consulté le ).
  118. https://www.leparisien.fr/essonne-91/cela-va-creer-un-gros-manque-derniers-tours-de-piste-au-karting-de-wissous-freine-brutalement-par-la-crise-du-covid-05-01-2022-435FPOLIVJEMRDTK65QNQCF4XU.php
  119. RP, « Histoire de la PM à Wissous », sur APMWissous (consulté le )
  120. a b c et d « Site officiel de la mairie de Wissous », sur www.wissous.fr (consulté le ).
  121. a et b Les policiers municipaux peuvent vous électrocuter, Le Parisien, 2004.
  122. Le mystère du Taser disparu en mairie enfin élucidé, Le Parisien, 2009.
  123. Jean-Marc VERDREL, « “90’ Enquêtes” « Policiers municipaux : les anges-gardiens de la banlieue », mardi 6 avril sur TMC », sur coulisses-tv.fr, Les coulisses de la Télévision, (consulté le ).
  124. « Gazette de Wissous mai/juin 2021 », sur calameo.com (consulté le ).
  125. https://www.voisinsvigilants.org/ville/Wissous
  126. Carte d'organisation des services de secours en Essonne sur le site du sdis91. Consulté le 24/02/2010.
  127. Organisation des forces de police en Essonne sur le site de la Préfecture. Consulté le 24/02/2010.
  128. G.M, « Wissous : une dizaine de motos et de quads confisquée lors de rodéos sauvages », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  129. « Wissous : Les policiers traquent les amateurs de rodéos urbains », Le Républicain,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  130. https://www.lefigaro.fr/actualite-france/la-note-confidentielle-de-darmanin-pour-eradiquer-les-rodeos-urbains-20210616
  131. Elie Julien et Gérald Moruzzi avec N.G., « Wissous : deux motards se percutent lors d’un rodéo sauvage, un mort », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  132. Nolwenn Cosson, « Dépôts sauvages à Wissous : des opérations retour à l’envoyeur organisées «systématiquement» », Le Parisien,‎ (lire en ligne Accès payant, consulté le ).
  133. « Les bidonvilles Roms de Wissous ont été rasés », sur leparisien.fr (consulté le )
  134. « Guide des associations 2020-2021 - Wissous », sur calameo.com (consulté le ).
  135. https://lescalechesdewissous.wixsite.com/attelages-de-wissous
  136. Bartolomé Simon, « Club de tir de Wissous : à peine rouvert, le centre est déjà au cœur d’une nouvelle polémique », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  137. Laurent Degradi, « Wissous : liquidation judiciaire pour l’association sportive historique », sur Le Parisien, .
  138. https://www.wissous.fr/userfile/documents/Gazette%20septembre%20octobre%20site.pdf
  139. Nolwenn Cosson, « Un air de vacances souffle tout l’été à Wissous plage », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  140. Gérald Moruzzi, « Wissous plage : neuf semaines de farniente et d’animations », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  141. Gérald Moruzzi, « Essonne : en piste sur les patinoires éphémères », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  142. https://www.leparisien.fr/essonne-91/wissous-91320/a-wissous-philippe-candelero-revient-sur-la-glace-11-12-2015-5362125.php
  143. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 20/12/2009.
  144. a et b « Wissous : Monument à la mémoire du colonel Flatters », sur topic-topos.com (consulté le )
  145. Les dépendances de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, archives de la France monastique, 1907
  146. « Un territoire doté de nombreux atouts », sur agglo-hautsdebievre.fr (consulté le )
  147. [PDF] « Rapport d'activités 2008 de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le ), p. 2
  148. [PDF] « Pôle d'Orly », sur essonne.fr, Conseil général de l'Essonne (consulté le )
  149. a b et c [PDF] « Les entreprises de l'Essonne vous ouvrent leurs portes », sur essonne.fr, Conseil général de l'Essonne (consulté le ), p. 36
  150. a b c et d La Poste ouvre une plate-forme dans l'Essonne, L'Usine Nouvelle, 21 février 2008.
  151. « Essonne : Wissous : découverte de la Plate-forme industrielle courrier », sur Essonne Info (consulté le )
  152. « Essonne : La Poste créée une plateforme de livraisons de colis à Wissous », Les Échos,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  153. https://www.lefigaro.fr/societes/blocage-de-plateformes-de-fedex-contre-des-inegalites-de-traitement-20210715
  154. « Essonne : Un nouvel entrepôt Fnac à Wissous pour le service client », sur Essonne Info (consulté le )
  155. « Document de reference PPR 2008 », PPR, (consulté le )
  156. http://www.groupeidec.com/faubourg-promotion-livre-premiere-tranche-dun-entrepot-logistique-samada-a-wissous-91/
  157. « 07. Services généraux. - Magasin central », Le service des archives de l’AP-HP, sur aphp.fr, Assistance publique - Hôpitaux de Paris (consulté le )
  158. « Lafarge inaugure sa centrale "verte" de Wissous », sur lemoniteur.fr, Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment, (consulté le )
  159. « Point sur le futur grand laboratoire d'excellence d'Essilor », sur Acuité, (consulté le ).
  160. https://www.lefigaro.fr/flash-eco/essilorluxottica-les-salaries-en-greve-pour-le-maintien-en-france-des-emplois-et-du-siege-social-20210518
  161. https://www.leparisien.fr/essonne-91/il-meurt-happe-par-sa-machine-de-travail-11-02-2014-3578669.php
  162. https://www.leparisien.fr/essonne-91/essonne-ils-marchent-pour-conserver-les-terres-agricoles-et-denoncer-les-projets-ecocides-28-03-2021-8430092.php
  163. a et b « Dossier complet − Commune de Wissous (91689) / Insee », sur insee.fr (consulté le ).
  164. a et b Les perruches ont colonisé les parcs, Le Parisien, 11 août 2009.
  165. Les espaces recensés en ENS et les Zones de préemption (ZP) en Essonne, essonne.fr
  166. « Papilles d'Or 2009 : 9ème Challenge (catégorie restaurant gastronomique) », sur lespapillesdor.fr, Chambre de commerce et d'industrie de l'Essonne (consulté le )
  167. Le Parisien, « La gare de Wissous était un des maillons de la déportation nazie », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  168. « L’amiral avait jeté l’ancre à Wissous pour cartographier le ciel », sur leparisien.fr (consulté le )
  169. http://apepaw.over-blog.com/
  170. a et b Laurent Degradi, « Wissous : bientôt un parcours touristique à travers la ville », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  171. a et b Notice no IA91000563, base Mérimée, ministère français de la Culture
  172. « UN MARQUIS CLANDESTIN A WISSOUS PENDANT LA REVOLUTION - Apepaw », sur Apepaw (consulté le ).
  173. « Wissous rend hommage à celui qui fut « autant prêtre qu'historien » », sur leparisien.fr (consulté le )
  174. https://www.leparisien.fr/essonne-91/fontaine-la-riviere-91690/jean-luc-touly-trublion-professionnel-20-01-2011-1234805.php
  175. « Marc Lavoine, la langue revolver », sur parismatch.com, Paris Match, (consulté le )
  176. Ondine Millot, « Sucre raffiné », sur liberation.fr, Libération, (consulté le )
  177. « Une enfance à Wissous, bercée par les avions d’Orly du 07 février 2015 - France Inter », sur France Inter (consulté le )
  178. « Hall of fame essonnien », sur Comité de l'Essonne de Basket-Ball (consulté le )
  179. Jean Claude Ciret, « Wissous et Alphonse Daudet », sur wissous.info, APEPAW, (consulté le )
  180. Françoise Cambon et Henri Cambon, Adrien Lavieille, 1848-1920, peintre de la campagne, Atlantica, , 131 p..
  181. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105197433.r=wissous?rk=64378;0
  182. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b10519684t.r=wissous?rk=42918;4
  183. https://madelen.ina.fr/programme/lespace-dune-nuit
  184. Blasonnement sur le site d'armorialdefrance.fr. Consulté le 13/08/2019.