Wissous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wissous
La mairie.
La mairie.
Blason de Wissous
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Essonne
Arrondissement Palaiseau
Canton Chilly-Mazarin
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre[Note 1]
Maire
Mandat
Richard Trinquier
2014-2020
Code postal 91320
Code commune 91689
Démographie
Gentilé Wissoussiens
Population
municipale
6 093 hab. (2011)
Densité 669 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 43′ 55″ N 2° 19′ 37″ E / 48.731903, 2.327057 ()48° 43′ 55″ Nord 2° 19′ 37″ Est / 48.731903, 2.327057 ()  
Altitude Min. 48 m – Max. 99 m
Superficie 9,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte administrative de l'Essonne
City locator 14.svg
Wissous

Géolocalisation sur la carte : Essonne

Voir sur la carte topographique de l'Essonne
City locator 14.svg
Wissous

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Wissous

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Wissous
Liens
Site web mairie-wissous.fr

Wissous[1] (prononcé [visu] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située à environ quatorze kilomètres au sud-ouest de Paris dans le département de l'Essonne en région Île-de-France. La commune se situe à la frontière avec les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.

Grâce à la présence de sources et de cours d'eau, l'installation humaine dans la zone remonte à la fin de la Préhistoire et au début de l'Antiquité. Commune rurale, Wissous s'est développée notamment dans le domaine agricole. Au XXe siècle, la construction à proximité de l'aéroport de Paris-Orly puis du marché international de Rungis a principalement marqué le développement industriel récent de la ville. La ville comptait 6 093 habitants en 2011 avec la mise en œuvre de projets d'habitations qui devrait augmenter le nombre des habitants vers le milieu des années 2010, ce qui ne l'empêche pas de cultiver son côté « village » en pleine agglomération parisienne.

Ses habitants sont appelés les Wissoussiens[2],[c 1],[3].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation de Wissous au sud de Paris.

Située à environ quatorze kilomètres au sud de Paris[3] sur le plateau de Longboyau, en pleine agglomération parisienne, Wissous est contigüe à trois départements : elle est en effet limitrophe de Fresnes et Rungis (département du Val-de-Marne) au nord, d'Antony (département des Hauts-de-Seine) et Massy à l'ouest, de Chilly-Mazarin et Morangis au sud et de Paray-Vieille-Poste à l'est (ces dernières étant situées dans le département de l'Essonne). La commune occupe un territoire de 9,11 kilomètres carrés approximativement compris entre l'autoroute A6 à l'ouest, la ligne C du RER d'Île-de-France et Orlyval au nord et l'aéroport Paris-Orly — deuxième aéroport de Paris — à l'est et au sud. L'Institut national de l'information géographique et forestière donne les coordonnées géographiques 48°44'12" N et 02°19'39" E au point central de ce territoire[3].

Près de 35 % de ce territoire sont urbanisés et construits, auquel il convient d'ajouter plus de 5 % de domaine urbain non construits, laissant près de 60 % avec un caractère rural[4]. Un quart sud-est de la superficie de Wissous est occupé par l'aéroport Paris-Orly.

Occupation des sols.
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 38,4 % 349,63 ha
Espace urbain non construit 6,6 % 60,02 ha
Espace rural 55,0 % 501,55 ha
Source : Iaurif[4]

Wissous est située dans la région naturelle du Hurepoix. Plusieurs étangs et un bassin agrémentent les parcs municipaux, tandis que plusieurs rus traversent la commune. Le point le plus bas de la commune est à une altitude de 48 mètres tandis que le point culminant est à 99 mètres.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Bassin d'agrément et bâtiments dans le quartier Saint-Eloi.

Le plateau de Longboyau est situé entre les vallées de la Seine, de l'Orge, de l'Yvette et de la Bièvre[c 2]. La commune n'est cependant pas baignée par l'un de ces cours d'eau, les plus proches étant la Bièvre à l'ouest et la Seine à l'est.

Les rus des Glaises (anciennement ruisseau des Communes[a 1]), de Saint-Joie et de Rungis (anciennement ruisseau des Jumeaux[a 1]) traversent la commune et sont des affluents de la Bièvre. La commune fait donc partie du syndicat intercommunal d'aménagement de la vallée de la Bièvre (SIAVB), un syndicat mixte créé en 1945, dont le but est essentiellement d'entretenir la Bièvre et de la mettre en valeur[5]. Le ru des Glaises est notamment visible à partir des étangs de l'espace Arthur Clark, un des parcs municipaux. Il rejoint le ru de Rungis venant de la commune de Rungis au nord-est et qui traverse canalisée le domaine du château de Montjean[5]. Le ru de Rungis se jette ensuite dans le ru de Saint-Joie à Fresnes au nord-ouest. Le SIAVB a pour projet la création d'une zone humide d'une capacité de 11 000 m3 à la confluence des rus des Glaises et de Rungis[5], soit au sud du Domaine de Montjean.

Plusieurs étangs se trouvent dans l'espace Arthur Clark et un bassin d'agrément existe au centre de l'ensemble immobilier du quartier Saint-Éloi.

Un bassin de rétention des eaux pluviales, couvert et dit de Villemilan[loc 1], se situe dans l'ouest de la commune.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Plan OpenStreetMap de Wissous.

L'altitude de la commune par rapport au niveau de la mer est comprise entre 48 mètres et 99 mètres[c 1]. Située sur le relativement plat plateau de Longboyau, Wissous a un niveau moyen assez constant autour des 90 mètres[a 2]. Ce faible relief explique en partie l'installation de l'aéroport Paris-Orly au sud-est de la commune. Le point culminant est la butte du Tartre dans le sud-ouest de la commune et le plus bas est près du quartier du Bas de Fresnes dans le nord de la commune[a 2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Wissous est implantée au sud-est d'Antony, sous-préfecture du département des Hauts-de-Seine, et la séparation entre les deux communes est principalement marquée par l'autoroute A6 par dessus laquelle passent plusieurs ponts. Wissous est au sud-sud-est de Fresnes et au sud-ouest de Rungis, communes du Val-de-Marne, qui respectivement sont reliées par le chemin de Fresnes et la route de Montjean, lesquels passent en dessous de la ligne C du RER d'Île-de-France.

Wissous se trouve à l'est de Massy, commune d'Essonne, avec qui elle partage une zone d’activités commerciales implantée en bout des pistes de l'aéroport Paris-Orly entre les autoroutes A6 et A10. Toute la partie sud sud-est est occupée par l'aéroport dont les pistes sont longées par la route départementale 167a. Néanmoins, au sud-ouest de Wissous se trouvent Chilly-Mazarin, au sud Morangis et au sud-est Paray-Vieille-Poste.

Rose des vents Antony Fresnes Rungis Rose des vents
Massy N Paray-Vieille-Poste
O    Wissous    E
S
Chilly-Mazarin Morangis Morangis

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de l'Essonne.

Wissous est située en Île-de-France et bénéficie d'un climat océanique dégradé aux hivers frais et aux étés doux, et est régulièrement arrosée sur l'ensemble de l'année. En moyenne annuelle, la température s'établit à 10,9 °C, avec une maximale de 14,9 °C et une minimale à 6,9 °C. Les températures réelles relevées sont de 24 °C en juillet au maximum et 0,7 °C en janvier au minimum, mais les records enregistrés sont de 38,2 °C le et -19,6 °C le . Du fait de la moindre densité urbaine entre Paris et sa banlieue, une différence négative de un à deux degrés Celsius se fait sentir. L'ensoleillement est comparable à la moyenne des régions du nord de la Loire avec 1 798 heures par an. Les précipitations sont également réparties sur l'année, avec un total de 615,4 millimètres de pluie et une moyenne approximative de cinquante millimètres par mois.

Données climatiques à Wissous.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,7 1,3 3 5,3 8,8 11,9 13,8 13,4 11,2 7,9 3,8 1,6 6,9
Température moyenne (°C) 3,3 4,4 6,8 9,8 13,5 16,7 18,9 18,6 16 11,9 6,8 4,1 10,9
Température maximale moyenne (°C) 5,8 7,5 10,7 14,2 18,1 21,5 24 23,8 20,9 15,9 9,8 6,6 14,9
Ensoleillement (h) 59 89 134 176 203 221 240 228 183 133 79 53 1 798
Précipitations (mm) 51,9 44,8 50,8 46,6 57,8 50,5 50,1 46,5 52 53,2 58,1 53,1 615,4
Source : Climatologie mensuelle à la station voisine d'Orly de 1961 à 1990[6].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Article connexe : Gare de Wissous.
... et la gare de l'Arpajonnais, ligne de tramway à vapeur qui reliait Arpajon et Marcoussis à Paris de 1893 à 1936.

La ville n'a plus de gare ferroviaire fonctionnelle depuis l'arrêt de l'Arpajonnais, une ligne de chemin de fer secondaire qui la reliait à Paris, et de la suppression effective de son arrêt sur la ligne de Choisy-le-Roi à Massy - Verrières (ou Grande ceinture stratégique). Le bâtiment[loc 2], fut actif entre 1893 et 1936[a 3]. Il est désormais désaffecté malgré la volonté municipale de la rouvrir[7]. En effet, la ligne C du RER d'Île-de-France (gare de Massy - Palaiseau - gare de Pontoise) passe dans le nord de Wissous, sur les rails jouxtant l'ancienne gare[7]. La gare reste cependant ouverte au fret. La commune est donc à mi-chemin entre la gare de Rungis - La Fraternelle au nord-est et la gare du Chemin d'Antony au nord-ouest. Mi-2013, la ligne 7 du tramway d'Île-de-France devrait relier la station de métro Villejuif - Louis Aragon à la ville d'Athis-Mons en passant à proximité de la commune, notamment par la gare de Rungis - La Fraternelle[8].

Les lignes de bus RATP 319 et 297 passent dans la ville. La ligne no 2 du réseau de bus intercommunal Paladin qui faisait la liaison entre la gare d'Antony (ligne B du RER d'Île-de-France) et la mairie de Wissous et les zones industrielles, en passant aussi à proximité de la gare du Chemin d'Antony, a été modifié fin 2010 pour ne servir que pour le transport scolaire. Saturée par les trains de marchandises et TGV[7] qui s'ajoutent au RER et qui imposent une fréquence faible d'un train toutes les trente minutes[7], la ligne C du RER est largement concurrencée par la ligne B du RER, qui bien que plus lointaine, a la préférence des voyageurs. Par l'intermédiaire de la gare d'Antony, une autre ligne du Paladin permet de rejoindre le Trans-Val-de-Marne et la ligne de tramway Antony - Clamart en projet[9] à la gare de La Croix de Berny. Le dépôt de bus du Paladin (Bièvre Bus Mobilités[loc 3]) se situe à Wissous[10].

La ligne de bus 91-10 du réseau de bus Albatrans relie la gare de Massy TGV à l'aéroport Paris-Orly[11]. À travers la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, un site web de covoiturage est proposé[c 3].

Une bretelle d'accès à l'autoroute A6 (« l'autoroute du Soleil ») fut un projet de la communauté d'agglomération en 2007 pour améliorer l'accès à ses zones industrielles[12], mais le projet fut abandonné en 2009-2010[c 4]. Seule une sortie de service existe[loc 4]. L'autoroute A10 (« L’Aquitaine ») a son extrémité nord à Wissous, depuis un échangeur avec l'A6. L'autoroute A86 (super-périphérique parisien) passe au nord de Rungis. La route départementale 167a longe les pistes de l'aéroport au niveau de Wissous. L'ancienne route nationale 20 et désormais route départementale 920, reliant notamment Paris à Orléans puis la frontière entre l'Espagne et la France, passe à l'ouest de la commune.

L'aéroport Paris-Orly, deuxième aéroport de Paris, se situe au sud-est de Wissous. La piste 06/24 qui est la plus proche de la commune est orientée parallèlement à celle-ci, ce qui limite les nuisances des moteurs d'avions sur les habitations. Le siège d'Orlyval Service[loc 5] (atelier de maintenance du matériel roulant et centre de commandement) qui exploite la ligne Orlyval (gare d'Antony - Orly-Ouest - Orly-Sud) se situe à Wissous[13]. Cette ligne longe celle de la ligne C du RER, mais il n'y a pas d'arrêt dans la commune[c 5]. La mairie milite cependant pour qu'un arrêt soit créé[c 5],[7].

Le projet de ligne à grande vitesse LGV Interconnexion Sud est prévue pour être développée à proximité de la commune.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Lieux-dits, écarts et quartiers[modifier | modifier le code]

Bassin d'agrément et bâtiments dans le quartier Saint-Eloi.

La commune de Wissous est aujourd'hui séparée en différents quartiers, constitué au fil de son évolution et de son lotissement. Le centre-ville historique est implanté autour de l'église.

Wissous compte huit quartiers : « Fribouli », le quartier proche d'Antony dans l'ouest de la commune ; « Saint-Exupéry », le quartier centré autour de l'espace culturel Saint-Exupéry ; « Vieux Wissous », le quartier historique du centre-ville ; « Montjean », le quartier du Domaine du château de Montjean à proximité de Rungis ; « Bois Charlet » ; « Bas de Fresnes », le quartier proche de Fresnes dans le nord-ouest de la commune ; « La Fraternelle », le quartier jouxtant la gare de Rungis - La Fraternelle et Rungis dans le nord-est de la commune ; « Saint-Eloi », un quartier composé de constructions récentes.

Le découpage en comités consultatifs de quartier, créés en 2008[c 6], donne un comité par quartier sauf pour le « Bas de Fresnes » et « La Fraternelle » qui sont associés ensemble[c 7]. Un septième comité sera créé en juin 2010[c 6] pour « Saint-Eloi ».

Dans les années 2000 et années 2010, suite aux départs d'usines, des projets immobiliers ont été initiés, notamment le « quartier Saint-Éloi » dans le nord de la commune sur l'ancienne zone d'activité de la Gare et les « vergers de Wissous » (266 logements à terme[14]) à la place de l'ancien centre auto Leclerc[14] dans l'ouest de la commune. L'ancienne zone d'activité des Meuniers a également été réhabilitée. Ces zones sont essentiellement composées de logements, de maisons individuelles et de quelques commerces, sur la base d'un travail d'urbanisme d'ensemble géré par des promoteurs immobiliers.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Wissous (orthographié Vißous) au XVIIe siècle sur une carte de Cassini.

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Vizoor au XIe siècle[c 2],[a 4], Vizeorium au XIIe[15], Viceor au XIIe[16]. Une carte du XVIIe siècle situe Huissous[a 5]. Une autre carte de 1740 mentionne Uissous[a 6], tandis que la carte de Cassini du XVIIe siècle donne Wißous[a 7]. La graphie moderne Wissou est enfin clairement visible sur une carte de 1782 et serait peut-être à l'origine de cette orthographe[a 8].

Une étymologie populaire considère le nom de la ville comme un composé des éléments français huit (8) et ancien français sours, masculin de « source », d'où le sens global de « huit sources »[c 8]. Cette étymologie est basée sur une vague ressemblance entre des mentions anciennes isolées du type Huissous au XVIIe siècle et huit sours, mais qui s'accorde mal avec la nature des formes les plus anciennes et avec celles régulièrement attestées. En outre, il n'y a aucun élément hydrographique qui attesterait de la présence de huit sources.

L'hypothèse retenue par les spécialistes en fait un composé bas latin * Vicus Suevorum[17],[16], c'est-à-dire gallo-roman * VICU SUEVORU, devenu Vizoor, Viceor par contraction linguistique. Cette théorie s'appuie sur la plausibilité de l'évolution phonétique * VICU SUEVORU > Vizoor, Viceor et l'existence de ce type de formation toponymique en Vic- (du latin vicus « bourg » > gallo-roman VICU « village »), comme par exemple en région parisienne Vigneux (Essonne, Vicus Novus VIe siècle[18]). Le second élément -sous représente l'évolution de * SUEVORU < latin Suevorum, génitif pluriel de Suevi, terme qui désigne le peuple germanique des Suèves. Il s'agissait probablement de laeti « lètes, colons » suèves installés par le pouvoir romain en Gaule du nord, comme bien d'autres. D'ailleurs, la Notitia Dignitatum mentionne un Praefectus laetorum Gentilium Suevorum « prefet des lètes suèves » dans la région du Mans.

La graphie normale aurait dû être * Vissous conformément à l'étymologie et à la prononciation, mais une mauvaise lecture du graphe Vi (car v pouvait à la fois noter v ou u en ancien français) comme un Ui, d'où l'écriture Wi équivalente en ancien français, est responsable de cette orthographe insolite au sud de la région parisienne. Il n'y a pas de raison d'y voir une influence phonétique germanique sur l'initiale, comme sur VULPICULU > WULPICULU, VAGINA > WAGINA, etc. car l'évolution phonétique régulière de [w] en français central aboutit au [g], d'où WULPICULU > goupil « renard », WAGINA > gaine (cf. emprunt savant vagin), de plus, les formes en Vi- sont beaucoup trop tardives pour suggérer ce type d'influence.

La commune fut créée en 1793 avec son nom actuel[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Histoire de l'Essonne.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Thermes de Cluny à Lutèce, alimentés par un aqueduc de Wissous.

La présence de sources explique notamment l'installation humaine dans la zone[c 8] à la fin de la Préhistoire et au début de l'Antiquité[c 2]. Des fouilles ont notamment révélé au nord-est de Wissous des traces d'habitats datant de la période de l'âge du Bronze final et du Premier âge du fer[a 9], mais aussi aux périodes gauloise et gallo-romaine[a 9].

Des fouilles, menées de 2009 à 2011 près des pistes de l'aéroport (rue du Berger), ont permis de mettre à jour une ferme gauloise (Parisii[20]) de plus de deux hectares et datant du IIe siècle av. J.-C.[21]. L'Institut national de recherches archéologiques préventives décrit alors la découverte comme « d'ampleur nationale »[21].

Un aqueduc, construit au Ier siècle ou au début du IIe siècle[a 9], pour apporter de l'eau à Lutèce (Thermes de l'Est et de Cluny) passait sur le sol de la future commune[c 2]. Plus précisément, sur la commune se trouvait un bassin collecteur renommé à sa découverte « carré des eaux gallo-romain ». Il centralisait différentes rigoles de sources proches de Rungis, Chilly-Mazarin et Wissous même[a 9].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Des fouilles ont également démontrées la présence d'une population à l'époque mérovingienne et carolingienne[a 4], mais aussi le probable regroupement des différents foyers de populations vers des lieux uniques[a 4].

Au XIIe siècle, l'église Saint-Denis est bâtie[22] et sera au début du XXe siècle classée aux monuments historiques[c 9],[23].

Wissous vivait essentiellement de la culture de céréales[c 2], comme une grande partie de la région du Hurepoix qui était essentiellement agricole[a 10]. La vigne a également une grande importance dans la commune dont, dès 1284, des écrit signalent la présence[24]. En juillet 1255, l'évêque de Paris mets fin au servage contre une imposition, point ratifié l'année suivante par Louis IX[a 4]. Environ 500 personnes sont cités sur les documents de l'époque[a 4]. Une grange dîmière est alors construite au XIIIe siècle[25]. Elle resta active jusqu'à la Révolution française[26] en étant l'exploitation la plus importante du village[26] et même l'exploitation de ce type la plus importante du pays[c 10].

La commune est très marquée par la guerre de Cent Ans avec la destruction de cultures et une importante baisse de la population[a 4].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

XVIe et XVIIe siècles[modifier | modifier le code]

La ville est devenue une seigneurie en 1547-1548. L'évêque de Paris l'échangea avec le Chapitre de Notre-Dame contre la seigneurie de Créteil[a 11],. Ce transfert à une personne morale permettra une dilution des biens à cause de partages de successions[27], puisque le chapitre en restera propriétaire jusqu'à la Révolution[a 11].

La commune est à nouveau marquée par un conflit, les guerres de religion, et sont église est notamment pillée par les Huguenots[a 11].

En 1600, 30 % des exploitants agricoles de Wissous étaient des vignerons et au XVIIe siècle ce chiffre passe à 40 %[24]. Toujours en 1600, la répartition des terres restent très inégales, avec plus de la moitié appartenant au chapitre, le tiers à des propriétaires parisiens et seulement le reste à des agriculteurs de la commune[a 12].

La Fronde est une nouvelle période difficile pour la commune et ses habitants[a 12]. La première école est fondée en 1687[a 12].

XVIIIe et XIXe siècles[modifier | modifier le code]

Wissous, à l'écart des grandes voies de passages, profite après la construction d'une route pavée en 1761 de sa proximité avec la route reliant Paris à Orléans[a 12]. La vigne est à l'époque en net recul[a 12]. En 1789, signe de l'écart entre les habitants, les registres indiquent que 61 % des terres sont partagées par seulement six propriétaires, tandis que 2 % le sont par 115[a 13].

Entre 1792 et 1797, les biens du clergé sont vendus[a 13]. Wissous est intégré à la Seine-et-Oise.

En 1815, pendant les Cent-Jours, la commune est occupée par des troupes anglaises[a 13].

Le , l'aéronaute Jean-François Dupuis-Delcourt — futur fondateur de la Société aérostatique et météorologique de France — réussit, à partir du domaine de Montjean, la première ascension d'une « flottille aérostatique » expérimentale[28],[a 14],[29],[30]. Atteignant une altitude de 2 600 mètres[a 14], la flottille se posa ensuite à Choisy-le-Roi[28].

Lors de la guerre franco-prussienne de 1870, Wissous est pendant six mois le quartier général d'un état-major d'une division prussienne[27] de 12 000 hommes[a 13]. La population de la commune se réfugie à Paris[a 13].

La culture de la pomme de terre prend de l'importance[c 2],[a 13]. L'Arpajonnais, chemin de fer secondaire sur route reliant les halles de Paris à Arpajon et mis en service à partir de 1891, renforce l'essor agricole de la commune[27],[a 13].

XXe et XXIe siècles[modifier | modifier le code]

Gare de Wissous sur la ligne de la grande ceinture de Paris, vers 1905.

L'essor de Wissous, qui n'est alors qu'un gros bourg[a 15], correspond à l'implantation de l'aérodrome puis aéroport de Paris-Orly[c 8] dont la relative platitude de plateau de Longboyau du secteur est un avantage. La population et les industries locales ont augmenté sensiblement du fait de cette proximité[c 8]. La zone est d'ailleurs importante dans l'histoire de l'aéronautique, puisque Port-Aviation était situé dans la commune proche de Viry-Châtillon.

Durant la Première Guerre mondiale, le château de Montjean sert d'hôpital militaire[c 11],[a 14]. Un groupe de soldats préposés à la lutte antiaérienne (DCA) est basée dans la commune, notamment pour la protéger des zeppelins[a 16].

Lors de l'occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale, le château de Montjean et le Domaine Les Étangs est occupé par des troupes allemande[c 11],[a 14], dont certaines montées[a 17], et la gare de la commune sert dans le cadre de la déportations de prisonniers politiques[c 12] de la prison de Fresnes[a 18]. Une batterie allemande de canons anti-aériens sur rail est basée à Wissous[a 18].

Le , toujours pendant la Seconde Guerre mondiale, un Boeing B-17 Flying Fortress américain nommé « Hi Jinx » (et apparemment renommé « Old man »[31]) de la 708e escadrille du 447e Bomb Group (désormais 447th Air Expeditionary Group) de la 8th USAAF venu d'Angleterre est touché par une batterie de canons anti-aériens[c 13], peut-être celle basée dans la commune[a 18]. L'avion endommagé, le pilote et lieutenant Allen S. Reed blessé, le copilote de l'équipage, le sous-lieutenant Arthur L. Clark, préfère se sacrifier sur une zone boisée de la ville plutôt que de risquer de s'écraser sur les habitations de la ville[c 13], pendant que les autres hommes sont tués en s'éjectant en parachute comme le navigateur et sous-lieutenant Thomas G. Wilkins[c 13] et le sous-lieutenant James A. Campbell. La zone ciblée pour l'atterrissage de fortune, « Domaine Les Étangs », est l'une des plus grandes et anciennes propriétés de la ville. En la mémoire des aviateurs et grâce aux témoignages des survivants sur l'héroïsme du pilote[32], elle a été renommée « Domaine Les Étangs - Espace Arthur Clark ». Transformé en parc communal, les allées de celui-ci ont pris le nom de chacun des membres de l'équipage, une plaque commémorative a été posée, un mémorial[loc 6] érigé et une cérémonie est organisée annuellement les 6 février[31] en la mémoire de ces quatre combattants qui avait à leur mort tous à peine vingt-cinq ans[c 13].

Wissous est libérée le par une colonne de la 2e division blindée du général Philippe Leclerc de Hauteclocque[a 19] et menée par le général Jacques Branet, quelques heures après le départ des troupes allemandes[a 19]. Néanmoins, trois soldats allemands sont tués et 82 faits prisonniers[a 20].

Dans les années 2000 et années 2010, une politique importante de création de nouveaux logements est mise en œuvre. Cela amènera à un accroissement de 50 % de la population à l'horizon 2012-2013[c 14]. Dans les années 2010, l'enjeu est également l'aménagement de la plaine de Montjean, du côté de Rungis et Fresnes.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

De 1793 à 1901, la population de la commune reste relativement stable avec un peu moins de 800 habitants[19]. À partir des années 1920, la démographie communale prend de l'importance passant de 908 habitants en 1921 à 1 426 en 1931[19]. Entre le début de la seconde partie du XXe siècle et le début du XXIe siècle, la population communale fait plus que doubler[19], malgré un léger repli au début des années 2000[33] qui sera cependant largement rattrapé par les projets immobiliers de la fin des années 2000 et début 2010.

En 1999, les communautés les plus importantes se répartissaient entre 6 % du total pour la population Portugaise, 0,5 % pour les Algériens et les Marocains et 0,3 % pour les Tunisiens, les Italiens et les Espagnols[34].


En 2011, la commune comptait 6 093 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780 702 661 744 903 857 818 816 764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
766 811 816 741 812 749 819 821 876
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
776 814 845 908 1 222 1 426 1 500 1 505 2 053
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
3 477 3 955 4 402 4 394 4 888 5 160 4 820 5 016 5 250
2011 - - - - - - - -
6 093 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2004[35].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Wissous en 2009 en pourcentages[36].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,3 
5,2 
75 à 89 ans
8,4 
14,1 
60 à 74 ans
14,8 
24,0 
45 à 59 ans
25,0 
19,1 
30 à 44 ans
18,6 
19,9 
15 à 29 ans
17,5 
17,4 
0 à 14 ans
15,4 
Pyramide des âges en Essonne en 2009 en pourcentages[37].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
0,8 
4,4 
75 à 89 ans
6,7 
11,3 
60 à 74 ans
11,9 
19,9 
45 à 59 ans
20,0 
21,9 
30 à 44 ans
21,4 
20,6 
15 à 29 ans
19,2 
21,7 
0 à 14 ans
20,0 

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique locale[modifier | modifier le code]

Wissous est depuis 2002 rattachée à la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre, une communauté d'agglomération à cheval sur les départements des Hauts-de-Seine (Antony, Bourg-la-Reine, Châtenay-Malabry, Le Plessis-Robinson, Sceaux) et de l'Essonne (Verrières-le-Buisson). Sur les cinquante-trois sièges des conseillers communautaires, deux sont occupés par des représentants de la commune[38]. En 2008, Wissous a reçu 3 060 085,99 euros de la communauté d'agglomération de compensation pour le versement des recettes de taxe professionnelle à celle-ci et 537 990 € de dotation de solidarité communautaire[39]. L'hétérogénéité des communes qui composent la communauté d'agglomération en termes de population, d'industrie et de positionnement politique n'est pas sans poser quelques réflexions à Wissous où un rapprochement avec la communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne a été évoquée[40],[41], provoquant par la même l'hostilité d'une partie des habitants[42].

La commune située dans l'arrondissement de Palaiseau dépend avec Chilly-Mazarin et Morangis du canton de Chilly-Mazarin, lui-même intégré à la sixième circonscription de l'Essonne avec le canton de Palaiseau, le canton de Massy-Est et le canton de Massy-Ouest.

Depuis 2008, le maire est Régis Roy-Chevalier (DVG), il préside le conseil municipal composé de vingt-neuf élus dont vingt-trois de la majorité divers gauche, cinq pour l’opposition UMP ainsi qu'un divers gauche entré dans l'opposition. Son élection s'est faite dès le premier tour, sur la base d'une coalition hétéroclite qui avait pour l'occasion mis entre parenthèses leurs différences politiques[43] dans le but d'éviter la réélection du précédent maire Richard Trinquier (UMP) critiqué dans sa méthode et son bilan[44],[45],[46]. Néanmoins, peu après l'élection, des dissensions sont apparues dans la majorité[44],[47] et certaines décisions ont été rapidement contestées[48],[49],[50].

En 2008, des comités consultatifs de quartier ont été créés dans le but de renforcer la démocratie locale[c 6].

En 2008, la commune disposait d’un budget de 11 240 000 € dont 9 331 000 € de fonctionnement et 1 909 000 € d’investissement[51], financées pour 27,51 % par les impôts locaux[52], avec des taux de taxes fixés à 7,30 % pour la taxe d'habitation, 9,70 % pour la taxe foncière sur le bâti et 21,64 % pour la taxe foncière sur le non-bâti[53]. Traditionnellement faible[54], la taxe d'habitation est cependant passée à 12,05 % en 2009[48] et l'importance de cette augmentation (+ 65 %) avancée pour équilibrer le budget fut discutée[48] et mal reçue chez les habitants[49]. Pour 2010, la taxe d'habitation est restée stable, mais la taxe foncière sur le bâti est passée à 16,01 % et celle sur le non-bâti à 35,72 %[55].

La dette municipale s’élevait la même année à 13 141 000 euros[56]. En 2010, la commune a subventionné pour 234 468 € les associations locales[55].

L'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) attribue à la commune le code 91 3 28 689[57].

Pour les échéances électorales de 2007 Wissous fit partie des 82 communes[58] de plus de 3 500 habitants ayant adopté les machines à voter (IVotronic). Les cinq machines à voter communales ont cependant été cédées en 2009 sur fond de polémique sur le manque de transparence de ce système[59].

Conseil municipal de Wissous (mandature 2008-2014)[60].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Union pour Wissous - Ensemble et autrement » DVG Régis Roy-Chevalier 23 Majorité
« Wissous pour vous - L'esprit village » UMP Richard Trinquier 5 Opposition
« Pour l'avenir de Wissous » DVG Alain Maréchal 1 Opposition

Maires de Wissous[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs avant 1871[61]
Période Identité Étiquette Qualité
1790[c 2] 1792 Jean Louis Grognet    
1792 1795  ?    
1795 1795 M. Piot    
1795 1795 Étienne Baillard    
1795 1798 Jean Louis Le Prêtre    
1798 1798 Philippe Auboin    
1798 1800 Étienne Parvilliez    
1800 1808 Philippe Auboin    
1808 1815 Armand Loignon de Beaupré    
1815 1815 Philippe Auboin    
1815 1815 Armand Loignon de Beaupré    
1815 1827 Antoine Lesage    
1827 1827 Armand Loignon de Beaupré    
1827 1835 Antoine Lesage    
1835 1853  ?    
1853 1860 Prosper Piot    
1860 1861 Augustin Lesieur    
1861 1862 Louis Reynart    
1862 1870 Louis Dolimier    
1870 1871 Louis Verger    
Les données manquantes sont à compléter.
Liste des maires successifs après 1871[61]
Période Identité Étiquette Qualité
1871 1872 Pierre Liguez    
1872 1891 Joseph Pesse    
1891 1892 Adolphe Verger    
1892 1896 Clément Baron    
1896 1898 Louis Mussiet    
1899 1900 Clément Baron    
1900 1908 Louis Mussiet    
1908 1913 Victor Baloche    
1913 1930 Charles Legros    
1930 1941 Constant Balu    
1941 1941 Pierre Frouin    
1941 1944 Pierre Laffargue    
1944 1947 Paul Purrey    
1947 1960 René Girard-Lametti    
1960 1977 Georges Didier    
1977 1983 Gilbert Buffat    
1983 1995 Jacqueline Herment DVD  
1995 2008 Richard Trinquier UMP  
2008 2014 Régis Roy-Chevalier PS  
2014 en cours Richard Trinquier DVD  

Tendances et résultats politiques[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections législatives, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections européennes, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores[modifier | modifier le code]

Élections cantonales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Élections municipales, résultats des deuxièmes tours[modifier | modifier le code]

Référendums[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

École élémentaire Jean de La Fontaine.

Les élèves de Wissous sont rattachés à l'académie de Versailles. La commune dispose sur son territoire de l'école élémentaire Victor Baloche[loc 7], nommé d'après le maire de la commune entre 1908 et 1913 qui légua le terrain sur laquelle l'école et la mairie sont construites[a 21], et de l'école maternelle et primaire Jean de La Fontaine[loc 8],[77]. Il n'y a pas d'établissements d'enseignement secondaire sur la commune. Selon la sectorisation de 2007-2008, les élèves dépendent donc du collège et lycée général et technologique René Descartes de la ville voisine d'Antony[78], dans les Hauts-de-Seine.

La Fédération des conseils de parents d'élèves[79] et la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public (groupe Antony-Wissous) sont représentées dans les établissements de la commune.

Santé[modifier | modifier le code]

Wissous ne dispose d'aucun hôpital ou clinique sur son territoire, les urgences et pathologies sont traitées par l'hôpital privé d'Antony. Celui-ci n'accueillant pas les urgences pédiatriques, celles-ci sont redirigées vers le centre hospitalier de Longjumeau. Le centre de protection maternelle et infantile (PMI) dont dépend la commune est situé à Chilly-Mazarin[c 15] mais un centre social[loc 9] existe sur la commune. En 2010, sept médecins, deux chirurgiens-dentistes et deux pharmacies exerçaient sur la commune.

Services publics[modifier | modifier le code]

Wissous accueille une agence postale[loc 10] depuis 1935[a 22], seule représentation des services publics dans la commune. Auparavant, la commune dépendait de celle d'Antony[a 23]. La sécurité est assurée par le centre de première intervention (CPI) de la ville[loc 11],[80] et le commissariat de police de Massy[81]. La Direction régionale des douanes et des droits indirects d'Orly est basée à Wissous[82].

Entre le milieu du XIXe siècle et 1983, la sécurité était assurée par des gardes champêtres. La police municipale de Wissous[loc 12] fut créée en 1990[c 16]. Elle fut armée de revolvers Magnum 357 en 1996[83], puis de revolvers calibre 38 spécial police[c 16] et en 2004, ce fut l'une des premières en France à s'équiper de pistolets à impulsion électrique[83]. Des remarques ont été faites à l'époque entre l'adéquation de ces dernières et le taux de délinquance relativement faible dans la ville[83] et en 2009, l'usage des pistolets à impulsion électrique fut abandonné[84]. En 2010, la police municipale, qui compte huit agents et un agent de surveillance de la voie publique, se veut une police de proximité[c 16].

La ville dispose d'une aire d'accueil pour les gens du voyage[loc 13]. En 2010, aucun avocat ni étude de notaire n'exerçaient dans la commune.

Avec son fort potentiel foncier, la commune est régulièrement pressentie pour accueillir diverses installations ne pouvant être placées dans les communes limitrophes et qui sont généralement mal accueillies par la population et leurs élus. Des projets d'un centre de rétention administrative, d'une bretelle d'autoroute[12], d'une station d'épuration[49] ou d'un parcours de golf ont été récemment discutés.

La ville a longtemps profité de sa proximité avec l'aéroport Paris-Orly pour avoir une dérogation de la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains[85].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Wissous a développé des associations de jumelage avec :

Une association a été créée pour promouvoir les échanges scolaires, sportifs, sociaux et culturels entre Wissous et les villes jumelées[c 17].

Vie quotidienne à Wissous[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Espace Saint-Exupéry.

Le principal attrait culturel de Wissous est l'Espace Saint-Exupéry[loc 14], un centre culturel géré par la communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre qui permet de voir des spectacles de musique, de danse ou de théâtre. C'est l'un des quatre théâtres de la communauté d'agglomération[89]. Vingt-deux représentations y ont eu lieue en 2008[89].

Dans le même bâtiment se trouve l'ancien conservatoire de musique d'art dramatique et d'arts plastiques[90], lui aussi géré par la communauté d'agglomération, qui comptait 19 professeurs pour 20 disciplines et un peu moins de 300 élèves[c 18]. Le conservatoire dispose depuis fin 2010 d'un bâtiment spécifique[c 18] dans l'ensemble immobilier du quartier Saint-Eloi.

Il existe aussi une bibliothèque municipale[loc 15], qui est en fait une médiathèque[c 19], située dans le Domaine Les Étangs - Espace Arthur Clark. En 2009, 22 543 documents ont été empruntés par 848 personnes[c 19]. La bibliothèque organise également des animations[c 19].

Depuis la fin des années 1970, la commune organise annuellement la « fête de la Patate ». Celle-ci s'articule généralement autour d'un vide-greniers, d'une retraite aux flambeaux, de concours sportifs et de spectacles. Elle a lieu le 2e ou 3e dimanche de septembre.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sports[modifier | modifier le code]

Centre omnisports du Cucheron.

Le sport à Wissous s'articule autour de trois grands pôles. Le premier est le centre omnisports du Cucheron, qui comprend un gymnase couvert[loc 16], un terrain de football[loc 17], un terrain de basket-ball[loc 18], un rocher d'escalade[loc 19] et une salle polyvalente. Le deuxième est le terrain de football de l'Europe[loc 20] (du nom du boulevard sur lequel il est situé), dans l'est de la commune. Le troisième est le parc du château Gaillard dont un stade de football[loc 21] et les cours de tennis municipaux jouxte le parc. Des terrains de pétanques existent près du centre omnisports du Cucheron. Un skatepark est aussi présent[c 20].

Entre 2003 et 2009, « Wissous-Plage », une piscine mobile, et « Wissous-sur-glace », une patinoire mobile, étaient mis en place selon la saison, mais les frais de fonctionnement se sont révélées trop importants pour poursuivre ces activités[45].

Créée en 1960[91], l'union sportive de Wissous (U. S. Wissous) se décline en différentes sections : football (300 licenciés[91] et dont Jonathan Zebina est le président d'honneur), tennis (300 licenciés[92]) et basket-ball[93] comptent parmi les plus grandes.

Plusieurs initiatives sportives existent dans la commune. En 2010, un défi sportif est organisé à travers plusieurs parcours dans la ville et ses espaces verts[c 21]. Souhaitée comme « familiale et ludique »[c 21], la Wissoussienne comme elle a été baptisée est prévue pour être renouvelée annuellement[c 21]. Un tournoi de football réservé aux joueurs de moins de sept à treize ans nommé « tournoi jeune Jonathan Zebina » est également organisé annuellement[c 22]. Une course cycliste, le « Souvenir Jean Robic » est également organisée.

Wissous fut, avec Thieux en Seine-et-Marne, un des sites envisagés pour l'installation du circuit pour motocyclettes Carole contraint de déménager de Tremblay-en-France suite aux développements liés à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle[94], mais ce projet est abandonné.

La Fédération française de catch professionnel est basée à Wissous, tandis qu'un complexe de pistes privée de karting est situé dans l'une des zones industrielles de la commune.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Vie associative[modifier | modifier le code]

Wissous compte de nombreuses associations[c 23] parmi lesquelles :

  • L'Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous (APEPAW, ex-ADEPAW), dont le but est de faire connaître l'histoire et le patrimoine de la commune.
  • L'union sportive de Wissous (U. S. Wissous), fédérant les sections sportives.
  • L'Association des Familles de Wissous, qui propose diverses activités des cours de langues aux activités créatives.
  • Le comité des Jumelages, qui s'occupe de promouvoir les échanges scolaires, sportifs, sociaux et culturels entre Wissous et les villes jumelées[c 17].
  • Les Attelages de Montjean, qui forme à la pratique de l'attelage de tradition et l'équitation.
  • Comité des Anciens Élèves de Wissous (CAEW)
  • Le Club Wissous Modélisme, un club de modélisme aérien.

En 2010, la commune a subventionné pour 234 468 € les associations locales[55].

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Denis de Wissous.

La paroisse catholique de Wissous est rattachée au secteur pastoral de Longjumeau et au diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes. Elle dispose de l'église Saint-Denis, dédiée au saint Denis de Paris[95]. Celle-ci, construite au XIIe siècle, est classée comme monument historique[c 9]. Signe de l'importance de la viticulture sur la commune, Saint Vincent de Saragosse, un des saints patrons des vignerons, avait sa chapelle à l'église de Wissous[24].

La commune dispose d'un cimetière communal[loc 22], excentré près des pistes, où est notamment enterré le coureur cycliste Jean Robic (1921-1980) et d'un vieux cimetière[loc 23], situé en centre-ville derrière la mairie, où se trouve notamment un monument en mémoire du militaire et explorateur Paul Flatters (1832-1881)[96] qui résida dans la commune. Un cimetière, totalement disparu aujourd'hui, aurait existé au domaine de Montjean[a 24].

Médias[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Le Républicain et le quotidien Le Parisien relatent les informations locales. La commune est en outre dans le bassin d'émission des chaînes de télévision France 3 Paris Île-de-France Centre, IDF1 et Téléssonne intégré à Télif.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune de Wissous a longtemps été principalement tournée vers l'agriculture.

Wissous fait partie des quatorze communes du pôle d'Orly[97], premier pôle économique du sud francilien[97], qui compte plus de 15 000 entreprises et 155 000 salariés[97].

Wissous est notamment proche du Marché international et de la zone d'activité Silic de Rungis (12 000 emplois[97]) — cette Silic est en fait en partie sur Wissous — d'Antonypole à Antony, de Massy Atlantis à Massy, d'Orlytech à Paray-Vieille-Poste et de l'aéroport Paris-Orly proche. Dans une moindre mesure, la commune fait partie de l'opération d'intérêt national de Massy Palaiseau Saclay Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et est proche de la vallée scientifique de la Bièvre.

La commune a ses propres zones d'activités[98] comme Montavas[loc 24] (une dizaine d'hectares), la zone d'aménagement concerté des Haut-de-Wissous[loc 25],[99] (70 ha), Villemilan[loc 26] (33 ha), l'Europe[loc 27], Colombier[loc 28], Clou à Crochet[loc 29] et Vaulorin[loc 30] (9 ha). Un parc international d'affaires de Wissous, dont l'Air Park Paris-Sud, est en cours de construction et amènera à terme 77 000 m2 de bureaux supplémentaires[97] avec également des commerces et des services[100].

Sur le territoire même de Wissous, La Poste dispose depuis 2007[101] d'une importante plate-forme industrielle courrier (PIC)[loc 31] décrite à son ouverture comme « l'usine de tri du courrier la plus moderne d'Europe »[102]. Ouverte en continu, elle est destinée au tri à destination des arrondissements du sud et de l'est de Paris[102] et peut traiter jusqu'à 50 000 lettres par heure[101]. Implantée sur un terrain de 98 000 m2[102], le site de 40 000 m2[101] a nécessité un investissement de 70 millions d'euros et emploie jusqu'à 700 personnes[102]. La Fnac y a également un entrepôt de 20 000 m2, à proximité du centre logistique des magasins de Massy[103].

Depuis 1993, l'Approvisionnement central hôtelier et alimentaire (ACHA) qui assure l'achat, le stockage et la distribution de la nourriture pour l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris est basée à Wissous[104].

Plus d'une centaine d'entreprises sont basées à Wissous, attirées par l'importance des zones industrielles et la facilité d'accès. La compagnie aérienne OpenSkies, filiale de British Airways, l'équipementier Daher et l'entreprise de transport par autocar Clamart-Cars font partie des entreprises notables ayant leur siège social dans la commune. La filiale de la RATP Orlyval Service qui exploite la ligne Orlyval est aussi basée à Wissous[13], de même qu'une agence du groupe de transport Norbert Dentressangle, ou du groupe basque Olano, l'aménageur Segex et la filiale française de l'outilleur Fiskars. Lafarge y avait jusqu'en 2010 une centrale à bétons de nouvelle génération[105], de même que l'entreprise de mode pour enfant Du Pareil au Même y était auparavant basée. Une importante plate-forme de valorisation de déchets[loc 32] devrait bientôt être fermée.

Un petit marché se tient les mercredis et samedis. Les centre commerciaux les plus proches sont Belle Épine et Thiais-Village à Thiais et Villebon 2 à Villebon-sur-Yvette.

Emplois, revenus et niveau de vie[modifier | modifier le code]

À fin 2009, 219 personnes étaient en recherche d’emploi et le taux de chômage en 2006 était fixé à 4,9 %[106]. En 2006, le revenu fiscal médian par ménage était de 25 074 €, ce qui plaçait la commune au quatre cent dix-huitième rang parmi les 30 687 communes de plus de cinquante ménages que compte le pays et au quarantième rang départemental[107].

Répartition des emplois par catégories socioprofessionnelles en 2006[108].
  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise
Cadres et professions
intellectuelles supérieures
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Wissous 0,1 % 4,4 % 17,6 % 25,8 % 18,5 % 33,7 %
Zone d’emploi d’Orly 0,1 % 4,6 % 15,2 % 27,8 % 30,3 % 22,1 %
Moyenne nationale 2,2 % 6,0 % 15,4 % 24,6 % 28,7 % 23,2 %
Répartition des emplois par secteurs d’activités en 2006[108].
  Agriculture Industrie Construction Commerce Services aux
entreprises
Services aux
particuliers
Wissous 1,1 % 15,2 % 11,3 % 21,5 % 19,8 % 8,9 %
Zone d’emploi d’Orly 0,5 % 8,1 % 7,2 % 15,0 % 14,3 % 6,3 %
Moyenne nationale 3,5 % 15,2 % 6,4 % 13,3 % 13,3 % 7,6 %

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

L'un des étangs de l'espace Arthur Clark.

La commune de Wissous a été récompensée par deux fleurs au concours des villes et villages fleuris[109]. Elle est inscrite à la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO)[c 24] et dispose de plusieurs parcs.

Parc du centre-ville de la commune, le Domaine Les Étangs - Espace Arthur Clark[loc 33] est l'une des plus anciennes propriétés de la ville. Elle fut achetée par la ville en 1977[c 25]. Le parc a pris, après la Seconde Guerre mondiale, le nom d'un pilote de bombardier américain qui y a tenté un atterrissage de fortune le sur cette zone boisée plutôt que de risquer de s'écraser sur les habitations[c 13]. Un mémorial américain se trouve dans le parc, ainsi qu'une « porte du millénaire »[loc 34] inaugurée en 1999 et qui se veut un symbole « d'espoir et de confiance que les Wissoussiens adressent aux générations futures ». Doté de plusieurs étangs reliés entre eux, le parc est axé sur les loisirs familiaux[c 26]. De nombreuses perruches à collier se servent de ce parc pour nicher[110],[26]. D'une espèce afro-asiatique, ces perruches sont probablement à l'origine des volatiles échappés des zones douanières de l'aéroport d'Orly[110],[26]. Des canards sont également présents dans les étangs et un de ses marronniers est arbre remarquable.

Également proche du centre-ville de la commune, le château Gaillard[loc 35] a été acheté avec son parc par la ville à la fin des années 1980[c 11]. Cette maison bourgeoise date de la fin du XIXe siècle[c 11]. Au milieu du XXe siècle, la propriété servait de base sportive au personnel du grand magasin parisien Le Bon Marché[c 11],[a 25]. Le parc garde de cette époque sa vocation sportive[c 11] à la différence des autres parcs de la villes, avec des terrains de tennis, un stade de football et une piste d'athlétisme[c 11].

Le parc le plus grand est, avec 17 hectares, le Domaine du château de Montjean[loc 36] qui a été acheté par la ville avec l'aide du Conseil général en 2002[c 11],[c 26]. Le château est à l'époque en mauvais état mais le domaine est classé en espace naturel sensible[c 11],[c 26],[111] pour la richesse de sa biodiversité. Historiquement, la propriété a appartenu au XVe siècle ou XVIe siècle à un noble originaire de Montjean-sur-Loire[c 24] ce qui lui donna son nom, elle fut propriété du noble Jacques de Beauvais[c 11], puis fut habitée par un domestique de Louis XVI d'après l'historien Jean Lebeuf[c 11]. Divisée en deux propriétés[c 11], le domaine a appartenu au général François de Chasseloup-Laubat et au marquis de Clermont-Gallerande[c 11]. Le duc d'Aumont[29] y résida également à partir de 1824[30]. Le château, construit au début du XIXe siècle[c 11], servit d'hôpital militaire durant la Première Guerre mondiale avant d'être occupé par les troupes allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale[c 11]. Plus récemment, le domaine aurait servi de décharge à gravats provenant de la construction de l'aéroport puis suite à l'élargissement de l'autoroute qui le longe[30],[a 14]. L'une des propriétés a été démolie en 1900 et l'autre fut acquise par l'un des membres de la famille Darblay[30]. Dans les années 1950, il servit de centre de formation pour Air France[c 11],[a 14]. En 2006 et 2007, le site est utilisé pour des animations médiévales[30], puis en 2009, après la reprise totale du lieu par la commune, un important projet de valorisation a été lancé[c 24]. Il n'y a plus d'usage d'insecticide, ce qui permet l'installation de ruches dont les abeilles, via la pollinisation, devraient assurer la reproduction d'une grande partie des espèces végétales[c 24]. De plus, ces ruches auront aussi un rôle éducatif[c 24].

Un autre parc, l'Espace Marcel Dassault[loc 37], est situé dans la zone d'activité du Haut-de-Wissous, dans l'ouest de la commune. Exentré, il est de facto, privilégié comme lieu de détente par les travailleurs de la zone d'activité.

La Méridienne verte passe par la ville.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Denis de Wissous.
Lavoir de la grande fontaine.

La commune de Wissous dispose d'un patrimoine architectural ancien, comme le carré des eaux gallo-romain, vestiges d'un aqueduc qui alimentait Lutèce (Paris) — notamment les thermes de Cluny — par l'intermédiaire des aqueducs d'Arcueil et de Cachan. Découvert au XIXe siècle suite à des travaux pour capter de l'eau de la Vanne à Paris[c 27], ce bassin collecteur[c 27] est aujourd'hui recouvert de terre[c 28],[c 27] suite au refus d'une demande de classement en monument historique en 1903[a 26]. Cependant, une rigole de 1 900 mètres entre les sources de Chilly-Mazarin[26] et l'un de quatre lavoirs de la commune — le lavoir de la grande fontaine[loc 38] — fut notamment découverte[c 28]. Datant du début du XIXe siècle[c 10], ce lavoir a été restauré en 1988[26].

L'église Saint-Denis[loc 39], classé aux monuments historiques[c 9] est le principal patrimoine architectural de la commune. Construite au XIIe siècle dans une période de transition entre le « roman et le gothique »[22], elle est notable pour avoir deux nefs[22]. En 1919, un arbre symbolisant la victoire dans la Première Guerre mondiale a été planté devant l'édifice[112].

Entrée de la Grange aux dîmes (à droite).

La « Grange aux Dîmes »[loc 40] de Wissous, une grange dîmière du XIIIe siècle transformée en restaurant gastronomique en 1991[25]. Le bâtiment a notamment une charpente d'environ vingt mètres[26]. L'habitation de l'un des anciens propriétaires et le corps de ferme sont visibles[26] mais un pigeonnier fut détruit en 1895 pour la création d'une rue[c 10]. Ce restaurant fut notamment classé 3e des « Papilles d'Or » en 2009 dans la catégorie « restaurant gastronomique »[113].

La gare de Wissous qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, servi pour la déportation de prisonniers politiques[c 12] de la prison de Fresnes.

Avec son petit observatoire sur le toit, la maison de l'astronome et contre-amiral Amédée Mouchez (1821-1892) est toujours visible dans une rue qui porte son nom[26].

L'ancienne forge et sa charpente du XVIIe siècle est conservée. Elle est actuellement occupée par un brocanteur après avoir cessé ses activités dans les années 1950[a 27].

Les restes d'une ferme gauloise située près des pistes de l'aéroport (rue du Berger) et datant du IIe siècle av. J.-C. sont également conservés et étudiés[21].

Enfin, à la périphérie de la ville, la route départementale 167a qui prend successivement les noms de boulevard de l'Europe, voie des Morvilliers et voie des Avernaises permet d'avoir vue sur l'aéroport Paris-Orly. L'avenue de la Méridienne[loc 41], la rue de Patay[loc 42], la rue du Colombier, la rue du Berger et la rue des Mares Juliennes permettent aux passionnés d'aéronautique de photographier les avions de ligne au décollage ou à l'atterrissage.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Différents personnages publics sont liés à la commune parce qu'ils y habitaient, y sont nés, y sont morts ou y ont réalisé un événement important :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Héraldique et logotype[modifier | modifier le code]

Blason de Wissous.

Les armes de Wissous se blasonnent : D'azur aux trois fleurs de lys d'or, à la champagne cousue de gueules chargée de six épis de blé passés en trois sautoirs mal ordonnés, soutenus chacun d'une roue dentée engrenée, le tout aussi d'or[117].

La commune s'est en outre dotée d'un logotype, voulu comme plus moderne par la mairie, qui reprend les trois symboles : la fleur de lys qui représente la région d'Île-de-France, l'épi de blé pour l'activité agricole et le boulon pour l'activité économique[c 29].

Logotype de Wissous.

Wissous dans les arts et la culture[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Varaigne, Wissous et son église,‎ 1955
    Une seconde édition, plus complète, a été édité en 1977.
  • Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis : Un village du Hurepoix, LTD éditions,‎ 2004 (ISBN 978-9782879035)
    Écrit par l'Association pour l'environnement et le patrimoine de Wissous (APEPAW, ex-ADEPAW) dont Jean-Claude Ciret est le président.


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour l’ensemble des points mentionnés sur cette page : voir sur Google Maps (aide), Bing Maps (aide) ou télécharger au format KML (aide).

  1. Bassin de Villemilan : 48° 44′ 01″ N 2° 19′ 02″ E / 48.733662, 2.317313 (Bassin de Villemilan)
  2. Ancienne gare de Wissous : 48° 44′ 29″ N 2° 19′ 51″ E / 48.741287, 2.330892 (Ancienne gare de Wissous)
  3. Dépôt de bus Paladin : 48° 43′ 49″ N 2° 19′ 21″ E / 48.730205, 2.322629 (Dépôt de bus Paladin)
  4. Sortie de service A6 : 48° 44′ 46″ N 2° 19′ 31″ E / 48.746209, 2.325174 (Sortie de service A6)
  5. Siège d'Orlyval Service : 48° 44′ 34″ N 2° 19′ 47″ E / 48.742806, 2.329675 (Siège d'Orlyval Service)
  6. Mémorial américain : 48° 44′ 03″ N 2° 19′ 51″ E / 48.734068, 2.3309 (Mémorial américain)
  7. École Victor Baloche : 48° 43′ 55″ N 2° 19′ 34″ E / 48.731922, 2.326219 (École Victor Baloche)
  8. École Jean de La Fontaine : 48° 44′ 12″ N 2° 19′ 39″ E / 48.736547, 2.327384 (École primaire Jean de La Fontaine)
  9. Centre social : 48° 43′ 51″ N 2° 19′ 30″ E / 48.730928, 2.324954 (Centre social)
  10. Agence postale : 48° 44′ 04″ N 2° 19′ 27″ E / 48.734485, 2.324212 (Agence postale)
  11. Centre de première intervention : 48° 43′ 38″ N 2° 19′ 33″ E / 48.72717, 2.325748 (Centre de première intervention)
  12. Poste de police municipale : 48° 43′ 55″ N 2° 19′ 40″ E / 48.732037, 2.327705 (Poste de police municipale)
  13. Aire d'accueil pour les gens du voyage : 48° 43′ 45″ N 2° 20′ 07″ E / 48.729068, 2.3352 (Aire d'accueil pour les gens du voyage)
  14. Espace Saint-Exupéry : 48° 44′ 06″ N 2° 19′ 29″ E / 48.734962, 2.324743 (Espace Saint-Exupéry)
  15. Bibliothèque municipale : 48° 44′ 07″ N 2° 19′ 43″ E / 48.735215, 2.328562 (Bibliothèque municipale)
  16. Centre omnisports du Cucheron : 48° 44′ 00″ N 2° 19′ 59″ E / 48.733441, 2.332936 (Centre omnisports du Cucheron)
  17. Terrain de football du Cucheron : 48° 44′ 02″ N 2° 19′ 55″ E / 48.733792, 2.331825 (Terrain de football du Cucheron)
  18. Terrain de basket-ball du Cucheron : 48° 44′ 02″ N 2° 19′ 52″ E / 48.733991, 2.331244 (Terrain de basket-ball du Cucheron)
  19. Rocher d'escalade : 48° 44′ 03″ N 2° 19′ 53″ E / 48.734303, 2.331385 (Rocher d'escalade)
  20. Terrain de football de l'Europe : 48° 43′ 48″ N 2° 20′ 04″ E / 48.730119, 2.33454 (Terrain de football de l'Europe)
  21. Stade de football du parc du château Gaillard : 48° 44′ 00″ N 2° 19′ 17″ E / 48.733247, 2.321373 (Stade de football du parc du château Gaillard)
  22. Cimetière : 48° 43′ 42″ N 2° 20′ 03″ E / 48.728297, 2.334238 (Cimetière)
  23. Vieux cimetière : 48° 43′ 56″ N 2° 19′ 36″ E / 48.732161, 2.326687 (Vieux cimetière)
  24. Parc d'activités de Montavas : 48° 43′ 31″ N 2° 19′ 11″ E / 48.725222, 2.319626 (Parc d'activités de Montavas)
  25. Parc d'activités des Haut-de-Wissous : 48° 43′ 42″ N 2° 18′ 22″ E / 48.728374, 2.306224 (Parc d'activités des Haut-de-Wissous)
  26. Zone industrielle de Villemilan : 48° 43′ 45″ N 2° 19′ 06″ E / 48.729251, 2.318412 (Zone industrielle de Villemilan)
  27. Zone d'activité de l'Europe : 48° 43′ 35″ N 2° 19′ 20″ E / 48.72651, 2.322233 (Zone d'activité de l'Europe)
  28. Zone d'activité du Colombier : 48° 43′ 40″ N 2° 19′ 39″ E / 48.727742, 2.327566 (Zone d'activité du Colombier)
  29. Zone d'activité du Clou à Crochet : 48° 43′ 33″ N 2° 19′ 29″ E / 48.725788, 2.324626 (Zone d'activité du Clou à Crochet)
  30. Zone d'activité de Vaulorin : 48° 44′ 30″ N 2° 19′ 05″ E / 48.741632, 2.31806 (Zone d'activité de Vaulorin)
  31. Plate-forme industrielle courrier La Poste : 48° 43′ 54″ N 2° 20′ 12″ E / 48.731622, 2.336579 (Plate-forme industrielle courrier La Poste)
  32. Plate-forme de valorisation de déchets : 48° 44′ 24″ N 2° 20′ 25″ E / 48.740111, 2.34014 (Plate-forme de valorisation de déchets)
  33. Domaine Les Étangs - Espace Arthur Clark : 48° 44′ 05″ N 2° 19′ 47″ E / 48.734818, 2.329829 (Domaine Les Étangs - Espace Arthur Clark)
  34. Porte du millénaire : 48° 44′ 08″ N 2° 19′ 50″ E / 48.735441, 2.330453 (Porte du millénaire)
  35. Parc du château Gaillard : 48° 43′ 57″ N 2° 19′ 27″ E / 48.73251, 2.324063 (Parc du château Gaillard)
  36. Domaine du château de Montjean : 48° 44′ 39″ N 2° 19′ 57″ E / 48.744196, 2.332402 (Domaine du château de Montjean)
  37. Espace Marcel Dassault : 48° 43′ 30″ N 2° 18′ 27″ E / 48.724984, 2.307561 (Espace Marcel Dassault)
  38. Lavoir de la grande fontaine : 48° 43′ 47″ N 2° 19′ 38″ E / 48.729675, 2.32732 (Lavoir de la grande fontaine)
  39. Église Saint-Denis : 48° 43′ 52″ N 2° 19′ 38″ E / 48.731246, 2.327133 (Église Saint-Denis)
  40. Grange aux Dîmes : 48° 43′ 51″ N 2° 19′ 36″ E / 48.73094, 2.326544 (Grange aux Dîmes)
  41. Avenue de la Méridienne (vue sur l'aéroport) : 48° 43′ 59″ N 2° 20′ 17″ E / 48.73303, 2.338001 (Avenue de la Méridienne (vue sur l'aéroport))
  42. Rue de Patay (vue sur l'aéroport) : 48° 43′ 39″ N 2° 20′ 00″ E / 48.727582, 2.333213 (Rue de Patay (vue sur l'aéroport))

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jusqu'à la dissolution de la communauté d'agglomération le 31 décembre 2015 compte tenu de la création de la Métropole du Grand Paris le 1er janvier 2016.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Sources municipales[modifier | modifier le code]

Ces sources sont essentiellement issues du site de la mairie ou du magazine municipal.

  1. a et b Wissous en chiffres, wissous.fr
  2. a, b, c, d, e, f et g [PDF] Guide de la ville, 2009, page 9.
  3. [PDF] Wissous mag', février 2010, page 11.
  4. Article du Parisien sur le site internet de la ville.
  5. a et b « Transports », sur wissous.fr (consulté le 25 mai 2010)
  6. a, b et c [PDF] Wissous mag', mai 2010, page 7.
  7. « Comités consultatifs de quartier », sur wissous.fr (consulté le 25 mai 2010)
  8. a, b, c et d Histoire, wissous.fr
  9. a, b et c Eglise, wissous.fr
  10. a, b et c [PDF] Guide de la ville, 2009, page 11.
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p [PDF] Guide de la ville, 2009, page 13.
  12. a et b [PDF] Wissous mag', mai 2010, page 6.
  13. a, b, c, d et e [PDF] Wissous mag', février 2010, page 10.
  14. [PDF] Wissous mag', février 2010, page 9.
  15. « Petite enfance : S'informer », sur wissous.fr (consulté le 25 mai 2010)
  16. a, b et c Sécurité, wissous.fr
  17. a et b [PDF] Guide de la ville, 2009, page 15.
  18. a et b [PDF] Wissous mag', avril 2010, page 12.
  19. a, b et c [PDF] Wissous mag', mars 2010, page 11.
  20. [PDF] Wissous mag', mai 2010, page 13.
  21. a, b et c [PDF] Wissous mag', février 2010, page 17.
  22. [PDF] Wissous mag', mai 2010, page 17.
  23. Associations, wissous.fr
  24. a, b, c, d et e [PDF] Wissous mag', no 134, septembre 2009, page 9.
  25. [PDF] Guide de la ville, 2009, page 14.
  26. a, b et c [PDF] Wissous mag', no 134, septembre 2009, page 8.
  27. a, b et c [PDF] Guide de la ville, 2009, page 12.
  28. a et b Le carré des eaux gallo-romain, wissous.fr
  29. [PDF] Guide de la ville, 2009, page 10.

Source Wissous : Au temps jadis[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 55
  2. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 12
  3. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 62
  4. a, b, c, d, e et f Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 14
  5. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 26
  6. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 27
  7. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 28
  8. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 30
  9. a, b, c et d Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 13
  10. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 46
  11. a, b et c Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 15
  12. a, b, c, d et e Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 16
  13. a, b, c, d, e, f et g Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 17
  14. a, b, c, d, e, f, g, h et i Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 69
  15. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 42
  16. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 83
  17. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 112
  18. a, b et c Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 52
  19. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 115
  20. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 116
  21. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 59
  22. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 81
  23. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 95
  24. a, b, c, d et e Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 68
  25. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 44
  26. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 20
  27. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 92
  28. a et b Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 67
  29. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 48
  30. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 107
  31. Jean-Claude Ciret, Wissous : Au temps jadis, p. 102

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de Wissous dans le Code officiel géographique sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  2. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 12/04/2009.
  3. a, b et c Coordonnées géographiques de Wissous sur le site lion1906.com Consulté le 07/03/2009.
  4. a et b Fiche communale d'occupation des sols en 2008 sur le site de l'Iaurif. Consulté le 16/11/2010.
  5. a, b et c [PDF] Le SIAVB, Boris Efremenko, décembre 2009.
  6. « Climatologie mensuelle à Orly », sur infoclimat.fr (consulté le 9 septembre 2009)
  7. a, b, c, d et e « Wissous réclame la réouverture de sa gare », Le Parisien,‎ 13 septembre 2009 (consulté le 28 mai 2010)
  8. « Création de ligne : Villejuif / Athis-Mons T7 », sur extension-reseau.ratp.fr, Régie autonome des transports parisiens (consulté le 26 mai 2010)
  9. [PDF] « SIMI », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le 28 mai 2010)
  10. « Parc des véhicules », i.Paladin (consulté le 26 mai 2010)
  11. « Lignes », sur albatrans.net, Albatrans (consulté le 25 mai 2010)
  12. a et b La zone industrielle réclame sa bretelle d'autoroute, Le Parisien, 2007.
  13. a et b [PDF] « Les entreprises de l'Essonne vous ouvrent leurs portes », sur essonne.fr, Conseil général de l'Essonne (consulté le 26 mai 2010), p. 19
  14. a et b « L'ancien Centre Auto Leclerc enfin démoli », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 1er septembre 2009 (consulté le 18 mai 2010)
  15. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud,‎ 1979 (ISBN 2-85023-076-6), p. 735a
  16. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit.
  17. Auguste Longnon, Les noms de lieu de la France: leur origine, leur signification, leurs transformations; résumé des conférences de toponomastique générale faites à l'École pratique des hautes études (Section des sciences historiques et philologiques) (lire en ligne)
  18. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  19. a, b, c, d et e Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. François Savatier, « Des élites parisii à Orly », Archéologie, sur pourlascience.fr,‎ 17 octobre 2011 (consulté le 27 octobre 2011)
  21. a, b et c Céline Carez, « Wissous : sous les avions, une ferme gauloise », sur leparisien.fr,‎ 16 septembre 2011 (consulté le 21 septembre 2011)
  22. a, b et c Eglise, wissous.fr
  23. « Notice no PA00088047 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. a, b et c Jean Claude Ciret, « La culture de la vigne a Wissous », sur wissous.info, APEPAW,‎ 29 septembre 2006 (consulté le 26 mai 2010)
  25. a et b « Restaurant gastronomique en Essonne », sur grangeauxdimes.com (consulté le 24 mai 2010)
  26. a, b, c, d, e, f, g, h et i À travers rues et sentiers de Wissous, essonne.fr
  27. a, b et c « Wissous : Présentation », sur topic-topos.com (consulté le 28 mai 2010)
  28. a et b Jean Claude Ciret, « Montjean théâtre d'une première en aérostation », sur wissous.info, APEPAW,‎ 7 novembre 2006 (consulté le 26 mai 2010)
  29. a et b A. Sircos et Th. Pallier, Histoire des ballons et des ascensions célèbres, F. Roy,‎ 1876, 476 p., p. 318
  30. a, b, c, d et e « Manoir du Chat Mort », sur glauqueland.free.fr (consulté le 27 mai 2010)
  31. a et b B-17 Old Man
  32. « Le courageux aviateur avait sauvé le village », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 4 février 2006 (consulté le 27 mai 2010)
  33. « 64 000 habitants de plus en dix ans », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 2 janvier 2009 (consulté le 18 mai 2010)
  34. Répartition de la population communale par nationalités sur le site de l'Insee
  35. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  36. Pyramide des âges à Wissous en 2009 sur le site de l'Insee. Consulté le 08/08/2012.
  37. Pyramide des âges de l’Essonne en 2009 sur le site de l’Insee. Consulté le 07/07/2012.
  38. [PDF] « Rapport d'activités 2008 de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le 20 mai 2010), p. 11
  39. [PDF] « Rapport d'activités 2008 de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le 20 mai 2010), p. 36
  40. « Wissous veut divorcer d'Antony », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 13 octobre 2009 (consulté le 18 mai 2010)
  41. « Sécession dans les Hauts de Bièvre », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 29 mars 2012 (consulté le 29 mars 2012)
  42. « Des habitants réclament un référendum sur l’intercommunalité », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 29 mars 2012 (consulté le 29 mars 2012)
  43. « L'UMP vire le premier adjoint », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 16 septembre 2009 (consulté le 19 mai 2010)
  44. a et b « Le front anti-Trinquier se fissure à Wissous », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 2 avril 2010 (consulté le 19 mai 2010)
  45. a et b Wissous vend sa plage aux enchères, Le Parisien, 30 septembre 2009.
  46. « Une rue Raoul Salan, à Wissous », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ 28 janvier 2005 (consulté le 19 mai 2010)
  47. « Un nouvel élu de la majorité mis au ban par le maire », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 19 mai 2010 (consulté le 19 mai 2010)
  48. a, b et c « Wissous augmente ses impôts de 65% », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 12 mars 2009 (consulté le 18 mai 2010)
  49. a, b et c « Manifestation avant un conseil municipal tendu », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 15 mai 2009 (consulté le 29 mai 2010)
  50. « Des agents municipaux contestent les baisses d’effectifs », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 24 novembre 2010 (consulté le 2 décembre 2010)
  51. Comptes municipaux sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 17 mai 2010.
  52. Analyse détaillée des comptes municipaux sur la base Alize du ministère des Finances, consulté le 17 mai 2010.
  53. Taux d’imposition sur le site taxe.com, consulté le 17 mai 2010.
  54. « + 65 % d'impôts : la fronde s'organise », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 15 avril 2009 (consulté le 18 mai 2010)
  55. a, b et c [PDF] « Compte rendu Conseil municipal du 25 mars 2010 », Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, sur wissous.fr,‎ 1er avril 2010 (consulté le 29 mai 2010)
  56. Endettement municipal sur la base de données Alize du ministère des Finances, consulté le 19 mai 2010.
  57. Fiche communale sur le site de l'Insee. Consulté le 17/01/2010.
  58. La liste des 82 communes équipées de machines à voter sur le site de ZDNet.fr
  59. « Machines à voter à vendre », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 18 mai 2010)
  60. Composition du conseil municipal issu des élections de 2008 sur le site linternaute.com Consulté le 30 janvier 2010.
  61. a et b Liste des maires successifs sur la base de données mairesgenweb.org Consulté le 12/06/2009.
  62. Résultats de l'élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  63. Résultats de l'élection présidentielle 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  64. Résultats de l'élection présidentielle 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 09/05/2012.
  65. Résultats de l'élection législative 2002 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  66. Résultats de l'élection législative 2007 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  67. Résultats de l'élection législative 2012 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 24/06/2012.
  68. Résultats de l'élection européenne 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  69. Résultats de l'élection européenne 2009 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  70. Résultats de l'élection régionale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  71. Résultats de l'élection régionale 2010 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 23 mars 2010.
  72. Résultats de l'élection cantonale 2004 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  73. Résultats de l'élection cantonale 2011 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 01/04/2011.
  74. Résultats de l'élection municipale 2008 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 28/01/2013.
  75. Résultats du référendum 2000 sur le site politiquemania.com Consulté le 30/08/2009.
  76. Résultats du référendum 2005 sur le site du ministère de l'Intérieur. Consulté le 30/08/2009.
  77. Liste des écoles du département sur le site de l'Inspection académique de l'Essonne. Consulté le 20/12/2009.
  78. Sectorisation du département sur le site de l'Inspection académique
  79. Site officiel de la FCPE de Wissous
  80. Carte d'organisation des services de secours en Essonne sur le site du sdis91. Consulté le 24/02/2010.
  81. Organisation des forces de police en Essonne sur le site de la Préfecture. Consulté le 24/02/2010.
  82. Direction régionale des douanes et des droits indirects d'Orly
  83. a, b et c Les policiers municipaux peuvent vous électrocuter, Le Parisien, 2004.
  84. Le mystère du Taser disparu en mairie enfin élucidé, Le Parisien, 2009.
  85. Tonino Serafini, « Tactique sonique à Wissous », Libération,‎ 20 décembre 2010 (consulté le 2 janvier 2011)
  86. Fiche du jumelage avec Balcombe sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 09/01/2013.
  87. Fiche du jumelage avec Figueira de Castelo Rodrigo sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 09/01/2013.
  88. Fiche du jumelage avec Heidenrod sur le site du ministère français des Affaires étrangères. Consulté le 09/01/2013.
  89. a et b [PDF] « Rapport d'activités 2008 de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le 20 mai 2010), p. 32
  90. [PDF] « Rapport d'activités 2008 de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le 20 mai 2010), p. 33
  91. a et b « USW Football » (consulté le 31 mai 2010)
  92. « US Wissous Tennis » (consulté le 31 mai 2010)
  93. « US Wissous Basket » (consulté le 31 mai 2010)
  94. 20minutes - Tremblay quitte le circuit
  95. Fiche de la paroisse sur le site officiel du diocèse. Consulté le 20/12/2009.
  96. a et b « Wissous : Monument à la mémoire du colonel Flatters », sur topic-topos.com (consulté le 28 mai 2010)
  97. a, b, c, d et e Le pôle d'Orly en chiffres, essonne.fr
  98. « Un territoire doté de nombreux atouts », sur agglo-hautsdebievre.fr (consulté le 9 septembre 2009)
  99. [PDF] « Rapport d'activités 2008 de la Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre », sur agglo-hautsdebievre.fr, Communauté d'agglomération des Hauts-de-Bièvre (consulté le 20 mai 2010), p. 2
  100. [PDF] « Pôle d'Orly », sur essonne.fr, Conseil général de l'Essonne (consulté le 27 mai 2010)
  101. a, b et c [PDF] « Les entreprises de l'Essonne vous ouvrent leurs portes », sur essonne.fr, Conseil général de l'Essonne (consulté le 26 mai 2010), p. 36
  102. a, b, c et d La Poste ouvre une plate-forme dans l'Essonne, L'Usine Nouvelle, 21 février 2008.
  103. « Document de reference PPR 2008 », PPR,‎ décembre 2008 (consulté le 14 février 2012)
  104. « 07. Services généraux. - Magasin central », Le service des archives de l’AP-HP, sur aphp.fr, Assistance publique - Hôpitaux de Paris (consulté le 29 mai 2010)
  105. « Lafarge inaugure sa centrale "verte" de Wissous », sur lemoniteur.fr, Le Moniteur des travaux publics et du bâtiment,‎ 1er octobre 2009 (consulté le 25 mai 2010)
  106. [PDF] Statistiques détaillées sur le site de l’Insee
  107. Résumé statistique national sur le site de l’Insee. Consulté le 26/10/2009.
  108. a et b Sources : Insee :
  109. Palmarès départemental des villes et villages fleuris sur le site officiel de l'association. Consulté le 20/12/2009.
  110. a et b Les perruches ont colonisé les parcs, Le Parisien, 11 août 2009.
  111. Les espaces recensés en ENS et les Zones de préemption (ZP) en Essonne, essonne.fr
  112. [PDF] Guide de la ville, 2009, page 11.
  113. « Papilles d'Or 2009 : 9ème Challenge (catégorie restaurant gastronomique) », sur lespapillesdor.fr, Chambre de commerce et d'industrie de l'Essonne (consulté le 24 mai 2010)
  114. a et b « Notice no IA91000563 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  115. « Marc Lavoine, la langue revolver », sur parismatch.com, Paris Match,‎ 16 février 2010 (consulté le 29 mai 2010)
  116. Ondine Millot, « Sucre raffiné », sur liberation.fr, Libération,‎ 14 mai 2002 (consulté le 29 mai 2010)
  117. Blasonnement sur le site de Gaso, la banque du blason. Consulté le 29/09/2009.
  118. Jean Claude Ciret, « Wissous et Alphonse Daudet », sur wissous.info, APEPAW,‎ 7 novembre 2006 (consulté le 26 mai 2010)