JCDecaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
JCDecaux SA
Image illustrative de l'article JCDecaux

Création 1964
Fondateurs Jean-Claude Decaux
Forme juridique Société anonyme à directoire et conseil de Surveillance
Action Euronext : DEC
Siège social Drapeau de la France Neuilly-sur-Seine FranceVoir et modifier les données sur Wikidata (France)
Direction Jean-François Decaux[1] (codirecteur général),

Jean-Charles Decaux (codirecteur général), Jean-Sébastien Decaux (codirecteur général),

Actionnaires JCDecaux Holding : 69,83 % (détenue à 100 % par la famille Decaux)

Public : 28,70 %
Famille Decaux et dirigeants : 1,32 %
Salariés : 0,08 %
Autres actionnaires nominatifs : 0,07 %
(au 31 décembre 2014)[2]

Activité Communication extérieure, Publicité, médias
Produits Mobilier urbain, aubettes, vélos en libre-service
Société mère JCDecaux Holding (70,48 %)
Filiales JCDecaux Mobilier Urbain (100 %), Sopact (100 %), Semup (100 %), DPE Decaux Publicité Exterieurs (100 %), Somupi (66 %), Cyclocity (100 %), JCDecaux Avenir - JCDecaux Airport - JCDecaux Artvertising - MCDecaux( 60 %)
Effectif 12300[3]
Site web jcdecaux.com/

Capitalisation 4,652 milliards (24/01/2013)
Fonds propres 2,470 milliards (2011)
Chiffre d’affaires en augmentation 3 392,8 millions (2016) [4]
+5,8 % vs 2015
Résultat net 223,5 millions (2016) [5]

JCDecaux est un groupe industriel français spécialisé dans la publicité urbaine, déclinée sur divers supports de mobilier urbain.

C’est une multinationale principalement connue pour ses systèmes d'arrêts d'autobus publicitaires (l’Abribus), et ses systèmes de location de vélos en libre-service. JCDecaux est la plus grande société de publicité extérieure au monde[6].

Aujourd’hui, JCDecaux emploie plus de 13 030 personnes dans le monde, et assure une présence au sein des métropoles de plus de 75 pays. En France, JCDecaux emploie plus de 3 500 personnes.

Son siège social est situé à Neuilly-sur-Seine en banlieue parisienne. Le site le plus important de France, qui comprend l’atelier de la société, est basé à Plaisir dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Camion de maintenance JCDecaux
Camionnette d'entretien JCDecaux.

En 1955, Jean-Claude Decaux (1937-2016) crée une société qui se spécialise dans les placards publicitaires d’autoroutes. Ceux-ci étant fortement taxés par une loi de 1964, JCDecaux s’oriente vers l’affichage urbain, avec un nouveau concept qui consiste à offrir aux municipalités des abris d’autobus entièrement financés par les annonceurs publicitaires.

Le premier projet est testé pour la première fois avec la municipalité de Lyon et s’étend rapidement aux villes de Grenoble, d’Angers et de Poitiers. Pendant les premières années la société se heurte aux réticences des annonceurs sceptiques sur l’impact de ces affiches relativement petites. Mais l’idée fait son chemin et l’entreprise décolle au début des années soixante-dix, avec l’Abribus Standard en 1970.

Dans les années soixante-dix l’entreprise se développe avec les premiers mobiliers urbains pour l’information (MUPI) d’une surface de 2 m2 et les « seniors », panneaux publicitaires de 8 m2. Par la suite JCDecaux rachète la société Fermière (affermage) des colonnes Morris et les trois premiers pays à en bénéficier sont la France, l’Allemagne et l’Espagne. Les premiers panneaux déroulants apparaissent en 1988. Ils permettent d’augmenter le nombre d’espaces publicitaires sans augmenter le nombre de structures.

En 1980 JCDecaux développe en France les JEI (Journaux Électroniques d’Information) qui diffusent des messages d’informations culturels, associatifs, sportifs ou administratifs à l’intention des habitants. En 1981 JCDecaux installe dans les villes françaises des sanitaires publics à entretien automatique. Les premiers sanitaires accessibles aux handicapés seront implantés à San Francisco en 1994.

JCDecaux installe ses premiers écrans numériques en 1998 dans le métro de Vienne. Le format numérique permet par exemple d’adapter les messages publicitaires en fonction de la date et de l’heure.

En 1999, le groupe acquiert HMC (Havas Media Communication) avec dans le package Avenir. Cette acquisition lui permet de se développer sur les activités grand format et la publicité dans les aéroports.

En 2001, JCDecaux est introduit en bourse avec un cours d’ouverture de 16,5 €[7]. En 2002, Jean-Claude Decaux laisse la direction de l'entreprise à deux de ses trois fils, Jean-Charles et Jean-François. Ils sont co-directeurs généraux du groupe.

JCDecaux installe son premier système de vélos en libre-service à Vienne, en Autriche, en 2003, suivie de Lyon en 2005. En 2007, Paris lance un appel d’offre pour son mobilier urbain et l’installation de vélos en libre-service remporté par JCDecaux. Aujourd’hui JCDecaux est classé numéro un mondial du vélo en libre-service, avec près de 47 000 vélos en libre-service dans 66 villes dans le monde [8]. JCDecaux exploite son service de vélos en libre-service sous la marque Cyclocity.

Dans les années 2000 les dispositifs d’informations publicitaires deviennent plus animés et plus interactifs notamment dans les aéroports et les centres commerciaux. Cela permet d’affirmer au groupe certaines de ses valeurs : l’innovation et le design.

En 2002, Jean-Claude Decaux laisse la direction de l'entreprise à deux de ses trois fils, Jean-Charles et Jean-François. Ils sont codirecteurs généraux du groupe.

Le siège social de l'entreprise est à Neuilly-sur-Seine. JCDecaux est présent dans plus de 75 pays et sur 5 continents.

En 2010, JCDecaux a augmenté son parc d'affichage électronique de 40 %, soit un total de 6 500 écrans. Cela ne représente toutefois que 5 % de ses surfaces d'affichage[9].

En 2011, JCDecaux acquiert Mediakiosk en tant qu’actionnaire majoritaire[10].

Métiers[modifier | modifier le code]

Le groupe compte trois grands pôles d'activité : le mobilier urbain, l’affichage grand format et la publicité dans les transports.

Mobilier Urbain[modifier | modifier le code]

Abribus modèle « Foster » à Nevers.

Le mobilier urbain est un concept inventé par Jean-Claude Decaux. Le mobilier urbain publicitaire comporte des abribus, des colonnes Morris (réservées par la loi française aux activités culturelles)[11], des MUPI (mobiliers urbains pour l’information) et des kiosques. Ces équipements permettent de toucher les centres villes où les possibilités d'affichage grand format sont autrement limitées. Les villes conservent une partie des faces publicitaires pour leur propre communication.

Dans certains pays, le groupe exploite des contrats dans des centres commerciaux.

Le mobilier urbain comporte également un ensemble de mobiliers non publicitaires : sanitaires à entretien automatique, journaux électroniques d’information, bornes informatiques interactives des bancs publics, bornes de propreté, candélabres, panneaux de signalisation, récupérateurs de verres, de piles et de papier...

Afin d’adapter le mobilier à l’environnement de la ville et à son architecture, JCDecaux travaille avec des designers de renommée internationale, tels que Mario Bellini, Philip Cox, Peter Eisenman, Norman Foster, Patrick Jouin, Philippe Starck, Robert Stern, Martin Szekely et Jean-Michel Wilmotte. JCDecaux possède également un Bureau d’Étude qui travaille à l’amélioration et à la modernisation des mobiliers.

JCDecaux a lancé son premier système de vélos en libre-service à Vienne, en Autriche, en 2003, et l’a développé en France avec Vélo’v à Lyon, en 2005[12]. Depuis, JCDecaux gère, via sa filiale Cyclocity, les systèmes de vélos en libre-service de 70 villes dans le monde entier[13].

Affichage Grand Format[modifier | modifier le code]

L’affichage grand format comprend les panneaux publicitaires de plus de 8 m2. Ces supports peuvent prendre plusieurs formes, comme les toiles évènementielles (exemple : les bâches de chantier), exploitées par JCDecaux sous l’appellation Artvertising. JCDecaux loue aussi à des particuliers la possibilité d’implanter un panneau sur une façade ou dans un jardin.

En avril 2017, le tribunal de grande instance de Paris annule la réattribution du marché de l'affichage publicitaire, pourtant obtenue auparavant[14].

Publicité dans les transports[modifier | modifier le code]

L’appellation Transport regroupe la publicité en aéroport, dans les bus, tramways, métros, et taxis. JCDecaux exploite des concessions dans plus de 145 aéroports et plus de 276 métros, trains, tramways et bus.

En 2014, la publicité dans les transports a représenté 38,4 % du chiffre d’affaire de JCDecaux.

JCDecaux a également développé une activité de vélos en libre-service : Cyclocity, dans plus de 67 villes dans le monde (France, Autriche, Espagne, Irlande, Luxembourg, Belgique, Australie)[15].

JCDecaux comptait 3159 collaborateurs en France en 2013[16].

Implantations dans le monde[17][modifier | modifier le code]

JCDecaux est implanté dans plus de 75 pays répartis sur les 5 continents. Le groupe réalise plus de 77,9 % de son chiffre d’affaires à l’international.

Europe[modifier | modifier le code]

JCDecaux a démarré son activité en France et s’est rapidement implanté à l’étranger avec son premier contrat en Belgique en 1966 puis au Portugal en 1971.

Grâce à son partenariat avec Wall AG, le groupe s’implante en Allemagne (1982) et en Turquie (1996). JCDecaux est présent au Royaume-Uni depuis 1984 en tant que leader du marché de la communication extérieure.

JCDecaux est maintenant présent dans la plupart des pays d’Europe : Luxembourg (1985), Pays-Bas (1986), Finlande (1989), Suède (1989), Espagne (1990), , Slovaquie (1990), République Tchèque (1995), Norvège (1998), Irlande (1999) et en Pologne (1999).

JCDecaux est aussi présent en Pays Baltes (2002), Ukraine (2007), Bulgarie (2007) et en Hongrie (2012)[18].

JCDecaux est également implanté au Danemark (AFA JCDecaux) dès 1989, en Italie (IGPDecaux) dès 1995, en Islande (AFA JCDecaux Islande) dès 1998, en Suisse (APG SGA) dès 1999, en Autriche (Gewista) dès 2001, en Croatie et en Slovénie (Europlakat) dès 2001, en Serbie ('Alma Quattro) dès 2003 et en Russie (Russ Outdoor) dès 2007 grâce à des prises de participation ou des joint-ventures.

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

JCDecaux est présent aux États-Unis depuis 1993 dans certaines grandes villes américaines et dans 26 aéroports dont les aéroports de Washington DC[19], de New York[20], de Boston[21] et Los Angeles[22].

JCDecaux est également présent au Canada depuis 2002.

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

JCDecaux est implanté au Brésil et Argentine en 1998, en Uruguay en 2000 et au Chili en 2001.

En 2012, JCDecaux renforce sa présence au Brésil par le gain d’un contrat pour 1 000 horloges numériques publicitaires à São Paulo[23].

En 2013, JCDecaux fait son entrée au Mexique, Guatemala, Costa Rica, El Salvador, Panama, République Dominicaine grâce à l’acquisition de 85 % d’Eumex[24]. JCDecaux s’implante au Pérou depuis 2014 en remportant l’aéroport international de Lima[25].

En décembre 2016, JCDecaux annonce la fusion de ses activités en Amérique centrale avec Top Media, pour créer un nouveau ensemble appelé JCDecaux-Top Media détenue à 71 % par JCDecaux[26].

Afrique et Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

JCDecaux s'implante dans trois pays d’Afrique : l'Algérie (2007), le Cameroun (2011) et l'Afrique du Sud (2011).

Au Moyen-Orient, JCDecaux est présent au Qatar (joint-venture q.média Decaux) depuis 2006, aux Émirats arabes unis depuis 2007, en Arabie saoudite depuis 2010, en Azerbaïdjan et à Oman depuis 2012[27].

JCDecaux est aussi implanté en Israël depuis 2008.

Asie et Océanie[modifier | modifier le code]

JCDecaux est implanté en Australie depuis 1997.

Sur le continent asiatique, JCDecaux est présent à Singapour (1999), en Thaïlande (1999), au Japon (2000) sous le nom de MCDecaux et en Corée du Sud depuis 2001.

JCDecaux s'implante en Chine depuis 2004 avec 7 aéroports dont Shanghai et Pékin.

Le groupe est également présent en Inde (2006), en Ouzbékistan (2006), au Kazakhstan (2007) ainsi, en Mongolie par une coentreprise (2014)[28].

Organisation[modifier | modifier le code]

Le groupe JCDecaux est composé d’un directoire et d’un conseil de surveillance.

Directoire[modifier | modifier le code]

Le directoire assure la gestion opérationnelle du groupe. Il est composé de cinq membres : Jean-François Decaux, Jean-Charles Decaux, Jean-Sébastien Decaux, David Bourg, Emmanuel Bastide et Daniel Hofer. Le président est nommé pour an, Jean-François Decaux et Jean-Charles Decaux assurent en alternance un an sur deux les fonctions de Président du Directoire.

Le directoire est assisté de deux comités, le comité d’audit et le comité de rémunération et des nominations.

Conseil de Surveillance[modifier | modifier le code]

Le Conseil de Surveillance contrôle la gestion de la société exercée par le Directoire. Depuis 2013, Gérard Desonge en est le président. Les autres membres sont Jean-Pierre Decaux, Alexia Lefort-Decaux, Michel Bleitrach, Monique Cohen, Pierre Mutz, Pierre-Alain Pariente, Xavier de Sarrau et Maurice Ducrocq.

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières en millions d'euros
Années 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009[29] 2010[30] 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Chiffre d'affaires 1 544 1 627 1 745 1 946 2 107 2 169 1 918,8 2 350 2 813 2 676 2 813 3 208 3 392,8
Résultat d'exploitation 0000 284 299 332 350 236 122,8 279 335 371,4 351,4
Résultat net 55 165 199 204 225 108 24,5 173,3 220 216 241,4 223,5
Capitaux propres NC 1 584 1 753 1 866 1 992 1 970 2 009 3 378
Dette financière NC 524 716 808 856 801 670 358,8 -83,5 401

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. JCDecaux::Investors::Corporate Governance, consulté le 22 octobre 2012.
  2. Document de référence 2014 (PDF)
  3. [1], Profil de la société, consulté le 28 août.
  4. JCDecaux : Communiqué de presse : Chiffre d'affaires 2014, Zone Bourse, 29.01.2015
  5. JCDecaux a plus que doublé son bénéfice net en 2014 grâce à une baisse des charges de dépréciations, AFP, 05.03.2015
  6. http://blogs.lesechos.fr/david-barroux/comment-jcdecaux-est-devenu-un-champion-du-monde-a12771.html
  7. http://www.boursier.com/introductions/modalite/jc-decaux-FR0000077919,FR.html
  8. http://www.decision-achats.fr/Thematique/marches-1036/commandes-publiques-10139/Breves/Deux-locations-velos-seconde-JCDecaux-ont-ete-effectuees-2012-183614.htm
  9. (en) Sharif Sakr, « Outdoor advertising goes digital », BBC News,‎ (lire en ligne)
  10. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/10/21/97002-20111021FILWWW00387-jcdecaux-achete-un-gerant-de-kiosque.php
  11. http://www.paris1900.fr/le-mobilier-urbain/colonnes-morris
  12. http://www.metronews.fr/lyon/velo-v-le-systeme-lyonnais-de-velos-en-libre-service-a-le-vent-en-poupe/moaA!hBJ8dJ1dVkw/
  13. http://www.capital.fr/a-la-une/actualites/comment-le-concept-du-velib-s-est-exporte-dans-le-monde-entier-1055596
  14. « Paris: Après la perte de Vélib', JCDecaux voit la réattribution du marché des panneaux pubs annulée », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne)
  15. Interview de JCDecaux lors de l'inauguration Vélib'
  16. Palmarès des entreprises qui recrutent du Figaro
  17. http://www.strategies.fr/etudes-tendances/tendances/r20090W/jc-decaux-s-affiche-en-bourse.html
  18. http://www.capital.fr/bourse/actualites/jcdecaux-revient-en-hongrie-avec-l-acquisition-des-actifs-hongrois-d-epamedia-798213
  19. http://www.jcdecaux.com/fr/Presse/Communiques/2010/JCDecaux-renouvelle-le-contrat-publicitaire-des-deux-aeroports-de-Washington-DC
  20. http://ooh-tv.fr/2013/05/31/aeroports-jcdecaux-installe-de-nouveaux-dispositifs-digitaux-a-new-york-et-hong-kong/
  21. http://www.capital.fr/bourse/actualites/jcdecaux-remporte-la-concession-publicitaire-de-l-aeroport-de-boston-894520
  22. http://www.cbnews.fr/medias/jcdecaux-remporte-laeroport-de-los-angeles-a109668
  23. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2012/10/24/97002-20121024FILWWW00701-jcdecaux-remporte-un-contrat-au-bresil.php
  24. http://bfmbusiness.bfmtv.com/bourse/jcdecaux-acquisition-amerique-latine-641312.html
  25. http://ooh-tv.fr/2014/12/03/perou-jcdecaux-marche-en-remportant-laeroport-international-lima/
  26. JCDecaux annonce la fusion de ses activités avec Top Media et devient le N°1 de la communication extérieure en Amérique Centrale, Euronext, 23 décembre 2016
  27. http://www.capital.fr/bourse/actualites/jcdecaux-s-implante-au-sultanat-d-oman-pour-20-ans-699665
  28. http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/jcdecaux-s-implante-en-mongolie-par-une-coentreprise-1870537
  29. jcdecaux.com::investisseurs::états financiers::résultats 2010::Rapport financiers 2009, consulté le 22 octobre 2012.
  30. jcdecaux.com::investisseurs::états financiers::résultats 2011::Rapport financiers 2010, consultyé le 22 octobre 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]