Marcoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint Marcoult)
Aller à : navigation, rechercher
Marcoul
Image illustrative de l'article Marcoul
Saint Marcouf (Chapelle Saint-Michel de Clermont-en-Auge, (Calvados)
Naissance 490
Bayeux (Calvados)
Décès 558 
Vénéré à Corbeny (Aisne) - Gouville-sur-Mer - Honfleur - Saint-Marcouf (Calvados) - Saint-Marcouf (Manche)
Vénéré par l'Église catholique
Fête 1er ou 4 mai

Marcoul, Marcouf, Marcou, Marculf ou Marcoult (490 - 558) est un saint de l'Église catholique qui vécut au VIe siècle en Normandie. Il est connu comme guérisseur des écrouelles. Par extension, il est réputé pour guérir les furoncles et les abcès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcoul est né à Bayeux dans le Calvados actuel. Devenu orphelin, il fut instruit par l’évêque saint Laud ou Lô de Coutances qui l'ordonna prêtre. Il s’installa alors, avec une petite communauté, à l’est du Cotentin et évangélisa les populations alentour[1].

Il fut le fondateur de l'abbaye de Nanteuil près de Coutances.

En 898, sa dépouille fut transportée à Corbeny au diocèse de Laon (Aisne) pour le soustraire aux raids des Vikings. Le roi Charles III le Simple qui résidait à Corbeny en 900 accorda asile aux religieux de Nanteuil, près de Coutances en Normandie, qui apportèrent avec eux les reliques de saint Marcoul (ou Marculf). Il leur fit construire un prieuré en ce lieu[2],[3].

Les reliques de Saint Marcouf avaient la réputation de guérir des écrouelles (scrofules).

Le pouvoir thaumaturge des reliques[modifier | modifier le code]

Maroul, associé au roi pour le toucher des écrouelles.

Selon la tradition, pour remercier le roi Charles III le Simple d’avoir fourni aux moines de saint Marcouf le refuge de Corbeny, Dieu accorda au saint le don de guérir les écrouelles et la grâce de transmettre ce pouvoir miraculeux aux rois de France.

Cette croyance est à l’origine du pèlerinage effectué par les rois de France à Corbeny le lendemain de leur sacre à Reims. Ils l’effectuaient en personne ou envoyaient leur chapelain. Et de fait, après leur sacre, les rois de France, de Louis X à Louis XIV, se rendaient en pèlerinage à Corbeny. La guérison se pratiquait par le toucher des écrouelles par le roi qui prononçait la formule rituelle : « Le Roi te touche, Dieu te guérit », en faisant le signe de croix.

Le premier témoignage qui fit mention du toucher royal pour la guérison des écrouelles est celui de Guibert de Nogent, abbé de Nogent-sous-Coucy, dans son Des reliques des saints daté de 1124 dans lequel il indique avoir vu personnellement le roi Louis VI le Gros guérir des scrofuleux en les touchant et en faisant le signe de la croix. Il ajoutait que le père du roi, Philippe Ier de 1060 à 1108, pratiquait déjà ce miracle.

À partir de Louis XIV, le roi ne se rendit plus à Corbeny, les reliques de saint Marcoul étaient transportées à la basilique Saint-Rémi à Reims et le toucher se faisait dans le jardin[4].

Sa fête est célébrée le 1er ou le 4 mai[5].

Vénération[modifier | modifier le code]

A la Révolution française, le prieuré de Corbeny fut supprimé et déclaré bien national selon la loi. Les reliques de saint Marcoul furent transférées dans l'église paroissiale mais en 1793, la chasse fut brisée et refondue. Le culte catholique fut de nouveau autorisé en 1795 et les reliques cachées par un habitant du village furent restituées à l'église de Corbeny. Dans le courant du XIXe siècle les reliques furent placées dans une nouvelle chasse.

En 1860, sur la route de Craonne, à proximité de l'emplacement de l'ancien prieuré, fut construite une chapelle de style néogothique à l'endroit du captage d'une source. Une statue de saint Marcoul fut déposée dans cette chapelle[6].

En 1917, lors de la Bataille du Chemin des Dames au cours de la Première Guerre mondiale, Corbeny fut complètement détruit. Les reliques furent sauvegarder par des habitants du village qui les cachèrent sous le maître-autel[7]. Le 7 novembre 1920, les reliques furent translatées dans une nouvelle chasse dans l'attente de la restauration de la chasse du XIXe siècle. Cette dernière fut replacée dans la nouvelle église paroissiale en 1929[8].

Pendant l'Entre-deux-guerres, un oratoire fut construit à la sortie du village, il renferme à l'intérieur une statue de saint Marcoul et des plaques commémoratives rappelant l'abbaye disparue et les pèlerinages.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En Normandie, saint Marcoul est vénéré à Saint-Marcouf dans la Manche (Saint-Marcouf-de-l’Isle), aussi à Saint-Marcouf dans le Calvados (Saint-Marcouf-du-Rochy), mais aussi à Gouville-sur-Mer, ou encore à Honfleur où il a sa statue (bois du XVIIe siècle) dans l’église Sainte-Catherine[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]