Narmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Narmer
Image illustrative de l'article Narmer
Gros plan de Narmer sur la palette de Narmer
Décès v. 3125 avant notre ère
Période Période thinite
Dynastie Ire dynastie
Fonction Souverain d'Égypte
Prédécesseur Scorpion II (ou Shesh Ire, ou Ka)
Dates de fonction v. 3185 à 3125 avant notre ère[1],[2].
Successeur Hor-Aha
Famille
Père Scorpion II
Mère Shesh Ire
Conjoint Neith-Hotep
Enfant(s) Hor-Aha
Benerib
Sépulture
Type Tombeau
Emplacement Chambres B17 et B18, Oumm el-Qa'ab, près d'Abydos
Date de découverte 1894
Découvreur Émile Amélineau
Fouilles William Matthew Flinders Petrie entre 1899 et 1901

Narmer est un roi de l'Égypte antique ayant régné pendant la période thinite, trente-et-un siècles avant notre ère[3].

Il est probablement le successeur du couple Scorpion II / Shesh Ire, roi et reine de la dynastie égyptienne zéro ou de Ka. Certains considèrent qu'il a unifié la Haute et la Basse-Égypte et fondé la Ire dynastie. De fait, il est le premier roi de l’Égypte unifiée.

Les informations sur ce pharaon sont essentiellement tirées de la célèbre palette de Narmer[4], palette de grauwacke le représentant victorieux contre un peuple que l'on n'a pas identifié. Y figurent les premiers hiéroglyphes clairement définis, qui forment le nom de ce roi (nar-mer, « silure - ciseau »). Sur cette palette, il est représenté alternativement portant la couronne du Sud (couronne blanche des rois de Haute-Égypte) et celle du Nord (couronne rouge des rois de Basse-Égypte ou du delta).

L'identité de Narmer suscite le débat, beaucoup d'égyptologues[5],[6],[7] l'identifient à Ménès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Manéthon donne pour origine aux deux premières dynasties la ville de Thinis[8]. À proximité de Thinis, Abydos est la nécropole des rois de la période prédynastique égyptienne[9].

Toutefois, il pourrait être originaire de Hiérakonpolis, la capitale du royaume du Sud[10]. C'est en ce lieu qu'ont été trouvées la palette et la massue de Narmer, même si ces œuvres y ont probablement été déposées près de mille ans après le règne de Narmer[11].

Généalogie[modifier | modifier le code]


 
Egypte icon pharaon.png
Narmer
 
 
 
Neith-Hotep
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Benerib
 
 
 
Egypte icon pharaon.png
Hor-Aha
 
 
 
Khenthap
 
 
 
 
 
 


Les noms de Narmer et Hor-Aha ont été trouvés dans ce que les archéologues ont identifié comme étant la tombe de Neith-Hotep, une découverte qui a conduit a la conclusion que cette reine était l’épouse de Narmer et la mère de Hor-Aha[12]. Des inscriptions mentionnant son nom ont été trouvées dans les tombes de Hor-Aha et de Djer, successeurs immédiat de Narmer, impliquant qu'elle est la mère de Hor-Aha[13],[14]. Le nom de Neith-Hotep signifie « Neith est satisfaite » et suggère que cette princesse était originaire de Basse-Égypte. En effet, la déesse Neith était la patronne de la ville de Sais, dans le delta occidental, la région même que Narmer a dû conquérir pour compléter l'unification de l'Égypte. Il est donc possible que Narmer épousa Neith-Hotep pour consolider le lien entre les deux regions d’Égypte[12]. En outre, la présence du tombeau de cette reine à Nagada, en Haute-Égypte, a mené certains égyptologues à conclure qu'elle était descendante des dirigeants prédynastiques de Nagada ayant régné sur cette ville avant la formation d’une Haute-Égypte unie[15]. Il a également été suggéré que la tête de massue de Narmer commémore ce mariage[16]. Cependant, la découverte en 2012 d’inscriptions rupestres au Sinai par Pierre Tallet[17] remet en question la théorie que Neith-Hotep fut l’épouse de Narmer[note 1]. À moins qu'elle ne soit l'épouse de Hor-Aha[18],[19]. Qu'elle soit ou non l’épouse de Narmer, elle demeure la première femme dans l’histoire dont on connaît le nom et dont l’existence est confirmée par des découvertes archéologiques.

Le successeur de Narmer, Hor-Aha, est peut-être son fils et celui de Neith-Hotep[20],[14].

L'épouse de son successeur, Hor-Aha, est probablement sa fille, Benerib[21].

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Nom[modifier | modifier le code]

Méni est le nom utilisé sur les documents à partir de la XVIIIe dynastie (scarabée d'Hatchepsout et de Thoutmôsis III)[22]. Ménès en est la forme grecque utilisé par Manéthon. Son nom pourrait signifier « quelqu'un » ou « personne ». Il est possible que les prêtres, ne connaissant pas le nom du premier pharaon, mais devant le citer, aient utilisé cette expression à la place[23].

Dans un article de juillet 2002[24], Bernadette Menu expose que Ménès serait une sorte de titre, « Celui qui établit », porté par les deux premiers souverains de la première dynastie, Narmer et Âha.

Il est possible que Narmer ait changé de nom après l'unification et la mise en place de l'institution pharaonique en prenant le titre de Ménès, « le fondateur »[25]. D'autant plus que les deux noms ont été retrouvés sur un sceau où ils sont associés, mais d'une façon qui n'assure pas qu'il s'agisse de la même personne, le nom de Narmer étant en tant qu'Horus et celui de Ménès de façon normale.

L’orthographe complète du nom d'Horus de Narmer se compose des hieroglyphes du poisson-chat (nˁr) et du ciseau (mr))[26], d’où la lecture « Narmer », basée sur le principe du rébus. Ce mot est parfois traduit par le poisson-chat qui frappe[14]. Toutefois, il n’y a pas de consensus pour cette lecture. D’autres traductions incluent le poisson-chat en colère, combattant, féroce, douloureux, furieux, mauvais, malfaisant, mordant, menacant[27],[28],[29]. Certains chercheurs ont suivi des approches complètement différentes pour lire ce nom et ont opté de ne pas du tout inclure le mot poisson-chat dans le nom[30],[31],[32]. Ces approches, toutefois, ne sont généralement pas acceptées de façon unanime par la communauté des égyptologues

Plutôt que d'incorporer les deux hiéroglyphes, le nom de Narmer est souvent écrit sous une forme abrégée avec simplement le symbole de poisson-chat, parfois stylisé, et même, dans certains cas, uniquement représenté par une ligne horizontale[33]. L’utilisation de cette orthographe simplifiée semble être liée à la formalité du contexte. Dans tous les cas ou un serekh est inscrit sur des objets en pierre or sur un sceau official, les deux symboles sont présents. Toutefois, dans la plupart des cas où le nom est écrit sur un tesson de poterie ou sur une inscription rupestre, seul apparaît le poisson-chat ou une version simplifiée.

Deux autres orthographes du nom de Narmer ont également été découverts. Sur un sceau venant de Tarkhan, le symbole de l’oiseau Tjay (le signe G47 dans la liste de Gardiner, un oisillon battant des ailes) a été ajouté dans le serekh aux deux autres symboles traditionnellement utilisé pour Narmer. Cette écriture a été interprétée comme signifiant « Narmer le masculin »[34]; cependant, selon Ilona Regulski[35], « le troisième signe (l'oiseau Tjay) ne fait pas partie intégrante du nom royal car il se rencontre si rarement ». Godron[36] a suggéré que le signe supplémentaire ne fait pas partie du nom, mais a été mis à l'intérieur du serekh pour accommoder la composition. En outre, deux sceaux funéraires venant d'Abydos montrent le nom d'une manière unique: alors que le ciseau est inscrit où le poisson-chat serait traditionnellement attendu, un autre symbole a été ajouté, interprété par plusieurs chercheurs comme représentant une peau d'animal[37]. Selon Dreyer, c'est probablement un poisson-chat paré d’une queue de taureau, semblable à l'image de Narmer sur la palette de Narmer ou il est montré portant une queue de taureau, symbole du pouvoir.

Règne[modifier | modifier le code]

Représentation possible[modifier | modifier le code]

Tête en calcaire d'un roi. Pétrie pensait qu'il s'agissait de Narmer. Petrie Museum of Egyptian Archaeology, Londres

Le Musée Petrie d'archéologie égyptienne possède dans sa collection la tête de calcaire d'un ancien roi égyptien que le musée identifie comme étant une représentation de Narmer sur la base de la similitude (d’après Petrie[38]) avec le visage du roi sur la palette de Narmer, une identification qui n’est pas en général acceptée. Selon Trope, Quirke & Lacovara[39], la suggestion selon laquelle il s’agit de Narmer est «improbable». Alternativement, ils proposent d’y voir le roi Khephren de la IVe dynastie. Stevenson[40] l'identifie également comme étant Khephren. Charron[41] l'identifie comme étant un roi de la période thinite, mais ne croit pas qu'elle puisse être assignée à un roi particulier. Wilkinson[42] propose d’y voir un roi «probablement de la IIe dynastie.

Identification possible avec Ménès[modifier | modifier le code]

Narmer est souvent assimilé à Ménès, le fondateur de la Ire dynastie, dite thinite selon Manéthon[43]. Toutefois, cette conclusion n'est pas universelle. En effet, certains égyptologues soutiennent que Ménès est en réalité Hor-Aha et pensent qu'il a hérité d'une Égypte déjà unifiée par Narmer[44] ; d'autres maintiennent que Narmer a initié le processus d'unification mais n'a pas, ou partiellement réussi à l'achever, laissant ainsi Ménès prendre le relais. Les arguments sur le fait que Narmer et Ménès ne sont qu'une seule et même personne sont fondés sur l'apparence d'un sceau de boue trouvé à Abydos (Égypte).

Une autre théorie possible est que Narmer pourrait, aussi, être le successeur immédiat du roi qui a unifié l’Égypte (peut-être le roi Scorpion II dont le nom a été trouvé sur une tête de massue découverte à Hiérakonpolis), et il aurait adopté les symboles d'unification mis en usage à la génération précédente[45].

Deux listes royales trouvées dans les tombes de Den et citent Narmer comme fondateur de la Ire dynastie, suivi par Hor-Aha. La liste de Qâ indique les huit rois de la première dynastie dans le bon ordre, en commençant par Narmer[46]. Ménès n'est mentionné sur aucune de ces listes car c'est généralement le nom d'Horus qui est utilisé sur les monuments, alors que Ménès est un nom personnel[47].

Bien qu'interconnectées, les questions de "qui était Ménès?" et "qui unifia l’Égypte" sont en fait deux questions distinctes. Narmer est souvent crédité d’avoir unifié l'Égypte par la conquête de la Basse Égypte par la Haute Égypte. Alors que Ménès est traditionnellement considéré comme le premier roi de l’Égypte antique, Narmer a été identifié par la majorité des égyptologues comme étant la même personne que Ménès. Bien que vigoureusement débattue (Hor-Aha, le successeur de Narmer, est la principale alternative identifiée comme étant Ménès par plusieurs spécialistes), l'opinion prédominante est que Narmer était Ménès[note 2].

La question est source de confusion car "Narmer" est un nom d’Horus, tandis que "Ménès" est une appellation personnelle (nom de naissance ou nom de nesout-biti). Toutes les listes royales qui ont commencé à apparaître au Nouvel Empire dressent la liste des noms personnels de rois, et presque toutes commencent par Ménès ou par des souverains divins et/ou semi-divins, avec Ménès étant le premier "roi humain". La difficulté est de faire correspondre les preuves archéologiques contemporaines, qui répertorient les noms d’Horus, avec les listes royales qui énumèrent les noms personnels.

Etiquette de Naqada, reconstruite par Gargstang (1905, p. 62, fig. 3)
Reconstruction de l'impression du sceau de Narmer-Menes, d'Abydos

Deux documents ont été mis en avant comme preuve que Narmer ou Hor-Aha était Ménès. Le premier document est l’étiquette de Naqada, qui montre un serekh de Hor-Aha à côté d'une enceinte à l'intérieur de laquelle des symboles ont été interprétés par certains chercheurs comme représentant le nom "Ménès ". Le second est l’impression d’un sceau découvert à Abydos, sur lequel un serekh de Narmer alterne avec le symbole de l'échiquier, "mn", qui est interprété comme une abréviation de Ménès. Des arguments ont été proposés pour chacun de ces documents comme étant preuve que Narmer ou Hor-Aha était Ménès; toutefois aucun de ces arguments n’est concluant[note 3].

Deux sceaux funéraires, trouvés en 1985 et 1991 à Abydos, dans ou près des tombes de Den[48] et [49], montrent Narmer comme étant le premier roi, suivi par Hor-Aha. La liste du sceau de Qâ dresse la liste des huit rois qui constituent ce que les égyptologues appellent la Ire dynastie, en commençant par Narmer. Ces sceaux funéraires prouvent fortement que Narmer était le premier roi de la Ire dynastie, et donc doit être identifié avec Ménès[50].

Narmer et l'unification de l'Égypte[modifier | modifier le code]

La fameuse palette de Narmer, découverte par James Edward Quibell en 1898 à Hiérakonpolis[51], montre Narmer portant les insignes des Haute et Basse-Égypte, donnant naissance à la théorie selon laquelle il aurait unifié ces deux royaumes[52]. Depuis sa découverte, il y a débat pour savoir si la palette de Narmer représente un événement historique[52],[53] ou est purement symbolique[54],[55],[note 4]. Toutefois, en 1993, Günther Dreyer découvre à Abydos une étiquette[note 5] datant de Narmer et décrivant le même événement que la palette de Narmer, montrant par là qu'elle décrit bien un événement historique[56]., une interprétation acceptée par la majorité des égyptologues[note 6]. Toutefois, Baines[57] et Wengrow[58] continuent à émettre des doutes et réfutent cette conclusion.

Les preuves archéologiques suggèrent que l'Égypte était au moins partiellement unifiée pendant les règnes de Ka et d'Iry-Hor (prédécesseurs immédiats de Narmer), et peut-être dès le règne de Scorpion Ier (plusieurs générations avant Iry-Hor). La collection d’impôt est probablement documentée pour Ka[59] et Iry-Hor[60]. La preuve d'un rôle joué par Scorpion Ier en Basse Égypte vient de sa tombe Uj à Abydos (Haute Égypte), où des étiquettes ont été trouvées identifiant des produits de Basse Égypte[61]. Bien qu’il ne s’agisse pas de documents fiscaux, ces étiquettes sont en revanche probablement des indications d'échange plutôt que de conquête. Une différence considérable existe dans la quantité et la répartition des inscriptions avec les noms de ces précédents rois en Basse Égypte et a Canaan (qui était atteint en passant par la Basse-Égypte), par rapport aux inscriptions datant du règne Narmer. Les inscriptions de Ka ont été trouvées dans trois sites de la Basse Égypte et une autre à Canaan[62]. Des inscriptions d'Iry-Hor ont également été trouvées dans deux sites de Basse-Égypte et une en terre de Canaan[62],[63]. En comparaison, les serekhs de Narmer ont été trouvés dans dix sites de Basse-Égypte et dans neuf sites de Canaan (voir la discussion dans la Section "Tombe et objets"). Le rôle de Narmer en Basse-Égypte apparaît donc comme conséquent par rapport à celui de ses deux prédécesseurs immédiats. Jusqu’à maintenant, le règne de souverains de Haute-Égypte ne peut être attesté en Basse-Égypte avant Iry-Hor. Les données archéologiques suggèrent donc que l'unification des deux terres commença avant Narmer et fut complétée par lui par la conquête d’une province dans le Nord-Ouest du Delta, comme représenté sur la palette de Narmer[64].

L'importance que Narmer attacha à son « unification » de l'Égypte est démontrée par le fait qu'elle est commémorée non seulement sur la palette de Narmer, mais également sur un sceau-cylindre[65], l'étiquette -année de Narmer[66], et les coffres de Narmer[67]. De plus, les conséquences de l'événement sont commémorées sur la tête de massue de Narmer[68]. L'importance de l'unification pour les anciens Égyptiens est démontrée par le fait que Narmer est décrit comme le premier roi sur les deux sceaux funéraires mentionnés auparavant et est également listé sous le nom de Ménès, le premier roi, dans les listes royales ultérieures. Bien que l’existence de quelques rois soit attestée avant Narmer, aucun d'entre eux n'est mentionné dans ces documents. Il est donc possible d’affirmer que, du point de vue des anciens Égyptiens, l'histoire a commencé avec Narmer et l'unification de l'Egypte, et que tous les évènements l’ayant précédé furent relégués au domaine du mythe.

Narmer dans le pays de Canaan[modifier | modifier le code]

Selon Manethon (cité dans Eusèbe (Fr. 7(a)), « Ménès mena une campagne étrangère et devint célèbre par la suite. » Si cette expedition a bien eu lieu (et en supposant qu'il s’agisse de Narmer), elle fut sans aucun doute dirigée vers la terre de Canaan où le serekh de Narmer a été identifié dans neuf sites différents. Quoiqu’une présence égyptienne soit bien attestée dans le pays de Canaan pendant deux siecles avant le règne de Narmer[69], c’est pourtant pendant le règne de ce roi que cette présence culmine,[70] pour diminuer rapidement par la suite. Les relations entre l'Égypte et Canaan "ont commencé vers la fin du cinquième millénaire et ont apparemment pris fin pendant la deuxième dynastie, quand elles ont cessé tout à fait"[71]. 33 serekhs égyptiens datant de la Dynastie 0 ont ainsi été découverts en pays de Canaan,[70] parmi lesquels 20 ont été attribués à Narmer. Avant Narmer, seuls un serekh de Ka et une inscription avec le nom d'Iry-Hor ont ete trouvée en Canaan[62]. Les serekhs datant de souverains ayant régné avant Iry-Hor sont des serekhs génériques soit ne faisant pas référence à un roi spécifique, soit nommant des rois qui ne sont pas attestés à Abydos[70]. Un seul serekh attribué au successeur de Narmer, Hor-Aha, a été trouvé en Canaan, preuve du déclin de la présence égyptienne dans la région[70]. Il convient de noter que même cet exemple est contestable, Wilkinson ne croyant pas qu'il existe de serekhs de Hor-Aha en dehors d'Égypte[72]. De plus, très peu de serekhs associés aux autres rois des deux premières dynasties ont été decouverts au pays de Canaan[73].

La présence égyptienne en terre de Canaan se manifeste davantage par la découverte dans cette région du Proche-Orient de poterie fabriquée à partir d'argile du Nil égyptien[note 7], ainsi que de poterie fabriquée à partir d'argile locale mais dans le style égyptien. Ce dernières trouvailles archéologiques suggèrent l’existence de colonies égyptiennes dans la région plutôt que de simples échanges[74].

La nature du rôle de l'Égypte dans le pays de Canaan a été vigoureusement débattue, avec d’un côté certains chercheurs suggèrant une invasion militaire[75] et de l’autre ceux qui proposent l’existence de relations commerciales et coloniales, une théorie qui gagne de plus en plus d’adhérants dans la communauté égyptologique[74],[76]. Toutefois, la présence de fortifications à Tell es-Sakan datant de la dynastie 0 ou du début de la 1ère dynastie, et bâties presque exclusivement dans un style de construction égyptien, démontrent qu’un contingent militaire égyptien devait être également présent dans la région[77].

Quelle que soit la nature de la présence égyptienne en pays de Canaan, le contrôle du commerce vers et à travers Canaan était important pour L'Égypte ancienne. Narmer n'a probablement pas établi l'influence initiale de l'Égypte dans cette région par le biais d’une invasion militaire, mais il est fort possible qu’il lança une campagne militaire pour réaffirmer l'autorité égyptienne ou pour augmenter sa sphère d'influence dans la région. En plus du passage de Manétho et du grand nombre de serekhs de Narmer trouvés en Canaan, une reconstruction récente effectuée par Günter Dreyer d’un coffre attribué à Narmer[67] peut représenter la commémoration d’une campagne militaire en terre de Canaan. Il est également possible qu’il s’agisse simplement de la présentation de biens offerts à Narmer par les Cananéens[78].

Date et durée du règne[modifier | modifier le code]

La date traditionnellement donnée pour le début du règne de Narmer est env. 3100 avant notre ère[79],[80]. D’autres estimations dominantes, qui utilisent a la fois la méthode historique et la datation par le carbone 14, placent ce règne entre env. 3273 et 2987 avant notre ère[note 8].

Manéthon, prêtre sous le règne de Ptolémée II, écrit l'Histoire de l'Égypte (Ægyptiaca) au IIIe siècle avant notre ère. L’œuvre est perdue mais elle est connue par des citations fragmentaires d'historiens du IIIe et IVe siècles. Sextus Julius Africanus donne un règne de soixante ans à Narmer. La version de Eusèbe de Césarée réduit son règne à trente ans[81] .

Les deux versions précisent que Ménès a été tué par un hippopotame. Il peut s’agir de Narmer mais son identité commune avec Ménès n'est pas prouvée. Cet épisode pourrait être une allégorie d'un conflit entre Nagada (dont le dieu Seth est le protecteur des hippopotames) et Hiérakonpolis[82].

Sépulture et objets archéologiques[modifier | modifier le code]

Tombeau[modifier | modifier le code]

Chambres B17 et B18 à Oumm el-Qa'ab, qui forment la tombe de Narmer

La tombe de Narmer à Oumm el-Qa'ab près d'Abydos en Haute-Égypte consiste en deux chambres jointes (B17 et B18), tapissées de briques en terre crue. Les deux tombes B17 et B18, faisant chacune 10 × 3 m séparées par un mur[83], furent découvertes par Émile Amélineau en 1894 et fouillées par William Matthew Flinders Petrie entre 1899 et 1901[84], mais ce n’est qu’en 1964, avec Werner Kaiser[85] qu’elles furent associées avec Narmer. Il identifie sa tombe dans le cimetière B grâce à un sceau représentant Narmer[86],[note 9]. Depuis 1973, le site a fait l'objet de plusieurs campagnes de fouilles par l'Institut archéologique allemand, ce qui a permis de comprendre l'architecture et le mode de construction des tombes[84]. La tombe de Narmer est située à proximité des tombeaux de Ka, qui a probablement gouverné la Haute-Égypte juste avant Narmer[87], et Hor-Aha, qui fut son successeur immédiat[note 10].

Bâtie voilà plus de 5000 ans, cette tombe a été pillée à maintes reprises depuis l'antiquité. Il est donc surprenant que les archéologues aient pu y faire des découvertes notables. En raison des pillages répétés au cours des siècles à Oumm el-Qa'ab, de nombreux articles provenant de la tombe de Narmer ont été trouvés dans d'autres sépultures, et, vice-versa, des objets d'autres rois ont été retrouvés dans la tombe de Narmer. Malgré cela, Flinders Petrie, entre 1899 et 1903[88],[89], et l'Institut archéologique allemand (DAI)[note 11] ont fait des découvertes de la plus haute importance pour mieux comprendre l'histoire du début de l'Égypte par leur ré-excavation des tombeaux d'Oumm el-Qa'ab.

En dépit de l'état chaotique du cimetière, des inscriptions sur bois et os, des impressions de sceaux, ainsi que des dizaines de pointes de flèches en silex[note 12]. Des couteaux en silex et un fragment de chaise en ébène ont également été découverts dans la tombe de Narmer, ces objets ayant à priori fait partie de l'assemblage funéraire original. Ces objets ne sont pas mentionés dans les publications de Petrie, mais sont maintenant au Petrie Museum of Egyptian Archaeology sous les numéros d'enregistrement UC35679, UC52786 et UC35682. Selon Dreyer[90], ces pointes de flèches proviennent probablement du tombeau de Djer, où des pointes de flèches semblables ont été trouvées[91].

Il est probable que tous les rois de l'Égypte ancienne enterrés à Oumm el-Qa'ab possédaient des enclos funéraires dans le secteur nord du cimetière d’Abydos, près de la zone agricole. Ceux-ci étaient caractérisés par de gros murs de briques crues qui clôturaient l'espace dans lequel on pense que les cérémonies funéraires avaient lieu. Huit enclos ont été fouillés, parmi lesquels deux restent à identifier[92],[93]. Il est possible qu’un de ces enclos ait put appartenir à Narmer, mais cette hypothèse n’a pas encore été confirmée[note 13].

Objets[modifier | modifier le code]

Narmer est bien attesté dans toute l'Égypte, dans le sud du pays de Canaan, et au Sinaï: au total 98 inscriptions sur 27 sites[note 14]. À Abydos et Hierakonpolis, le nom de Narmer apparaît à la fois seul ou a l’interieur d’un serekh. En dehors de ces sites, et à l’exception de Coptos, le nom de Narmer est écrit dans un serekh. En Égypte, son nom a été trouvé dans 17 sites: quatre en Haute-Égypte (Hiérakonpolis[94], Nagada[95],[96], Abydos[88],[89], et Coptos[97],[98]); dix en Basse-Égypte (Tarkhan[99],[100], Helwan[101],[102], Zaouiet el-Aryan[103], Tell Ibrahim Awad[104], Ezbet el-Tell[105], Minshat Abu Omar[106],[107], Saqqara[108],[109], Buto[110], Tell el- Farkha[111],[112], et Kafr Hassan Dawood[113]); une dans le désert oriental (Wadi el-Qaash[114]); et deux dans le désert occidental (oasis de Kharga[115],[116] et Gebel Tjauti[117],[118]).


Pendant le règne de Narmer, l'Égypte avait des intérêts économiques dans le sud du pays de Canaan. Des tessons de poterie ont été découverts dans plusieurs sites, à la fois des pots fabriqués en Égypte et importés en terre de Canaan et à d'autres fabriqués dans le style égyptien avec des matériaux locaux. Durant le règne de Narmer, l'Égypte a une présence économique active dans le sud de Canaan. Des tessons de poterie ont été découverts sur plusieurs sites, certains provenant de jarres fabriquées en Égypte et importées en Canaan, d'autres fabriqués localement dans un style égyptien. Les dernières découvertes permettent de conclure que la présence de l’Égypte n'est pas simplement le résultat d'échanges commerciaux mais atteste d'une colonisation[119].

Il est possible que la présence de l'Égypte soit le résultat d'une invasion militaire[120], mais ce point de vue n'est pas général[121],[122].

Vingt serekhs ayant pu être rattaché à Narmer ont été découverts en terre de Canaan[123], parmi lesquels sept sont incertains ou controversés. Ces serekhs proviennent de neuf sites différents: Tel Arad[124],[125], En Besor (Ein HaBesor)[126],[127], Tel es- Sakan[128],[129], Nahal Tillah (Halif Terrace)[130], Tel Erani (Tel Gat)[131],[132], Tel Malhata[133],[134], Tel Ma'ahaz[135], Tel Lod[136], et Lahav[137]. Un serekh provenant de Lod est attribué à Ka, prédécesseur de Narmer[138]. Un autre serekh est attribué à Hor-Aha, successeur de Narmer. Les autres serekhs ne portent pas de nom ou portent des noms ne correspondant à aucun pharaon connu[123].

Le serekh de Narmer, ainsi que ceux d'autres rois pré- et protodynastiques, ont été trouvés dans le Wadi 'Ameyra dans le sud du Sinaï, où les inscriptions commémorent les expéditions minières égyptiennes vers cette région[139],[140].

Après 200 ans d'activité en Canaan[141], la présence égyptienne atteint un pic sous le règne de Narmer avant de décliner après lui[123].

Nag-el-Hamdulab[modifier | modifier le code]

Mentionnée pour la première fois à la fin du XIXe siècle, une collection de gravures rupestres à Nag-el-Hamdulab, près d'Assouan, a été retrouvée en 2009 et c’est lors de cette re-découverte que les archéologues prirent conscience de son importance historique[142]. Parmi les nombreuses inscriptions, le tableau 7a montre un homme portant une coiffure similaire à la couronne blanche de Haute-Égypte et tenant un sceptre. Il est suivi par un homme avec un eventail. Il est également précédé de deux hommes portant des étandards et accompagnés d'un chien. Outre le motif du chien, cette scène est similaire aux scènes sur la tête de massue de Scorpion et sur le recto de la palette de Narmer. L'homme armé d'ornements pharaoniques (la couronne et le sceptre) peut clairement être identifié à un roi. Bien qu'aucun nom n'apparaisse sur le tableau, Darnell l'attribue à Narmer en se basant sur l’iconographie et suggère que cette scene pourrait représenter une visite de Narmer dans la région pour le rituel du « Cortège d’Horus »[143]. Au cours d’ une interview en 2012, Gatto décrit également le roi dans cette inscription comme étant Narmer[144]. Toutefois, Hendrickx place cette scène légèrement avant Narmer, se basant, en partie, sur l'absence inhabituelle du nom royal de Narmer dans l'inscription[142].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

  • The First Pharaoh (The First Dynasty Book 1) de Lester Picker est une biographie fictionnelle de Narmer. L'auteur a consulté l'égyptologue Günter Dreyer pour un maximum d’authenticité.
  • Murder by the Gods: An Ancient Egyptian Mystery par William Collins est un thriller avec le prince Aha (plus tard Le roi Hor-Aha) comme personage principal. Narmer y est donné un rôle secondaire.
  • Narmer, Erober des Nils (en allemand) par Jackie French.
  • The Third Gate de Lincoln Child est un roman d'aventure avec une dose d'occulte se déroulant lors d’une expédition archéologique parti à la recherche de la tombe réelle de Narmer et de ses contenus mystérieux.
  • Pharaoh: The boy who conquered the Nile, par Jackie French est un livre pour enfants (âgé de 10 à 14 ans) sur les aventures de Prince Narmer.
  • Beginning of an Empire: An Egyptian Historical Fiction Novel de Joseph Hergott est une histoire d'aventure pour jeunes adultes, dans lequel Narmer et Ménès sont frères jumeaux.
  • The Kane Chronicles, de Rick Riordan est une trilogie d’une jeune personne basée sur la mythologie égyptienne. Narmer y est mentionné comme étant un ancêtre des protagonistes Carter et Sadie Kane.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En 2012, Pierre Tallet a découvert une nouvelle série importante de gravures rupestres dans le Wadi Ameyra. Cette découverte a été signalée dans Tallet 2015 et dans deux articles sur internet d'Owen Jarus en 2016 (livescience.com). Ces inscriptions suggèrent fortement que Neith-Hotep était la régente de Djer pendant un certain temps, ce qui ne résout pas toutefois la question de savoir si elle était l’épouse de Narmer. Dans son premier article, Jarus cite Tallet en disant que Neith-Hotep « n'était pas la femme de Narmer ». Cependant Tallet, dans une communication personnelle avec Thomas C. Heagy, a expliqué que ses propos n’avaient pas été rapportés de façon exacte. Selon Tallet, Neith-Hotep aurait pu être l’épouse de Narmer (c’est-à-dire la grand-mère de Djer), mais il est plus probable qu’il faille la placer dans la génération suivante, à cause des longs règnes de Narmer et Hor-Aha. Elle peut, par exemple, avoir été la mère ou la tante de Djer. Ceci est conforme à la discussion dans Tallet 2015, p. 28-29.
  2. La question de savoir qui était Ménès, ou en d’autres termes, qui fut le premier roi de la Ire dynastie, a été vivement débattue. Depuis 1926, 70 auteurs différents ont pris position et proposent soit Narmer soit Hor-Aha. Quoique pour la plupart seulement mentionné brièvement dans des livres et des articles, ce sujet a fait l’objet de plusieurs études approfondies. Les discussions récentes en faveur de Narmer incluent Kinnaer 2001, Cervelló-Autuori 2005 et Heagy 2014. Les discussions en détail en faveur d'Aha comprennent Helck 1953, Emery 1961, pp. 31-37 et Dreyer 2007. Il est intéressant de noter que, pour la plupart, les auteurs anglophones préfèrent Narmer, alors que les auteurs germanophones préfèrent Hor-Aha. Les preuves les plus importantes en faveur de Narmer sont les deux impressions des sceaux funéraires découverts à Abydos, qui listent Narmer comme étant le premier roi. Depuis la publication du premier de ces sceaux funéraires en 1987, 28 auteurs ont publié des articles identifiant Narmer avec Ménès, contre 14 articles qui identifient Narmer avec Hor-Aha.
  3. Dans le coin supérieur droit de l'étiquette de Naqada se trouve un serekh de Hor-Aha. À droite, un triple enclos en forme de colline avec le signe «mn» est surmonté des signes des “deux dames”, c’est-à-dire des déesses de la Haute-Égypte (Nekhbet) et de la Basse-Égypte (Wadjet). Pendant les périodes ultérieures, la représentation des «deux dames» sera indicative du nom «nbty» (l'un des cinq noms du roi). Par conséquent, l'inscription a été interprétée comme montrant que le nom "nbty" de Hor-Aha était "Mn," un diminutif de Ménès. Une autre théorie est que l'enceinte est en fait un sanctuaire funéraire et représente Hor-Aha enterrant son prédécesseur, Ménès. Par conséquent, Ménès aurait été dans ce cas Narmer. Bien que l'étiquette ait généré beaucoup de discussions, il est maintenant généralement convenu que l'inscription dans le sanctuaire ne doit pas être associée au nom d'un roi, mais plutôt d’un sanctuaire, "Les deux dames endurent", et ne fournit donc aucune preuve de qui était Ménès. Le deuxième document, l'impression du sceau d'Abydos, montre le serekh de Narmer en alternance avec le signe du panneau de jeu (mn), ainsi que son complément phonétique, le signe n, qui est toujours présent lorsque le nom complet de Ménès est écrit. À première vue, ce document semble apporter une preuve supplémentaire que Narmer était Ménès. Cependant, l’analyse des impressions de sceaux datées de la Ire dynastie, contenant le nom d'un ou plusieurs princes, a amené certains chercheurs à proposer que le sceau d’Abydos comporte le nom d'un fils de Narmer nommé Ménès. Par conséquent, Ménès serait le successeur de Narmer, Hor-Aha et donc, Hor-Aha serait Ménès. Cette proposition a été réfutée par Cervelló-Autuori (2005, pp. 42-45). Les opinions continuent toutefois de varier, et il reste difficile de déterminer si le nom sur ce sceau permet de soutenir définitivement l'une ou l'autre théorie.
  4. D’après Schulman, la palette de Narmer commémore la conquête de Libyens qui s'est produite avant le règne de Narmer, probablement pendant la dynastie 0. Dans ce contexte, les Libyens ne doivent pas être identifiés avec les habitants de la Libye moderne, mais plutôt avec les populations qui vivaient dans le nord-ouest du Delta du Nil, une région qui sera incorporée par la suite à la Basse-Égypte. Schulman décrit des scènes datant des Ve (deux scènes), VIe, et XXVe dynasties. Dans chacunes de ces représentations, le roi est représenté comme venant à bout des Libyens et tuant personnellement leur chef dans la pose classique de "frapper l’ennemi". Dans trois de ces exemples, les noms de l’épouse et des deux fils du chef sont indiqués et demeurent les mêmes dans les trois scènes bien que celles-ci datent de périodes très différentes. Les égyptologues en ont donc déduit que ces représentations, y compris celle de la palette de Narmer, ne correspondent pas à des événements réels, mais doivent être considérés comme des commémorations rituelles d'un événement antérieur. Il en va de même pour le premier exemple de la Ve dynastie. La scène sur la palette Narmer est similaire, bien qu'elle ne nomme pas l’épouse ou les fils du chef Libyen. La palette de Narmer pourrait en fait représenter l'événement sur lequel les autres représentations sont basées. Cependant, Schulman (suite à Breasted 1931) s'oppose à cette hypothèse en se basant sur le fait que la pierre de Palerme montre des rois prédynastiques portant la double couronne de Haute et Basse Égypte, ce qui suggère qu'ils ont régné sur une Égypte unifiée. Par conséquent, la palette de Narmer, plutôt que de montrer un événement historique pendant le règne de ce roi, commémore la défaite des Libyens et l'unification de l'Égypte qui s'est produite plus tôt. Köhler (2002, p. 505) suggère que la palette de Narmer n'a rien à voir avec l'unification de l'Égypte. Elle préfère y voir un exemple du motif «soumettre l'ennemi» qui est attesté dès Naqada Ic (environ 400 ans avant Narmer) et qui représente la défaite rituelle du chaos, un rôle fondamental du roi. O'Connor (2011) soutient également que cet objet n’a rien à voir avec l'unification, mais est au contraire imbu d’un sens religieux très complexe.
  5. Pendant la Ire dynastie, chaque année est identifiée par le nom du roi et un événement important s’étant produit cette même année. Une «étiquette-année», généralement attachée aux récipients transportant les marchandises, comprenait le nom du roi, une description ou une représentation de l'événement majeur pour cette année et une description des biens dans le récipient.
  6. Wilkinson (1999, p. 68) et Davies & Friedman (1998, p. 35) en particulier partagent cette opinion proposée par G. Dreyer.
  7. Au cours de l'été 1994, les archéologues de l'expédition de Nahal Tillah, dans le sud d'Israël, ont découvert un tesson de poterie incisé avec le signe du serekh de Narmer. Le tesson a été trouvé sur une grande plate-forme circulaire, peut-être les fondations d'un silo de stockage sur la terrasse d'Halif. Fabriqué env. 3000 ans avant notre ère, les études minéralogiques effectuées sur ce tesson concluent qu’il s’agit d’un fragment d'une jarre à vin qui avait été importé de la vallée du Nil en terre de Canaan (Levy et al. 1995, pp. 26-35).
  8. L'établissement d'une datation absolue pour l'Égypte ancienne repose sur deux méthodes différentes, chacune ayant sa part de problèmes. Comme point de départ, la méthode historique utilise des événements astronomiques enregistrés dans les textes égyptiens anciens, ce qui permet d’établir une date absolue sans ambiguïté à ces évènements précis de l’histoire égyptienne. L’utilisation du « dead reckoning », qui consiste à ajouter ou soustraire la durée du règne de chaque roi en se basant principalement sur Manéthon, la liste royale de Turin et la pierre de Palerme, permet ensuite d’arriver au règne du roi en question. Toutefois, il est important de prendre en compte l’incertitude qui existe pour la durée de la majorité des règnes, en particulier pendant la période archaïque et les périodes intermédiaires. Deux événements astrologiques sont disponibles pour ancrer ces estimations. L'un date du Moyen Empire et l'autre du Nouvel Empire (pour une discussion des problèmes rencontrés pour établir des dates absolues pour l'hisoire de l’Égypte ancienne, voir Shaw 2000a, p. 1-16). Deux estimations basées sur cette méthode sont les suivantes: Hayes 1970, p. 174, qui donne le début du règne de Narmer/Ménès à 3114 av. J.-C., qu'il arrondit à 3100 av. J.-C.; et Krauss & Warburton 2006, p. 487 qui place l'ascension de Narmer sur le trône d'Égypte aux alentours de 2950 av. J.-C. Il est important de noter que pour plusieurs estimations proposées pour le début de la Ire dynastie, Hor-Aha est cité comme étant le premier roi de cette dynastie. Si l’on ignore de façon provisoire la question de savoir si la 1ère dynastie a commencé avec Narmer ou Hor-Aha, le début du règne de Narmer ne peut être calculé à partir de ces estimations que si l’on prend en compte la durée du règne de Narmer. Malheureusement, aucune estimation fiable quant à la longueur du règne de Narmer n’existe. En l’absence d'autres preuves, les égyptologues utilisent l'estimation que Manéthon fournit pour la durée du règne de Ménès, c’est-à-dire 62 ans. Si l'on suppose que Narmer et Ménès sont la même personne, le règne de Narmer a donc debuté 62 ans avant le début de la Ire dynastie donnée par les auteurs qui associent le début de la Ire dynastie au début du règne d'Hor-Aha. Les estimations du début du règne de Narmer calculées ainsi sont les suivantes: von Beckerath 1997, p. 179 (vers 3094-3044 av. J.-C.); Helck 1986, p. 28 (vers 2987 av. J.-C.); Kitchen 2000, p. 48 (vers 3092 av. J.-C.) et Shaw 2000b, p. 480 (c. 3062 av. J.-C.). Mellaart 1979, p. 9-10, quant à lui, place le début de la Ire dynastie à c. 3400 av. J.-C. Cette date est rarement prise en compte par la communauté egyptologique, puisque elle a été obtenue en ignorant les dates astronomiques écrites dans les textes datant du Moyen Empire. La datation par le carbone 14 pose également des problèmes. Selon Hendrickx 2006, p. 90, les courbes d'étalonnage pour la (deuxième moitié) du IVe millénaire av. J.-C. montrent des fluctuations importantes avec, par conséquent, de long intervalles de données possibles. C'est en général considéré comme une « mauvaise période » pour la datation par le carbone 14. Utiliser une approche statistique qui prend en compte toutes les dates obtenues par le carbone 14 pour la période archaïque réduit, mais n'élimine pas, ces problèmes inhérents. Dee et al. utilisent cette approche et en dérivent une estimation pour le début de la Ire dynastie entre 3211 et 3045 av. J.-C avec un intervalle de confiance de 65%. Cependant, ils associent le début de la Ire dynastie avec le début du règne de Hor-Aha. Aucune datation par le carbone 14 n’a été proposée pour le règne de Narmer. Pour utiliser les résultats obtenus par l’équipe de Dee, il faut donc ajouter la longueur du règne de Narmer de 62 ans, ce qui nous permet d’aboutir à l’intervalle suivant pour le début du règne de Narmer: env. 3273-3107 av. J.-C. Ce résultat est de façon rassurante proche de l’estimation proposée par la grande majorité des égyptologues et obtenue en utilisant la méthode historique, c’est-a-dire env. 3114 - 2987 av. J.-C. Ainsi, en combinant les résultats de ces deux méthodologies, il devient possible de placer la montée de Narmer sur le trône d’Égypte à env. 3273 - 2987 av. J.-C.
  9. Pour une discussion du Cimetière B, voir Dreyer 1999, pp. 110-11, fig. 7 et Wilkinson 2000, p. 29-32, fig. 2
  10. La tombe de Narmer à Oumm el-Qa'ab a beaucoup plus en commun avec les tombeaux de ses prédécesseurs immédiats, Ka et Iry-Hor, et d'autres tombeaux prédynastiques tardifs qu'avec les tombes de la Ire dynastie. La tombe de Narmer mesure 31 m2, alors que celle de Hor-Aha est trois fois plus grande, sans compter les 36 chambres subsidiaires. Selon Dreyer (dans Kaiser et Dreyer 1982), la tombe de Narmer est encore plus petite que le tombeau de Scorpion Ier (tombe Uj), bati plusieurs générations auparavant (Dreyer 1988, p. 19). En outre, les tombes précédant celle de Narmer et appartenant à Ka et Iry-Hor ne comprennent uniquement que deux chambres, tandis que les tombes tardives de la Ire dynastie ont toutes des structures plus complexes, y compris des chambres subsidiaires pour les tombes des serviteurs qui étaient probablement sacrifiés pour accompagner le roi dans l'au-delà. Pour éviter toute confusion, il est important de comprendre que D. O'Connor (2009, pp. 148-150) classifie Narmer comme étant le dernier roi de la dynastie 0 et non comme le premier roi de la Ire dynastie, en partie parce que la tombe de Narmer a plus en commun avec les tombes de la dynastie 0 que celles de la Ire dynastie. G. Dreyer (2003, p. 64) suggère également que le changement drastique dans la construction funéraire qui a commencé avec Hor-Aha est preuve que Hor-Aha, et non Narmer, était le premier roi de la Ire dynastie.
  11. Nombreuses publications avec Werner Kaiser ou son successeur, Günter Dreyer, en tant qu'auteur principal, la plupart d'entre elles publiés dans MDAIK à partir de 1977
  12. Petrie (1901, p. 22) rapporta avec consternation que des « centaines de pointes de flèche avaient été découvertes par le Français », vraisemblablement Émile Amélineau. La destination finale de ces pointes est incertaine, mais aucune n’est parvenue au musée du Caire
  13. À côté de l'enceinte de Hor-Aha se trouve une large enceinte appelée « l’enceinte des ânes » en raison de la présence de dix ânes enterrés à côté de l'enceinte. Aucun objet portant le nom d’un roi n'a été trouvé à l’intérieur, mais des centaines d'impressions de sceaux ont été découverts dans la chambre de passage de l'enceinte, qui datent des règnes de Narmer, Hor-Aha ou Djer. De tels enclos ont déjà été identifiés pour Hor-Aha et Djer, « faisant de Narmer le candidat le plus attrayant pour le bâtisseur de ce monument » (Bestock 2009, p. 102). Attribuer cette enceinte à Narmer n’est pas sans soulever des objections. Tout d’abord, l'enceinte est trop grande, sa superfice étant en effet plus large que l’ensemble des trois enceintes attribuées a Hor-Aha, alors que la tombe d'Hor-Aha est beaucoup plus grande que la tombe de Narmer. Pour toutes les enceintes de la Ire dynastie clairement identifiées, il existe une corrélation approximative entre la taille de la tombe et la taille de l'enceinte. Associer « l’enceinte des ânes » avec Narmer violerait cette corrélation. Hor-Aha et Djer restent donc les seules propriétaires possibles. Étant donné que le complexe funéraire de Hor-Aha a déjà été bien identifié, L. Bestock a donc proposé que « l’enceinte des ânes » devrait peut-être être intégré dans le complexe construit par Djer. Toutefois, cette identification pose des problems (Bestock 2009, pp. 102-104). Bestock (2009, p. 104) conclut que « l'interprétation et l'attribution de « l’enceinte aux ânes » restent spéculatives ». Cependant, il existe deux arguments supplémentaires pour attribuer cette enceinte à Narmer: tout d'abord, elle se situe là où l'on s'attendrait à trouver l'enceinte funéraire de Narmer - immédiatement à côté de celle attribuée à Hor-Aha. Deuxièmement, toutes les tombes de la Ire dynastie ont des tombes secondaires pour des humains, à l'exception de celles de Narmer, et toutes les enceintes attribuées à la Ire dynastie, à l'exception de « l’enceinte aux ânes », ont des tombes secondaires pour humains. Mais ni la tombe de Narmer ni « l’enceinte aux ânes » ne sont associées à de tombes secondaires pour humains. Le manque de chambres subsidiaires humaines sur les deux sites semble important. Il est également possible que Narmer ait eu une grande enceinte funéraire précisément parce que sa tombe était de petites dimensions (Dreyer 1998, p. 19; Bestock 2009, p. 103 n.1). En attendant de trouver un objet portant le nom de Narmer dans cette enceinte, toute conclusion doit rester provisoire. Toutefois, d’après les arguments proposés précédemment, il semble logique d’associer « l’enceinte aux ânes » avec le complexe funéraire de Narmer.
  14. De ces inscriptions, 29 sont controversées ou incertaines. Elles comprennent les exemples uniques de Coptos, En Besor, Tell el-Farkhan, Gebel Tjauti, Lahav et Kharga Oasis, ainsi que les deux inscriptions de Buto et Tel Ma'ahaz. Toutes les inscriptions sont inclues dans le Narmer Catalog (qui peut être consulté à www.narmer.org), qui comprend une bibliographie complète pour chaque inscription. Plusieurs sources traitent d'un nombre important d'inscriptions. Ce sont: la base de données de Early Dynastic Inscriptions, Kaplony 1963, Kaplony 1964, Kaiser & Dreyer 1982, Kahl 1994, van den Brink 1996, van den Brink 2001, Jiménez-Serrano Los primeros reyes y la unificación de Egipto, p. 372-373, Table 9, Jiménez-Serrano 2007 et Pätznick 2009. Anđelković 1995 traite des inscriptions de Narmer retrouvées en terre de Canaan dans le contexte spécifique des relations entre Canaan et l'Égypte et fournit les descriptions des sites dans lesquels elles ont été trouvées.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Vercoutter, L'Égypte et la vallée du Nil, tome 1, p. 200.
  2. 3150 à 3125, selon Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, p. 62.
  3. Wilkinson, Early Dynastic Egypt, p. 67.
  4. (en) Stan Hendrickx, « Narmer Palette Bibliography », sur narmer.org (consulté le 3 octobre 2017)
  5. Lloyd, Herodotus: Book II, p. 7.
  6. Edwards, Cambridge Ancient History: Early History of the Middle East, p. 13.
  7. Cervelló-Autuori, Narmer, Menes and the seals from Abydos, p. 174.
  8. Jean Vercoutter, L'égypte et la vallée du Nil, tome 1, p. 203.
  9. Toby Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Routledge, 1999
  10. Jean Vercoutter, L'Égypte et la vallée du Nil, tome 1, p. 244.
  11. Peter Clayton, Pharaons, p. 17.
  12. a et b (en) Joyce Tyldesley, Chronicle of the Queens of Egypt, Londres, Thames & Hudson, , pp. 26-29
  13. Joyce Anne Tyldesley, Chronicle of the Queens of Egypt, p. 26-29.
  14. a, b et c Peter Clayton, Pharaons, p. 16.
  15. (en) T.A.H. Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Londres & New York, Routledge, , p. 70
  16. (en) W.B. Emery, Archaic Egypt: Culture and Civilization in Egypt Five Thousand Years Ago, Londres, Penguin Books, , pp. 44-47
  17. Pierre Tallet, La zone minière pharaonique du Sud-Sinaï - II: Les inscriptions pré- et protodynastiques du Ouadi 'Ameyra (CCIS nos 273-335), Le Caire, Institut français d'archéologie orientale,
  18. Jean Vercoutter, L'égypte et la vallée du Nil, tome 1, p. 210.
  19. Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, p. 61
  20. Jean Vercoutter, L'Égypte et la vallée du Nil, tome 1, p. 209.
  21. Walter Bryan Emery, Ägypten – Geschichte und Kultur der Frühzeit., p. 47.
  22. Jean Vercoutter, L'Égypte et la vallée du Nil, tome 1, p. 199.
  23. Dominique Valbelle, Histoire de l'État pharaonique, p. 17.
  24. Bernadette Menu, L'émergence des structures étatiques dans l'Égypte du IVe millénaire.
  25. « L'Égypte ancienne »
  26. Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, p. 48.
  27. Jean-Pierre Pätznick, Encore et toujours l'Horus Nâr-mer? Vers une nouvelle approche de la lecture et de l'interprétation de ce nom d'Horus, Montpellier, Université Paul Valéry, , p. 287
  28. (en) Ronald Leprohon, The Great Name: Ancient Egyptian Royal Titulary, Atlanta, Society of Biblical Literature, , p. 22
  29. Peter A. Clayton, Pharaons, Londres, Thames & Hudson, , p. 16
  30. Jean-Pierre Pätznick, Encore et toujours l'Horus Nâr-mer? Vers une nouvelle approche de la lecture et de l'interprétation de ce nom d'Horus, Montpellier, Université Paul Valéry, , p. 287
  31. (en) John D. Ray, « The Name of King Narmer », Lingua Aegyptia, vol. 11,‎ , p. 131-138
  32. (en) T. A. H. Wilkinson, « Narmer and the Concept of the Ruler », Journal of Egyptian Archaeology, vol. 86,‎ , p. 23-32
  33. (en) F. Raffaele, Basel Egyptology Prize: Junior research in Egyptian history, archaeology, and philology, Basel, Aegyptiaca Helvetica, , « Dynasty 0 », p. 110 n.46
  34. (de) Jürgen von Beckerath, Handbuch der ägyptischen Königsnamen, Mainz, Philipp von Zabern,
  35. (en) Ilona Regulski, A paleographic study of early writing in Egypt, Leuven-Paris-Walpole, Uitgeverij Peeters and Departement Oosterse Studies, , p. 126
  36. G. Godron, « A propos du nom royal [hieroglyphs] », Annales du Service des Antiquités de l'Égypte, vol. 49,‎ , p. 218
  37. Jean-Pierre Pätznick, Encore et toujours l'Horus Nâr-mer? Vers une nouvelle approche de la lecture et de l'interprétation de ce nom d'Horus, Montpellier, Université Paul Valéry, p. 310
  38. (en) W.M.F. Petrie, The making of Egypt, Londres, Sheldon Press, , p. 78
  39. (en) Trope, Betsy Teasley Quirke, Stephen Lacovara, Peter, Excavating Egypt: great discoveries from the Petrie Museum of Egyptian Archaeology, University College, Londres, Atlanta, Michael C. Carlos Museum, Emory University, , p. 18
  40. (en) Alice Stevenson, The Petrie Museum of Egyptian Archaeology: Characters and collections, Londres, p. 44
  41. Alain Charron, L’Égypte des millénaires obscures, Paris, , « L’époque thinite », p. 97
  42. (en) T.A.H. Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Londres, New York, Routledge,
  43. Voir page 221 in The Scientific Study of Mummies, Arthur C. Aufderheide, Cambridge University Press, 2003
  44. Midant-Reynes, The Prehistory of Egypt, p. 243-250.
  45. Schulman, Narmer and the Unification: A Revisionist View
  46. Cervelló-Autuori, Was King Narmer Menes ?, p. 31-37.
  47. Seidlmayer, The Rise of the Egyptian State to the Second Dynasty , p. 25.
  48. (de) G. Dreyer, « Ein Siegel der frühzeitlichen Königsnekropole von Abydos », MDAIK, vol. 43,‎ , p. 33-44
  49. (de) G. Dreyer &, E.-M. Engel, U. Hartung, T. Hikade, E. C. Köhler et F. Pumpenmeier, « Umm el-Qaab: Nachuntersuchungen im frühzeitlichen Königsfriedhof, 7./8. Vorbericht. », MDAIK, vol. 52,‎ , pp. 72-73, fig. 6, pl. 4b-c
  50. (en) Josep Cervelló-Autuori, Egypt at its origins 2. Proceedings of the international conference “Origin of the state. Predynastic and Early Dynastic Egypt, Leuven, , « The Thinite "Royal Lists": Typology and meaning », pp. 887-899
  51. Quibell, Slate Palette from Hierakonpolis
  52. a et b Gardiner, Egypt of the Pharaohs, p. 403-404.
  53. Edwards, Cambridge Ancient History: Early History of the Middle East, p. 41-43.
  54. Baines, Origins of Egyptian Kingship, p. 117.
  55. O'Connor, The Narmer Palette: A New Interpretation
  56. Dreyer, Egypt's Earliest Event, p. 6-7.
  57. (en) John Baines, Zeichen aus dem Sand: Streiflichter aus Ägyptens Geschichte zu Ehren von Günter Dreyer, Wiesbaden, Harrassowitz, , « On the Evolution, Purpose, and Forms of Egyptian Annals », p. 23
  58. (en) David Wengrow, The archaeology of early Egypt: social transformations in North-East Africa, 10,000 to 2650 BC, Cambridge, Cambridge University Press, , p. 204
  59. (de) G. Dreyer, U. Hartung et F. Pumpenmeier, « Umm el-Qaab: Nachuntersuchungen im frühzeitlichen Königsfriedhof, 5./6. Vorbericht », MDAIK, vol. 49,‎ , p. 56, fig. 12
  60. (de) Jochem Kahl, Räume und Grenzen: topologische Konzepte, Munich, Herbert Utz, , « Ober- und Unterägypten: eine dualistische Konstruktion und ihre Anfänge », p. 13
  61. (en) G. Dreyer, Before the pyramids: the origins of Egyptian civilization, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, , « Tomb U-J: a royal burial of Dynasty 0 at Abydos », p. 135
  62. a, b et c (es) A. Jiménez-Serrano, Los Primeros Reyes y la Unificación de Egipto, Jaen, Universidad de Jaen, , p. 370, tab. 8
  63. (en) K. M. Ciałowicz, Before the pyramids: the origins of Egyptian civilization, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, , « The Predynastic/Early Dynastic Period at Tell el-Farkha », pp. 63-64
  64. (en) Thomas C. Heagy, « Who was Menes? », Archéo-Nil, vol. 24,‎ , pp. 73-74 (lire en ligne)
  65. (en) J. E. Quibell, Hierakonpolis, Part I, Londres, Bernard Quaritch, , p. 7, pl. XV.7
  66. (en) G. Dreyer, « Egypt's Earliest Event », Egyptian Archaeology, vol. 16,‎ , pp. 6-7
  67. a et b (de) G. Dreyer, « Dekorierte Kisten aus dem Grab des Narmer », MDAIK, vol. 70-71,‎ 2014-15, pp. 91-104
  68. (en) J. E. Quibell, Hierakonpolis, Part I, Londres, Bernard Quaritch, , pp. 8-9, pls. XXV, XXVIB
  69. (en) B. Anđelković, The Relations Between Early Bronze Age I Canaanites and Upper Egyptians, Belgrade, Faculty of Philosophy, Center for achaeological Research, , p. 72
  70. a, b, c et d (en) B. Anđelković, Before the pyramids: the origins of Egyptian civilization, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, , « Political Organization of Egypt in the Predynastic Period », p. 31
  71. (en) E. Braun, Before the pyramids: the origins of Egyptian civilization, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, , « Early Interaction Between Peoples of the Nile Valley and the Southern Levant », p. 105
  72. (en) T.A.H. Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Londres et New York, Routledge, , p. 71
  73. (en) T.A.H. Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Londres et New York, Routledge, , pp. 71-105
  74. a et b (en) N. Porat, « Local Industry of Egyptian Pottery in Southern Palestine during the Early Bronze Period », Bulletin of the Egyptological Seminar, vol. 8,‎ 1986-87, p. 109
  75. (en) Y. Yadin, « The Earliest record of Egypt Military Penetration into Asia? », Israel Exploration Journal, vol. 5(1),‎
  76. (en) M. Campagno, Egypt at its Origins, 2, Leuven, Peeters, , « Ethnicity and Changing Relationships between Egyptians and South Levantines during the Early Dynastic Period », pp. 695-696
  77. (en) P. de Miroschedji, The new Encyclopedia of Archaeological Excavations in the Holy Land, , « Sakhan, Tell Es- », pp. 2028-2029
  78. (de) G. Dreyer, « Dekorierte Kisten aus dem Grab des Narmer », MDAIK, vol. 70-71,‎ 2014-15, p. 104
  79. (en) Michael Hayes, Chapter VI.Chronology, I. Egypt to the end of the Twentieth Dynasty, Cambridge, Cambridge University Press, , p. 174
  80. (en) Stephen Quirke et Jeffrey Spencer, The British Museum Book of Ancient Egypt, Londres, , p. 223
  81. Waddell, Manetho, with an English translation, p. 29-33.
  82. Vercoutter, L'Égypte et la vallée du Nil, tome 1, p. 208.
  83. La nécropole d'Oumm el-Qaab sur le site antikforever.com
  84. a et b Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt., p. 67.
  85. (de) W. Kaiser, « Einige Bemerkungen zur ägyptischen Fruhzeit », ZÄS, vol. 91,‎ , pp. 96-102, fig. 2
  86. Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt . , p. 71.
  87. Dreyer, Abydos,Umm el-Qa'ab, p. 110-111.
  88. a et b (en) W.M.F. Petrie, Royal tombs of the First Dynasty. Part 1, Londres, EEF,
  89. a et b (en) W.M.F. Petrie, Royal tombs of the First Dynasty. Part 2, Londres, EES,
  90. Communication personnelle avec Thomas C. Heagy, 2017
  91. (en) W.M.F. Petrie, Royal tombs of the First Dynasty. Part 2, Londres, EEF, , pl. VI
  92. (en) Matthew Adams et David O'Connor, The Royal mortuary enclosures of Abydos and Hierakonpolis, Le Caire, American University in Cairo Press, , pp. 78-85
  93. (en) David O'Connor, Abydos: Egypt's first pharaohs and the cult of Osiris, Londres, Thames & Hudson, , pp. 159-181
  94. (en) J. E. Quibell, « Slate Palette from Hierakonpolis », ZÄS, vol. 36,‎ , pp. 81-84, pls. XII-XIII
  95. (en) A.J. Spencer, Catalog of Egyptian Antiquities in the British Museum. vol.V. Early Dynastic objects, Londres, , p. 64(454), pl. 47.454
  96. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0084 »
  97. (en) B. Williams, « Narmer and the Coptos Colossi », JARCE, vol. 25,‎ , pp. 35-50, fig. 3a
  98. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0085 »
  99. (en) W.M.F. Petrie, G. Wainwright et A.H. Gardiner, Tarkhan I and Memphis V, Londres,
  100. (en) W.M.F. Petrie, Tarkhan II, Londres,
  101. (en) Z.Y. Saad, Royal excavations at Saqqara and Helwan (1941-1945), Le Caire, , pp. 26-27
  102. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0114 »
  103. (en) D. Dunham, Zawiyet el-Aryan: The cemeteries adjacent to the Layer Pyramid, Boston, , pp. 25-26, pl. 16A
  104. (en) E.C.M. van den Brink, The Nile Delta in transition: 4th-3rd Millennium B.C., Proceedings of the seminar held in Cairo, 21-24 October 1990, Tel Aviv, , « Preliminary Report on the Excavations at Tell Ibrahim Awad, Seasons 1988-1990 », pp. 52-53
  105. (en) M.I. Bakr, The archaeology of the Nile Delta: Problems and priorities. Proceedings of the seminar held in Cairo, 19 - 22 October 1986, Amsterdam, , « The new excavations at Ezbet el-Tell, Kufur Nigm; the first season (1984) », pp. 50-51, pl. 1b
  106. (de) D. Wildung, Ägypten vor den Pyramiden: Münchener Ausgrabungen in Ägypten, Mainz am Rhein, , pp. 35-37
  107. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0121 »
  108. P. Lacau et J.P. Lauer, La Pyramide à degrés. vol. 4. Inscriptions gravées sur les vases, Le Caire, , pp. 1-2, pl. 1.1
  109. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0115 »
  110. (en) T. von der Way, « Tell el-Fara’in - Buto », MDAIK, vol. 45,‎ , pp. 285-286, n. 76, fig. 11.7
  111. (en) M.A. Jucha, « Pottery from the grave [in] Polish Excavations at Tell el-Farkha (Ghazala) in the Nile Delta. Preliminary report 2006-2007 », Archeologia, vol. 59,‎ , pp. 132-133, fig. 47.2
  112. (en) « The Narmer Catalog Source Number 6002 »
  113. (en) F.A. Hassan, « Kafr Hassan Dawood », Egyptian Archaeology, vol. 16,‎ , p. 39
  114. (en) H.A. Winkler, Rock drawings of southern Upper Egypt I. Sir Robert Mond Desert Expedition Season 1936-1937, Preliminary Report, Londres, EES, , pp. 10, 25, pl. 11.1
  115. (en) S. Ikram et C. Rossi, « A new Early Dynastic serekh from the Kharga Oasis », JEA, vol. 90,‎ , pp. 211-215, figs. 1-2
  116. (en) « The Narmer Catalog Source Number 6015 »
  117. (en) J. Darnell et D. Darnell, Theban Desert Road Survey, The Oriental Institute Annual Report, 1996-1997, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, , pp. 71-72, fig. 10
  118. (en) « The Narmer Catalog Source Number 4037 »
  119. Porat, Local Industry of Egyptian Pottery in Southern Palestine during the Early Bronze Period, p. 119.
  120. Yadin, The Earliest record of Egypt Military Penetration into Asia ?, p. 193-155.
  121. Campagno, Ethnicity and Changing Relationships between Egyptians and South Leavantines during the Early Dynastic Period, p. 695-696
  122. Porat, Local Industry of Egyptian Pottery in Southern Palestine during the Early Bronze Period, p. 109.
  123. a, b et c Anelkovic, The Relations Between Early Bronze Age, p. 31.
  124. (en) R. Amiran, « An Egyptian jar fragment with the name of Narmer from Arad », IEJ, vol. 24(1),‎ , pp. 4-12, fig. 20, pl. 1
  125. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0123 »
  126. (en) A.R. Schulman, « The Egyptian seal impressions from ‘En Besor », Atiqot, vol. 11,‎ , pp. 25-26
  127. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0547 »
  128. P. De Miroschedji et M. Sadeq, « Tell es-Sakan, un site du Bronze ancien découvert dans la région de Gaza », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 1,‎ , pp. 136-137, fig. 9
  129. (en) « The Narmer Catalog Source Number 6009 »
  130. (en) T.E. Levy, E.C.M. van den Brink, Y. Goren et D. Alon, « Egyptian-Canaanite interaction at Nahal Tillah, Israel (ca. 4500-3000 B.C.E.): An interim report on the 1994-1995 excavations », BASOR, vol. 307,‎ , pp. 31-33
  131. (en) S. Yeivin, « Early contacts between Canaan and Egypt », IEJ, vol. 10(4),‎ , pp. 193-203, fig. 2, pl. 24a
  132. (en) « The Narmer Catalog Source Number 0124 »
  133. (en) R. Amiran, O. Ilan et C. Aron, « Excavations at Small Tel Malhata: Three Narmer serekhs », IEJ, vol. 2,‎ , pp. 75-83, fig. 7c
  134. (en) « The Narmer Catalog Source Number 6006 »
  135. (en) A.R. Schulman et R. Gophna, « An Egyptian serekh from Tel Ma’ahaz », IEJ, vol. 31,‎ , pp. 165-167
  136. E.C.M. van den Brink et E. Braun, In quest of ancient settlements and landscapes: Archaeological studies in honour of Ram Gophna, Tel Aviv, , « Wine jars with serekhs from Early Bronze Lod: Appelation vallée du nil contrôlée, but for whom? », pp. 167-192
  137. (en) R. Amiran, O. Ilan et C. Aron, « Excavations at Small Tel Malhata: Three Narmer serekhs », IEJ, vol. 2,‎ , p. 82 n.22
  138. Jiménez-Serrano, Los primeros reyes y la unificación de Egipto, Table 8.
  139. p. Tallet et D. Laisney, « Iry-Hor et Narmer au Sud-Sinaï: Un complément à la chronology des expéditions minères égyptiennes », BIFAO, vol. 112,‎ , pp. 383-389
  140. (en) « The Narmer Catalog Source Number 4814 »
  141. Anelkovic, The Relations Between Early Bronze Age, p. 72.
  142. a et b (en) S. Hendrickx et M. Gatto, « A rediscovered late Predynastic-Early Dynastic royal scene from Gharb Aswan (Upper Egypt) », Sahara, vol. 20,‎ , pp. 147-150
  143. (en) J. Darnell, « The early hieroglyphic annotation in the Nag el-Hamdulab rock art tableaux, and the Following of Horus in the northwest hinterland of Aswan. », Archéo-Nil, vol. 25,‎ , pp. 19-43
  144. (en) « M. Gatto Interviewed [in :] PAPPAS, S., Oldest pharaoh carvings, rediscovered in Egypt, may be from reign of Narmer. Huffington Post, December 10, 2012 »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Égypte ancienne, édition Hachette Multimédia, coll. « Encyclopédie Hachette Multimédia », .
  • (es) Branislav Anelkovic, The Relations Between Early Bronze Age : Canaanites and Upper Egyptians, Belgrade, Faculty of Philosophy, Centre for Archaeological Research, (ISBN 978-8680269177)
  • (en) John Baines, « Origins of Egyptian Kingship », dans David O'Connor et David P. Silverman, Ancient Egyptian Kingship, Brill,
  • (en) Josep Cervelló-Autuori, « Was King Narmer Menes ? », Archéo-Nil, no 15,‎ (ISSN 1161-0492)
  • (en) Josep Cervelló-Autuori, « Narmer, Menes and the seals from Abydos », dans Egyptology at the dawn of the twenty-first century: proceedings of the Eighth International Congress of Egyptologists, Le Caire, 2000, Le Caire, The American University in Cairo Press, (lire en ligne)
  • (en) Marcelo Campagno, « Ethnicity and Changing Relationships between Egyptians and South Leavantines during the Early Dynastic Period », dans Beatrix Midant-Reynes et S. Hendrickx, Egypt at its Origins 2, Louvain, Peeters Publishers, (ISBN 978-9042919945)
  • (en) Krzysztof Ciałowicz, « The Predynastic/Early Dynastic Period at Tell el-Farkha », dans Emily Teeter, Before the Pyramids: The Origins of Egyptian Civilization, The Oriental Institute of the University of Chicago,
  • Peter Clayton, Pharaons, Thames & Hudson, (ISBN 978-2878113518)
  • (en) Günther Dreyer, « Abydos,Umm el-Qa'ab », dans Kathryn A. Bard, Encyclopedia of the Archaeology of Ancient Egypt, New York, Routledge,
  • (en) Günther Dreyer, « Egypt's Earliest Event », Egyptian Archaeology, no 16,‎ , p. 6-7
  • (en) Iorwerth Edwards, Cambridge Ancient History: Early History of the Middle East, vol. 1, Cambridge University Press, (ISBN 0521077915)
  • (en) Alan Gardiner, Egypt of the Pharaohs, Oxford University Press, (ISBN 978-0195002676)
  • Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne [détail des éditions]
  • (en) F. A. Hassan, « Kafr Hassan Dawood », Egyptian Archaeology: Bulletin of the Egypt Exploration Society, no 16,‎
  • (en) Hendrickx Stan, Narmer Palette Bibliography, (lire en ligne)
  • (es) Alejandro Jiménez-Serrano, Los primeros reyes y la unificación de Egipto, Universidad de Jaen, (ISBN 978-8484393573)
  • (en) Alan Lloyd, Herodotus: Book II, Leyde, Éditions Brill, [1975] 1994 (ISBN 90-04-04179-6, lire en ligne)
  • (en) Beatrix Midant-Reynes, The Prehistory of Egypt : From the First Egyptians to the First Pharaohs, Blackwell Publishers, (ISBN 978-0631217879)
  • (en) Naomi Porat, « Local Industry of Egyptian Pottery in Southern Palestine During the Early Bronze », Bulletin of the Egyptological, Seminar 8, vol. 8,‎ 1986/1987 (lire en ligne)
  • (de) James Quibell, Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde : Slate Palette from Hierakonpolis, vol. 36, Berlin, Deutsche Morgenländische Gesellschaft, (lire en ligne)
  • (en) Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford University Press, (ISBN 0-19-280458-8)
  • (en) Alan Schulman, « Narmer and the Unification: A Revisionist View », Bulletin of the Egyptological Seminar, no 11,‎ 1991/1992
  • (en) Stephan Seidlmayer, « The Rise of the Egyptian State to the Second Dynasty », dans Matthias Seidel et Regine Schulz, Egypt: The World of the Pharaohs, Ullmann Publishing,
  • (en) Joyce Tyldesley, Chronicle of the Queens of Egypt : From Early Dynastic Times to the Death of Cleopatra, Thames & Hudson, (ISBN 978-0500051450)
  • Dominique Valbelle, Histoire de l'État pharaonique, Paris, PUF, coll. « Thémis Histoire », (ISBN 2130493173)
  • Jean Vercoutter, L'Égypte et la vallée du Nil : Des origines à la fin de l'Ancien Empire, t. 1, Presses universitaires de France, (ISBN 9782130441571)
  • (en) W.G. Waddell, Manetho, with an English translation, Harvard University Press, (lire en ligne)
  • (en) Toby Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Londres, Routledge, (ISBN 978-0415260114)
  • (en) Yigael Yadin, « The Earliest record of Egypt Military Penetration into Asia ? », Israel Exploration Journal, vol. 5, no 1,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :