Nicolas Grimal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un égyptologue image illustrant un historien image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un égyptologue et un historien français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grimal.
Nicolas Grimal
Égyptologue
Pays de naissance Drapeau de la France France
Naissance
Libourne (Gironde)

Nicolas Grimal, né le à Libourne (Gironde), est un égyptologue français, professeur du Collège de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de lettres classiques en 1971, Nicolas Grimal devient docteur d'État en 1984. De 1988 à 2000, il est professeur d'égyptologie à la Sorbonne (Paris IV). De 1989 à 1999, il a été directeur de l'Institut français d'archéologie orientale au Caire. De 1990 à 2005, il est directeur scientifique du Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak (CFEETK). Il est titulaire de la chaire d'égyptologie du Collège de France depuis 2000[1], où il est l'un des très rares professeurs à refuser la diffusion en ligne de ses cours[1]. Il est secrétaire général de la Commission consultative des fouilles françaises à l'étranger du Ministère des Affaires étrangères du développement international depuis 2014.

Il est le fils du latiniste Pierre Grimal et le père du violoniste David Grimal et de la saxophoniste Alexandra Grimal.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Il a obtenu le Prix Gaston-Maspero de l'Académie des inscriptions et belles-lettres en 1987 et, en 1989, le Prix Diane Potier-Boes de l'Académie française.

Il est Commandeur dans l'ordre des Palmes académiques et Officier dans l'ordre national du Mérite, Chevalier dans l'ordre national de la Légion d'honneur et membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres (2006), de l'Académie des Sciences d'outre-mer (2016), de l'Institut d'Égypte (1994), associé étranger du Deutsches archäologisches Institut, Berlin (1994), de l'Akademie der Wissenschaften, Vienne (2008).

Publications[modifier | modifier le code]

  • Études sur la propagande royale égyptienne, 1, La stèle triomphale de Pi-ânkh-y au musée du Caire, JE 48862 et 47086-47089, n°105, MIFAO, Le Caire, 1981 ;
  • Études sur la propagande royale égyptienne, 2, quatre stèles napatéennes au musée du Caire, JE 48863-48866, n°106, MIFAO, Le Caire, 1981 ;
  • Prospection et sauvegarde des Antiquités de l'Égypte, Actes de la table ronde organisée à l'occasion du centenaire de l'IFAO, *BdE, IFAO, Le Caire, 1981 ;
  • Les termes de la propagande royale égyptienne de la XIXe dynastie à la conquête d'Alexandre, n°6, Mémoires de l'académie des inscriptions et belles-lettres, Nouv. série, Imprimerie nationale, Paris, 1986 ;
  • Histoire de l'Égypte ancienne [détail des éditions], Prix Diane-Potier-Boès 1989 ;
  • Les problèmes institutionnels de l'eau en Égypte ancienne et dans l'Antiquité méditerranéenne, Le Caire, IFAO,  ;
  • Le sage, l'eau et le roi, pp. 195–203, Les problèmes institutionnels de l'eau en Égypte ancienne et dans l'Antiquité méditerranéenne, IFAO, Le Caire, 1994 ;
  • avec Bernadette Menu, Le commerce en Égypte ancienne, Le Caire, IFAO, coll. « BdE n°121 »,  ;
  • Les critères de datation stylistiques à l'Ancien Empire, Le Caire, IFAO, coll. « BdE »,  ;
  • Leçon inaugurale, faite le mardi 10 mars 2000, Collège de France, Chaire de civilisation pharaonique, archéologie, philologie, histoire, Collège de France, Paris, 2000 ;
  • Leçon inaugurale, faite le mardi 24 octobre 2000, Collège de France, Paris, 2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Site du Collège de France

Liens externes[modifier | modifier le code]