Iry-Hor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Iry-Hor
Image illustrative de l’article Iry-Hor
Signes « r-Ḥr » inscrits sur un récipient provenant de la tombe d'Iry-Hor
Nom en hiéroglyphe
G5
D21
Transcription r-Ḥr
Iry-Hor
Compagnon d'Horus
Période période prédynastique
Dynastie dynastie 0
Fonction roi
Prédécesseur Scorpion Ier ?
Successeur Ka ?

Iry-Hor est un roi de la période prédynastique égyptienne. Il est enterré dans la nécropole d'Oumm el-Qa'ab à Abydos.

Nom[modifier | modifier le code]

Le nom d'Iry-Hor est écrit avec le hiéroglyphe du faucon Horus (signe Gardiner G5) au-dessus d'un hiéroglyphe de la bouche (Gardiner D21). Alors que la lecture moderne du nom est Iry-Hor, Flinders Petrie, qui découvrit et fouilla le tombeau d'Iry-Hor à la fin du XIXe siècle, le lit « Ro », qui était la lecture habituelle du hiéroglyphe de la bouche à cette époque[1]. Étant donné la nature archaïque du nom, la traduction s'est avérée difficile et, en l'absence d'une meilleure alternative, Ludwig D. Morenz a proposé que la traduction littérale soit conservée en donnant « Horus bouche ». Dans les années 1990, Werner Kaiser et Günter Dreyer traduisent le nom d'Iry-Hor par « Compagnon d'Horus »[2] Toby Wilkinson, qui a contesté que Iry-Hor était un roi, a traduit les signes par « Propriété du roi ». Après les fouilles d'Abydos et la découverte d'une inscription d'Iry-Hor dans le Sinaï en 2012, l'hypothèse de Wilkinson est aujourd'hui rejetée par la plupart des égyptologues et Iry-Hor est largement accepté comme un roi prédynastique de l'Égypte[3],[4].

Les égyptologues Jürgen von Beckerath et Peter Kaplony rejetèrent également dans un premier temps l'identification d'Iry-Hor comme roi et proposèrent que les inscriptions connues se réfèrent à une personne privée dont le nom doit être lu « Ouer-Ra », (« wr-r3 », lit. « Grande bouche »), c'est-à-dire que l'oiseau au-dessus du signe de bouche se lise en hiéroglyphe de l'hirondelle (signe Gardiner G36) plutôt que le faucon Horus. Ils ont traduit le nom par « porte-parole » ou « chef »[5]. Cependant, la poursuite des fouilles du tombeau d'Iry-Hor à Abydos par Günter Dreyer a établi que le tombeau avait les mêmes dimensions et la même disposition que ceux de Ka et Narmer et devait donc appartenir à un roi[6]

Règne et attestations[modifier | modifier le code]

Nom d'Iry-Hor tel que trouvé à Abydos

Iry-Hor était très probablement le prédécesseur immédiat de Ka[7] et aurait donc régné au début du XXXIIe siècle. Il régna probablement depuis Hiérakonpolis sur Abydos et de manière plus large sur la région thinite et contrôla l'Égypte au moins aussi au nord que Memphis, puisque l'inscription de la roche du Sinaï relie une visite de Iry-Hor à cette ville[8]. Les égyptologues Tallet et Laisney proposent en outre que Iry-Hor contrôlait également certaines parties du delta du Nil.

Le nom d'Iry-Hor apparaît sur des récipients en argile de sa tombe à Abydos et un sceau d'argile avec les hiéroglyphes pour « r-Ḥr » a été trouvé dans la tombe de Narmer et peut faire référence à Iry-Hor. Au total, pas moins de vingt-deux poteries incisées au nom d'Iry-Hor ont été trouvées à Abydos ainsi qu'au moins cinq fragments inscrits à l'encre et un sceau cylindrique. Un sceau similaire a également été trouvé loin au nord dans la tombe Z 401 de Zaouiet el-Aryan dans la nécropole memphite[2],[9]. Une incision sur une fusaïole trouvée à Hiérakonpolis lors des fouilles de James E. Quibell et Petrie en 1900 pourrait le concerner[10]. Enfin, la découverte d'une inscription rupestre d'Iry-Hor dans le Sinaï constitue son attestation la plus au nord. L'inscription montre le nom d'Iry-Hor sur un bateau, à côté du mot « Ineb-hedj » signifiant « Murs blancs », le nom ancien de Memphis[11].

Sépulture[modifier | modifier le code]

La tombe d'Iry-Hor à Oumm el-Qa'ab, localisée près des tombes de Ka (B7, B8, B9) et de Narmer (B17, B18)

La tombe d'Iry-Hor est le plus ancien tombeau de la nécropole B d'Oumm el-Qa'ab à Abydos[12]. Elle comprend deux chambres souterraines distinctes B1 (6 × 3,5 m) et B2 (4,3 × 2,45 m) fouillées par Petrie en 1899 et plus tard par Werner Kaiser[13],[14]. Une autre chambre, maintenant appelée "B0", a été découverte lors des nouvelles fouilles de la tombe de Iry-Hor dans les années 1990[9]. Ces chambres ont une taille similaire à celles que l'on trouve dans les tombes de Ka et Narmer. Aucune superstructure, s'il y en a eu une, n'a survécu jusqu'à ce jour. La chambre B1 a donné des fragments de jarre gravés à son nom. La chambre B2 a produit un autre fragment de bocal incisé, une empreinte de sceau, plusieurs inscriptions à l'encre et des fragments de récipient portant les noms de Ka et Narmer[12] Des parties d'un lit ont également été trouvées sur place.[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. W.M.F. Petrie: Abydos I, p. 4–6.
  2. a b et c Werner Kaiser, Günter Dreyer: « Umm el-Qaab. Nachuntersuchungen im frühzeitlichen Königsfriedhof : 2. Vorbericht », in: Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Kairo (MDAIK), 38. Ausgabe. Deutsches Archäologisches Institut, Orient-Abteilung (Hrsg.). de Gruyter, Berlin 1982, p. 211–246.
  3. Edwin C. M. van den Brink, « The incised serekh signs of Dynasties 0-1. Part I: complete vessels », in: J. Spencer editions, Aspects of Early Egypt (1996), p. 140-158, pl.s 24-32, London, British Museum Press, (ISBN 978-0714109992).
  4. E.C.M van den Brink: The incised serekh signs of Dynasties 0-1. Part II: Fragments and Additional Complete Vessels, available online.
  5. Peter Kaplony: Inschriften der Ägyptischen Frühzeit, vol. 1, p. 468
  6. Jürgen von Beckerath: Handbuch der ägyptischen Königsnamen, Münchner ägyptologische Studien, Heft 49, Mainz : P. von Zabern, 1999, (ISBN 3-8053-2591-6), available online, voir p. 9 et 36-37.
  7. Winfried Barta, « Zur Namensform und zeitlichen Einordnung des Königs Ro », in: GM 53, 1982, p. 11–13.
  8. Owen Jarus, Live Science, Early Egyptian Queen Revealed in 5,000-Year-Old Hieroglyphs, [1] [2]
  9. a et b Darrell D. Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 156.
  10. James E. Quibell, Flinders Petrie, Hierakonpolis. Part I. Plates of discoveries in 1898 by J. E. Quibell, with notes by W. M. F. P[etrie], London 1900, available online
  11. Pierre Tallet, D. Laisnay: Iry-Hor et Narmer au Sud-Sinaï (Ouadi 'Ameyra), un complément à la chronologie des expéditios minière égyptiene, dans : BIFAO 112 (2012), p. 381-395, available online
  12. a et b Raffaele Francesco, « Dynasty 0 », AH, no 17,‎ , p. 99–141 (lire en ligne)
  13. Flinders Petrie, The Royal tombs of the earliest dynasties, 1900, p. 29 & 30, available online.
  14. Werner Kaiser, « Einige Bemerkungen zur ägyptischen Frühzeit », Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, vol. 91,‎ , p. 86–124