Néferirkarê II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Néferirkarê II
Image illustrative de l’article Néferirkarê II
Cartouche de Néferirkarê II dans la liste d'Abydos
Période Première Période intermédiaire
Dynastie VIIIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Néferkaouhor ou Ouadjkarê
Successeur ?

Néferirkarê II est un ancien souverain égyptien du début de la Première Période intermédiaire et placé par la plupart des égyptologues comme étant le dernier membre de la VIIIe dynastie. En tant que tel, le siège du pouvoir de Néferkaouhor était Memphis[1] et il ne détenait probablement pas le pouvoir sur toute l'Égypte. Certains chercheurs font poursuivre l'Ancien Empire jusqu'à la VIIIe dynastie et donc considère ce roi comme le dernier roi de l'Ancien Empire[2],[3].

Attestations[modifier | modifier le code]

Attestations contemporaines[modifier | modifier le code]

Des savants comme Farouk Gomaà et William C. Hayes identifient le nom d'Horus Demedjibtaouy, trouvé sur le Décret r de Coptos, au roi Néferirkarê II mais cette identification est rejetée par J. von Beckerath et Hracht Papazian qui attribue ce nom d'Horus à Ouadjkarê, également cité sur le Décret r.

En 2014, Maha Farid Mostafa a publié une inscription, trouvée dans la tombe de Shemay. L'inscription appartient très probablement à Idy, un fils de Shemay, bien que le nom d'Idy ne soit pas conservé. Le texte est daté sous un roi du nom de Sa-Rê Pépi et de nom de Nesout-bity Néferka-[...]-Rê. Maha Farid Mostafa a reconstruit ce nom de trône en Néferirkarê et associe donc le nom de Sa-Rê Pépi à ce roi de la fin de la VIIIe dynastie[4].

Nouvel Empire[modifier | modifier le code]

Néferirkarê II est présent dans deux listes royales datées du Nouvel Empire. La première liste est la liste d'Abydos dans laquelle le roi est cité à la 56e position sous le nom de Néferirkarê. La seconde liste est le Canon royal de Turin dans lequel le roi est probablement cité à la position 5.13 mais le nom est en lacune. Si cette attribution est correcte, alors le Canon lui attribue une durée de règne de un an et demi[5],[6].

Titulature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ian Shaw, The Oxford History of Ancient Egypt, p. 107, (ISBN 978-0192804587)
  2. Renate Mueller-Wollermann, End of the Old Kingdom, UCLA Encyclopedia of Egyptology (2014), available online.
  3. Hratch Papazian, « The State of Egypt in the Eighth Dynasty », dans Towards a New History for the Egyptian Old Kingdom: Perspectives on the Pyramid Age, BRILL, coll. « Harvard Egyptological Studies », (lire en ligne)
  4. Maha Farid Mostafa: The Mastaba of SmAj at Naga' Kom el-Koffar, Qift, Vol. I, Cairo, 2014, (ISBN 978-977642004-5), p. 157-161.
  5. Darrell D. Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 302.
  6. Kim Ryholt, The Late Old Kingdom in the Turin King-list and the Identity of Nitocris, Zeitschrift für ägyptische, 127, 2000, p. 99.