Ouadji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ouadji
Image illustrative de l'article Ouadji
Stèle du Ouadji ou roi-Serpent (Ire dynastie) - Abydos - E 11007 - Antiquité égyptienne du Musée du Louvre
Décès v. 3020 avant notre ère
Période Période thinite
Dynastie Ire dynastie
Fonction Souverain d'Égypte
Prédécesseur Djer
Dates de fonction 3040 à 3020 avant notre ère[1].
Successeur Den
Famille
Grand-père paternel Hor-Aha
Grand-mère paternelle Khenthap
Père Djer
Mère Naktneith
Conjoint Merneith (ou Meret-Neith)
Enfant(s) Den
Fratrie Merneith (ou Meret-Neith)
Sépulture
Emplacement Abydos, tombe Z

Ouadji (le serpent) est le quatrième souverain connu de la Ire dynastie (Période thinite).

Il est le fils de Djer. Il épouse sa demi-sœur Merneith (ou Meret-Neith) dont il a un enfant, Den qui lui succède.

Son nom d'Horus, « Ouadji » ou « Djet » signifie « le serpent ». La table d'Abydos l'appelle « ita » et le canon royal de Turin « Itioui ». Manéthon le nomme Ouénèphès et lui compte quarante-deux ans de règne, mais il aurait plutôt régné autour de vingt ans.

On situe son règne vers -3040 à -3020[1].

On lui attribue une expédition dans la mer Rouge. Sa stèle[2] provient d’Abydos (Haute-Égypte).

Titulature[modifier | modifier le code]

Sépulture[modifier | modifier le code]

Un mastaba dans lequel plusieurs objets portent son nom a été fouillé sur le site de Saqqarah. Cependant, il est enterré dans le cimetière d'Umm el-Qa'ab, la nécropole royale d'Abydos.

Merneith ou Meret-Neith[modifier | modifier le code]

Un sceau qui a été découvert dans la tombe de son fils Den confirme que L’aimée de Neit est l’épouse et la demi-sœur de Djet-Ouadji. De plus, la présence d’une tombe (Y 41) pour elle toute seule à Umm el-Qa'ab à Abydos, située non loin de celle de Djet et entourée par de nombreux tombeaux de ses domestiques, peut faire penser à un règne personnel de cette reine pendant la minorité de son fils Den. Son nom apparaît sur des objets façonnés sous la forme masculine mr-nit et féminine mrt-nit. Cependant, son nom, dans un serekh, n’est pas surmonté d’un faucon (Horus), symbole de la royauté.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Autres avis de spécialistes : -3055 à -3050 (N. Grimal), -2960 à -2930 (R. Krauss), -2927 à -2914 (J. von Beckerath), -2892 à -2879 (J. Málek)
  2. La stèle du roi Serpent au musée du Louvre.

Liens externes[modifier | modifier le code]