Ramsès Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ramsès Ier
Stèle aux noms de Ramsès Ier et de Séthi Ier- Musée du Louvre
Stèle aux noms de Ramsès Ier et de Séthi Ier- Musée du Louvre
Fonctions
Pharaon d'Égypte
v. 12951294 avant notre ère[1]
Prédécesseur Horemheb (XVIIIe dynastie)
Successeur Séthi Ier
Biographie
Dynastie XIXe dynastie
Nouvel Empire égyptien
Date de décès v. 1294 avant notre ère
Père Séthi
Fratrie 3 frères (dont Khâemouaset)
5 sœurs
Conjoint Satrê
Enfant(s) Séthi Ier

Menpehtyrê Ramsès Ier est le pharaon fondateur de la XIXe dynastie de l'Égypte antique ; il règne brièvement de -1295 à -1294[1].

Règne[modifier | modifier le code]

Il prend la succession de son père dans sa charge et apparaît pour la première fois comme Surintendant des écuries royales. Conducteur de char et chef des archers, il obtient le poste d'Envoyé royal auprès des pays étrangers. Il devient ensuite commandant de la forteresse de Tjarou et Surintendant des Bouches du Nil, c'est-à-dire gouverneur militaire du delta.

Ami d'Horemheb, dernier pharaon de la XVIIIe dynastie, ce dernier fait de lui son vizir et lui donne de surcroît le titre de Député de tout le pays, consistant à surveiller les travaux entrepris dans le pays. Il fait démonter les temples d'Aton érigés à Karnak et réutilise leur pierres à la construction du IXe pylône du temple d'Amon. Il place au pied de celui-ci deux statues le représentant.

Horemheb n'ayant pas de fils, vers la fin de son règne, il nomme Ramsès comme corégent, et implicitement comme héritier[2]. Il avait des fils, dont Séthi, de sa femme Satrê. Une statue découverte en 1913 à Karnak au nom de Ramsès ou plutôt Paramsès dispose en effet d'une titulature princière : héritier du pays tout entier, chef de la ville et vizir.

tête conservée au Museum of Fine Arts de Boston

Ramsès Ier étant déjà âgé lors de son couronnement (vers -1295), son fils Séthi devient corégent de son père comme l'indique les monuments du règne[3].

Séthi dirige de nombreuses campagnes militaires, notamment en Syrie tandis que Ramsès se préoccupe plutôt des affaires du pays. Il continue l'édification de la salle hypostyle du temple de Karnak commencé sous Amenhotep III par l'allée centrale, en édifiant le nord de la salle. Il a près d'Avaris un établissement qui sera par la suite agrandi par son fils et son petit-fils en une véritable capitale, Pi-Ramsès.

La dernière date connue de son règne est le 20 Peret an 2[4].

Généalogie[modifier | modifier le code]

Appelé d'abord Pa-Ramessou, il est né dans une famille noble de Basse-Égypte, installée près d'Avaris, l'ancienne capitale Hyksôs, dans le delta du Nil. Il n'était pas d'ascendance royale et sa famille honorait particulièrement le culte de Seth de cette partie du delta[5]. Il est le fils d'un Commandant des troupes, Séthi, et a cinq sœurs et trois frères, dont Khâemouaset[6],[7]

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Après un règne bref, Ramsès Ier décède, laissant son fils devenir pharaon. Il est enterré dans la vallée des rois, à Thèbes. Sa tombe, découverte par Giovanni Belzoni en 1817, dénommée KV16, est petite pour un pharaon, semblant attester de l'empressement avec lequel elle aurait été bâtie. Elle est couverte de fresques relatant des passages du Livre des portes, dans la même veine que ceux d'Horemheb, dont par le style, il est très proche. On y a retrouvé des restes de mobilier funéraire dont une statue de bois bitumé qui, intacte, aurait été le pendant de celles qui gardaient le caveau de Toutânkhamon et qui sont exposées dans les salles du premier étage du musée du Caire.

Séthi Ier lui construit une chapelle à Abydos conservée au Metropolitan Museum of Art de New York.

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Selon N. Grimal, Kitchen, J. Málek, I. Shaw.
    Autres avis de spécialistes : -1315 à -1314 (D. B. Redford), -1308 à -1307 (A. H. Gardiner), -1307 à -1306 (D. Arnold, Kinnaer), -1306 à -1304 Hornung), -1304 à -1303 (Parker), -1298 à -1296 (A. D. Dodson), -1293 à -1291 (Wente), -1292 à -1290 (Krauss, Helck, J. von Beckerath)
  2. C'est à cette époque qu'il change son nom de Pa-Ramessou en Ramsès, le Pa étant un signe de roture.
  3. Notamment une statue fragmentaire découverte à Médamoud qui porte les deux titulatures conjointes et dont la formulation indique explicitement cette corégence et qui aujourd'hui est conservée au musée du Caire, et une stèle elle aussi fragmentaire conservée au musée du Louvre
  4. Stèle C57 du musée du Louvre relatant un don au temple de Ptah de la forteresse de Buden.
  5. Son père et son fils se nomment Séthi c'est-à-dire Né de Seth.
  6. Cité par Christiane Desroches Noblecourt
  7. voir également : « The father of Ramses I », JNES 37 n° " (juillet 1978), pages 237 à 244, de E. Cruz-Uribé, cité par Christiane Desroches Noblecourt (cf supra)

Sources[modifier | modifier le code]