Ânkh-Khéperourê

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ânkh-Khéperourê
Période Nouvel Empire
Dynastie XVIIIe dynastie
Fonction Pharaonne
Prédécesseur Amenhotep IV
Dates de fonction -1355 (selon D. B. Redford)
-1351 à -1348 (selon E. Hornung, R. A. Parker)
-1346 à -1343 (selon A. D. Dodson)
-1342 à -1340 (selon C. Aldred, K. A. Kitchen)
-1338 à -1336 / -1335 (selon J. Málek, N. Grimal, I. Shaw, J. von Beckerath)
-1336 à -1334 (selon E. F. Wente)
-1336 à -1332 (selon Murnane, R. Krauss)
-1324 à -1319 (selon H. W. Helck)
Successeur Toutânkhamon
Famille
Grand-père paternel Amenhotep III
Grand-mère paternelle Tiyi
Père Amenhotep IV/Akhénaton
Mère Néfertiti
Conjoint Amenhotep IV
Deuxième conjoint Smenkhkarê
Enfants avec le 2e conjoint Mérytaton Tasherit (incertain)
Fratrie Mékhetaton
Ânkhésenpaaton
Néfernéferouaton
Néfernéferourê
Sétepenrê

Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton est le dixième pharaon de la XVIIIe dynastie (période du Nouvel Empire).

On situe son règne aux alentours de -1338 à -1336 / -1335[1].

Généalogie (si Ânkh-Khéperourê = Mérytaton)[modifier | modifier le code]

Règne[modifier | modifier le code]

Inscription de Howard Carter, où se trouvent les cartouches d'Akhénaton (colonne de gauche), d'Ânkh-Khéperourê (colonne centrale) et de Mérytaton (colonne de droite).

Ce qui est à peu près certain aujourd'hui, et reconnu par la majorité des égyptologues, c'est que c'est une Reine qui succède à Amenhotep IV (Akhénaton), dans une confusion politique et militaire catastrophique pour le pays, due à l’offensive des Hittites. Mais il y a un très grand débat des spécialistes sur : Qui est cette reine ? Est-elle :

  • Néfertiti ? Le nom de naissance de cette souveraine est Néfernéférouaton, qui est un autre vocable attribué à Néfertiti. Celle-ci aurait régné après le décès d’Akhénaton. Dans son palais, on a retrouvé des jarres qui porteraient comme indication : l’an I de Néfertiti ?
  • Mérytaton (hypothèse la plus fréquemment retenue) ? Cette reine est la fille aînée d’Akhénaton qu’il épousa et qui, après la disparition de Néfertiti, serait devenu, de ce fait, Grande épouse royale, puis corégente, puis reine, à peine âgée de quinze ans ?

Beaucoup d'énigmes donc sur cette succession, qui apportent un grand nombre d’hypothèses, le débat reste ouvert.

Qui qu’elle fut, on voit apparaître, au début du règne d'Ânkh-Khéperourê (an II), un roi nommé Smenkhkarê. Avec lui aussi, on assiste à des divergences d'opinions entre spécialistes.

Selon certains, c'est un prince, au nom de Zannanza qui épouse la reine; et règne avec elle sous le nom de Smenkhkarê. Zannanza est un des fils de l'empereur des Hittites Suppiluliuma Ier (-1382 / -1342). Des archives découvertes dans la capitale des Hittites, Hattousa, évoquent une reine d'Égypte qui, après la mort de son époux, s’adressa à l'empereur Suppiluliuma, le suppliant de lui envoyer un de ses fils pour qu’elle l'épouse. Cette union, (si elle a eu lieu) est évidemment faite dans l’esprit d’apaiser le conflit avec les Hittites, où les Égyptiens étaient à coup sûr perdants. Mais une minorité de spécialistes arguent du fait qu'il n'y a pas de certitude que ce soit Mérytaton qui ait présenté cette demande à l'empereur Hittite. De quelle reine alors s’agit-il ? Selon N. Reeves c'est Néfertiti, d’autres avancent Ânkhésenpaaton, la jeune épouse de Toutânkhamon qui, à la mort de celui-ci, ne veut pas d'un mari égyptien.

Une autre hypothèse rencontrée est que Smenkhkarê (de son nom de naissance) serait le fils d'Akhénaton ; il aurait assuré avec lui une corégence de deux ans avant de lui succéder. Comme preuve, une stèle retrouvée à Amarna qui représenterait Smenkhkarê portant la couronne de Basse-Égypte et Akhénaton portant la double couronne.

Si le roi Smenkhkarê a effectivement régné, cela ne peut être que sur une courte période, quelques mois tout au plus, à Amarna ; l’unique scène le représentant est inachevée, preuve de sa brièveté. Pour Marc Gabolde, Smenkhkarê n'est qu'un « roi fantôme », c'est-à-dire le prince hittite Zannanza assassiné en route pour l'Égypte. Après sa disparition, Ânkh-Khéperourê / Mérytaton prend le pouvoir et renonce à l’atonisme instauré par Akhénaton au profit de l’ancien clergé d'Amon. En l’an III, la reine rétablit Thèbes comme capitale. Elle meurt cette même année vers l’âge de dix-sept ans, mais on n'en connait pas la raison. Selon quelques spécialistes, Mérytaton aurait eu une fille Mérytaton Tasherit.

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature dans l'Égypte antique.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon Málek, Grimal, Shaw, von Beckerath.
    Autres avis de spécialistes : -1355 (Redford), -1351 à -1348 (Hornung, Parker), -1346 à -1343 (Dodson), -1342 à -1340 (Aldred, Kitchen), -1336 à -1334 (Wente), -1336 à -1332 (Murnane, Krauss), -1324 à -1319 (Helck).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]