Abydos (Égypte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abydos.
Abydos
Ville d'Égypte antique
Façade du temple de Séthi Ier
Façade du temple de Séthi Ier
Noms
Nom égyptien ancien Abdjou
Nom actuel Araba el-Madfuna
Administration
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Région Haute-Égypte
Nome 8e : Nome de la Grande Terre (ta-our)
Géographie
Coordonnées 26° 11′ 00″ nord, 31° 55′ 00″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte administrative d'Égypte
City locator 14.svg
Abydos

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte topographique d'Égypte
City locator 14.svg
Abydos

Abydos (en égyptien ancien : Abdjou) est une ville de l'Égypte pharaonique située dans le nome Thinite (VIIIe nome de Haute-Égypte), dans le sud du pays, à 91 km au nord-ouest de Louxor. Placé sur la rive occidentale du Nil et en bordure du désert, ce site archéologique recouvre une superficie de plus de 8 km2. Les vestiges abydéniens sont datés de toutes les phases de l'histoire de l'Égypte antique. Du point de vue religieux, Abydos est le principal lieu de culte d'Osiris, le plus populaire des dieux funéraires. Selon le mythe, le dieu a été dépecé par son frère Seth et les prêtres du lieux se sont vus confiés la garde de la tête d'Osiris conservée dans un reliquaire. Plusieurs lieux de culte sont dédiés au dieu et les vastes cimetières qui se sont développés autour de la ville démontrent le fait, qu'en plus de la population locale, des égyptiens non-locaux ont décidés d'édifier là leurs tombes ou leurs monuments funéraires.

Durant la période prédynastique et la période thinite, Abydos semble principalement fonctionner comme un centre funéraire satellite à la ville de This. L'importance d'Abydos dépasse toutefois le stade de simple centre funéraire régional. Pour preuve, les souverains des Ire et IIe dynasties ont fait le choix de s'y faire inhumer. Par la suite, durant l'Ancien et le Moyen Empire, Abydos se présente comme un centre religieux de grande importance. Les monuments abydéens les plus fameux et les mieux préservés sont datés du Nouvel Empire. Il s'agit du temple funéraire de Séthi Ier et de celui de son fils, Ramsès II. On y a découvert les Tables d'Abydos ; deux listes mentionnant les noms de pharaons allant jusqu'à la XIXe dynastie. Parmi les plus anciens figure l'enceinte funéraire du pharaon Khâsekhemoui (Chounet el-Zébib) et l'enceinte dite du Kom es-Sultan où est localisée la ville ancienne et le principal temple dédié à Osiris. Toutefois, la majeure partie du site demeure cachée par le sable ; un fait qui transparaît dans le nom moderne du lieu : Araba el-Madfuna « Araba l'enterrée ».

Toponyme[modifier | modifier le code]

Abydos est la forme grecque du toponyme égyptien Abdjou. Les Anciens Grecs l'ont ainsi dénommée en référence à la colonie milésienne d'Abydos (Άβυδος / Abudos) située en Troade ; sans doute par rapprochement phonétique. Dans les textes égyptiens, le nom de la ville est souvent accompagné de celui de son nome Ta Our « Grande Terre » dans l'expression Ta-Our Abdjou « Abydos de la Grande Terre ». Au Nouvel Empire, le nom du nome (région) sert parfois à désigner la seule ville pour marquer son importance sur le plan religieux[1]. Dans l'écriture hiéroglyphique égyptienne, le terme Abdjou, en forme longue, s'écrit avec le phonogramme ab qui représente un ciseau ou un poinçon ; le phonogramme b (pied) ; l'idéogramme djou qui représente deux collines encadrant un oued ; le phonogramme ou (poussin de caille) et le déterminatif des noms de lieux habités (respectivement les glyphes U23, D58, N26, G43 et O49 de la classification de Gardiner). En forme courte, les variantes peuvent omettre le phonogramme du poussin, voire les deux phonogrammes du pied et du poussin et remplacer le déterminatif des lieux par celui des nomes qui représente une parcelle de terre cultivée (glyphe N24)[2].


Transcription Hiéroglyphe Traduction
abdjou
U23 D58 N26 G43 O49
Abydos
abdjou
U23 D58 N26 O49
Abydos
abdjou
U23 N26 O49
Abydos
abdjou
U23 N26 N24
Abydos
ta-our
N16 G36
D21
R18
Grande-Terre
ta-our
P5 G36
D21
O49
Grande-Terre
ta-our
R17
Grande-Terre
Hiéroglyphes.

Ville sainte[modifier | modifier le code]

Représentation partielle d'un homme en ronde bosse
Fragment d'une statue colossale découverte à Abydos - XIXe dynastie - Penn Museum.

Durant la période pharaonique de l'Égypte, si Abydos est perçue comme un centre administratif et économique d'une certaine importance, la ville est bien plus imaginée comme une terre sacrée vouée à Osiris, le dieu des morts. Au plan national, le statut de la ville est ambivalent. D'un point de vue politique, Abydos tient le rang d'une simple ville de province. Durant l'histoire, elle n'a jamais égalé le statut prestigieux de villes comme Memphis ou Thèbes. Cependant, dans une perspective plus large — à la fois civilisationnelle, religieuse et culturelle — Abydos surpasse toute les autres villes du pays par sa valeur symbolique et son fort pouvoir émotionnel. Cette ambivalence se reflète dans la richesse de son temple. En termes d'effectifs, de possessions agricoles et de dotations royales, le sanctuaire n'est pas l'égal des grands temples nationaux (Thèbes, Memphis et Héliopolis) mais de ceux des autres temples provinciaux. Malgré ce rang modeste, d'autres indications, surtout les textes funéraires, révèlent que la valeur symbolique du territoire abydénien surpasse celle de toute les autres villes. Pris ainsi, Abydos n'est égalée que par Héliopolis, la ville de , le dieu solaire[3]. Il va de soit que ces textes funéraires, vis à vis d'Abydos, ont connu d'importantes modifications selon les époques. Malgré cela, de très fortes continuités sont décelable. Bien que pour la plupart des Égyptiens, le passage vers l'éternité soit assuré par des rites funéraires locaux, ces rites sont considérés comme équivalents entre eux et, en quelque sorte, intégré dans un processus funéraire d'une portée plus nationale. En ce sens, le défunt navigue vers Abydos qui, en tant que centre cultuel d'Osiris, est le principal accès vers l'Au-delà. Ce monde des morts est à la fois liminal, souterrain et céleste. Ainsi, selon les Textes des Sarcophages, les Égyptiens s'imaginent arriver à Abydos afin de traverser les portails de Geb, le dieu de la terre. Arrivés dans le monde souterrain, ils sont rendus capable d'accéder au ciel étoilé, devenus identique à une étoile circumpolaire. En passant par Abydos, même par un rite symbolique, le défunt s'attend à connaître une bonne destiné post-mortem, la paix dans le cœur, à l'instar d'Osiris[4].

Description générale du site[modifier | modifier le code]

À vol d'oiseau, Abydos est située à 11 km au sud-ouest de la petite ville d'El-Balyana et à 91 km au nord-ouest de Thèbes (Louxor), dans l'actuel Gouvernorat de la Nouvelle-Vallée, en Haute-Égypte. Il s'agit d'un site archéologique considérable où de nombreux vestiges de l'époque pharaonique sont dispersés sur une superficie de plus de 8 km² (800 hectares). Abydos est placée en lisière du Désert Libyque avec la plaine agricole, à environ 15 km du Nil, sur la rive occidentale. De ce fait, la plupart des vestiges sont placés dans les sables du désert tandis que d'autres sont cachés par les alluvions nilotiques. Durant les quatre premiers millénaires avant Jésus-Christ, Abydos a grandement profité des activités architecturales des Anciens Égyptiens. Des temples divins, des temples funéraires, des tombes royales, des cénotaphes et des chapelles ont été édifiées sur son territoire par nombre de pharaons et de particuliers. Comme sur d'autres sites égyptiens, la plupart des vestiges abydéniens ont soit été engloutis par les sables, soit démantelés et recouverts par des constructions ultérieures[5]. De par sa vaste étendue, Abydos se divise en trois grands secteurs archéologiques ; le secteur nord (Abydos-Nord), le secteur central et le secteur sud (Abydos-Sud). Le secteur nord intègre le noyau urbain ancien, le Kom es-Sultan, le temple d'Osiris, la nécropole de Oumm el-Qa'ab, des enceintes funéraires thinites, le cimetière-Nord et le cimetière-Central. Abydos-Sud représente l'expansion maximale du site avec l'aménagement des complexes funéraires des pharaons Sésostris III et Ahmôsis Ier. Placé entre les deux, le secteur central est connu des touristes grâce au fameux Grand Temple d'Abydos, localement le mieux préservé des monuments et aussi connu sous le nom de Temple funéraire de Séthi Ier. Non loin de lui, se trouvent les vestiges non fouillés du temple de Ramsès Ier et la partie inférieure des murs du temple de Ramsès II[6].

Carte du site archéologique d'Abydos figurant les secteurs Nord et Central - 1914.

Secteur nord[modifier | modifier le code]

Centre urbain (Kôm es-Sultan)[modifier | modifier le code]

(Coordonnées géographiques : 26° 11′ 36″ N, 31° 54′ 42″ E)

Vue sur le Kôm es-Sultan à Abydos.

Abydos-Nord est le principal site où sont attestés localement les plus anciennes activités sédentaires humaines. La ville antique est adjacente au village moderne de Beni Mansour (anciennement El-Kerbeh) et s'étend probablement aussi sous lui. Abydos devait probablement se présenter sous la forme d'un kôm (ou ville-colline) culminant à une hauteur de 12 mètres, près du désert. Son aire rectangulaire peut être estimé à environ 300 x 200 m de coté. Il est aussi probable qu'Abydos s'est trouvée ceinte, en partie ou entièrement, d'une épaisse muraille urbaine en briques crues. Un patchwork de constructions de différentes époques (mais ultérieures au Nouvel Empire) ainsi que l'activité des Sebakhin (creusement du sol à la recherche d'engrais naturels) ont fortement perturbé le kôm, à l’exception toutefois de l'angle occidental recouvert par une énorme butte sillonnées de murs appelée du nom arabe de Kôm es-Sultan ou « Coline du Souverain ». En 1902-1903, Flinders Petrie découvre les maigres restes d'habitations des périodes prédynastique et thinite à l'occasion des premières fouilles archéologiques. Toutefois, malgré les nombreuses fouilles entrepris depuis cette époque, la plus grande partie de la ville archaïque demeure recouverte par les vestiges des époques suivantes et en-dessous du niveau actuel de la nappe phréatique[7]. Malgré toutes ces détériorations, Abydos et, plus largement, le nome thinite participent à la compréhension de l'urbanisme égyptien. Durant les temps préhistoriques, le nome est parsemé des nombreux petits hameaux en bordure du désert. Cependant, vers 3000 av. J.-C., on assiste a un glissement des populations vers la plaine nilotique et a un mode d'habitation plus concentré et moins diffus ; Thinis et Abydos sont probablement les deux principales localités[8]. En 1991-1992, des fouilles conduites par David O'Connor et Matthew Adams ont permis de mieux appréhender le centre urbain tel qu'il se présentait durant la fin de l'Ancien Empire, la Première Période Intermédiaire et le début du Moyen Empire[9]. Près du temple tardif, une surface de quelque huit hectares a été décapée et un quartier de neuf logements individuels a été révélé. Les maisons sont construites en briques crues. Malgré une grande différence de taille et de plan interne, la régularité de l'agencement est évidente car chaque maison est orientée d'une manière similaire aux autres. La fonction de beaucoup pièces est déterminée avec précision (boulangerie, parcage des animaux, atelier, etc.). L'habitat est dense. Les maisons sont agglutinées entre elles et certaines partagent des portions de mur. Les ouvertures donnent sur des ruelles étroites et irrégulières, loin du plan orthogonal des villes de pyramide comme à El-Lahoun[10].

Temple d'Osiris-Khentyamentyou[modifier | modifier le code]

Archéologie[modifier | modifier le code]

(Coordonnées géographiques : 26° 11′ 32″ N, 31° 54′ 41″ E)

ruines d'un bâtiment
Vestiges du temple d'Osiris à Abydos lors d'une prospection archéologique. Niveau daté du Nouvel Empire.

Les fouilles conduites par Flinders Petrie au début du XXe siècle ont permis de fixer, avec plus ou moins de précision, la localisation du temple urbain sur le Kôm es-Sultan. Là, des éléments ultérieurs au IIIe millénaire av. J.-C. ont subsisté car la zone cultuelle, bien que souvent rasée et reconstruite au cours du temps, a conservée un niveau de sol inférieur au Kôm environnant. Il a ainsi été possible à Petrie d'étudier la succession des différentes strates après déblaiement du terrain et de constater l'existence de plusieurs séries de structures cultuelles superposées ; chaque structure étant particulièrement bien arasée. La datation de ces bâtiments disparus débute à l'Ancien Empire et se poursuit sous les Moyen et Nouvel Empires pour finir sous la XXVIe dynastie. Immédiatement adjacent, au sud-est, subsistent les vestiges d'un long temple dédicacé à Osiris par le pharaon Nectanébo Ier de la XXXe dynastie. Tous ces structures arasées ont été interprétées par Petrie comme étant les différents états du temple d'Osiris-Khentyamentyou. Cette explication a longtemps été retenue par les égyptologues mais une autre explication s'est fait jour. Pour David O'Connor et d'autres, ces arasements ne concernent pas directement le temple mais plutôt des chapelles funéraires royales sises près du temple. Ces chapelles sont des structures indépendantes du temple et ont abrité des statues royales afin que les souverains défunts participent à la redistribution des offrandes. De ce fait, les strates anciennes du temple d'Osiris, plusieurs fois rasé et reconstruit, reposeraient uniquement sous les vestiges du temple construit par Nectanébo et non pas tout autour de lui[11]. Totalement démantelé, ce temple se présente comme une ruine de surface large de 40 mètres et longue de 116 mètres ; incluant un pylône, une large cour et le sanctuaire proprement dit. Des fouilles récentes (2002-2004) conduites par Michelle Marlar dans la partie arrière de ce bâti semblent confirmer cette seconde interprétation. Les vestiges de deux strates architecturales superposées ont été découverts. La strate supérieure appartient à la XXXe dynastie tandis que la strate plus ancienne appartient selon toute vraisemblance au Nouvel Empire. Un certain nombre d'inscriptions datées des pharaons de la XVIIIe dynastie ont été trouvés sur des blocs réutilisés lors de la seconde phase. Ces blocs proviennent probablement de la strate ancienne, aussi est-il possible de suggérer qu'un temple dédié à Osiris s'élevait là durant cette époque[12].

Bref historique[modifier | modifier le code]

homme agenouillé devant une statue
Statue naophore de Youyou, grand-prêtre d'Osiris en Abydos - XIXe dynastie - Musée du Louvre.

Par le recoupement des différentes découvertes archéologiques et épigraphique réalisées depuis plus d'un siècle et demi sur Abydos et ailleurs, il est possible de reconstituer, dans les grandes lignes, l'histoire du temple abydénien. Aux époques prédynastique et thinite, le temple est dédié au dieu canin Khentyamentiou « Celui qui préside aux Occidentaux » (c'est-à-dire aux morts). Il s'agit d'une divinité psychopompe dont le rôle est d’accueillir les défunts à l'ouest du Nil, là où meurt chaque soir le soleil. Vers la fin de l'Ancien Empire, avec l'apparition du culte d'Osiris sous la Ve dynastie, l'antique Khentyamentyou commence à être assimilé à cette nouvelle divinité funéraire[13]. Il est probable que le temple construit durant l'Ancien Empire (sous la Ve ou la VIe dynastie) traverse toute la Première Période Intermédiaire sans être reconstruit. D'une manière générale, ce genre d'initiative royale est plutôt rare durant cette période de fragmentation politique. Après la réunification du royaume par Montouhotep II, lui et son successeur Montouhotep III font édifier des chapelles funéraires dans les parages de l'ainsi dénommé « temple d'Osiris-Khentyamenyou ». Peu après les débuts de la XIIe dynastie, l'ancien temple est rasé et entièrement reconstruit à neuf au même endroit. Ce fait est indirectement confirmé par des stèles érigées par des courtisans de Sésostris Ier[14]. Plus tard, le pharaon Khendjer (XIIIe dynastie) affirme avoir fait nettoyer et rénover le temple reconstruit par son lointain prédécesseur en rafraîchissant la décoration pariétale. Cet édifice remanié parvient indemne jusqu'au début de la XVIIIe dynastie ; époque où il est à nouveau rasé et reconstruit. De nombreux fragments de statues et de reliefs confirment les pieuses activités des souverains du Moyen Empire ; Sésostris Ier, Sésostris II, Amenemhat III mais aussi les plus obscurs Néferhotep Ier, Khendjer et Sobekhotep IV. Des officiels de haut rang sont envoyés en Abydos sur ordre royal afin de faire profiter le temple de riches dotations à l'occasion des mystères ; comme le confirme des stèles du genre de celle d'Ikhernofret[15].

Il est fort probable que l'édifice daté du Moyen Empire a été rasé et reconstruit dans les débuts du Nouvel Empire. Pour autant, aucun renseignement textuel est connu jusqu'à présent. Cependant, il est certain que le sanctuaire continue à bénéficier des largesses royales notamment sous les règnes d'Amenhotep Ier, Thoutmôsis Ier, Thoutmôsis III, Thoutmôsis III et Amenhotep III[16]. Le temple du Nouvel Empire existe probablement toujours quand il est remanié sous la XXVIe dynastie avant d'être totalement reconstruit sous les pharaons Nectanébo Ier et Nectanébo II de la XXXe dynastie[17].

Oumm el-Qa'ab[modifier | modifier le code]

Nécropole royale[modifier | modifier le code]

(Coordonnées géographiques : 26° 10′ 30″ N, 31° 54′ 28″ E)

Article connexe : Oumm el-Qa'ab.
image aérienne sur les sables du désert
Plan du Cimetière B à Abydos.

Le toponyme arabe de Oumm el-Qa'ab désigne un lieu désertique situé à moins de 2 km au sud du Kom es-Sultan. Ce nom signifie la « mère des cruches brisées » en raison des abondants tessons de poterie qui jonchent le sol. Des fouilles archéologiques sont menées dès 1895-1898 par Émile Amélineau puis en 1899-1900 par Flinders Petrie. Ces recherches ont mis en évidence un important cimetière royal daté des périodes prédynastique et thinite. L'endroit a été pillé dès l'Antiquité mais un échantillon significatif du contenu d'origine des tombes a toutefois été retrouvé[18]. Certaines de ces tombes sont ainsi identifiées comme étant les sépultures des plus anciens pharaons de la période historique. Les fouilles conduites à partir de 1973 par Günter Dreyer de l'Institut archéologique allemand ont augmenté la compréhension du site. Il apparaît que ce cimetière royal s'est développé dès la période Nagada I, aussi l'histoire de la nécropole de Oumm el-Qa'ab couvre la majeure partie du IVe millénaire av. J.‑C. Des preuves mettent en évidence la richesse croissante et la complexification de la société durant la fin de la période prédynastique. Un pouvoir politique fort émerge puis culmine sous la forme de la monarchie pharaonique en association avec une administration étatique centralisée (début de la période dynastique, vers 3100 av. J.-C.). Dans le Cimetière U, des tombes royales datées des périodes Nagada II et Nagada III mettent en avant une société stratifiée et hiérarchisée et l'existence d'un pouvoir royal qui contrôle des ressources économiques considérables. Tirées hors de la plus grande de ces sépulture (tombe U-J datée de la période Nagada IIIa), des étiquettes de poteries sont les plus anciennes preuves de l'utilisation de l'écriture hiéroglyphique égyptienne. Durant la période thinite, Oumm el-Qa'ab est le lieu d'inhumation des premiers pharaons (Cimetière B). Tous les souverains de la Ire dynastie (Iry-Hor, Ka, Narmer, Hor-Aha, Djer, Djet, Merneith (reine), Den, Adjib, Sémerkhet et ), ainsi que deux souverains de la IIe dynastie (Péribsen et Khâsekhemoui) ont été enterrés à Abydos. Ce fait met en évidence la continuité dynastique des rois du prédynastique (Dynastie 0) avec leurs successeurs de la période dynastique. Les tombes royales thinites sont toutefois plus grandes que celles du prédynastique. Typiquement, ces dernières consistent en une chambre funéraire centrale entourée par des salles d'entrepôts d'offrandes et des chambres sépulcrales subsidiaires. Ces tombes sont souterraines avec un petit monticule et des stèles verticales pour marquer leur localisation[19].

Tombe d'Osiris[modifier | modifier le code]

Article principal : Osiris.
Osiris fécondant Isis - statue en basalte - XIIIe dynastie.

Le lieu d'inhumation des pharaons thinites d’Oumm el-Qa'ab est la principale raison du développement ultérieur de la réputation de sainteté d'Abydos. Dès l'Ancien Empire, Abydos est perçue comme étant le lieu d'inhumation du dieu Osiris, le souverain de l'Au-delà. À la fin de cette époque, Osiris fusionne avec le dieu abydéen Khentyamentyou pour devenir Osiris-Khentyamentyou durant la Première Période intermédiaire. Au début du Moyen Empire, il est attesté que la tombe de Djer est un lieu de pèlerinage en tant que tombeau du dieu Osiris lui-même. Ce fait est attesté par une impressionnante statue en basalte découverte par Émile Amélineau en 1899. Elle représente Osiris couché sur son lit funéraire et fécondant sa compagne Isis transformée en oiseau posée sur son phallus. La statue est dédicacée par le pharaon Khendjer de la XIIIe dynastie et a probablement été utilisée à des fins cultuels jusqu'à la Basse Époque[20]. D'après le texte de la Stèle d'Iykhernofret (XIIe dynastie), il apparaît que chaque année, une procession s'ébranle depuis le temple d'Osiris-Khentyamentyou afin de raviver le mythe osirien. Les participants rejouent le meurtre du dieu par son frère Seth, ainsi que ses funérailles et sa revivification en tant que souverain du monde des morts. Lors de la procession, une statue d'Osiris est convoyée à bord de la barque sacrée Neshmet, depuis le temple, pour cheminer le long d'un oued désertique afin d'arriver à Oumm el-Qa'ab. Les offrandes présentées à Osiris par les croyants, plus particulièrement sous le Nouvel Empire et les époques ultérieures, ont causé la formation de monticules de poteries qui ont donné au lieu le nom arabe de « mère des cruches »[19].

Enceintes funéraires thinites[modifier | modifier le code]

Gigantesques enclos en briques[modifier | modifier le code]

(Coordonnées géographiques : 26° 11′ 23″ N, 31° 54′ 30″ E)

mur en brique dans le désert
Vestiges de l'enceinte funéraire de Khâsekhemoui - IIe dynastie - Abydos.

Durant la période thinite, d'une manière non systématique, la tombe royale est mise en relation avec une enceinte funéraire monumentale. Contrairement aux tombes, ces structures closes ne sont pas édifiées à Oumm el-Qa'ab mais en un endroit adjacent au Kom es-Sultan, sur le bas-plateau, à une distance de 250 mètres du temple de Khentyamentyou. Après les premières fouilles de Flinders Petrie, ces enclos ont été réexaminés par l'équipe de David O'Connor (à partir de 1986) dans le cadre de l’Abydos Early Dynastic Project[21]. Une dizaine d'enceintes sont à présent renseignées par l'archéologie. Chacune d'elles se présente comme une large structure architecturale de forme rectangulaire, en briques d'argile et employant le style de la « façade de palais » (murs à niches). À l'instar des tombes pharaoniques, elles aussi sont entourées par des tombes subsidiaires pour les serviteurs royaux. Le pharaon Aha s'est fait construire trois monuments de ce type ; un pour lui et probablement les autres pour ses deux épouses. Ces trois constructions sont les plus modestes du groupe. La plus grande occupe une surface de seulement 0,07 hectares. Par comparaison, le monument de Djer, son successeur immédiat, s'étend sur 0,52 hectares[22]. Pour cette même Ire dynastie, sont aussi attestées les enceintes du pharaon Djer et de la reine Merneith, une enceinte restée anonyme (0,25 ha)[23] et l'enceinte dite du mastaba occidental. À côté de cette dernière, les fouilles ont permis le dégagement de quatorze barques cérémonielles enfouies dans des fosses. Pour la IIe dynastie, existent les enceinte de Péribsen et Khâsekhemoui. Cette dernière est la plus vaste (1,04 hectares) et la mieux préservée. Elle est connue sous le nom arabe de Shunet ez-Zebib « L'entrepôt des raisins ». Ses dimensions sont de 133,5 mètres de long pour 77,5 mètres de large avec une hauteur de mur de onze mètres[24]. Longtemps considérée comme faisant partie du groupe, l'enceinte antique du village copte de Deir Sitt Damiana ne semble toutefois pas avoir été construite à la même époque, tant la qualité et la taille des briques diffèrent de celles des autres constructions[25].

Hypothèses sur la fonction des enclos[modifier | modifier le code]

Vestiges de l'enceinte de Khâsekhemoui (mur à redans) - IIe dynastie - Abydos.

La fonction des enceintes n'est pas encore connue avec certitude mais elles ont probablement joué un rôle rituel ponctuel lors de l'inhumation royale puis sur le long-terme lors du culte mémoriel. En 1957, Jean-Philippe Lauer propose d'y voir des simulacres d'entrepôts ou de greniers pour les serviteurs inhumés tout autour[26]. En 1966, Barry Kemp pense qu'il s'agit de palais funéraires, les lieux de résidence du Ka (énergie vitale) des pharaons défunts[27]. Cette seconde proposition fait consensus dans le milieu universitaire allemand. Aussi, les égyptologues germanophones n'hésitent pas à désigner le lieu où se trouvent ces enclos sous le terme de Talbezirque, « endroit de la vallée » ; une référence assumée avec les temples funéraires de le vallée thébaine (Nouvel Empire) dont les enclos thinites serait la préfiguration. Cependant, d'autre interprétations sont possibles. Tout en admettant que ces enclos étaient effectivement destinés aux pharaons défunts, Dieter Arnold suggère en 1997 d'y voir des forteresses divines plutôt que des palais royaux. De pareilles enceintes ont aussi été édifiées à Hiérakonpolis et à Héliopolis. Il est possible de conjecturer qu'il s'y déroulaient des cérémonies annuelles présidées par le pharaon. Les statues divines de tout le pays étaient tirées hors des temples puis convoyées en barque pour être amenées devant lui. Concomitamment, ces mêmes barques convoyaient les prélèvements fiscaux que les provinces devaient à la monarchie centrale. De plus, ces hauts enclos, outre la conservation des richesses monarchiques, avaient peut-être aussi pour fonction de servir d'arène lors de rituels sanglants, comme le massacre de prisonniers de guerre ou d'animaux sauvages[28].

Cimetières abydéniens[modifier | modifier le code]

Pierre cintrée couverte de dessins et de hiéroglyphes
Stèle abydéenne de Bébi - XIIIe dynastie - Museo Civico Archeologico (Bologne).

À partir de la fin de l'Ancien Empire, le temple et le culte d'Osiris-Khentyamentyou favorisent le développement d'importants cimetières situés immédiatement à l'ouest du Kom es-Sultan et le long de la route processionnelle vers Oumm el-Qa'ab (Cimetière-Nord et Cimetière-Central). Plusieurs égyptologues y ont conduits des campagnes de fouilles dont Auguste Mariette en 1858, John Garstang en 1898-1899, Flinders Petrie avant 1900, Thomas E. Peet entre 1909 et 1913 et Henri Frankfort en 1925-1926. Les innombrables artéfacts dégagés lors de ces recherches constituent un très important fond d'objets funéraires et remplissent les collections muséales à travers le monde entier[19]. Le cimetière-Nord se situe près des enceintes funéraires thinites. Il se développe à partir du Moyen Empire puis durant les périodes suivantes. Une grande zone, associée au culte d'Osiris, est adjacente au côté occidental du Kom es-Sultan. Là, d'importants groupements de tombes et de chapelles votives privées (cénotaphes) ont été édifiés à partir du Moyen Empire. Ces chapelles ont pour but d'associer la destinée post-mortem du défunt à celle du dieu Osiris. Cette zone est connue par les inscriptions égyptiennes comme étant la « Terrasse du Grand Dieu » (roud en netjer aâ). Cette même zone a livrée un nombre important de stèles et de statues ; plus particulièrement durant les fouilles conduites durant la seconde partie du XIXe siècle par Auguste Mariette, Gaston Maspéro et l'antiquaire Giovanni Anastasi. Le Cimetière-Central s'étend au sud de la voie processionnelle et se développe dans les débuts de l'Ancien Empire. Flanquée au nord et au sud par ces deux cimetières, la voie processionnelle est protégée par des décrets pharaoniques afin d’empêcher la prolifération de ces tombes privées. Au Moyen Empire, une série de stèles royales est érigée au terme de la voie afin de donner une ligne de démarcation au chemin sacré. Plus tard, sous la XVIIIe dynastie, Thoutmôsis III fait construire une chapelle en pierre calcaire ; là aussi, sans doute, afin de matérialiser le trajet[29].

Cimetière-Central[modifier | modifier le code]

Le Cimetière-Central se développe à partir des Ve et VIe dynasties. Il s'étale sur une haute colline désertique, non loin de l'angle méridional de la cité d'Abydos. Ce lieu d'inhumation est particulièrement considérable car les fouilles ont révélé des centaines de tombes de particuliers. Le point le plus élevé est notamment occupé par une série d'importants mastabas. Ces grandes tombes appartiennent à l'élite de la société égyptienne. Il ne s'agit pas des gouverneurs du nome (qui ont fait le choix de se faire ailleurs) mais des officiels du gouvernement central ; tels les vizirs Ouni et Djaou[30]. La présence de ces tombes suggère la situation privilégiée de la nécropole d'Abydos à cette époque. De plus, les centaines de petites tombes aménagées tout autour des mastabas reflètent le fait qu'un nombre assez substantiel de personnels était nécessaire à l'édification des tombes de l'élite mais aussi à l'accomplissement du culte funéraire. Le prestige de ces mastabas s'est maintenu longtemps. Certains ont dans leurs environs des chapelles votives datées du Moyen Empire mais aussi de grandes tombes de l'époque saïte[31]. En son temps, Auguste Mariette a localisé le mastaba de Ouni. Durant 140 ans ce monument a été oublié puis a été redécouvert par l'équipe de Janet Richards dans la fin des années 1990.

Secteur central[modifier | modifier le code]

Temple de Séthi Ier[modifier | modifier le code]

Deuxième salle hypostyle du temple funéraire de Séthi Ier - XIXe dynastie - Abydos.

Le temple funéraire de Séthi Ier, aussi connu sous le nom actuel de « Grand Temple d'Abydos », est construit sur un terrain situé un kilomètre au sud du Kom es-Sultan en bordure immédiate du village moderne d’El-Araba el-Madfouna. Son nom égyptien est « Auguste temple des millions d'années du Roi de Haute et Basse Égypte Menmâatrê »[32]. Ce temple est l'édifice daté du Nouvel Empire le mieux préservé à Abydos. Il est aussi celui le mieux connu du grand public et des touristes. Sa spécificité, unique en ancienne Égypte, est son plan en « L » inversé. Les deux cours, les deux salles hypostyles et la plupart des sanctuaires (sept chapelles) se succèdent selon un axe nord-est/sud-ouest tandis que les salles consacrées aux barques et à la préparation des offrandes s'organisent dans une aile édifiée au sud-est du temple[33]. Les sept sanctuaires sont voués au culte de Séthi, Ptah, Rê-Horakhty, Amon-Rê, Osiris, Isis et Horus. Le premier sanctuaire, dédié au roi lui-même, célèbre sa déification en tant que souverain mort ayant atteint l'éternité. Une autre particularité du temple est le complexe osirien situé tout au fond, derrière les sept chapelles et uniquement accessible par la chapelle d'Osiris. Dans l'aile, le mur d'un long couloir comporte la liste des prédécesseurs de Séthi sur le trône. Cette liste, connue sous le nom de « Table d'Abydos », recense les noms de 75 pharaons inscrits dans des cartouches. Le temple, construit en pierre calcaire, se trouve placé dans une enceinte de briques d'argile (230 x 280 m) dont certains tronçons sont encore perceptible. Dans le coin formé par le « L » inversé se distinguent les vestiges d'un pseudo-palais bordé par d'imposants entrepôts. Malgré le bon état de conservation du temple, certaines parties sont réduites à peu de choses comme les éléments architecturaux des deux cours ; notamment le pylône et le premier portique[34]. Le temple est l'exemple le plus spectaculaire de l’intérêt royal porté envers Abydos et Osiris. Le message spirituel de l'édifice est complexe et reflète une théologie où le roi mort est totalement assimilé à Osiris. Le temple de Séthi n'a pas vocation à éclipser le temple abydénien d'Osiris-Khentyamentyou (il s'agit d'un temple royal et non pas d'un temple divin) mais, plutôt, de fonctionner en complémentarité avec lui lors des mystères annuels. Le message véhiculé par la décoration pariétale est que le souverain, de son vivant, fut le zélé serviteur d'Osiris et, qu'une fois mort, totalement assimilé à Osiris, il est le souverain du cosmos duquel dépendent toutes les autres divinités[35].

Osiréion[modifier | modifier le code]

Article connexe : Osiréion.
ruines inondées
Vestiges de l'Osiréion - XIXe dynastie - Abydos.

Situé dans l'enceinte et derrière le temple funéraire de Séthi Ier, l'Osiréion est une structure architecturale souterraine imaginée comme la tombe symbolique ou un cénotaphe du dieu Osiris. Ce monument est fouillé en 1902-1903 par Margaret Murray en collaboration avec Flinders Petrie. Un ostraca découvert in-situ lui donne le nom de « Bénéfique est Menmâatrê à Osiris ». La structure, à présent éventrée et inondée, présente une salle centrale encadrée par deux vestibules. L'entrée, située au nord-ouest est accessible par un corridor souterrain long de 80 mètres. Il est généralement avancé que dans son état initial, la structure devait être recouverte par une colline artificielle, image de la butte primordiale émergeant hors du Noun lors de la Création[36]. Il est cependant aussi possible d'imaginer une enceinte archaïque à redans comme le fait Claude Traunecker en établissant un parallèle avec le cénotaphe osirien situé au cœur de la gigantesque tombe de Padiamenopé (TT33)[37]. La chambre principale contient une plateforme centrale encadrée par dix piliers monolithiques en pierre granitique rouge. Ces derniers devaient sans doute suporter une voûte. La plateforme est entourée par des canaux inondable et est accessible par deux escaliers. Ceci fait que la plateforme évoque une île. Comme le niveau de la nappe phréatique a monté, tout l'intérieur de l’Osiréion est maintenant inondé et inaccessible au public. Le style de l'architecture est intentionnellement archaïsant et imite l'architecture monolithique de la IVe dynastie. Ceci, sans doute, pour fournir une structure funéraire appropriée à Osiris[38]. Le programme décoratif, inachevé, reprend des passages du Livre des Morts, des Litanies de Rê, du Livre des Cavernes, du Livre des Portes et du Livre du Jour[39].

Temple de Ramsès II[modifier | modifier le code]

(Coordonnées géographiques : 26° 11′ 11″ N, 31° 54′ 59″ E)

Bâtiment qui a perdu sa toiture
Vestiges de la deuxième salle hypostyle du temple de Ramsès II.

Le temple funéraire de Ramsès II est situé à environ 300 mètres au nord de celui de son père Séthi Ier. Les inscriptions antiques lui attribuent les noms de « Temple de Ramsès-Méryamon qui est associé au nome de Ta-Our » et de « Temple des millions d'années qui est en Abydos ». Ensablé, le temple est partiellement dégagé par Auguste Mariette qui produit en 1880 une première description[40]. Pour disposer d'une interprétation plus précise, l'édifice est entièrement dégagé dans les années 1970 par l'équipe de Klaus Peter Kuhlmann[41]. Le temple n'est pas totalement préservé car il a perdu l'intégralité des parties hautes de ses murs. Les parties basses laissent toutefois voir une décoration des plus remarquable. La pierre calcaire, d'une fine qualité, a été sculptée avec soin et les reliefs ont été rehaussés par des couleurs souvent assez bien conservées. Son architecture est classique et son plan suit ceux des temples funéraires thébains. Un premier pylône (détruit) précède une grande cour, puis un second pylône est suivi d'une cour à piliers (péristyle). Après un portique, deux salles hypostyles, entourées de salles annexes, précèdent un sanctuaire composé de trois chapelles, la chapelle centrale étant consacrée à Osiris[42]. Dès 1818, l'explorateur William John Bankes découvre dans les vestiges une liste royale qu'il fait transporter en Angleterre et exposée au British Museum depuis 1837[43]. À l'instar du temple paternel, le temple de Ramsès participe aux festivités abydéennes en l'honneur d'Osiris. Lors d'une procession, le reliquaire contenant la tête du dieu et des barques sacrées y sont convoyées afin de leur présenter des offrandes[44].

Secteur sud[modifier | modifier le code]

Complexe funéraire de Sésostris III[modifier | modifier le code]

(Coordonnées géographiques : 26° 10′ 17″ N, 31° 55′ 27″ E)

statue cassée d'un homme
Tête de Sésostris III trouvée en Abydos - British Museum.

Durant le Moyen Empire, Abydos s'étend vers le Sud par la construction du complexe funéraire de Sésostris III (XIIe dynastie). Situé à 2,4 km du temple d'Osiris, le complexe prend place entre les falaises du désert et les terres cultivables de la plaine alluviale. Il se compose de deux éléments architecturaux distants de 700 m ; une tombe souterraine et un temple funéraire. Le culte en l'honneur du pharaon se maintient durant tout le Moyen Empire et cesse au cours de la Deuxième Période Intermédiaire. La découverte du complexe remonte à 1899 quand David Randall-MacIver met au jour le temple funéraire près de la zone cultivable. En 1902, Arthur Weigall le met en relation avec un enclos de briques en forme de T se trouvant près des falaises. Des aménagements souterrains y sont détectés puis fouillés en 1903 par Charles Trick Currelly. Dans les années 1990-2010, de nouvelles excavations conduites par Josef W. Wegner ont permis de mieux appréhender ce complexe. L'enclos de la tombe forme une large esplanade d'une surface d'environ 18 000 m2. Son mur en brique crue est épais de 2,5 m et certaines parties sont préservées sur 3 m de hauteur. Dans la partie arrière de cet enclos s'ouvrent une galerie souterraine longue de 170 m et creusée à 25 m de profondeur[45]. Il s'agit de la plus grande tombe royale datant du Moyen Empire et aussi le premier exemple d'une tombe délibérément cachée. Aucune superstructure (de type pyramidal ou autre) ne vient la recouvrir et il est possible que l'entrée ait été dissimulée par des gravats. Toutefois, à l'arrière de l'entrée, s'élève une colline naturelle de forme vaguement symétrique et pyramidale, la « Montagne d'Anubis »[46]. Le culte mémoriel ne se déroule pas près de la tombe mais dans le temple funéraire situé dans la vallée, le Nefer-Ka ou « Ka parfait ». Ce bâtiment est à présent entièrement arasé. Construit en pierre calcaire, il comprenait plusieurs salles cultuelles ainsi qu'une cour péristyle et s'intégrait dans une structure plus vaste en briques crues avec des entrepôts de stockage et des habitations[47].

Ouah-Sout (ville des prêtres)[modifier | modifier le code]

Le complexe funéraire de Sésostris III est complété par une ville destinée à loger les prêtres et tout le personnel concerné par le culte funéraire. Grâce à des empreintes de sceaux, le complexe royal et sa ville sont connus par leur nom égyptien de Ouah Sout Khâkaouré maâ kherou en Abdjou, c'est-à-dire « Durables sont les fondations de Khâkaourê, justifié, en Abydos ». Le site urbain a été planifié par l'État et mis en œuvre par les architectes royaux contemporains à l'établissement du temple. Le temple et la ville sont séparés de 300 m et l'espace entre les deux a sans doute été occupé par des installations agricoles, artisanales et des lieux de stockage. Comme la ville de Lahoun du complexe pyramidal de Sésostris II, Ouah Sout est organisée selon un plan orthogonal (≈ 400 x 400 m). Les rues sont rectilignes et se coupent à angle droit. Cependant et contrairement à Lahoun, Ouah-Sout ne s'est pas abritée derrière un mur d'enceinte. Les quartiers ont des dimensions standardisées de 100 coudées de long, tandis que les rues sont larges de 5 coudées[48]. Les maisons sont des logements de fonction et correspondent aux besoins d'une administration permanente. Seul le quartier des élites est renseigné par l'archéologie car les logements des personnels subalternes restent encore à être découvert. Le per-haty ou villa du gouverneur est la plus grande construction (53 x 85 m). Elle prend l'aspect d'un palais, à la fois résidentiel et administratif, avec une résidence centrale, des halls à colonnes et des cours. Adjacents à ce palais gouvernoral, au moins 24 autres grands logements ont été recensés (28 x 32 m). Disposés en blocs de quatre, chacun d'eux se compose d'une résidence centrale et d'une cour à colonnes tournée vers le nord[49]. Le culte rendu à Sésostris III cesse vers la fin de la XIIIe dynastie. Cependant, la ville continue à exister. Des éléments archéologiques indiquent que la ville est toujours occupée au début du Nouvel Empire. Des sceaux mentionnant des noms royaux datés de la XIIIe dynastie ont été découverts à Ouah-Sout. Parmi eux, apparaît le nom du pharaon Merneferrê Aÿ, considéré comme le dernier souverain de cette dynastie à avoir entrepris des activités architecturales en Haute et Basse-Égypte avant la partition du royaume en plusieurs entités politiques distinctes. Un autre sceau mentionne le nom d'un pharaon de la XVIIe dynastie. Cette indication tend à prouver que la ville est toujours en activité au cours de la Deuxième Période Intermédiaire. Cette preuve est, en outre, corroborée par des poteries et des sources écrites. Une grande quantité de tessons datant de la Deuxième Période Intermédiaire et du début du Nouvel Empire ont été découverts dans les vestiges de certains logements. De plus, dans la tombe thébaine du vizir Rekhmirê (règne de Thoutmôsis III), le nom de Ouah-Sout est mentionné comme faisant partie des villes devant payer des taxes au gouverneur de Thèbes[50].

Complexe pyramidal d'Ahmôsis Ier[modifier | modifier le code]

(Coordonnées géographiques : 26° 10′ 30″ N, 31° 56′ 16″ E)

Article connexe : pyramide d'Ahmôsis.
image par ordinateur
Schéma du complexe pyramidal d'Ahmôsis.

À quelques 800 mètres au sud-est du complexe de Sésostris III, s'élèvent les vestiges du complexe pyramidal d'Ahmôsis Ier, le fondateur de la XVIIIe dynastie. Le complexe, connu sous le nom de Khâ-Menou « Apparition du mémorial », comprend quatre éléments architecturaux différents distribués le long d'un axe vertical compris entre les falaises du désert et la plaine alluviale. L'ensemble a été fouillé pour la première fois par Arthur Mace et Charles Currely entre 1899 et 1902 puis par Stephen Harvey en 1993, 1996 et 2002[51]. Le premier élément est la pyramide érigée aux abords des cultures. Selon les connaissances archéologiques actuelles, il s'agit de la dernière pyramide royale construite en Égypte[52]. La pyramide d'Ahmôsis n'a pas résisté à l'épreuve du temps car de conception médiocre (un remblai sablonneux recouvert d'un parement en pierre calcaire). Il ne reste de l'édifice plus qu'un amas informe haut d'une dizaine de mètres de haut pour une élévation initiale estimée à 49,5 m. Placé directement devant la pyramide, le temple funéraire est entièrement arasé (57 x 48 m). Le sanctuaire se voyait précédé d'une cour rectangulaire (29,5 x 13,5 m) ouverte par un épais pylône. L'ensemble devait être richement décoré au vu de nombreux fragments peints retrouvés sur le site (scènes de batailles, ciel étoilé)[53]. Les restes d'un petit monument consacré à la reine Ahmès-Néfertary ont aussi été remarqués. Tout à l'opposé, le deuxième élément architectural est un temple en terrasses érigé en bordure d'une colline désertique. Long de 104 m, le temple en calcaire a été détruit par les chaufourniers et il ne reste plus que ses fondations. Sa fonction précise est inconnue. Devant ce temple est situé le troisième élément, une longue tombe souterraine et courbe, accessible par un profond puits circulaire et, à mi-longueur, avec une salle à 18 piliers. Le quatrième élément est situé à mi-chemin entre la pyramide et le temple-terrasse. Il s'agit d'un petit édifice érigé en l'honneur de Tétishéri, la grand-mère du pharaon[54]. Le complexe cultuel est desservi par des prêtres logés dans une petite cité de plan orthogonal localisée à l'ouest de la pyramide, près de Ouah-Sout, la cité de Sésostris[55]. Aucun mobilier funéraire et restes humains n'ayant été découverts dans la tombe, il est peu probable qu'Ahmôsis fut inhumé à Abydos. Le complexe aurait alors eu la valeur d'un cénotaphe dans le domaine abydénien d'Osiris[56].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Montet, Géographie de l'Égypte ancienne, Paris, 1961, Deuxième partie, Nome VIII.
  2. Maria Carmela Betrò, Hiéroglyphes : Les mystères de l'écriture, Paris, 1995, passim. Yvonne Bonnamy et Ashraf Sadek, Dictionnaire des hiéroglyphes, Arles, 2010, p. 13.
  3. O'Connor 2011, p. 71-73.
  4. O'Connor 2011, p. 173.
  5. o'Connor 2011.
  6. Wegner 2001.
  7. Kemp 1975, p. 29.
  8. O'Connor 2011, p. 75.
  9. O'Connor 2011, p. 83-85.
  10. Moeller 2016, p. 239-241.
  11. O'Connor 2011, p. 80-81.
  12. Michelle Marlar, The Osiris Temple at Abydos: An archaeological investigation of the architecture and decorative elements of two temple phases, New-York University, 2009, 389 pages.
  13. Jean-Pierre Corteggiani, L'Egypte ancienne et ses dieux, Paris, 2007, page 262.
  14. Favry 2009, p. 189, O'Connor 2011, p. 88.
  15. O'Connor 2011, p. 89.
  16. Aufrère, Golvin et Goyon 1991, p. 36, O'Connor 2011, p. 112-113.
  17. O'Connor 2011, p. 128-129.
  18. Midant-Reynes 2003, p. 224-225.
  19. a, b et c Wegner 2001, p. 9.
  20. O'Connor 2001, p. 89-90.
  21. O'Connor 2011, p. 162.
  22. O'Connor 2011, p. 163, 165.
  23. O'Connor 2011, p. 166.
  24. O'Connor 2011, p. 159.
  25. O'Connor 2011, p. 166 §.3.
  26. Jean-Philippe Lauer, « Évolution de la tombe royale égyptienne jusqu'à la pyramide à degrés », MDAIK 15, 1957, p. 148-165.
  27. Midant-Reynes 2003, p. 231-233 et Barry Kemp, « Abydos and the Royal Tombs of the First Dynasty », JEA 52, 1966, p. 12-22.
  28. (en) Dieter Arnold, « Royal Cult Complexes of the Old and Middle Kigdoms », Temples of Ancient Egypt, Cornell University Press,‎ , p. 31-85.
  29. Wegner 2001, p. 9-10.
  30. O'Connor 2011, p. 76-77.
  31. O'Connor 2011, p. 77.
  32. Obsomer 2012, p. 46.
  33. Masquelier-Loorius 2013, p. 134-135.
  34. Tonic 2010, p. 10-157.
  35. O'Connor 2011, p. 43-45.
  36. Aufrère, Golvin et Goyon 1991, p. 43-44.
  37. Les travaux récents dans la tombe du prêtre-lecteur Padiamenopé (XXVIe dynastie) ont révélé que ce monument était conçu non seulement comme un conservatoire des textes anciens, mais également comme un lieu de pèlerinage. Au sein de la tombe, le cénotaphe osirien serait la reproduction du monument abydénien actuellement disparu. Ainsi, les fidèles de Thèbes avaient la possibilité d’honorer Osiris selon les rites abydéniens, sans quitter leur ville. Cf: Annie Gasse, Florence Albert, Silvia Einaudi, Isabelle Régen, Claude Traunecker « La Thèbes des morts. La dynamique thébaine dans les idées égyptiennes de l’au-delà », ENIM 8, 2015, p. 58-66.
  38. Wegner 2001, p. 11.
  39. Masquelier-Loorius 2013, p. 141-143.
  40. Mariette 1880, p. 5-25 et planches 2-20.
  41. K.P. Kuhlmann, « Der Tempel Ramses II. in Abydos », MDAIK 35 (1979) et MDAIK 38 (1982).
  42. Obsomer 2012, p. 332-340.
  43. (en) The British Museum, « temple-relief / king-list », sur www.britishmuseum.org,‎ (consulté en 12 févier 2017)
  44. Obsomer 2012, p. 334.
  45. Tallet 2015, p. 240-241.
  46. Collectif 2014, Josef Wegner, « Le complexe funéraire de Sésostris III à Abydos », p. 108-113.
  47. Collectif 2014, p. 112-113.
  48. Daniel Soulier, Villes et citadins au temps des pharaons, Perrin, 2002, p. 117-118.
  49. Collectif 2014, Josef Wegner, « La ville de Ouah-Sout », p. 140-141.
  50. Moeller 2016, p. 296.
  51. Barbotin 2008, p. 115.
  52. Ceci malgré le fait qu'une stèle, trouvée dans l'aire du temple d'Osiris-Khentyamentyou, attribue une pyramide abydéenne à Thoutmôsis Ier (O'Connor 2011, p. 105).
  53. Barbotin 2008, p. 117-121.
  54. Barbotin 2008, p. 125-127.
  55. Barbotin 2008, p. 128.
  56. Barbotin 2008, p. 129-130.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sydney Aufrère, Jean-Claude Golvin et Jean-Claude Goyon, L'Égypte restituée, Paris, Édition Errance, (ISBN 2877720632), « De l'aube thinite aux cultes de Khentymentyou et d'Osiris », p. 27-48.
  • Christophe Barbotin, Âhmosis et le début de la XVIIIe dynastie, Paris, Pygmalion, , 295 p. (ISBN 9782857048602).
  • (en) Barry J. Kemp, « Abydos », Lexikon der Ägyptologie - Band I (A - Ernte), Wiesbaden,‎ , p. 28-41.
  • collectif, Sésostris III - Pharaon de Légende : Catalogue de l'exposition au Palais des beaux-arts de Lille, Gand, Snoeck, , 308 p. (ISBN 9784616115747).
  • Nathalie Favry, Sésostris Ier et le début de la XIIe dynastie, Paris, Pygmalion, (ISBN 9782756400617), « Abydos et les Mystères d'Osiris », p. 184-195.
  • Auguste Mariette, Abydos : Description des fouilles, t. 1, Paris, (lire en ligne).
  • Auguste Mariette, Abydos : Description des fouilles, t. 2, Paris, (lire en ligne).
  • Julie Masquelier-Loorius, Séthi Ier et le début de la XIXe dynastie, Paris, Pygmalion, , 489 p. (ISBN 9782756400587).
  • Béatrix Midant-Reynes, Aux origines de l'Égypte : Du Néolithique à l'émergence de l'État, Paris, Fayard, , 441 p. (ISBN 2702884474).
  • (en) Nadine Moeller, The Archaeology of Urbanism in Ancient Egypt: From the Predynastic Period to the End of the Middle Kingdom, Cambridge University Press, , 450 p. (ISBN 9781107079755, lire en ligne).
  • Claude Obsomer, Ramsès II, Paris, Pygmalion, , 558 p. (ISBN 9782756405889).
  • (en) David O'Connor, Abydos : Egypt's First Pharaohs and the cult of Osiris, Londre, Thames & Hudson, , 216 p. (ISBN 9780500289006).
  • (en) William Matthew Flinders Petrie, Abydos (part. 1), Londres, , 259 p. (lire en ligne).
  • Pierre Tallet, Sésostris III et la fin de la XIIe dynastie, Paris, Pygmalion, , 335 p. (ISBN 9782756416922), « Le complexe de Sésostris III à Abydos », p. 240-246.
  • François Tonic, Les temples d'Abydos : Le chef d'œuvre pharaonique, , 226 p. (ISBN 9782952603416).
  • (en) Josef W. Wegner, « Abydos », dans Collectif, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt (volume 1), Oxford, Oxford University Press, (ISBN 019513821X), p. 7-12.
  • (en) Josef W. Wegner, « A Royal Necropolis at South Abydos: New Light on Egypt's Second Intermediate Period », Near Eastern Archaeology, vol. 78, no 2,‎ , p. 68-78.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :