Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf
Image illustrative de l’article Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf
Stèle d'Oupouaoutemsaf à Abydos (dessin publié dans Hieroglyphic texts from Egyptian stelae, &c., in the British Museum, Part IV de Wallis Budge en 1913).
Dynastie XVIe dynastie ou Dynastie d'Abydos
Fonction roi

Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf est un souverain égyptien de la Deuxième Période intermédiaire.

Attestations[modifier | modifier le code]

La seule attestation contemporaine assurée du règne de Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf est une stèle en calcaire de qualité brute exceptionnelle[1] découverte à Abydos et maintenant au British Museum (EA 969)[2],[3]. La stèle montre le roi devant le dieu Oupouaout, Seigneur d'Abydos et est généralement décrite comme de mauvaise facture[4]. La stèle a été produite par un atelier qui a produit d'autres stèles appartenant aux rois Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep et Sekhemrê-Khoutaouy Paentjeny. L'égyptologue Marcel Marée conclut donc que ces trois rois ont régné assez près dans le temps. Il pense que la stèle de Paentjeny a été réalisée par un autre artiste, tandis que les stèles de Râhotep et d'Oupouaoutemsaf ont été sculptées par le même homme[5].

Graffiti de Beni Hassan, appartenant peut-être à Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf[6].

Une autre attestation possible de ce roi est un graffiti découvert dans la tombe no 2 de Beni Hassan appartenant au nomarque Amenemhat de la XIIe dynastie et situé à environ 250 km au nord d'Abydos, en Moyenne-Égypte. Le graffiti a été provisoirement lu par Jürgen von Beckerath comme Sekhemrê-Neferkhâou" mais cela reste incertain car l'original est maintenant perdu[1],[4],[7].

Position chronologique[modifier | modifier le code]

Dans son étude de la Deuxième Période intermédiaire, Kim Ryholt développe l'idée proposée à l'origine par Detlef Franke[8] selon laquelle, à la suite de l'effondrement de la XIIIe dynastie avec la conquête de Memphis par les Hyksôs, un royaume indépendant centré sur Abydos est né en Moyenne-Égypte. La dynastie d'Abydos désigne ainsi un groupe de roitelets locaux régnant pendant une courte période en Moyenne-Égypte. Ryholt note que Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf n'est attesté qu'en Moyenne-Égypte et que son nom comporte la référence théophorique au dieu d'Abydos Oupouaout. Il conclut donc, tout comme Darrell Baker, que ce roi a très probablement régné depuis Abydos et appartient à une dynastie d'Abydos[1],[4]. Cette conclusion n'est partagée ni par Jürgen von Beckerath, ni par Claude Vandersleyen, qui situent Menkhâourê Senââib vers la fin de la XIIIe dynastie[7],[9],[10].

L'égyptologue Marcel Marée rejette également l'hypothèse de Ryholt et soutient plutôt que Sekhemrê-Neferkhâou Oupouaoutemsaf est un roi de la fin de la XVIe dynastie. En effet, Marée note que l'atelier qui a produit la stèle de Oupouaoutemsaf est également responsable de la production des stèles de Sekhemrê-Khoutaouy Paentjeny et de Sekhemrê-Ouahkhâou Râhotep, cet dernier étant la plus souvent attribué à la fin de la XVIe ou au début de la XVIIe dynastie. Marée conclut donc que Râhotep, Paentjeny et Oupouaoutemsaf ont régné assez très près dans le temps. Ce raisonnement exclut également l'existence d'une dynastie d'Abydos[5]. Julien Siesse rejoint également ce raisonnement et place ces trois rois à la fin de la XVIe dynastie[11].

Titulature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Kim Steven Bardrum Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c. 1800 – 1550 BC, Carsten Niebuhr Institute Publications, vol. 20. Copenhagen, Museum Tusculanum Press, 1997
  2. Janine Bourriau, Pharaohs and Mortals: Egyptian art in the Middle Kingdom, Cambridge University Press, 1988, see p. 72-73, fig. 58.
  3. Stele of Wepwawetemsaf
  4. a b et c Darrell D. Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 496-497.
  5. a et b Marcel Marée, A sculpture workshop at Abydos from the late Sixteenth or early Seventeenth Dynasty, in: Marcel Marée (editor): The Second Intermediate period (Thirteenth-Seventeenth Dynasties, Current Research, Future Prospects, Leuven, Paris, Walpole, MA. 2010 (ISBN 978-90-429-2228-0). p. 245, 261-275.
  6. Dessiné par Karl Richard Lepsius (1810 – 1884) et publié en 1897 source available online copyright-free, Text Band II Mittelaegypten mit dem Faiyum, p. 76.
  7. a et b (de) Jürgen von Beckerath, Untersuchungen zur politischen Geschichte der Zweiten Zwischenzeit in Ägypten, Glückstadt, .
  8. (de) Detlef Franke, « Zur Chronologie des Mittleren Reiches. Teil II: Die sogenannte Zweite Zwischenzeit Altägyptens », in: Orientalia 57 (1988), p. 259
  9. Jürgen von Beckerath, Chronologie des pharaonischen Ägyptens, Münchner Ägyptologische Studien 46. Mainz am Rhein, 1997
  10. Jürgen von Beckerath, Handbuch der ägyptischen Königsnamen, Münchner ägyptologische Studien 49, Mainz 1999.
  11. Julien Siesse, Throne Names Patterns as a Clue for the Internal Chronology of the 13th to 17th Dynasties (Late Middle Kingdom and Second Intermediate Period), GM 246, 2015, p. 75-98.