Grauwacke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La grauwacke [ˈɡʀaʊ̯ˌvakə] Écouter (mot allemand, vieux terme de mineur que certains écrivent également graywacke ou greywacke) est une roche sédimentaire détritique de la classe des arénites.

Minéralogie[modifier | modifier le code]

C'est un grès, c'est-à-dire du sable aggloméré naturellement, qui, par métamorphisme, se transforme par recristallisation pour donner un métagrauwacke : une roche compacte, à grain fin, susceptible d'être polie[1]. Cette roche est, en général, de teinte sombre, à matrice assez abondante (> 15 %) d'origine marine, constituée de grains anguleux, de dimension comprise entre 60 µm et 2 mm : feldspath, quartz, micas, débris à grains fins (roches magmatiques basiques et schistes), cimentés par un liant argileux riche en chlorite, ce qui la colore en vert. Faiblement métamorphisée en schistes verts, elle est souvent abondante dans diverses séries du Paléozoïque.

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le nom antique du grauwacke est bekhen dans les textes égyptiens, lapis basanites chez Pline l'Ancien[2], mais du point de vue pétrographique, cela n'a rien à voir avec la basanite qui est une roche volcanique.

C'était un matériau très apprécié des Égyptiens surtout dans sa couleur vert sombre. Ils l'extrayaient au Ouadi Hammamat. A l'époque romaine, l'usage de ce minéral qui rappelle le bronze patiné débute avec Jules César et Marc Antoine, et est quasiment réservé à la famille impériale sous les Julio-Claudiens[3] et les Flaviens, avant que la mode ne se reporte sur le porphyre[4].

Objets et Sculptures en grauwacke[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Lazzarini, p. 79.
  2. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, XXXVI, 38
  3. Chausson et Galliano 2018, p. 293.
  4. Roberta Belli Pasqua 1995.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Roberta Belli Pasqua, Sculture di età romana in «basalto», Rome, l'Erma di Bretschneider, , 163 p.
Note de présentation par Evers Cécile, L'antiquité classique, Tome 67, 1998. pp. 563-564 sur Persée.
  • (it) L. Lazzarini, Pietre e marmi antichi. Natura, caratterizzazione, origine, storia d'uso, diffusione, collezionismo, CEDAM (ISBN 978-8813250218)
  • A. Foucault et J.-F. Raoult, Dictionnaire de géologie, Dunod, (ISBN 978-2100490714)

Lien interne[modifier | modifier le code]

Carrières de pierres dans l'Égypte antique