Nekhen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’Égypte antique image illustrant l’archéologie
Cet article est une ébauche concernant l’Égypte antique et l’archéologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nekhen
Ville d'Égypte antique
Noms
Nom égyptien ancien Nekhen
Nom grec Ἱεράκων πόλις
Nom arabe الكوم الأحمر
Nom actuel Kom el-Ahmar
Administration
Pays Drapeau de l'Égypte Égypte
Région Haute-Égypte
Nome 3e : Nome la Forteresse
Géographie
Coordonnées 25° 07′ 00″ Nord 32° 48′ 00″ Est / 25.1166, 32.8
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte administrative d'Égypte
City locator 14.svg
Nekhen

Géolocalisation sur la carte : Égypte

Voir la carte topographique d'Égypte
City locator 14.svg
Nekhen

Nekhen (ou Hiérakonpolis[1] selon les Grecs) est une ville de l'Égypte antique où l’on adorait le dieu faucon Horus. Fondée dès l'époque prédynastique, l'ancienne Nekhen se situait dans le 3e nome de Haute-Égypte, le nome « de la Forteresse » ou « Le Rural » ou « les deux plumes » (nxn), à environ 100 km au nord d'Assouan. D'un point de vue symbolique, cette cité était le pendant de la ville de Bouto en Basse-Égypte.

Nekhen
O48
niwt
ou
nxn
pr
Nḫn

Les fouilles du temple ont livré un grand nombre d'objets sacrés remontant à l'époque prédynastique. On y a trouvé deux importants cimetières protohistoriques, avec tombes peintes et les restes d'une ville remontant presque au début de la civilisation de Nagada.

Le site de Nekhen[modifier | modifier le code]

Le site est localisé à 20 km de la ville actuelle d'Edfou (Haute-Égypte). Il se déploie sur 4 km de long et 500 m de large, sur la rive droite du Nil. Il est longé par la route qui va du Caire à Assouan. L'endroit est actuellement menacé par une remontée de la nappe phréatique due à l'irrigation consécutive à la mise en culture dans le « wadi abu-Sufian ».

Le plus ancien visiteur scientifique connu à Héraconpolis était Vivant Denon en 1798, comme membre de l'expédition d'Égypte. Là, à côté d'un grand nombre de maisons et de débris de structures, il note un portique érodé mais debout donnant sur les bâtiments en grès plus ou moins détruits et de taille assez considérable. C'est le temple de Ptolémée qui se dresse encore sur les alluvions de la motte urbaine de l'ancienne Nekhen. Ses dessins, tous originaux et les copies figurent dans les récits de publication et dans une assiette du service de table égyptien de Napoléon. C'est tout ce qui reste des informations que nous avons sur cette structure.

En 1897, James Edward Quibell, un égyptologue anglais, explore ce vaste ensemble. C'est le commencement d'un siècle de fouilles qui se poursuivent encore en 2014.

Un siècle de fouilles (1898-1998)[modifier | modifier le code]

Nekhen est un des berceaux de l'Égypte pharaonique. La dynastie égyptienne zéro aurait pris naissance là, à partir des clans qui occupaient la vallée du Nil, depuis la Méditerranée jusqu'à la première cataracte. Nekhen se situe dans la moitié sud de l’Égypte.

Les fouilles sur le site de deux cimetières distincts révèlent les prémices de maints caractères et pratiques qui définiront plus tard la civilisation égyptienne des époques dynastiques.

Au cimetière des ouvriers, situé en bordure méridionale du site, des traces de momification primitive (momies partielles : mâchoires ou mains momifiées de femmes, datant du 3600 av. J.-C.[2]) et de rites funéraires ont été préservés grâce à la sécheresse du sable. Dans la nécropole des notables, située dans le ouadi, la découverte de masques, de statues en pierre et d'une architecture funéraire datés dès 3500 av. J.-C., place Hiérakonpolis à l'avant-garde de traditions vouées à une longue et riche histoire.

Trouvailles historiques[modifier | modifier le code]

Le site reste surtout connu pour avoir livré la palette de Narmer qui représente l'aboutissement d'une extraordinaire évolution qui a commencé au moins 500 ans avant la naissance de Narmer. Une autre trouvaille importante, la massue du roi Scorpion qui est ainsi improprement nommée car attribuée récemment au roi Narmer.

Le site est activement fouillé depuis plus d'un siècle. Les derniers travaux sont relatés par l'Association des Amis de Nekhem (1898-1998 : centenaire)[3].

Voici quelques sites remarquables.

« Le fort »[modifier | modifier le code]

La structure de Nekhen dénommée improprement « fort »[4] est une enceinte massive faite de briques de boue séchée. Sa construction est attribuée au roi Khâsekhemoui de la IIe dynastie. C'est une enceinte cérémoniale, cultuelle, qui semble être similaire en structure et en destination aux « forts » construits en Abydos et n'a apparemment aucune fonction militaire. La véritable fonction de ces structures est inconnue mais il semble qu'elle est en relation avec les rites de la royauté et de la culture[5].

La structure rituelle a été construite sur un cimetière prédynastique. Les fouilles effectuées là, comme le travail des voleurs de briques, ont sérieusement miné les murs et les ont laissé au bord de l'effondrement[6]. Pendant deux ans (2005 et 2006, l'équipe de Renée Friedman a tenté de stabiliser la structure existante en renforçant les zones mises en danger avec de nouvelles briques de boue[7].

Les études menées montrent qu'il y eut deux phases de construction. Une première structure a été recouverte par une extension en hauteur des murs. De plus, les fouilles de 1999 à l'intérieur, on revêlé de nombreux débris de granite rouge. Un linteau a pu être reconstitué.

Les cimetières[modifier | modifier le code]

Le cimetière pédynastique[modifier | modifier le code]

Le cimetière nubien[modifier | modifier le code]

Le cimetière des élites[modifier | modifier le code]

Les tombes dynastiques[modifier | modifier le code]

Le site de Herakonpolis contient d'importants monuments datant de périodes plus récentes. Récemment, ils ont été injustement maintenues dans l'ombre et négligées[8]. On trouve là une série de tombes creusées dans le roc datées de l'Ancien Empire, du Moyen Empire, de la deuxième période intermédiaire et du Nouvel Empire et de la Basse époque. Ces tombes sont à bien des égards uniques et ont été, sauf quelques exceptions, assez mal interprétées. Datant de périodes sous-représentées dans d'autres sites de la Haute-Égypte, elles constituent un ajout important au corpus des tombes décorées de l'Égypte ancienne. Ouvertes et sans protection jusqu'à l'installation de grilles par l'expédition de 1996, ces tombes ont subi de nombreux dommages de la part de nombreux facteurs naturels et humains. Elles ont beaucoup à nous apprendre.

Ces tombes sont situées sur deux massifs gréseux à environ 1,5 km de Nekhen. Les plus anciennes tombes (aussi désignées par basses) sont situées sur une petite colline à environ 150 m de l'enceinte de Khâsekhemoui (IIe dynastie, le « Fort »). Quelques chapelles de tombes de différentes tailles et complexité ont été creusées dans les faces sud et est de cette colline mais seulement deux ont conservé leur décoration de peintures : la tombe de Itjefty (Ancien Empire), plus tard usurpée durant le Moyen Empire par le gouverneur Ny-ankh-Pepy (chef des prêtres et trésorier d'Horus); et la tombe voisine de Horemkhaouef (de la seconde période intermédiaire, chef des prêtres et superviseur des champs).

Le second groupe (tombes supérieures) est localisé à environ 1 km dans le désert, sur les bords du Wadi Abu-Sufian, sur la colline nommée Burg el-Hamman (colline des Pigeons). Là sont les tombes des superviseurs des creuseurs, Djehuty et son voisin Hormeni (débuts de la XVIIIe dynastie) et la tombe du premier prophète d'Horus à Nekhem, Hormose et sa femme Henuta'o (fin de la XXe dynastie). Tous ont un intérêt particulier comme unique exemples de tombes pouvant être datées par des cartouches royaux respectivement de Thoutmôsis Ier et Ramsès XI.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ou Hiéraconpolis ou Hiéracompolis, Ἱεράκων πόλις, Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], XVII, ou Nekhen « La ville des faucons » en égyptien, ou Kom el-Ahmar en arabe : الكوم الأحمر
  2. (en) Kasia Maria Szpakowska, Daily life in ancient Egypt, Blackwell Pub, , p. 182
  3. Il semblerait que les rapports annuels de fouilles de 2014 et 2015 ne soient disponibles qu'à ceux qui ont acquitté leur adhésion à l'association.
  4. « Fort » de Nekhen
  5. Renee Friedman, The "Fort" at Hierakonopolis p.31, Ancient Egypt June/July 2006
  6. Fouilles interactives du Fort
  7. The "Fort" at Hierakonopolis p.36, Ancient Egypt June/July 2006
  8. Exploration des tombes dynastiques

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacq C. Tirage limité, hors commerce : Comment est née l'Égypte pharaonique. Paris : XO éditions, 2010, 64 p.
  • (en) Renée Friedman, « The fort forgotten », Nekhen News : published by The Friends of Nekhen, vol. 23, no 25,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]