Sehotepibrê Sousekhtaouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sehotepibrê Sousekhtaouy
Image illustrative de l’article Sehotepibrê Sousekhtaouy
Sceau cylindrique en lapis-lazuli portant le cartouche de Sehotepibrê Sousekhtaouy
(Metropolitan Museum of Art[1])
Période Deuxième Période intermédiaire
Dynastie XIIIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Qemaou ?
Semenkarê Nebnoun ?
Dates de fonction -1791/-1789 (selon K. S. B. Ryholt), -1771/-1768 (Kinnaer), -1743/-1742 (Schneider)
Successeur Ioufeni ?
Souadjkarê ?

Le roi Sehotepibrê Sousekhtaouy est un roi de la XIIIe dynastie. Son règne est situé en -1791/-1789 (selon K. S. B. Ryholt), -1771/-1768 (Kinnaer), -1743/-1742 (Schneider).

Attestations[modifier | modifier le code]

Pendant longtemps, Sousekhtaouy n'était connu que du Canon royal de Turin et d'un seul sceau-cylindre en lapis-lazuli. Le sceau, de provenance inconnue, a été acheté par un collectionneur privé au Caire et finalement vendu en 1926 au Metropolitan Museum of Art, où il est aujourd'hui exposé.[2] Le sceau porte le prénom nom de Nesout-bity Sehotepibrê et est dédié à Hathor, Maîtresse de Byblos.[3] Le sceau porte en outre le nom en cunéiforme d'un gouverneur de Byblos nommé Yakin-Ilu.[4] L'archéologue William F. Albright a provisoirement identifié Yakin-Ilu avec un gouverneur Yakin, attesté sur une stèle découverte à Byblos et représentant son fils, Yantinu, assis sur un trône à côté des cartouches de Khâsekhemrê Neferhotep Ier.[3],[5] Si l'hypothèse d'Albright est correcte, alors Sehotepibrê serait à une génération de ce roi.

La principale attestation contemporaine de Sehotepibrê est une stèle publiée en 1980 et découverte auparavant à Gebel Zeit, au bord de la mer Rouge, où se trouvaient des mines de galène. La stèle porte le nom de Nesout-bity Sehotepibrê ainsi que le nom d'Horus Sousekhtaouy. Cette stèle, contemporaine de son règne, confirme encore l'existence de ce roi[4],[6].

En outre, deux scarabées trouvés dans les débris du cimetière de la pyramide nord à Licht portent le nom de Sehotepibrê, écrit sans cartouche ni titre royal.[7] Un scarabée pratiquement identique a également été trouvé à Tel el-Ajjul (bande de Gaza) dans un contexte de Bronze moyen (parallèle à la Deuxième Période intermédiaire en Égypte).[8] Il n'est pas certain qu'ils se réfèrent au même individu.

Position chronologique[modifier | modifier le code]

Le Canon royal de Turin indique deux rois portant le nom de Sehotepibrê (colonne lignes 7 et 12). Si Sousekhtaouy porte bien en tant que nom de Nesout-bity celui de Sehotepibrê, un autre roi porte lui le nom de Nesout-bity Hotepibrê. Ainsi, les égyptologues ne sont pas tous d'accord sur l'ordre chronologique de ces deux rois. Kim Ryholt, Darrell Baker et Julien Siesse placent Sousekhtaouy après[3],[4],[9] tandis que Detlef Franke, Jürgen von Beckerath et Claude Vandersleyen le placent avant.[10],[11],[12] Et le fait que le Canon royal de Turin donne également à Sahornedjheritef le nom de Sehotepibrê fait que Sousekhtaouy a parfois été nommé Sehotepibrê Ier ou Sehotepibrê II.

Titulature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bilingual Cylinder Seal, ca. 1782–1780 B.C. », sur www.metmuseum.org (consulté le )
  2. Seal of Sehetepibre at the MMA, picture and context.
  3. a b et c K.S.B. Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c.1800–1550 BC, Carsten Niebuhr Institute Publications, vol. 20. Copenhagen: Museum Tusculanum Press, 1997, excerpts available online here.
  4. a b et c Darrell D. Baker: The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 359-360
  5. W. M. F. Albright: An Indirect Synchronism between Egypt and Mesopotamia, cir. 1730 BC, BASOR 99 (1945)
  6. P. Mey, G. Castel, J.-P. Goyon: Installations rupestres du moyen et du nouvel empire au Gebel Zeit (près de Râs Dib), In: Mitteilungen des deutschen Archäologischen Institutes Kairo 36 (1980), 303-305, fig. 1 [1], pl. 80 [a]
  7. Daphna Ben-Tor, Scarabs, Chronology, and Interconnections : Egypt and Palestine in the Second Intermediate Period, Friburg, Academic Press, , p. 111, Pl. 49:5-61
  8. William Flinders Petrie, Ernest J. H . Mackay et Margaret A. Murray, City of Shepherd Kings and Ancient Gaza V, Londres, British School of Egyptian Archaeology, University College, , Pl. V:124
  9. Julien Siesse, Throne Names Patterns as a Clue for the Internal Chronology of the 13th to 17th Dynasties (Late Middle Kingdom and Second Intermediate Period), GM 246, 2015, p 75-98
  10. Detlef Franke: Zur Chronologie des Mittleren Reiches (12.-18. Dynastie) Teil 1 : Die 12. Dynastie, in Orientalia 57 (1988)
  11. Jürgen von Beckerath: Untersuchungen zur politischen Geschichte der Zweiten Zwischenzeit in Ägypten, Glückstadt, 1964
  12. Jürgen von Beckerath: Chronologie des pharaonischen Ägyptens, Münchner Ägyptologische Studien 46. Mainz am Rhein, 1997