Houni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Houni
Image illustrative de l’article Houni
Tête en granite supposée de Houni, Brooklyn Museum
Période Ancien Empire
Dynastie IIIe dynastie
Fonction Dernier souverain de la dynastie
Prédécesseur Khaba ou Sanakht
Dates de fonction -2599 à -2575 (selon J. P. Allen)
-2637 à -2613 (selon I. Shaw)
-2673 à -2649 (selon D. B. Redford)
-2597 à -2573 (selon J. Málek)
Successeur Snéfrou (IVe dynastie)
Famille
Conjoint Djefatnebty ?
Mérésânkh Ire ?
Enfant(s) Snéfrou ?
Hétep-Hérès Ire ?

Houni (lecture originale inconnue) est le dernier souverain connu de la IIIe dynastie sous l'Ancien Empire. Selon le Canon royal de Turin, il est généralement crédité d'un règne de vingt-quatre ans, se terminant vers 2600 avant notre ère[1].

La position chronologique de Houni en tant que dernier roi de la IIIe dynastie est considérée comme assez certaine, mais il y a encore une certaine incertitude sur l'ordre de succession des dirigeants à la fin de cette IIIe dynastie. On ne sait pas non plus sous quel nom hellénisé l'ancien historien Manéthon aurait pu l'inscrire dans ses écrits historiques Ægyptiaca. Il est très probablement à identifier avec le nom hellénisé Aches, comme le propose Winfried Barta. De nombreux égyptologues pensent que Houni était le père et le prédécesseur direct du roi Snéfrou, mais cela est remis en question par d'autres chercheurs du fait du manque complet de preuves allant dans ce sens. Houni est considéré par les érudits comme un personnage déroutant dans l'histoire égyptienne, parce que les traditions égyptiennes se souviennent de lui depuis longtemps, mais très peu de documents, objets ou monuments ont perduré[2].

Attestations et identité[modifier | modifier le code]

Attestations contemporaines[modifier | modifier le code]

Cône de granite d'Éléphantine portant le cartouche de Houni[3].

Houni n'est pas un pharaon bien attesté ; la plupart des attestations ne le désignent qu'indirectement. Il n'y a que quelques objets contemporains portant son nom.

La première est une stèle conique en granit rouge, découverte en 1909 sur l'île Éléphantine. L'objet mesure 160 cm de long, 69 cm d'épaisseur et 50 cm de large. Sa forme ressemble typiquement à une stèle de benben, comme celles connues dans les mastabas des premiers rois thinites. À l'avant, le cône présente une niche rectangulaire avec une inscription gravée à l'intérieur. L'inscription mentionne un palais royal nommé Palais du bandeau de Houni et est y inscrit le nom de Houni à l'intérieur d'un cartouche royal. La niche décorée est interprétée par les savants comme une fenêtre d'apparition. La partie inférieure du cadre de la fenêtre est aplatie et allongée et présente des traces d'une deuxième inscription, apparemment la même qu'à l'intérieur de la fenêtre. Il n'est pas complètement clarifié où exactement l'objet a été exposé : parce qu'il a été trouvé très près d'une pyramide à degrés, des égyptologues comme Rainer Stadelmann proposent une position sur le devant du monument, ou même visiblement encastrée dans l'une des marches. Aujourd'hui, le cône de Houni est exposé au Musée du Caire, inventorié JE 41556[3],[4].

Inscription du mastaba de Metjen mentionnant le domaine royal d'Houni[5].

La deuxième découverte, datant de 2007, est un bol en magnésite polie, trouvé à Abousir-Sud dans la tombe mastaba AS-54, appartenant à un haut fonctionnaire, dont le nom est encore inconnu des archéologues. L'inscription du vase en pierre mentionne le nom de Houni sans cartouche, mais avec le titre Nesout-bity. L'orthographe des hiéroglyphes qui forment le nom de Houni rend plausible une lecture comme Njswt-Hw (« Nesout-Hou ») ou Hw-en-Njswt (« Hou-en-Nesout »)[6].

En 2016, à Abousir, une équipe d'archéologues de l'université Charles de Prague a mis au jour une barque funéraire de dix-huit mètres de long contenant, entre autres, une coupe de pierre au nom du roi Houni. Le site, bien que proche de plusieurs pyramides, n'appartient pas à l'ensemble funéraire royal ; il est cependant probable qu'il s'agit de la tombe d'un haut personnage du règne[7].

Houni est également attesté au mastaba L6 à Saqqarah, attribué au dignitaire Metjen et datant de la fin de la IIIe dynastie. Là, une inscription a été trouvée avec le nom d'un domaine royal Hw.t-njsw.t-hw (« Hout-Nisout-Hou ») de Houni[5].

Attestations postérieures[modifier | modifier le code]

Cartouche d'Houni sur la pierre de Palerme[5].

Le roi est également mentionné par plusieurs documents postérieurs à son règne. Houni est cité sur le dos de la pierre de Palerme dans la section concernant le règne du roi de la Ve dynastie Néferirkarê Kakaï, qui aurait fait construire un temple mortuaire pour le culte de Houni. Le temple, cependant, n'a pas encore été localisé[2].

Enfin, Houni est attesté dans le papyrus Prisse, dans les Instructions pour Kagemni, datant probablement de la XIIIe dynastie. Le papyrus donne une indication importante sur la succession de Houni dans la colonne II, ligne 7 :

« Mais alors la majesté du roi Houni mourut et la majesté du roi Snéfrou fut élevée au rang de roi bienfaisant dans ce pays entier. Et Kagemni fut élevé comme nouveau maire de la capitale royale et devint vizir du roi. »

La plupart des chercheurs pensent aujourd'hui que cet extrait peut renforcer la théorie selon laquelle Houni était le dernier roi de la IIIe dynastie et le prédécesseur immédiat du roi Snéfrou (le premier souverain de la IVe dynastie)[8].

Houni est également mentionné dans deux listes royales du Nouvel Empire : la Table de Saqqarah (no 44) et le Canon royal de Turin (no 4.8).

Différentes versions du nom Nesout-bity[modifier | modifier le code]

L'identité de Houni est difficile à établir, puisque son nom est transmis principalement sous forme de nom de cartouche et sous différentes variantes. La mention la plus ancienne de son nom dans un cartouche pourrait apparaître sur le cône de granit de l'île Éléphantine, qui pourrait être contemporain. Sinon, les premières apparitions du cartouche de Houni se trouvent sur la pierre de Palerme, datant de la Ve dynastie, et sur le papyrus Prisse de la XIIIe dynastie. Le cartouche de Houni se trouve également dans la Table de Saqqarah et dans le Canon royal de Turin, tous deux datant de la XIXe dynastie. La liste d'Abydos, qui date également de la XIXe dynastie, omet mystérieusement le nom de Houni et donne à la place un roi du nom de Néferkarê qui est inconnu des égyptologues[2].

La lecture et la traduction de son nom de cartouche est également contestée. En général, il existe deux versions de base de son nom : une version ancienne, qui se rapproche le plus de l'original (perdu), et une version plus récente, qui semble basée sur des interprétations erronées de l'époque ramesside.

L'ancienne version utilise des signes hiéroglyphiques : mèche de bougie, germe de jonc, pain et ligne d'eau. Cette forme d'écriture se trouve sur des objets de l'Ancien Empire tels que le recto en pierre de Palerme (règne de Néferirkarê Kakaï), l'inscription du tombeau de Metjen, le vase en pierre trouvé à Abousir et le cône en granit de l'île Éléphantine. Tandis que le vase en pierre d'Abousir écrit le nom de Houni sans cartouche, mais donne le titre de Nesout-bity, tous les autres écrits de l'Ancien Empire mettent le nom du roi dans un cartouche[5].

Les versions ramessides utilisent les signes hiéroglyphiques : mèche de bougie, homme battu, ligne d'eau et bras avec un bâton. Le cartouche no 44 de la table de Saqqarah écrit deux traits verticaux entre la ligne de flottaison et le bras battant. Le papyrus Prisse omet la mèche de bougie et le bras battant[5]. L'égyptologue Ludwig Borchardt avait déjà proposé au début du XXe siècle que les versions anciennes du cartouche et les versions ramessides du cartouche faisaient référence à un seul et même roi. Il a proposé que les scribes ramessides enlevèrent par erreur le signe du jonc du titre Nesout-bity et le placèrent devant le cartouche royal, sans se rendre compte que ce signe faisait partie du nom original de Houni. Il a également proposé que la mèche de bougie ait été mal interprétée comme le signe pour frapper, tentant les scribes ramessides de placer le hiéroglyphe d'un homme battu derrière lui[9]. Ces conclusions sont encore aujourd'hui partagées par les chercheurs[4].

Suivant son hypothèse, Borchardt lit le nom du cartouche de Houni en tant que Nisout-Hou (ou roi Hou)[9]. Cependant, Hans Gödicke lit plutôt Ny-Souteh (« Celui qui appartient aux frappeurs ») et est convaincu que le nom de Houni était théophore. En particulier, il compare la construction du nom de Houni avec celles des rois Ninetjer (« Celui qui appartient au déifié d'Horus ») et Niouserrê (« Celui qui appartient à ceux du pouvoir de Rê »)[10]. Rainer Stadelmann et Wolfgang Helck réfutent fortement la lecture de Gödicke, soulignant qu'aucun document égyptien ne mentionne une divinité, une personne, un lieu ou même un terme familier nommé Souteh. Il n'y a donc pas de source grammaticale qui aurait pu être utilisée pour faire un nom royal Ny-Souteh. Helck suggère plutôt une lecture en Houj-nj-nisout et la traduit par « La parole appartient au roi »[4],[5].

Possible nom d'Horus[modifier | modifier le code]

Le nom d'Horus de Houni est inconnu. Il existe plusieurs théories pour relier le nom de cartouche Houni avec les noms contemporains d'Horus.

À la fin des années 1960, le Musée du Louvre achète une stèle représentant un roi dont le nom d'Horus est Qahedjet (« la couronne d'Horus est levée »). Pour des raisons stylistiques, la stèle peut être datée de la fin de la IIIe dynastie et il semble possible qu'elle fasse référence à Houni, dont elle donnerait le nom d'Horus[11]. Cependant, la datation et l'authenticité ont été remises en question à plusieurs reprises, et aujourd'hui on pense que la stèle est soit fausse, soit dédiée au roi Thoutmôsis III (XVIIIe dynastie) en imitant le style artistique de la IIIe dynastie[12].

Peter Kaplony fait la promotion d'un nom trouvé dans le tombeau d'une pyramide inachevée à Zaouiet el-Aryan. Le monument est relié à un possible roi nommé Bikhéris. Le nom en question se lit Neb-hedjetnoub (« Seigneur de la couronne d'or ») et Kaplony pense que ce nom peut être le nom d'Horus de Houni. Cependant, des égyptologues comme Aidan Mark Dodson contredisent cette théorie et soutiennent que Neb-hedjetnoub, avec son hiéroglyphe d'or, devrait plutôt être le nom d'Horus d'or de Bikhéris[13],[14].

D'autres égyptologues, comme Toby Wilkinson et Rainer Stadelmann, identifient Houni au roi Khaba (« L'âme d'Horus apparaît »). Leur identification est basée sur le fait que les noms des deux rois apparaissent sur des vases en pierre incisée sans aucune autre note directrice. C'était une mode qui a commencé avec la mort du roi Khâsekhemoui (fin de la IIe dynastie) et s'est terminée sous le roi Snéfrou (début de la IVe dynastie). C'était donc une pratique très typique de la IIIe dynastie. La pyramide à tranches à Zaouiet el-Aryan a probablement été construite par Khaba, car un mastaba voisin contenait plusieurs vases en pierre portant son nom d'Horus. Puisque le Canon royal de Turin attribue un règne de vingt-quatre ans à Houni, Stadelmann soutient que ce laps de temps conviendrait parfaitement pour terminer la pyramide à tranches. En outre, Stadelmann souligne le grand nombre d'empreintes de sceaux et de bols en pierre découverts, ainsi que les nombreux endroits où l'on en trouve dans toute l'Égypte. Selon lui, le contexte archéologique laisse également présager un règne plus durable. Ainsi, il identifie Khaba avec Houni[2],[4].

Famille[modifier | modifier le code]

La position généalogique de Houni dans la lignée des rois régnants, à l'époque où la IIIe dynastie se terminait et la IVe dynastie commençait, est très incertaine. Les documents contemporains et ultérieurs mentionnent souvent Houni et son successeur Snéfrou dans la même phrase, toujours en succession directe. Par conséquent, les égyptologues et les historiens pensent que Houni pourrait même avoir été lié à Snéfrou. La reine Mérésânkh Ire, la mère royale de Snéfrou, est un personnage clé dans cette histoire. Elle portait certainement le titre de reine, mais aucune source contemporaine ne relie son nom à celui d'une fille ou d'une épouse de Houni. Cette circonstance soulève des doutes dans la relation familiale entre Houni et Snéfrou. Aujourd'hui, la plupart des érudits chercheurs croient l'historien Manéthon, qui affirme dans son Ægyptiaca qu'avec l'intronisation de Snéfrou une maison royale différente a pris le pouvoir sur l'Égypte et une nouvelle dynastie a commencé[15].

Une possible épouse de Houni serait une reine du nom de Djefatnebty, dont le nom apparaît à l'encre noire sur les inscriptions des vases à bière de l'île Éléphantine. Son nom est précédé par le titre « La Grande des sceptre-hérès », ce qui en fait définitivement une reine consort. Selon une interprétation de Günter Dreyer, la mort de Djefatnebty est mentionnée à côté de plusieurs événements durant le règne du roi Houni, bien qu'aucun roi ne soit mentionné dans l'inscription. Dreyer est convaincu que les notations concernent la 22e année du règne de Houni, puisque le Canon royal de Turin lui attribue un règne de vingt-quatre ans et qu'aucun roi de la IIIe dynastie n'est archéologiquement prouvé pour avoir régné aussi longtemps. L'interprétation de Dreyer n'est cependant pas communément acceptée[15].

Jusqu'à aujourd'hui, aucun enfant ou autre parent de Houni ne peut être identifié et relié à lui avec certitude. William Stevenson Smith et George Andrew Reisner proposent d'identifier la reine Hétep-Hérès Ire (concubine de Snéfrou et mère du roi Khéops (IVe dynastie) comme fille du roi Houni. Hétep-Hérès Ire portait le titre féminin de Sat-netjer (« Fille du Dieu »), ce qui a conduit Smith et Reisner à la conclusion que cela pourrait être un indice de sa situation familiale comme la fille de Houni. Dans ce cas, Hétep-Hérès Ire aurait été une princesse héritière et en épousant Snéfrou, elle a obtenu la lignée de sang de la dynastie royale[16],[17]. Mais d'autres chercheurs, comme Wolfgang Helck et Winfried Seipel, doutent fortement de cette théorie. Ils soutiennent que le titre de Hétep-Hérès Ire ne révèle pas explicitement à qui elle s'est mariée de son vivant[18].

Règne[modifier | modifier le code]

On ne sait presque rien du temps de Houni sur le trône. Houni se voit attribuer un règne de vingt-quatre ans par le Canon royal de Turin, qui est communément accepté par les savants. Les activités religieuses ou militaires au cours de son règne ne sont pas connues[3].

Les seuls documents contemporains qui permettent une certaine évaluation des développements politiques et sociaux de l'époque de Houni sont les inscriptions des tombes de hauts fonctionnaires tels que Metjen, Khabaousokar, A'a-akhty et Pehernéfer. Ceux-ci sont datés de la période allant de la fin de la IIIe au début de la IVe dynastie. Ils montrent que le règne de Houni doit avoir été le début de l'apogée de l'Ancien Empire. Pour la première fois, les inscriptions donnent un aperçu explicite de la structure du pouvoir de l'État, les nomarques et les vizirs exerçant des pouvoirs importants. Les inscriptions dans la tombe de Metjen mentionnent également, pour la première fois dans l'histoire égyptienne, que les titres de hauts fonctionnaires et de prêtres n'étaient transmis que par héritage de père en fils[2].

Il semble cependant que Houni ait entrepris des projets de construction. Le Canon royal de Turin, assez modeste sur les informations complémentaires concernant les rois inscrits sur la liste, attribue à Houni la construction d'un certain bâtiment, pour lequel Houni a dû être honoré plus tard dans l'histoire. Malheureusement, le papyrus est endommagé à la colonne correspondante et le nom complet du bâtiment est aujourd'hui perdu. Les égyptologues Günter Dreyer et Werner Kaiser proposent une lecture comme « celui qui a bâti Sekhem... ». Ils pensent qu'il est possible que le bâtiment fasse partie d'un projet de construction sur l'ensemble du terrain, y compris l'érection de plusieurs petites pyramides cultuelles. Il fit construire une forteresse sur l’Île Éléphantine afin d’assurer la sécurité de la frontière méridionale[4],[19].

Plusieurs pyramides dites « provinciales » sont également attribuées à Houni. Ces petites pyramides avaient une fonction cultuelle et marquaient des domaines royaux importants. Elles ne contenaient pas de chambres internes et n'étaient pas utilisés à des fins d'inhumation. L'une d'elles est situé à l'extrémité est de l’Île Éléphantine et un cône de granit portant le nom de Houni a été découvert à proximité en 1909. Par conséquent, cette petite pyramide est la seule qui peut être attribuée à Houni avec une certaine certitude[20]. Certains cherhceurs comme Andrzej Ćwiek contestent toutefois cette attribution, soulignant qu'il pourrait être au moins possible que le cône de granit de Houni ait été réutilisé plus tard, lorsque les prêtres ramessides ont restauré des lieux cultuels de l'Ancien Empire[21]. La seule pyramide cultuelle à degrés qui peut être définitivement reliée à un roi de l'Ancien Empire est la Pyramide de Seïlah, située dans l'oasis du Fayoum. Deux grandes stèles portant le nom de Snéfrou ont été retrouvées devant la pyramide, indiquant ainsi le roi responsable de sa construction[22]. Comme Snéfrou fut probablement le successeur immédiat de Houni, cela pourrait toutefois indiquer que des pyramides cultuelles furent effectivement construites lors de la transition entre la IIIe et la IVe dynastie.

Un autre indice de projets de construction possibles et de fondations de ville sous Houni pourrait être caché dans le nom de la ville historique d'Ehnas (aujourd'hui mieux connue sous le nom de Héracléopolis Magna). Wolfgang Helck fait remarquer que le nom sous l'Ancien Empire de cette ville était Nenj-nisout et que ce nom était écrit exactement avec les mêmes hiéroglyphes que le nom du cartouche de Houni. Ainsi, il propose Houni comme fondateur d'Ehnas. De plus, l'inscription de la tombe de Metjen mentionne un domaine mortuaire dans le nome de Létopolis. Ce bâtiment n'a pas encore été trouvé par les archéologues[5],[23].

Après sa mort, Houni semble avoir bénéficié d'un culte mortuaire durant une longue période. La pierre de Palerme, qui a été faite plus de cent ans après la mort de Houni, mentionne les dons faits à un temple funéraire de Houni. Le nom de Houni est également mentionné dans le papyrus Prisse, une autre preuve que Houni a été rappelé longtemps après sa mort puisque le papyrus a été écrit pendant la XIIe dynastie.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Le lieu de sépulture de Houni reste inconnu. La pyramide de Meïdoum pouvant être exclue, les égyptologues et archéologues proposent plusieurs sites funéraires alternatifs. Rainer Stadelmann et Miroslav Verner proposent comme tombeau de Houni la pyramide à tranches de Zaouiet el-Aryan, parce qu'ils identifient Houni à Khaba, qui est à son tour bien relié à cette pyramide, puisque plusieurs bols en pierre portant son nom d'Horus ont été trouvés dans la nécropole environnante[24].

Alternativement, Stadelmann propose un énorme mastaba à Meïdoum comme sépulture de Houni. Le mastaba M17 mesurait à l'origine environ cent mètres sur deux-cents mètres de large et mesurait environ quinze à vingt mètres de haut. La partie en surface était faite de briques de terre cuite et remplie de gravats de la deuxième phase de construction de la pyramide de Meïdoum. La structure souterraine comprenait un puits de 3,7 mètres de profondeur menant à un couloir et plusieurs grandes chapelles et niches. La chambre funéraire a été pillée dans l'antiquité, toutes les décorations ont été détruites et/ou volées. Le grand sarcophage, grossièrement taillé, contenait les restes d'une momie en lambeaux. Stadelmann et Peter Janosi pensent que le mastaba était soit le tombeau d'un prince héritier du roi Snéfrou, soit l'enterrement de Houni lui-même[25].

Miroslav Bárta propose plutôt le mastaba AS-54 à Abousir-Sud comme lieu de sépulture le plus probable. Ceci est favorisé par la découverte d'un bol de magnésite polie, qui montre le titre Nisout-bity de Houni. Le mastaba lui-même était jadis assez grand et contenait de grandes niches et chapelles. Il contenait également une quantité assez importante de vaisselle polie, de vases et d'urnes. Contradictoirement, presque tous les récipients ne sont pas décorés, aucune inscription à l'encre ou gravure n'a été trouvée sur les objets. Ainsi, le nom du véritable propriétaire n'est pas encore connu. Un seul vase porte clairement le nom de Houni, tandis que d'autres pourraient présenter de petites traces. Bárta voit donc deux possibilités pour le propriétaire du mastaba : soit il s'agissait d'un fonctionnaire de très haut rang, comme un prince de l'époque de Houni, soit le roi Houni lui-même[6].

Titulature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. -2599 à -2575 (Allen), -2673 à -2649 (D. B. Redford), -2637 à -2613 (I. Shaw), -2597 à -2573 (J. Málek)
  2. a b c d et e Toby Alexander Howard Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Routledge, London/ New York 1999, (ISBN 0-415-18633-1), p. 85–89.
  3. a b et c Winfried Barta, « Zum altägyptischen Namen des Königs Aches », dans : Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo. (MDAIK), vol. 29. von Zabern, Mainz 1973, p. 1–4.
  4. a b c d et e Rainer Stadelmann, « King Huni: His Monuments and His Place in the History of the Old Kingdom », dans : Zahi Hawass, Janet Richards (Hrsg.), The Archaeology and Art of Ancient Egypt. Essays in Honor of David B. O’Connor, Band II, Conseil suprême des Antiquités égyptiennes, Le Caire, 2007, p. 425–431.
  5. a b c d e f et g Wolfgang Helck, « Der Name des letzten Königs der 3. Dynastie und die Stadt Ehnas », dans : Studien zur Altägyptischen Kultur (SAK), 4, (1976), p. 125–128.
  6. a et b M. Barta, « An Abusir Mastaba from the Reign of Huni », dans : Vivienne Gae Callender (et al., editors), Times, Signs and Pyramids: Studies in Honour of Miroslav Verner on the Occasion of his Seventieth Birthday, université Charles de Prague, faculty des Arts, 2011, (ISBN 978-8073082574), p. 41–51 (inscription décrite fig. 6 p. 48).
  7. 4,500-Year-Old Boat Found Near Pyramids, Discovery, 2 février 2016
  8. Nicolas Grimal, A History of Ancient Egypt, p. 65–67.
  9. a et b Ludwig Borchardt, « König Hu », dans : Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde (ZÄS), 46th edition, Berlin/Cairo 1909, p. 12.
  10. Hans Gödicke, « Der Name des Huni », dans : Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde (ZÄS), 81st edition, Berlin/Cairo 1956, p. 18.
  11. Toby Wilkinson, Early Dynastic Egypt, Routledge, London/New York 1999, (ISBN 0-415-18633-1), p. 104-105.
  12. Jean-Pierre Pätznik, Jacques Vandier, L’Horus Qahedjet : Souverain de la IIIe dynastie ?, p. 1455–1472
  13. Aidan Mark Dodson, « On the date of the unfinished pyramid of Zawyet el-Aryan », dans : Discussion in Egyptology, University Press, Oxford (UK) 1985, p. 22.
  14. Peter Kaplony, Die Rollsiegel des Alten Reichs: Katalog der Rollsiegel (= Monumenta aegyptiaca, vol. 3). Association égyptologique Reine Élisabeth, Le Caire, 1981, p. 146–155.
  15. a et b Silke Roth, Die Königsmütter des Alten Ägypten von der Frühzeit bis zum Ende der 12. Dynastie, Harrassowitz, Wiesbaden 2001, (ISBN 3-447-04368-7), p. 68–69 & 385.
  16. William Stevenson Smith, « Inscriptional Evidence for the History of the Fourth Dynasty », dans : Journal of Near Eastern Studies, vol. 11, 1952, p. 113–128.
  17. George Andrew Reisner, A History of the Giza Necropolis - Volume II: The tomb of Hetep-Heres, the mother of Cheops. A Study of Egyptian Civilization in the Old Kingdom, Oxford University Press, Oxford 1955, p. 59–61.
  18. Wilfried Seipel, « Hetepheres I », dans : Wolfgang Helck, Eberhard Otto, Lexikon der Ägyptologie, p. 1172–1173.
  19. Günter Dreyer, Werner Kaiser, « Zu den kleinen Stufenpyramiden Ober- und Mittelägyptens », dans : Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts Abteilung Kairo, vol. 36. Philipp von Zabern, Mainz 1980, p. 55.
  20. Günter Dreyer, Werner Kaiser, « Zu den kleinen Stufenpyramiden Ober- und Mittelägyptens », dans : Mitteilungen des Deutschen Archäologischen Instituts, Abteilung Kairo (MDAIK), vol. 36, 1980, p. 57.
  21. Andrzej Ćwiek, « Date and Function of the so-called Minor Step Pyramids », dans : Göttinger Miszellen, 162. Edition 1998. p. 42-44.
  22. Rainer Stadelmann, « Snofru – Builder and Unique Creator of the Pyramids of Seila and Meidum », dans : Ola El-Aguizy, Mohamed Sherif Ali, Echoes of Eternity. Studies presented to Gaballa Aly Gaballa, Harrassowitz, Wiesbaden 2010, (ISBN 978-3-447-06215-2), p. 32.
  23. Eduard Meyer, Geschichte des Altertums, Band 1, Erweiterte Ausgabe, Jazzybee Verlag, Altenmünster 2012 (Neuauflage), (ISBN 3849625168), p. 128.
  24. Miroslav Verner, Die Pyramiden, Rowohlt, Wiesbaden 1999, (ISBN 3-499-60890-1), p. 177.
  25. Peter Jánosi, Die Gräberwelt der Pyramidenzeit, von Zabern, Mainz 2009, (ISBN 3805336225), p. 37-38.