Djéser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Djéser
Image illustrative de l'article Djéser
Statue de Djéser au musée égyptien du Caire
Période Ancien Empire
Dynastie IIIe dynastie
Fonction Pharaon
Prédécesseur Khâsekhemoui
Dates de fonction env. entre -2691 et -2625
Successeur Sékhemkhet ou Sanakht
Famille
Père Khâsekhemoui
Mère Nimaâthâpy
Conjoint Hétephernebty
Enfant(s) Initkaes - Niânkh-Hathor
Fratrie Hétephernebty - Initkaes ?
Sépulture
Nom Complexe funéraire de Djéser
Type Pyramide à degrés
Emplacement Saqqarah
Fouilles Jean-Philippe Lauer

Djéser (ou Djoser) est un roi de la IIIe dynastie (Ancien Empire). Il succède à Khâsekhemoui ; on a longtemps pensé qu'il avait succédé à Sanakht, mais il s'est avéré que ce dernier est en réalité l'un de ses successeurs[réf. nécessaire]. Manéthon l’appelle Tosorthros (Sesorthos) et lui compte vingt-neuf ans de règne alors que le papyrus de Turin lui en compte dix-neuf ans et un mois, ce qui est contradictoire avec d'autres documents égyptiens dont la stèle de la famine découverte à Assouan[1].

D'après de récentes recherches d'une équipe internationale de chercheurs, il est possible de dater le début du règne de Djéser, et cela avec une infime marge d'erreur, entre -2691 et -2625[2].

Les prédictions d'Alen, -2630 à -2611, ainsi que celles d'autres spécialistes, comme Malek -2628 à -2609, si elles ne sont pas faussées complètement, mise à part celle de Krauss, -2720 à -2700, apparaissent quelque peu dépassées. Quelques-uns avaient vu plus juste : -2667 à -2648 (Shaw), -2687 à -2668 (Redford), -2665 à -2645 (Beckerath).

Règne[modifier | modifier le code]

La stèle de la famine, sur l'île de Sehel

Au début de son règne, il réside près d'Abydos, où il commence la construction d'un tombeau à Beit Khallaf. La reine Nimaâthâpy, appelée « Mère des enfants royaux » sous Khâsekhemoui, fut qualifiée de « Mère du roi » sous Djéser. Le règne de Djéser voit l’apparition du premier vizir connu : Menka.

Djéser, qui signifie « le saint » en égyptien ancien, serait à l'origine d'une grande réforme religieuse dans tout le pays. Roi à l'image de pacifique, il est considéré comme le « bâtisseur » de l'Ancien Empire, non par la grandeur de ses œuvres mais par les innovations qu'il a introduites avec l'aide d'Imhotep. Son règne connut une réelle prospérité économique et culturelle du pays avec des ouvertures sur l'Orient.

Il est le bâtisseur de la pyramide à degrés de Saqqarah. Le génial architecte de cette construction fut Imhotep qui possédait entre autres les fonctions de grand chancelier de la Basse-Égypte, prince royal, grand prêtre d'Héliopolis et médecin royal. Il choisit pour ses monuments d'éternité la pierre, avec des représentations de végétaux[3] : colonnes-papyrus, colonnes cannelées et colonnes fasciculées (rappel de colonnes formées de tiges de roseaux ou de palmes réunies en faisceaux).

Une stèle, trouvée dans l'île de Sehel située au Sud d'Assouan, évoque une famine qui a frappé l'Égypte en l'an XVIII du règne de Djéser, famine qui dura sept ans.

Djéser renforce l’administration de l’État et est le premier roi à avoir la maîtrise de la péninsule du Sinaï dont ses ressources minières (cuivre, turquoise) passent sous contrôle de l’Égypte. Il laissa un si prestigieux souvenir que c’est à son nom que fut rédigé un apocryphe à l’époque ptolémaïque.

Sépulture[modifier | modifier le code]

Son complexe à Saqqarah a été restauré sous la direction de Jean-Philippe Lauer, l'oublié de Dieu, ainsi que le nommaient les Égyptiens en raison de son grand âge et de son dynamisme. Architecte de formation, l'égyptologue œuvra sur le site de 1926 à 2001, date de son décès. Lauer affirme que tout est parti d'un simple mastaba, sans doute jugé trop peu imposant en regard de la personnalité du roi, et probablement masqué par l'enceinte du complexe funéraire. Imhotep rajouta donc trois niveaux supplémentaires, puis il suréleva de deux nouveaux degrés en agrandissant par un des côtés, en s'appuyant sur la pyramide déjà existante.

La statue de Djéser, découverte par Cecil Firth, en 1924, dans son serdab (mot arabe signifiant couloir, désignant une salle murée sur le côté sud du mastaba, où se trouvait la (ou les) statue funéraire, communiquant par un soupirail avec la salle des offrandes), est exposée au musée égyptien du Caire, tandis que celle qui est visible dans le fameux serdab, est une copie.

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature des pharaons.

Le nom de Sa-Rê[4] de Djéser apparaît seulement à la XIIe dynastie. Aujourd'hui, il est identifié sans aucun doute avec l'Horus Netjerykhet grâce à de nombreux documents connus.

Photos[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir infra
  2. Égypte Ancienne : Établissement de la première chronologie absolue de l'Égypte dynastique
  3. Rappel probable des matériaux périssables autrefois utilisés dans les temples, en même temps qu'une naissance d'un art architectural
  4. Ce nom de fils de Rê, entouré d'un cartouche, n'existait pas à l'époque de Djéser ; il apparaît pour la première fois au Moyen Empire égyptien

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]