Ouneg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ouneg
Image illustrative de l’article Ouneg
Cartouche 12, liste d'Abydos.
Période Époque thinite
Dynastie IIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Ninetjer
Dates de fonction -2754 à -2734 (selon D. B. Redford)
-2742 à -2735 (selon J. von Beckerath)
-2707 à -2700 (selon J. Málek)
Successeur Sénedj

Nebty-Ouneg ou Nebty-Oueneg (ou plus simplemant Ouneg) est un roi de la IIe dynastie pendant la période thinite. Le nom de Nebty-Ouneg ne serait que son nom de Nesout-bity sans cartouche. On ne connaît aucun autre nom associé, en particulier le nom d'Horus de ce roi, qui est peut-être à chercher parmi les noms d'Horus de cette dynastie. Sa position chronologique n'est pas certaine et la durée de son règne est complètement inconnue. Certains l'associe au quatrième nom des listes royales d'époque ramesside Ouadjenes mais ceci n'est pas certain. On situe son règne de -2754 à -2734[1].

Attestations[modifier | modifier le code]

Le nom Ouneg est généralement accepté comme étant un nom de Nesout-bity du roi Nebty-Ouneg. Le nom d'Ouneg apparaît dans les inscriptions à l'encre noire sur les fragments d'albâtre et dans les inscriptions sur les vases de schiste. Dix-sept vases portant son nom ont été conservés, tous originaires de Saqqarah ; onze d'entre eux ont été trouvés dans les galeries souterraines sous la pyramide à degrés du roi Djéser de la IIIe dynastie. Des égyptologues tels que Wolfgang Helck et Francesco Tiradritti soulignent que toutes les inscriptions sont faites à la place des inscriptions antérieures, ce qui signifie que les noms qui étaient à l'origine placés sur les récipients étaient différents.

Identification[modifier | modifier le code]

Depuis que le nom de Nebty-Ouneg a été connu pour la première fois par les égyptologues, les chercheurs ont essayé de faire correspondre le nom Nebty-Ouneg aux noms d'Horus contemporains. Les sections qui suivent traitent de certaines de ces hypothèses.

Identification au roi Nebrê[modifier | modifier le code]

Le fragment de vase de pierre Jochem Kahl pour développer son hypothèse liant Nebty-Ouneg et Nebrê[2]

L'égyptologue Jochem Kahl affirme que Nebty-Ouneg était la même personne que le roi Horus Nebrê, le second souverain de la IIe dynastie. Il montre du doigt un fragment de vase fait d'un matériau ignée, qui a été trouvé dans la tombe du roi Péribsen (un souverain ultérieur de la IIe dynastie) à Abydos. Il croyait avoir trouvé sur le tesson de pot des traces faibles, mais claires, de la fleur d'Ouneg sous le nom inscrit du roi Ninetjer. Sur le côté droit du nom de Ninetjer, la représentation de la maison Ka du roi Nebrê est partiellement conservée. L'arrangement complet a conduit Kahl à la conclusion que la fleur d'Ouneg et le nom de Nebrê étaient liés l'un à l'autre et que le roi Ninetjer a plus tard remplacé l'inscription. Kahl souligne également que le roi Ninetjer a écrit son nom en miroir, de sorte que son nom pointe dans la direction opposée au nom de Nebrê. La théorie de Kahl fait l'objet d'un débat permanent car l'inscription du vase est gravement endommagée et laisse donc une large place à diverses interprétations.

Identification au roi Sekhemib[modifier | modifier le code]

Des égyptologues comme Nicolas Grimal, Wolfgang Helck et Walter Bryan Emery identifient Nebty-Ouneg au roi Sekhemib-Perenmaât et au cartouche royal de l'époque ramesside Ouadjenes. Leur théorie est basée sur l'hypothèse que Sekhemib et Seth-Péribsen étaient des souverains différents et que les deux étaient ceux des successeurs immédiats du roi Ninetjer. Mais cette théorie n'est pas communément acceptée, car les sceaux d'argile de Sekhemib ont été trouvés dans la tombe du roi Khâsekhemoui, le dernier souverain de la IIe dynastie. Les sceaux d'argile ont placé le règne de Sekhemib près de celui de Khâsekhemoui, tandis que le nom Ouadjenes est placé au début de la IIe dynastie.

Roi distinct[modifier | modifier le code]

Des égyptologues tels que Peter Kaplony et Richard Weill soutiennent que Nebty-Ouneg était un roi distinct des autres rois de l'époque. Ils suggèrent que Ouneg a succédé à Ninetjer et que son nom est conservé dans les listes royales ramessides sous le nom Ouadjenes. Leur hypothèse est d'abord basée sur la théorie largement acceptée selon laquelle les scribes ramessides ont échangé la fleur d'Ouneg avec le foin de papyrus, la transformant en Ouadjenes. Deuxièmement, la théorie de Kaplony et Weill est basée sur l'inscription sur la pierre de Palerme. Ils croient que le nom Ounegsekhemoui est préservé sur la troisième ligne de l'année des événements. Cette théorie n'est pas non plus largement acceptée, car la pierre de Palerme est très endommagée à cet endroit et les traces très faibles des hiéroglyphes laissent trop de place à différentes interprétations.

Règne[modifier | modifier le code]

On sait peu de choses sur le règne d'Ouneg. Les inscriptions sur des vases mentionnant son nom ne montrent que des rapports sur des événements cérémoniels, tels que le soulèvement des colonnes d'Horus. Cette fête est fréquemment rapportée sur les vases du règne de Ninetjer, ce qui rapproche la position chronologique d'Ouneg de celle de Ninetjer.

La durée du règne d'Ouneg est inconnue. S'il était la même personne que le roi Ouadjenes, il régna (selon le Canon royal de Turin) pendant 54 ans. Si Ouneg était la même personne que le roi Tlas, mentionné par l'historien Manéthon, il régna pendant 17 ans. Mais les égyptologues modernes ont des doutes sur ces deux affirmations et les évaluent comme des interprétations erronées ou des exagérations. Si Ouneg était en fait un souverain distinct, comme Richard Weill et Peter Kaplony le croient, il aurait pu gouverner pendant 12 ans, selon leurs reconstructions des inscriptions sur la pierre de Palerme.

Une théorie suggère que le royaume autrefois unifié d'Égypte a été divisé après la mort de Ninetjer en deux parties. Par conséquent, pendant un certain temps après la mort du roi Ouneg, deux rois régnèrent en même temps sur l'Égypte, en acceptant l'hypothèse qu'Ouneg était un souverain indépendant. Cette hypothèse est basée sur l'observation que les listes royales de l'ère ramesside mentionnent les noms Ouadjenes et Sénedj comme les successeurs immédiats du roi Ninetjer. La liste d'Abydos, par exemple, ne mentionne que six rois pour la IIe dynastie, alors que toutes les autres listes royales (Canon royal de Turin et Table de Saqqarah) en mentionnent neuf. Ouneg fut donc le dernier roi à régner sur toute l'Égypte, avant de partager son trône (et son contrôle sur l'Égypte) avec un autre roi. On ne sait toujours pas qui était l'autre roi. Le successeur de Ouneg a peut-être été Sénedj, mais même cela est incertain en cette période sombre de la IIe dynastie.

Titulature[modifier | modifier le code]

La fleur d'Ouneg

Le symbole qui a été utilisé pour écrire le nom de Ouneg est l'objet d'un débat important entre égyptologues à ce jour. La fleur d'Ouneg est rarement utilisée dans l'écriture égyptienne. Mystérieusement, la fleur d'Ouneg est souvent guidée par six traits verticaux, trois de chaque côté du signe. La signification de ces traits est inconnue. Après la mort de Nebty-Ouneg, sa fleur ne fut réutilisée qu'à partir du roi Téti (VIe dynastie), lorsqu'elle fut utilisée dans ses Textes des pyramides pour nommer un Ouneg comme divinité du ciel et de la mort, qui fut titré avec Fils de Rê et disciple du roi défunt. Il semble donc que la fleur d'Ouneg était en quelque sorte liée au culte égyptien du soleil et de la mort. Mais la véritable signification de la fleur en tant que nom de roi reste inconnue.[3],[4],[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Redford ; autres avis de spécialistes : -2742 à -2735 (von Beckerath), -2707 à -2700 (Málek).
  2. Jochem Kahl, Ra is my Lord - Searching for the rise of the Sun God at the dawn of Egyptian history, Harrassowitz, Wiesbaden 2007, (ISBN 978-3-447-05540-6), p. 12–14, 74.
  3. Bernhard Grdseloff, « King Uneg », dans Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, no 44, 1944, p. 279–306.
  4. Winfried Barta, dans Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde, no 108, Akademie-Verlag, Berlin 1981, (ISSN 0044-216X), p. 20–21.
  5. Iorwerth Eiddon Stephen Edwards, The Cambridge ancient history, Vol. 1, Pt. 2: Early history of the Middle East, 3rd reprint. Cambridge University Press, Cambridge 2006, (ISBN 978-0-521-07791-0), p. 31.
  6. Jochem Kahl (de), « Das System der ägyptischen Hieroglyphenschrift in der 0.–3. Dynastie », dans Göttinger Orientforschungen, volume IV, 1994, p. 354-355.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Darrell D. Baker: The Encyclopedia of the Egyptian Pharaohs. Bd. 1: Predynastic to the Twentieth Dynasty (3300–1069 BC). Bannerstone Press, London 2008, (ISBN 978-0-9774094-4-0), S. 362–365.

Liens externes[modifier | modifier le code]