Djédefrê

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Djédefrê
Image illustrative de l'article Djédefrê
Tête d'une statuette de Djedefrê portant la couronne rouge - Musée du Louvre
Période Ancien Empire
Dynastie IVe dynastie
Fonction Pharaon
Prédécesseur Khéops
Dates de fonction -2580 à -2570 (selon R. Krauss)
-2584 à -2576 (selon D. B. Redford)
-2556 à -2547 (selon J. von Beckerath)
-2520 à -2512 (selon D. Arnold)
-2528 à -2520 (selon J. P. Allen)
-2526 à -2518 (selon J. Málek)
-2524 à -2516 (selon A. D. Dodson)
-2516 à -2509 (selon P. Vernus & J. Yoyotte)
Successeur Khéphren
Famille
Grand-père paternel Snéfrou
Grand-mère paternelle Hétep-Hérès Ire
Père Khéops
Mère Noubet
Conjoint Khentetenka
Enfant(s) Setka
Néferhétepès
Hernet
Baka
Deuxième conjoint Hétep-Hérès II
Fratrie Kaouab Ier
Baoufrê
Hordjédef
Mérésânkh II
Khoufoukhâf
Khentetenka
Khéphren
Hétep-Hérès II
Khâmerernebty Ire
Horbaf
Minkhâf
Sépulture
Nom Pyramide de Djédefrê
Type Pyramide à faces lisses
Emplacement Abou Rawash

Djédefrê (ou Djidoufrâ) est un pharaon de la IVe dynastie de l'Ancien Empire égyptien qui aurait régné[1] de -2528 / -2526 à -2520/-2518.

Il n'a laissé que peu de traces de son court règne, d'autant plus éclipsé que placé entre les trois rois illustres de la dynastie, Khéops, Khéphren et Mykérinos.

On le connaît également sous le nom de Rédjédef par antéposition honorifique (Rê étant dieu, son nom est placé devant).

Son complexe funéraire est sur le site d'Abou Rawash, au nord du Caire.

Règne[modifier | modifier le code]

Tête d'une statuette de Djedefrê portant le nemès - Musée du Louvre

Peu de documents permettent d'éclairer un règne qui selon les marques de carriers découvertes sur le site de son complexe funéraire à Abou Rawash aurait duré au moins vingt-trois ans. Ce fait découvert récemment sur le site lors des fouilles et études menées par le Fonds National de la Recherche Suisse et l'Institut français d'archéologie orientale viennent ainsi remette en cause l'idée d'un règne court, à la marge de la dynastie et ayant subi une damnatio memoriae qui voudrait que son règne eut été illégitime : selon la légende, il aurait fait tuer son frère Kaouab Ier pour s'emparer du trône et aurait été banni par la famille, ce qui expliquerait qu'il soit enterré à Abou Rawash[2] au lieu de Gizeh, comme c'était la tradition[3]. Il n'en est rien en fait car ces découvertes faites sur le site de son tombeau, associées à celle de son cartouche sur les dalles de fermetures des grandes fosses à barques de Khéops dans les années 1950, attestant qu'il procéda officiellement aux funérailles de son père, éclairent d'un nouveau jour la place et le règne de ce personnage resté trop longtemps à l'ombre des deux grands constructeurs de Gizeh.

Cependant comme pour son père Khéops, peu de représentations du roi subsistent en dehors des fragments statuaires en quartzite retrouvés dans son temple cultuel accolé à sa pyramide.

Certains voient en Djédefrê le même personnage que le fameux magicien Djédefhor du conte du papyrus Westcar bien qu'un personnage du même nom ait un mastaba aménagé sur le plateau de Gizeh. Dans ce conte célèbre de la littérature égyptienne antique, ce fils de Khéops fait venir à la cour le magicien Djedi qui, après un certain nombre de tours destinés à réjouir le cœur du roi, lui annonce sous forme de prédiction la naissance future de trois enfants mâles conçus par et qui régneront sur le trône... mais ne sont pas de sa descendance. Cette prophétie est censée annoncer l'avènement de la Ve dynastie.

Ce qui est certain c'est que Djedferê est le premier pharaon à porter le qualificatif de fils de Rê dans sa titulature et que le choix du site de sa pyramide rattache un peu plus encore son règne à la théologie héliopolitaine, car située en face de la ville du dieu soleil.

D'après l'égyptologue Vassil Dobrev, Djédefrê pourrait être le constructeur du sphinx de Gizeh dont le visage serait celui de son père Khéops.

Titulature[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Titulature des pharaons.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon Allen, Málek.
    Autres avis de spécialistes : -2580 à -2570 (Krauss), -2584 à -2576 (Redford), -2556 à -2547 (von Beckerath), -2589 à -2566 (Shaw), -2520 à -2512 (Arnold), -2528 à -2520 (Allen), -2526 à -2518 (Malek), -2524 à -2516 (Dodson), -2516 à -2509 (Dictionnaire des Pharaons de Pascal Vernus et Jean Yoyotte ; IVe dynastie, page 219)
  2. Sa pyramide fut vandalisée mais à l'époque romaine
  3. (en) Aidan Dodson, Dyan Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, Thames and Hudson, , 320 p.