Sésostris II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sésostris II
Image illustrative de l’article Sésostris II
Tête de Sésostris II
Période Moyen Empire
Dynastie XIIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Amenemhat II
Dates de fonction -1897 à -1878
Successeur Sésostris III
Famille
Grand-père paternel Sésostris Ier
Grand-mère paternelle Néférou III
Père Amenemhat II
Conjoint Khénémet-néfer-hedjet Ire Oueret
(l'Ancienne ou l'Aînée)
Enfant(s) Sésostris III
Deuxième conjoint Néféret II
Enfants avec le 3e conjoint Senousert-Seneb
Itakait III
Sathathoriounet
Néféret III
Fratrie Amenemhat-Ânkh
Khénémet-néfer-hedjet Ire
Néféret II
Itakait II
Sathathormerit
Ita
Ita-Ouret
Khnoumet
♀ Sat...
Sépulture
Nom Pyramide de Sésostris II
Type Pyramide à faces lisses
Emplacement El-Lahoun (Fayoum)

Sésostris II (-1897 / -1878) est le 4e souverain de la XIIe dynastie. Il est le fils d'Amenemhat II avec qui il est corégent pendant 2/3 ans, mais on ne connait pas le nom de sa mère.

Généalogie[modifier | modifier le code]

La reine Khénémet-néfer-hedjet Ire dite Oueret, femme de Sésostris II et mère de Sésostris III (Musée du Louvre, E32564).

Le père de Sésostris II est son prédécesseur Amenemhat II, le nom de sa mère est inconnue[1]. Sésostris II a eu au moins deux épouses qui sont également ses sœurs ou demi-sœurs[1] : Khénémet-néfer-hedjet Ire dite Oueret, mère du futur Sésostris III et Néféret II. Cinq enfants lui sont attestés[1] :

Règne[modifier | modifier le code]

Pectoral au nom de Sésostris II

Accession au trône[modifier | modifier le code]

Amenemhat II et son successeur Sésostris II ont partagé une brève corégence, la seule incontestable de tout le Moyen Empire. Contrairement à la plupart des monuments à double date, la stèle de Hapou de Konosso indique explicitement que ces deux rois ont régné ensemble pendant un certain temps[2] et que l'année 3 du règne de Sésostris II équivaut à l'année 35 du règne d'Amenemhat II. L'année 35 d'Amenemhat II sur la stèle de Hapou est également la plus haute date connue pour lu[3].

Longueur du règne[modifier | modifier le code]

La durée des règnes de Sésostris II et de Sésostris III est l'une des principales interrogations pour comprendre la chronologie de la XIIe dynastie[4]. On pense que le Canon royal de Turin attribue un règne de 19 ans à Sésostris II et de 30 ans à Sésostris III[5]. Cette vision traditionnelle a été remise en cause en 1972 lorsque l'égyptologue américain William Kelly Simpson a observé que la dernière année de règne attestée pour Sésostris II était sa 7e, et de même pour Sésostris III sa 19e[5].

Kim Ryholt suggère la possibilité que les noms figurant sur le Canon aient été mal arrangés et propose deux durées de règne possibles pour Sésostris II : 10 ans et plus, ou 19 ans[5]. Plusieurs égyptologues, comme Thomas Schneider, citent l'article de Mark C. Stone, publié dans le Göttinger Miszellen en 1997, qui détermine que la plus haute année de règne enregistrée pour Sésostris II était sa 8e, d'après la stèle du Caire JE 59485[6].

Certains universitaires préfèrent lui attribuer un règne de seulement 10 ans et confier plutôt le règne de 19 ans à Sésostris III. D'autres égyptologues, cependant, comme Jürgen von Beckerath et Frank Yurco, ont maintenu le point de vue traditionnel d'un règne plus long de 19 ans pour Sésostris II, étant donné le niveau d'activité entrepris par le roi pendant son règne. Yurco note que la réduction de la durée du règne de Sésostris II pose des difficultés car « ce pharaon a construit une pyramide complète à El-Lahoun, avec un temple funéraire en granit massif et un ensemble de bâtiments. De tels projets ont pris, de manière optimale, de quinze à vingt ans pour être achevés, même avec les noyaux de briques de terre cuite utilisés dans les pyramides du Moyen Empire »[7].

Actuellement, le problème de la durée du règne de Sésostris II est insoluble, mais de nombreux égyptologues préfèrent aujourd'hui lui attribuer un règne de 9 ou 10 ans uniquement en raison de l'absence de dates supérieures attestées pour lui au-delà de sa 8e année de règne. Cependant, le jour et le mois de la mort de Sésostris II pourrait être déterminé. Selon Jürgen von Beckerath, les documents du temple d'El-Lahoun, la ville pyramidale de Sésostris II, mentionnent souvent la fête de « l'Aller-retour au ciel » qui pourrait être la date de la mort de ce souverain[8]. Ces documents indiquent que cette fête a eu lieu le 14e jour du 4e mois du Peret[9],[10].

Activités en Égypte[modifier | modifier le code]

Tête de statue de Sésostris II provenant de Karnak

L'oasis du Fayoum, une région de la Moyenne-Égypte, est habitée par les humains depuis plus de 8000 ans[11]. Elle est devenue un centre important en Égypte pendant le Moyen Empire[11]. Tout au long de cette période, les dirigeants ont entrepris des projets de développement faisant du Fayoum un centre agricole, religieux et de villégiature[11]. L'oasis était située à 80 km au sud-ouest de Memphis et offrait des terres arables autour du lac lac Moéris, une étendue d'eau naturelle[11].

Sésostris II a continué un projet, tout juste commencé par Amenemhat II, d'exploitation des ressources naturelles de la région marécageuse pour la chasse et la pêche, projet poursuivi par ses successeurs et qui a "mûri" sous le règne de son petit-fils Amenemhat III[12]. Pour mettre en œuvre ce projet, Sésostris II a développé un système d'irrigation avec une digue et un réseau de canaux qui ont siphonné l'eau du lac Moéris[12],[13]. Les terres récupérées, dans ce projet ont ensuite été cultivées[13], doublant la superficie des terres cultivables dans la région selon Miroslav Verner.

Les cultes en l'honneur du dieu crocodile Sobek étaient très répandus à l'époque[11]. À Qasr el-Saghah, un temple anépigraphe lui est parfois attribué, parfois à Sésostris III.

Activités hors d'Égypte[modifier | modifier le code]

Procession des Âamou - Tombe de Khnoumhotep II à Beni Hassan

Le règne de Sésostris II a inauguré une période de paix et de prospérité, sans campagnes militaires enregistrées (seule une inspection des fortifications de Nubie est faite en l'an 3) et avec la prolifération du commerce entre l'Égypte et le Proche-Orient[13]. Il envoie des expéditions dans les carrières du Sinaï et au Ouadi el-Houdi.

À peu près à la même époque, des groupes d'étrangers d'Asie occidentale visitant le roi avec des cadeaux sont enregistrés, comme dans les peintures funéraires du fonctionnaire Khnoumhotep II, qui a également servi sous Sésostris III. Ces étrangers, peut-être des Cananéens ou des Bédouins, sont étiquetés Âamou (ˁȝmw), y compris le chef accompagné d'une bouquetin de Nubie et nommé Abisha le Hyksôs (ḥḳȝ-ḫȝsw.t, Heqa-kasout pour "Hyksôs"), la première occurrence connue du nom "Hyksôs"[14] .

Succession[modifier | modifier le code]

Il y a une absence de preuves sérieuses d'une corégence entre Sésostris II et son fils Sésostris III[15]. Murnane identifie que la seule preuve existante d'une corégence entre Sésostris II et Sésostris III est un scarabée sur lequel sont inscrits les noms des deux rois[3]. L'association peut être expliquée comme étant le résultat d'une datation rétroactive où la dernière année de règne de Sésostris II a été absorbée par la première année de règne de Sésostris III, comme le prouveraient les preuves contemporaines du Canon royal de Turin qui donnent à Sésostris II une durée de règne de 19 années complètes et une partielle[3]. Une inscription dédicatoire célébrant la reprise des rituels commencés par Sésostris II et III, et un papyrus avec des entrées identifiant la dix-neuvième année de règne de Sésostris II et la première année de règne de Sésostris III sont peu de preuves et ne nécessitent pas de corégence[3]. Murnane soutient que s'il y avait eu une corégence, elle n'aurait pas pu durer plus de quelques mois[3].

Sépulture[modifier | modifier le code]

Pyramide de Sésostris II

Sésostris II construit son complexe pyramidal à El-Lahoun, à l'entrée de la dépression du Fayoum. La pyramide est très ruinée et laisse entrevoir la colline rocheuse sur laquelle elle fut élevée. Sa pyramide se composait d'une structure massive en briques construite autour d'un noyau rocheux et soutenue par des murs imposant de calcaire. Cette pyramide a une base de 107 m2 pour une hauteur de 48,7 m. S'inspirant des complexes pyramidaux de l'Ancien Empire pour les éléments annexes à la pyramide, cette dernière fut pour la première fois dotée d'une entrée camouflée et située ailleurs que sur la face nord du monument afin de rendre la tâche impossible aux spoliateurs. L'égyptologue William Matthew Flinders Petrie fit la découverte au XIXe siècle d'un trésor composé de nombreux bijoux et de poteries et situé dans une galerie souterraine aux abords de la pyramide.

Titulature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Michel Dessoudeix, Chronique de l'Égypte ancienne : Les pharaons, leur règne, leurs contemporains, Arles, Actes Sud, , 786 p. (ISBN 978-2-7427-7612-2), pages 148
  2. (en) Harco Willems, A companion to Ancient Egypt, vol. 1, Wiley-Blackwell, , pages 92-93
  3. a b c d et e (en) William J. Murnane, Ancient Egyptian coregencies (=Studies in Ancient Oriental Civilization, no. 40), Chicago, Ill., The Oriental Institute of the University of Chicago, , 272 p. (ISBN 0-918986-03-6), page 7
  4. (en) William Kelly Simpson, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt : A - F. 1, vol. 3, Oxford University Press, , 586 p. (ISBN 978-0-19-510234-5), page 453
  5. a b et c (en) Kim Steven Bardrum Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c. 1800–1550 B.C, Museum Tusculanum Press: University of Copenhagen, , 463 p. (ISBN 978-87-7289-421-8, lire en ligne), pages 14-15
  6. (en) Thomas Schneider, Ancient Egyptian Chronology, Leiden/Boston (Mass.), Brill, , 517 p. (ISBN 978-90-04-11385-5), page 172
  7. (en) Frank Yurco, Black Athena Revisited, University of North Carolina Press, , 522 p. (ISBN 978-0-8078-4555-4, lire en ligne), page 69 62–100
  8. (de) Jürgen von Beckerath, « Nochmals zur Chronologie der XII. Dynastie », Orientalia, vol. 64, no 4,‎ , p. 447
  9. (de) Ludwig Borchardt, « Der zweite Papyrusfund von Kahun und die zeitliche Festlegung des mittleren Reiches der ägyptische Geschichte », Zeitschrift für ägyptische Sprache und Altertumskunde, no 37, {{Article}} : paramètre « date » manquant, p. 89–103
  10. (en) Alan H. Gardiner, « Regnal Years and Civil Calendar in Pharaonic Egypt », The Journal of Egyptian Archaeology, vol. 31, no 1,‎ , p. 11–28 (DOI 10.2307/3855380)
  11. a b c d et e (en) Wilfong, The Oxford Encyclopedia of Ancient Egypt : A - F. 1, vol. 1, Oxford University Press, , 586 p. (ISBN 978-0-19-510234-5)
  12. a et b Nicolas Grimal, Histoire de l'Egypte ancienne, Le Livre de Poche, , 668 p. (ISBN 978-2-253-06547-0)
  13. a b et c (en) Gae Callender, The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-815034-3, lire en ligne)
  14. (en) Andrew Curry, « The Rulers of Foreign Lands », Archaeology Magazine,‎ (lire en ligne)
  15. (de) Karl Jansen-Winkeln, « Zu den Koregenz der 12. Dynastie », Studien zur Altägyptischen Kultur, vol. 24,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]