Sânkhenrê Montouhotepi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sânkhenrê Montouhotepi
Image illustrative de l’article Sânkhenrê Montouhotepi
Dessin d'un sphinx portant le nom Sânkhenrê entre ses pattes[1].
Période Deuxième Période intermédiaire
Dynastie XVIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Sekhemrê-Sânhktaouy Neferhotep III
Successeur Souadjenrê Nebiryraou Ier

Sânkhenrê Montouhotepi (ou autrefois nommé Montouhotep VII) est un roi de la XVIe dynastie.

Attestations[modifier | modifier le code]

Montouhotepi est attestée par une stèle de Karnak[2] et un sceau de scarabée de provenance inconnue portant un nom de Nesout-bity lu différemment : Souahenrê, Souadjenrê et Sânkhenrê. En outre, deux sphinx de calcaire de Montouhotepi ont été découverts en 1924 dans les ruines du temple d'Horus à Edfou, l'un portant le nom de Nesout-bity Sânkhenrê et l'autre le nom de Sa-Rê Montouhotepi[1],[3]. Enfin, Montouhotepi est attestée dans le Canon royal de Turin sous le nom de Nesout-bity Sânkhenrê[3].

Position chronologique[modifier | modifier le code]

Si l'identification de Montouhotepi par Ryholt dans le canon de Turin est correcte, alors il a pris le trône à la suite de Sekhemrê-Sânhktaouy Neferhotep III et n'a régné qu'un an. Le court règne de Montouhotepi a probablement été marqué par le conflit constant avec le royaume Hyksôs de la XVe dynastie. À l'époque, la XVIe dynastie était déjà affaiblie et régnait sur un peu plus que Thèbes. Dans sa stèle de Karnak, Montouhotepi affirme avec insistance « Je suis le roi dans Thèbes, c'est ma ville »[2] et appelle Thèbes la « maîtresse de tout le pays, ville du triomphe ». Il rapporte avoir repoussé les « terres étrangères », probablement un euphémisme pour les Hyksôs ou peut-être pour les Nubiens[3]. La puissance militaire de Montouhotepi est soulignée, le roi étant comparé à Sekhmet qui tue ses ennemis de son souffle flamboyant[3]. Montouhotepi a été remplacé par Souadjenrê Nebiryraou Ier, qui a régné sur la Haute-Égypte pendant plus de 25 ans.

Titulature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Henri Gauthier (1931), « Deux sphinx du Moyen Empire originaires d'Edfou », ASAE, no 31.
  2. a et b Kim Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period c.1800-1550 B.C, Museum Tusculanum Press, (1997), p. 154, 160, 202
  3. a b c et d Darell D. Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300 - 1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 233.

Littérature[modifier | modifier le code]