Massif du Jura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jura (montagne))
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jura.
Massif du Jura
Image satellite du massif du Jura.
Image satellite du massif du Jura.
Géographie
Altitude 1 720 m, Crêt de la Neige[1]
Massif Ceinture alpine
Longueur 340 km
Largeur 65 km
Superficie 14 000 km2
Administration
Pays Drapeau de la France France
Drapeau de la Suisse Suisse
Régions


Cantons
Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté
Soleure, Jura, Berne, Neuchâtel, Vaud, Bâle-Campagne, Argovie
Départements Haut-Rhin, Saône-et-Loire, Territoire de Belfort, Doubs, Jura, Ain, Haute-Savoie, Savoie, Isère
Géologie
Âge Mésozoïque (roches)
Néogène-Quaternaire (orogenèse)
Roches Roches sédimentaires

Le Jura est une chaîne de montagnes située en Europe occidentale, principalement le long de la frontière entre la France et la Suisse, au nord-ouest des Alpes. Il est caractérisé par une forme de croissant s'étendant sur plus de 340 km entre Zurich et Voreppe, suivant la courbure de l'arc alpin. Culminant à 1 720 m d'altitude au sommet du crêt de la Neige, le massif jurassien est caractérisé par un climat rude de type semi-continental à montagnard, malgré son altitude modeste et sa position géographique. Sa géologie complexe en fait un modèle de référence dans de nombreuses disciplines géologiques et son nom a été à l'origine de la dénomination de la période géologique du Jurassique.

Étymologie et toponymie[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom Jura est issu du francoprovençal juris, du bas latin juria qui signifiait « forêt de montagne ». Ces mots sont eux-mêmes issus du celte jor, jore qui signifiait « hauteur boisée » et a également donné son nom aux joux, vastes forêts de montagne, car ce massif en est recouvert depuis très longtemps[2],[3].

Appellation officielle en France[modifier | modifier le code]

En France, l'appellation administrative officielle reste « Massif du Jura », qui englobe des communes des départements du Territoire de Belfort, du Doubs, du Jura et de l'Ain[4]. Le périmètre a été fixé par décret (décret 2004-69 du 16 janvier 2004 relatif à la délimitation des massifs[4]). L'appellation « Montagnes du Jura » est une marque créée par les départements de l'Ain, du Doubs et du Jura, les régions Franche-Comté et Rhône-Alpes et le commissariat de massif du Jura pour assurer la promotion touristique du Massif, au travers de campagnes de communication, principalement sur Internet en lien avec les offices de tourisme et les « pays »[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte topographique de la France métropolitaine montrant la délimitation des six massifs montagneux du pays.
Les six massifs montagneux de la France métropolitaine. Le Jura se situe dans le centre-est, entre les Vosges et les Alpes.
carte de la suisse montrant la division du territoire en trois régions géologiques, ces régions se répartissent en trois bandes parallèles et orientées du sud-ouest au nord-est
Les trois grandes régions suisses :
  •      Jura
  •      Plateau suisse
  •      Alpes

Le massif du Jura forme une chaîne en forme de croissant longue de plus de 340 km entre Dielsdorf (Zürich, Suisse) et Voreppe (Isère, France). Sa largeur varie de quelques kilomètres, à ses extrémités, pour atteindre un maximum de 65 km entre Besançon et Neuchâtel[6]. Situé en grande partie sur la frontière entre la France et la Suisse, le massif est traditionnellement séparé en deux entités, nommées le « Jura français » et le « Jura suisse », suivant le côté de la frontière où l'on se situe. Sa superficie est estimée à environ 14 000 km2, avec 9 860 km2 en France, où il est l'un des six massifs de montagne de la métropole, et 4 140 km2 en Suisse, où il constitue l'une des trois grandes régions[7].

Le massif du Jura est délimité par un ensemble de dépressions : la Bresse à l'ouest ; le plateau suisse à l'est, qui le sépare des Alpes ; le fossé rhénan au nord, ainsi que la trouée de Belfort qui le sépare du massif des Vosges. Il est bordé au nord-ouest par un ensemble de bas-plateaux, rattachés au bassin parisien, et par le petit massif de la Serre. Au sud, les reliefs du massif se confondent progressivement avec ceux de la Chartreuse et du Vercors. Sa limite géographique méridionale est considérée comme étant le saillant du Rhône, à la limite entre le Bugey et la Savoie. Cependant, les reliefs de l'avant-Pays savoyard, ainsi que le Salève, considérés géographiquement comme appartenant aux Préalpes, ont été identifiés par les géologues comme faisant partie intégrante du Jura, au vu de leurs caractéristiques lithologiques et structurales[8].

Du point de vue administratif, le massif du Jura traverse, en France, trois régions et neuf départements : la Bourgogne-Franche-Comté (Doubs, Jura, Saône-et-Loire et Territoire de Belfort), Auvergne-Rhône-Alpes (Ain, Isère, Haute-Savoie et Savoie) et l'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (Haut-Rhin). Du côté suisse, il traverse huit cantons : Argovie, Bâle-Campagne, Berne, Jura, Neuchâtel, Soleure, Vaud et Zurich.

Topographie[modifier | modifier le code]

Carte topographique du Jura, montrant également la Bresse, le plateau suisse et une partie des Alpes.

La chaîne se prolonge en Allemagne par deux plateaux calcaires d'altitude modeste, le Jura souabe, situé au Bade-Wurtemberg, et le Jura franconien, situé en Bavière.

Le Jura est un relief plissé d'une longueur de 300 kilomètres environ et relativement jeune du point de vue géologique. Le pli du Jura le plus au sud est l'anticlinal du Ratz (plateau du Grand-Ratz et dent de Moirans) qui commence à Voreppe (près de Grenoble), en France, sur l'Isère et qui se prolonge vers le nord-nord-est en suivant les montagnes préalpines de la Chartreuse. Cette chaîne est certes nettement plus basse que la Chartreuse, mais n'en est séparée que par une petite vallée. Le deuxième pli du Jura, la chaîne de l'Épine, commence près des Échelles et se sépare des Alpes près de Chambéry, en Savoie, se prolongeant en direction du nord. Plus on remonte vers le nord, plus nombreux sont ces plis qui forment un système de montagnes complet. Le Jura atteint déjà une largeur de 40 kilomètres à l'ouest de Genève. C'est ici qu'a lieu le changement de direction générale de la chaîne vers le nord-est. Le Jura atteint sa plus grande largeur sur la ligne Besançon - Yverdon-les-Bains où elle est de 70 kilomètres. À partir de Bienne, les plis se dirigent toujours plus vers l'est et le nombre de plis parallèles commence à décroître, le système montagneux devenant plus petit. Le pli le plus oriental, le Lägern, se trouve dans un axe ouest-est exact et se termine à Dielsdorf, dans le canton de Zurich, où les couches géologiques jurassiennes passent sous la molasse du plateau suisse.

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

La dent de Vaulion.

Géologie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géologie du massif du Jura.

Le Jura a donné son nom à une période célèbre de notre planète, le Jurassique, durant l'ère secondaire. C'est à cette époque que les sédiments allant former la chaîne du Jura se sont déposés. Pendant le Jurassique, la région était composée d'îlots coralliens avec des lagons peu profonds situés à la bordure de l'océan Thétys (Océan alpin), avec une profusion biologique comparable à l'actuelle Micronésie[9],[10].

Au cours du Crétacé, le Jura va peu à peu émerger. Bien plus tard, à la fin de l'ère Tertiaire (Néogène), la poussée du massif alpin va entraîner la déformation des séries sédimentaires, qui vont se plisser et se failler. Le Jura va alors acquérir sa forme actuelle de « croissant », lequel contourne le nord-ouest du massif alpin.

Le Jura, composé de roches calcaires, donc généralement perméables, peine à retenir l'eau en son sein. Il en résulte un système karstique complexe où l'alternance de bancs calcaires et marneux conditionne la présence ou l’absence d’eau en surface. Les zones où le calcaire affleure sont en effet caractérisées par une infiltration des eaux météoriques vers un réseau hydrographique souterrain important, processus qui se traduit en surface par la présence des formes géomorphologiques caractéristiques des zones karstiques (dolines, lapiaz, gouffres...). Au contraire, les zones d’affleurement marneux (substrat imperméable argileux) se caractérisent par une restitution de l’eau au réseau hydrographique de surface (résurgences, fontaines, sources...) ou par la présence de zones de stagnation de l’eau (lacs, tourbières, marais...) qui ne peut s’infiltrer vers les aquifères calcaires. On trouve aussi dans le Jura de nombreux lacs d’origine glaciaire qui se situent au fond de combes où un substrat morainique datant des grandes glaciations quaternaires (Günz, Mindel, Riss, Würm) garantit l’imperméabilité du sous-sol.

Un bassin houiller est identifié en deux points du massif : un partiellement exploité pour son gaz autour de Lons-le-Saunier et un autre plus grand, partiellement exploité, situé au nord entre les massifs du Jura et des Vosges, qui englobe l'est de la Haute-Saône, le Territoire de Belfort et le sud du Haut-Rhin.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le massif du Jura reçoit de très grandes quantités d'eau, entre 1 000 mm et plus de 2 000 mm par an sur les plus hauts sommets. Cela a pour conséquence de créer de nombreuses rivières puissantes comme l'Ain, le Doubs, la Loue, l'Areuse, l'Orbe ou encore l'Ill.

Le Jura comporte de nombreux lacs d'origine naturelle, ainsi que des retenues utilisées pour la production hydroélectrique, à l'instar des retenues situées sur le cours de l'Ain. Parmi les lacs naturels, on compte une importante concentration de ces plans d'eau au sein de la région des lacs du Jura, située en France. Cette région compte plus d'une dizaine de lacs d'origine glaciaire. En remontant dans le Haut-Jura, la vallée de Joux compte plusieurs lacs naturels dont le plus grand du massif, le lac de Joux. Dans la haute vallée du Doubs, se trouve aussi le lac de Saint-Point et d'autres petites étendues d'eau naturelles. Dans le sud du massif, d'autres lacs sont présents comme le lac de Nantua. À l'extrémité sud du massif, dans le département de la Savoie, le Jura compte un autre grand lac : le lac d'Aiguebelette. Le lac du Bourget, plus grand lac naturel entièrement situé en France, est aussi considéré comme faisant partie du Jura, mais aussi des Préalpes.

Climat[modifier | modifier le code]

Fortement marqué par le relief du massif, le Jura est exposé dans son ensemble à un climat montagnard humide typé continental (Cfb pour la classification de Köppen), car les variations de température sont très importantes entre l'été et l'hiver. Le froid et les précipitations augmentent avec l'altitude.

Les précipitations sont très abondantes sur l'ensemble du massif du Jura, avec rarement moins de 1 000 mm par an. Les points les plus arrosés sont les sommets du Haut-Jura culminant au-dessus de 1 400 mètres avec des pointes à plus de 2 000 mm, pas loin des records de pluviométrie français[11]. La bordure interne orientale du massif du Jura est un peu moins arrosée. Le Jura subit donc de nombreuses précipitations, l’hiver elles sont majoritairement sous forme de neige au-dessus de 800 mètres d'altitude. Cependant, lors des hivers les plus doux, la limite pluie-neige peut se trouver vers 1 400 ou 1 600 mètres en moyenne. La neige y est donc plus rare.

Concernant les températures, le Jura est soumis à deux grandes influences vu l’orientation des vallées du massif : le flux de sud-ouest (doux et humide en hiver, chaud et orageux en été) et le flux de nord-est (glacial en hiver). Les températures peuvent varier énormément selon les saisons et d’un lieu à l’autre. Certaines vallées sont soumises à un effet de « cuvette à froid » avec par exemple un record absolu de froid à la Brévine, en Suisse, de −41,8 °C (1987) ; à Mouthe, en France, le record homologué par Météo-France est de −36,7 °C (1968) alors qu’une autre donnée[Laquelle ?] fait état d’un −41 °C le 17 janvier 1985. Dans cette même ville, le record de chaleur est de 37,7 °C. Cela fait une amplitude annuelle maximale de 70 °C. L’été y est donc relativement chaud, surtout au vu de l’altitude moyenne du massif.

Histoire[modifier | modifier le code]

Contrairement à ce que prétendaient les moines du XIe siècle, de nombreuses découvertes archéologiques ont montré que les montagnes du Jura furent toujours peuplées dès la Préhistoire, au cours de l'ère quaternaire[12],[13]. On y trouve toute l'évolution liées aux époques préhistoriques : pierre, fer, bronze, métallurgie, exploitation du sel, des carrières de marbre, de calcaire et de tuf, exploitation du bois d'épicéa.

On y trouve même une voie internationale de commerce qui allait de Juris en Jovis, soit du fort de Joux au Grand St Bernard. Cette voie fut empruntée par les Celtes, les Romains, les pèlerins, les commerçants et reliait la France à l'Italie.

Des nécropoles mérovingiennes y ont été découvertes par exemple à Saint-Vit et à Doubs. Au haut Moyen-Âge, l'habitat se présente généralement sous forme de villages et de hameaux très ruraux parfois spécialisés dans l'industrie du verre, des carrières, du sel, du bois, la sidérurgie, et l'agriculture.

Dès le VIe siècle, des moines vont s'installer dans les coins les plus reculés du massif car une loi leur permet de posséder ce qu'ils défrichent. Cela n'ira pas sans causer des conflits d'intérêt avec les sires locaux, d'où l'établissement de châteaux fortifiés[14].

En Franche-Comté, les guerres du XVIIe siècle furent particulièrement meurtrières. Le repeuplement se fit par des savoyards et des fribourgeois.

Le massif du Jura s'est industrialisé au XVIIIe siècle et XIXe siècle. Peu à peu, la sidérurgie est devenue horlogerie, boîte à musique (Sainte-Croix), moulin à poivre, machine à coudre ou automobile (Peugeot). Le travail du bois a permis de faire des pipes, des boutons, des jouets (Moirans-en-Montagne), complété au XXe siècle par l'industrie du plastique (Oyonnax). Les carrières du Bugey ou de Mièges, par exemple, présentent de belles pierres de taille, celles de Champagnole du ciment, d'autres du sable.

Ainsi, malgré l'altitude et des conditions climatiques rigoureuses, des villes relativement importantes (La Chaux-de-Fonds, Le Locle, toutes deux classées au patrimoine mondial de l'UNESCO pour leur urbanisme horloger, Sainte-Croix connue pour ses boîte à musique, côté suisse, et côté français, au nord : Pontarlier-Morteau au centre : Morez, Saint-Claude et au sud : Oyonnax, Bellegarde-sur-Valserine) se sont développées.

Certaines de ces villes ont connu une baisse de la population à la fin du XXe siècle, d'autres ont su évoluer vers des activités tertiaires. L'horlogerie de luxe est florissante dans le Jura suisse.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture et pastoralisme[modifier | modifier le code]

Hormis quelques enclaves d'élevage bovin mixte, c'est l'élevage bovin laitier qui prédomine dans le Jura : le lait est en effet la première ressource agricole du massif. C'est pourquoi on y compte un nombre important de fromages labellisés : AOC Morbier, AOP Comté, IGP Gruyère français, AOP Mont-d'Or et AOC Bleu de Gex en France, Gruyère AOP, Tête de Moine AOP et Vacherin Mont-d'Or AOP en Suisse. Ce modèle économique influence aussi l'installation humaine : les fermes jurassiennes sont de taille importante, ce qui correspond à une nécessité économique, à savoir abriter les troupeaux et le foin pendant la période hivernale.

Industries[modifier | modifier le code]

En France, avec les industries de l'horlogerie, la fabrication de pipes à Saint-Claude, la lunetterie, l'artisanat du bois et notamment la fabrication de jouets en bois à Moirans-en-Montagne, le massif du Jura tente avec un certain succès de se spécialiser depuis plusieurs années dans des niches de haut de gamme[réf. nécessaire]. En Suisse, l'industrie de l'horlogerie de luxe est très dominante, notamment à la vallée de Joux et à La Chaux-de-Fonds. L'industrie des machines est très présente dans le Jura bernois et le canton du Jura. La prospérité de ces industries attire de nombreux travailleurs frontaliers français dans les entreprises suisses.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Activités de plein air[modifier | modifier le code]

Le massif montagneux du Jura fait de monts et de vaux variés est adapté au développement des activités estivales de randonnées, et hivernales de sports de neige, notamment le ski de fond pour lequel le massif est reconnu internationalement grâce aux grandes courses qui s'y produisent comme la Transjurassienne qui fait partie des Worldloppet (courses mondiales) et à son Centre national de ski nordique et de moyenne montagne à Prémanon[15].

Outre ces différentes courses sportives, il est possible à tout un chacun de traverser le massif du Jura à pied, à VTT et à vélo ou, quand il est enneigé, à ski ou en raquettes grâce aux sentiers de la Grande Traversée du Jura (GTJ) qui offre, depuis 2006, une possibilité de découvrir les montagnes du Jura à raquettes sur environ 100 kilomètres entre Mouthe, dans le Doubs, et Giron, dans l'Ain. Le chemin des Crêtes entre Dielsdorf et Nyon est un classique de la randonnée. Depuis juin 2013, une nouvelle GTJ en randonnée équestre a été mise en place. Longue de près de 500 km, elle s'étend de Crosey-le-Petit dans le Doubs à Arbignieu dans l'Ain, avec un passage dans le vignoble jurassien[16].

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Le massif du Jura contient plusieurs sites naturels tels que le saut du Doubs, les cascades du Hérisson ou le creux du Van.

Patrimoine historique et industriel[modifier | modifier le code]

Le massif présente des sites historiques tels que l'abbaye de Saint-Claude, la villa palladienne, le château de Joux et l'abbatiale de Romainmôtier. Un important patrimoine industriel est également présent à travers de nombreux musées comme le musée du jouet de Moirans-en-Montagne, le musée d'automates et de boîtes à musique de Sainte-Croix ou le musée international d'horlogerie de la Chaux-de-Fonds.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

Le Jura est une zone de passage importante entre la France et la Suisse. Cinq lignes ferroviaires traversent le massif : les lignes Dole-Frasne - Neuchâtel, Besançon -Le Locle-Neuchâtel, Dole-Frasne -Lausanne, Belfort-Delle -Berne (réouverture prévue pour 2016 du côté français) et la Lyon-Bellegarde -Genève (rouverte fin 2010 pour relier Paris à Genève). Toutes hormis la troisième sont empruntées par les TGV Lyria, la quatrième, bien que fermée à tout trafic depuis 1991 doit reprendre du service en 2016 pour relier de nouveau la Suisse à Belfort et offrir une correspondance avec la LGV Rhin-Rhône. Les passages par Bâle et le fossé rhénan au nord et par Bellegarde et la vallée du Rhône au sud sont privilégiés. Toutefois, la période d'annexion de l'Alsace a donné lieu à l'ouverture de la ligne de Belfort à Delle, pour relier Paris à Berne sans avoir à traverser l'Alsace alors allemande.

Transports routiers et autoroutes[modifier | modifier le code]

En France, l'ancienne RN5 mène à Genève en traversant Poligny, Champagnole, Les Rousses, le col de la Faucille et Gex. L'autoroute A40 traverse également le massif du Jura entre Bourg-en-Bresse et Genève par le tunnel de Chamoise et une succession de viaducs, de Nantua à Lalleyriat, succession d'ouvrages d'art qui lui vaut le surnom d'autoroute des Titans[17]. En Suisse, au départ de Bienne, l'autoroute A16, dite aussi Transjurane, doit être achevée en 2016. Elle relie la ville bernoise à Delémont, Porrentruy, puis Belfort en France. L'autoroute A9 relie Orbe (raccordement avec l'autoroute A1) à Vallorbe sur la frontière. De là, la RN57 présentant des tronçons de voies rapides, conduit à Pontarlier, Besançon puis Nancy. L'autoroute A2, qui relie Olten à Bâle, franchit la chaîne du Jura par le tunnel du Belchen. Elle est l'un des axes les plus importants de Suisse et s'inscrit sur l'axe nord-sud de l'Europe par les tunnels alpin du Saint-Gothard.

Galerie photo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cartes IGN consultées sur Géoportail.
  2. Hubert Bessat, Les noms du patrimoine alpin, 2004, p. 18 et 20
  3. Pierre Chessex, « Noms de lieux forestiers », revue La Forêt, Neuchâtel, Imprimerie Nouvelle L.-A. Monnier, 1950
  4. a et b Décret no 2004-69 du 16 janvier 2004 relatif à la délimitation des massifs.
  5. Qui sommes-nous ? Montagnes du Jura
  6. (en) Anna Sommaruga, Géologie du Jura central et du bassin molassique : nouveaux aspects d'une chaîne d'avant-pays plissée et décollée sur des couches d'évaporites [« Geology of the central Jura and the molasse basin : new insight into an evaporite-based foreland fold and thrust belt »], Neuchâtel, Société neuchâteloise des Sciences naturelles, , 195 p. (ISBN 2-88347-001-4, présentation en ligne, lire en ligne), p. 18
  7. Datar 2006, p. 6
  8. Maurice Gidon, « Glossaire des domaines alpins », sur http://www.geol-alp.uiad.fr,‎ (consulté le 22 décembre 2015).
  9. « Colonne Stratigraphique Jura » (consulté le 11 mai 2015)
  10. Dominique Raizon, « Du Jurassique au Jura : des dinosaures aux mammifères », RFI,‎ (lire en ligne).
  11. Les précipitations en France
  12. C. Munnier, Fouilles et découvertes en Franche-Comté, Éditions Ouest-France, 2009
  13. Préhhistoire et Moyen Âge à Pontarlier (Doubs), INRAP, 18 septembre 2015
  14. C. Munnier, Fouilles et découvertes en Franche-Comté, Éditions Ouest-France, 2009
  15. Centre national de ski nordique et de moyenne montagne - Actualités
  16. Grandes traversées du Jura (GTJ) : la GTJ à cheval
  17. Noms des autoroutes françaises

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]