Crêt de la Neige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crêt de la Neige
Vue du sommet du crêt de la Neige, Le Reculet en arrière-plan à gauche.
Vue du sommet du crêt de la Neige, Le Reculet en arrière-plan à gauche.
Géographie
Altitude 1 718 m[1]
Massif Jura
Coordonnées 46° 16′ 22″ nord, 5° 56′ 39″ est[1]
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Géologie
Âge Pliocène-Quaternaire
Roches Calcaire
Type Crêt

Géolocalisation sur la carte : Ain

(Voir situation sur carte : Ain)
Crêt de la Neige

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Crêt de la Neige

Le crêt de la Neige est, avec une altitude de 1 718 mètres[1], le plus haut sommet du massif du Jura, dans l'Ain, en France. C'est un sommet de l'anticlinal des monts Jura.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation, topographie[modifier | modifier le code]

Le crêt de la Neige se situe sur la limite entre les communes de Lélex (versant nord-ouest) et Thoiry (versant sud-est), dans l'Ain. Il surplombe Genève et le pays de Gex et offre une vue à 360° sur le lac Léman, la Valserine, la Dôle et la chaîne des Alpes. Par temps clair, il est possible de voir jusqu'aux Vosges et la Forêt-Noire.

L'IGN mentionne actuellement l'altitude du sommet à 1 718 m sur sa carte topographique de base 1/25 000, mais 1 720 m pour des échelles plus petites[1]. On trouve une altitude de 1 717 ou 1 718 mètres sur des cartes suisses[2].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2014)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

La flore du Jura est composée d'une importante biodiversité marquée par des strates de végétation dues aux variations d'altitude.

Au sommet, on peut observer le Trolle d'Europe, de nombreuses scabieuses, des espèces de Centaurea, de Sedum, de Sempervivum, différentes gentianes, de nombreux œillets, de multiples saxifrages, Adoxa moschatellina, Calluna vulgaris, Myosotis alpestris, le thym, l'alchémille, la vesce, la Vulnéraire des montagnes, la sauge, etc.

Un peu plus bas, dans les praires et en lisière de forêt, on observe le Lis martagon, le Pigamon à feuilles d'ancolie (Thalictrum aquilegiifolium), le cyclamen, l'Anémone pulsatille (entre autres), la Grande astrance, la Nivéole de printemps, la Barbe-de-bouc (Aruncus dioicus), l'ancolie, l'Alysson des montagnes, la Linaire commune, la fritillaire, l'aconit, l'anthericum, l'Épilobe en épi, la Boule azurée, de nombreux chardons, cirses ou encore digitales.

De nombreuses orchidées terrestres sont également présentes sur tous les versants et en toutes saisons. On peut apercevoir l'Ophrys mouche (O. insectifera), l'Ophrys abeille (O. apifera), Dactylorhiza sp., l'Orchis pyramidal, l'Orchis bouc, l'Épipactis à larges feuilles (Epipactis helleborine), l'Orchis bouffon, l'Orchis singe, l'Orchis guerrier, l'Orchis mâle, l'Orchis brûlé, l'Orchis globuleux, la céphalanthère, la Néottie nid d'oiseau, le Sabot de Vénus et bien d'autres.

Certaines plantes rares peuplent également les alentours. La Dent de chien (Erythronium dens-canis), le Glaïeul des marais, la Drosera à feuilles rondes, l'Orchis vanille (Nigritella nigra), l'Épipogon sans feuilles, la grassette ou encore la Swertie vivace.

Géologie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Crêt de la Neige, carte IGN, géoportail.gouv.fr, consulté le 16 août 2017
  2. Carte 1:50000 n° 270, Genève, Office fédéral de topographie, 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]