Lac de Saint-Point

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lac de Saint-Point
Lac de Saint-Point
Lac de Saint-Point
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne Franche Comté Bourgogne-Franche-Comté
Département Doubs Doubs
Géographie
Coordonnées 46° 48′ 55″ nord, 6° 18′ 50″ est
Type Lac glaciaire
Superficie 5,2 km2
Longueur 7,2 km
Largeur 800 m
Altitude 850 m
Profondeur
 · Maximale
 
43 m
Volume 81,6 millions de m3
Hydrographie
Alimentation le Doubs
Émissaire(s) le Doubs
Durée de rétention 200 jours max

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Saint-Point

Géolocalisation sur la carte : Doubs

(Voir situation sur carte : Doubs)
Lac de Saint-Point

Le lac de Saint-Point fait partie des plus vastes lacs naturels de France. Il se situe dans le département du Doubs, au sein du massif du Jura, à une quinzaine de kilomètres de la ville de Pontarlier.

Il était nommé autrefois « lac de Dampvauthier »[1] ou « Damvauthier »[2], nom qui fait l'objet d'une légende locale.

Situé sur un plateau du Haut-Doubs à l'altitude de 849 mêtres, le lac de Saint-Point est traversé par le Doubs, qui le rejoint quelques kilomètres après sa source. Ce plan d'eau s'étire sur une longueur d'environ sept kilomètres pour une moyenne de 800 m de large. Alors que ses deux extrémités sont occupées par les alluvions récentes de la rivière, le plan d'eau occupe une vaste dépression d'origine glaciaire au sein d'un synclinal crétacé. Le fond de cette cuvette est tapissé de dépôts glaciaires et fluvio-glaciaires.

En raison de l'altitude et de la rigueur du climat, le lac gèle assez fréquemment en hiver, de façon partielle ou totale.

Alors qu'historiquement, le lac était principalement exploité pour la pêche, l'ensemble des collectivités du secteur (les communes riveraines, la Communauté de communes des Lacs et Montagnes du Haut-Doubs, ainsi que le Conseil départemental du Doubs) favorisent désormais l'activité touristique, tant l'été (baignade et randonnée) que l'hiver (ski nordique).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant le Moyen Âge, le lac reçut le nom de Dampvauthier : De lacu donni Valtheri en 1263 ; Lou lay dam Vatier en 1282 ; Lay Damp Wauthier en 1325 ; Puis, ensuite, celui de la paroisse voisine de Saint-Point : Saint Ponce en 1454 ; Saint Poing en 1598 ; Sainct Point en 1614[3].

Présentation géographique[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le Lac de Saint-Point est situé dans l'est de la France, dans le canton de Frasne, département du Doubs en région Bourgogne-Franche-Comté. Plus précisément, le lac est installé dans la région montagneuse du Haut-Doubs, au cœur de l'arc jurassien, non loin de la frontière suisse.

Description[modifier | modifier le code]

Dans un large val tectonique orienté du sud-ouest au nord-est, entre la montagne du Laveron et celle du Fort Saint-Antoine, s'étend le lac de Saint-Point, appelé lac de Dampvauthier au Moyen-Âge, à l’époque des grands défrichements des moines cisterciens de l’abbaye de Mont-Sainte-Marie. Alimenté par le Doubs, ce plan d’eau long de 7,2 kilomètres et large de 800 m est par sa taille le quatrième lac naturel d'origine glaciaire de France après ceux du Bourget, d'Annecy, et d'Aiguebelette, exception faite de la partie française du lac Léman. Il est le plus vaste des lacs naturels du Jura français. Il n'est séparé du lac de Remoray que par une zone humide, milieu naturel particulièrement riche.

Dans ce paysage de moyenne montagne, la présence du plan d'eau est un important atout économique et écologique pour les communes riveraines : Saint-Point-Lac, Les Grangettes, Labergement-Sainte-Marie, Montperreux et Malbuisson, la plus importante avec 855 habitants permanents.

Hors saison touristique, les communes riveraines du lac de Saint-Point, du lac de Remoray et du bassin amont du Doubs n'ont qu'une faible densité de population, celle-ci n'étant que légèrement supérieure à 5000 habitants répartis en une vingtaine de bourges et hameaux d’inégale importance, pour une superficie supérieure à 200 km2. Les principales activités économiques du secteur du lac sont liées à l’hôtellerie et à l'activité touristique, à l’exploitation de la forêt et à l’élevage des bovins[4].

Vue panoramique du village de Malbuisson
Malbuisson au bord du Lac de Saint-Point

Communes et hameaux riverains[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La source du Doubs
la Source bleue
  • Le Doubs
Le Doubs, rivière franco-suisse qui prend sa source à Mouthe à 945,5 mêtres d'altitude, dans le département français à qui il a donné son nom, traverse ensuite le lac de Saint-Point après avoir parcouru vingt-deux kilomètres depuis sa source.
Son débit est très irrégulier avec un régime pluvial à pluvio-nival.
  • La Source bleue
Alimenté par une résurgence karstique, cette source et le petit ruisseau de quelques centaines de mètres qui en sort se jette dans le lac, et son cours présente une cascade.
Son embouchure est située sur la rive orientale du lac à la limite des communes de Malbuisson et de Montperreux et son débit est très fluctuant. Le site est classé[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat du Doubs.

Un climat rude[modifier | modifier le code]

Le climat du Haut-Doubs connaît une forte influence continentale, avec une composante montagnarde liée à l'altitude. Il se caractérise par une forte amplitude thermique annuelle d'où l'enneigement et de fortes gelées l'hiver et de grosses chaleurs en été, ponctuées par de fortes averses orageuses.

Tableaux des températures[modifier | modifier le code]

  • Températures minimales et maximales enregistrées en 2010 à Malbuisson, commune riveraine du lac
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) −3 0 1,7 5,3 8,6 12,9 15,8 13,4 10,2 6,2 4,1 −1,7
Température maximale moyenne (°C) 2 6,1 10,6 17,3 16,7 23,1 27,2 22,9 19,5 15,3 9 3,6
Source : Climat de Malbuisson en 2010 sur linternaute.com, d'après Météo France.
  • Températures minimales et maximales enregistrées en 2015 à Malbuisson, commune riveraine du lac
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 0,7 −1,1 2,8 5,5 9,2 13,6 16,7 15,4 10,2 6,7 5,1 2,9
Température maximale moyenne (°C) 5,9 6,2 12,6 17,3 20 24,9 29,4 27 20,1 14,9 12,7 12,1
Source : Climat de Malbuisson en 2015 sur linternaute.com, d'après Météo France.


Environnement[modifier | modifier le code]

Qualité des eaux[modifier | modifier le code]

Les peuplements aquatiques du lac ont fait l’objet de trois types d’investigations dans les années 2000, un premier rapport mettant en évidence la difficulté du bassin à minéraliser la matière organique. Ce phénomène est dû à « un déficit chronique en oxygène qui s’accentue avec le temps, l’anoxie profonde faisant redouter un relargage du phosphore à partir des sédiments en fin de période de stratification hivernale. »[6].

En 2015, les élus de la Communauté de communes du Mont d'Or et des deux Lacs décident de débloquer 3,7 millions d’euros pour lancer de nouveaux travaux d’assainissement des communes, afin de réduire les rejets dans le lac. Ces travaux d'assainissement sont répartis sur trois ans[7].

Faune et Flore[modifier | modifier le code]

Selon le site de l'INPN, la ZNIEFF du Lac de Saint-Point et des zones humides environnantes abrite plusieurs espèces animales et végétales[8]

Poissons et crustacés[modifier | modifier le code]

Le lac présente un peuplement assez divers d'espèces, notamment, le gardon, la perche, le corégone, ainsi que de la truite, de la vandoise et du vairon, ces trois dernières espèces étant considérées en forte régression[9].

Accès[modifier | modifier le code]

Par la route[modifier | modifier le code]

Par le rail[modifier | modifier le code]

Le lac n'est plus accessible directement par le chemin de fer depuis 1950. Les gares ferroviaires les plus proches sont l'arrêt ferroviaire de Labergement-Sainte-Marie et la gare de Pontarlier, qui offrent des liaisons TER. La gare de Frasne est un peu plus éloignée mais offre des liaisons TGV Lyria ; elle est accessible depuis Malbuisson par autocar[10]. Ces gares offrent des liaisons avec la Suisse (par Vallorbe), le cas échéant par des trains CFF.

Géologie[modifier | modifier le code]

Photographie de Malbuisson, vu depuis la rive gauche du lac de Saint-Point
Vue panoramique de Malbuisson depuis la rive gauche du lac de Saint-Point

Les lacs de Saint-Point et de Remoray, qui, à l'origine ne formaient qu'un seul ensemble lacustre, sont situés au fond d'une large vallée synclinale dans un axe nord-est sud-ouest, formé à la suite du plissement de la chaîne jurassienne. Cette vallée est également issue d'une dépression surcreusée par les glaciers quaternaires qui l'ont occupée, laquelle est enserrée entre le synclinal de Malbuisson et le synclinal de Malpas. La séparation des deux plans d'eau est issue de l'édification d'un delta sédimentaire formé au débouché du Doubs qui en se comblant a séparé les deux lacs[11].

Article connexe : Glaciation de Würm.

Les phases successives du retrait glaciaire et de la création des deux lacs sont les suivantes :

  1. vers - 20 000, la glaciation de Würm couvre la région du lac d'un épais manteau de glace, un réchauffement progressif va s'engager,
  2. au fur et à mesure du réchauffement, le glacier va se retirer,
  3. vers - 17 000, la vallée est libre de glace et un apport de sédiments comment à édifier un delta, sous la forme d'un cône alluvial au débouché des gorges de Fourperet,
  4. puis, les glaciers finissent par disparaître, leurs eaux de fonte laissent de nouveaux dépôts, le delta formé par le Doubs s'épaissit et sépare les deux lacs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Peuplé par les Séquanes, peuple gaulois de l'est de la Gaule, le territoire du Doubs fut sous domination romaine jusqu'au Ve siècle. Le territoire des Séquanes fit d'abord partie de la province de Gaule lyonnaise, puis, à partir du règne de Domitien, de celle de Germanie Supérieure.

Moyen-Âge[modifier | modifier le code]

Après la chute de l'Empire romain d'Occident, à la fin du Ve siècle, ce qui correspond au territoire du Haut-Doubs est occupé par les Burgondes, envahisseurs venus du nord de l'Europe.

  • Le prieuré de Saint-Point
Durant le XIe siècle, un ermitage est créé, puis ou au tout début du XIIe siècle, un prieuré lui succède à proximité immédiate du lac de Damvauthier, et prend le nom de Prieuré de Saint-Point en hommage à l'ermite Saint-Ponce (en latin Pontii eremitæ) qui avait vécu là (voir la légende de Damvauthier). Les moines de ce prieuré, issus de la communauté religieuse de la communauté religieuse de Romainmôtier défrichent les abords du lac, notamment les « forêts et des lieux stériles ». Les moines eurent à lutter contre les prétentions de Humbert III de Salins, seigneur local, mais l'évêque Anséric de Besançon intervint en leur faveur. Dés lors la communauté de Saint-Point connut une assez grande renommée, mais son effectif ne dépassa jamais les dix moines[12].
  • Le baroichage de Pontarlier
Article connexe : Histoire de Pontarlier.
Dès le XIIIe siècle il existe à Pontarlier une bourgeoisie, celle-ci va s'organiser pour nommer quatre échevins et les villages des environs, quatre jurés, qui deviennent les huit magistrats désignés sous le nom de « baroichage », du vieil allemand bar signifiant « libre » ou « indépendant ». Ils sont chargés de gérer les affaires communes et une charte de 1246 distingue les « chevaliers et barons de Pontarlier ». En plus des bourgeois résidant en ville, il y a ceux du « baroichage » qui leur sont associés. Dix neuf villages composent ce "baroichage" dont tous ceux qui entourent le lac de Saint-Point.

Durant le haut Moyen Âge, les habitants de la région du lac subirent les conséquences de la lutte des hauts Barons du Comté de Bourgogne contre le roi de France. Jusqu'à la fin du XVe siècle, toutes les localités ne formèrent qu'une seule paroisse, celle de Saint-Point[13].

Renaissance et époque moderne[modifier | modifier le code]

Au cours des XVIe siècle et XVIIe siècle de nouvelles paroisses sont créées. Montperreux et Chaudron eurent leurs églises en 1508, Malbuisson devint une paroisse indépendante en 1618 et les Grangettes en 1636. Le nom du « lac de Damvauthier » disparut au profit de celui de « lac de Saint-Point » après le XVIe siècle[14]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Selon une ordonnance publiée en 1836, l'État français devint propriétaire du lac[15].

La Compagnie du tramway de Pontarlier à Mouthe inaugure en 1900 le Tacot, qui dessert les communes de la rive sud : Oye-et-Pallet, Montperreux (gare à Chaon), Chaudron, Malbuisson, Granges-Sainte-Marie, Labergement-Sainte-Marie. La ligne ferme en 1950, mais il en subsiste de multiples vestiges.

En 1994, le village de Malbuisson accueille l'arrivée de la 20e étape du Tour de France, au départ de Morzine et remportée par Djamolidine Abdoujaparov devant Ján Svorada et Silvio Martinello.

Activités[modifier | modifier le code]

Activités culturelles[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

  • En été : baignade, voile, pêche et sentier pédestre tout autour du lac.

Le lac est particulièrement bien adapté au kitesurf et au windsurf, qui se pratiquent presque toute l'année. La KAHD (Kite Association du Haut-Doubs), basée à Chaon, assure la promotion de cette activité ; elle bénéficie de l'appui des collectivités locales qui y voient une manière originale de promouvoir l'activité touristique de la région. Les conditions de vent peuvent être excellentes par orientation SW-SSW.

  • En hiver : lorsqu'il gèle totalement le lac devient une vaste patinoire naturelle.

Navigation[modifier | modifier le code]

Réglementation[modifier | modifier le code]

La navigation des bateaux à voile et à moteur est autorisée ainsi que la pratique des engins nautiques de loisir (canoë, kayak), mais la navigation à moteur est soumise à réglementation : la vitesse maximum autorisée est de 10 km/h[16].

Transport lacustre[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2016, un bateau solaire équipé d'un moteur électrique alimenté par des batteries rechargées par des panneaux photovoltaïques et présentant une capacité maximum de 24 places a été mis à l'eau à Malbuisson. Ce bateau, unique en son genre sur le lac[17], effectue des navettes inter-rives pour les randonneurs, et des croisières commentées[18]. Un autre navire, de capacité plus grande, est prévu pour 2018[19]

Le lac dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

La légende du lac de Damvauthier[modifier | modifier le code]

Selon la légende un gigantesque orage aurait englouti la cité de Damvauthier, épargnant l'ermite Point, une femme et son enfant
Miniature italienne du XIVe siècle

La légende du lac de Damvauthier (ou Dampvauthier) évoque le sort d'un village qui aurait existé autrefois à l'emplacement du lac, non loin de Saint-Point.

Un soir, l'avant-veille de la fête de la Saint Vauthier, patron du village, une pauvre femme habillée en haillon, portant un petit enfant sur son bras, vint frapper à toutes les portes des maisons du village, mais les habitants lui refusèrent leur hospitalité, prétextant qu'ils étaient trop occupés à préparer la fête patronale. La pauvre femme et son enfant traversèrent ainsi tout le village sans recevoir aucune aide ou moyen de subsistance. Traversant ensuite la grande forêt près du village, elle y rencontra l'ermite dénommé Point qui lui offrit le gîte et le couvert dans sa modeste demeure. Épuisés, la femme et l'enfant passèrent la nuit dans l'abri de l'ermite. Le lendemain matin, Point se leva et trouva le gîte vide et sur sa table un riche repas. Étonné, l'ermite regarda en direction du village de Damvauthier et découvrit un grand lac à son emplacement. Durant toute la nuit un violent orage s'était abattu sur la cité, déversant des trombes d'eau. L'ermite entendit alors, dans le lointain, la voix du petit enfant de la pauvre femme qu'il avait hébergée :

«  Parce que tu as eu pitié de ma mère et de moi, Point, Dieu a entendu ta prière ; le châtiment de ceux qui ne nous ont pas reconnus cessera le jour où l’un de cette ville aura pu faire accepter un morceau de pain à un pauvre étranger. »

Plus tard, l'ermite Point mourut, devint un saint homme vénéré par la population qui donna son nom au lac au bord duquel il avait vécu[20].

D'autres versions de cette légende ajoutent que la nuit qui suit la journée de la Toussaint, on a pu entendre autrefois le son des cloches de l'église engloutie, « pour rappeler aux hommes le châtiment du ciel, le glas sonné par les cloches de la cité maudite... »[21]

Cette légende rejoint le mythe de la cité punie et engloutie, que l'on retrouve dans l'histoire fabuleuse de la cité d'Ys ou du village d'Herbauge en Bretagne, et dans la légende du village d'Ars près du lac de Paladru, dans le Dauphiné.

La légende de la Source bleue[modifier | modifier le code]

La source bleue à Malbuisson

Cette résurgence située à quelques centaines de mètres de la rive du lac est à l'origine d'une légende en raison de la couleur de ses eaux (la source a une couleur naturelle bleu-vert, conséquence de la décomposition naturelle de la lumière du jour (diffraction du spectre visible) dans une eau translucide).

Selon la légende, la teinte bleue de la source viendrait des larmes qui coulèrent des yeux bleus de Berthe de Joux, qui pleura la mort de son amant tué par Amaury III de Joux. Au retour de la croisade, celui-ci découvrit son épouse dans les bras du très beau chevalier de Montfaucon. Pris de rage, Amaury le tua et fit pendre sa dépouille à un gibet du château de Joux. Il fit ensuite enfermer Berthe de Joux dans un minuscule cachot du château, faisant face au gibet. Les larmes de la noble dame pleurant sans cesse l'infortune de son amant furent ainsi à l'origine de la source.

Comme souvent, cette légende repose sur une part de vérité, car Amaury III a bien existé, au XIIIe siècle. Il fut seigneur de Joux, et épousa une certaine Berthe, bien plus jeune que lui[22] .

Le lac dans les arts[modifier | modifier le code]

Dans la peinture[modifier | modifier le code]

Pierre Bichet est un peintre né à Pontarlier, en 1922.

Celui-ci réalise de nombreux paysages, notamment des tableaux représentant le Fort de Joux, le Mont d'Or et le lac de Saint-Point, sites très proches les uns des autres. Les dernières années du peintre sont également marquées par la réalisation de nombreux tableaux de petits formats, souvent des planches de bois, représentant encore des paysages jurassiens mais aussi les Alpes.

Dans la littérature[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

En 1962, Le Septième Juré, film français en noir et blanc, fut tourné par Georges Lautner à Pontarlier et dans sa région, les premières images du film montrent le lac de Saint-Point.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alexandre Barthelet, Recherches historiques sur l'abbaye de Mont-Sainte-Marie et ses possessions, 1858, p. 201 books.google.fr.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
Références
  1. Site des journées du patrimoine, page sur l'église de Saint-Point
  2. Besac.com, page sur le lac de saint-Point
  3. Jean COURTIEU, Dictionnaire des communes du département du Doubs, t. 5, BESANÇON, CÊTRE,
  4. Site de la Direction régionale de l'environnement, page sur le lac de Saint-Point
  5. Site DREAL Franche-Comté, page sur la source bleue
  6. site du SAGE, page "diagnostice partage lac de Saint-Point
  7. Site plein air, page "Près de 4 millions d'euros d'investissement pour la qualité des eaux de Saint-Point
  8. Site de l'INPN, page sur le lac de Saint-Point
  9. Site de la DRE, page sur le lac de Saint-Point
  10. Fiche horaire des cars Frasne-Jougne
  11. Site "le jurassique.com" , page sur les lacs de Saint-Point et de Rémoray
  12. Google Books, Histoire des diocèses de Besançon et de Saint-Claude page 276 et 277
  13. Site racines comtoises, page sur l'histoire de Malbuisson
  14. Google Books Esquisse historique de la ville de Pontarlier... 1857, page 215
  15. Google Books, Corps du droit français ou recueil complet des lois, décrets, ordonnances, 1834-1836
  16. Site de la préfecture du Doubs, page sur la réglementation sur la navigation
  17. Site de kl'ESt républicain article "le premier bateau de tourisme de l’histoire du lac..."
  18. Site ma commune-info, page sur le "P'tit saint-Point"
  19. Site des bâteaux du lac Saint-Point
  20. Site lunétoile, page sur la légende de Damvauthier
  21. Site Franc-comtois.fr, page sur la légende du lac de Saint-Point
  22. Site lunétoile, page sur la légende de la source bleue