Lapiaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lapiés d'Innerbergli : quand le végétal s'accroche au minéral. Présence de sillons de dissolution dont le fond est colmaté par des argiles de décarbonatation qui, en retenant l'eau, ont favorisé la colonisation de végétation dans les rigoles (Habkern, Berne, Suisse). C'est le CO2 dissous dans l'eau qui est l'agent principal de la dissolution des carbonates, même si d'autres acides interviennent[1].
Attaquée par l'eau de pluie, la partie la plus soluble des roches se dissout et s'arénise en sable fin tandis que le calcaire non dissout est préservé sous forme de panneaux, pseudo-murs ou pinacles, ce qui dégage des reliefs ruiniformes, tels ceux de Montpellier-le-Vieux[2].
Vue sur une rigole de dissolution du lapiaz de Loulle : elle se développe le long de la ligne de plus grande pente et non à la faveur d'une diaclase qui serait plus rectiligne et plus profonde.
Lapiés à empreintes de pas (de type trittkarren (de)) se formant au croisement de diaclases.
Dans le bois de Païolive (Ardèche), les chemins empruntent des diaclases plus ou moins élargies, franchissant parfois des arches naturelles. La dissolution différentielle des inter-diaclases moins soumises à l'érosion, peut donner des pinacles (sous forme de piliers ou de tours) ou des murs, et évoluer vers des reliefs ruiniformes.

Le lapiaz (aussi appelé lapié, lapiez, lapiés, lapiès ou Karren, mot d'origine jurassienne issu du latin lapis, « pierre »), est une formation rocheuse karstique de surface dans les roches carbonatées (roches calcaires et dolomitiques), créée par la dissolution des carbonates sous l'action des eaux de ruissellement chargées en dioxyde de carbone CO2 (eaux de pluie ou de la fonte des neiges) et sous l'effet de la cryoclastie. Les rainures ou fentes résultant de cette dissolution des roches calcaires en surface sont séparées par des arêtes plus ou moins vives. Les sillons de dissolution parallèles ou entrecroisés et parfois profonds, se groupent souvent en champs de lapiés dont la diversité s'explique « par de nombreux facteurs comme la pente du terrain calcaire, la lithologie, la structure et la texture de la roche calcaire, la nature de la réaction chimique, la nature, le total et la répartition des précipitations (neige ou pluie), la présence ou non d'une couverture pédologique et végétale (et sa nature), enfin le temps d'exposition du calcaire aux phénomènes climatiques »[3].

Le relief ruiniforme est un « méga-lapiaz » surcreusé, tels le chaos de Montpellier-le-Vieux ou de Nîmes-le-Vieux[4].

Les pseudo-lapiès ou pseudokarren sont des formes pseudokarstiques qui se développent dans les roches magmatiques et métamorphiques. Analogues aux lapiès structuraux dégagés dans les roches carbonatées, elles exploitent les lignes de faiblesse de ces roches (élargissement de leurs plans de schistosité, de leurs cannelures, de leurs joints ou de leurs diaclases), l'érosion donnant des microformes (rainures, cannelures) ou prédisposant au dégagement des reliefs ruiniformes souvent associés aux tors et chaos de blocs[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Détail. Hérault, France.

Ce type de géomorphologie déchiquetée, aux aspérités coupantes lorsqu'il s'agit de calcaire dur, est sillonné de nombreuses rigoles, fissures et crevasses de taille variable, dont certaines peuvent atteindre plusieurs mètres. D'autres structures se distinguent : les vasques et les arches.

La roche est également souvent perforée, donnant à voir en surface les mécanismes karstiques qui président ailleurs au creusement des grottes, avens, scialets et autres cavités naturelles.

Les sillons sont de deux types :

  • les rigoles, suivant la ligne de la pente, rectilignes ou sinueuses,
  • les crevasses (ou leisines), qui sont un approfondissement des fissures et qui découpent la roche en blocs.

Les lapiés peuvent être :

  • mis à nu par les glaciers, subaériens, formés le plus souvent de rigoles parallèles et étroites avec arêtes aiguës,
  • couverts par des dépôts postérieurs (humus,sol récent…) qui peuvent laisser émerger les arêtes émoussées et fossiliser les sillons,
  • découverts, issus des lapiés couverts mais ayant perdu leur couverture de sol par érosion.

Autres dénominations[modifier | modifier le code]

Vue générale. Hérault, France.

Dans certaines régions, le terme de lapiaz se substitue parfois à un mot de la langue locale, comme la cairissa languedocienne.

Dérivés : lapiazé, lapiez, lapiés.

Localisation[modifier | modifier le code]

Des formations semblables se trouvent dans beaucoup de régions karstiques de l'Europe et d'autres continents.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Désert de Platé, ou encore Sur les Truex entre la Tour de Mayen et la Tour de Famelon près de Leysin dans le canton de Vaud en Suisse, sont d'autres exemples de lapiaz remarquables.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le dioxyde de carbone se trouve librement dans l'atmosphère à des concentrations de l'ordre de 0,03 % par volume, mais dans les sols sa concentration est bien supérieure : elle peut atteindre fréquemment 2 % et même des valeurs records de l'ordre de 10 %. Ces fortes teneurs sont la conséquence d'un enrichissement lié à la respiration des racines des plantes et à celle des micro-organismes du sol, enfin et surtout à la décomposition de la matière organique. Les racines des plantes produisent également des acides capables d'attaquer les calcaires (acides humiques, fulviques, etc.) ». Cf Jean-Noël Salomon, Précis de karstologie, Presses Universitaires de Bordeaux, (lire en ligne), p. 33-34.
  2. « Lorsqu'un karst et son lapiaz superficiel évoluent, les diaclases et autres rigoles sont considérablement élargies par la dissolution, et le calcaire non encore dissout commence à se trouver sous forme de panneaux, pseudo-murs ou pinacles isolés les uns des autres. On peut alors parler de relief "ruiniforme", à cause de la ressemblance d'un tel relief avec un champ de ruines ». Cf Pierre Thomas, « Un très bel exemple d'érosion karstique ruiniforme dans des calcaires dolomitiques : le cirque de Mourèze (Hérault) », sur planet-terre.ens-lyon.fr, .
  3. Jean-Noël Salomon, op. cit., p. 39
  4. Gérard Mottet, Géographie physique de la France, Presses universitaires de France, , p. 233
  5. Jean-Jacques Delannoy, Philip Deline, René Lhénaff, Géographie physique. Aspects et dynamique du géosystème terrestre, De Boeck Superieur, (lire en ligne), p. 661
  6. Pierre Thomas, « Le lapiaz de la Pierre Saint Martin (Pyrénées Atlantiques), l'un des plus grands lapiaz de France »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Nicod, Pays et paysages du calcaire, Presses Universitaires de France, (lire en ligne)
  • Jean-Noël Salomon, Précis de karstologie, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Scieteren », , 288 p. (ISBN 978-2-86781-411-2, présentation en ligne)
  • Revue Historiens et Géographes no 370 (un article)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]