Plateau suisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Suisse image illustrant la géographie
Cet article est une ébauche concernant la Suisse et la géographie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Vue sur le plateau suisse, prise du mont Pilate près de Lucerne.

Le plateau suisse (en abrégé le Plateau[a]) ou plus justement le Moyen-Pays (en allemand : Schweizer Mittelland) ou encore le Mittelland[1], constitue l'un des trois ensembles géographiques de la Suisse avec le Jura et les Alpes. Il couvre environ 30 % de la surface du pays. Il comprend tout l'espace entre le Jura et les Alpes, formé partiellement de plaines, mais principalement de collines, et son altitude moyenne varie entre 400 et 600 m. C'est de loin la région la plus densément peuplée de Suisse, et par conséquent l'espace le plus influent du pays pour l'économie et les transports.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue satellite du plateau suisse.

Au nord et au nord-ouest, le plateau suisse est nettement délimité géographiquement et géologiquement par le Jura. Au sud et au sud-est, il n'existe pas de frontière franche avec les Alpes. Habituellement, l'augmentation du relief à des altitudes supérieures à 1 500 mètres (chaux alpine, partiellement molasse subalpine), est pris comme critère de délimitation. Occasionnellement, les régions du plateau supérieur suisse, en particulier les collines du canton de Fribourg, la région du Napf, les Oberland zurichois et thurgovien, et des parties de la région d'Appenzell sont considérées comme formant les Préalpes suisses. Au sud-ouest, le plateau suisse est limité par le lac Léman, au nord et au nord-est, par le Rhin et le lac de Constance.

Géologiquement, le plateau suisse fait partie d'un grand bassin qui se prolonge au-delà de la frontière du pays : notamment à son extrémité sud-ouest en France, jusqu'à Chambéry où le Jura et les Alpes finissent par se rencontrer. Au nord, de l'autre côté du lac de Constance, le Plateau se poursuit par la Souabe et le plateau bavarois, ce dernier étant bordé au sud par les Préalpes bavaroises et au sud-est par les Préalpes orientales septentrionales.

À l'intérieur de la Suisse, le Plateau a une longueur d'environ 300 km, et sa largeur augmente en allant vers le nord : dans la région de Genève, cette largeur est d'environ 30 km, à Berne elle est d’environ 50 km et en Suisse orientale d’environ 70 km.

De nombreux cantons sont situés sur le plateau suisse. Les cantons de Zurich, Thurgovie et Genève s’y trouvent en totalité ; les cantons de Lucerne, Argovie, Soleure, Berne, Fribourg et Vaud ont la majeure partie de leur territoire sur le Plateau ; quant aux cantons de Neuchâtel, Zoug, Schwytz, Saint-Gall et de Schaffhouse, seule une faible partie de leur territoire est située sur le Plateau.

Cliché panoramique : le Jura (relief à peine visible à l'arrière-plan à gauche), le Plateau (de la gauche au centre, en plan intermédiaire), les Préalpes bernoises (au centre droit en second plan), l'extrémité sud du lac de Thoune (devant les Alpes bernoises) et les Alpes (sommets enneigés à l'arrière-plan au centre droit), vus depuis les Préalpes fribourgeoises (au premier plan, à droite).

Géologie[modifier | modifier le code]

Couches géologiques[modifier | modifier le code]

Les couches géologiques du plateau suisse sont relativement bien connues. Le niveau de base est un socle cristallin dont il existe des affleurements dans les Alpes, en Forêt-Noire et dans les Vosges. Des forages ont permis de montrer que ce socle cristallin est encore présent à des profondeurs comprises entre environ 2 500 et 3 000 mètres. En bordure des Alpes, ces profondeurs sont encore plus importantes. Ce socle cristallin est recouvert par des strates de sédiments du Mésozoïque qui font partie des Helvetic nappes. La profondeur où commence le socle cristallin diminue progressivement passant d'environ 2 500 mètres à l'ouest, à 800 mètres à l'est. Ces couches, comme celles du massif du Jura, ont été déposées dans une mer relativement peu profonde de l'océan Téthys. Au-dessus de ces strates du Mésozoïque se trouve la molasse qui est un conglomérat composé de grès, de marne et de schiste. La couche supérieure est constituée de gravier et de sédiments glaciaires qui ont été transportés par les glaciers au cours des différentes périodes glaciaires.

Molasse[modifier | modifier le code]

La couche géologique la plus importante du plateau suisse est la molasse. Il s'agit d'une couche sédimentaire épaisse qui s'est rapidement accumulée au pied des Alpes au moment de l'élévation de la chaine montagneuse. L'épaisseur de la molasse augmente de l'ouest vers l'est. Les anciennes rivières alpines ont apporté des dépôts sédimentaires au pied de la montagne, on peut citer par exemple les rivières de la région de Napf, de Hörnli, de Rigi, dans la région de Schwarzenburg et dans la région entre le Lac Léman et la Sarine.

Les matériaux érodés ont été naturellement triés par le débit des rivières. Les morceaux les plus volumineux ont été déposés près des Alpes. Au milieu du Plateau on trouve des grès fins, et au pied du Jura de l'argile et la marne.

Histoire de la molasse sur le plateau suisse[modifier | modifier le code]

Pendant le soulèvement orogénique tertiaire, il y a environ 60 à 40 millions d'années, la zone qui forme l'actuelle Suisse était un plateau karstique légèrement incliné vers le sud. Le processus qui a engendré le plissement des Alpes a, par deux fois, provoqué l'immersion de cette zone. Les sédiments sont distingués selon deux provenances : molasse d'eau de mer et molasse d'eau douce, si ces derniers sont constitués de sédiments fluviaux et éoliens.

Ères glaciaires[modifier | modifier le code]

Le paysage actuel du plateau suisse a été façonné par les différentes ères glaciaires. Au cours de toutes les glaciations alpines connues (glaciations de Günz, Mindel, Riss et Würm), d'immenses glaciers ont avancé sur le plateau suisse. Durant les périodes chaudes inter-glaciaires, les glaciers ont reculé parfois plus haut qu'aujourd'hui.

Au cours de ces périodes glaciaires, le glacier du Rhône s'est scindé en deux branches en sortant des Alpes, couvrant l'ensemble de l'ouest du plateau suisse atteignant les régions actuelles de Soleure et d’Aarau. Dans la région de Berne, il fusionnait avec le glacier de l'Aar (de). Les glaciers de la Reuss (de), de la Limmat et du Rhin se sont parfois avancés jusqu'au Jura. Le relief du Plateau s'est formé par l'érosion mais aussi par le déplacement des glaciers et des moraines (souvent de plusieurs mètres d'épaisseur), ainsi que par le débit des torrents résultant des eaux de fonte des neiges et des glaciers.

Paysages glaciaires[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Végétation[modifier | modifier le code]

Population[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'expression « le Plateau » est employée uniquement lorsqu'il n'est pas ambigu qu'il s'agit bien du « plateau suisse ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Petit Larousse, édition de .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]