Landsgemeinde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Une Landsgemeinde à Glaris
Photographie d'une Landsgemeinde à Appenzell Rhodes-Intérieures

La Landsgemeinde (littéralement en allemand : « Communauté rurale » ou « Assemblée du pays ») est une institution de démocratie directe que l'on trouve dans deux cantons suisses.

Son objectif est de résoudre des problèmes collectifs en réunissant les citoyens de la commune ou du canton. La Landsgemeinde s'inscrit dans cette tradition, en disposant toutefois de pouvoirs plus étendus. Une fois par an, généralement un dimanche de printemps[1], l'assemblée procède, sur la place principale du chef-lieu, à l'élection à main levée du président de la Landsgemeinde, puis du Landammann (président du gouvernement), de ses collègues du gouvernement, des représentants du canton au Conseil des États, des juges et de certains fonctionnaires. Les votations s'y déroulent également. Le résultat du vote est le fruit d'une estimation plutôt que d'un calcul précis.

Si la Landsgemeinde est introduite pour la première fois dans le canton d'Uri en 1231, elle n'existe désormais plus que dans deux cantons : Appenzell Rhodes-Intérieures et Glaris. Elle a été abandonnée dans les années 1990 dans les cantons de Nidwald, d’Appenzell Rhodes-Extérieures et d’Obwald pour des raisons logistiques (en raison du manque de place après l’introduction du suffrage féminin) mais surtout en raison du recours de plus en plus fréquent au scrutin à bulletin secret[2]. Son abandon dans les cantons de Zoug, de Schwytz (en 1848) et d’Uri (en 1928) est plutôt dû à des tensions régionales ou partisanes[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yannis Amaudruz, « La face cachée de la célèbre landsgemeinde », sur helvetiahistorica.org, (consulté le 20 décembre 2018).
  2. a et b Hans Stadler / PM, « Landsgemeinde » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .