Le Locle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Locle
Le Locle
La façade nord de l'hôtel de ville.
Blason de Le Locle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel
Région Montagnes
Président(e) Miguel Perez (Vert)
NPA 2400
N° OFS 6436
Démographie
Gentilé Loclois/Locloise
Population
permanente
10 389 hab. (31 décembre 2017)
Densité 449 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 25″ nord, 6° 44′ 55″ est
Altitude 1 047 m
Min. 907 m
Max. 1 312 m
Superficie 23,14 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Le Locle
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Le Locle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Le Locle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Le Locle
Liens
Site web www.lelocle.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Le Locle est une ville et une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans la région Montagnes.

Mère commune des Montagnes, berceau de la Révolution neuchâteloise, ville inscrite au Patrimoine mondial de l'UNESCO, Le Locle comprend environ 10'400 habitants, 8'000 emplois et 900 ans d'histoire.

Les domaines de l'horlogerie (Tissot, Zénith, Ulysse Nardin, Montblanc, Rolex, etc.), de la micro-technique et du médical constituent les principaux secteurs de développement économique[3].

En 1848, dans la continuité des événements parisiens, Le Locle est le point de départ de la Révolution neuchâteloise, dont le territoire est rattaché à la Prusse. Le 29 février, les révolutionnaires neutralisent les autorités et le service d'ordre prussiens. Cet acte entraîne la proclamation immédiate de la République. La révolution se répand sur l'ensemble du territoire, depuis les Montagnes et le Val-de-Travers sur le Littoral. Le 1er mars, la République est officiellement proclamée sur l'ensemble du territoire.

Comprise dans une agglomération de 50'000 habitants, entourée de forêt, la Ville du Locle, avec sa voisine La Chaux-de-Fonds, est inscrite, depuis 2009, au patrimoine mondial pour son « urbanisme horloger ».

Sites du patrimoine mondial de l'Unesco[modifier | modifier le code]

Le Locle, tout comme La Chaux-de-Fonds, doit sa survie à la fabrication et à l'exportation de montres. L'industrie horlogère a été apportée au Locle au XVIIe siècle par Daniel Jeanrichard, un horloger autodidacte qui a encouragé les paysans de la région à se lancer dans la fabrication de composants horlogers pour lui pendant les longs hivers. Au XXe siècle, l'industrie micro-mécanique s'est ajoutée.

Les villes horlogères du Locle et de La Chaux-de-Fonds ont été reconnues conjointement par l'UNESCO pour leur valeur universelle exceptionnelle.

En raison de l'altitude (environ 1 000 m) et du manque d'eau (calcaire poreux sous terre), le terrain est peu propice à l'agriculture. La planification et les bâtiments reflètent le besoin d'organisation rationnelle des artisans horlogers. Ils ont été reconstruits au début du XIXe siècle, après de graves incendies.

Le long d'un réseau ouvert de bandes parallèles sur lesquelles s'entremêlent logements et ateliers, leur urbanisme reflète les besoins de la culture horlogère locale, qui remonte au XVIIe siècle et qui est encore vivante aujourd'hui. Les deux villes présentent des exemples remarquables de villes mono-industrielles manufacturières, qui sont encore bien préservées et actives. Leur planification urbaine a permis de passer de la production artisanale d'une industrie artisanale à la production industrielle plus concentrée de la fin du XIXe et du XXe siècle.

Karl Marx a décrit La Chaux-de-Fonds comme une "grande ville-usine" à Das Kapital, où il a analysé la division du travail dans l'industrie horlogère du Jura[4].

C'est le dixième site suisse inscrit au patrimoine mondial de l'humanité, avec d'autres sites tels que la vieille ville de Berne, le Chemin de fer rhétique et l'abbaye et le couvent de Saint-Gall.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Locle est mentionné pour la première fois en 1332 comme "dou Locle"[5].

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'établissements humains remontent à la fin du Mésolithique (6000-5000 av. J.-C.) dans les abris du Col des Roches. Le site comprend la plus ancienne poterie du canton de Neuchâtel, ainsi que de nombreux outils, la molaire d'un mammouth et des os de cerfs et de sangliers. Le refuge a été découvert en 1926 par un douanier et fut le premier site de ce type étudié en Suisse.

Cependant, entre 4000 av. J.-C. et le Moyen Âge, on ne sait rien de la région du Locle[5].

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

En 1150, Renaud et William Valanginian concédèrent à l'abbaye de Fontaine-André la vallée dans laquelle le Locle allait être construit par la suite. En 1360, Jean II d'Aarberg, seigneur de Valanginian, reçoit Le Locle en fief du comte Louis de Neuchâtel. La partie fortement boisée des montagnes du Jura autour du Locle, a été défrichée par des colons qui ont par la suite reçu le statut de paysans libres. Ces premiers agriculteurs libres ont reçu une charte en 1372 qui codifiait leurs droits et libertés. Au début du XVe siècle, cette charte a été reconfirmée lors de la fondation de la Mairie. Les habitants du Locle ont le droit de posséder les terres qu'ils ont défrichées, à condition qu'ils continuent à les cultiver et à payer des impôts sur celles-ci. Les seigneurs féodaux leur accordèrent ces libertés pour encourager l'installation dans les montagnes. A partir du XIVe siècle, Le Locle et La Sagne forment ensemble une paroisse. L'église de Marie Madeleine au Locle a été construite en 1351[5].

En 1476, à la suite de l'augmentation des conflits transfrontaliers, Le Locle conclut une alliance défensive avec Berne.

En 1502, 37 personnes du Locle ont eu la possibilité de payer 1780 £ pour le titre de "Citoyen de Valangin". Ces citoyens ont eu le privilège de diriger la communauté et de choisir leur propre maire et huissier.

Début de l'ère moderne[modifier | modifier le code]

La tour de l'église de Marie Madeleine, emblème de la ville, a été érigée au début du XVIe siècle. Quelques années après la construction de la tour, en 1536, Le Locle se convertit à la foi protestante. Cette ancienne église a été reconstruite au milieu du 18ème siècle. Une église allemande a été construite en 1844, mais démolie en 1967. La chapelle catholique a été construite en 1861[5].

En 1592, les fiefs de Valangin retournèrent dans le Comté de Neuchâtel, mais ni le statut juridique des résidents de la Mairie du Locle ni sa fonction de tribunal de district ne furent affectés. L'alliance de 1476 avec Berne reste en vigueur et pendant la guerre de Trente Ans ainsi que l'invasion de Louis XIV en Franche-Comté, des soldats bernois viennent soutenir la ville. Le Locle envoie des soldats pour soutenir leur allié en 1712 lors des batailles de Mellingen et Villmergen.

La situation du Locle près de la frontière française a souvent permis à la ville d'entretenir des relations étroites avec la France. C'était particulièrement vrai pendant les années qui ont précédé la Révolution française. De nombreux habitants du Locle, réunis au club Jacobin de Morteau, jurent leur soutien à la Constitution de 1792. L'esprit révolutionnaire a conduit à des conflits entre les partisans de la révolution et l'ancien gouvernement. La répression gouvernementale qui s'ensuivit poussa de nombreux habitants du Locle à l'exil au printemps 1793. Plusieurs centaines de personnes se sont installées à Besançon, où elles ont trouvé du travail à l'usine horlogère nationale qui avait été créée par la Convention nationale. De retour au Locle, ils ont amené des horlogers compétents et une attitude républicaine.

En 1707, la Principauté de Neuchâtel a été confiée au roi Frédéric Ier de Prusse des Hohenzollern, basé à Berlin, qui a ensuite dirigé Neuchâtel en union personnelle. Napoléon Bonaparte déposa le roi Frédéric Guillaume III de Prusse comme prince de Neuchâtel et nomma son chef d'état-major Louis-Alexandre Berthier. En 1814, la principauté est restituée à Frédéric Guillaume III. Un an plus tard, il accepta de permettre à la principauté d'adhérer à la Confédération suisse, alors non pas encore une fédération intégrée, mais une confédération, en tant que membre à part entière. Neuchâtel devient ainsi la première et la seule monarchie à rejoindre les cantons suisses par ailleurs entièrement républicains. Cela changea en 1848, lorsque la révolution neuchâteloise commença au Locle. Les forces royalistes se rendirent rapidement et le 28 février 1848, le drapeau de la République helvétique, symbole de la république, fut hissé sur la ville. La nouvelle république et le nouveau canton ont créé la préfecture du Locle, qui a existé jusqu'en 1935. Pendant la contre-révolution infructueuse de 1856, la ville fut brièvement occupée par les royalistes[5].

Le Locle a été brûlé à plusieurs reprises par de grands incendies (1683, 1765, 1833). Il a été reconstruit à son aspect actuel dans le deuxième quart du 19ème siècle, car il est devenu un centre de l'industrie horlogère.

L'ère moderne[modifier | modifier le code]

Parce que la petite rivière Bied inondait souvent la vallée, un canal a été creusé à travers la vallée jusqu'au Col des Roches au début du 19ème siècle. Jusqu'en 1898, la rivière était utilisée pour alimenter plusieurs moulins souterrains[5].

Le gouvernement de la ville a créé le lycée en 1855 et a ouvert un collège de formation des enseignants en 1866, suivi d'une école de métiers en 1897. L'école d'horlogerie a été fondée en 1868 et a servi de base à l'école technique fondée en 1902. Cette école est finalement devenue le département d'ingénierie de la Haute école d'arts appliqués Arc ainsi que l'école d'ingénieurs du centre interrégional de formation professionnelle Montagnes neuchâteloises.

La ville a fait de grands efforts dans la construction de chemins de fer. La première ligne vers La Chaux-de-Fonds (1857) est reliée à Besançon (1884) et Les Brenets (1890). Néanmoins, Le Locle souffre d'un certain isolement et d'un trafic important qui ne fait que passer.

Le Locle doit sa prospérité essentiellement à l'industrie horlogère, en particulier à la fabrication de montres de précision et de machines-outils. Daniel Jeanrichard fait partie des pionniers qui ont fondé ce secteur d'activité au Locle et dans les environs. Dans la région du Locle, il n'y avait que 77 horlogers actifs en 1750. En 1800, ce nombre était passé à plus de 800. L'horlogerie commence à remplacer l'agriculture et la dentelle comme principales industries. A la fin du 18ème siècle, la ville employait environ 500 dentellières.

Le Locle a accueilli de nombreux horlogers et inventeurs célèbres dont Abraham-Louis Perrelet, Jacques-Frédéric Houriet, Frédéric-Louis Favre-Bulle et David-Henri Grandjean. Au 19e siècle, la ville était connue pour ses chronomètres de poche et ses chronomètres de marine. L'industrie horlogère transforme Le Locle en ville industrielle. Au début, tout le travail se faisait à la main dans de petits ateliers, mais au dernier quart du XIXe siècle, les premières usines ont été construites. L'introduction de la production mécanisée, a poussé l'industrie des montres terminées vers les machines-outils et les composants horlogers. Pendant les deux guerres mondiales, certaines usines, comme Zenith, plus tard Dixi, se sont spécialisées dans la production d'armes. L'horlogerie a également nécessité un certain nombre d'artistes et d'inventeurs associés. Le libraire et éditeur Samuel Girardet (1730-1807) commence à décorer des boîtiers d'horloges et fonde finalement une dynastie d'artistes et de graveurs. Les Huguenin devinrent célèbres pour leur travail de peinture de boîtiers d'horloges et de médailles. Ouverte en 1856, la chocolaterie et confiserie Klaus a fonctionné jusqu'en 1992.

Comme dans la plupart des villes horlogères du Jura, la vie politique et sociale du Locle a été fortement influencée par les idées de radicalisme, de socialisme puis d'anarchisme. Le professeur James Guillaume a proposé la création d'une section de l'Internationale ouvrière en 1866. Des organisations socialistes germanophones comme le Grütliverein et l'Arbeiterverein témoignent qu'à la fin du 19e siècle, de nombreux travailleurs de Suisse alémanique travaillaient au Locle. Les socialistes se sont organisés en parti politique en 1897 et, en 1912, ils étaient majoritaires dans la municipalité. En 1956, ils s'allièrent et furent soutenus par le Parti suisse du travail. Les socialistes ont perdu leur siège au conseil du gouvernement local lors des élections de 1992, au profit du mouvement Droit de parole, qui n'a pas de programme traditionnel du parti. En 2004, pour la première fois, le conseil a été déterminé par un plébiscite qui a donné trois sièges au Parti suisse du travail (PdA), le Parti social-démocrate de Suisse (PS) et le Parti progressiste national libérale, un siège chacun[5].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune comprend, entre autres les quartiers du Col-des-Roches, du Crozot, de la Jaluse, du Prévoux, du Quartier, des Jeanneret et des Replattes. Elle est limitrophe des Brenets, de la Chaux-de-Fonds, des Ponts-de-Martel, des Planchettes, de la Chaux-du-Milieu et du Cerneux-Péquignot. Le Locle est une ville frontalière, limitrophe de Villers-le-Lac dans le département français du Doubs. Au sud de la commune se trouve le Grand Sommartel. Elle relié à La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel par la route principale 20 et l'autoroute J20.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Le Locle mesure 23,14 km2[2]. 16,0 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 53,8 % à des surfaces agricoles, 30,0 % à des surfaces boisées et 0,2 % à des surfaces improductives.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon les statistiques officielles de la commune, Le Locle compte 10 386 habitants à fin mai 2014. Sa densité de population atteint 448,8 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population du Locle entre 1850 et 2010[6] :

Politique[modifier | modifier le code]

La ville a dans son parlement une forte majorité de gauche, avec le Parti ouvrier et populaire abréviation (POP) comme parti le plus représenté (17 sur 41 sièges).

Le président de la commune est Miguel Perez (Les Verts).

Économie[modifier | modifier le code]

En 2010, Le Locle avait un taux de chômage de 7,6 %. En 2008, 95 personnes travaillaient dans le secteur économique primaire et environ 38 entreprises travaillaient dans ce secteur. Le secteur secondaire employait 5 355 personnes et 196 entreprises dans ce secteur. 2 409 personnes étaient employées dans le secteur tertiaire, avec 300 entreprises dans ce secteur.[7] Il y avait 4 855 résidents de la municipalité qui occupaient un emploi, dont 44,0 % étaient des femmes.

En 2008, le nombre total d'emplois équivalents temps plein était de 7 160. Le nombre d'emplois dans le secteur primaire était de 71, dont 49 dans l'agriculture, 17 dans la foresterie ou la production de bois d'œuvre et 5 dans la pêche ou les pêches. Le nombre d'emplois dans le secteur secondaire était de 5 141, dont 4 944 ou (96,2 %) dans le secteur manufacturier, 1 dans le secteur minier et 150 (2,9 %) dans la construction. Le nombre d'emplois dans le secteur tertiaire était de 1 948. Dans le secteur tertiaire, 591 (30,3 %) étaient dans la vente en gros ou au détail ou la réparation de véhicules automobiles, 79 (4,1 %) dans le transport et l'entreposage de marchandises, 128 (6,6 %) dans un hôtel ou un restaurant, 13 (0,7 %) dans le secteur de l'information, 58 (3 %) dans le domaine des assurances ou des finances, 94 (4,8 %) étaient dans le domaine technique et scientifique, 349 (17,9 %) dans celui de la santé, 409 (21,0 %) dans l'éducation[8].

En 2000, il y avait 4 232 travailleurs qui faisaient la navette vers la municipalité et 1 877 travailleurs qui faisaient la navette. La municipalité est un importateur net de travailleurs, avec environ 2,3 travailleurs entrant dans la municipalité pour chaque départ. Environ 26,2% de la main-d'œuvre qui entre au Locle vient de l'étranger, tandis que 0,2% de la population locale quitte la Suisse pour aller travailler.[9] Parmi la population active, 13,7 % utilisaient les transports en commun pour se rendre au travail et 59,6 % utilisaient une voiture particulière[7].

Religion[modifier | modifier le code]

Selon le recensement de 2000, 3 582 (34,0%) étaient catholiques romains, tandis que 3 140 (29,8%) appartenaient à l'Église réformée suisse. Du reste de la population, il y avait 56 membres d'une église orthodoxe (soit environ 0,53 % de la population), 27 individus (soit environ 0,26 % de la population) qui appartenaient à l'Église catholique chrétienne et 677 individus (soit environ 6,43 % de la population) qui appartenaient à une autre église chrétienne. Il y en avait 329 (soit environ 3,12% de la population) qui étaient islamiques. Il y avait 27 individus bouddhistes, 1 personne hindoue et 8 individus appartenant à une autre église. 2 415 personnes (soit environ 22,94 % de la population) n'appartenaient à aucune église, étaient agnostiques ou athées, et 599 personnes (soit environ 5,69 % de la population) n'ont pas répondu à la question[10].

Culture[modifier | modifier le code]

Rue du Crêt Vaillant 28, domicile de l'horloger Houriet.

Hans Christian Andersen, poète et conteur danois, a séjourné au Locle par trois fois. Une plaque commémorative le rappelle, elle est située Crêt Vaillant 28, maison de l'horloger Houriet. Une rue à l'est de la ville porte également son nom.

Le Locle accueille chaque année depuis 2006, le Rock Altitude Festival à la patinoire de la ville. De nombreux groupes régionaux et internationaux s'y produisent.

Patrimoine mondial de l'humanité[modifier | modifier le code]

En 2007, Le Locle et La Chaux-de-Fonds envoient leur dossier de candidature en tant qu'urbanisme horloger. L'Unesco examine le dossier en 2008 et, un an plus tard, confirme l'inscription du Locle et de La Chaux-de-Fonds au patrimoine mondial pour « la valeur universelle exceptionnelle de leur urbanisme horloger »[11].

Musées[modifier | modifier le code]

  • Le musée des Beaux-Arts du Locle : musée située au centre ville, datant de plus d'un siècle, il propose de découvrir la création graphique et contemporaine. Il dispose d'une collection d’estampes des XIXe et XXe siècles. La fondation Lermite est hébergée par ce musée.
  • Le musée d'Horlogerie du Locle, au château des Monts : grandes collections de pendules, montres, automates et outils présentées dans un château de style Louis XVI, la riche demeure d'un maître-horloger du XVIIIe siècle. Un film permet aux visiteurs de mieux pénétrer cet univers de technique et d’art, alliant le passé au futur.
  • Les moulins souterrains du Col-des-Roches : site unique en Europe, une grotte aménagée avec des moulins souterrains datant du XVIIe siècle.
  • Le musée d'Histoire naturelle a été créé en 1972, il se trouve dans les sous-sols du collège Jehan-Droz. Le musée possède des collections de minéralogie, d'oiseaux, de mammifères et des dioramas[12].

Monuments[modifier | modifier le code]

Pour le patrimoine « urbanisme horloger » voir aussi : La Chaux-de-Fonds / Le Locle, urbanisme horloger

Relations internationales[modifier | modifier le code]

Le Locle est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2017 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. « Dupraz, Cédric, histoire du Locle, site internet. »
  4. (en) UNESCO World Heritage Centre, « La Chaux-de-Fonds / Le Locle, Watchmaking Town Planning », sur UNESCO World Heritage Centre (consulté le 12 mai 2019)
  5. a b c d e f et g « Le Locle », sur HLS-DHS-DSS.CH (consulté le 12 mai 2019)
  6. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  7. a et b « Swiss Statistics - Portraits of communes », sur web.archive.org, (consulté le 13 mai 2019)
  8. « 06.2 - Unternehmen », sur web.archive.org, (consulté le 13 mai 2019)
  9. « http://www.media-stat.admin.ch/stat/pendler/pop.php?qmode=ch&q=1 », sur archive.is, (consulté le 13 mai 2019)
  10. « 40.3 - 2000 », sur web.archive.org, (consulté le 13 mai 2019)
  11. http://www.urbanisme-horloger.ch/index.asp/3-0-7-8023-131-207-1/ site de la candidature
  12. « Site officiel de la ville du Locle » (consulté le 24 juin 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :